Version classiqueVersion mobile

Être curieux en sociologie

 | 
Bernard Francq
, 
Philippe Scieur

La curiosité des doctorants

Du doute de la « fin de l’Histoire

Vers la redécouverte de la sociologie à travers le concept d’épreuve

Martin Wagener

Texte intégral

1. La « fin de l’histoire »

  • 1 Hardt M., Negri A., 2000, Empire, Paris : Exils, ainsi que Hardt M., Negri A., 2004, Multitude – Gu (...)
  • 2 Fukuyama F., 1992, The end of History and the last man, Penguin Books. Et.: Fukuyama F., 1989, « Th (...)

1Lorsque j’ai entrepris mes premières lectures en sociologie vers la fin des années 90, le post-modernisme était en pleine vogue. L’État-providence était mis en question. Même si nous étions fortement intéressés par les nouveaux mouvements sociaux et surtout les altermondialistes, confortés à l’époque par les lectures de Hardt et Negri1 sur l’empire et la multitude, tout cela apparaissait comme si les grands débats sociétaux étaient finis, le temps étant au pragmatisme. Il fallait s’adapter à l’économie de marché gagnante pour survivre dans le jeu de la concurrence. À titre d’exemple, Francis Fukuyama2 déclarait en 1989, peu après la chute du mur de Berlin, la fin de l’Histoire de la philosophie sociale occidentale. La modernité se serait donc achevée et les luttes sociales ne viseraient plus qu’un équilibrage de plus en plus fin entre les principes de la liberté et de l’égalité. Cette thèse d’un confluent historique du modèle sociétal vers un unique destin commun à tous les mortels confinait la sociologie (et d’autres sciences) à ne plus que faire un état des lieux du monde actuel puisque l’histoire aurait déjà été écrite ? La curiosité nous a amené comme jeune apprenti de la sociologie à entrer en discussion avec les théories de Fukuyama. Le doute, ou le désaccord avec certaines théories peuvent être des moteurs à la curiosité, dans le sens où ils invitent à creuser plus la question. Nous pouvons alors être reconnaissant à cet auteur. D’autres questions restaient ouvertes : quelle serait la place des individus dans cette société ? Quel serait leur pouvoir d’agir ? Question subsidiaire : est-ce que les théories de l’émancipation ou les utopies sociales ne servaient plus qu’à renforcer la démocratie libérale ?

  • 3 Touraine A., 2000 (1965), Sociologie de l’action, Le Livre de Poche, Paris : Seuil, 475p.
  • 4 Ibid., p. 9
  • 5 Touraine A., 2007, Penser Autrement, Paris : Fayard, 319p.

2Presque vingt-cinq ans avant la publication du livre Fukuyama, Alain Touraine dans Sociologie de l’action3 avait entrepris une analyse des mouvements sociaux pendant l’époque industrielle. Ces mouvements sociaux étaient capables de se donner une identité, de définir un adversaire et de porter des projets de changement social, comme il le décrit dans la version revue datant de 1999 : « Je voulais montrer que la vie sociale n’est pas gouvernée par les besoins d’intégration et d’efficacité de ce qu’on appelle la société, mais par les exigences, affirmatives et revendicatives, de Sujets personnels et collectifs qui veulent à la fois créer et maîtriser leur création, comme des travailleurs qui se sentent participer à une création collective et qui luttent pour mettre l’industrialisation au service de leur bien-être et de leur liberté4 ». Touraine a donc ouvert une nouvelle piste de recherche – qui s’opposait à « une sociologie de l’ordre » – en regardant le travail créateur du Sujet (individuel ou collectif) qui peut agir en connaissance de cause sur son environnement social et sur soi-même. Devenir sujet passe inévitablement aussi par un moment plus collectif pour parvenir à remplir les conditions sociétales favorables aux marges d’action5. La découverte des travaux d’Alain Touraine à travers les cours et les écrits de Bernard Francq ont alors ouvert au jeune apprenti de la sociologie que j’étais tout un univers de recherche qui s’intéresse à l’action sociale, au travail des acteurs et sujets, à la construction et à la transformation du monde.

  • 6 Kaesler D. (éd.), 2006, Klassiker der Soziologie - Bd.1 – Von Auguste Comte bis Alfred Schütz, Münc (...)
  • 7 Kaesler D., 2002, « Abenteuer Soziologie – Wer sich für die Wissenschaft von der Gesellschaft“ inte (...)
  • 8 Kaesler D. (éd.), op.cit., p. 15.
  • 9 Kaesler D. (éd.), 2005, Aktuelle Theorien der Soziologie – Von Shmuel N. Eisenstadt bis zu Postmode (...)

3Une nouvelle curiosité qui allait de pair avec un programme de lectures et de recherches était née. Pour décrire cette curiosité, je me réfère à un article de Dirk Kaesler qui développe les vertus que doivent développer les jeunes sociologues pour parvenir à trouver leur place et pour faire avancer la recherche dans cette « maison de la sociologie6 ». La curiosité, l’enthousiasme et la volonté de comprendre sont selon cet auteur les ingrédients de base : « La vertu la plus principale et la qualité la plus importante, que doivent apporter des sociologues compétents, est la curiosité, celle qui sera éveillée à travers des observations familières de ces réalités sociétales, que nous connaissons peu, que nous pouvions trouver surprenantes voire étonnantes7. » Une autre vertu est l’empathie qu’on apporte aux êtres humains en général. C’est en combinant ces vertus que le sociologue peut engager un travail intellectuel et empirique de rigueur pour que la sociologie reste « cette science qui met en lien des rapports sociaux réellement existants à travers des énoncés falsifiables de manière empirique et des explications théoriques8. » Soit une sociologie curieuse qui soit fondée de manière empirique, comportant des exigences théoriques, et basée sur une conscience socio-poltique et éthique9.

  • 10 Francq B., 2011, « Ville, épreuves subjectives et sujet personnel », In : Tahon M.-B. (éd.), Sociol (...)

4Ma contribution retrace mon parcours intellectuel à partir de la redécouverte de la sociologie à travers le concept d’épreuve. La première partie analyse le processus de singularisation. Ensuite, je parle de la place de la curiosité comme exploration entre théorie et empirie à travers l’objet de la monoparentalité. Enfin, je dessine les contours de l’épreuve de la monoparentalité à travers une mise en tension entre trois espaces d’existence, d’expérience et d’action10.

2. La redécouverte de la sociologie à travers la singularisation

  • 11 Giddens A., 1991, The Consequences of Modernity, Stanford University Press.

5Une sociologie qui veut aborder le pouvoir créateur des acteurs-sujets doit rendre compte de la manière dont, à l’heure de la modernité avancée11, se pense l’articulation entre les acteurs et une sociologie plus macrosociologique. Ou comme le dit Michel Wieviorka faisant allusion au travail d’Anthony Giddens :

  • 12 Wieviorka M., Neuf leçons de sociologie, Paris : Fayard/Pluriel, p. 10-11.

« Nous sommes sous tension, entre perspectives mondiales ou globales, et le souci d’être le sujet de notre propre vie[…]Comment aller du sujet personnel, de ce qu’il y a de plus intime, de propre à chacun de nous, jusqu’à la globalisation, ce qu’il y a de plus général, et qui affecte si fortement notre vie ? Le cadre de réflexion s’est étendu, en même temps qu’il fallait bien mettre en question celui, classique, qu’offre l’idée de société, elle-même inscrite dans un État-Nation12 »

6L’avancement de la modernité invite donc à changer en profondeur les cadres analytiques qui permettent de rendre compte de cette évolution sociétale.

  • 13 Beck, U., 1998 (1995), « Le conflit des deux modernités et la question de la disparition des solida (...)
  • 14 ibid., p. 16.

7Abordons ce que je considère comme un apport essentiel à la sociologie, celui d’U. Beck. Plusieurs éléments incitent Ulrich Beck à considérer une coupure avec la première modernité13 : la fin de l’opposition est-ouest (chute du mur de Berlin, etc.), la globalisation, le déclin de l’importance décisionnelle de l’État Nation, les nouvelles formes d‘appartenance, de réseaux de relations, d’autres modes de sociabilité, l’avènement des réseaux de connaissance et de savoir (Internet), l’expansion de la formation, l’augmentation du salaire réel, la flexibilisation du travail, la mobilité sociale et géographique plus diversifiée, la croissance de l’activité féminine, la montée du divorce, etc. Les notions clefs de la société industrielle (classe sociale, famille nucléaire, profession) perdent leur sens selon Beck. Mais que penser « quand la société industrielle devient elle-même une tradition14 … » ? Beck nous invite alors à envisager autrement le lien entre les trajectoires ou biographies individuelles, les institutions et la structure sociale. Les anciennes catégories perdent de leur pouvoir d’explication.

  • 15 Beck U., 2001 (1986), La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris : Flammarion.
  • 16 Ibid., p. 276-277.
  • 17 « […], vivre sa vie, cela équivaut à résoudre sur le plan biographique les contradictions du systèm (...)

8Dans La société du risque15, Beck souligne combien la notion de l’individualisation est saturée de significations, objet de malentendus et comment elle a été utilisée pour qualifier nombre de modes de vie qui ne se limitent pas au XXème siècle. Il reste que les dimensions analytiques de cette notion sont pour Beck de trois ordres, ce qu’il appelle une « triple ‘individualisation’ : arrachement aux formes sociales et aux liens sociaux historiques – à savoir les rapports de domination et de distribution traditionnels – (« dimension de l’émancipation »), perte de certitudes traditionnelles dans le domaine du savoir pratique, de la croyance et des normes directrices (« dimension du désenchantement ») et – et là, la signification de la notion est purement et simplement renversée – une nouvelle forme de lien social (« dimension du contrôle ou de la réintégration »)16 ». Beck précisait que ces dimensions étaient anhistoriques et qu’il était nécessaire de les mettre en conjonction avec le caractère objectif et subjectif des conditions de vie et de la conscience, son projet étant d’appréhender l’individualisation comme transformation des modes de vie et des modèles d’existence. Ce qui l’amenait à insister sur la nécessité d’opérer une lecture biographique des éléments constitutifs de la seconde modernité17.

  • 18 Beck, U., « Le conflit […] », op.cit.
  • 19 Ibid., p. 21.
  • 20 Ibid.

9Dans l’article paru en 1995 et publié en français en 199818, Beck revient sur ce qu’il entend par individualisation : ni atomisation ou isolement de l’individu, ni détachement de toute relation, ni mouvement d’émancipation ou d’autonomisation, elle signifie « en premier lieu la décomposition, en second l’abandon des modes de vie de la société industrielle (classe, strate, rôle sexué, famille) pour ceux sur la base desquels les individus construisent, articulent et mettent en scène leur propre trajectoire personnelle19 ». Plus loin, Beck souligne combien l’individualisation est une contrainte qui ne peut se limiter à l’existence personnelle : « l’individualisation, autre bizarrerie, n’est donc pas, à l’encontre du sens commun, un destin individuel, mais un destin collectif20 », comme émergence d’un nouveau rapport entre l’individu et la société.

10L’individualisation ou la création de l’individu moderne est selon Martuccelli – comme pour Beck – un processus structurel par lequel un individu est produit :

  • 21 Martuccelli M. et de Singly F., 2009, Les sociologies de l’individu, Paris : Amand Colin, p. 5.

« Les individus ne préexistent pas à la société, ils sont des individus sociaux, et dans ce sens, leur caractère social n’est pas postérieur à leur individualité21. »

  • 22 Beck, U., Die Neuvermessung der Ungleichheit unter den Menschen : Soziologische Aufklärung im 21. J (...)
  • 23 Castel R., 2003, L’insécurité sociale, Paris : Seuil.

11Ce n’est plus seulement comme dans la première phase de la modernité une confluence des changements intervenus dans la sphère de la production, des changements démocratiques et des processus culturels divers qui œuvrent à une plus grande prise en compte des aspects individuels. La deuxième modernité a, selon Ulrich Beck, amené un individu plus autonome, forcé à faire des choix et à se positionner par rapport aux différents risques sociaux. Cela ne veut pas dire que l’individu est entièrement libre, mais que c’est l’individu qui est forcé à « bien réagir », à s’adapter de manière flexible par rapport aux risques sociétaux qui pèsent sur lui. Le concept de « vulnérabilité sociale22 » est un concept majeur pour Beck (comme pour Robert Castel23) pour rendre compte de l’inégalité sociale par rapport aux difficultés structurelles que subissent les individus.

  • 24 Martuccelli D., 2010, La société singulariste, Paris : Armand Colin, p. 8.
  • 25 Wright Mills C., 1997 (1959), L’imagination sociologique, Paris : La Découverte, cité in : Martucce (...)
  • 26 Mills C. W., op.cit.

12Martuccelli propose quant à lui le terme de singularité, pour rendre compte de ce long processus de modernisation, tout en mettant en avant que la place des individus est en train de profondément changer. Il propose ainsi de théoriser « le passage de l’individualisme, repéré par Tocqueville au dix-neuvième siècle, vers le singularisme d’aujourd’hui24. » Son approche veut interroger le type d’individu que fabrique structurellement la société en rendant compte d’une socialisation différenciée, de l’imposition des modèles de l’individu, de la subjectivité, de la construction d’un individu en relation avec autrui et de l’expérience comme constitutive de soi. L’idée est de créer une nouvelle relation entre l’histoire de la société et la biographie de l’individu à travers le concept d’épreuve. Il retrouve les origines de cette approche chez Charles Wright Mills qui voulait comprendre « le théâtre élargi de l’histoire en fonction des significations qu’elle revêt pour la vie intérieure et la carrière des individus25 ». L’épreuve est, selon Mills26, une notion théorique permettant d’articuler les problèmes personnels avec les structures sociales qui les créent ou les amplifient :

  • 27 Martuccelli M. et De Singly F., op.cit. pp. 73-74.

« C’est probablement la meilleure et la plus économe des caractérisations de l’épreuve : partir des difficultés des acteurs afin de comprendre les manières dont les structures sociales permettent d’en rendre compte. On cherche à caractériser précisément les épreuves et les enjeux auxquels sont soumis les acteurs et les manières dont elles permettent de relier l’individuel et le collectif27 ».

  • 28 Caradec, Martucelli, 2004, Matériaux pour une sociologie de l’individu – Perspectives et débats, Vi (...)
  • 29 Martuccelli D., 2002, Grammaires de l’individu, Paris : Gallimard, p. 80.

13Cela donne l’image d’un individu en partie conscient de soi-même, trouvant des capacités d’action et soumis à un certain degré à un système social qui se manifeste à travers les épreuves. L’individu se construit par les épreuves auxquelles il est socialement confronté. Nous nous appuyons également sur la notion de support telle que Martuccelli la conçoit : « il s’agit en effet de repérer et de rendre compte des manières effectives par lesquelles les individus parviennent à se tenir face au monde28 » ; dit autrement, sur quoi ils peuvent s’appuyer pour faire face aux épreuves. Ce sont différents supports tant au niveau individuel (l’aide ou simplement la présence d’autres personnes) qu’au niveau de l’aide que peuvent fournir différentes organisations ou associations et plus largement par la protection qu’offre l’État-providence. L’approche veut rendre compte des capacités différentielles qu’ont les individus de se protéger. Sans tomber dans une sociologie du comptage des capitaux ou de la mobilisation des ressources, il s’agit ici de manière plus fine de tenir compte de ce qui est à la fois réseaux et dépendances sur le mode d’une production différentielle. Car « c’est bien vers les oppositions entre les différents supports que doit se centrer le regard sociologique afin de repérer, au-delà des clivages moraux, la diversité d’épreuves à l’œuvre29 ».

3. La Sociologie comme curiosité : un va-et-vient exigeant entre théorie et empirie

14La notion de famille monoparentale est assez récente ; elle participe d’une certaine façon à la « modernisation » de la définition de la structure familiale d’aujourd’hui. Au sens commun, elle concerne un parent isolé qui vit avec un ou des enfants. Elle a, depuis la fin des années 70, connu un intérêt de plus en plus grand dans les sciences sociales, principalement la sociologie. Au point qu’aujourd’hui, il n’existe guère de manuels de sociologie de la famille qui ignorent son existence, sa morphologie, ses tendances, ou encore les problèmes qu’elle suscite au niveau des politiques publiques, principalement des politiques sociales.

  • 30 Wagener M., 2013, Trajectoires de monoparentalité : relations au travail et au logement - Rapport i (...)

15Un ensemble de travaux consacrés30 à la monoparentalité font apparaître que ces familles ne peuvent pas être vues comme un groupe homogène qui partagerait les mêmes atouts pour faire face aux risques sociaux. D’un point de vue académique, le débat entre différents tenants de l’analyse des familles monoparentales reste ouvert :

  • 31 Sechet R., David O., Eydoux L., Ouallet A, 2003, Les familles monoparentales. Perspective internati (...)

« Pour certains, les familles monoparentales restent une catégorie allant de soi avec leurs caractéristiques supposées – fragilité relationnelle, isolement, éducation défaillante, précarité économique… ; pour d’autres, les ruptures conjugales sont si bien acceptées et se seraient tant banalisées qu’il faudrait se départir des stéréotypes relatifs aux difficultés particulières d’insertion sociale et professionnelle, ou encore de l’idée, toujours répandue, que les enfants concernés seraient des enfants “à problème”, victimes d’une éducation “amputée” et qui n’auraient pas intégré certains repères essentiels de la société [… ]31 ».

16Si le débat entre ces différentes approches – stigmatisation, reconnaissance des différentes formes familiales – et le degré d’acceptation de la monoparentalité reste d’actualité, à partir de notre travail empirique, nous avons voulu comprendre mieux les trajectoires de monoparentalité par rapport au travail et au logement.

  • 32 Le Gall D., Martin C., 1987, Les familles monoparentales, évolution et traitement social, Paris : E (...)
  • 33 Neyrand G., Rossi P., 2007 et 2004, Monoparentalité précaire et femme sujet, Ramonville Saint-Agne  (...)
  • 34 Authier J.-Y., Bidou C., 2005, « Éditorial. La famille dans tous ses espaces... ou presque ! », Esp (...)
  • 35 Ibid.
  • 36 Castel R., op.cit.

17Ce que nous apprennent les différents travaux antérieurs, c’est la nécessité d’une approche séquentielle32 qui rende compte de l’évolution des situations de monoparentalité, qui prenne en compte comment s’est passé la séparation, comment se sont mis en place des systèmes de garde partagé33, comment se vit le rapport au travail et quelle place prend le logement, ainsi que les espaces résidentiels de vie34. La notion de stabilité et de protection de la trajectoire telle que reprise à Paugam35, mais aussi à Robert Castel36, a servi de fil conducteur analytique. Le quartier et l’espace résidentiel de vie sont les lieux où se manifestent les supports que connaissent les individus pour trouver une certaine protection de leur trajectoire. Il s’agit alors de passer en revue plusieurs dimensions des situations de monoparentalité dans le contexte bruxellois, afin de parvenir à dresser les premières lignes de ce qu’est « l’épreuve de monoparentalité » et comment elle se décline selon différentes situations de vie des parents.

  • 37 P.ex. Collectif, 2006, « Trajectoires sociales et bifurcations », Cahiers Internationaux de Sociolo (...)
  • 38 P.ex. INED GRAB, 2009, Bilan de 14 collectes biographiques, INED "Méthodes et savoirs", Paris. Völt (...)
  • 39 P.ex. Méndez A. (éd.), 2010, Processus : Concepts et méthode pour l’analyse temporelle en sciences (...)
  • 40 P.ex. Lemieux V., 1999, Les réseaux d’acteurs sociaux, Paris : Presses universitaires de France 133 (...)
  • 41 P.ex. Martuccelli D., Forgé par l’épreuve.[…], op.cit. ; Martuccelli, La société singulariste, op. (...)
  • 42 de Singly, Martuccelli, Les sociologies de l’individu, op.cit.

18Le passage en revue des travaux par rapport à la parentalité, les configurations monoparentales ainsi que les travaux récents sur le logement et le travail, nous ont amenés à choisir une méthodologie qui puisse rendre compte de l’évolution des trajectoires des acteurs qui affrontent les épreuves liées à la monoparentalité, au travail et au logement. La démarche choisie rend compte des traditions des différents courants de recherche : les trajectoires37, les biographies38, les bifurcations39, les réseaux d’acteurs sociaux contextualisés40 et la sociologie de l’épreuve41. Plus généralement, nous avons opté pour une triple ouverture : premièrement, face à une vision du temps « aplati » et « fragmenté », les notions de bifurcation et de processus permettent de mieux rendre compte des effets temporels dans les trajectoires. Deuxièmement, par rapport à la vision d’un individu « atomisé », nous avons opté pour l’approche par les réseaux sociaux et la sociabilité. Troisièmement, face à certaines tendances de la sociologie à ne pas s’intéresser à l’individu (voir inversement à s’y intéresser trop sans prendre en compte le contexte plus macrosociologique)42, nous avons privilégié une approche qui croise épreuves subjectives et enjeux sociétaux collectifs afin de rendre compte du processus historique de l’individuation et de la singularité des acteurs.

  • 43 Martuccelli D., La société singulariste, op. cit.
  • 44 Kaufmann, J.-C., 2010 (1996), L’entretien compréhensif, Paris : Armand Colin, 2 éd.

19Concrètement, nous avons adopté une méthodologie basée sur la combinaison entre trois démarches - approche quantitative longitudinale, approche par les entretiens biographiques et extrospectifs » et approche interventionniste à partir de la mise en place de débats collectifs : lors de notre première campagne d’entretiens avec 47 femmes et 6 hommes, nous avons tenté de mieux comprendre les trajectoires de monoparentalité par rapport au travail et au logement en passant en revue plusieurs dimensions des situations de monoparentalité dans le contexte bruxellois. Un deuxième entretien plus extrospectif43 visait à délimiter les premières lignes de ce qu’est « l’épreuve de monoparentalité ». Le premier entretien se voulait le moins directif possible – certes à partir des thématiques préparées – pour suivre le plus possible – avec une attitude « compréhensive44 » – la personne pour qu’elle puisse expliquer sa trajectoire avec ses propres termes. La deuxième entrevue était plus préparée, le chercheur invitant la personne à se décentrer de soi-même pour examiner avec elle les liens avec le monde qui l’entoure ainsi que les marges d’action dans le but de mieux comprendre la condensation des épreuves sociétales à son niveau. Un troisième entretien auprès de l’ensemble des personnes environ un an et demi après la deuxième campagne d’entretien cerne les évolutions dans les trajectoires et approfondit mieux l’approche basée sur les épreuves sociétales.

  • 45 Wagener, M., Rapport intermédiaire […], op.cit.

20L’analyse des différentes sources de données nous a permis de présenter la situation statistique45 de la monoparentalité à Bruxelles à travers différentes thématiques. Un autre travail à partir des données de la Banque carrefour de la Sécurité sociale nous a permis également d’analyser des données sociales et longitudinales codées à caractère personnel. Il est possible de croiser l’aspect de la trajectoire familiale et professionnelle avec une localisation à l’échelle du quartier pour permettre d’analyser des effets plus ‘urbains’ en lien avec des trajectoires professionnelles sans oublier que l’aspect trajectoire permet aussi de trouver des articulations avec l’approche qualitative.

4. Construire l’épreuve de la monoparentalité

  • 46 Francq B., op.cit.
  • 47 Ibidem., p. 89.
  • 48 Idem.
  • 49 Id.
  • 50 L’intermonde étant défini comme un espace à l’intérieur de « l’ordre social » où des marges d’actio (...)

21Nous suivons ici Bernard Francq46 quand il propose une analyse de l’épreuve urbaine. Pour lui, les épreuves dans la ville peuvent se définir comme la combinaison de trois espaces. À l’évidence, elle est un espace d’existence où l’individu déploie des expériences en développant une multiplicité d’actions. L’espace d’existence est défini comme l’espace qui cristallise « les pratiques que l’individu développe pour se loger, se déplacer, aller travailler, se cultiver, aimer – les fameuses fonctions de la charte d’Athènes – qui ont un côté minéral fait de rapports aux lieux et de liens.47 . L’espace d’expérience renvoie aux pratiques que l’individu expérimente dans son rapport à soi et aux autres48. L’espace d’action dans le contexte de la monoparentalité renvoie aux possibilités d’action que connaît l’individu et plus largement vers les acteurs individuels et collectifs qui font « un travail sur la démocratie, sur la relation entre égalité et différence, création et contrôle49 ». Espace d’existence, d’expérience, d’action, c’est en croisant chacun de ces espaces les uns par rapport aux autres que l’on est à même de dégager des intermondes et des épreuves subjectives qui s’appuient sur des supports qui ont des épaisseurs différentes50.

  • 51 Suite au caractère particulier des trajectoires de monoparentalité des hommes dans notre enquête, n (...)

22La monoparentalité peut s’analyser comme un espace où se tisse un certain nombre de tensions51 comme l’indique le schéma qui suit :

Figure 1 : Présentation schématique de l’espace qui définit les tensions de l’épreuve de monoparentalité

Figure 1 : Présentation schématique de l’espace qui définit les tensions de l’épreuve de monoparentalité
  • entre l’existence et l’expérience, la séparation occupe une place déterminante quant à l’entrée en monoparentalité ; elle peut se faire de manière conflictuelle voire à la suite de violence, ou de manière négociée ;
  • entre l’existence et l’action, la question de la « femme seule » est traversée par « faire le deuil » de l’amour déçu et des relations avec les ex-maris, compagnons et prendre en charge totalement l’enfant, faire fusion avec lui à travers un isolement de plus en plus assumé ; la maternité peut l’emporter alors largement sur l’ouverture aux autres et sur les possibilités d’action des parents ;
  • entre l’expérience vécue de la séparation et l’action, le caractère parental plus négocié de celle-ci, la recherche d’autres expériences amoureuses rencontre plus la volonté de la femme de rompre son isolement, de construire des rapports aux autres qui cherchent à déployer une identité féminine et autonome qui en fait une femme-sujet.

4.1. Entre l’existence et l’expérience : la séparation

23La plupart des situations de séparation sont marquées par une tension assez conflictuelle entre les partenaires, mais en matière de violences conjugales, nous avons pu constater de fortes variations. Vivre une forte violence lors de la séparation à des influences sur le vécu de la monoparentalité par après. Les situations conflictuelles dans notre enquête touchent à la fois les femmes qui se sont déjà trouvées auparavant dans une situation socio-économique précaire, mais en plus, la présence des violences conjugales fait en sorte que ces femmes subissent alors triplement les difficultés. En étant à la fois confrontées à subir seules les charges liées à l’éducation, le manque de moyens dû à leur situation de bénéficiaire d’allocations sociales (ou la perte d’emploi), il arrive parfois qu’elles perdent leur logement. Ces femmes sont donc confrontées, dès le début de la monoparentalité, à une position de départ nettement moins avantageuse, qui réduit par la suite leurs marges d’action. Le désinvestissement des hommes se marque alors par le non-paiement d’une pension alimentaire et un retrait quasi complet de la sphère parentale. L’espace d’existence de ces femmes se trouve alors radicalement réduit par l’expérience de cette séparation plus conflictuelle.

24La séparation a aussi une influence sur les possibilités d’engager d’autres relations conjugales. Deux modèles se sont dégagés à ce titre : d’un côté, nous avons vu des femmes qui tentent de refaire un mariage, de l’autre, certaines sont plus critiques envers les possibilités de trouver une relation conjugale qui reste en dehors de l’aspect parental. Ces femmes font plus attention aux choix conjugaux pour ne pas revivre des problèmes comme dans le passé.

25Une séparation est par définition toujours un conflit entre deux partenaires, mais lorsqu’elle est mieux acceptée par les partenaires, et qu’ils parviennent à séparer l’aspect conjugal de l’aspect parental, alors des arrangements entre les ex-partenaires permettent de gérer la situation autrement. Il arrive alors que les parents se séparent et négocient pour savoir qui reste avec les enfants, comment se partagent leurs biens mutuels et installent une garde partagée avec paiement d’une pension alimentaire. Dans ce cas assez rare, les femmes et les hommes gardent une base pour déployer leur existence propre.

  • 52 Méndez A., (éd.) Processus : […], op.cit.

26La négociation englobe beaucoup plus de domaines de la vie que juste la tension entre le couple parental et le couple conjugal ; il s’agit parfois de trouver des ajustements entre proximité géographique, trajectoires professionnelles, capacité à négocier par rapport aux supports et soutiens que peuvent trouver les personnes. Mettre en place un projet de coparentalité nécessite parfois de forts bouleversements. Le moins que l’on puisse dire est que cela ne va pas de soi, ou pour reprendre notre cadre analytique des bifurcations52, il faut que les ingrédients (changement de travail, de logement, proximité géographique, négociation de la parentalité en dehors du conflit conjugal, et soutien de la part des grands-parents et autres) soient présents pour que puisse se créer un processus. Celui-ci consiste en ce que la bifurcation de la séparation parentale se passe de manière à ce que de nouvelles contreparties soient trouvées entre les différents protagonistes (les enfants, le père, la mère, les beaux-parents, etc.). La monoparentalité dans ce cas de figure est mieux préparée, les deux parents sont plus soutenus et acceptent de mieux vivre « seuls ».

  • 53 Neyrand G., 2004 (1994), L’enfant face à la séparation des parents. Une solution, la résidence alte (...)

27Agencer une séparation n’est pas que l’affaire des parents. Toutes sortes de dispositifs, différentes lois (par ex. obligation de la pension alimentaire), différentes mesures (congé maternel) ou encore différentes médiations (par ex. la police qui expulse l’homme dans une situation de violence domestique) peuvent influer sur la manière dont est vécue la situation. Cette médiation et le soutien de ces différents supports permettent de médier mieux les conflits et de sortir d’un certain rapport de force (moyens économiques, force physique, ressources, autonomie, etc.) et d’une négociation de « un à un ». L’obligation qui revient souvent de facto à la mère d’assurer la stabilité de l’enfant lui laisse une moindre marge d’action, elle ne peut pas se retirer de la situation. D’autres dispositifs ou interventions de l’État sont nécessaires pour rééquilibrer les inégalités des situations de fait. Cette symétrie trouvée permet alors aux enfants de mieux faire face à la séparation en se construisant une image de leurs parents en dehors du conflit conjugal53.

  • 54 Notons encore que la résolution des conflits n’est pas l’apanage des classes moyennes ; nous avons (...)

28En résumé, la tension la plus centrale que doivent alors affronter les parents se joue entre la conflictualité et la négociation54 que les parents parviennent à mettre en œuvre en s’appuyant sur différents types de supports.

4.2. Entre l’existence et l’action : la femme seule

29Dans la plupart des situations de monoparentalité, les mères se trouvent souvent seules avec leurs enfants. Face aux moyens économiques précaires et face aux marges d’action limitées, presque toutes les mères disent à un moment ou l’autre qu’elles « savent prendre sur elles-mêmes ». Nous avons entendu cette phrase dans des contextes allant d’une simple constatation de l’importance de l’allocation des budgets aux enfants dont le développement de leur potentiel constitue une priorité, jusqu’à des situations où les mères s’interdisent quasiment de mener leur propre vie. Dans ces situations où il n’est pas vain de parler de ‘sacrifice’, les mères visent à ce que l’enfant s’en sorte mieux qu’elles-mêmes, qu’ils reçoivent le nécessaire pour faire face aux épreuves de la vie.

30Le futur des enfants est souvent ce qui est le plus essentiel pour les parents. Surtout dans les cas où l’absence du père est quasi-totale et dans les cas où les conflits entre parents sont encore « ouvert », les mères se posent alors la question de savoir comment aider l’enfant à passer à travers l’épreuve qui consiste pour l’enfant à vivre l’absence du père. Il est moins question dans notre enquête de l’absence totale de la figure paternelle que de la lourdeur de gérer à la fois la proximité émotionnelle tout en étant en même temps la personne qui est censée fixer les limites à l’enfant. L’éducation comprise comme la recherche continue d’une stabilité entre différentes attitudes envers l’enfant, crée une tension puisqu’il s’agit d’être à la fois proche, doux et à l’écoute, tout en posant des limites, en étant sévère et en imposant une direction. Cette tension génère une assez profonde incertitude quant aux attitudes éducatives à prendre. La présence continue de l’enfant qui va de pair avec l’obligation de gérer à la fois différentes attitudes éducatives ambivalentes peut générer le sentiment d’un certain « étouffement », soit une plus grande prise de distance.

31Si les mères de jeunes enfants veulent s’extraire d’un monde dominé par la présence continue de l’enfant, elles doivent d’abord trouver une forme de garde durant la journée (crèche, halte-garderie, ou plus largement l’école, etc.) ou en soirée (grands-parents, baby-sitters, nounous). Toutes ces formes d’accueil restent assez inaccessibles, que ce soit à cause d’un manque de places, d’un manque de moyens économiques ou à cause d’une impossibilité de recevoir du soutien familial (cf. conflits, proximité géographique, âge/maladie des parents, etc.). Il revient aux mères de garantir la continuité de l’accueil des enfants. La volonté de s’occuper de l’enfant se retourne alors en obligation pour certains parents. L’affirmation de projets personnels, de formation, de bien-être, est vite associée au fait de délaisser ses enfants ; dans ce contexte, les femmes parlent souvent de leur culpabilité vis-à-vis de ceux-ci. En présence de modes d’accueil de qualité, c’est-à-dire en laissant « l’enfant dans de bonnes mains », les mères peuvent enclencher un travail sur elles-mêmes qui leur permette de dépasser cette culpabilité et d’investir des moments de qualité avec l’enfant, tout en se disant « qu’on ne peut pas être super-maman ».

32Un autre aspect important est à mettre en évidence par rapport à cette tension. La fonction éducative est parfois prise en compte par des milieux divers. Les enfants sont en contact avec d’autres membres de la famille ou des voisins et les enfants fréquentent les crèches, l’école, des associations de quartier, des clubs sportifs, etc. Ils participent, selon les possibilités des parents, à toutes sortes de milieux de socialisation différents. Ces supports peuvent soutenir les parents en situation de monoparentalité par rapport à l’éducation des enfants. L’accès à ces diverses formes de sociabilité se décline fortement selon les ressources sur lesquels peuvent s’appuyer les parents. Les femmes sont, dans ce contexte, confrontées à la volonté d’investir la sphère de l’éducation au risque de « se priver de soi-même » et de surinvestir une relation fusionnelle avec l’enfant. En recevant le soutien nécessaire, les parents peuvent à l’inverse faire le deuil de leur relation passée et envisager une autre vie. Investir sa vie en tant que femme qui est ouverte à de nouveaux défis nécessite d’accepter la monoparentalité et de l’envelopper autrement. C’est rarement en étant « seules » qu’elles y parviennent. Le rôle de l’accueil des enfants et des activités extra-scolaires, de l’accessibilité du marché du travail, des formations et de la nécessité de trouver un logement stable sont autant de conditions nécessaires pour que la femme puisse investir la vie en dehors de la maternité. Répétons-le, les femmes veulent en règle générale être mère ET être femme. À côté du seul espace d’existence où les femmes gèrent les fonctions plus essentielles de la vie, elles cherchent à trouver des espaces où elles « peuvent faire quelque chose de leur vie » comme elles disent. Les marges d’action dont bénéficient les acteurs dans l’espace d’action sont fortement marquées par les supports et soutiens qu’ils parviennent à mobiliser. L’État est aussi garant de la mise en place d’une infrastructure de supports (politiques publiques, sécurité sociale, droits, etc.) qui permettent aux individus de se tenir face au monde.

4.3. Entre l’expérience vécue et l’action : la femme-sujet

  • 55 « Le discours des femmes en situation monoparentale s’organise souvent sur le registre de l’« Avant (...)

33Vivre la monoparentalité en tant que femme renvoie à une autre tension entre l’expérience vécue et les possibilités d’action des femmes sur leur propre situation en devenant sujet et actrice dans la société. D. Le Gall et C. Martin ont relevé à partir d’entretiens deux manières de « vivre » la monoparentalité, soit sur le mode négatif de la marginalité sociale55, soit sur celui – plus positif – du modèle familial où :

  • 56 Ibidem, p. 103.

« en prise avec l’évolution des mentalités, [les femmes] ‘relativisent ‘ leur propre situation, en la resituant dans le contexte social en pleine mutation. Il n’y a pas à tout prix volonté de se ‘re-normaliser’ par le mariage. La situation monoparentale apparaît comme une séquence ‘normale’ qui succède à une autre, à laquelle il est préférable de mettre un terme. À l’image de la ‘femme seule’, se substitue celle de la ‘femme autonome56 ».

34À l’expérience « d’avoir raté son mariage » peut se substituer une autre ouverture du vécu de la monoparentalité où la femme peut acquérir plus d’autonomie.

35Certaines femmes ont pris l’autonomie très à cœur, elles disent très directement qu’elles n’ont plus besoin d’un homme à la maison qui risque de venir perturber tout ce qu’elles ont su construire depuis qu’elles sont en situation de monoparentalité. La maternité reste importante, mais elles expriment le désir de garder leur autonomie en tant que femme. Le rapport à l’homme en lien avec la recherche de l’autonomie peut se vivre de manière très antinomique. Certaines mères interpellent leurs ex-conjoints pour qu’ils prennent leurs responsabilités (garde, pension alimentaire, etc.). Chez d’autres, c’est le rapport conflictuel du passé qui domine, certaines mères préférant en demander le moins possible à l’homme (pas de pension alimentaire) pour qu’au moins ce dernier garde un lien avec les enfants. D’autres mères encore dans des situations fortement conflictuelles mettent alors l’homme « à la porte » tout en assumant seule l’éducation de leurs enfants. L’autonomie se paie alors parfois au « prix fort ».

36C’est en prenant des distances avec les modèles véhiculés sur la « famille classique », en se dégageant des espaces d’action propres, et en assumant la monoparentalité comme une « autre forme familiale », tout en cherchant de nouveaux contacts avec les autres, que les femmes agissent et deviennent sujet. Si elles parviennent alors à garder une stabilité dans l’espace d’existence (travail, logement, vie familiale, etc.), tout en traversant la séparation et en acceptant la monoparentalité dans leur propre vie à elle et avec les enfants, elles peuvent alors, à l’interstice entre l’action sur son environnement et sur soi-même, investir autrement leur expérience de la monoparentalité. C’est sur base de cette condition-là (conscience, connaissance et capacités d’action) que l’on, peut parler de femme-sujet. Elle se définirait à la fois comme femme et comme mère. Alain Touraine souligne cette affirmation première de la féminité – « Je suis une femme » – qui inclut que les femmes soient des êtres sexués et dominés, mais elles veulent d’abord et avant tout être femme, ce qui va au-delà des attributions faites par d’autres :

  • 57 Touraine A., Le monde des femmes, Paris : Fayard, p. 33.

« Se définir comme femme revient à placer au centre de sa vie un certain rapport de soi à soi, la construction d’une image de soi comme femme, une affirmation première qui ne se laisse pas enfermer dans différents mouvements politiques ou courants scientifiques quelconques57 ».

37Touraine ajoute :

  • 58 Ibidem., p. 59.

« Et la femme-sujet n’est pas une déesse ou une statue, mais un être humain qui gère (difficilement) les rapports entre ses rôles sociaux, dont elle ne peut se défaire, son expérience biologique inséparable du rapport aux enfants, ses rapports à un être aimé, qu’il soit du même sexe ou non, et enfin son rapport à soi-même ; la reconnaissance (recognition) de soi est au centre de la construction de soi58. »

38Les femmes construisent leur identité dans un contexte qui est marqué par l’ambivalence d’être à la fois une mère qui investit la maternité ET une femme qui poursuit des projets personnels et professionnels. Cette ambivalence est loin d’être facile à vivre, puisque le manque de temps d’un côté et le manque de soutiens et de supports à la parentalité de l’autre ont des effets importants sur les possibilités de se construire.

39En résumé, entre l’expérience vécue de la séparation et l’action, le caractère parental plus négocié de celle-ci, la recherche d’autres expériences amoureuses rencontrent plus la volonté de la femme de rompre son isolement, de construire des rapports aux autres qui cherchent à déployer une identité féminine et autonome qui en fait une femme-sujet.

4.4. Épreuve et marges d’action

  • 59 Martuccelli D., « Programme et promesses d’une sociologie de l’intermonde », op.cit.

40Les individus partagent des marges d’actions différentes pour affronter l’épreuve de la monoparentalité. Ils se trouvent dans un contexte de contraintes où ils ne sont pas entièrement libres ; ce sont leurs positions structurelles qui influent largement sur leurs capacités d’action, et le niveau de conflictualité influence largement les ressources (qu’elles soient émotionnelles, sociales ou économiques) dont disposent les personnes. Un regroupement à travers une typologie permet de saisir comment les épreuves se déclinent différemment selon la position structurelle de l’individu. Reprécisons encore que cette typologie n’est pas en soi un classement des individus, mais plutôt un regroupement des histoires singulières des personnes selon des proximités qu’elles démontrent par rapport aux supports et aux contraintes59 qu’elles rencontrent.

  • 60 Cet axe ‘classique’ retient les positions qu’occupent les personnes par rapport à la structure soci (...)
  • 61 L’axe de la relation entre les ex-conjoints autour de la parentalité retient les niveaux de conflic (...)

41En analysant les bifurcations dans les trajectoires familiales, professionnelles, résidentielles ou par rapport aux soutiens et supports, nous avons dégagé deux axes importants qui permettent d’analyser de manière comparative ce qui est partagé dans les situations sociales que connaissent les per-personnes dans leurs trajectoires individuelles : un premier axe se réfère à la position socio-professionnelle60 qu’occupe la personne alors que l’autre axe61 retient la manière dont a été vécue la séparation par rapport à la répartition des tâches et les obligations liées à la parentalité (conflictualité/négociation). Il est possible de dégager six types de conduites qui différencient l’épreuve que constitue la monoparentalité.

La ‘double journée’ allégée par une parentalité négociée

42Les personnes qui se retrouvent dans ce groupe travaillent à temps plein et ont eu une séparation plus ou moins négociée. L’ex-partenaire paie la pension alimentaire, et des formes de garde régulière ont été mises en place. Si les femmes doivent assumer plus de tâches relatives à la parentalité, les hommes sont mis devant leurs responsabilités en visant une coparentalité plus équilibrée. Les femmes ont presque toutes un niveau scolaire moyen ou élevé. Elles habitent toutes dans un logement privé, et deux d’entre elles se sont installées en périphérie après la séparation (plus proche de la famille pour les deux).

43La ‘double journée’ oblige les mères à s’investir dans leur travail et à s’occuper de leurs enfants en même temps. Tandis qu’il est nécessaire de trouver des crèches, des garderies ou d’autres formes d’accueil pendant les heures de travail, la présence ou non d’autres soutiens comme la famille, les copains ou l’ex-compagnon font la différence entre le vécu de ces situations. Les parents soutenus par d’autres personnes arrivent à trouver « des bulles d’air » qui leur permettent de souffler à certains moments. Les parents qui ne reçoivent pas d’autres soutiens en-dehors de leurs heures de travail, parlent de la « course contre le temps ».

44Les femmes entretiennent parfois des relations amoureuses, mais elles préfèrent garder leur appartement pour leur propre vie avec les enfants. L’homme n’est pas censé jouer dès le départ un rôle paternel, il est plus vu comme un compagnon pour la femme adulte. Ce sont donc des femmes qui doivent assumer un travail à temps plein avec une majorité de tâches liées à la parentalité. Dans ce groupe se trouvent les femmes qui ont le plus de ressources pour faire face aux tensions qui délimitent l’épreuve de la monoparentalité.

La ‘double journée’ des parents délaissés

45Ce groupe rassemble des personnes avec des situations socioprofessionnelles proches du premier, mais les séparations se sont passées de manière plus conflictuelle. Les femmes qui ont connu une conflictualité relative ont la garde principale des enfants et doivent s’en occuper essentiellement seules. Les pères désinvestissent largement ou sont complètement absents ; parfois la vie avant la séparation était marquée par la violence conjugale.

46La combinaison entre le travail et la vie familiale devient assez difficile pour ce groupe. À côté de l’accueil plus organisé (crèches, halte-garderie, etc.), les membres de la famille (parfois ce sont des copains ou des voisins) permettent une meilleure articulation entre les sphères du travail et la vie familiale. Dans le cas où les soutiens familiaux sont absents, la conciliation entre travail et famille devient beaucoup plus aiguë. Il n’y a qu’une mère sur cinq qui bénéficie d’un réel soutien familial dans ce groupe. Parfois des étudiantes ou des nounous sont payées pour garder les enfants pendant quelques heures pour « boucher les trous » entre différents horaires, mais les prix sont peu abordables.

47C’est le groupe où le sentiment d’épuisement est fort présent malgré une situation professionnelle plus stable ; c’est la ‘double journée’ qui exige des parents un dévouement pendant toute la journée. Même les week-ends ne sont plus reposants. Les mères parlent souvent du ‘sacrifice’ à faire pour leurs enfants, et de la difficulté – voir de la culpabilité – de ne pas pouvoir être là plus souvent pour eux.

48Nous retrouvons des situations de logement assez diversifiées, entre logement privé et logement social. Les différences de loyer impliquent un fort écart entre les possibilités des parents, d’un point de vue du coût plus faible pour un logement social et de la plus grande sécurité de garder son logement dans le parc public.

49L’épreuve de la monoparentalité est marquée ici par une « conciliation laborieuse et chronométrée » pour parvenir à gérer différentes attentes. C’est l’épuisement qui caractérise souvent ces situations. En gardant une certaine stabilité d’existence, les femmes arrivent à se construire des espaces d’autonomie, mais l’expérience reste assez marquée par la « course ».

Des trajectoires plus précaires, mais avec le soutien de l’ex-conjoint

50Le travail à mi-temps des membres de ce groupe permet certes de mieux combiner travail et vie familiale, mais les moindres revenus font en sorte que ces mères vivent à des degrés divers des situations de pauvreté et qu’elles connaissent des marges d’action plus limitées.

51En trouvant les soutiens organisés par rapport à la garde de leurs enfants, et en négociant avec l’ex-partenaire les modalités de l’investissement parental partagé, nous retenons surtout que c’est plutôt un choix qui consiste à diminuer le travail pour pouvoir être plus présent pour les enfants et pour garder un certain équilibre. Le travail à mi-temps et les projets de formation permettent aux personnes de ce groupe de trouver un équilibre plus harmonieux entre la sphère familiale et la sphère du travail, même si les possibilités économiques sont plus réduites, voire très difficiles.

52Les situations de logement tendent plus vers le logement privé, mais les parents se trouvent parfois face à un logement inadapté (cf. « dormir dans le salon »). Le logement social forme un rempart contre les aléas du marché de logement privé. Ces femmes trouvent de plus grandes possibilités de s’extraire de la fusion avec l’enfant en travaillant à temps partiel, les moyens économiques permettant de garder une stabilité précaire. Ici, l’épreuve de la monoparentalité est marquée par une manière de vivre de façon plus positive le temps qui reste afin d’engager d’autres espaces d’action pour investir une certaine autonomie « partielle ».

Des trajectoires précaires d’insertion avec une co-parentalité plus conflictuelle

53Nous savons que les séparations conflictuelles dominent largement l’entrée en monoparentalité. Ce groupe rassemble des personnes qui travaillent au maximum à mi-temps et des personnes qui suivent actuellement une formation ou un autre projet d’intégration. Plusieurs femmes ont subi des violences conjugales qui les ont fait fuir. Les difficultés s’enchaînent alors, les violences conjugales amènent à perdre le logement, les femmes se trouvant seules avec leurs enfants dans un centre d’hébergement (ou logés chez leurs parents). C’est là qu’elles doivent recommencer leurs propres vies. Mais c’est aussi le groupe qui connaît le plus d’évolution de leur situation en un espace de temps court. Ces femmes ont connu des crises assez aiguës, graves, mais elles montrent aussi une capacité à se « remettre debout » et à continuer (ou recommencer) leur propres vies.

54D’autres femmes de ce groupe travaillent à mi-temps, sont en pause-carrière ou occupent un emploi subventionné de transition professionnelle, sans obtenir d’aide de la part de leur ex-conjoint. Ce que partagent toutes les femmes de ce groupe est la difficulté à « nouer les deux bouts » à la fin du mois. Travailler à mi-temps ou poursuivre une formation nécessite des frais supplémentaires (crèche, garderie, etc.) que le salaire pour un travail à mi-temps ou les revenus de remplacement permettent difficilement d’assumer. Les situations financières sont donc particulièrement problématiques. En manque de support et de soutien, ces situations risquent fortement de basculer vers la ‘parentalité abandonnée à domicile’ (ou sans domicile). L’ouverture des milieux d’accueil de l’enfance permet à ces femmes de mieux construire des projets professionnels tout en trouvant des espaces pour elles-mêmes.

55L’expression « sur la corde raide » désigne assez bien ici l’épreuve de la monoparentalité ; l’équilibre incertain entre le travail à mi-temps (ou les projets de formation) et les situations moins stables de mal-logement risquent de bousculer les trajectoires hors du domaine de l’activité et de renforcer la précarité des situations. Avant de trouver une plus grande autonomie, ces parents doivent d’abord reconstruire leur vie après une séparation très conflictuelle. La tension la plus forte se trouve du côté de la construction d’une (in) certaine sécurité existentielle, ce qui domine fortement l’espace d’action.

La parentalité négociée à domicile

56C’est le plus petit groupe de notre enquête. Les ex-conjoints assurent une garde de ‘un week-end sur deux’ et versent une pension alimentaire. La difficile articulation entre vie familiale et travail a fait en sorte que les femmes ont arrêté de travailler quand les enfants étaient plus jeunes. Ces femmes parlent assez souvent de leur sacrifice pour que leurs enfants s’en sortent mieux qu’elles-mêmes. Elles vivent dans un logement social et n’ont pas les moyens qui leur permettraient une plus grande mobilité géographique. C’est dans l’espace du quartier et du logement que ces mères passent le plus du temps.

57C’est la tension entre l’espace d’existence et l’espace d’action qui est la plus forte pour ce groupe. En manque de moyens et de supports pour investir d’autres projets dans la société, il ne reste que le futur des enfants à assurer en « prenant sur soi-même », la recherche d’autonomie étant réduite au rôle maternel à domicile. Les mères attendent qu’avec l’âge des enfants, elles puissent commencer à faire « autre chose » dans la vie et engager d’autres espaces d’action.

Les abandonnées à domicile

58C’est le groupe où les pères sont les moins présents (seulement 15 % des pères de ce groupe gardent un contact occasionnel) ; les trajectoires des femmes semblent plus complexes. Elles se sentent en règle générale assez abandonnées par leur ex-conjoint, les séparations et les dernières années du couple s’étant passées de manière plus conflictuelle.

  • 62 Martuccelli D., Forgé […], op.cit., p. 408.

59Les parents connaissent tous des conditions marquées par une plus ou moins grande pauvreté. Ceux qui s’en sortent le mieux sont ceux qui reçoivent les allocations de chômage, une pension alimentaire, des allocations familiales et qui vivent dans un logement social. Cette combinaison permet certes de garder une certaine situation économique abordable (comparée aux autres), mais il est plutôt rare que les mères puissent bénéficier de ces quatre ‘digues’62 contre la précarité. En règle générale, les formes de garde sont assez inaccessibles pour ce groupe. Les pères et les mères peuvent « souffler » lorsque leurs enfants sont à l’école, mais les autres parents ont tout le temps leurs enfants avec eux.

60Les mères dans ce groupe ont aussi très peu de possibilités d’investir d’autres projets de vie que la maternité. Les enfants sont donc l’objet d’un investissement principal et ceci en « prenant sur soi », dans un contexte marqué par le manque de supports.

61Tandis qu’un tiers des personnes sont à la recherche d’emploi, les autres ne le sont plus. Le nombre d’enfants et les problèmes de santé rendent une intégration professionnelle difficilement conciliable pour les personnes avec plusieurs enfants à charge. L’absence d’une formation qualifiante de base et un long passé sans-emploi, parfois des problèmes de santé, rendent les chances de trouver un emploi assez minces. Les femmes doivent assumer toutes seules des situations marquées par une précarité assez forte qui va de pair avec un profond sentiment d’être ‘délaissées’ par les hommes et par la société.

62La moitié des personnes de ce groupe a connu une situation de non-logement au courant de leur vie. Elles trouvent un ancrage résidentiel dans les ‘grands ensembles’ de logement. Le parc locatif social est un réel appui pour ces personnes et aide à assurer une certaine stabilité, malgré toutes les difficultés auxquelles doivent faire face ces mères.

63L’épreuve de la monoparentalité se résume ici à contrecarrer la précarité dans l’espace d’existence. L’autonomie est réduite à faire le nécessaire pour que les enfants ne subissent pas trop les « effets négatifs » de la situation. En manque de supports et de soutiens, ces femmes restent dans des situations plus précaires. Elles trouvent cependant des marges d’actions individuelles en participant par exemple à différents groupes de femmes ou en tentant de trouver du temps pour faire des activités personnelles. Même si les situations sont marquées par une forte précarité, cela ne veut pas dire que ces femmes n’ont pas de vie. Même si leurs marges d’autonomie sont réduites, elles arrivent tout de même à investir des espaces d’action plus locaux.

L’épreuve type
C’est en se confrontant aux trois tensions (conflit/négociation, femme seule/soutenue, femme autonome/abandonnée) qui délimitent l’épreuve de la monoparentalité, que les parents arrivent à dégager une plus au moins grande marge de manœuvre à travers l’espace d’existence, d’expérience et d’action. La difficulté de combiner le travail avec la vie familiale dans un contexte de difficultés d’accès aux formes de garde organisée font que tous les parents doivent « prendre sur eux-mêmes ». Tandis qu’à une extrémité, les parents vivent la « course » pour articuler différents horaires, temporalités et charges, ce qui a pour effet de générer une mauvaise conscience de ne pas en faire assez, mais aussi un fort sentiment d’« épuisement », de l’autre, les mères vivent dans un monde qu’elles décrivent comme « un étouffement » causé par le manque de soutien vis-à-vis des parents qui vivent seuls avec leurs enfants.
L’ambivalence entre être mère et être femme reste centrale dans la plupart des situations évoquées. Les femmes veulent combiner plusieurs domaines pour construire leur identité, trouver des moyens de vivre une plus grande autonomie tout en assumant la maternité, faire face au deuil de la séparation pour démarrer une nouvelle phase de la vie. C’est au croisement des protections sociales et des efforts personnels que les individus doivent se construire une (in) certaine sécurité de trajectoire pour affronter l’épreuve de la monoparentalité.

***

  • 63 Touraine A., Le monde des femmes, op.cit.

64J’ai retracé ma (re-) découverte de la sociologie à travers une compréhension plus analytique de l’avancement de la modernité, et de la nécessité qui en résultait d’adapter notre regard sur l’individu. À travers une sociologie singulariste, selon les termes de Martuccelli, nous avons analysé les trajectoires monoparentales tout en intégrant la diversité et l’évolution des différentes situations individuelles. Comprendre les capacités et le pouvoir d’agir des acteurs tout en rendant compte des contraintes structurelles était l’une des exigences de notre recherche. L’ambivalence63 des situations monoparentales peut être résumée de manière analytique à travers le concept d’épreuve. Les tensions qui caractérisent les épreuves rendent à la fois compte de la spécificité des situations, comme des difficultés sociétales que partagent à des degrés divers les femmes monoparentales à Bruxelles.

  • 64 Wright Mills C., op.cit.

65La curiosité combinée à une approche rigoureuse qui vise à créer une imbrication entre la théorie et l’empirie reste un des moteurs principaux pour faire avancer la recherche en sociologie, comme le disait Kaesler. Rester curieux est évidemment plus proche d’une « production artisanale » du savoir selon les termes de Charles Wright Mills64, ce qui nécessite aussi l’intégration dans une communauté de chercheurs qui partagent et élaborent collectivement le savoir. Comme le précisait Mills, il est important pour un chercheur de bien choisir son milieu de travail afin de faire une sociologie curieuse et de qualité. Je peux être reconnaissant envers Bernard Francq pour avoir travaillé dans une ambiance de recherche engagée, constructive et rigoureuse… sans perdre l’humour et la nécessité de « bien vivre »

Notes

1 Hardt M., Negri A., 2000, Empire, Paris : Exils, ainsi que Hardt M., Negri A., 2004, Multitude – Guerre et démocratie à l’âge de l’Empire, Paris : Exils.

2 Fukuyama F., 1992, The end of History and the last man, Penguin Books. Et.: Fukuyama F., 1989, « The end of History ? », The National Interest 16, pp.3-18.

3 Touraine A., 2000 (1965), Sociologie de l’action, Le Livre de Poche, Paris : Seuil, 475p.

4 Ibid., p. 9

5 Touraine A., 2007, Penser Autrement, Paris : Fayard, 319p.

6 Kaesler D. (éd.), 2006, Klassiker der Soziologie - Bd.1 – Von Auguste Comte bis Alfred Schütz, München : Beck C.H., p. 14

7 Kaesler D., 2002, « Abenteuer Soziologie – Wer sich für die Wissenschaft von der Gesellschaft“ interessiert, muss Neugier mitbringen und begeisterungsfähig sein », In : Marburger UniJournal, n° 12.

8 Kaesler D. (éd.), op.cit., p. 15.

9 Kaesler D. (éd.), 2005, Aktuelle Theorien der Soziologie – Von Shmuel N. Eisenstadt bis zu Postmoderne, München : Beck C.H., p. 36.

10 Francq B., 2011, « Ville, épreuves subjectives et sujet personnel », In : Tahon M.-B. (éd.), Sociologie de l’intermonde. La vie sociale après l’idée de société, Louvain-la-Neuve : Presses Universitaires de Louvain, pp. 79-94.

11 Giddens A., 1991, The Consequences of Modernity, Stanford University Press.

12 Wieviorka M., Neuf leçons de sociologie, Paris : Fayard/Pluriel, p. 10-11.

13 Beck, U., 1998 (1995), « Le conflit des deux modernités et la question de la disparition des solidarités », Lien social et Politiques – RIAC, n° 39, pp. 15-25.

14 ibid., p. 16.

15 Beck U., 2001 (1986), La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris : Flammarion.

16 Ibid., p. 276-277.

17 « […], vivre sa vie, cela équivaut à résoudre sur le plan biographique les contradictions du système (par exemple les contradictions entre le système de formation et la situation de l’emploi, entre la biographie normale telle qu’elle est juridiquement définie et la biographie normale réelle) », Ib. p. 293.

18 Beck, U., « Le conflit […] », op.cit.

19 Ibid., p. 21.

20 Ibid.

21 Martuccelli M. et de Singly F., 2009, Les sociologies de l’individu, Paris : Amand Colin, p. 5.

22 Beck, U., Die Neuvermessung der Ungleichheit unter den Menschen : Soziologische Aufklärung im 21. Jahrhundert. Suhrkamp Verlag KG, 200, pp. 26-29.

23 Castel R., 2003, L’insécurité sociale, Paris : Seuil.

24 Martuccelli D., 2010, La société singulariste, Paris : Armand Colin, p. 8.

25 Wright Mills C., 1997 (1959), L’imagination sociologique, Paris : La Découverte, cité in : Martuccelli D., op.cit., p. 77.

26 Mills C. W., op.cit.

27 Martuccelli M. et De Singly F., op.cit. pp. 73-74.

28 Caradec, Martucelli, 2004, Matériaux pour une sociologie de l’individu – Perspectives et débats, Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, p 22.

29 Martuccelli D., 2002, Grammaires de l’individu, Paris : Gallimard, p. 80.

30 Wagener M., 2013, Trajectoires de monoparentalité : relations au travail et au logement - Rapport intermédiaire -, Prospective Research for Brussels/INNOVIRIS, janvier 2013.

31 Sechet R., David O., Eydoux L., Ouallet A, 2003, Les familles monoparentales. Perspective internationale, Université Rennes 2, Dossier d’études n° 42, Allocations familiales, CNAF.

32 Le Gall D., Martin C., 1987, Les familles monoparentales, évolution et traitement social, Paris : ESF Éditions sociales françaises.

33 Neyrand G., Rossi P., 2007 et 2004, Monoparentalité précaire et femme sujet, Ramonville Saint-Agne : Editions Érès.

34 Authier J.-Y., Bidou C., 2005, « Éditorial. La famille dans tous ses espaces... ou presque ! », Espaces et sociétés 2005/1-2, 120-121, p. 9.

35 Ibid.

36 Castel R., op.cit.

37 P.ex. Collectif, 2006, « Trajectoires sociales et bifurcations », Cahiers Internationaux de Sociologie, Vol 120, Paris : PUF.

38 P.ex. INED GRAB, 2009, Bilan de 14 collectes biographiques, INED "Méthodes et savoirs", Paris. Völter B., Dausien B., Lutz H., Rosenthal G., 2009, Biographieforschung im Diskurs, Vs Verlag, 2ième édition, 274p.

39 P.ex. Méndez A. (éd.), 2010, Processus : Concepts et méthode pour l’analyse temporelle en sciences sociales, Academia-Bruylant, 259 p. ; Bessin M., Bidart C., Grossetti M.,2010, Bifurcations : Les sciences sociales face aux ruptures et à l’évènement, Paris : La Découverte « Recherches ».

40 P.ex. Lemieux V., 1999, Les réseaux d’acteurs sociaux, Paris : Presses universitaires de France 133p.

41 P.ex. Martuccelli D., Forgé par l’épreuve.[…], op.cit. ; Martuccelli, La société singulariste, op. cit.

42 de Singly, Martuccelli, Les sociologies de l’individu, op.cit.

43 Martuccelli D., La société singulariste, op. cit.

44 Kaufmann, J.-C., 2010 (1996), L’entretien compréhensif, Paris : Armand Colin, 2 éd.

45 Wagener, M., Rapport intermédiaire […], op.cit.

46 Francq B., op.cit.

47 Ibidem., p. 89.

48 Idem.

49 Id.

50 L’intermonde étant défini comme un espace à l’intérieur de « l’ordre social » où des marges d’action restent toujours possibles, c’est un entre-deux malléable entre le « système » et les « acteurs » où l’acteur peut trouver une certaine possibilité délimitée d’agir autrement. Martuccelli D., « Programme et promesses d’une sociologie de l’intermonde », in : Tahon M.-B. (éd.), 2011, Sociologie de l’intermonde […], op.cit., p. 21-22.

51 Suite au caractère particulier des trajectoires de monoparentalité des hommes dans notre enquête, nous avons préféré cerner l’épreuve surtout au féminin. Un futur travail devra intégrer les aspects masculins.

52 Méndez A., (éd.) Processus : […], op.cit.

53 Neyrand G., 2004 (1994), L’enfant face à la séparation des parents. Une solution, la résidence alternée, Paris : La découverte, Coll. Alternatives sociales, p. 225.

54 Notons encore que la résolution des conflits n’est pas l’apanage des classes moyennes ; nous avons trouvé ce genre de comportements dans les entretiens avec des personnes appartenant aux classes plus populaires, mais la différence se joue sur les ressources et moyens sur lesquels les parents peuvent s’appuyer.

55 « Le discours des femmes en situation monoparentale s’organise souvent sur le registre de l’« Avant » et de l’« Après ». Plus la phase de vie conjugale s’apparentait à une vie de couple traditionnelle, plus le regard porté sur sa propre situation est négatif. Être mère seule apparaît alors comme une « expérience » traumatisante. », Le Gall D. et Martin C., Les familles monoparentales, […], p. 99.

56 Ibidem, p. 103.

57 Touraine A., Le monde des femmes, Paris : Fayard, p. 33.

58 Ibidem., p. 59.

59 Martuccelli D., « Programme et promesses d’une sociologie de l’intermonde », op.cit.

60 Cet axe ‘classique’ retient les positions qu’occupent les personnes par rapport à la structure socio-économique. C’est un indicateur de la protection que connaissent les personnes par rapport au marché de travail et pour subvenir à leurs besoins.

61 L’axe de la relation entre les ex-conjoints autour de la parentalité retient les niveaux de conflictualité et de négociation présente après la séparation autour des deux indicateurs : la garde partagée et la pension alimentaire. Dit de manière plus pratique, si la séparation s’est déroulée d’une manière très conflictuelle, la chance est beaucoup plus grande que le couple n’installe pas de garde partagée, l’homme (dans la majeure partie des cas) ne payant pas de pension alimentaire. Cette situation au départ, cette bifurcation qu’ont connue les couples, a des conséquences assez importantes par la suite sur la manière dont sont vécues les situations de monoparentalité.

62 Martuccelli D., Forgé […], op.cit., p. 408.

63 Touraine A., Le monde des femmes, op.cit.

64 Wright Mills C., op.cit.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Présentation schématique de l’espace qui définit les tensions de l’épreuve de monoparentalité
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/6934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

Auteur

A été doctorant boursier (PRFB) en sociologie au CriDIS (UCL - IACCHOS) pour réaliser sa thèse sur les trajectoires de monoparentalité ; poursuit son travail au sein du RIEPP (réseau des initiatives Enfants Parents Professions) ; à publié récemment avec B. Francq « Politique de la ville et pauvreté » paru dans l’annuaire fédéral sur la pauvreté. Nombreuses publications sur les sans domicile fixe.

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search