Version classiqueVersion mobile

Être curieux en sociologie

 | 
Bernard Francq
, 
Philippe Scieur

La démocratie

La démocratie

Texte intégral

« Où se situe alors l’espace possible d’une « politique » au sens où vous l’entendez ?
L’acte politique fondamental, c’est la manifestation du pouvoir de ceux qui n’ont aucun titre à exercer le pouvoir. Ces derniers temps, le mouvement des « indignés » et l’occupation de Wall Street en ont été, après le « printemps arabe », les exemples les plus intéressants. Ces mouvements ont rappelé que la démocratie est vivante lorsqu’elle invente ses propres formes d’expression et qu’elle rassemble matériellement un peuple qui n’est plus découpé en opinions, groupes sociaux ou corporations, mais qui est le peuple de tout le monde et de n’importe qui. Là se trouve la différence entre la gestion – qui organise des rapports sociaux où chacun est à sa place – et la politique – qui reconfigure la distribution des places. »
Jacques Rancière
« L’élection, ce n’est pas la démocratie », Les entretiens de l’Obs, publié le 28 mai
2012

1 Pourquoi une citation de Jacques Rancière pour présenter les deux contributions – celle de D. Aubin et celle de Y. Sintomer – qui abordent les tenants et aboutissants de l’enjeu démocratique aujourd’hui ? Rancière énonce clairement ce qui pour lui est constitutif de cet enjeu où le peuple est sur le devant de la scène. C’est ce qu’abordent les deux contributions avec des expressions différentes et des modes d’interrogation ouverts.

2Pourquoi la démocratie occupe-t-elle une place si importante pour moi dans l’analyse des rapports sociaux et culturels ? Au départ, j’ai été agacé, jeune militant du mouvement étudiant, par le déni systématique que les hommes politiques et les institutions supposées être démocratiques pratiquaient à l’endroit de la démocratie. Ils continuent d’ailleurs allègrement. Cet agacement s’est transformé en critique systématique de ce que je considère comme l’errance de la société belge pour parler comme Tocqueville, cette incapacité à ne pas savoir coordonner ses actions et à réduire la démocratie à son seul aspect plat, sans imagination et qui a pour nom « représentative ». J’ai la nostalgie du temps où le renardisme – la forme la plus avancée de la démocratie industrielle, comme je l’ai montré dans ma thèse – inscrivait avec le mouvement ouvrier une histoire où l’action sociale, syndicale, donnait du sens à l’action politique. On en est bien loin, trop loin. Mon agacement a été aussi du côté « gauchiste » et son côté « dénonciation de la démocratie bourgeoise ». N’ayant jamais été attiré par les sirènes léninistes de l’avant-garde, j’ai toujours préféré réfléchir à ce qui constituait le projet démocratique et la réalisation de l’égalité. En ce sens, je me suis toujours senti en attraction avec la pensée de Jacques Rancière, au plus loin de ceux qui développent la haine de la démocratie. J’ai aimé aussi la manière dont François Furet et Pierre Rosanvallon ont développé un programme de recherche autour de l’enjeu démocratique et de la société des égaux. Les contributions de David Aubin et Yves Sintomer viennent donner des couleurs chatoyantes à ce qui est central dans notre société, tant au niveau du travail qu’à celui de l’espace. Le lecteur qui aura parcouru les autres chapitres de ce livre se seront rendus compte que, des familles monoparentales à la gestion des déchets nucléaires en passant par la police locale, la gestion des villes ou l’élaboration de référentiels de formation professionnelle, on retrouve toujours la question de la démocratie.

3J’ai demandé à David Aubin de participer à ce colloque pour deux raisons : parce que j’ai apprécié de travailler avec lui sur quelques travaux de fin d’études d’étudiants autour de la même préoccupation ou la même question : « où est la démocratie ? ». Aussi parce que c’est un jeune collègue brillant qui, avec Frédéric Varone quand ce dernier enseignait à Louvain, a fait avancer considérablement la question de la place de l’évaluation dans la société belge. En reprenant les apports de Norbert Elias sur le changement, il cherche à dépasser la focalisation sur la rupture trop présente dans l’analyse des politiques publiques ainsi que les usages de la notion de gouvernance, trop encline à se préoccuper des jeux d’acteurs dans des rapports de pouvoir figés. Comment réenchanter le récit écologiste porteur d’un mouvement de transition fait d’initiatives locales ? Avec quelle élite ? La réponse à ces questions devrait permettre de repenser les transformations nécessaires à la recréation d’un État démocratique.

4J’avais lu la thèse d’Yves Sintomer sur la manière dont Weber et Habermas traitaient de la démocratie (La démocratie impossible ? Politique et modernité chez Weber et Habermas paru en 1999) et son livre sur Porto Alegre où il mettait en évidence la créativité d’une gestion municipale de proximité avec l’élaboration du budget participatif, mais aussi les limites de l’expérience. Nous nous sommes rencontrés à Rome, lors d’une réunion d’experts qui devaient élaborer un guide d’évaluation de l’action dans les quartiers et des processus participatifs qui l’accompagnaient. Il travaillait sur l’agglomération de Grenoble, moi sur la Région de Bruxelles-Capitale. Nous nous sommes rapidement trouvés des points de rencontre sur ces questions et lorsqu’il a fait paraître Le pouvoir au peuple. Jurys citoyens, tirage au sort et démocratie participative, en 2007, ce fut l’occasion de l’inviter à venir donner un enseignement dans le cadre de la Chaire Jacques Leclercq à Louvain pendant cinq jours. Nous avons passé une semaine où les rafales de Saint-Feuillien et les échanges sur nos lectures réciproques – pas seulement sociologiques – ont été ce que l’on peut rêver de mieux dans le cadre de travail universitaire. Il participe au comité d’encadrement de la thèse de Grégoire Lits. J’ai tenu absolument qu’il vienne à ce colloque pour qu’il nous parle des travaux qu’il compte déployer depuis qu’il est devenu membre à part entière de l’Institut universitaire de France. C’est qu’il est encore une fois question de dépasser ce paradoxe politique où la démocratie apparaît comme un régime peu attrayant dans les vieilles démocraties alors que les « peuples qui en sont privés » la considèrent comme essentielle. Ce qui est passionnant dans le texte de Yves, c’est sa volonté à réintroduire la dimension de l’avenir dans les sciences sociales, trop souvent cantonnées au passé ou à un présent incertain. C’est l’occasion pour lui de passer en revue huit scénarios sur le futur de la démocratie qui soulignent à souhait l’importance de la question démocratique – de la démocratisation de la démocratie – dans nos sociétés.

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search