Version classiqueVersion mobile

Être curieux en sociologie

 | 
Bernard Francq
, 
Philippe Scieur

Retour sur un parcours et une énigme : de la curiosité de l’intermonde

Retour sur un parcours et une énigme : de la curiosité de l’intermonde

Texte intégral

« L’intermonde est le terrain vague de la subjectivité, le lieu où les résidus du pouvoir et de sa corrosion se mêlent à la volonté de vivre. – La nouvelle innocence libère les monstres de l’intériorité, elle projette la violence trouble de l’intermonde contre le vieil ordre des choses qui en est cause. »
Raoul Vaneigem,
Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations, Paris : Gallimard, 1967.

« Ce qui est fondateur dans notre relation à l’intermonde est un sentiment diffus de ses limites. Non qu’elles n’existent pas, ou que nous soyons capables de les oublier, mais nous faisons l’expérience qu’elles s’avèrent dotées d’un type particulier de malléabilité différent de ce que laisserait entendre un objectivisme naïf ou un subjectivisme tout puissant. »
Danilo Martuccelli
La consistance du social. Une sociologie pour la modernité, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 40.

1 Entrons dans l’intermonde. À la fois celui de Vaneigem et celui de Martuccelli, tous deux flamboyants. Du terrain vague de la subjectivité au subjectivisme tout puissant, la question est celle de voir en quoi réside – et résiste – la consistance du réel. Avec les deux contributions qui suivent, c’est de cela dont il s’agit. J’ai choisi de les présenter à part pour deux raisons : les thèses de Céline Mahieu et Damien Vanneste ont été menées de concert Philippe Scieur et moi. Elles ont été présentées et – c’est la deuxième raison – ouvert la porte à deux jeunes chercheurs qui sont aujourd’hui insérés dans le champ de la recherche.

2Céline Mahieu a choisi, dans sa contribution, de relire un certain nombre de mes textes pour rebondir sur la dialectique engagement-dégagement du sujet tant au niveau de la démocratie industrielle qu’à celui des problèmes de santé ou de la formation professionnelle. Damien Vanneste a sciemment choisi de questionner la notion de curiosité, cerner ce qu’elle pouvait bien engendrer pour tout processus inhérent au travail sociologique. Deux contributions qui attestent la volonté de savoir de leurs auteurs. Ce qui était déjà repérable dans leur thèse et dont il me faut dire ici l’importance et l’originalité.

  • 1 Le jury était composé, outre les directeurs de thèse Bernard Francq et Philippe Scieur, des profess (...)

3Céline Mahieu a réalisé une thèse qui a pour titre Le maillage des espaces de qualification. Production d’une théorie enracinée à partir du cas de la Validation des compétences en Belgique francophone. Avec un jury de rêve1 qui n’a pas manqué de mettre en exergue l’originalité d’une thèse qui, pour la première fois en Communauté française, s’attaquait à un problème dont l’opacité n’avait d’égal que l’épaisseur de la multiplicité organisationnelle et institutionnelle. Sur le plan théorique, C. Mahieu a évité d’osciller de manière composite entre différents paradigmes permettant ainsi un travail conséquent sur les notions de référentiel, dispositif, institution afin d’étayer un choix qui privilégie la production des institutions. Elle a effectué un travail sur le thème du « retour au métier » que le traitement des matériaux empiriques a permis d’approfondir à travers la mise en forme remarquable d’un ensemble d’observations qui fondaient la démarche grounded theory. Ici aussi, la sociologie publique est de mise puisque la qualité de la thèse tient à la mise en perspective politique des référentiels par rapport aux modalités de reconnaissance des compétences telles que les commissions paritaires régionales les élaborent. C. Mahieu a en effet envisagé les dispositifs par rapport à la relation privé-public et elle a repéré leur éventuelle hybridation entre catégories relevant du management ou de l’action publique. Elle a avec talent mis en évidence le lien entre capitalisation des savoir-faire et leur répartition dans chacun des référentiels de métier.

4Quant à Damien Vanneste, sa thèse s’intitule L’espace politique des villes. Étude sociologique du travail de mise en œuvre de politiques urbaines dans trois petites villes wallonnes dont les noms ont été anonymés. Au niveau du style, nul doute que D. Vanneste comme jeune chercheur a acquis une expérience qui le distingue de bien des travaux académiques : écriture fluide, très grande maîtrise des articulations, référence constante à la responsabilité du sociologue quant à la pertinence des arguments avancés, mise en perspective à partir de différentes figures et schémas qui viennent illustrer le propos et marquer la progression de la démonstration. Bref, une thèse qui se tient au niveau formel. Mais au niveau des dimensions analytiques des terrains investigués, D. Vanneste sans cacher la part d’impromptu, voire d’aventure qu’ont représentés ses différents terrains développe un savoir-faire analytique qui donne à la thèse son contenu original tant par rapport à ce qui est investigué que par rapport à la mise en énigme de ce qui est constitutif des dimensions de l’espace politique des villes.

5Qu’apporte en effet cette thèse ? Le choix qu’a fait son auteur a consisté à prendre le contre-pied d’une vision intégratrice de la démocratie urbaine, ce qui l’a amené à reconsidérer les apports de Simmel et des auteurs américains sur la place de l’espace comme producteur de sens. Avec cette thèse, on tourne la page et de la référence monographique des petites communautés locales et de l’approche normative en termes de démocratie exemplaire parce que visible, cohérente, délimitée dans l’espace. Ici, il s’agit de réinterroger à partir de la mise en oeuvre d’actions collectives les manières dont l’ordre local se produit et à quelles conditions il génère ou non du changement. L’enjeu de la recherche est de mener de front un travail analytique entre démocratie, échelles et dispositifs de l’action publique. C’est cette articulation qui est définie comme énigme et qui rend la thèse passionnante au fur et à mesure que l’on passe d’une étude de cas à l’autre. L’expérience de recherche permet de suivre D. Vanneste quant au déplacement qu’il effectue par rapport à un objet souvent perçu comme bancal – le local et ses pathologies – et quant à la manière de mettre en perspective « le pourquoi, où et comment se réalisent des pratiques démocratiques ». Il souligne ce qu’il doit à Rancière et à Martuccelli pour aborder cette question cruciale qu’est l’égalité démocratique. Sans doute les figures du désarroi – empruntée à Ph. Scieur –, de la désillusion et de la reconnaissance dissensuelle sont-elles à la mesure des désaccords cognitifs ou interactionnels qui compliquent la construction d’un savoir commun partagé autour de l’action démocratique. On sent bien comment les dispositifs, les échelles mobilisées, la référence ou non à la démocratie renvoient à de la pédagogie pour construire les représentations de la ville – bienveillante, exemplaire ou la ville de tous – alors même que les rhétoriques politiques peinent à aborder la question de l’égalité. Bref, une recherche qui laissera une trace sur la production de la connaissance quant à cet étrange objet qu’est le local et sur une manière de faire qui place la comparaison comme le projet sociologique le plus abouti.

6Tant Céline Mahieu que Damien Vanneste, tous deux se sont montrés des chercheurs imaginatifs tels que C.W. Mills les imaginait. L’articulation de leur thèse est un modèle du genre au niveau réflexif tant ils apportent tous deux un souci constant à marquer la progression de leur pensée et de son projet sociologique. Les aller-retour entre empirie et construction analytique parcourent leur travail en en faisant une démonstration qui confine à la perfection, même si la propension à multiplier les dilemmes sociologiques est parfois trop envahissante par rapport à la finalité de la démonstration. Ce ne sont pas là des erreurs de jeunesse, mais des curiosités revendiquées.

Notes

1 Le jury était composé, outre les directeurs de thèse Bernard Francq et Philippe Scieur, des professeurs Olgierd Kuty (ULg), Denis Segrestin (CSO/Science po Paris) et Marc Zune (UCL).

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search