Version classiqueVersion mobile

Être curieux en sociologie

 | 
Bernard Francq
, 
Philippe Scieur

La curiosité des doctorants

La recherche sur la police

Une curieuse curiosité

Claude Bottamedi

Texte intégral

1Police. Il semble que ce mot, pour le citoyen lambda, mais aussi pour le chercheur, ne fasse pas l’unanimité sur sa dénotation et qu’il soit chargé d’une forte connotation émotionnelle. Pour le moins, il fait l’objet de représentations sociales, d’une forme de pensée sociale (Jodelet, 1984), assez négatives. Pour en venir à la recherche, Dominique Monjardet a montré que la police a été considérée comme un « objet sale » par les sociologues. Si l’on allie à cette perception les contraintes institutionnelles qui étreignent la recherche, on comprendra que la curiosité à son égard connaît de fortes limites.

  • 1 Il s’agit d’une recherche doctorale que nous réalisons « en compagnonnage » avec Bernard Francq. El (...)

2Dans une première partie de notre contribution, un rapide détour par la France nous rappellera cette réalité et nous permettra une transition aisée avec la recherche sur la police en Belgique francophone, comparée à celle qui est réalisée en Flandre. Ensuite, nous glisserons à un autre niveau, celui des chercheurs, en envisageant les questions de vulgarisation et d’engagement différé. Dans une seconde partie, nous examinerons quatre aspects de la réforme des polices en Belgique, mis en évidence par nos observations. Sur le plan organisationnel, nous évoquerons la centralisation et le management. Sur le plan institutionnel, il sera question de la politisation et du « community policing ». Ainsi, nous effleurerons quelques éléments relevant de notre recherche sur la sécurité publique1, plus particulièrement sur la police locale, recherche fortement influencée par les travaux de Dominique Monjardet.

1. La recherche sur la police et les chercheurs

  • 2 Pour un même constat en ce qui concerne les sciences politiques et la sociologie, on consultera : L (...)

3Si la curiosité peut être définie comme une attitude de disponibilité ou d’intérêt à l’égard d’un sujet, la police ne semble pas l’avoir suscitée notablement et précocement dans le champ de la recherche sociologique française. À cet égard, les propos de Sartre associant « police et fasciste » ont certainement eu des effets néfastes, ce que Dominique Monjardet (1986), sous l’alias de Pierre Demonque, a confirmé en soulignant qu’ainsi « il fermait la porte aux questions ». De même, se limiter à assimiler la police à un instrument de domination (Harring, 1976 ; Hepburn, 1977) rend vaine toute velléité de produire de la recherche sur ce que Monjardet a appelé « un objet sale ». Lorsque l’on assimile la police au « chenil du capital » (Berlière, Lévy, 2010), il reste à dénoncer, pas à produire du savoir. Un autre indicateur de ce désintérêt2 sera aussi mis en évidence par Monjardet (2006,15) constatant que l’épais dictionnaire de sociologie édité par Seuil et Petit Robert ne contient pas d’entrée « police ».

4Mais si un détour par la France est tentant pour un chercheur de la Belgique francophone, il ne peut négliger la recherche sur la police dans son pays. Certes, elle ne constitue plus véritablement un « objet sale » et d’ailleurs, dès les années quatre-vingt, les recherches ont été relativement fréquentes, surtout au sein des écoles de criminologie. Pour preuve, une récente contribution de Carrol Tange (2009) recense environ cent quarante recherches menées en Belgique, dont la moitié a été financée par le ministère de l’Intérieur (actuellement Service Public Fédéral Intérieur). Nombre appréciable ? Certainement. Mais aussi nombre à relativiser, ce que nous argumenterons en avançant quatre raisons.

5D’abord, le comptage débute en 1985, ce qui représente une moyenne d’environ quatre recherches par an, toutes démarches confondues, indépendamment de leurs qualités et de leurs intérêts. Ces deux derniers aspects invitent à prendre une certaine distance par rapport à ce nombre et à constater une réelle « hétérogénéité » des recherches, allant de la constitution d’un savoir à la démarche « alimentaire ».

  • 3 Nous n’envisageons pas le chercheur comme un acteur purement passif face aux exigences du commandit (...)

6Ensuite, celles qui ont été financées par le ministère de l’Intérieur, ont été soumises à des impératifs qui en conditionnent la portée, ce qui est bien connu des chercheurs. Dans le court terme, les commanditaires veulent des réponses et des solutions, généralement en réaction à des événements3, lorsqu’ils ne cherchent tout simplement pas une caution universitaire pour confirmer leurs a priori (infra). Leur empressement implique que la phase empirique souffre particulièrement au point que, par souci d’économie, elle est négligée ou atrophiée, ce qui peut déboucher sur des études tournant sur elles-mêmes et s’alimentant entre elles. Comme l’indique Brodeur (1994), de manière moins critique il est vrai, la réutilisation de données empiriques existantes s’avère fréquente pour des raisons financières, ce qui donne lieu à ce qu’il a appelé des recherches « métempiriques ». Rien de choquant à cette pratique, mais nos sociétés connaissant des changements importants et surtout rapides (Bajoit, 2004 ; Rosa, 2010), les « stocks de données » ne devraient-ils pas être marqués d’une date de péremption (sic). Nos observations sur le fonctionnement de l’actuelle police intégrée montrent qu’en moins de dix ans, les changements ont été fondamentaux tant sur le plan organisationnel que sur le plan professionnel.

  • 4 « Verwhilghen verdeelt paars-groen”, De Morgen, 14 septembre 1999, p. 1 ; “Onderzoek naar criminali (...)

7Pour en revenir aux recherches, les appels d’offres portent sur un nombre de questions classifiables en quelques grandes thématiques – par ex. : les statistiques criminelles, les relations police/population, etc. –, fermant ainsi de nouveau le champ de la recherche. Et quand les commanditaires veulent certaines réponses, a priori, ils sont tentés de mobiliser les travaux voire les chercheurs qui les confortent, en faisant du « shopping universitaire ». À titre d’illustration, on se souviendra qu’un ministre de la Justice a commandé une recherche sur la « relation entre origine allochtone et comportement criminel »4, à un chercheur dont la désignation n’était sans doute pas sans lien avec les conclusions qu’il avait tirées d’une précédente recherche aux Pays-Bas, selon une approche culturaliste et sur un objet assez semblable. Autrement dit, des éléments extra-scientifiques, notamment de nature politique, peuvent agir sur la démarche scientifique.

  • 5 Notre remarque concerne des recherches commanditées par le SPF Intérieur. Nous avons notamment rema (...)

8Enfin, nos propres observations nous convainquent de l’intérêt qu’il y aurait à examiner le fonctionnement des comités d’accompagnement de ces recherches et, notamment, leur influence en des termes autres que scientifiques5.

  • 6 À titre d’exemple, la recherche relative au profil du chef de corps n’a pas été traduite alors qu’e (...)

9Dans de telles conditions de production, il est pertinent de se demander si l’indispensable indépendance du chercheur est encore suffisamment garantie et si la rigueur scientifique peut être pleinement assurée lorsque l’on veut réduire le temps de la recherche au temps de l’actualité, pour ne mobiliser que ces seules remarques. Il est pourtant difficile de le vérifier puisque l’on regrettera que de nombreuses recherches ne sont ni publiées, ni accessibles, sauf par des voies détournées. À cette fin, il faut mobiliser un réseau de connaissances pour y avoir accès. Et quand l’on bénéficie de cette « faveur », l’on constate qu’aucune traduction n’est assurée, même lorsque les résultats sont utiles aux décideurs politiques6 auxquels elles seraient pourtant utiles.

10Dans les faits, la logique pratico-pratique qui anime les commanditaires, favorise l’Université de Gand qui a fait une spécialité des questions opérationnelles et managériales relevant de la fonction de police – sinon sa spécialité – et, dès lors, qui s’adjuge quasiment tous les appels d’offres, comme l’indique Carrol Tange (2010). Fort logiquement, plusieurs professeurs de cette université ne manquent pas d’encourager les travaux de thèse de doctorat sur la police, ce qui a pour effet de renforcer leur positionnement sur le marché de la recherche.

11A contrario, on notera qu’en communauté française, toutes universités confondues, nous n’avons actuellement identifié que deux doctorants impliqués – un sociologue et un criminologue - dans une recherche sur le travail de la police. Pour apprécier ce chiffre, le site web de l’Université catholique de Louvain nous apprend que l’institution a inscrit dix-sept cents doctorants, toutes disciplines confondues. S’intéressant à la police dans un tel contexte, le sociologue curieux se transforme rapidement en un curieux sociologue aux yeux de ses pairs !

12À titre d’explication de cette différence d’intérêt entre les chercheurs du Nord et du Sud du pays, on peut émettre l’hypothèse que les référents sont différents. En effet, les premiers se tournent plus volontiers vers les recherches anglo-saxonnes, pionnières et très ouvertes sur les questions policières, tandis que les seconds se nourrissent plutôt de la littérature sociologique française avec les effets que nous avons décrits ci-avant.

13Il convient aussi de noter que les lieux de recherche se démultiplient, avec plus ou moins de bonheur. L’institut national de criminologie et de criminalistique (INCC), la police fédérale, certaines zones de police, le Centre d’études sur la police et son pendant néerlandophone, ainsi que diverses institutions, constituent aussi des lieux où l’on réalise ou finance des recherches. Le phénomène n’est pas nouveau ; il est en tous cas significatif à la fois d’un manque de recherches universitaires sur les questions policières et d’un besoin de savoir, d’autant que le new public management a drainé une logique d’efficience qui contraint les décideurs, singulièrement les responsables policiers, à rendre des comptes sur l’utilisation des moyens. Toutefois, le danger d’un tel paysage réside dans la confusion entre recherche et recherche, en considérant de la même manière la démarche d’une zone de police et le travail d’un chercheur du département de criminologie de l’INCC. Compétences, ressources, encadrement et objectifs sont les premiers éléments qui différencient les deux initiatives.

14Que l’on ne s’y trompe pas, le recensement réalisé par Carrol Tange (2009) recèle des travaux de grand intérêt, constitutif d’un savoir solide sur la police belge et, plus globalement, sur le policing. Certains chercheurs ont aussi acquis leurs lettres de noblesse sur un plan international, comme les professeurs Lode Van Outrive et Paul Ponsaers. Néanmoins, pas mal de recherches suscitent quelques commentaires que nous avons rassemblés en quatre points pour la clarté de notre propos.

  • 7 Il s’agit de l’Institut des hautes études de la sécurité intérieure, actuellement remplacé par l’In (...)

15Premièrement, une majorité de recherches satisferaient le commissaire Chalumeau qui, au sein de l’IHESI7, déclarait que « la recherche n’a pas vocation à travailler sur la police, mais pour la police ». Sans chercher à théoriser le travail policier, par leur utilitarisme, ces recherches ont pourtant vocation à s’épuiser. Évidemment, cet intérêt rejoint le besoin d’efficience que nous avons mentionné. Par ailleurs, si la recherche avait vocation à travailler « pour » un bénéficiaire, il devrait s’agir du citoyen et non de la police. En formulant cette remarque, nous annonçons nos prochains commentaires sur « l’engagement différé » du chercheur (infra).

16Deuxièmement, il serait intéressant d’examiner dans quelle mesure les recherches – même celles ayant fait l’objet d’un appel d’offres du ministère de l’Intérieur – auraient un impact sur les politiques publiques en matière de sécurité. Qu’a-t-on fait de la recherche dirigée par le professeur Lemaître (2002) intitulée « Analyse des tâches policières : distinction entre les activités spécifiques aux services de police et les activités gérables par d’autres services sur les tâches de la police ? » En 2012, les débats reprennent sur la définition des tâches essentielles de la police, sur fond de polémique à propos du manque supposé de policiers, et personne ne propose d’exhumer cette recherche commanditée par le ministère de l’Intérieur et, apparemment, totalement oubliée. Mais les intérêts politiques et privés, révélés par le souhait de firmes privées de reprendre des missions de police, ne sont pas sans influence sur les conditions du débat et de la production scientifique, à propos de laquelle les travaux de Michel Callon et Bruno Latour jettent un éclairage utile.

  • 8 Pour consulter le rapport : http://www.infozone.be/biblio/fedpol/cg/2009-05-28/2009-05-28avis-5-f.p (...)

17Toujours à propos de l’impact des recherches, a-t-on puisé dans les critiques de Lode Van Outrive (2005) sur la « désorganisation et l’improvisation » de la réforme des polices pour agir ? Son travail fouillé, extrêmement documenté n’a connu qu’un succès d’estime tandis que lui-même, sans doute étiqueté politiquement, n’a pas été sollicité à suffisance pour contribuer à la mise en œuvre d’une réforme des polices sur lesquelles il avait pourtant beaucoup travaillé. Plus interpellant encore, que sont devenus les rapports de la commission d’accompagnement de la réforme des polices au niveau local, rédigés sous la direction du professeur Brice De Ruyver ? Dans un rapport de 2009 sur le travail de quartier, le Comité P souligne que ses propres remarques sur un plan réglementaire figurent déjà dans le rapport « De Ruyver » de 2007. Enfin, quelles suites ont été données aux conclusions du « rapport d’évaluation du concept général de la réforme des polices », avancées par le Conseil fédéral de police8 ? Il serait inexact d’affirmer que ces rapports n’ont donné aucune suite, mais il faut constater qu’ils sont souvent mobilisés ex post, pour justifier une décision prise dans un autre contexte, plutôt que comme sources d’inspiration. Mais peut-on, plus globalement, envisager une politique de la sécurité, inspirée et cohérente, lorsque l’on assiste à la « valse » des ministres de l’Intérieur ? Depuis 2008, le portefeuille a changé quatre fois de mains.

18Troisièmement, « la résistance policière au projet de connaître » (Brodeur, 1984) s’affaiblit lorsque la recherche fait mine de se mettre au service de l’institution. Le chercheur est alors considéré comme un auxiliaire qu’il devient parfois. A contrario, elle reste vivace lorsqu’elle banalise et désenchante la police ou qu’elle la démystifie. La résistance se transforme même en contre-attaque lorsque la dimension « professionnelle », au sens conféré par Monjardet (1996), est critiquée. Au paroxysme de la tension, l’injure suprême est même prononcée : « Théorie ! Vos travaux ne sont que de la théorie », s’entendra dire le chercheur par un « professionnel » qui ignore que « rien n’est plus pratique qu’une bonne théorie » (Crozier). Beauchesne (2010) nous rappelle un bel exemple de cette résistance policière à la recherche, en soulignant l’importance que l’arme à feu représente pour les policiers, version « combattants du crime », au point de balayer toutes propositions de limitation de son port et d’éviter toute discussion sur son utilité. Lorsque l’on met en évidence ses utilisations heureusement assez rares, mais pas toujours raisonnées, les effets pervers du port de l’arme, les coûts énormes que cela représente – acquisition et entraînements –, il n’apparaît pas impertinent, sauf aux policiers, d’interroger pour le moins sa limitation.

19Quatrièmement, force est de constater que le savoir accumulé « sur la police », voire même « pour la police », n’encombre pas les programmes de formation des écoles et académies de police, plus ouvertes aux « recettes » managériales, aux techniques opérationnelles et aux aspects normatifs. Une anecdote nous a été rapportée par un médecin du travail invité par sa fille à apporter son aide dans le cadre d’un travail universitaire qu’elle devait réaliser, sur la base des travaux de Dominique Monjardet. Depuis deux ans, il demande à chaque policier qu’il rencontre s’il connaît ce sociologue et la réponse est presque systématiquement négative… Mais plus fondamentalement, les programmes de formation reflètent en partie la manière dont se conçoit la fonction de police, même à propos des matières qui en sont absentes. L’on peut prétendre à la mise en œuvre d’une « police orientée vers la communauté », mais qu’enseigne-t-on à ce propos qui ne se limite pas à l’aspect théorique de la notion ? Et si l’on n’enseigne pas aux différents cadres les outils conceptuels et les méthodes leur permettant une approche critique, peut-on espérer que le management soit véritablement participatif, mettant à l’honneur l’évaluation et la recherche de l’amélioration ? Une remarque marginale doit être formulée. Il est surprenant de constater que peu de cadres sont au fait d’éléments basiques de la sociologie des organisations et ne parlons pas des analyses réalisées en matière de changement social, de famille ou de genre. Pourtant, le policing est indissociable du contexte social dans lequel il s’envisage. N’est-ce pas la source de nombreux errements ?

20À propos des chercheurs, ils relèvent à des degrés variables de trois catégories, sans doute caricaturales. Certains travaillent retranchés, gardiens du temple, prenant des mesures d’asepsie pour éviter toute contamination émanant de profanes ou découlant d’une attitude de compromission, et pour se protéger des biais méthodologiques tant redoutés. Les cercles vertueux scientifiques sont les seuls lieux qui leur paraissent fréquentables – ce qui est bien leur droit – et « leur terrain » se limite à quelques coups de fil, à de très nombreuses lectures et à des « focus groups ». On se souviendra que Monjardet refusait systématiquement d’encadrer des recherches qui ne faisaient pas la part belle au terrain. D’autres sont devenus les conseillers du prince. Artisans du changement, ils hantent les couloirs des palais. Tantôt, ils cautionnent la mise en œuvre de recettes managériales, comme le modèle de management « EFQM » (European Foundation for Quality Management), voire ils réaniment des théories stockées et pourtant éculées. Tantôt, ils apportent du crédit à des évaluations présentées sous la forme d’un inventaire des dysfonctionnements – un catalogue de la Redoute dirait Bernard Francq –, revues et corrigées par le ministre de l’Intérieur, ou ils proposent une liste de « bonnes pratiques ».

21Entre les deux postures, une autre caractérise des chercheurs dont l’engagement se fonde sur des travaux scientifiques de qualité ; posture remarquée, mais en même temps inconfortable. Nombreuses sont les recherches et/ou évaluations qui posent les limites voire exposent les échecs du « community policing » (Cartuyvels, Mary, 2002 ; Smeets, Tange, 2009), de la lutte contre le crime et de modèles de management inspirés du monde marchand. N’est-il pas souhaitable qu’elles soient diffusées et soutenues afin de mettre sous tension les discours lénifiants sur l’innovation et l’efficacité de dispositifs devenus indiscutables, puisque prétendument intégrés dans un parcours vers l’excellence et cautionnés par des « universitaires » (Bruggeman et al., 2007) ? Cela ne peut se concevoir qu’en alliant une certaine vulgarisation et une forme d’engagement. La vulgarisation, elle est souhaitée, elle est même nécessaire pour que la recherche ne reste pas qu’un objet confiné à quelques milieux. Cela renvoie à la question du rôle et de la figure de l’intellectuel. Mais cela renvoie aussi aux travaux de Bruno Latour (1984) et Michel Callon (1988) qui affirmaient qu’une innovation ou une idée intellectuelle n’a quelque chance de se diffuser socialement que si elle est traduite, c’est-à-dire réappropriée par les profanes en fonction de leurs intérêts pratiques spécifiques et de leurs horizons d’attente propres. Dès lors, la vulgarisation s’avère d’autant plus opportune qu’elle apparaît comme préalable à la réappropriation et, qu’à titre subsidiaire, mais néanmoins remarquable, elle favorise l’investissement dans une démarche jusqu’alors difficilement accessible.

22Et l’engagement, il ne s’agit pas de l’entendre dans le sens de « prendre parti ». Au contraire, il est demandé au chercheur, tout particulièrement s’il veut éclairer la chose policière, d’entrer dans la place (Goffman), de s’intéresser au terrain, sans oublier méthodes et distanciation, de cette distanciation qui, à titre de digression, a bien manqué à Didier Fassin dans La force de l’ordre (2011). Certes, il est entré dans la place, mais tout en étant marqué par une expérience personnelle avec un service de police identique à celui dont il fait le cœur de sa recherche. Il y est entré avec un monocle lui permettant de constater et de dénoncer des violences policières, mais en négligeant les interactions des protagonistes avec leurs usagers, ce qui a valu à son « regard ethnologique » d’être qualifié d’amateur (Ocqueteau, 2001). Nous ne reprendrons pas les multiples critiques déclenchées par l’ouvrage de Fassin, notamment sur sa méthode (Jobard, 2011), en regrettant qu’elles cachent des apports essentiels à la réflexion, comme l’absurdité de la politique du chiffre et du rendement. Elles rappellent seulement qu’un « dialogue difficile » s’établit entre le sociologue et le policier (Loubet del Bayle, 2012). Et l’engagement que nous prônons, il doit s’agir d’un « engagement différé », qui ne peut altérer les qualités de la recherche, mais qui sur la base de ses enseignements, ultérieurement, doit nourrir les débats en apportant des éléments d’objectivation. Il se matérialise par un devoir de parole de la part de chercheurs qui disposent de savoirs et de compétences permettant de susciter de bonnes questions, d’écarter les illusions du sens commun et de dévoiler les lobbies de toutes sortes.

  • 9 Durkheim E., 1902 (1893), Préface à la première édition de De la division du travail social, Paris  (...)

23Le chercheur doit-il se substituer au politique et ne viser que l’utilitarisme ? D’abord à propos de l’utilitarisme, on se souviendra des écrits de Durkheim : « Mais de ce que nous nous proposons avant tout d’étudier la réalité, il ne s’ensuit pas que nous renoncions à l’améliorer : nous estimons que nos recherches ne méritent pas une heure de peine si elles ne devaient avoir qu’un intérêt spéculatif »9. Si l’on entend par spéculatif, le fait d’être abstrait et théorique, on aura compris que la démarche que nous prônons trouve sa source dans le terrain. Il ne faut toutefois pas en conclure qu’elle exclut la théorie puisque la recherche constituera un va-et-vient entre ces deux niveaux. Et même si un fort courant entraîne la recherche dans un courant utilitariste, notamment par les logiques de subventions, elle ne peut ainsi être réduite.

24Ensuite, il peut être attendu du chercheur qu’il mette en évidence de faux problèmes et des contraintes, et qu’il éclaire le champ des possibles. Mais s’il entend proposer les bonnes actions et les bonnes politiques, il endosse un autre rôle, politique celui-là. Il convient alors que cet engagement soit différé, donc distingué de celui du travail du chercheur pour éviter toute confusion auprès des profanes. C’est bien à ce type d’engagement auquel nous faisions allusion, sans pour autant qu’il ne se transforme en injonction bureaucratique auprès des chercheurs. À chacun d’eux d’estimer s’ils n’ont pas un devoir moral auprès des contribuables qui leur permettent de mener à bien leurs recherches…

2. La réforme des polices en Belgique

  • 10 Savage S., 2007, Police Reform. Forces for Change, Oxford University Press.

25L’affaire Dutroux a été la dernière occasion de mettre en cause les polices belges et son évasion constitue le fait catalyseur qui a drainé tous les projets de réforme débouchant finalement sur la police intégrée (Van Outrive, 2005). Comme Savage10 l’a montré à propos des polices britanniques, une lecture de la réforme des polices belges pourrait mettre en évidence le poids des trois facteurs suivants : les crises, les professionnels et les acteurs politiques. Il s’agit assurément d’une démarche fertile pour la compréhension de la réforme, mais aussi une source d’informations à propos des conditions de réformes futures de l’institution policière. Toutefois, nos propos vont concerner la police intégrée, en nous situant dix ans après la réforme et en limitant nos commentaires à quatre considérations découlant de nos observations. Notre choix se justifie parce qu’il existe une certaine convergence entre nos observations et ce que la littérature étrangère met en évidence à propos de la police. Il reste néanmoins un choix avec sa part d’arbitraire et d’intérêt personnel pour certaines questions.

  • 11 On pensera par exemple aux attributions de certains services de la police fédérale comme celui qui (...)

26Premièrement, la nouvelle police est paradoxalement caractérisée par une centralisation notable. Paradoxalement, parce que le bourgmestre est présenté comme le régisseur de la sécurité au niveau local. Or, il convient de constater que des décisions importantes relatives à la police et à son organisation sont prises au niveau fédéral. Elles portent sur la politique de sécurité, notamment à travers les plans nationaux de sécurité dont les plans zonaux doivent s’inspirer, mais aussi sur les normes de fonctionnement, sur les règles statutaires et sur les principes d’organisation des polices locales dont le bourgmestre est pourtant légalement le chef. Par ailleurs, le gouvernement fédéral s’est doté d’agences de contrôle afin de vérifier, notamment, le travail des zones de police (Inspection générale, Organe de contrôle des banques de données, etc.). Des services centraux sont aussi chargés d’imaginer et d’élaborer de nouveaux modèles ou concepts de travail policier11. On constate que, de plus en plus souvent, l’État fédéral fait exécuter ses décisions par les services locaux, selon la logique « qui décide ne paie pas » !

27Deuxièmement, une politisation marquée traverse l’institution policière. D’abord, elle heurte les discours d’inspiration managériale, par exemple à propos des modalités de recrutement des chefs de corps et autres membres du personnel. Ensuite, sur le plan réglementaire du moins, l’intervention du pouvoir politique semble accrue par rapport à la situation antérieure à la réforme. Exprimée autrement, sans conclure à une simple instrumentalité de la police démentie par les observations, l’autorité politique a repris la main, mais du bout des doigts... En effet, on n’assiste pas à la fin des pouvoirs professionnels, mais à un réagencement des relations entre organisation, profession policière et autorité politique (Purenne, Aust, 2010, 24). Enfin, sur un plan opérationnel, sans remettre en question l’autonomie policière, la mise en œuvre de la police à des fins politiques s’observe fréquemment. Sans doute que le politique tente d’obtenir – ou obtient – des renseignements ne relevant pas de ses responsabilités, mais satisfaisant d’autres intérêts. Plus encore, il peut procéder à l’involution des buts d’actions policières comme imposer des contrôles routiers, non pas pour répondre à des situations dangereuses, mais pour satisfaire des électeurs, indépendamment de la pertinence des opérations policières.

28Troisièmement, un fort courant managérial agite l’organisation policière, dans la logique du new public management. Dans la police belge, il se manifeste par la mise en œuvre d’un modèle de management (EFQM) importé du monde marchand et la diffusion d’une logorrhée managériale à tous les niveaux hiérarchiques. On notera deux conséquences notables de ce changement de management. D’abord, on relève une propension particulière à « piloter la police par les indicateurs » comme l’ont intelligemment montré Purenne et Aust (2010). Dans le cadre de nos observations, nous constatons plus précisément que ce sont principalement des indicateurs d’effectivité qui sont pris en compte plutôt que des indicateurs d’efficacité. Autrement dit, on examinera dans quelle mesure les actions planifiées ont été réalisées, mais certainement pas si elles ont eu un effet sur la variable qu’elles concernaient. Ensuite, l’organisation policière développe une tendance au ritualisme (Merton), en ce sens qu’elle consacre une part notable de ses ressources à son fonctionnement plutôt qu’à la réalisation de ses objectifs. Il semble que les modèles de management de qualité aient la fâcheuse tendance à développer une certaine bureaucratie entendue au sens commun du terme. Paradoxalement, la volonté d’efficience affichée par le new public management, ayant souvent conduit à l’adoption de tels modèles de management, se trouve freinée par les dispositifs concrets, eux-mêmes grands consommateurs de ressources.

29Quatrièmement, la diffusion de l’innovation que constitue le « community policing », comme montré par Weisburd et Braga, a aussi atteint la police belge. Le modèle a été importé par des chercheurs flamands trouvant leur principale inspiration dans la littérature anglo-saxonne (cf. supra). A priori, le dispositif ne manque pas d’intérêt puisqu’il intègre, notamment dans la détermination des priorités, celui que Monjardet appelait le « tiers absent », soit le citoyen. Pourtant, il reste à mener plus d’études sur ce dispositif et sa mise en œuvre, en interrogeant les notions de partenariat, d’accountability et de « résolution de problèmes ». Les études déjà réalisées tendent à relativiser autant les effets du modèle que sa mise en œuvre effective (Smeets, Tange, 2009) au point que pour Beauchesne, il s’agit surtout d’un écran de fumée.

30Nous avons posé une question ouverte auprès d’une centaine d’aspirants inspecteurs principaux dans une académie de police. Dans le système de formation belge, ces aspirants comptabilisent au moins six ans de service. Il en ressort une assimilation quasi systématique entre « community policing » et « travail social », un rejet catégorique et aussi majoritaire du modèle, l’affirmation sans concession que ce modèle est un échec et le souhait que l’on clarifie la fonction de police comme étant destinée à lutter contre la criminalité. Certes, la démarche ne peut prétendre évaluer la mise en œuvre du community policing en Belgique. Mais lorsque l’on connaît la grande autonomie qui caractérise le travail policier, de tels résultats ne peuvent être ignorés.

Conclusion

31La police occupe une place dont l’importance parmi les institutions belges ne peut se mesurer à la quantité de travaux qu’elle a inspirés. Elle se positionne comme un des plus grands employeurs, avec plus de quarante mille civils et policiers ; son budget est considéré comme très important. Ses missions concernent les libertés individuelles et la sécurité collective. Présente partout, elle impose des contraintes et elle apporte son assistance ; elle sanctionne et elle aide les victimes ; elle informe, mais elle s’informe aussi ; elle sécurise des manifestations qu’elle empêche parfois ; elle résout des problèmes tout en refusant d’admettre qu’elle en crée ; elle sert, mais elle veut décider comment elle le fera ; elle contrôle, mais elle est elle-même rétive au contrôle et se laisse peut gouverner ; elle accueille, mais elle refoule également ; etc.

32Il s’agit bien d’un objet polymorphe d’une extraordinaire complexité, entouré de représentations rebutantes pour les chercheurs. Mais son enjeu pour chaque citoyen implique qu’elle ne peut échapper à la recherche ; c’est plus qu’un projet, c’est un devoir démocratique.

33Pour Monjardet (1996, 22), la police est une institution qui se spécifie par les valeurs qu’elle sert. Dans une société démocratique, il n’est pas seulement utile, il est surtout indispensable de mettre les discours à distance et d’examiner comment cette institution fonctionne, notamment comme le ferait un sociologue du travail, par le bas. Ainsi, prenons le modèle tant vanté du « community policing » qui entend mettre les attentes des citoyens au cœur des préoccupations policières. Doit-on, comme l’indique Beauchesne, le considérer comme un simple « écran de fumée » ou favorise-t-il la relation entre la police et les citoyens ? Et la profession policière, plus favorable à la dimension « lutte contre le crime », manifeste-t-elle effectivement une résistance à ce modèle jugé trop « social », empêchant ainsi sa mise en œuvre ? Ou, bien que mitigés, les résultats sont-ils appréciables à certains égards ? Et en termes de partenariat, en est-on resté essentiellement à des déclarations d’intention, à de grandes réunions où l’on discute de tout sans rien décider ? Et la police a-t-elle effectivement appris à rendre des comptes à défaut de promouvoir l’évaluation de ses dispositifs ?

34Comme on a pu le souligner, la connaissance de la police n’est plus seulement un projet, même en Belgique (Tange, 2009). Néanmoins, force est de constater, pour ce qui concerne la Communauté française de Belgique, que le travail de la police intéresse de très nombreux étudiants en master, encouragés par quelques promoteurs. Par contre, excessivement peu de doctorants considèrent, tantôt sociologues, tantôts politologues, que cet objet constitue un champ de recherche intéressant, alors qu’il reste encore largement à défricher.

35Quant aux – rares – chercheurs confirmés se penchant sur le travail policier, ils sont essentiellement criminologues, rarement sociologues ou politologues. Autant dire que l’on n’enregistre pas pléthore de recherches sur cet objet, d’autant qu’en période de crise, les économies portent directement sur leur financement. On comprendra que dans de telles conditions, espérer une traduction et une vulgarisation des travaux les plus intéressants relève de la gageure. En outre, ce contexte n’encourage pas le sociologue, comme l’indiquait Monjardet, à avoir « mauvais esprit » en usant de son pouvoir critique.

36Les universités flamandes renversent sans doute la tendance, mais leur terrain de prédilection est leur région, voire les Pays-Bas, et il est probable qu’il existe des différences avec la Wallonie. En tous cas, certaines représentations indiquent qu’au pragmatisme des uns, s’opposerait une rationalité en valeur des autres. S’agit-il de simples lieux communs ou une telle différence est à ce point lourde qu’elle entraînerait des modalités d’organisation et d’actions particulières ? À en croire la profession et pour autant que l’on ne considère pas tous ses membres comme des « idiots culturels », les faits accréditeraient cette différence, observable aussi sur la manière de problématiser des questions ainsi que sur la perception du travail et de ses modalités.

  • 12 Deux colloques ont été consacrés à ce sujet en Belgique. Ni en France, ni en Belgique, la recherche (...)

37Bref, la recherche sur la police constitue une nécessité démocratique à la condition qu’elle ne se limite pas à vérifier les conditions de l’efficience ou de l’efficacité de l’organisation, dans une logique managériale. Il s’agit aussi d’interroger la police comme institution, c’est-à-dire la police aux services de valeurs. Enfin, jeter un éclairage sur la profession, évitera des déconvenues lorsque des changements devront être envisagés. Il est apparu que le syndicalisme policier constituait un objet peu étudié, a fortiori en Belgique12.

38Il convient d’accumuler des connaissances vérifiées et, pour cela d’encourager la curiosité sociologique d’intellectuels engagés au service de l’action, afin d’alimenter un débat visant à fonder une politique de sécurité consensuelle. L’engagement – différé – que l’on attend d’eux ne consiste pas à décider à la place des décideurs. Qu’ils formulent les questionnements pertinents tout en conjurant idées reçues et fausses évidences ; qu’ils déconstruisent les discours institutionnels bien cadrés ; qu’ils éclairent les citoyens et les décideurs. Ainsi auront-ils rempli leur devoir de parole.

Bibliographie

Bibliographie

Bajoit G., 2003, Le changement social : Approche sociologique des sociétés occidentales contemporaines, Paris : Armand Colin.

Beauchesne L., 2010, La police communautaire, un écran de fumée, Bayard Canada.

Berlière J-M., Lévy M., 2010, Le témoin, le sociologue et l’historien : Quand des policiers se mettent à table, Paris : Nouveau Monde éditions.

Brion F., 2000, « Introduction. Immigration, crime et criminalisation. Du doute méthodique au doute radical », In : Brion, Fabienne, Réa, Andréa, Schaut, Christine, et Tixhion, Axel (éds.), Mon délit ? Mon origine., Criminalité et criminalisation de l’immigration, Bruxelles : De Boeck/Pol-His.

Brodeur J.-P., 1984, « La police, mythe et réalité », Criminologie, XVII, (1), 9-41.

Brodeur J-P, « Police et recherche empirique », In : Szabo, Leblanc (éd.), Traité de criminologie empirique, Montréal : Les presses de l’Université de Montréal, 1994, pp. 221-261.

Bruggeman W., Van Branteghem J-M, Van Buffel D., 2007, Vers l’excellence dans la fonction de police, Politea.

Callon M. (dir.), 1988, La Science et ses réseaux. Genèse et circulation des faits scientifiques, Paris : La Découverte.

Cartuyvels Y. et Mary P., 2002, « Politiques de sécurité en Belgique : les limites d’une approche de proximité », Déviance et société, Vol. 26, n° 1, pp 43-60.

Demonque P., (alias Dominique Monjardet), 1986, Les Policiers, Paris : La Découverte/Maspero.

Fassin D., 2011, La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Paris : Seuil.

Francis V., 2000, « L’étranger, objet de toutes les attentions : étude des pratiques de ciblage policier », In : Brion, Fabienne, Réa, Andréa, Schaut, Christine, et Tixhion, Axel (éds.), Mon délit ? Mon origine., Criminalité et criminalisation de l’immigration, Bruxelles : De Boeck/Pol-His.

Harring S., 1976, « The development of the Police Institution in the United States », Crime and Social Justice, Vol. 4, pp. 54-58.

Hepburn J., 1977, « Social Control and the Legal Order : Legitimated Repression in a Capitalist State », Contemporary Crises, Vol. 1, n° 1, p. 77-90.

Jodelet D., 1984, « Représentations sociales : phénomènes, concepts et théorie », In : Moscovici S.; Psychologie sociale, Paris : PUF, pp. 357-378.

Latour B., 1984, Les Microbes. Guerre et paix, Paris : Métailié.

Lemaître A. (promoteur), Dortu D., Hougardy L., Seron V. (chercheurs), 2002, Analyse des tâches policières : distinction entre les activités spécifiques aux services de police et les activités gérables par d’autres services, Rapport Final, Convention de recherche VIII/C/P2001-TACHPOL, ULG.

Loubet del Bayle J-L., 2012, « Le sociologue et le police. Un dialogue difficile », Cahiers de la sécurité, n° 20, pp. 147-156.

Monjardet D., 1996, Ce que fait la police : sociologie de la force publique, Paris : La découverte.

Monjardet D., 2006, Choses inédites, Paris : La découverte.

Rosa H., 2010, Accélération, une critique sociale du temps, traduction de Renault D., Paris : La découverte, coll. Théorie critique.

Ocqueteau F., 2011, « Un regard ethnologique amateur sur l’art français de policier l’ordre des banlieues », Nouvelle revue internationale de criminologie, Vol. III/2011.

Purenne A., Aust J., 2010, « Piloter la police par les indicateurs ? Effets et limites des instruments de mesure des performances », Déviance et société, Vol. 34, n° 1, pp. 7-28.

Smeets S., Tange C., 2009, « Le Community policing en Belgique : péripéties de la constitution d’un modèle de travail policier », International Police Executive symposium, Geneva Centre for democratic control of Armed Forces. dcaf.ch/serviceengine/Files/DCAF/.../fr/WPS_No1_fr+.pdf.

Tange C., 2009, « Belgique : Évolution d’une recherche entre contexte sociopolitique et confluence partielle d’intérêts », In : Ponsaers, Tange, Van Outrive (éd.), Regards sur la police. Insights on police, Bruxelles : Bruylant, pp. 217-283.

Tange C., 2010, « Préface », In : Beauchesne L., La police communautaire : un écran de fumée, Montréal : Bayard.

Van Outrive Lode, 2005, La nouvelle police belge : Désorganisation et improvisation, Bruxelles : Bruylant.

Notes

1 Il s’agit d’une recherche doctorale que nous réalisons « en compagnonnage » avec Bernard Francq. Elle est intitulée « La fabrique de la sécurité au quotidien ».

2 Pour un même constat en ce qui concerne les sciences politiques et la sociologie, on consultera : Loubet del Bayle J-L, 2006, Police et Politique, une approche sociologique, L’Harmattan.

3 Nous n’envisageons pas le chercheur comme un acteur purement passif face aux exigences du commanditaire. Il peut notamment redéfinir les objectifs, plus ou moins ouvertement, et agir sur les modalités pratiques de la recherche.

4 « Verwhilghen verdeelt paars-groen”, De Morgen, 14 septembre 1999, p. 1 ; “Onderzoek naar criminaliteit bij allochtonen nu al omstreden”, De Morgen, 14 septembre 1999, p. 4.

5 Notre remarque concerne des recherches commanditées par le SPF Intérieur. Nous avons notamment remarqué que les représentants du commanditaire n’avaient pas toujours les qualités requises pour être les interfaces entre les « politiques » et le monde de la recherche, notamment dans la prise en compte des impératifs de la recherche, par exemple en termes de moyens et de méthodologie. Il a pu en résulter certaines tensions nuisibles à la démarche.

6 À titre d’exemple, la recherche relative au profil du chef de corps n’a pas été traduite alors qu’elle est susceptible d’intéresser les autorités amenées à procéder au recrutement ou au renouvellement de mandat d’un chef de corps.

7 Il s’agit de l’Institut des hautes études de la sécurité intérieure, actuellement remplacé par l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ).

8 Pour consulter le rapport : http://www.infozone.be/biblio/fedpol/cg/2009-05-28/2009-05-28avis-5-f.pdf.

9 Durkheim E., 1902 (1893), Préface à la première édition de De la division du travail social, Paris : Alcan, p. xxxviii-xxxix.

10 Savage S., 2007, Police Reform. Forces for Change, Oxford University Press.

11 On pensera par exemple aux attributions de certains services de la police fédérale comme celui qui est chargé des relations avec la police locale (CGLX).

12 Deux colloques ont été consacrés à ce sujet en Belgique. Ni en France, ni en Belgique, la recherche ne s’est penchée sur cet objet et la littérature le concernant est d’une rare pauvreté.

Auteur

Depuis 1982, successivement policier communal, membre de la police judiciaire et chef de corps d’une police locale ; Licence en criminologie ; DEC en sociologie ; DEA en criminologie ; docteur en sociologie. Nombreuses publications sur le fonctionnement de la police ; à participé à de nombreuses journées d’études sur la police. Thèse à paraître : Quand la police locale fabrique la sécurité.

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search