Version classiqueVersion mobile

Être curieux en sociologie

 | 
Bernard Francq
, 
Philippe Scieur

Retour sur un parcours et une énigme : de la curiosité de l’intermonde

Frayer l’espace de la curiosité en sociologie – Tentative de repérage

Damien Vanneste

Texte intégral

1Tour à tour vilain défaut et qualité, tour à tour signe de déconcentration et moteur de la découverte, la curiosité fait partie de ces phénomènes humains dont les jugements varient largement selon les contextes et personnes en présence. À son propos, a priori tout et son contraire peuvent être dits, à tel point qu’il semble presque impossible d’utiliser ce terme de manière cohérente, de ne pas se laisser charmer par son caractère équivoque, ou encore de ne pas uniquement le convoquer de manière amusée. Et pourtant. Si l’on considère que, mal ou bien, cette curiosité s’avère être une dimension incontournable de toute démarche intellectuelle ou créative, notamment en sciences sociales, alors elle mérite d’être abordée de manière un peu plus systématique. Une manière utile de le faire consisterait à montrer quel est son rôle ou quelles fonctions elle joue. Plusieurs arguments seraient alors mis en évidence pour cerner les différents registres dans lesquels elle s’immisce et ses apports y afférents. Un des autres chemins possibles d’emprunter consiste à tenter de comprendre comment cette curiosité est susceptible d’advenir.

2M’intéressant au cadre d’action dans lequel se déroule le fil curieux, je vais d’abord tenter de poser sociologiquement cette question de la curiosité. C’est seulement à partir de là que je pourrais initier la question de la curiosité en sociologie spécifiquement. Il me semble que cela implique, au passage, de se mettre d’accord sur la finalité première et la principale modalité d’action du travail de recherches en sciences sociales. Aussi, l’imagination sociologique et la logique du projet seront convoquées dans ce deuxième temps en vue de définir la place du phénomène de curiosité dans le travail sociologique. Sur cette base, je proposerai alors dans un troisième temps de baliser l’espace de la curiosité, en montrant qu’il peut prendre des contours très différents selon la manière dont il est construit et le type de rassemblement qu’il prône. Au terme de ce parcours, j’espère qu’il sera possible de cerner de manière plus systématique l’espace d’expériences que façonne, préserve ou oublie le chercheur en vue d’attiser sa curiosité ou de se laisser aller par elle.

1. Questionner sociologiquement la curiosité

3À l’instar de nombreux phénomènes humains, la curiosité est généralement abordée comme une dynamique très individuelle. Qu’on la considère comme un vilain défaut ou comme une aptitude, ses ressorts sont de type psychologique. La diversité des situations dans lesquelles elle s’opère et la continuité apparente d’une attitude curieuse de la part de certains individus nous incitent à adopter ce registre de compréhension de la réalité. Néanmoins, un premier regard sociologique, emprunté à l’interactionnisme symbolique et plus particulièrement à la « labelling theory » (Becker, 1963/1985), nous amènerait déjà à considérer que le curieux est tout autant celui qui est socialement qualifié comme tel et qui, à travers ses conduites, conforte ce type de désignation (en même temps que ses conduites peuvent être confortées par cette désignation). Comme il est possible de faire une carrière de fumeur de marijuana ou de jazzman, il devrait être possible de réaliser une carrière de « curieux ». Même si elle prendrait effectivement une tournure nettement plus sociologique, la démarche d’analyse de la curiosité retenue continuerait toutefois à relever de la question de l’identité. Or, moins que la question du « comment devient-on un individu curieux ? », je voudrais plutôt m’intéresser ici au « comment la curiosité, comme action, est possible ? ».

4Pour répondre à cette question, je propose de suivre l’orientation théorique proposée par Danilo Martuccelli (2005 : 36) qui consiste à affirmer que toute action se déroule dans un environnement social doté de « malléabilité résistante ». Il qualifie d’« intermonde » cet espace intermédiaire au cœur duquel se déploie l’action. Ni propre à une qualité individuelle, ni pur produit d’un système social, l’action est rendue possible par cet entre-deux, espace de contraintes et de possibles, qui est le propre de la vie sociale et qui adopte des contours particuliers – à défricher et à déchiffrer – selon des contextes, plus ou moins localisés, plus ou moins diffractés dans l’espace et dans le temps. La curiosité est alors un type d’action susceptible d’advenir dans cet intermonde, social, mais aussi spatial. Pour cerner cette dynamique, attardons-nous sur un compte-rendu d’expériences subjectives émanant d’un environnement physique concret. Ce cas relate une expérience, a priori très individuelle, se déroulant grâce au support d’un espace, socialement produit, socialement habité, tout en étant doté d’une matérialité propre. L’intermonde, incarné dans ce contexte concret, constitue bien le lieu de rencontre entre l’individu et le monde, à la fois social et spatial. Ce cas abordé ici est celui du lit de Georges Pérec.

« Le lit est donc l’espace individuel par excellence, l’espace élémentaire du corps (le lit-monade), celui que même l’homme le plus criblé de dettes a le droit de conserver : les huissiers n’ont pas le pouvoir de saisir votre lit ; cela veut dire aussi – et on le vérifie aisément dans la pratique – que nous n’avons qu’un lit, qui est notre lit ; quand il y a d’autres lits dans la maison ou dans l’appartement, on dit que ce sont des lits d’amis, ou des lits d’appoint. On ne dort bien, paraît-il, que dans son lit. […]

C’est couché à plat ventre sur mon lit que j’ai lu Vingt ans après, L’île mystérieuse et Jerry dans l’île. Le lit devenait cabane de trappeurs, ou canot de sauvetage sur l’Océan en furie, ou baobab menacé par l’incendie, tente dressée dans le désert, anfractuosité propice à quelques centimètres de laquelle passaient des ennemis bredouilles. J’ai beaucoup voyagé au fond de mon lit. J’emportais pour survivre des sucres que j’allais voler dans la cuisine et que je cachais sous mon traversin (ça grattait…). La peur – la terreur, même – était toujours présente, malgré la protection des couvertures et de l’oreiller. » (Perec, 1974/2000 : 33-34)

5Le lit est un lieu à partir duquel se déploient de multiples expériences : la découverte, le voyage, la peur… et l’excitation qui y est liée. Ces expériences sont rendues possibles grâce à plusieurs textures sociales et culturelles : une protection institutionnalisée qui garantit que le lit est un bien et un lieu individuel inaliénable – même « les huissiers n’ont pas le pouvoir » de vous le saisir ! –, les livres d’aventure accessibles à la jeunesse, voire aussi, très probablement, la représentation qu’ont les parents (éventuellement adoptifs, notamment dans le cas du petit Georges Perec) à l’égard du lit et des limites que cela pose à l’égard de leurs interventions et injonctions… Ces expériences se logent également dans la matérialité même du lit : individuel, il a toujours un ou deux bords source(s) potentielle(s) de chute réelle ou de naufrage imaginaire ; doté de couvertures et d’oreillers, il permet de s’isoler de la vue du monde de la chambre et de l’écoute du monde des pièces voisines. Riche socialement, évident spatialement, le lit permet pourtant une expérience éminemment subjective : celle-ci est tout à la fois individuelle, imaginaire, fuyante, immatérielle. Objet banal et concret, ce lit est pourtant un seuil pour des voyages multiples et des retours pour mieux repartir. Le lit de Perec n’est pas le lieu où regretter que « la vie est ailleurs ». Il est le lieu où la vie est ici et ailleurs.

6Cet extrait sur le lit que l’on doit à Georges Pérec fait écho à la lecture de la sociologie des espaces potentiels telle qu’initiée par Emmanuel Belin (2001). Les interprétations que ce dernier proposait du séjour de Jean-Jacques Rousseau sur l’île de Saint-Pierre, lit de ses rêveries solitaires, ou du travail psychanalytique développé par Donald Winnicott, donnaient à voir comment des environnements physiques, peu ou prou façonnés ou permis par des actions humaines, rendaient possibles des expériences subjectives de déplacement ou de constitution de soi. Pour Emmanuel Belin, l’ordinaire de ces environnements « bienveillants » devait avoir comme attribut de laisser place à la surprise, en évitant ainsi les expériences-limites de l’angoisse et de l’ennui. Le lit, l’île, un environnement physique « bienveillant », de tels lieux peuvent aussi être présentés dans leurs intrications et leur agencement. Tout en étant toujours plus qu’une collection d’espaces, la ville représente ainsi une figure complexe susceptible de supporter ce type d’expérience subjective. Comme le souligne Bernard Francq :

  • 1 Je souligne.

« Espace d’expérience, la ville condense les pratiques que l’individu expérimente dans son rapport à soi et aux autres. Il est fait de cette ambivalence entre le proche et le lointain, la distance et la proximité des corps, des visages, des odeurs, des rencontres. Là où au-delà des espèces d’espaces1 se construit un rapport au monde qui permet à l’individu de se projeter dans son devenir, dans la construction de soi, au plus proche de sa subjectivité, mais aussi de son rapport au monde tant matériel qu’immatériel. Au plus près de la modernité du sujet libre et différent. » (Francq, 2010 : 89)

7C’est au cœur de cet espace d’expérience que se logent ou naissent les mouvements subjectifs de la curiosité. Sur base de cette appréhension générale du phénomène et sans le définir trop strictement pour le moment, il devient possible de se demander les contours qu’il adopte dans le travail sociologique.

2. La curiosité, l’imagination sociologique et la logique du projet

8Pour articuler curiosité et travail sociologique cette fois, il convient de préciser quelle est la tâche qu’on assigne à ce travail sociologique. À la suite de bien d’autres sociologues, je me raccrocherais volontiers à l’ambition de Charles Wright Mills (1959/1997) considérant que la sociologie se donne pour mission de relier les trajectoires individuelles aux épreuves collectives, ou encore, la biographie à l’histoire. C’est cette qualité de mise en évidence des modalités de liaison de l’individuel au collectif qu’il appelait l’« imagination sociologique » et qui peut être considérée comme un idéal professionnel de production d’intelligibilité. Le sociologue fait en sorte tant que possible de réaliser cette mission. Tant que possible, cela signifie qu’il est pris dans un horizon de potentialités et de contraintes tout à la fois matérielles, organisationnelles, mais aussi cognitives qui lui permettent ou l’empêchent de tendre vers cette ambition. Mills en était bien conscient, mettant par exemple en avant le rôle de la commande dans l’orientation de nombreuses recherches en sciences sociales et historiques, ou encore d’autres critères extérieurs à l’ambition proprement sociologique. Comme il l’écrivait,

« Le pire qui puisse arriver aux sociologues, c’est d’attendre pour coucher leurs « intentions » sur le papier, d’avoir à demander des subsides pour une recherche précise […]. Le bon travail sociologique ne saurait consister en une seule « recherche » empirique bien délimitée. » (Ibid. : 201-205)

9Cette remarque résonne particulièrement aujourd’hui, c’est-à-dire à une époque où la logique par projet, qui inonde l’ensemble des domaines de la vie sociale, et notamment le domaine scientifique, est considérée comme l’horizon incontournable et légitime de toute dynamique de travail (Boltanski, Chiapello, 1999). Inscrire le travail sociologique dans cette logique revient bien souvent à le concevoir comme un enchaînement de projets de recherche. Dans un tel environnement de travail, deux risques se posent pour celui qui garde l’imagination sociologique comme ambition professionnelle fondamentale. Le premier est une dérive techniciste : cela consiste à croire que son but sera réalisé in fine grâce à la succession/collection de commandes externes diverses ; il s’agit d’une sorte de ritualisme de l’enquête dont la naïveté est encouragée par la nécessité de rester « dans le circuit ». Le second piège, différent, mais tout aussi présent et plus valorisé dans les « réseaux scientifiques », s’incarne dans la figure du « capitaliste » de la recherche en sciences sociales. À la différence du cas de figure précédent, il n’y a pas ici d’appropriation ritualiste de la contrainte. Il est plutôt question d’un positionnement très instrumental dans ce « jeu ». L’imagination sociologique cesse d’être un but, elle est devient un moyen pour construire réputation, reconnaissance et domination au cœur d’un espace-réseau scientifique. Comme le raconte, non sans ironie, Latour :

« [Pour le capitaliste de la recherche, les sujets de recherche] ne comptent pas, ou plutôt ne comptent que comme moyen d’accumuler les connaissances. […] la recherche est un cycle de capital, les énoncés comme les situations n’ont pas de valeur propre, seules comptent la reproduction et l’extension du cycle. […] [Le chercheur] n’a pas d’inhibition […] ; regardez comme depuis vingt ans il a sauté de sujet en sujet, de patron en patron, de pays en pays, jouant de toutes les différences de potentiel […] Quelle chose accumule-t-il ? Rien en particulier, sinon peut-être de l’absence d’inhibition, une sorte d’énergie libre prête à s’investir n’importe où. Oui, c’est bien lui, le Don Juan de la connaissance. On parlera de « curiosité intellectuelle », de « soif de vérité », mais l’absence d’inhibition désigne bien autre chose : un capital d’éléments sans valeur d’usage, qui peuvent prendre n’importe quelle valeur, pourvu que le cycle se referme sur lui-même en s’élargissant toujours davantage. » (Latour, 1993 : 126-129)

  • 2 « La ruse, entendue comme la mètis des Grecs, constitue une forme d’intelligence polymorphe. Superb (...)

10Se dire d’abord que la question qui se pose peut être celle des lieux au cœur desquels se loge une expérience subjective comme la curiosité, se dire ensuite que ces lieux, dans le cas des sciences, notamment sociales, sont de part en part traversés par une logique (aussi bien matérielle, sociale que culturelle) du projet, tout cela nous invite à prendre en compte comment une expérience, comme celle de la recherche, à la fois s’appuie sur son environnement et s’inscrit en décalage par rapport à celui-ci. S’il n’est pas question d’adaptation ; il n’est pas non plus question de sortie « hors du monde ». Comme l’ont suggéré Bernard Francq et Philippe Scieur (2004), à propos des programmes de recherche en sciences sociales, l’enjeu n’est pas tant de se conformer aux expertises attendues ni de se complaire dans une position critique radicale dénonçant la corruption fondamentale du monde. Il s’agit plutôt de parvenir à reprendre à son compte des objectifs ou des éléments disparates dans la mesure où il est possible de les remodeler et les (ré) agencer en vue d’enrichir l’imagination sociologique. Cet effort implique de « ruser ». Celui-ci n’est sans doute pas propre à la recherche en sciences sociales ; il se retrouve par exemple dans la manière dont les architectes et urbanistes conçoivent leurs réponses à des appels d’offres.2 Qui plus est, cet effort, n’est sans doute pas si étranger au travail d’imagination sociologique tel que thématisé à l’origine par Charles Wright Mills (Ibid. : 204) car, comme le rappelait ce dernier, « [o]n sollicite souvent l’imagination en plaçant côte à côte des éléments jusque-là isolés, en établissant des rapports insoupçonnés. » C’est dire, une fois de plus, que ce travail s’inscrit toujours entre une expérience subjective et une forme d’intelligence sociale. C’est dire aussi que la curiosité qui permet de voyager d’un élément à un autre représente certainement un moteur de cette imagination sociologique.

3. Figures de l’espace de la curiosité dans le travail de recherche

11J’ai pour le moment tenté de développer une façon de questionner le phénomène de curiosité. Cela m’a amené à appréhender de manière générale l’espace au cœur duquel il pouvait advenir. J’ai ensuite poursuivi ce questionnement en me focalisant sur le domaine de la recherche en sciences sociales en rappelant qu’il y était au moins balisé par deux dimensions structurantes : une ambition qui se pose en termes d’« imagination sociologique » et une logique d’action articulée autour de la figure du projet. Sur cette base, on est plus à même de se demander ce qu’est la curiosité et en proposer une définition positive pour le travail sociologique.

12Pour cerner les modalités spécifiques du phénomène de curiosité, je propose de replonger brièvement dans des discussions déjà entamées sur le rôle ou les fonctions de la curiosité dans le cadre du travail sociologique. Cette question a été traitée de manière assez systématique par Robert K. Merton à partir de l’idée de serendipity. Derrière ce concept se dessine effectivement un phénomène qui a trait à la curiosité tant ce qui est exprimé est de l’ordre de la rencontre fortuite, mais poursuivie, entre de l’inattendu, du surprenant, et une aptitude à le voir. Ce type de rencontre a une fonction importante : alimenter la théorie grâce à une dynamique propre à la recherche empirique. Merton entend montrer là que la théorie n’est pas nécessairement, et toujours, maîtresse ; elle peut aussi se laisser guider sur des voies rendues possibles grâce à des cheminements proprement empiriques. Il souhaite particulièrement insister sur la nécessaire articulation et réciprocité entre la théorie et l’empirie. C’est dans ce cadre-là qu’il discerne au moins quatre fonctions remplies par la recherche en vue de contribuer au développement théorique : la susciter, la refondre, la réorienter et la clarifier (Merton, 1997/1949 : 42). La serendipity réalise la première de ces fonctions ; elle « se rapporte au fait assez courant d’observer une donnée inattendue, aberrante et capitale qui donne l’occasion de développer une nouvelle théorie ou d’étendre une théorie existante. » (Ibid. : 43) Merton précise alors ces trois termes. Elle est inattendue parce que le protocole de recherche mis en place ne prévoyait pas la rencontre de ce type de donnée. Elle est aberrante ou surprenante parce qu’en plus elle ne s’accorde ni avec l’ensemble du matériau empirique, ni avec la théorie sensée être mobilisée. « Dans les deux cas, la contradiction suscite la curiosité ; elle pousse le chercheur à « donner un sens au fait observé », à le faire entrer dans un cadre de référence plus large. Il poursuit son exploration. Il fait de nouvelles observations. » (Ibid.) Enfin le fait aberrant doit, pour Merton, être « capital » ; « il doit influer sur la théorie générale », considérant par là que le fait ne vaut pas uniquement pour lui-même mais plutôt pour ce que « l’observateur [y] voit » (Ibid. : 44).

  • 3 Même si dans certaines de ses acceptions il en prend le sens (notamment, en architecture), « sensib (...)

13De ces extraits relatifs à un des rôles spécifiques de la recherche dans le travail sociologique, il est possible de dégager le type d’opération qui se déroule au cœur de ce moment dit de « serendipity ». Il y est tout à la fois question d’une rencontre, d’un décalage et d’un travail subjectif. Dit autrement, sur cette base, il est possible de considérer la curiosité comme une manière de percevoir une invitation au mouvement de l’expérience sensible du chercheur et de répondre à cette invitation. On peut envisager ici de définir l’expérience sensible de manière assez large, en suivant le sens développé par Rancière (2000), comme l’ensemble des formes symboliques qui, dans un espace donné, organisent la perception du monde, relie les épreuves du réel à des modes d’interprétation intelligibles.3 Le mouvement de cette expérience est alors considéré comme un processus, subjectif et discontinu, qui s’inscrit dans un espace d’action socialisé et spatialisé doté de contraintes et de potentialités spécifiques. La curiosité du chercheur est une déclinaison particulière de ce processus. La curiosité est alors inscrite dans tout processus inhérent au travail sociologique : elle est l’observation ordinaire ou la recherche empirique qui donne à voir ou à travailler la théorie (comme le suggère Merton) ; elle est la lecture, sociologique, mais aussi littéraire (Barrère, Martuccelli, 2008 ; Becker, 2010), qui invite à des reconsidérations théoriques ; elle est au cœur du processus d’écriture qui dans son avancement même dessine régulièrement des espaces inattendus (Lassave, 2002), que ce soit pour le retour empirique ou la discussion théorique ; elle peut, dans certains cas, tout autant émaner d’une pratique d’enseignement, d’expertise, etc. Ces dynamiques peuvent se retrouver au cœur de chacun de ces processus pris distinctement bien évidemment, le travail de terrain appelant de lui-même une voie empirique médiane, par exemple.

14Puisqu’elle est rencontre, la curiosité suppose la présence d’un environnement, fût-il imaginaire. Puisqu’elle est décalage, elle ouvre un chemin, du même type que celui permis par le lit de Georges Pérec, entre l’ici et l’ailleurs. Puisqu’elle est travail subjectif, elle n’est jamais une donnée extérieure qui inonde mécaniquement les sens de l’individu, elle est une mise en acte d’un déplacement cognitif et physique possible. Sans prétendre, par voie de conséquence, déceler les environnements et les individus propices à cette dynamique, tentons de cerner, d’une part, quelques configurations au cœur desquelles peut se loger la curiosité et, d’autre part, les caractéristiques et pièges propres à chacune d’entre elles.

15Pour avancer dans ce questionnement, je propose de dégager deux dimensions : la première concerne la tonalité, sociale ou non, de la dynamique de curiosité ; la deuxième relève de l’origine de l’espace conçu en vue de la dynamique de curiosité. Ces deux dimensions ne se superposent pas : la première concerne le moment au cours duquel la curiosité s’opère – il peut être individuel ou collectif – ; la seconde concerne la production – à nouveau, individuelle ou collective, voire institutionnalisée – de moments au cours desquels la curiosité peut advenir. Sur cette base, il est possible de dégager quatre figures d’espaces au cœur desquels est susceptible de se loger le travail subjectif de curiosité : le refuge, la protection, l’immersion et la discussion.

  • 4 On peut dès lors faire l’hypothèse que quelqu’un qui réalise une thèse en sociologie en menant de f (...)

16Le refuge est un bout d’espace que l’individu se construit pour s’isoler des appels extérieurs qui le détournent de son ambition de plonger dans un travail d’imagination sociologique. Ces appels peuvent être multiples, allant de contraintes externes au travail sociologique (d’ordre privé comme professionnel) à d’autres types de contraintes plus subtilement liées au travail de recherche, telles que des réponses à des appels d’offres, du travail d’expertise, voire également, des conférences auxquelles vous êtes encouragé d’assister, des enseignements… Cela implique de réaliser des arbitrages car, d’abord, rien ne dit que ce qui est perçu comme contrainte ne puisse aussi attiser votre curiosité et, ensuite, rien ne garantit, ni pour vous, ni pour autrui – si par hasard vous vous mettez à justifier la construction de votre refuge – la qualité productive du refuge en termes de curiosité et d’imagination sociologique.4 C’est un travail tout aussi subjectif qui consiste à éprouver en quoi cette qualité est liée à un degré de solitude ou non, à un type d’espace ou non… En effet, le refuge peut aussi bien être dans un bureau, porte fermée, que dans le recoin d’une banquette de train, au milieu d’une brasserie bruyante et indifférente à votre bulle ou encore dans la salle du fond d’une bibliothèque. Ce processus solitaire vise à laisser de l’espace à un type particulier de rencontre, essentiellement imaginaire ou cognitive. Le refuge comporte toutefois un risque évident pour votre entourage, mais aussi pour vous : c’est l’isolement. Il apparaît quand votre retrait est devenu tellement important que plus aucune rencontre ne surgit.

17La protection, à la différence du refuge, vous garantit un bout d’espace. Vous ne devez pas conquérir cet espace ou, à tout le moins, vous ne devez pas le reconquérir – s’il n’a pas été donné, vous l’avez en tout cas conquis. Ce privilège est généralement fondé et légitimé sur quelques mérites ou qualités reconnus. Il relève aussi d’une sorte de pari sur le fait que l’espace octroyé soit propice aux dynamiques de la curiosité scientifique et de l’imagination. Comme le suggère Merton (cité in : Chazel, 2006 : 215), on se trouve là devant des « micro-environnements socio-cognitifs » reconnus et institutionnalisés. Un statut acquis, la liberté académique propre à l’université, l’obtention d’une bourse d’études… sont, à des degrés divers, des manières de garantir cet espace. Ces garanties sont donc extérieures à l’individu. En cela, il n’est pas rare qu’elles deviennent « naturalisées ». Ce qui n’empêche que ce qui est visé concerne toujours bien le niveau individuel. Il est possible que cela prenne une tournure spatiale particulière. Par exemple, dans le cas d’une bourse en vue d’un séjour à l’étranger, on ne vous octroie pas uniquement une rémunération qui vous évite certaines questions matérielles, on vous déplace loin de chez vous, là où les sollicitations de votre vie sociale se posent différemment (en tout cas, celles liées au proche). Cette protection institutionnalisée a beau viser la production de conditions favorables au déploiement de la curiosité intellectuelle, il n’empêche pas moins que, pour s’accomplir, cette curiosité devra s’appuyer sur un travail subjectif. Autrement dit, accroissement de la mobilité physique ne signifie pas automatiquement accroissement des mouvements de l’expérience sensible. À vrai dire, à une époque où la mobilité est devenue tellement valorisée socialement, on est en droit de se demander si les mobilités physiques n’ont pas, dans de nombreuses situations, plus une fonction rituelle que le statut de levier nécessaire au plein épanouissement de l’attitude cosmopolite, chère aux sociologues (Berger, 1963/2006). De manière plus générale, la protection, quand elle est institutionnalisée, est souvent liée à des phénomènes de régulation qui visent à susciter ou vérifier la réalisation des buts visés. Aussi, si le piège du refuge est de sombrer dans l’isolement, ces dynamiques de régulation rappellent que la tentation implicite liée à la protection consiste plutôt à se complaire dans l’oisiveté. En effet, le statut confortable acquis peut toujours laisser la place à l’éclosion d’une certaine forme de paresse intellectuelle, qui produit une sorte d’effet soporifique sur le travail subjectif qu’implique tout moment de curiosité.

  • 5 Les Fleurs du Mal recèlent effectivement plusieurs poèmes (comme « Le soleil » ou « À une passante  (...)

18L’immersion, à l’instar du refuge, relève d’une production proprement individuelle de l’espace de la curiosité. Cependant, il ne s’agit pas ici de vous retirer du monde pour éviter les sollicitations extérieures qui, sans se présenter comme telles, ne cessent de vous « mettre le nez dans le guidon ». L’immersion est un acte volontaire qui consiste à s’ouvrir au maximum aux rencontres fortuites que recèle la vie sociale. Vous suivez par exemple la lecture que Walter Benjamin propose du poète de la modernité qu’est Baudelaire (Frisby, 2001). Vous vous faites flâneur. Plongé dans la vie urbaine, vous ne cessez de vous laisser guider par cet inattendu qui se loge entre un environnement fait de surprises et une potentialité réceptive.5 Cet espace de la curiosité urbaine est à même de ravir le poète, l’artiste, mais aussi le sociologue. Il n’est toutefois pas impossible que cette qualité immersive soit déclinée dans d’autres types de travail scientifique. Il faudrait alors se demander en quoi le bio-ingénieur, le psychologue ou le théologien sont susceptibles d’également se laisser porter par les mondes qu’ils étudient méthodiquement par ailleurs. Mais revenons au cas du sociologue de la ville. Enivré par les mille et une surprises du monde urbain, il court toujours le risque de se laisser emporter par celui-ci. L’immersion devient alors fusion. Se perd dans ce cas l’expérience de décalage qui ne peut se satisfaire de l’émerveillement béat. La surprise doit toujours être interprétée par rapport à ce qu’elle dit de particulier ; elle est toujours construite dans le décalage par rapport à soi ou par rapport à d’autres cas (Passeron, Revel, 2005). C’est dire aussi que la figure du flâneur ne peut se concevoir sans être mise en tension avec celle du blasé, chère à Simmel (1903).

19Enfin, la figure de la discussion complète ce tour d’horizon. Évidemment, les trois figures précédentes comportaient déjà des formes d’échanges discursifs, réels ou imaginaires. La spécificité de cette figure-ci tient dans la production collective ou institutionnelle de moments de rencontres destinés à soutenir les échanges intellectuels (de tout type : empirique, méthodologique, théorique…). Ces échanges sont considérés comme les lieux où, d’une part, la curiosité peut s’assouvir et être attisée, et où, d’autre part, l’imagination sociologique est susceptible de s’élaborer collectivement. La discussion s’incarne dans une multitude de dynamiques ou dispositifs concrets : l’essor éditorial d’un institut de recherche, l’organisation régulière de séminaires ou de colloques, la création d’une association professionnelle, la garantie d’une libre diffusion des idées… À travers la discussion, la curiosité est amenée à jaillir et circuler. D’autres types de décision, moins visibles, peuvent aussi tenter de réaliser cela : une politique du personnel de recherche qui valorise le « présentiel », un agencement architectural des lieux concrets de la recherche qui encourage le déploiement des échanges informels… Comme dans le cas de la figure de la protection, à travers l’encouragement à la discussion, est toujours plus ou moins explicitement attendue une certaine productivité en termes de curiosité et d’imagination sociologique. Or, paradoxalement, la discussion doit toujours reconnaître et assumer le risque de ne pas être productive pour espérer l’être effectivement. C’est parce qu’elle laisse aussi des marges pour l’erreur de jugement ou la prise de risque que la discussion s’aventure sur des chemins heuristiques et peut être, au final, stimulante. Si elle ne reconnaît pas ce droit à l’improductivité (presqu’à une certaine forme de dilettantisme), le risque est grand que la discussion verse dans la démonstration, théâtre, dans ce cas, des habiletés rhétoriques et des curricula des individus en présence.

20Ces quatre figures qui permettent de baliser l’espace de la curiosité en sociologie sont récapitulées dans le tableau ci-dessous. À chaque fois, est rappelé le piège spécifique de chacune de ces figures. Si la curiosité est un mouvement qui combine une rencontre, un décalage et un travail subjectif, les pièges posés à la curiosité consistent à chaque fois à amoindrir au moins une de ces dimensions. Le refuge risque de se traduire in fine dans l’absence de rencontre. L’immersion, poussée à l’extrême, ne se traduit plus en termes de décalage. Quant à la protection et la discussion, elles risquent, plus que les figures précédentes qui impliquent toujours un engagement individuel préalable, de susciter un environnement qui nous dévie du nécessaire travail subjectif de curiosité et d’imagination sociologique. La protection peut tout simplement nous écarter de tout travail. La discussion, si elle devient démonstration, rend quant à elle le travail plus instrumental que proprement subjectif, cognitif ou imaginatif.

Figures de l’espace de la curiosité

Moments individuels Moments collectifs
Production individuelle de l’espace Le refuge (et l’isolement) L’immersion (et la fusion)
Production collective ou institutionnelle de l’espace La protection (et l’oisiveté) La discussion (et la démonstration)

21Ces quatre figures de l’espace de la curiosité ne sont pas quatre territoires exclusifs. Il s’agit d’un seul espace qui adopte en fait des contours particuliers selon les contextes. Ces contextes sont façonnés, entre autres, par la dynamique institutionnelle, l’expérience personnelle, la culture professionnelle… En tant que chercheur, on est amené à alterner parfois, combiner souvent, ces figures. On ne cesse de se déplacer d’une figure à l’autre. Ce qui implique, notamment, de poser des choix et donc de réaliser des arbitrages. Ceux-ci ne se font pas sans tension car, entre les figures, se dessinent toujours des différentiels de légitimité ancrés dans les contextes d’action. Cette capacité ou cette incapacité à poser des choix dans un contexte normatif pluriel débouche régulièrement sur l’expérience du désarroi, telle que l’a problématisée Philippe Scieur (2008). Autrement dit, si la curiosité comporte toujours une part de travail subjectif, se repérer dans l’espace de la curiosité et décider du type de chemin à emprunter implique, régulièrement, un travail subjectif préalable.

***

22La curiosité en sociologie est une chose étrange. Moteur de l’imagination sociologique, elle a beau être souhaitable, elle est difficilement prévisible. On peut bien sûr considérer qu’elle est liée à des traits de caractère individuels relativement pérennes qui permettent de réaliser quelques prédictions. À vrai dire, il n’est sans doute pas sot d’adopter un tel point de vue. Néanmoins, si on traite de la curiosité en sociologie, cela mérite de faire l’effort de tenter de comprendre sociologiquement cette curiosité. Une des pistes envisageables consiste à rendre compte de l’espace dans lequel advient le phénomène de curiosité. Loin de déduire pour autant un rapport de nécessité entre l’environnement et l’action, il est possible de dégager les modalités d’action posées par les quelques figures d’espace mises en évidence, ainsi que les articulations entre ces différentes figures. Ces espaces de la curiosité sociologique sont des espaces d’expérience dotés de leurs promesses et de leurs pièges spécifiques. Cette tentative de repérage ne vise donc pas une conclusion en termes de type d’espace à valoriser au détriment d’autres. Ainsi, même si leur potentiel est a priori élevé, les espaces produits individuellement demeurent souvent coûteux pour celui qui s’y engage (et éventuellement pour son entourage). Il faut donc éviter de parler de ce premier type de figures de manière idéalisée. Quant aux espaces produits de manière institutionnelle, malgré la présentation et la légitimité de tous leurs atouts, ils comportent toujours le risque de déboucher autant sur des dysfonctions que sur leur productivité attendue. Comme nous l’avions vu autour de la question du rapport (non évident) entre mobilité physique et déplacements cognitifs, il revient toujours au sociologue de s’interroger sur les indices de curiosité et d’imagination sociologique, produits institutionnellement, et leurs effets propres. Cette remarque ne signifie évidemment pas qu’il ne faut pas d’indices capables d’appréhender la réalité de la curiosité, tout en la réduisant (parfois considérablement). Elle consiste simplement en une invitation à prendre nos distances à l’égard du fétichisme présent autour de ces indices ; il n’est pas rare qu’ils nous éloignent de la part d’attitude buissonnière souhaitée, et ce, tout particulièrement quand on parle de curiosité et d’imagination (sociologique).

Bibliographie

Bibliographie

Barrère A., Martuccelli D., 2008, « La sociologie à l’école du roman français contemporain », SociologieS, Théories et recherches. URL : http://sociologies.revues.org/document1523.html. Consulté le 05 janvier 2009.

Becker H.S., 1985 (1963), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris : Métailié.

Becker H. S., 2010, Comment parler de la société ? Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, Paris : La Découverte.

Belin E., 2001, Une sociologie des espaces potentiels. Logique dispositive et expérience ordinaire, Bruxelles : De Boeck.

Berger P. L., 2006 (1963), Invitation à la sociologie, Paris : La Découverte.

Boltanski L., Chiapello E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris : Gallimard.

Chazel F., 2006, « Merton et la serendipity : à propos d’une publication récente », Revue d’histoire des sciences humaines, pp. 209-217.

Francq B., Scieur P., 2004, « Grammaires de l’expertise. Ou comment échapper aux « good practices » dans le cadre des programmes de recherche en sciences sociales », Séminaire du CADIS, Lacanau, juin.

Francq B., 2010, « Ville, épreuves subjectives et sujet personnel », in Tahon M.- B. (dir.), Sociologie de l’intermonde. La vie sociale après l’idée de société, Louvain-la-Neuve : Presses universitaires de Louvain, pp. 79-94.

Frisby D., 2001, Cityscapes of Modernity, New-York : Polity Press.

Landauer P., 2009, L’architecte, la ville et la sécurité, Paris : PUF.

Lassave P., 2002, Sciences sociales et littérature. Concurrence, complémentarité, interférences, Paris : PUF.

Latour B., 1993, « Portrait d’un biologiste en capitaliste sauvage », in Latour B., Petites leçons de sociologie des sciences, Paris : La Découverte, pp. 100-129.

Martuccelli D., 2005, La consistance du social. Une sociologie pour la modernité, Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Merton R. K., 1997 (1949), Éléments de théorie et méthode sociologique, Paris : Armand Colin.

Mills C. W., 1997 (1959), L’imagination sociologique, Paris : La Découverte.

Passeron J.-C., Revel J., 2005, « Penser par cas. Raisonner à partir de singularités », in Passeron J.-C., Revel J. (dir.), Penser par cas, Paris : EHESS, pp. 9-44.

Perec G., 2000 (1974), Espèces d’espaces, Paris : Galilée.

Rancière J., 2000, Le partage du sensible. Esthétique et politique, Paris : La Fabrique.

Scieur P., 2008, « Essai de conceptualisation du désarroi dans un contexte de procéduralisation institutionnelle », in Vranken D., Dubois C., Schoenaers F. (dir.), Penser la négociation. Mélanges en hommage à Olgierd Kuty, Bruxelles : De Boeck, pp. 207-216.

Simmel G., 1903, « Métropoles et mentalités », in Grafmeyer Y., Joseph I., 2004 (1979), L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris : Flammarion, pp. 61-77.

Notes

1 Je souligne.

2 « La ruse, entendue comme la mètis des Grecs, constitue une forme d’intelligence polymorphe. Superbement décrite par Marcel Détienne et Jean-Pierre Vernant, son objectif n’est pas d’appliquer une pensée théorique – un logos – sur le réel mais d’élaborer des stratagèmes […]. Cette forme d’intelligence paraît aujourd’hui nécessaire pour réussir à maintenir l’ouverture, le partage et le droit à l’immobilité alors même que les commandes passées aux concepteurs contribuent à propager la mise en place d’une gestion de flux et une modulation des limites de l’espace public qui menacent de lui enlever toute consistance. Nombre d’architectes, d’urbanistes et de paysagistes pratiquent d’ores et déjà cette ruse dans leurs projets et leurs réalisations. » (Landauer, 2009 : 66)

3 Même si dans certaines de ses acceptions il en prend le sens (notamment, en architecture), « sensible » doit être considéré comme distinct du terme « sensoriel » qui renvoie à une expérience plus directement physique mobilisée par les cinq sens (vue, ouïe, odorat, toucher, goût).

4 On peut dès lors faire l’hypothèse que quelqu’un qui réalise une thèse en sociologie en menant de front une autre activité professionnelle (sans être rémunéré pour faire de la recherche ou, en tout cas, sans disposer d’un minimum de temps socialement garanti pour ce type d’activités) devra certainement se créer beaucoup de refuges pour réaliser son ambition sociologique.

5 Les Fleurs du Mal recèlent effectivement plusieurs poèmes (comme « Le soleil » ou « À une passante ») qui sont extrêmement suggestifs à l’égard d’une telle attitude.

Auteur

À été chercheur au Centre de recherche et d’intervention en organisation (CeRIO) des FUCaM. Maître de conférences à l’Université catholique de Lille. Ses recherches portent sur les relations entre espace local, action organisée et politique de la ville à travers l’étude des dispositifs de gouvernance et de développement urbain. À paraître : L’espace politique des villes (Presses universitaires de Louvain).

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search