Version classiqueVersion mobile

Être curieux en sociologie

 | 
Bernard Francq
, 
Philippe Scieur

Retour sur un parcours et une énigme : de la curiosité de l’intermonde

Invitation au voyage

Le sujet aux interstices des organisations en formation, en travail et en santé

Céline Mahieu

Texte intégral

Aux sources d’émerveillement

1En nous invitant à explorer le thème de la curiosité, Bernard Francq nous appelle à revenir sur l’expérience première du chercheur ou de la chercheuse, celle qui le/la met en mouvement vers des terrains d’enquête et vers des cadres théoriques susceptibles de rendre intelligibles ce qu’il observe. Au cœur de l’expérience singulière de la recherche, la curiosité est également à l’origine du développement des sciences en général et des sciences humaines en particulier. Alors qu’elle était plutôt considérée par les prémodernes comme un vice intellectuel associé à la futilité, à l’orgueil et la désobéissance, la réhabilitation morale de la curiosité aux 16ème et 17ème siècles est en effet réputée être l’un des ressorts cruciaux de l’objectivation de la connaissance scientifique (Harrison, 2001) et du développement de la méthode en sciences humaines (Stagl, 2002). Le présent récit, qui n’a qu’une prétention limitée à la systématique comme on le verra, sera donc articulé à ces deux pôles de réflexion, d’une part un regard sur l’expérience du chercheur et d’autre part un retour sur cette force motrice et originelle des sciences.

  • 1 Plus qu’un procédé stylistique relevant du récit de voyage, l’emploi de la première personne du sin (...)

2J’ai pris le parti, ainsi que l’indique le titre de cette communication, de prendre l’interpellation de Bernard Francq pour une invitation au voyage, un retour sur les chemins que la curiosité fait emprunter, et tout particulièrement celle qu’il m’a communiquée puisqu’il a été à la fois mon premier professeur de sociologie à l’UCL et mon directeur de thèse avec Philippe Scieur1. Dans son Histoire de la curiosité (Eine Geschichte der Neugier. Die Kunst des Reisens 1550-1800, 2002), le sociologue autrichien des sciences Justin Stagl présente d’ailleurs le récit de voyage comme le lointain ancêtre des sciences sociales. Il signale à l’appui de son propos des dizaines d’ouvrages qui dès le 16ème siècle proposent au voyageur des modes de plus en plus systématisés de récolte et d’enregistrement de données. Avec Christopher Pinney, il affirme que le compte-rendu de voyage et la monographie ethnographique, en tant que modes de connaissance textuelle des autres cultures, ont en commun de passer par une expérience personnelle, l’appropriation d’une altérité par une personne plus ou moins détachée de son contexte socioculturel d’origine, un contexte auquel cependant cette personne retourne, transportant avec elle cette altérité réappropriée (Stagl & Pinney, 1996, p. 121).

3Précisément, cette dynamique de l’altérité et de l’appropriation qu’un autre grand curieux, Georg Simmel, a examinée sous toutes les coutures, apparaît comme un élément fondamental de la curiosité. Dans Philosophie de l’argent, Simmel considère que le désir et la valorisation supposent « l’aspiration, l’effort, le sacrifice qui se glissent entre les choses et nous […]. Distanciation et rapprochement sont, dans l’ordre pratique aussi, des notions corrélatives, chacune supposant l’autre et toutes deux formant les aspects de ce rapport aux choses que, subjectivement, nous appelons notre désir, et objectivement leur valeur » (1987 [1900], p. 44). Simmel insiste sur « la double signification du désir [qui] naît d’une distance à l’égard des choses, que justement il s’efforce de surmonter, mais suppose une proximité entre celles-là et nous pour que soit ressentie la distance existante » (ibidem).

4Comme toutes les aspirations auxquelles s’attache de la valeur, la curiosité entendue comme désir de connaissance suppose donc une distance, mais aussi une proximité. C’est sous cet angle, celui d’une altérité réappropriée, que s’est faite pour moi la découverte de la sociologie. Par la déconstruction que cette discipline opère en mettant au jour la trame des rapports sociaux qui sous-tendent nos mondes familiers (famille, travail, école, religion, etc.), la sociologie désarçonne et intrigue, elle suscite l’envie de se déplacer pour changer de perspective sur des « réalités » intimes ou co-construites. Expérience d’altérité réappropriée également dans cette première rencontre avec un professeur, Bernard Francq, déroutant par ses digressions foisonnantes, volontiers provocateur, sociologue en itinérance dans les nombreux terrains d’enquête dont il nous a fait partager le plaisir de la découverte : le travail et la formation professionnelle, la santé, la ville. C’est dans cet ordre d’ailleurs que j’organiserai la suite de mon propos consacré au cabinet de curiosités dont il a ouvert les portes à ses étudiants comme à ses chercheurs et que je me propose aujourd’hui de discuter – de manière forcément inégale – en fonction des centres d’intérêt qui sont aujourd’hui les miens.

5Je commencerai donc cet article avec les thématiques du travail et de la formation professionnelle qui ont constitué une part importante de l’œuvre sociologique de Bernard Francq et qui sont au cœur de ma thèse qu’il a accompagnée en duo avec Philippe Scieur. Un projet de longue haleine comme le doctorat commence bien sûr avec une étincelle de curiosité pour un sujet donné, mais celle-ci ne peut d’après moi être entretenue et ne peut survivre aux inévitables vagues de découragement et de doutes qu’à la condition d’être entouré-e d’une équipe sachant à la fois donner des balises solides à la recherche et stimuler l’autonomie intellectuelle du chercheur ou de la chercheuse. D’après Bachelard, en effet « en donnant une satisfaction immédiate à la curiosité […] loin de favoriser la culture scientifique, on l’entrave. On remplace la connaissance par l’admiration, les idées par les images » (Bachelard, 1934 [2012], p. 34). En esquissant des directions possibles sans en tracer aucune, en m’initiant à des méthodes et des lectures nouvelles, en ouvrant des espaces de discussion et de contradiction, ces deux complices de longue date ont su trouver la juste dose de pilotage qui m’a permis de mener à bon port cette thèse sur la validation des compétences et son impact sur les systèmes de qualification.

Équipage et capitaines au long cours : travail et formation

6Le travail comme lieu majeur de construction du sujet et de l’action collective constitue l’un des objets d’étude privilégiés par Bernard Francq. Qu’il fasse revivre la Wallonie sidérurgique ou les grands noms du mouvement ouvrier pour rendre intelligibles les ressorts de leur déclin (Francq & Lapeyronnie, 1990 ; Francq, 1995a), il combine une connaissance fine des terrains wallon et bruxellois à des interrogations sociologiques toujours accrochées à sa propre implication dans le devenir social de ces régions. Au cœur de ses questionnements, la dialectique de l’engagement-dégagement du sujet et son articulation à la démocratie industrielle comme condition première de la démocratie politique et de la citoyenneté (Francq, 1995b ; Francq, 2004).

7Au sein de cette entreprise de mise au jour des investissements subjectifs au travail et des mobilisations collectives qui s’y organisent, la problématique de la formation prend une importance particulière. Dans l’ouvrage consacré à la formation et à la socialisation au travail que Bernard Francq a codirigé avec Christian Maroy en 1996, il interroge ainsi le rapport entre le mode de rationalisation sociale porté par les pouvoirs publics en matière d’insertion et de formation et les exigences normatives de la démocratie (Francq, 1996).

8Le paysage de la formation professionnelle est historiquement marqué en Belgique francophone par une grande diversité de dispositifs, mêlant politiques de l’emploi, de la formation et politiques sociales. Le secteur associatif, les fonds sectoriels, le secteur public ou parapublic et le secteur privé se partagent le domaine. C’est précisément le mode d’émergence erratique des politiques de formation et d’insertion ainsi que les problèmes de coordination que soulève leur création dans la précipitation qu’interroge Bernard Francq. Il fait l’hypothèse qu’en la matière l’apparent bricolage organisationnel que mettent en œuvre les décisionnaires locaux dans le Hainaut et le Valenciennois pour remédier à l’éclatement des politiques relève en réalité d’une rationalité procédurale qui conjugue un travail sur les normes (en particulier la question de la norme que peut constituer une insertion minimum ou une socialisation provisoire) ; des pratiques s’opposant à la segmentation ou à la fragmentation du traitement « social » de l’insertion ; et la relocalisation territoriale des problèmes.

  • 2 Le DIISP contractualise et individualise le suivi d’orientation pour certaines catégories de demand (...)
  • 3 Les Instances sous-régionales de Pilotage Inter-réseaux de l’Enseignement Qualifiant visent à ratio (...)

9L’interrogation qu’il soulève en 1996 concerne donc à la fois la norme de l’insertion et le mode de gouvernance des dispositifs de formation. Or ces dernières années, pour faire face à la pluralité d’approches, d’opérateurs et de publics, des dispositifs inter-opérateurs visant à améliorer la coordination de l’ensemble ont vu le jour. Ils s’inscrivent dans la tendance générale en Europe à rationaliser les politiques de formation autour de la construction de « l’employabilité » des personnes. Ces dispositifs inter-opérateurs ont en commun une même centration sur l’individualisation des parcours des apprenants, des politiques catégorielles et une forte territorialisation de l’action publique. Certains de ces dispositifs sont emblématiques de cette tentative de reconstruction d’une cohérence locale comme le Dispositif intégré d’insertion socioprofessionnelle (DIISP)2 ou les Instances sous-régionales de Pilotage Inter-réseaux de l’Enseignement qualifiant3. Nous nous attacherons particulièrement dans le cadre de cette contribution à un autre dispositif inter-organisationnel, le Consortium de validation des compétences, qui vise à construire un mode de reconnaissance officiel des compétences acquises en formation professionnelle ou par l’expérience professionnelle et qui contribue avec le très récent Service francophone des Métiers et qualifications à diffuser des référentiels de métier et de formation communs à différents opérateurs.

  • 4 Des aménagements à ce principe sont cependant négociés localement (cf. le paragraphe ci-dessous).

10Prolongeant l’interrogation première de Bernard Francq, je ferai quelques propositions de lecture de ces dispositifs en termes de norme d’insertion et de mode de gouvernance. La norme de l’insertion dans ces dispositifs inter-opérateurs est notamment sous-tendue par la tension qui paraît indépassable entre enseignement et formation. Ainsi, le Consortium de validation des compétences, composé d’opérateurs de formation professionnelle « publics », a-t-il construit ses référentiels, son système d’évaluation et délivre-t-il ses « Titres de compétences » en marge complète du système de certification contrôlé par l’enseignement (Mahieu, 2010). Symétriquement, les Instances sous-régionales de Pilotage Inter-réseaux de l’Enseignement Qualifiant, qui visent à rationaliser l’offre d’enseignement qualifiant sur un territoire, ne comprennent-elles en principe4 que des établissements scolaires.

11L’enseignement en Belgique francophone est seul en effet à délivrer des diplômes et à bénéficier corrélativement du pouvoir de certification débouchant sur des effets de droits. Certains acteurs de l’administration, des syndicats et des relais politiques s’opposent à une extension de ces prérogatives au monde de la formation dont la dimension directement professionnalisante est jugée incompatible avec la construction d’un sujet-citoyen que l’école, du maternel au supérieur, se donne pour mission de socialiser en Communauté française de Belgique. Le Conseil de l’éducation et de la formation a régulièrement été le théâtre de discussions à cet égard (Mahieu, op. cit.). Si le législateur maintient prudemment dans ses textes un clivage entre formation et enseignement quant au pouvoir de certification, on remarquera cependant que des aménagements sont possibles et sont négociés par des acteurs locaux : certaines instances de pilotages de l’enseignement qualifiant intègrent par exemple ainsi des représentants de la formation professionnelle. Le Consortium de validation des compétences, de même que le DIISP, intègre dans ses rangs l’enseignement de promotion sociale. C’est donc l’articulation de la citoyenneté et du monde du travail qui est directement interrogée à travers ces dispositifs qui traduisent une première ligne de tension dans ce questionnement sur la norme de l’insertion.

12Une autre tension, moins prégnante que la précédente, divise les opérateurs chargés de la mise à l’emploi des demandeurs d’emploi et les opérateurs majoritairement associatifs qui se chargent de l’alphabétisation et de l’éducation permanente des populations les plus fragilisées, redéfinies dans le cadre du Dispositif intégré d’insertion socioprofessionnelle (DIISP) comme filières préqualifiantes. Cette tension fait écho à la précédente en ce qu’elle porte le débat sur le caractère émancipatoire ou les visées adéquationnistes de l’insertion et de la formation.

13Cette interrogation sur la norme de l’insertion pertinente s’observe enfin dans une tension qui rejoint les questions fondatrices de la sociologie du travail et qui divise notamment les représentants de groupes professionnels et les services publics de l’emploi entre une logique de préservation du métier comme tout intégré et une logique de modularisation des apprentissages. En Communauté française, les arrangements entre acteurs autour de cette tension entre intégration et modularisation trouvent une résolution sectorielle davantage qu’une résolution territoriale. Dans le cadre du Consortium de validation des compétences par exemple, les professionnels chargés de « découper » du référentiel du couvreur en groupes de compétences « validables » séparément ont fait prévaloir la logique « métier ». Refusant un morcellement de celui-ci d’après les étapes de production pré-identifiées par les services publics de l’emploi, ces professionnels ont imposé une définition intégrée de leur métier en proposant un découpage organisé autour du matériau utilisé (de sorte qu’il est possible de se faire valider comme couvreur en ardoise, couvreur en tuiles, ou couvreur en toitures métalliques). Dans d’autres secteurs, les acteurs ont négocié une modularisation beaucoup plus poussée du métier. L’aide-ménagère en maisons de repos et de soins, fonction très peu qualifiée, a vu ainsi son référentiel fractionné entre les tâches liées au nettoyage et celles liées à la préparation et au service des repas. En outre, reflétant le déficit de reconnaissance lié aux métiers du care (Gilligan, 2008 ; Tronto, 2009 [1993]), la dimension relationnelle des compétences liées à la fonction s’est vue exclue du référentiel de validation, faute d’accord entre les représentants du secteur, des services publics et de la formation sur la possibilité de l’évaluer (Mahieu, Op. cit.).

14Sur la question de la norme de l’insertion, différentes tensions semblent se cristalliser autour de la formation à la citoyenneté et de son lien avec l’activité de travail d’une part ; autour de ce que Friedmann (1956) dénonçait comme l’émiettement du travail et qui reflète un certain état des solidarités sectorielles et du marché de l’emploi d’autre part. Ces tensions constituent parfois des freins à la mise en œuvre concrète des dispositifs interorganisationnels d’insertion et de formation. Elles font en tout cas l’objet de négociations aux différents niveaux de mise en œuvre des politiques et les acteurs (partenaires sociaux, représentants de groupes professionnels et d’opérateurs de formation) en construisent des ajustements locaux ou sectoriels.

15La deuxième interrogation soulevée par Bernard Francq et que j’ai choisi d’examiner ici a trait au mode de gouvernance de l’action publique en matière d’insertion. J’ai souligné déjà l’importance de la dimension territoriale et sectorielle dans cette gouvernance.

16Le partage des rôles entre interlocuteurs sociaux et pouvoirs publics dans le pilotage et le financement des dispositifs est également crucial. Dans le cas du dispositif de validation des compétences, les partenaires sociaux, syndicat et patronat, se sont positionnés au niveau intersectoriel pour que la structure de décision leur permette de contrôler l’action des opérateurs publics de formation et d’insertion. Les représentants patronaux et syndicaux ont fait valoir que la définition des référentiels de métier et des référentiels de validation en particulier faisait partie de leurs prérogatives. Au niveau de la mise en œuvre du dispositif, le prisme sectoriel s’avère toutefois également pertinent pour examiner la gouvernance sur l’angle du rapport entre pouvoirs publics et partenaires sociaux. Certains secteurs, comme celui des industries chimiques et pharmaceutiques ont en effet mené une stratégie raisonnée de gestion de ces référentiels en dotant leurs représentants de mandats très clairs à tous les échelons décisionnels et en veillant à la cohérence de ces référentiels avec ceux déployés dans d’autres instances pour lesquels un accord entre employeurs et travailleurs avait pu être trouvé. Au sein d’autres secteurs au contraire, les acteurs syndicaux et patronaux font preuve de ce que Bernard Francq a appelé « la faiblesse de la structuration cognitive et normative » à l’égard des nouveaux enjeux de la formation et de l’organisation du travail : l’absence de mandat grève les avancées des groupes de travail qui sont confrontés au blocage des négociations ou aux impensés de la qualification dans leur secteur (manque de reconnaissance des métiers du care, intégration disqualifiante à travers certains contrats aidés, pratiques institutionnelles en contradiction avec les normes en vigueur, etc.). On constate par ailleurs la difficulté à assurer la présence et l’implication du banc patronal, que ce soit au sein du Dispositif intégré d’insertion socioprofessionnelle (Cerisis, 2007) ou du Consortium de validation des compétences (Mahieu, 2010).

17En matière de gouvernance de ces dispositifs interorganisationnels, les intermédiaires de l’action publique jouent eux aussi un rôle important. Les évaluations disponibles montrent la grande latitude laissée aux conseillers à l’emploi dans la mise en œuvre des dispositifs, notamment celui dédié à l’intégration de l’insertion socioprofessionnelle. Plusieurs raisons peuvent motiver la tendance de ces conseillers à moduler leur degré d’implication dans ces dispositifs, notamment l’incertitude des conseillers sur le statut réservé aux bénéficiaires en cas d’abandon du dispositif, le coût administratif, l’absence de valeur ajoutée perçue par rapport à l’existant (Cerisis, op. cit.).

18Enfin, se pose la question du sujet, qu’à la suite d’Alain Touraine, Bernard Francq reformule en ces termes : « Comment se produit le travail que le sujet peut exercer sur lui-même, par rapport à sa subjectivation, dans une distance critique par rapport à l’adaptation impliquante reformulée par les socialisateurs de service ? ». Il est paradoxal d’observer la difficulté de ces dispositifs inter-opérateurs – dont les concepteurs justifient pourtant la création par la volonté de remettre « l’apprenant » au centre de l’organisation – à appréhender celui-ci comme un sujet à part entière. Les mesures prises se centrent sur les ajustements entre organismes de formation – notamment autour de la norme de l’insertion traversée par les tensions évoquées plus haut – et ont tendance à intégrer la représentation d’un apprenant en définitive relativement passif, cible et objet des politiques menées. Elles visent davantage l’adaptation aux « réalités » de l’intégration en société ou du marché de l’emploi que l’appropriation par le sujet de ces normes en vue de la réalisation de ses propres aspirations. En outre, la participation des usagers à la gouvernance de ces dispositifs en développement demeure encore faible, se situe à la marge de l’organisation ou reste l’apanage de quelques organismes du secteur associatif. Tout en individualisant les modes de prise en charge (et de contrôle), ces dispositifs ne transposent pas dans leurs processus la maîtrise par un citoyen-sujet de sa propre vie, professionnelle et privée. En dépit d’une norme de l’insertion soumise à débat et d’une mise en œuvre contrariée par la diversité des opérateurs et des intermédiaires de l’action publique, ces dispositifs inter-opérateurs semblent contribuer à définir des parcours-types balisés pour des publics particuliers comme les demandeurs d’emploi à l’heure où ceux-ci sont soumis à des politiques sévères d’activation.

Promenade de santé

19Cette question de la place du sujet dans l’action publique est également très pertinente dans un autre secteur d’étude que Bernard Francq a contribué à me faire découvrir : celui de la santé et des politiques publiques qui lui sont associées. Entre 2006 et 2007, notre équipe de recherche (Bernard Francq & Philippe Scieur (dir.), Sébastien Deschamps, Damien Vanneste et moi-même) s’est en effet attelée au décryptage des dynamiques inter-organisationnelles à l’œuvre au sein de dix réseaux de santé bruxellois financés par la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale. Ces réseaux visent à renforcer les collaborations entre acteurs de la santé publique ancrés sur le territoire bruxellois. Ils présentent des configurations très différentes quant aux modes de gouvernance qu’ils mettent en place et quant aux objectifs qu’ils poursuivent : création d’un langage commun, transmission de savoirs technologiques et conceptuels, intégration de savoirs pratiques (trucs et astuces, échanges de cas, etc.), ou intégration dans les actes de soin des trois éléments précédents (Deschamps, et al., 2007a ; Deschamps, et al., 2007b ; Scieur & Mahieu, 2010).

20Comme la norme de l’insertion dans la sphère de la formation professionnelle, la norme de « ce qui fait soin » ne fait pas l’objet d’une définition univoque et définitive qui traverserait les réseaux de santé, mais est au contraire travaillée sur un mode le plus souvent pragmatique par les arrangements inter-organisationnels que les opérateurs de santé nouent entre eux. On remarque ainsi « l’absence relative d’une idéologie forte et contraignante [qui] qualifie les réseaux comme lieu d’un grand brassage d’idées, de points de vue, sans prégnance d’une idéologie politique, philosophique ou religieuse marquée et dominante [… même si] la grande majorité des réseaux et de leurs membres partagent une perspective interne et pratique d’intervention sanitaire globale et intégrée » (Deschamps, et al., 2007b, p. 60).

21En matière de gouvernance, certaines logiques sont également analogues à celles rencontrées dans les dispositifs inter-organisationnels de formation. Notamment le fait que les impératifs de rationalisation conduisent depuis les années 1990 les pouvoirs publics à encourager une forte externalisation des missions confiées aux associations et à redéfinir la division du travail entre les services sociaux selon deux principes : « un suivi individualisé à partir d’un référent (un professionnel négocie avec un usager, voire contractualise, puis suit un programme d’évolution à travers l’offre) […] ; une séquentialisation/segmentation de l’offre standardisée en filières-types (tout passage par le service de type A doit donner une passerelle vers tout service de type B) » (Deschamps, et al., 2007a, p. 92) .

22Les figures de l’usager déployées dans ces réseaux de santé ne recouvrent pas celles du citoyen-sujet en distance critique par rapport aux instances de socialisation avec lesquelles il entre en relation : les « pratiques de participation structurée des usagers, quand elles existent, sont assez souvent soumises aux pratiques pédagogiques ou thérapeutiques sans que soit envisagée la contribution de l’usager autrement que comme « personne à aider » ; hormis quelques expériences, la question de l’empowerment est peu envisagée comme […] une co-production de service qui ne se limiterait pas seulement à transférer sur l’usager la prestation de service » (Deschamps, et al., 2007a, p. 90).

23Cette incursion sur le domaine de la santé publique s’est poursuivie pour moi dans le cadre du post-doctorat que je mène actuellement sous la direction d’Isabelle Godin (ULB). La thématique, le bien-être des travailleurs dans les petites entreprises de commerce à Bruxelles (secteurs de l’horeca, du commerce de détail, et de la coiffure et esthétique), m’a confrontée à la question de l’appropriation de sa santé par le sujet au travail. La santé publique étant un domaine d’étude interdisciplinaire, au sein duquel les approches biomédicales et positivistes ont une légitimité forte, l’un des enjeux en tant que sociologue est de replacer la dialectique sujet-société au centre de la définition de la santé, et donc de déconstruire certains pans de la littérature, notamment ceux qui proposent une lecture en termes de stress ou de risques psycho-sociaux.

24Comme le souligne Dominique Lhuilier (2010) qui s’est employée à dresser l’historique des « maux et concepts pour désigner, pour dire les épreuves négatives du travail, sa pénibilité, son coût vécu et perçu », cette littérature tend à privilégier l’interprétation causale dans l’analyse des rapports entre travail et santé, avec un partage des responsabilités entre le travailleur (son mode de vie, sa personnalité, ou plus récemment ses capacités de coping) et les conditions de travail (les risques physiologiques et psychologiques que celles-ci comportent). Que le travailleur soit considéré comme « inadapté » à ses conditions de travail ou comme victime de celles-ci, il en résulte une figure relativement passive et figée du salarié qui occulte ses tentatives d’agir sur l’organisation elle-même et les conflits que ces tentatives suscitent (Clot, 2010 ; Miossec & Clot, 2011). La dimension processuelle de la santé au travail est alors évacuée au profit d’une conception de la santé comme un état d’équilibre, fût-il précaire (Roche, 2010).

25Que l’on se centre sur son stress ou sur les risques psycho-sociaux qu’il court, le salarié n’est pas modélisé comme un sujet, pour qui le travail représente l’une des surfaces d’élaboration de sa subjectivité en construction et de réappropriation du cadre prescrit, mais tout au plus un individu rationnel qui réalise des calculs coûts/bénéfices se reflétant dans son état de santé. Cette figure du travailleur passif a des conséquences jusque dans certains des modèles de prévention préconisés puisque « au lieu d’aider les salariés à élaborer leurs difficultés ou de tenter d’éclaircir les conditions et les logiques qui président à ces difficultés, ils sont formés (enseignés-renseignés) sur les différentes formes de stress et de violences au travail qu’ils sont censés traverser » (Giust-Desprairies & Giust-Ollivier, 2010, pp. 37-38) et éventuellement soumis à de nouvelles normes destinées à prévenir ces difficultés.

26Le social lui-même est envisagé de manière très restrictive dans ces modèles centrés sur les maux du travail qui oscillent entre le « social anonyme des organisations du travail » envisagé comme « détermination unilatérale et mécanique du psychologique » et le social conçu sur le mode « personnalisé » des relations directes entre les professionnels (Miossec & Clot, idem, p. 346). Les normes sociales, culturelles et organisationnelles telles qu’elles sont portées par différents collectifs (le milieu social, le management, les syndicats, les collectifs de métier, etc.) et travaillées autant qu’appropriées par les sujets eux-mêmes sont largement exclues de la problématisation. De sorte que la souffrance au travail tend à être désarticulée des logiques macrosociales qui déterminent les choix organisationnels (Lhuilier, et al., 2010).

27Certaines démarches reposent en outre sur un strict partage des rôles entre le chercheur et les travailleurs-objets d’étude, ce qui soulève des interrogations épistémologiques et pratiques. D’après Vincent Grosjean, « on y trouve d’un côté l’expert qui met en œuvre la mesure (diagnostic) et qui serait à même de distinguer le vrai du faux, le normal du pathologique, les vraies causes des aléas acceptables. De l’autre côté, on trouverait les victimes, les personnes en souffrance, dont on attend qu’elles offrent en toute franchise au premier leurs souffrances à diagnostiquer, et de surcroît qu’elles lui permettent d’en identifier les sources » (2012, p. 1). En termes d’intervention, ce type de démarche privilégie généralement l’élaboration de normes (notamment des normes de sécurité) qui viennent s’ajouter aux autres formes de régulations hétéronomes auxquelles sont soumis les travailleurs dans le cadre de leur activité et qui d’après Grosjean sont susceptibles d’« [accroître encore] les tensions vécues par les travailleurs, bref [de faire le lit] des risques psychosociaux » (ibidem).

28La question du statut à accorder au plaisir que les hommes et les femmes éprouvent dans l’exercice de leur travail pourrait paraître « saugrenue, déplacée, paradoxale, provocatrice, voire indécente » (ibidem) si elle servait à occulter voire à nier tout ou partie des maux qui résultent des contextes de travail actuels ou à en rendre responsable les travailleurs eux-mêmes. Elle ne tire pour moi sa légitimité que de la volonté de resituer l’activité de travail dans son contexte social, de mettre au jour la dialectique du travail telle qu’elle est expérimentée par les travailleurs dans toute sa complexité (plaisir et souffrance, capacité de production des normes et impuissance à leur échapper) et de considérer les travailleurs dans leur pleine dignité de sujets avec pour horizon non seulement la protection de leur santé, mais également le développement de leur pouvoir d’agir, que Roche appelle « l’étayage de leur subjectivation ». L’enjeu d’une recherche comme celle que je mène actuellement sur le vécu des commerçants tient donc notamment à une forme de mise à distance à l’égard de l’interprétation causale simple et directe entre modes d’organisation du travail et mal-être au travail (Lallement & Marry, 2011). Non pour nier les souffrances engendrées par le travail et ses modes actuels d’organisation, mais pour éviter l’occultation de ses effets structurants (en termes de sens, d’intégration sociale ou encore de sentiment de compétence).

29Aux approches individualisantes de la santé au travail, Dominique Lhuilier, Florence Giust-Desprairies et Malika Litim (2010) proposent ainsi de substituer les approches organisationnelles et sociétales. Au repli sur la prise en charge des blessés du travail ou au repérage des supposés vulnérables, elles opposent les actions sur les situations de travail. Enfin, à la mesure des « troubles » ou des « facteurs », elles suggèrent de préférer « le développement des ressources collectives pour reprendre la main sur le travail et son organisation ». L’objectif est également de mobiliser des références théoriques susceptibles de prendre en compte la capacité d’action des individus sur leur situation. Les approches organisationnelles ambitionnent ainsi de se distancer d’approches privilégiant la représentation d’opérateurs « passifs dans un environnement à risques » (Laville, 1998, 154). La sociologie du travail offre elle aussi des pistes permettant une prise en compte plus large de la gestion de ces risques par les opérateurs. Elle met l’accent sur les constructions identitaires qui médiatisent le rapport subjectif du travailleur à ses conditions d’emploi et de travail, ou les « processus d’itération entre le travail, sa matérialité, et l’identité du sujet » (Ughetto, 2011).

30Au cœur de la question démocratique pour Bernard Francq, la dialectique engagement-dégagement du sujet appelle à privilégier une conceptualisation de la santé qui place au centre de la problématique le travail que le sujet peut exercer sur lui-même : la santé définie non comme « l’absence de tout trouble, de toute tension psychique, mais plutôt la capacité à y faire face et, au-delà, à en faire œuvre, à en faire la source de l’accroissement de l’être, de l’augmentation, voire de la réappropriation de la puissance d’agir. […] la capacité à inventer de nouvelles normes, à en jouer en fonction des contraintes que le « milieu » impose, des problèmes qu’il pose, la capacité à faire preuve de normativité » (Roche, 2010). Ce cheminement m’a conduite à lier la santé à la problématique de la construction de l’identité au travail, et à faire l’hypothèse que la maîtrise d’un métier avec ce que cela suppose de formation, de déontologie, d’appartenance à un collectif plus large que l’entreprise, constitue une des conditions importantes de la santé des travailleurs et dirigeants des petits commerces de la Région bruxelloise.

L’air de la ville

31Le territoire, et surtout la ville, ont toujours constitué des axes privilégiés d’enquête pour Bernard Francq. Dans ce parcours d’appropriation de l’altérité dont je tente ici de rendre compte, il s’agit là certainement de la voie dont je me suis jusqu’il y a peu sentie la moins proche, et ce n’est que par des détours curieux que j’en suis arrivée à considérer comme tant d’autres chercheurs avant moi le territoire non comme un simple décor, mais comme une des véritables clefs de compréhension du travail et de la santé au travail.

32Au départ de cette recherche post-doctorale sur la santé des travailleurs dans les petits commerces, Bruxelles n’était donc problématisée que comme un arrière-fond, une scène porteuse de certaines caractéristiques à prendre en compte : une région jeune (près d’un habitant sur quatre a moins de 18 ans), multiculturelle (près d’un tiers de la population est de nationalité étrangère), riche (60.861 euros de PIB par habitant), mais très inégale avec un taux de chômage de 17,4 % (selon la définition du BIT), 27,8 % de la population sous le seuil de risque de pauvreté (revenus 2008)) et un taux important de personnes à faible niveau de qualification (plus de 19 % des personnes de plus de 15 ans n’a aucun diplôme ou n’a qu’un diplôme du primaire) (Source : Institut Bruxellois de Statistique et d’Analyse - Chiffres 2011).

33Le lien au territoire s’est ensuite imposé pour des raisons pragmatiques : je devais rencontrer des dirigeants et travailleurs de petites entreprises des secteurs de service qui, de par leur rapport au temps et aux institutions en général, de par leur diversité sectorielle et géographique aussi, ne sont dans leur grande majorité pas ou peu reliées aux organismes chargés officiellement de les représenter (syndicats, organismes patronaux, instances de développement économique, etc.). Ma stratégie de recrutement pour l’enquête ne pouvait donc se cantonner à ces organismes et j’ai pris la décision de prendre le quartier comme base d’échantillonnage pour les entreprises à inclure dans la phase qualitative (et bientôt dans la phase quantitative).

34Cependant, la revue de littérature insistant sur l’ancrage et le fonctionnement en réseaux des petites et moyennes entreprises, le territoire a acquis dans ma problématisation une place de plus en plus importante. Par ailleurs, mes entretiens ont fait émerger différentes logiques d’action directement liées au rapport à l’espace des travailleurs dont je ne ferai ici qu’esquisser les grandes lignes. Une logique économique d’abord : l’emploi des travailleurs et la viabilité des commerces dépendent de la dynamique du quartier dans lequel ils s’insèrent (quelques commerces à l’abandon pouvant par exemple disqualifier le quartier tout entier), le type de clientèle que celui-ci attire influence la relation de service et la qualité de travail des employés. Une logique liée à la mobilité et aux migrations ensuite, à travers l’inscription communautaire de certains commerces (Kesteloot & Mistiaen, 1997 ; Vanneste, 2007) qui favorise l’entrée de certaines catégories de population (les immigrés, les jeunes, les femmes) sur un marché du travail discriminant, influence les relations à la clientèle, mais provoque également des tensions dans la confrontation de différentes manières de « faire commerce » au sein d’un quartier. Une logique politique enfin puisque les quartiers sont au croisement de nombreuses tentatives d’interventions de la part des pouvoirs publics et que les acteurs tentent de s’en emparer lorsqu’ils en ont la capacité, de s’y soustraire dans le cas contraire.

35Au fil des lectures et entretiens menés, l’espace est ainsi devenu une catégorie de pensée à part entière dans ma compréhension de la santé et du bien-être au travail, tant les différentes appropriations et significations qui lui sont données par les acteurs rencontrés jouent un rôle important dans leur sentiment de maîtriser leur emploi et leur travail, de pouvoir faire preuve de normativité dans leur vie dans une tentative jamais résolue de répondre à « la question obsédante de savoir comment, où, grâce à quelles procédures, institutions, dispositions nous pouvons, dans et par la ville, faire l’expérience de l’altérité, des différences de classe, d’âge, de race, de goûts, avoir le bonheur de sortir de soi ? » (Francq, 2003, 215-216).

Et l’on repart à l’infini

36En choisissant la thématique de la curiosité, Bernard Francq a lancé un double défi à ses collaborateurs et amis, celui à la fois de jeter un regard sur l’expérience passée et de tracer des perspectives pour l’avenir. Je me suis lancée dans le classement et ré-étiquetage des objets d’études accumulés au cours des envies de découverte qui m’ont guidée jusque là, des différents contrats aussi puisque la question du financement est l’une des réalités de la recherche comme du voyage : elle impose parfois des détours qui peuvent être aussi des occasions de belles rencontres et de nouvelles aventures. J’ai pris pour fil d’Ariane la question sociologique que Bernard Francq positionne au fondement de la démocratie industrielle et politique : celle de l’engagement et du dégagement du sujet. Cela m’a conduit à placer au centre de mon projet de recherche ce que les organisations – et tout particulièrement les dispositifs inter-organisationnels qui sont des lieux intenses de renégociation des normes et modes de gouvernance – « font » à cette dialectique en traçant pour les individus des parcours standardisés, et la manière dont ces usagers et travailleurs reconstruisent localement des espaces de normativité et de subjectivité au sein-même des instances de socialisation en formation, santé, travail.

Bibliographie

Bibliographie

Bachelard G., 1934 [2012], La formation de l’esprit scientifique. [En ligne] Available at : http://classiques.uqac.ca/classiques/bachelard_gaston/formation_esprit_scientifique/formation_esprit.pdf[Accès le 28 February 2013].

Cerisis, 2007, Analyse psychosociale des processus d’insertion des individus appartenant aux publics vulnérables. Rapport intermédiaire, Charleroi : Cerisis.

Clot Y., 2010, « Au-delà de l’hygiénisme : l’activité délibérée », Nouvelle revue de psychosociologie, 2 (10), pp. 41-50.

Deschamps S., Francq B., (M. C., Scieur, P. & Vanneste, D.), 2007a, "Evaluation de 10 Réseaux Santé Région de Bruxelles-Capitale, Bruxelles : Commission Communautaire française.

Deschamps S., Francq B. (M. C., Scieur, P. & Vanneste, D.), 2007b, Les gouvernances des réseaux santé. Vers une politique de santé publique intégrée », Bruxelles Santé, Issue n° spécial, pp. 57-66.

Francq B., 1995a, « Un socialisme populaire et régional », Revue Nouvelle, Janvier-Février, Tome CI(1), pp. 13-24.

Francq B., 1995b, « A propos de la démocratie industrielle : engagement et dégagement du sujet », In : F. Dubet & M. Wieviorka, (éd), Penser le sujet. Autour d’Alain Tourain, Paris : Fayard, pp. 405-416.

Francq B., 1996, « Politiques publiques d’insertion et acteurs dirigeants. Analyse comparative des logiques d’action », In : B. Francq & C. Maroy, éds. Formation et socialisation au travail. Bruxelles : De Boeck, pp. 139-165.

Francq B., 2003, La ville incertaine. Politique urbaine et sujet personnel, Louvain-la-Neuve : Academia-Bruylant.

Francq B., 2004, « Travail et relations professionnelles », In : G. Ferréol (éd.), Sociologie, Rosny : Editions Bréal, pp. 299-326.

Francq B., Lapeyronnie D., 1990, Les deux morts de la Wallonie sidérurgique, Bruxelles : Ciaco.

Friedmann G., 1956, Le travail en miettes, Paris : Gallimard.

Gilligan C., 2008, Une voix différente. Pour une éthique du care, Paris : Champs essais-Flammarion.

Giust-Desprairies F., Giust-Ollivier A.-C., 2010, « La fabrication du risque psychosocial ou la neutralisation de la conflictualité », Nouvelle revue de psychosociologie, 2 (10), pp. 29-40.

Grosjean V., 2012, Trente ans après l’arbre des causes : ergonomie et bien-être au travail. [En ligne] : http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00676955

Harrison P., 2001, « Curiosity, Forbidden Knowledge and the Reformation of Natural Philosophy in Early Modern England », Isis, 92 (2), pp. 265-290.

Kesteloot C., Mistiaen P., 1997, « From ethnic minoriy niche to assimilation : Turkish restaurants in Brussels », Area, Issue 29, pp. 325-334.

Lallement M., Marry C., 2011, « Introduction. Dossier-débat “Maux du travail : dégradation, recomposition ou illusion ? », Sociologie du travail, 53 (1), pp. 3-8.

Laville A., 1998, Les silences de l’ergonomie vis-à-vis de la santé, Toulouse : Société d’Ergonomie de Langue Française.

Lhuilier D., 2010, « Les "risques psychosociaux" : entre rémanence et méconnaissance », Nouvelle revue de psychosociologie, Issue 2, pp. 11-28.

Lhuilier D., Giust-Desprairies F., Litim M., 2010, « ‘Risques psychosociaux’, une nouvelle catégorie sociale ? Introduction », Nouvelle revue de psychosociologie, II(10), pp. 7-10.

Mahieu C., 2010, Le maillage des espaces de qualification. Production d’une théorie enracinée à partir du cas de la validaiton des compétences, Louvain-la-Neuve : Ciaco.

Miossec Y. & Clot, Y., 2011, « Le métier comme instrument de protection contre les risques psychosociaux au travail : le cas d’ingénieurs managers de proximité », Le travail humain, 74 (4), pp. 341-363.

Roche P., 2010, « Droit au plaisir et critique des "risques psychosociaux" », Nouvelle revue de psychosociologie, 2 (10), pp. 83-97.

Scieur P., Mahieu C., 2010, « Les réseaux de santé : quelles logiques d’action collective organisée ? », In : C. Routier & A. d’Arripe, éds. Communication & santé. Enjeux contemporains, Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, pp. 65-76.

Simmel G., 1987 [1900], Philosophie de l’argent, Paris : PUF.

Stagl J., 2002. Eine Geschichte der Neugier. Die Kunst des Reisens 1550-1800, Wien : Böhlau.

Stagl J., Pinney C., 1996, « Introduction : From travel writing to ethnography », History and Anthropology, 9 (2-3), pp. 121-124.

Tronto J., 2009 [1993], Un monde vulnérable. Pour une politique du care (préface inédite de l’auteure), Paris : La Découverte.

Ughetto P., 2011, « Pour ne pas se tromper de gestion de la santé au travail. Les niveaux d’un management attentif au ‘métier’ », Revue française de gestion, 8 (217), pp. 61-75.

Vanneste D., 2007, Night-shops. Pratiques et insertions économiques au cœur du commerce ethnique, Louvain-la-Neuve : Academia-Bruylant.

Notes

1 Plus qu’un procédé stylistique relevant du récit de voyage, l’emploi de la première personne du singulier dans ce texte dédié à la curiosité servira à rendre compte de l’engagement du soi de l’observateur dans l’interaction particulière qui lie le chercheur à son objet et aux personnes qui participent de celui-ci, processus qui conditionne le degré de généralité des analyses proposées. Il s’agit d’une perspective que j’emprunte à Philippe Scieur qui m’a fait découvrir le caractère à la fois exigeant et jubilatoire de la Grounded Theory.

2 Le DIISP contractualise et individualise le suivi d’orientation pour certaines catégories de demandeurs d’emploi en même temps qu’il incite les opérateurs par sous-région à construire des filières et des passerelles de la pré-qualification et à la qualification

3 Les Instances sous-régionales de Pilotage Inter-réseaux de l’Enseignement Qualifiant visent à rationaliser l’offre d’enseignement qualifiant sur un territoire.

4 Des aménagements à ce principe sont cependant négociés localement (cf. le paragraphe ci-dessous).

Auteur

Chercheuse post-doctorale, Université libre de Bruxelles – École de santé publique (Centre de recherche interdisciplinaire en approches sociales de la santé) ; chargé de cours invitée à l’Université catholique de Louvain (Mons) – Faculté des sciences économiques, sociales, politiques et de communication.

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search