Version classiqueVersion mobile

Être curieux en sociologie

 | 
Bernard Francq
, 
Philippe Scieur

La ville, l’espace

La ville, l’espace

Texte intégral

« C’est que la ville est traversée par un mouvement révélateur de la construction du sujet moderne autour de la tension que soulève le va-et-vient entre altérité et isolement où la question obsédante de savoir comment, où, grâce à quelles procédures, institutions, dispositions nous pouvons, dans et par la ville, faire l’expérience de l’altérité, des différences de classe, d’âge, de race, de goûts, avoir le bonheur de sortir de soi ? »
Bernard Francq, 2003,
La ville incertaine. Politique urbaine et sujet personnel
Louvain-la-Neuve, Bruylant-Academia, p. 215.

1 Deuxième thème. J’avais choisi au moment de mes études en sociologie deux orientations – la sociologie du travail et la sociologie urbaine, toutes deux parce qu’elles me « parlaient » plus que la sociologie de la famille ou celle de la religion qui étaient les autres options. J’étais assez près de penser avec Manuel Castells que la sociologie urbaine n’existe pas – titre d’un article qui, à l’époque (1968), eut un retentissement considérable quant à la manière d’aborder les problèmes urbains. Il s’agissait bien plus de développement capitaliste, de planification urbaine, de luttes urbaines. Dire que j’ai trouvé mon bonheur à Louvain pour suivre cette orientation serait exagéré. C’est ce qui m’a amené pendant plusieurs années à suivre comme élève libre les séminaires de Castells et de Jean Lojkine à l’École pratique des hautes études dans les années 70, avec un projet de thèse sur le développement des villes belges. Sans suite. Et puis au détour d’une recherche, celle menée à Seraing avec les trois mousquetaires – Dubet, Jazouli, Lapeyronnie –, la ville m’a « ressauté à la gueule ». Le contexte urbain d’une ville comme Seraing était singulier, la ville étant dans l’usine. Quelle influence cela avait-il sur les conduites ouvrières ? Y en avait-il une, d’ailleurs ? Ce sont ces questions qui m’ont orienté dans le choix des terrains qui constitueront le travail empirique de ma thèse, Anderlecht et Flémalle servant de base comparative aux problèmes sociaux vécus dans des villes en crise. C’est ce qui m’a amené à refaire de la sociologie dite urbaine. De plus en plus persuadé qu’il fallait chercher à rendre compte de ce qui se jouait dans les villes, au-delà des modes de gestion politique ou administrative, au-delà aussi de ce sentiment diffus d’une incertitude qui semblait caractériser tant les processus urbains que les modes d’habiter.

2J’ai alors choisi en 1995 après mon « installation » à Louvain-la-Neuve de développer un programme de recherche sur la dynamique des espaces urbains. En effet, c’est devenu une évidence d’affirmer que de multiples phénomènes convergent pour modifier la morphologie urbaine et, par la même occasion, transforment les modes de vie et les types de liens sociaux qui tissent ces espaces urbains : processus de globalisation (tant au niveau des communications que des processus économiques – employabilité, district industriel, délocalisations, etc.) qui caractérise les sociétés contemporaines ; phénomènes nouveaux liés aux tendances démographiques actuelles (vieillissement de la population, présence croissante de ménages célibataires et recomposés) ; présence marquée de populations immigrées et structuration de systèmes sociaux-ethniques ; développement de nouveaux outils de contrôle et de surveillance dans le cadre de relations de service. L’ensemble de ces phénomènes – entrecroisement de modes de vie, de pratiques spatiales et culturelles, de populations marginalisées et de réseaux locaux – délimitait un programme de travail constitué de quatre interrogations transversales.

3 Question classique : quelles sont les relations entre l’espace et la structure socio-économique ou encore quelle place la flexibilité et les transformations du travail occupent-elles par rapport à un ancrage urbain ou péri-urbain ? Le modèle de la « ville globale » était-il pertinent pour rendre compte de l’évolution de la structure sociale des villes et quel rôle le tertiaire global y occupait-il ? Question plus traditionnelle : quelle est la situation urbaine des groupes les plus défavorisés ? Ou encore comment saisir tant les mécanismes de distribution de ces groupes entre les différents types d’espaces résidentiels que ceux qui ont trait aux politiques et aux marchés du logement qui constituent une médiation majeure pour comprendre la division sociale de l’espace résidentiel ? Ou mieux, quelles sont les relations sociales autour du logement et quelles sont les manières d’habiter et les figures de la coexistence en milieu urbain ? Comment s’effectue la recomposition sociale des espaces résidentiels ? Que signifie le fait d’habiter une rue, un quartier ? Quelles sont les dimensions de la ségrégation résidentielle ? Question plus stratégique : quelles pratiques développent les habitants par rapport aux transformations économiques et aux espaces résidentiels ?

  • 1 Leloup X., 2000, La ville de l’Autre, Louvain-la-Neuve : Presses universitaires de Louvain.

4Bref, un programme peu enclin à l’économie intellectuelle et qui m’amènera à travailler sur une commune bruxelloise – Ixelles – réputée pour concentrer une diversité de modes de vie dans le cadre d’une gestion politique faible, soit tout le contraire des communes étudiées dans ma thèse. Xavier Leloup a fait sa thèse de doctorat1 dans le cadre de ce programme de recherche financé par le FNRS alors que je menais avec Florence Vandendorpe et Sébastien Nahon plusieurs interventions sociologiques, avec un groupe de jeunes adultes « bobos », un groupe de commerçants, un groupe de personnes âgées. Il en est résulté un livre – La ville incertaine – qui est composé de telle manière que le lecteur puisse choisir son entrée, selon qu’il s’intéresse plus aux problèmes de délimitation des problèmes urbains ou selon qu’il est plus curieux – encore la curiosité ! – des relations que les individus entretiennent entre eux dans des espaces différenciés. Yves Grafmeyer n’a pas compté pour rien dans le développement de ce travail et je garde un souvenir très précis de son intelligence analytique hors du commun.

5J’ai ensuite été amené à jouer le jeu de l’expert « urbain » en participant à différents réseaux d’échange européens dans le cadre d’Urbact mais aussi au niveau de la région bruxelloise (évaluation des contrats de quartiers) et de la Région wallonne avec le travail d’évaluation des expériences urbaines à Liège, Charleroi, La Louvière… La politique des grandes villes m’a demandé en 2009 de faire l’évaluation de la politique menée depuis dix ans. J’en ai profité pour proposer une démarche évaluative qui reposait sur quatre axes ou ce que j’ai appelé quatre registres d’évaluation : 1) évaluer ce qui a changé pour le territoire et/ou ses habitants, question la plus « évidente » (et la plus exigeante) pour rendre compte des effets d’un projet ; 2) évaluer la cohérence du programme comme périmètre d’action, la question ici – débattue depuis la mise en place de la Politique des Grandes Villes – concerne l’orientation dominante des projets sur un quartier en difficulté, sur plusieurs quartiers ou sur l’ensemble de la ville ; 3) évaluer la mobilisation des partenaires et/ou des habitants en distinguant les actions centrées sur un territoire de celles qui sont formulées en termes de groupe cible ou de populations en difficultés, voire leur combinaison ; 4) évaluer la transversalité de l’action publique.

6Ces quatre registres d’évaluation devaient permettre de repérer les pratiques telles qu’elles peuvent être observées par ceux qui suivent la réalisation du programme selon la réussite, l’incertitude des effets ou les échecs ou obstacles rencontrés (ainsi que les ressources mobilisées pour les contourner). C’est dans ce contexte de travail que j’ai fait deux rencontres très différentes, celle avec Olivier Masson et celle avec Philippe Hamman.

7Olivier, chargé de cours en architecture à l’époque, a souhaité me rencontrer pour savoir si j’étais intéressé à participer à une recherche sur le logement à Bruxelles. Évidemment. C’est ainsi que nous nous sommes mis au travail et que nous avons inclus dans le cadre de la recherche sur les familles monoparentales – voir ce qui en est dit à propos de la thèse de M. Wagener dans la partie consacrée à la curiosité des doctorants – une partie qui porterait sur un obscur objet, celui des grands ensembles. Ceci a débouché sur une thèse de doctorat en architecture que Gerald Ledent a présentée en janvier 2014 et qui déconstruit la notion de grands ensembles pour lui substituer celle plus pragmatique d’IEIL (Immeubles élevés et isolés de logement). La recherche porte sur le caractère morphologique de ce type de logement propre à l’agglomération bruxelloise mais plus encore sur les potentiels relationnels que le logement permet ou non. Manière originale de reprendre la question du spatialisme. C’est là qu’Olivier arrive avec son regard frais. L’étonnement préside au questionnement engendré par la question « qu’est-ce qui est curieux dans l’espace de la ville ? ». Du relevé des dispositifs physiques et de leurs usages à l’inconnu et aux histoires qui peuvent arriver en passant par la permanence de l’action architecturale sur le corps social, tout est occasion pour que la démarche architecturale dépasse l’étonnement pour se (re)poser des vraies questions autour du sens à vivre en ville.

8J’ai rencontré Philippe Hamman dans le cadre de son HDR (Habilitation à diriger des recherches) où j’ai retrouvé Yves Grafmeyer et Maurice Blanc dans un jury qui devait permettre son admission au professorat. Pour prendre sans détour la succession de Maurice Blanc à l’Université de Strasbourg. Rencontre passionnante autour d’un travail considérable sur les limites et les frontières. Travail où la curiosité menait le bal pour comparer des stratégies de développement durable dans différentes villes, travail remarquable tant par une approche par les référentiels que par celle qui inventorie les activités et les instruments mobilisés pour mettre en œuvre ces activités. La question était de savoir comment se recomposent les relations de travail entre les différents acteurs – maîtres d’ouvrage, élus politiques, experts, professionnels de l’administration publique locale comme régionale, usagers –, notamment en tenant compte de l’opposition conceptuelle entre ce qui relève de l’imposition ou de la domination et ce qui relève de la transaction. Ainsi la mixité des registres d’analyse permet de dépasser les limites d’une approche heuristique trop souvent présente dans les discours d’expertise. C’est par rapport à cette mixité de registres que le concept de transaction permet de questionner les déplacements des relations de travail en matière de stratégie urbaine. C’est bien cette démarche que propose la contribution de P. Hamman en abordant, dans les tensions entre acteurs, institutions et échelles cognitives et pratiques, ce qui fait lien et liant dans ces lieux « curieux » que sont les intersections et les passages, ce qu’il nomme les espaces-frontières. Ici encore, il est question d’intermondes sociaux.

Notes

1 Leloup X., 2000, La ville de l’Autre, Louvain-la-Neuve : Presses universitaires de Louvain.

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search