Version classiqueVersion mobile

Être curieux en sociologie

 | 
Bernard Francq
, 
Philippe Scieur

Le travail

Le travail

Texte intégral

« Le travail est de prime abord un acte qui se passe entre l’homme et la nature. L’homme y joue lui-même […] le rôle d’une puissance naturelle. Les forces dont son corps est doué, bras et jambes, tête et mains, il les met en mouvement afin de s’assimiler des matières en leur donnant une forme utile à sa vie. En même temps qu’il agit par ce mouvement sur la nature extérieure et la modifie, il modifie sa propre nature et développe les facultés qui y sommeillent. »
Marx, Livre I du Capital (1867)

1 Cette citation de Marx souligne l’étrange rapport que l’homme entretient avec son environnement immédiat dans la mesure où, tout en le domestiquant, il opère une transformation de lui-même. On a souvent souligné le caractère prométhéen de cette définition du travail alors même que celui-ci semblait d’abord une fatalité, une peine ou un devoir moral. L’histoire même du mot travail est riche d’enseignements dans la mesure où elle atteste d’une dimension double – mouvement de maîtrise de la nature et force de création – que les pensées du XVIIe et du XVIIIe siècle n’auront de cesse d’interroger autour de ce qui deviendra la société marchande. Le travail y prendra le sens d’une valeur abstraite qui s’échange de manière inégale à travers sa division, qu’elle soit technique ou sociale. Il prendra aussi des accents divers où il est à la fois une peine, une limite à la liberté, une valeur atomisée, un calcul rationnel et une action tant par rapport à la technique que par rapport à ceux qui l’organisent. Il est à la fois une action productive, une énigme mais aussi un drame.

2Pendant près de 20 ans, j’ai essayé dans mon enseignement de sensibiliser les étudiants aux apports de la sociologie du travail et des relations industrielles ou professionnelles afin de montrer comment les analyses proposées sont inséparables de la question démocratique et de la représentation collective des travailleurs. C’est pourquoi il me semblait indispensable dans ce colloque d’accorder une place primordiale à ce qui aura quand même occupé de nombreuses années de ma vie intellectuelle.

3J’ai demandé à deux sociologues qui ont acquis une expérience cumulée sur les problèmes liés au travail de venir exposer la manière dont ils conçoivent leur recherche aujourd’hui. Le premier, Marc Zune, a été chargé de recherche FNRS et est entré à l’Université de Louvain après un parcours qui l’a amené à s’intéresser tant aux nouvelles technologies de l’information qu’à la dynamique des groupes professionnels, notamment des informaticiens. Il a développé depuis nombre de travaux sur les marchés du travail, autre aspect incontournable de la sociologie du travail. Pour lui, et c’est une question que je partage, la question du traitement des « pénuries » de main-d’œuvre$ sur le marché du travail a émergé ces dix dernières années, en Belgique, comme une nouvelle orientation prioritaire des politiques de formation et d’emploi. Comment traiter cette question en mobilisant la notion de curiosité ? Comment montrer que la catégorisation des phénomènes de pénuries se formule, se défend, et devient structurante sur des scènes d’action très différentes ? Ces questions amènent Marc Zune à un renversement : le problème des recruteurs en situation de pénurie ne serait pas tant la rareté que l’abondance de candidatures et, au sein de celles-ci, la multiplicité et la diversité des expériences individuelles qui y sont grossièrement renseignées. Effet démonstratif garanti.

4J’ai passé avec Olivier Cousin des soirées mémorables à Limoges lorsque j’y occupais un poste de maître de conférences qui enseignait la sociologie générale à des historiens et des géographes puisqu’il n’existait pas à l’époque (1990) de filière de sociologie à part entière. Olivier avait été recruté comme assistant pour m’aider à encadrer des étudiants dans le cadre d’un diplôme certifiant leur permettant d’accéder à une licence en sciences de l’éducation. Il faisait sa thèse avec Dubet sur une question peu abordée en sociologie de l’éducation, l’effet-établissement. La suite a été à la hauteur de son talent : entré au CNRS, il est aujourd’hui professeur à l’Université de Bordeaux – Victor Segalen. Mais de quelles soirées mémorables est-il question ? Certes, tous les deux chercheurs au Cadis nous partagions nos impressions et nos préférences pour la démarche de l’intervention sociologique mais aussi nos découvertes des derniers disques de jazz sortis des meilleures épiceries fines de ce monde-là. L’écoute de la musique de Charles Mingus occupait la nuit tout entière. Nous avons continué à nous échanger nos avis sur les CD qui sortaient, de Martial Solal à Archie Shepp. Goût éclectique penseront les non-initiés. Olivier a choisi à un moment de s’intéresser aux cadres à qui il a consacré plusieurs livres. J’ai toujours profité des occasions de colloques ou de journées d’étude pour l’inviter à Louvain. Dans sa contribution, il reprend à nouveaux frais la question de la fin du travail et celle de son éternel retour. En passant en revue les analyses qui ont marginalisé et banalisé le travail, Olivier propose un renversement, comme le faisait Marc Zune : le travail n’est pas seulement une énigme, sa place n’est plus motrice mais il reste incontournable dans la mesure où il continue à peser fortement sur les questions de société et sur le sens qui est recherché dans l’effectuation de cet acte dont Marx a mis en évidence la double dimension, mouvement de maîtrise de la nature et force de création

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search