Version classiqueVersion mobile

Être curieux en sociologie

 | 
Bernard Francq
, 
Philippe Scieur

La singularité

La singularité

Texte intégral

« Without A Net », comme vos deux précédents disques pour Verve, a été enregistré en concert. (…) Vous avez un besoin pro-fond de jouer sans filet, without a net ?
Oui, c’est ça, mais cela dit, même en studio et sans public, c’est toujours sans filet [Rires]
Combien d’heures d’enregistrement aviez-vous à votre disposition pour assembler ce disque ?
Oh, beaucoup, beaucoup… Mais j’ai choisi ce qui représentait ce que j’appelle « la mission ».
La mission ?
Oui, la mission, pas seulement celle de la musique, mais celle de la vie.
C’est-à-dire ?
La mission de la vie, c’est se développer, tenter de se rapprocher de l’endroit où l’on pourra négocier l’inattendu, et l’inconnu, avec courage, sans peur. Pour cela, il faut étudier la vie en profondeur, la nature de la vie. (…) Nous avons besoin d’une nouvelle singularité, c’est l’histoire, l’histoire de la vie. »
Wayne Shorter,
Interview dans Jazz Magazine Jazzman, février 2013, n° 646, p. 26.

1 Wayne Shorter, un des compositeurs les plus créatifs du jazz contemporain. Il a non seulement joué avec les plus grands – les Jazz Messengers d’Art Blakey, le fameux quintet de Miles Davis des années 60, Weather Report... – mais il a apporté au jazz ces plus belles compositions. En cela, il rejoindra – il est toujours en pleine activité à près de 90 ans – le paradis de Duke Ellington et de Thelonious Monk, qui tous deux ont laissé un héritage considérable pour la musique, et pas seulement pour le jazz. En cela, Wayne Shorter est un être singulier qui fait une musique singulière qui parle de la vie. Un sujet personnel comme dirait Touraine. Danilo Martuccelli et Didier Lapeyronnie le sont aussi à leur manière. Et ce depuis longtemps.

2Didier, je l’ai connu lors de la recherche à Seraing qui avait suivi une rencontre autour d’un numéro de revue – la Revue internationale d’action communautaire (devenue depuis Lien social et politiques) – sur les politiques préventives à l’endroit de la jeunesse. C’est avec lui que j’avais négocié ma participation à la recherche sur La galère et mon entrée au Cadis. Nous avons connu ensuite les difficultés inhérentes à une intervention sociologique dans une ville comme Flémalle, en pleine crise et sociale et culturelle. Nous nous sommes retrouvés sur des questions d’immigration puisqu’il avait été chargé de mettre en place un grand colloque sur celles-ci début des années 90. Avec L’individu et les minorités, Lapeyronnie s’est montré le sociologue le plus inventif, le plus analytique, le plus ordonné de sa génération, maniant à la fois une connaissance avérée de la sociologie américaine et une capacité à mener un travail de terrain d’exception. Pour ceux qui en douteraient, qu’ils lisent Ghetto urbain. Sans Didier, sans son accompagnement, sa solidarité, je n’aurai jamais achevé ma thèse de doctorat. Il a toujours été là quand je marquais des signes de fatigue tout en me conseillant de quitter la Belgique au plus tôt. Lorsque nous quittions Flémalle en voiture pour nous rendre au séminaire du Cadis le vendredi, la recherche était tellement atterrante que Didier se retournait vers moi et me disait : « Francq, il est temps de penser à quitter ce pays ! » Ce que je fis en allant me faire engager par une université française. Didier est mon frère. C’est de lui dont je me suis toujours senti le plus proche au Cadis, c’est lui qui m’a toujours redonné de l’espoir dans le fait de faire de la sociologie. C’est avec lui que j’aimerai boire une bouteille de Pauillac (18 grands crus classés en 1855) chaque semaine. C’est lui qui a eu le dernier mot lors de ce colloque en choisissant d’aborder un sujet combien singulier comme l’ennui.

3Danilo Martuccelli est arrivé au Cadis au moment où Michel Wieviorka entamait son programme de recherche sur le racisme (1990). D’emblée, je me suis retrouvé en accord avec sa manière de concevoir le travail de terrain et j’ai regretté de ne pas avoir pu travailler avec lui en duo. Puis ça a été une suite de rencontres qui ne se sont pas limitées aux séminaires du Cadis où j’ai suivi Danilo dans ses avancées. Comme je le disais déjà dans l’introduction de La ville incertaine, nous avons entretenu un échange permanent sur la modernité, l’individualisme contemporain et l’écriture sociologique mise en perspective avec la littérature. Avec Marie-Blanche Tahon, autre vieille complice, nous avions organisé à Ottawa en mai 2006 une discussion avec les chercheurs québécois sur les promesses d’une sociologie de l’intermonde, suite à la parution de La consistance du social ; ce fut l’occasion pour moi de réélaborer ce que je trouvais essentiel, soit les rapports entre ville, épreuves subjectives et sujet personnel. De là me vient le souci de voir ce que le concept d’épreuve fait à la sociologie, à la manière dont Martuccelli pense la société singulariste. Lui aussi est mon frère (propension des enfants uniques à se trouver des frères) au sens jazzistique le plus profond – brother –, celui avec lequel on aime jouer les standards de jazz pour les réinventer. Il a choisi de parler de l’amour et des tensions qui le traversent entre intérêts collectifs et bonheur personnel.

4J’ai choisi de terminer cette partie par le texte de Didier dans la mesure où il soulève une singulière question : l’amour peut engendrer l’ennui. Ça a des retombées inouïes sur notre manière de vivre l’amour comme impératif émotionnel comme le dit Danilo. Les deux textes se croisent comme lieu magique où se fait, sous nos yeux ébahis et notre regard curieux, la sociologie la plus intelligente.

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search