Version classiqueVersion mobile

Être curieux en sociologie

 | 
Bernard Francq
, 
Philippe Scieur

La curiosité des doctorants

Luttes et conflits en Argentine et au Chili

Nicolas Alberto Orellana Aguila

Texte intégral

  • 1 Emprunté à Bernard Francq, 1995, « Un socialisme populaire et régional », La revue nouvelle, janvie (...)
  • 2 Voir Touraine, A., 1981, « Une sociologie sans société », Revue française de sociologie, vol. 22, n (...)

1« Difficile d’être dirigeant/gouvernant/entrepreneur en Amérique Latine par les temps qui courent, hein commanditaire/associé/partner ! » Regards narquois, sourires compassés, peut-être même compassionnels, affliction, souffrance, rage […]. Autant de mots qui quotidiennement se mélangent dans un malaise pesant où l’histoire semble jouée d’avance »1. Nos dirigeants sont consternés, ils ne semblent pas comprendre le monde « joué d’avance ». La société en Amérique latine, après un long sommeil, provoqué tant par les dictatures que par l’imposition d’un nouveau type de relations sociales dans les années 70-80, semble se réveiller. Le soulèvement zapatiste en 1994 est un premier grand signal, et à partir de là d’autres mouvements ont émergé tels que les Sin Tierra au Brésil, la CONAIE en Équateur, les cocaleros en Bolivie, les piqueteros en Argentine, les mapuche au Chile, pour en citer quelques-uns. Soulèvements, parfois même insurrections, conflits, luttes et crises provoquées non seulement par des situations politiques ou économiques, mais aussi par une multitude de causes. L’on peut observer aussi de multiples actions de lutte, demandes et objectifs, dont certains nous font penser à la disparition de l’idée de société ou à l’apparition de nouveaux rapports sociaux2.

2Ces nouvelles luttes répondent-elles à l’épuisement d’un modèle de développement dont un des traits principaux était le caractère extractif-exportateur, ou s’agit-t-il plutôt de luttes périphériques qui ne touchent pas son « cœur » ? Dans le premier cas, on pourrait dire que les luttes actuelles impliquent un certain degré de crise, voire un « brisement » de l’hégémonie des groupes dirigeants et donc, la possibilité d’entrer dans une période de bouleversement et d’ajustement des rapports sociaux. Dans le second, ce serait plutôt une crise de conjoncture qui, si profonde qu’elle puisse être, ne se situerait pas au cœur du modèle, de sorte que la crise, le conflit ou les luttes auraient moins d’impact et seraient laissés dans l’oubli assez rapidement, à la manière d’événements conjoncturels.

3L’Argentine et le Chili sont deux pays qui, alors qu’ils partagent certains traits de grande importance, se différencient sous d’autres aspects avec la même force. Quelles sont les caractéristiques de ces deux pays qui les rendent si semblables et pourtant si différents ? C’est la première question à laquelle on va tenter de répondre, afin de définir les conditions en matière de comparabilité. Et à travers la réponse on avancera dans la caractérisation et les processus des luttes et conflits dans ces deux pays, afin d’identifier des similitudes possibles et les principaux acteurs, les dimensions et logiques d’action centrales. On conclura en posant trois problématiques qui apparaissent comme autant d’éléments-clés pour analyser les conditions et les processus de mobilisation, mais aussi la nature et la signification des luttes et des conflits.

1. Similitudes et différences. Éléments et conditions de comparaison

4L’Argentine et le Chili sont deux pays voisins de la pointe sud de l’Amérique latine. En tant que tels, ils ont des éléments qui les unissent avec la même force que d’autres qui les séparent. De nos jours, parler d’un pays, ou même de sa comparaison avec un autre est toujours complexe, car les analyses en termes local/global s’imposent de plus en plus, devenant même une mode académique. Cependant, nous croyons qu’il existe des éléments suffisants pour nous permettre de parler de similitudes et de différences entre ces deux nations afin d’effectuer une étude comparative. Dans le cas de l’Argentine et du Chili, nous pouvons au moins en répertorier sept.

1.1. Colonie espagnole

  • 3 Les déclarations d’indépendance pour l’Argentine, le 9 juillet 1816 ; le Chili, le 12 février 1818.

5Tout d’abord, l’Argentine et le Chili sont des pays avec une longue histoire – ou une histoire longue – et des caractéristiques similaires dans le sens où ils ont fait partie de la colonisation du Royaume d’Espagne. Cela signifie, entre autres choses, qu’ils partagent la même langue – bien que ce ne soit pas la même parole – et un modèle culturel hégémonique commun. D’un autre côté, à l’aube des indépendances, ils ont aussi partagé le même ennemi et ils se sont affrontés à lui pour devenir des Républiques dans la décennie de 18103.

1.2. Dépendance et sous-développement

  • 4 Cardoso F.E., Falleto E., 1969, Dependencia y desarrollo en América Latina. Ensayo de interpretació (...)
  • 5 Pour une vision « classique », voir Germani, G., 1972, Politique, société et modernisation, Gemblou (...)
  • 6 Cardoso F.E., Falleto E., 1969, Dependencia…, p. 24.

6Deuxièmement, selon Cardoso et Faletto4, malgré les ruptures du pacte colonial, les deux pays peuvent être considérés comme en situation de sous-développement, situation qui est produite historiquement à partir d’une incorporation spécifique à l’économie de marché mondiale. Cette situation configure différents niveaux de différentiation productive (sous-développement/développement), et différentes fonctions/positions dans la structure globale (centre-périphérie) du système capitaliste. En ce sens, le fait qu’il existe différentes fonctions implique non seulement une différence de degrés d’évolution, comme on pouvait s’y attendre sous les notions étroites du sous-développement/développement5, mais aussi une structure de relations de domination, en fonction du type d’activités qu’accomplit l’économie incorporée. Ainsi, en analysant les modes d’intégration dans le marché mondial et la manière par laquelle les groupes sociaux locaux se sont constitué ainsi que les définitions des relations vers l’extérieur, les auteurs soulignent que cette situation de sous-développement implique une relation de dépendance au plan politico-social, la situation extrême se produisant lorsque « les décisions concernant la production ou la consommation d’une économie donnée sont prises en fonction de la dynamique et des intérêts des pays développés »6.

7Les deux pays sont donc des sociétés sous-développées en termes de différenciation du système de production, périphériques en fonction de leurs rôles dans le marché mondial et dépendantes en fonction des conditions d’existence et fonctionnement du système économique et du système politique et des liens entre les deux, tant sur le plan interne qu’externe.

1.3. Contrôle national et enclave

  • 7 Cardoso F.E., Falleto E., 1969, Dependencia…, p 39 ss.

8Après la période d’expansion vers l’extérieur et la stabilisation après la rupture du pacte colonial (1850) et la crise du modèle (1930), une différence importante existe entre les deux pays. C’est la manière dont les groupes sociaux parviennent à établir leur participation dans le processus de production et la définition des formes de contrôle institutionnel qui garantisse cette participation qui se présente différemment. Pour Cardoso et Falleto, la réorganisation du système politique-social, les modes d’intégration sociale et les types de mouvements sociaux, à travers lesquels vont se distinguer la vie politique et les traits des sociétés latino-américaines, ont varié selon que le pays a maintenu un contrôle national des exportations ou selon qu’une économie d’enclave ait persisté7.

9En Argentine, la situation de sous-développement et de dépendance est définie par le contrôle national du système productif, caractérisé en partie par le fait d’être fournisseur de matières premières vers le centre hégémonique du capitalisme mondial (Angleterre), ce centre n’effectuant pas d’investissements directs, mais plutôt des relations de type commercial et financier (prêts pour le développement des secteurs que les économies locales ne pouvaient pas développer, tel que les transports). Ce type de relation a conforté le rôle d’une classe étrangère tout en renforçant des groupements de producteurs nationaux.

10Au Chili, la situation de sous-développement et de dépendance se présente différemment, dans ce que les auteurs appellent les économies d’enclave. Dans ces dernières, les groupes locaux n’ont pas pu maintenir le contrôle sur le secteur productif, en raison de leur incapacité à soutenir la concurrence dans la production de biens, de sorte qu’ils ont été déplacés, et les sociétés nationales ont rejoint le marché mondial par production de matières premières directement commandée depuis l’extérieur. La principale conséquence est que les producteurs locaux perdent leur importance dans le développement de l’économie nationale, en perdant aussi la possibilité d’organiser un système d’autorité et de distribution des ressources, mais d’un autre côté, cette situation ouvre la possibilité de créer un « secteur moderne » comme extension financière et technologique des économies centrales, ainsi que la création d’une bureaucratie et une classe moyenne vivant des revenus ou de taxes imposées aux producteurs étrangers.

1.4. Modèle ISI ou industrialisation sans révolution8

  • 8 Murmis M., Portantiero J., 1972, Estudios sobre los orígenes del peronismo 1, Buenos Aires : Siglo (...)
  • 9 Adelantado J., Schreder E., 2008, « Desigualdad, democracia y políticas sociales focalizadas en Amé (...)
  • 10 Partido Comunista de Chile : 1922 ; Partido Socialista de Chile 1933 ; Partido Socialista Obrero Ar (...)
  • 11 Salvador Allende, discurso de clausura del primer congreso del partido federado de la Unidad Popula (...)

11Dans le moyen terme, après la crise des années 30 du XXème siècle, les deux pays ont déployé un modèle de développement qui est appelé Industrialisation par substitution d’importations (ISI). Ce modèle de développement a été adopté par plusieurs pays d’Amérique latine, mais l’Argentine et le Chili (ainsi que l’Uruguay et le Costa Rica), ont développé un système ISI similaire, du type universaliste. Ce régime s’est caractérisé par une expansion progressive et une tendance à l’universalisation, qui relie la protection sociale au marché du travail formel et aux organisations de classe, caractérisée par des niveaux élevés de dépenses publiques et de couverture de la sécurité sociale ; la contrepartie était des niveaux de pauvreté inférieurs ainsi qu’un moindre niveau de concentration de richesses par rapport au reste du continent9. Ces lignes directrices ont été réalisées principalement par l’État et par les organisations de classe relativement précoces10. S’y sont opposés, de manière brutale, ceux que Salvador Allende a appelés « l’impérialisme et l’oligarchie foncière, bancaire et féodale »11.

1.5. Caractéristiques particulières au sein du même modèle de développement

  • 12 Touraine A., 1988, La parole et le sang. Politique et société en Amérique Latine. Paris : Éditions (...)

12Dans les sociétés dépendantes tel que c’est le cas de l’Amérique latine s’est déployé un modèle typique de développement national-populaire, mélange de rationalisme économique et de mobilisation sociale et politique, où l’État est l’agent central. Ce modèle est défini par l’interdépendance de trois éléments : l’État en tant que défenseur de l’identité nationale contre la domination étrangère ; des mécanismes politiques et sociaux d’intégration et la défense d’une culture nationale et populaire. À cela s’ajoute une prédominance des catégories politiques sur les catégories sociales et l’absence de différentiation entre le système politique et l’État12.

  • 13 Touraine A., La parole…, p. 66.
  • 14 Garretón M. A., 2007, « Matriz sociopolítica y desarrollo socio-económico en Chile », Discussion Pa (...)

13Le cas du Chili a été une exception partielle au niveau latino-américain, dans le sens où a existé un mouvement syndical fort et relativement autonome qui a partiellement subordonné la politique nationale13. Dans ce sens, la matrice sociopolitique classique, pour reprendre les termes de Garretón14, peut être définie comme étatique-démocratique, national-populaire et politique-partisan, comme un chevauchement entre la politique et la société civile. Avec un rôle de premier plan du système des partis politiques comme représentatifs au niveau politique des problèmes sociaux, le processus de constitution des identités collectives donnait à la politique une place centrale. Très idéologique et partisan, il était moins personnaliste et moins populiste que les autres pays de l’Amérique latine.

  • 15 Murmis M., Portantiero J.C., 1972, Estudios sobre los orígenes del peronismo 1. Siglo XXI Editores, (...)

14Dans le cas argentin, il existe des « caractéristiques différentielles par rapport aux autres sociétés latino-américaines dépendantes »15. Selon Murmis et Portantiero, le modèle d’industrialisation a été commandé non pas par une forme pure (une classe ou une fraction de classe) du modèle classique, ni même par l’affrontement entre ces formes, mais plutôt par l’exigence d’une alliance entre des secteurs de propriétaires agraires et industriels qui donnent forme à une industrialisation limitée. Ainsi, la notion d’alliance de classes devient utile pour analyser les rapports entre structure économique et sociale et pouvoir politique, à partir desquels on peut comprendre le péronisme en tant que réponse au processus d’industrialisation comme une structuration distincte d’une alliance de classes dont le trait particulier est la participation d’un secteur des classes dominées, les ouvriers ; ils ont participé à l’émergence du péronisme en tant qu’organisations conjointes d’ouvriers ‘vieux’ et d’ouvriers ‘nouveaux’. Cela a impliqué, d’un côté, un projet social porté par les revendications des organisations ouvrières déjà constituées au moment de cette émergence et, de l’autre, la participation ouvrière dans une alliance poli-classiste déjà présente avant le péronisme.

1.6. Les dictatures et les changements dans les modèles de développement

15Tant l’Argentine que le Chili ont vécu et « expérimenté » des dictatures militaires. En Argentine, le 24 mars 1976, les militaires ont renversé Isabel Perón ; au Chili, le 11 septembre 1973 les militaires aussi ont enterré le processus de la « voie chilienne au socialisme ». Nous n’entrerons pas ici dans une analyse ni une description du processus de développement des deux dictatures, mais on peut dire que, parmi d’autres actions, les militaires ont consacré la transformation du modèle de développement en imposant ce qu’ils appelèrent un ajustement structurel

  • 16 Faulk K.A., 2008, « If the touch one of us, they couch all of us : cooperativism and counterlogic t (...)
  • 17 2006, « Le retour à la normale. Entretien avec Maristella Svampa », Mouvements, vol 5,. n° 47-48, p (...)
  • 18 Carrillo J.J., 2010, « El neoliberalismo en Chile : entre la legalidad y la legitimidad. Entrevista (...)
  • 19 Pour en savoir plus, voir Garreton, op.cit.

16En Argentine, la dictature a entamé ce processus, mais celui qui l’a consolidé a été Carlos Menem16 (1989-1999), dont les gouvernements ont été caractérisés par « un mélange de truculence populiste et de néolibéralisme agressif. Sa politique de privatisations massives et de démantèlement du secteur public a été marquée par des niveaux de corruption sans précédent »17. Au Chili, la longue dictature (1973-1990) a permis l’imposition et la consolidation d’un « programme néolibéral qui s’est exercé depuis 1975 et a inauguré une ère d’hégémonie néolibérale »18, ce qui signifie que s’est consolidé l’ajustement d’un capitalisme devéloppementiste vers un capitalisme néolibéral, malgré le caractère hybride de celui-ci19.

1.7. Matrice extractive-exportatrice

  • 20 Portantiero J.C., 1989, « La múltiple transformación del Estado latinoamericano », Nueva sociedad, (...)
  • 21 Murmis M., Portantiero J.C, 1972, Estudios sobre los orígenes del peronismo 1. Siglo XXI Argentina (...)

17L’ajustement structurel mené sous les dictatures et son approfondissement en Argentine sous Menem, mais aussi sous les gouvernements démocratiques du Chili post-dictature, a entraîné un changement dans le modèle de développement qui est passé d’un modèle productiviste industrialisateur à un modèle extractif-exportateur. Le premier modèle est caractérisé par un État de compromis national-populaire20, que Murmis et Potantiero décrivent comme une industrialisation plus fondée sur l’expansion d’une industrie déjà existante que sur sa diversification, plus axée sur la production de biens de consommation et limitée au seul secteur industriel, à l’exclusion du secteur agraire21. Il est aussi caractérisé par une industrialisation limitée, dans le sens où il s’agit plutôt d’un ajustement pour niveler l’asymétrie importations/exportations, résultant de diminution de la participation des économies agricoles après la crise de 1929.

  • 22 Svampa M, 2007, « Movimientos sociales y escenario político : las nuevas inflexiones del paradigma (...)
  • 23 Svampa M., op. cit.

18Le second modèle se caractérise, selon Svampa, par deux moments : le premier est le moment de la globalisation néolibérale, marqué par la privatisation et l’ajustement budgétaire qui a mené à « l’accentuation des inégalités préexistantes et l’émergence de nouveaux écarts politiques, économiques, sociaux et culturels. [...] [Qui a] conduit à un nouveau scénario, caractérisée par la forte asymétrie des forces [...] »22 ; le second, qui traversent aujourd’hui les pays latino-américains, est la généralisation d’un modèle extractif-exportateur, basé sur le pillage des ressources naturelles, la propagation irréversible de la pollution et l’extension de la monoculture, dont les effets tendent de consolider les écarts entre le Nord et le Sud23.

19Tout cela nous permet d’appuyer ce que nous avons dit au début : les deux pays ont des éléments qui les unissent avec la même force que ceux qui les séparent – même domination étrangère, même modèle de développement ISI de type universaliste, même genre de dictatures et de matrice extractive-exportatrice. Mais aussi des différences quant aux modèles de participation dans le processus de production et de définition des formes de contrôle institutionnel, et aux modèles politiques dominants au sein du cadre latino-américain.

  • 24 Tous les auteurs cités ici reprennent cette idée et fondent leurs analyses à partir de celle-ci, ma (...)

20Qu’en est-il des luttes et des processus de mobilisation, en tenant compte des caractéristiques passées ici en revue ? S’il est légitime et nécessaire de parler de la comparaison des luttes entre ces deux pays, il est nécessaire aussi de prendre en compte ce que plusieurs auteurs, même dans des perspectives différentes, considèrent comme essentiel dans leurs analyses, à savoir ce qui peut être appelé l’unité du monde socioculturel24.

2. L’Argentine et le Chili. Acteurs, conflits et luttes. 2000 et 2011

21Le problème actuel des luttes et des processus de mobilisation collective en Amérique latine, c’est qu’elles sont riches et variées et en même temps extrêmement complexes et pleines d’ambivalences. C’est sans doute en raison de nombreux facteurs, internes et externes, qui caractérisent les groupes qui luttent. Parmi d’autres, on pourrait parler de rupture d’une alliance ou de consensus néolibéral, d’un coup d’arrêt à une crise d’autorité, de légitimité ou même d’hégémonie ; ou encore de luttes et demandes de plus en plus ouvertes incluant des orientations culturelles plus larges. Mais aussi on pourrait parler de crises systémiques (des crises économiques cycliques de plus en plus dévastatrices pour la population) ; d’incapacité politique et institutionnelle pour répondre aux besoins sociaux, incapacité du modèle lui-même pour répondre aux attentes qu’il génère.

  • 25 Voir www.clacso.org.ar
  • 26 Au moment d’écrire ces lignes les chronologies sont disponibles jusqu’à avril 2012

22Les Chronologies du conflit social élaborées par l’Observatoire social de l’Amérique latine (OSAL) de la Commission latino-américaine des sciences sociales (CLACSO)25 vont nous permettre d’observer et de décrire l’évolution des conflits sociaux, des luttes collectives et des processus de mobilisation qui se sont développés depuis 2000. Ce matériau est inestimable en termes de qualité et de rigueur, ces chronologies étant basées sur des supports écrits (numérique ou non), avec des sources primaires ou des références aux grands médias. Nous décrirons les principales luttes de l’Argentine et du Chili pendant les années 2000 et 201126. Les critères de « sélection » des luttes les plus importantes pour ces deux années sont les suivants :

  1. Longévité ou durée publique. L’idée est que plus un processus de conflit, de lutte ou de mobilisation dure (indépendamment du fait qu’il dérive vers de la violence, de la cooptation ou de l’institutionnalisation), plus deux choses sont à retenir : d’une part, les demandes génèrent davantage de résistance du côté de l’adversaire ; d’autre part, les acteurs qui se mobilisent sont plus déterminés à atteindre leurs objectifs. Dans la mesure où un processus de mobilisation ou un conflit s’étend dans le temps, cela implique des réalités existentielles de plus en plus intégrées parmi les acteurs qui luttent, mais de plus en plus éloignées entre les adversaires.
  2. Centralité. Par la même analyse des Chronologies, on peut voir la centralité que peuvent acquérir les processus de mobilisation et conflit. Ainsi, l’ordre de présentation et la façon dont est traité le développement du conflit (s’il s’agit d’une simple énonciation de l’action ou, au contraire, s’il s’agit d’une longue description, avec des antécédents, des angles différents, y compris des commentaires) permet d’observer de manière indirecte, la centralité qu’acquiert ou perd un conflit.
  3. Récidivité. Liée au premier point, la longévité, bien qu’ici elle soit de portée limitée pour chaque année. Elle opère à moyen et à long terme, dans le sens où, si un acteur collectif ou un groupe social présente différents processus de mobilisation (ou de cycles de protestation) à différents moments de l’année ou sur plusieurs années, cela pourrait signifier, en termes d’intérêt sociologique, que l’acteur collectif ou groupe social peut devenir plus qu’une simple expression d’une réaction, une défense ou un rejet collectif aux actions, changements ou contraintes extérieures vécues de manière négative. Ainsi, on pourrait penser à la constitution d’un acteur, ou groupe, organiquement intégré avec des propositions, et même un certain niveau de projet ou d’historicité (Touraine), voire à un bloc historique alternatif (Gramsci).
  • 27 Conditions, processus de mobilisation, nature et significations de l’action collective, des notions (...)

23Pour le travail développé ici, les années étudiées (2000 et 2011) permettent de voir s’il y a des répétitions et quelles en sont les différences et les similitudes. Mais, malgré les possibilités de comparaison que nous assurent les Chronologies du conflit social, l’analyse exige des travaux empiriques de première main. Compte tenu de ce qui précède, nous allons nous concentrer sur la description des conditions et, dans une moindre mesure, sur les processus de mobilisation sociale, en essayant d’identifier les acteurs-clés pour chaque pays, en analysant les processus de lutte et les signes de l’émergence de leurs dimensions fondamentales. Cependant, l’analyse de la nature et les significations de l’action collective et des processus de mobilisation27 restera limitée, parce que cela nécessite, comme indiqué ci-dessus, d’effectuer un travail de terrain et de traiter directement avec les acteurs. Cela fait partie du processus de recherche à développer dans le court et moyen terme.

2.1. Argentine

Année 2000

  • 28 Cortés R., 2003, « La crisis argentina de 2001-2002 », Cuadernos de Economía, vol 40, n° 121, pp. 7 (...)
  • 29 Pour l’année 2002, la pauvreté était de 45,4 % et la pauvreté urbaine de 20,9 % (Comisión Económica (...)

24En 2000, l’Argentine était traversée par une profonde crise. Le pays était en défaut de paiement, les causes en étant à la fois externes et internes. Sur le plan externe, la crise asiatique, du Brésil et de la Russie ; sur le plan interne, une augmentation des dépenses publiques accompagnée de baisse des recettes fiscales, qui généraient un déficit budgétaire et l’augmentation de la dette28. Malgré plusieurs tentatives, dont d’importantes hausses d’impôts, le dénommé corralito (l’interdiction d’enlever une certaine somme d’argent de la banque), ou l’abandon ultérieur de la convertibilité et la dévaluation du peso, le pays était dans une spirale infernale (cercle vicieux). En 2000, le pays avait un taux de croissance de -0,8 %, le taux de chômage de 15,1 % et, pour 1999, un taux de pauvreté de 23,7 %, l’indigence étant de 6,7 % en milieu urbain29.

25Telle est la situation dans un pays où l’on peut voir émerger une figure centrale qui domine la scène des conflits sociaux et qui évoluera tout au long de l’année. Cette figure est le travailleur qui, plus qu’intégrer ou subordonner les autres luttes et conflits, les déplace de sorte qu’il semble qu’il n’y en ait eu pas d’autres, malgré l’importance de certaines (par exemple la mobilisation des propriétaires de camions). La caractéristique de cette figure qui marque alors les conflits en Argentine est que c’est un travailleur organisé, allant du niveau micro au niveau global, passant du syndicat aux centrales générales de travailleurs et aux nombreuses associations intermédiaires. Bien qu’ils existent des manifestations plus spontanées, comme des ‘cortes de ruta’ locaux, la plupart des conflits et mobilisations, pour une grande partie de l’année, étaient menées par les organisations des travailleurs.

  • 30 Après cette année, la CGT sera divisée entre une CGT plus orientée à générer des accords avec le go (...)

26La demande est un élément qui va évoluer au cours du temps, allant du rejet jusqu’aux conduites de crise. Rejet de la part des syndicats locaux (ATE, Lyz y Fuerza de Córdoba) des réductions de salaire, mais aussi revendications contre les salaires impayés par les patrons (tant les entrepreneurs privés que les institutions publiques). À son tour, les centrales générales des travailleurs (CGT30, CTA) rejettent une réforme des lois du travail proposées par le gouvernement.

  • 31 Marcha Grande por el Trabajo : elle a commencé le 26 juillet et a demandé au gouvernement l’assuran (...)

27Mai est un tournant, un point d’inflexion dans les luttes puisque, d’un côté, le 5 une grève générale est annoncée pour rejeter le projet de réforme mentionné ci-dessus et, de l’autre, le 29, le gouvernement annonce des mesures d’ajustement budgétaire qui comprennent des réductions de salaires des travailleurs de la fonction publique (entre 12 et 15 pour cent). Dans ce cadre, une deuxième grève générale est prévue le 9 juin et les manifestations se radicalisent, tout en atteignant un haut niveau d’intégration, débouchant sur une Grande Marche pour le Travail31.

28Parallèlement à ce mouvement, d’importantes mobilisations de chômeurs ont lieu, qui demandent tout au long de l’année des Plans de Travail, et qui dans la dernière partie de celle-ci se mobilisent directement pour l’alimentation. Ils demandent à diverses agences gouvernementales la possibilité de travailler, mais ne recevant pas de réponse, la demande se radicalise et sa direction se diversifié : des divers niveaux de gouvernement (fédéral, étatique, communal), les actions ciblent directement les supermarchés en exigeant des aliments. Ainsi la CGT dissidente organise un dîner de Noël pour environ 2000 chômeurs à la Plaza de Mayo.

29Par conséquent, on peut observer qu’au fil de l’année, la demande pour des conditions de travail des travailleurs commence par un rejet des projets de loi ou d’ajustement et se termine avec des conduites critiques en demande d’alimentation. La direction des luttes et les orientations du conflit sont dirigées vers l’État, en tant que responsable devant assurer le travail (mais aussi la sécurité) des Argentins. Le secteur privé n’est pas important comme adversaire, même si on peut observer des manifestations le visant, ce qui est plus le produit du désespoir et qui donne une idée de la profondeur de la crise qui a débuté en 1998 et sa sortie en décembre 2001. Une évolution qui voit des conduits revendicatives et des logiques d’action plutôt de classe, devenir des luttes de rejet et de blocage, pour finir en conduites de crise et même de survie. Tout cela autour d’un axe central, celui du travail, que ce soit de la part des travailleurs ou des chômeurs.

Année 2011

  • 32 S’il est clair que les nouvelles au sujet de falsification des chiffres de l’administration Argenti (...)

30L’Argentine est un pays complètement différent de celui de l’année 2000. Un pays qui, depuis 2003 (sauf en 2009, lorsque la crise actuelle a explosé) a connu une croissance soutenue du PIB d’environ 8,5 % et où le chômage a diminué de façon constante – fin 2010 7,7 %. Un pays où le taux de pauvreté et d’indigence, pour 2009 est de 11,4 % et 3,8 %, respectivement32. En outre, l’Argentine a connu politiquement une certaine « stabilité » étant gouvernée depuis 2003 par Nestor Kirchner, puis par Cristina Fernández (réélue en octobre 2011).

  • 33 À titre d’exemple, l’Union des employés de commerce - SEC à Buenos Aires ; le syndicat de l’Union d (...)
  • 34 Après ils vont se confronter.

31On observe que les figures centrales du conflit changent de manière significative par rapport à 2000, en connaissant une dispersion importante. Le travailleur reste la figure dominante du conflit, même si c’est un travailleur actif. Ses demandes se concentrent sur des revendications salariales et les conditions de travail au sein de l’entreprise, de l’industrie ou de la branche concernée. Pour sa part, l’État agit également en application de la loi de conciliation obligatoire au moment jugé opportun pour mettre fin à certains conflits. Les conflits sont menés, comme en 2000, par les travailleurs organisés. En 2011, le conflit est plus le fait du syndicat d’une industrie spécifique ou d’une branche33, les actions collectives étant plus liées au milieu du travail. Les centrales générales ne sont presque pas présentes comme acteurs sociaux qui représentent les intérêts des travailleurs, mais beaucoup plus comme des acteurs politiques ; ainsi, par exemple, la CGT de Hugo Moyano qui a soutenu la candidature de Cristina Fernández34 lors de sa réélection.

32Un deuxième type de conflit qui apparaît en 2011, peu présent en 2000, concerne des revendications territoriales. Bien que moins important que la figure du travailleur, il se distingue nettement de celui-ci. Tout d’abord, l’acteur n’est pas défini autour du travail, mais plutôt comme des personnes (pobladores) pauvres qui n’ont pas accès à la terre ni au logement, de sorte que leur identité en tant qu’acteur est centrée par rapport au territoire. Ils développent une logique de d’action directe qui est l’occupation des terres (en août 2011, quelques 36 terrains ont été occupés dans la capitale), publiques ou privées ; ils demandent à l’État l’expropriation de celles-ci ou la réalisation de logements publics. Dans ce cas, la demande s’oriente directement vers l’État en tant qu’étant en charge de résoudre les problèmes de la terre et celui du logement pour les pauvres.

  • 35 Par exemple, en Février forçant Shell pour maintenir le prix du carburant.

33La troisième figure est un acteur qui en 2000 était peu présent. C’est l’État qui devient un agent actif, qui devient l’acteur politique central. Ses logiques d’action principales sont l’intervention et la pression « vers le bas ». Interventions dans les conflits entre les parties prenantes en appliquant la loi de conciliation du travail obligatoire (loi 24.635) au moins quinze fois. Pression sur les entreprises grâce à l’application des lois pour contrôler différents éléments d’intérêt national tels que la production et les prix35. Pression à travers des discours du président aux travailleurs pour arrêter les conflits et aux entrepreneurs (février et avril) pour augmenter les investissements ou inclure la participation des salariés aux bénéfices des entreprises (mai).

34Apparaissent sporadiquement des conflits d’un autre type comme les revendications des étudiants pour des conditions d’enseignement et d’infrastructure meilleures ; des conflits « ethniques » à partir de revendications territoriales par les communautés mapuche ; des réclamations de sécurité et de justice entre autres, mais qui ne deviennent pas centrales.

***

35Il y a une sorte de dispersion de l’acteur et du conflit par rapport à l’année 2000, dominée par la figure centrale identifiée au travail, orientée vers l’État et dont les demandes se sont dégradées à la suite de la crise (commençant par des revendications salariales et des blocages, y compris en termes alimentaires). En 2011, on peut observer trois figures dominantes de mobilisation et qui ont leurs propres caractéristiques : travailleurs organisés, qui demeurent au centre des luttes et dont les revendications s’atomisent et dont l’orientation se disperse ; pobladores avec des revendications territoriales orientées vers l’État ; l’État lui-même qui intervient et met la pression sur les acteurs sociaux et politiques pour à la fois réduire la conflictualité et appeler à la mobilisation de la nation, en subordonnant les acteurs sociaux à son propre projet de modernisation.

36Le fait que les demandes des acteurs soient différentes et dépendent de divers éléments, amène une analyse du conflit en 2011 radicalement différente de celle de 2000, car il n’y a pas un, mais trois acteurs-clés, dispersant les logiques d’action et élargissant les dimensions de l’action collective. Pour les travailleurs, il y a une tendance à orienter l’action en termes socio-économiques, comme les revendications salariales, les conditions de travail et la participation aux bénéfices de l’entreprise, ce qui différencie cette année radicalement de l’année 2000, où les actions étaient essentiellement défensives. Un autre point à noter est qu’en 2011 les actions sont guidées plutôt par des éléments internes qu’externes. Alors que 2000 a été marquée par la dégradation générale qu’a produit la crise, en 2011 on observe que ce qui est majeur sont des actions de pression pour changer la situation des travailleurs, en l’améliorant.

  • 36 Une réflexion sur la relation autonomie / hétéronomie est développée par Dubet F., 1987, La galère  (...)

37La deuxième figure, qui n’était pas présente en 2000, est plus hétéronome, dans le sens où le conflit résulte d’un « manque d’État » (comme agent qui doit être responsable des citoyens) et contre la lenteur ou le manque de celui-ci par rapport à ce que les pobladores considèrent comme juste. Ils visent donc à accélérer l’expropriation et/ou la construction de logements. Pour cette raison, leur logique d’action a une forte dimension politique du fait qu’ils déposent leurs demandes (et ses espoirs) dans l’État, et est plus hétéronome, dans le sens où ce sont des éléments extérieurs qui déterminent l’évolution vers telle ou telle orientation de l’action36.

38La troisième figure, l’État, se mobilise « vers le bas » pour faire pression sur différents acteurs, en appelant à une certaine unité nationale afin d’atteindre les objectifs proposés (croissance, industrialisation, souveraineté, etc.). Ceci n’est pas sans rappeler l’analyse du modèle de développement propre à l’Amérique latine, le national-populisme, où l’État est à la fois un agent de mobilisation sociale et d’apaisement, soit par intégration (comme c’est le cas de la CGT jusqu’à 2011), soit par pression (sur différentes entreprises), soit encore en en prenant la direction (comme les demandes d’unité face à des adversaires externes, comme récemment avec la renationalisation de la YPF). Soit un acteur évidemment politique qui semble chercher à s’imposer comme le seul acteur dans la société argentine.

2.2. Chili

Année 2000

  • 37 Ainzúa S., Crisis económica en Chile : La evidencia de problemas profundos.

39Le Chili a commencé l’année 2000 avec l’élection, au second tour, du premier président d’origine socialiste depuis Salvador Allende, avec un taux de croissance de 4,5 %, un taux de chômage de 9,7 %, un indice de la pauvreté et de la pauvreté urbaine de 19,7 % et 5,1 %, respectivement. Dans le contexte de la crise asiatique, le Chili est entré dans une « mini-récession » en raison de sa dépendance sur des marchés internationaux non diversifiés (États-Unis, Japon et Europe)37. En 2000, les luttes et les conflits dans le pays se manifestent de manière centrale sous trois figures.

40Le conflit mapuche constitue la première figure du conflit pendant une bonne partie de l’année. Il s’agit d’un conflit historique dont la dimension centrale est la revendication territoriale. La logique d’action de ce conflit est l’action directe disruptive : occupation des terres forestières, de diverses institutions et de gouvernements locaux ou régionaux, d’églises, barrages routiers. À cette dimension territoriale s’en est ajoutée une autre que l’on peut appeler « ethnico-environnementale », notamment par le rejet de la construction des barrages dans des zones traditionnellement mapuche. Cette dimension provoque le soutien de l’ensemble de la population. Le rejet de la construction du barrage Ralco et les figures des sœurs Quintramán ont été un symbole de résistance indigène.

  • 38 Universidad Metropolitana de Ciencias de la Educación, ex Pedagógico

41Les étudiants ont été les acteurs du deuxième foyer du conflit en 2000. Le conflit et la lutte étudiante a de nombreuses facettes et s’est concentré autour d’une demande adressée à l’État pour l’augmentation du financement public des crédits universitaires ; à partir de là, d’autres demandes se sont exprimées, d’un côté de nature générale comme la réduction des coûts du transport public des étudiants, ou plus particulières, comme le rejet de la fermeture de l’Éditorial Universitaria (étudiants de l’Université du Chili), l’interpellation du recteur de l’UMCE38 pour plus de crédits et la mobilisation de diverses universités contre l’augmentation des minéraux. Dans tous les cas, la logique d’action des étudiants a été l’action directe disruptive. Ainsi de l’occupation des facultés, du rectorat et/ou des bâtiments administratifs des universités, avec l’appel aux manifestations dans les principales rues de Santiago et dans les régions. L’ensemble des demandes quand il s’agit des problèmes communs des étudiants, s’adresse à l’État chargé de veiller à l’accès à l’éducation. Quelques conflits relèvent de luttes à l’intérieur des universités, en particulier entre étudiants et recteurs.

42Avec une prévalence beaucoup plus faible, une troisième figure du conflit est présente en 2000. Les travailleurs sont présents d’une manière décousue, atomisée, fragmentée. Ce sont principalement des pêcheurs, les dockers et les employés du secteur public qui se mobilisent. Chaque conflit est différent et indépendant des autres. Les pêcheurs rejettent une loi sur la pêche jugée nocive pour leur travail (réduction des quotas de capture autorisés) ; les dockers demandent des indemnisations en raison de mises à pied du fait de la privatisation de certains ports ; la fonction publique rejette l’augmentation de salaire offerte par le gouvernement. Tous ont en commun un rejet d’une action extérieure, en l’occurrence celle du gouvernement, jugé préjudiciable à leurs intérêts.

43Si les trois grandes figures en 2000 sont d’origines diverses (ethniques, socio-économiques, culturels), un trait commun les réunit, soit leur demande, bien que diversifiée, adressée à l’État. Celui-ci est vu à la fois comme un usurpateur historique, comme le responsable de la continuité de l’éducation et comme agent politique qui agit contre les intérêts de certains secteurs, mais il est toujours vu comme un adversaire. Nous ne pouvons pas parler, par conséquent, d’un acteur central, mais plutôt d’acteurs dont les revendications sont multiples et dispersées.

Année 2011

  • 39 Ce sont les données de 2009. Actuellement vient de paraître une nouvelle enquête de caractérisation (...)

44L’année 2011 a été en termes macro-économiques légèrement différente de 2000. La croissance a été de 6 %, le chômage de 8,2 %, soit un point et demi inférieur à ce qu’il était en 2000 ; la pauvreté urbaine et l’indigence étaient de 11,4 % et 3,739 respectivement, soit nettement moins qu’en 2000 (19,7 % et 5,1 %). On pourrait dire que, du moins en ce qui concerne les données disponibles, le Chili est un pays qui se trouve en situation de « stabilité tiède ». Deux questions cependant : d’abord, en 2010 le Chili a choisi, pour la première fois depuis 1958, un président ouvertement de droite ; deuxièmement, la même année, le pays a connu deux « crises » importantes : le tremblement de terre du 27 février, de magnitude 8,8 qui a fait plus de 500 morts et l’effondrement de la mine San José, où le 5 août 33 mineurs ont été piégés pendant 70 jours.

  • 40 En Septembre, le soutien est d’environ 80 %, selon l’enquête Adimark. Voir Encuesta : Evaluación Ge (...)
  • 41 Junta Nacional de Auxilio Escolar y Becas.
  • 42 Leurs revendications sont les suivantes : plus de bourses d’études, l’expansion du Fondo Solidario (...)
  • 43 « [...] La principale revendication des étudiants est le changement du système politique, en partic (...)

45En 2011, l’acteur central du conflit a été l’étudiant. Pas seulement pour la durée du conflit, mais aussi en raison de sa centralité et de sa récidivité. En outre, le conflit a attiré le soutien, comme jamais auparavant, de différents acteurs du monde social et politique ainsi que des citoyens en général. Effectuer une analyse du processus de mobilisation des étudiants et l’émergence potentielle d’un acteur social ou d’un groupe social fondamental nécessite beaucoup plus d’espace que celui qui est disponible ici. Cependant il est possible de caractériser les éléments qui semblent au cœur des manifestations étudiantes de 2011. Tout d’abord, il s’agit des mobilisations complexes et multidimensionnelles qui ont mobilisé plusieurs « catégories » d’étudiants : des étudiants des universités traditionnelles, de l’enseignement secondaire des lycées municipaux, plusieurs universités privées et même des écoles secondaires privées. En outre, comme on l’a dit, elles ont suscité l’adhésion active d’autres acteurs, notamment les recteurs, des chercheurs, des travailleurs, des enseignants et du public en général40. Tout a commencé le 14 avril, lorsque des étudiants de quatre universités occupent la JUNAEB41 contre la diminution des avantages sociaux offerts par l’État à l’éducation42. Quatre jours plus tard (18 avril), certains groupes occupent le ministère de l’Éducation interpellant le système éducatif dans son ensemble, mais aussi le système politique43. Au fil du temps, les demandes se sont unifiées autour de ce qui est devenu le slogan : « une éducation publique gratuite et de qualité » qui concerne la démocratisation de l’accès et des réformes de l’éducation avec la participation des étudiants. Les manifestations ont attiré l’attention de l’opinion publique jusqu’en décembre, tant au Chili qu’à l’étranger, soulevant diverses formes de soutien dans le monde entier.

  • 44 « 1800 heures » consistait à courir autour du palais du gouvernement symbolisant les heures de l’ar (...)

46Les logiques d’action sont également diverses et multidimensionnelles, même si les marches, grèves et occupations de facultés et lycées ont dominé. Plusieurs manifestations « originales » ont eu lieu, tel que les « 1800 heures pour l’éducation », la « Besatón pour l’éducation » ou le « Thriller »44 pour citer les plus connues. Cependant, en parallèle, d’autres comportements ont été présents : des réactions violentes dérivées de la répression policière et la distorsion conséquente des objectifs des manifestations, ainsi que des conduites critiques, principalement des grèves de la faim de lycéens et d’étudiants. Les étudiants ont terminé l’année de mobilisation par trois faits : la fin de l’occupation du bâtiment central de l’Université du Chili le mercredi 21 décembre après 195 jours d’occupation, des marches de Santiago et de Valparaiso et la fin de l’occupation des lycées Darío Salas y Arturo Alessandri Palma le jeudi 22.

47Les Mapuches sont le deuxième acteur conflictuel en 2011. S’il a connu une moindre notoriété que les étudiants, leur conflit s’étend de janvier à décembre. Dans l’ensemble, les caractéristiques du conflit sont les suivantes : une demande historique de récupération des terres ancestrales. La dynamique d’action est également similaire : l’occupation des terres privées et de là une demande adressée l’État pour leurs revendications. Les adversaires de cette lutte sont les propriétaires fonciers (appuyés par la police) qui expulsent de manière souvent violente les occupations. On observe un conflit violent en Araucanie, les mapuches accusant les perquisitions illégales (14 avril), la violence policière (23 février) et la militarisation des communautés (15 septembre). Aussi la lutte se radicalise et Leandro Seitz, un propriétaire terrien, déclare le 25 juillet qu’il ira « armé de 500 coups. Je vais tuer les indiens Mapuche qui sont sur ma propriété, quelles qu’en soient les conséquences ». Par rapport à cela, une deuxième face du conflit mapuche est de nature judiciaire, en raison du jugement de quatre villageois de la Coordinadora Arauco-Malleco (CAM), qui ont commencé une grève de la faim le 15 mars en demandant une procédure régulière et un procès équitable juste et transparente (pas d’utilisation de témoins anonymes ou d’application de la loi antiterroriste ; être jugés par un tribunal compétent et impartial ; fin de la double procédure ; transfert à la prison d’Angol et conditions de détention dignes). La grève a duré 86 jours, se terminant le 9 juin.

48Le conflit environnemental a également été présent en 2011, même si c’est de manière plus sporadique et moins constante que les deux précédents, bien qu’ayant acquis un certain caractère et une importance nationale à certains moments de l’année. Il s’agit généralement du rejet de l’approbation des méga projets d’énergie qui dégradent l’environnement : extraction du charbon à Isla Riesco, centrale thermoélectrique dans Atacama, et le plus important, le mégaprojet HidroAysen qui comprend la construction de cinq centrales hydroélectriques sur deux rivières de la région d’Aysen. Le processus de mobilisation émane habituellement de spécialistes de l’environnement et se développe dans le grand public à des moments-clés, comme les dates de discussion et d’approbation des évaluations d’impact sur l’environnement pour permettre la construction de ces projets. La votation se fait par les secrétaires régionaux ministériels, nommés par le gouvernement, qui en général approuvent la construction de mégaprojets. C’est alors que les protestations atteignent leur paroxysme et acquièrent parfois un niveau national. Après, elles sont reprises par des organisations environnementales qui poursuivent une lutte de nature judiciaire. Ce rejet de la politique énergétique de l´État implique un soutien général, et pas seulement pour les personnes directement concernées.

49Une quatrième figure du conflit en 2011 est de type régional-local. En janvier ce fut Magallanes, Calama en juin, le même mois Alhué et depuis juillet Dichato. Les exigences de chaque cas sont particulières, mais avec un aspect commun dirigé vers l’État, à savoir son manque de présence dans les localités. Magallanes, par exemple, a mobilisé l’attention à travers le pays contre une hausse de 16,8 % du coût du carburant par l’Entreprise Nationale de Pétrole ENAP (à cause de l’élimination des subventions réservées aux régions). Calama, une ville minière, s’est mobilisée contre le manque de réalisation d’infrastructures en exigeant qu’un pourcentage des profits du cuivre s’investisse là-bas. Alhué s’est opposée à l’installation d’une prison et Dichato a dénoncé les moyens insuffisants attribués à la reconstruction après le tremblement de terre. Les acteurs, dans tous les cas, sont transversaux et comprennent travailleurs, étudiants, commerçants, hommes d’affaires, politiciens, voisins et leurs familles en général.

***

50Au Chili on n’observe pas la même dispersion des conflits et des luttes qu’en Argentine bien qu’il y ait plus de figures qu’en 2000. À propos des étudiants, quelques considérations peuvent être faites. Tout d’abord, en 2000 c’est seulement cette catégorie d’acteurs qui s’est mobilisée, tandis qu’en 2011, les étudiants ont réussi à agglomérer autour d’eux différents acteurs (enseignants, chercheurs, travailleurs) et le grand public (la grande masse de la population), à une échelle nationale. Deuxièmement, les revendications s’adressent principalement à l’État, mais le contenu de celles-ci se modifie : en 2000, le conflit a été axé sur l’accroissement des dispositifs de financement public de l’éducation, en se concentrant sur l’accessibilité des étudiants qui étudiaient déjà. Cela s’est traduit par une demande de plus de bourses et de crédits universitaires pour que les étudiants puissent payer leurs études. En 2011, il s’agit plus fondamentalement d’un questionnement sur le modèle éducatif dans son ensemble, dont les deux principaux éléments sont d’abord celui d’une éducation gratuite pour tous ceux qui veulent étudier, en demandant la fin des profits générés dans les universités (notamment les universités privées) et, deuxièmement, une éducation de qualité, demande qui est plus ‘diffuse’ que la première.

  • 45 Chile – Cronología del conflicto social de junio de 2011, OSAL, p. 13.

51Ce dernier élément est important car il nous permet de parler des étudiants en tant qu’acteurs politiques, dont la revendication essentielle porte sur le modèle éducatif chilien, alors que les demandes proprement étudiantes (qualité de la recherche, démocratie au sein des établissements) ont été subordonnées à ce conflit central, plus politique que social. Comme l’a souligné clairement le ministre de l’Éducation de l’époque, Joaquin Lavin, qui le 28 juin a déclaré que : « les étudiants ont cessé de parler d’éducation et ont commencé à parler de politique. Ils ont commencé à parler de la renationalisation des ressources fondamentales, d’Assemblée constituante, réformes fiscales, etc. Dans les démocraties du monde [ce] ne sont pas des sujets du ministère de l’Éducation »45.

  • 46 www.elciudadano.cl ; www.theclinic.cl.

52Pour le cas mapuche, la principale différence entre 2011 et 2000 est que la demande, même si en fin de compte elle est orientée vers l’État, se fait de manière « autonome ». Le conflit s’est centré sur les revendications territoriales et la logique de l’action est l’action directe disruptive, telle que l’occupation des terres et leur récupération. En 2011, l’action d’un autre acteur, les propriétaires fonciers, acquiert une importance primordiale avec sa participation active aux expulsions, la formation de brigades paramilitaires (commando Hernán Trizano46) et en collaborant avec les forces de la police militarisée dans la région. Plus qu’un adversaire, compte tenu de la nature du conflit, le propriétaire est plutôt un obstacle, parce que la revendication et les enjeux du conflit sont, dans le cas des Mapuches, la reconnaissance, l’autonomie, l’autodétermination et, parfois avec force, la construction d’une nation mapuche au sein de l’État chilien. Les grèves de la faim de 2011 suivent la même logique, car elles ont été menées pour les mêmes raisons et en conflit avec les mêmes adversaires.

3. Approches pour la recherche future

53Après avoir examiné les luttes et les conflits en Argentine et au Chili en 2000 et en 2011, qu’est-ce qui semble important de regarder pour une analyse plus approfondie pour la recherche de terrain qui est à réaliser ?

  • 47 Hérault B., Lapeyronnie D., 1998, « Le statut et l’identité. Conflits sociaux et protestation colle (...)

54Le premier élément est le suivant : il semble difficile de nier que dans les deux pays, en dépit de leurs histoires différentes dans le court terme, il ya des conflits et des acteurs qui s’impliquent et s’engagent dans diverses luttes pour les résoudre. On peut considérer, à la suite de Hérault et Lapeyronnie47, qu’il n’y a pratiquement pas de domaine de la vie sociale, culturelle, publique, privée, professionnelle ou institutionnelle qui ne soit pas lié aux conflits. Ceux-ci ne sont pas marginaux, mais sont liés à des problèmes fondamentaux de la société et sont inhérents à elle. Les conflits doivent être placés au centre de l’analyse. Il n’est pas possible non plus de nier l’existence de multiples ‘foyers’ de conflit et de lutte : des luttes des travailleurs syndiqués aux chômeurs en passant par des conflits de caractère ethnique, culturel, territoriaux et environnementaux, pour en arriver aux luttes et processus de mobilisation où un acteur central (les étudiants) peut mobiliser différentes catégories d’acteurs autour de leurs demandes.

55Dans ce travail, nous avons présenté les caractéristiques des différents acteurs, leurs conflits, luttes et processus de mobilisation. Toutefois, analyser la nature et la signification de ceux-ci relève de la multi-dimensionnalité tenant compte des différentes logiques d’action en présence. C’est un travail qui ne peut se faire que si nous travaillons directement avec les acteurs afin de comprendre en profondeur les conflits. Nonobstant, ce qui vient d’être présenté nous permet de tracer quelques lignes en vue d’atteindre cet objectif en définissant le processus de recherche, ses problèmes et ses orientations futures.

56Tout d’abord, le caractère des acteurs en lutte. Un conflit est celui dans lequel deux acteurs s’affrontent pour le contrôle de certains éléments considérés comme essentiels pour leur développement optimal, indépendamment du niveau de généralité que le conflit atteint (on pense à la violence directe et aux processus révolutionnaires). Cependant, il est nécessaire d’examiner dans quelle mesure correspondent, ou sont représentés, les intérêts des groupes ou des acteurs en question et voir le degré de corrélation entre eux. De ce point de vue, il est pertinent de questionner l’autonomie des acteurs et des groupes, le sens du conflit lui-même et de la lutte qu’ils mènent pour surmonter/dépasser le conflit. La question pertinente est alors d’analyser si nous sommes en présence d’acteurs et de groupes mobilisés de manière autonome ou si leur action répond essentiellement à des éléments hétéronomes ? Les réponses pourraient être : soit les acteurs et groupes mobilisés répondent directement à leurs intérêts et à leurs orientations, soit ils répondent à une situation, à une orientation ou à des intérêts extérieurs. Si les acteurs qui luttent cherchent à résoudre les conflits sur la base d’orientations établies au sein d’eux-mêmes, on pourrait parler d’un degré plus élevé d’autonomie. Dans la mesure où ce sont des éléments externes, par exemple quand l’adversaire impose un changement et le groupe réagit en se mobilisant, ou que les ‘alliés’ incitent et dirigent la mobilisation, les éléments hétéronomes l’emportent lors de la réalisation de l’action. Analyser le degré et la constitution éventuelle d’un acteur autonome est donc essentiel si l’on veut analyser le sens d’un processus de mobilisation, de lutte ou de conflit.

  • 48 Rosanvallon P., 2011, La société des égaux, Paris : Seuil.
  • 49 Rosanvallon P., 2011, La société des égaux…, p. 354, l’italique est de nous.
  • 50 Rosanvallon parle de singularité, réciprocité et communalité. Il faudrait aussi voir si ces concept (...)
  • 51 Touraine A., 1988, La parole et le sang. Politique et société en Amérique Latine, Paris : Odile Jac (...)
  • 52 Voir Martuccelli D., Svampa M., 1997, La plaza vacía. Las transformaciones del peronismo, Buenos Ai (...)
  • 53 Nous reprenons le titre du beau livre de Martuccelli et Svampa.

57Deuxièmement, les orientations générales des luttes. Au-delà et indépendamment des objectifs immédiats ou à moyen terme que les différentes luttes et les acteurs tracent, il est nécessaire d’analyser en profondeur les représentations, les dynamiques et les objectifs de l’ensemble des luttes dans chaque pays, afin de trouver des similitudes et des différences et ainsi comparer les processus sociaux de chaque société. En ce sens, on peut penser, d’une part, aux luttes comme des tentatives pour produire une société des égaux, conçue et produite en termes relationnels (ou dialectiques) à travers les conflits. Rosanvallon48 parle d’un déchirement de la démocratie produite par une crise de l’égalité, de sorte que « l’idée d’égalité doit être reformulée dans un âge reconnu de la singularité […] qui permette de fonder une véritable théorie générale de l’égalité intégrant ses différentes dimensions afin de donner des bases solides et universalisables aux actions réformatrices »49. Donc, il faudrait chercher les différentes dimensions centrales auxquelles répond cette production de société en Amérique latine et en chaque pays concerné ici50. D’autre part, on pense qu’il est nécessaire d’analyser la manière dont le modèle spécifique de l’Amérique latine, le national-populisme, continue d’être présent dans ces sociétés. Ainsi, il est pertinent d’analyser en profondeur si, dans ces pays, cet axe commande encore les relations sociales et en quoi il constitue la dualité propre du continent, ce qui implique la subordination des catégories sociales, de classe, à des catégories politiques comme Touraine51 l’a analysé. Dans la même ligne, on devrait voir si, au lieu de créer ou de produire une société des égaux, les luttes et les conflits répondent plutôt à une tentative de recréer une nouvelle relation entre les individus et le système politique52. En l’absence d’une relation entre les dimensions objectives et les expériences subjectives dans la vie politique, le modèle national-populaire serait de retour comme seul capable de concilier ces désaccords. Une « place vide53 » qui, en retournant à un modèle temporairement épuisé, refait les liens entre le leader, le militant, le syndicat et le peuple, une place vide qui se remplit à nouveau.

58Enfin, au-delà des couples autonomie / hétéronomie, société des égaux / national-populisme, on peut analyser la dimensionnalité des acteurs. Nous avons vu que les luttes et les conflits sont divers et multidimensionnels. Dans certains cas plus que dans d’autres, on voit que différentes dimensions – sociale, économique, politique et culturelle – sont en tension dans la constitution des acteurs. Chaque acteur répond aux préoccupations, intérêts, dominations ou orientations qui ne convergent pas nécessairement avec l’acteur voisin. C’est pourquoi on peut observer nombre d’ambivalences dans certains cas, comme en témoignent les processus de mobilisation, le changement de logiques d’action, en alternant les adversaires au point qu’on ne peut parler d’acteurs sociaux consistants et intégrés dans un projet dans aucun pays.

  • 54 Pour approfondir, voir Gramsci A., « El Príncipe Moderno », In : Gramsci A. , 2006, Política y Soci (...)
  • 55 Touraine A., 1981, « Une sociologie sans société », Revue française de sociologie, 22-1, p. 10.
  • 56 Marx K., « El dieciocho Brumario de Luis Napoleón », In : Marx K., Engels F. (SinAño) Obras Escogid (...)
  • 57 Pour voir cette idée de manière plus détaillée, voir l’approche de Touraine. Touraine, A. (1968) Le (...)
  • 58 Voir Gramsci A., op. cit. et Gramsci A., 1967, La formación de los intelectuales, Ed. Grijalbo.

59Bien qu’il soit difficile de parler d’un acteur central, le défi est de tenter d’intégrer, de façon logique, mais pas historique, quelques notions ou référents qui orientent la recherche. Les luttes et les conflits expriment, d’une manière ou d’une autre, différents degrés de situations contrastées, qui se manifestent dans des secteurs plus ou moins larges de l’ensemble de la société. Ces situations contrastées peuvent aller de simples désaccords sur des éléments spécifiques dans la direction d’un certain aspect de la vie à des ajustements du bloc hégémonique visant à maintenir le consensus, ou à des crises de légitimité, d’autorité, d’hégémonie (organique) ou même historique54. La question est alors de savoir si l’un de ces groupes se constitue comme un acteur social. Ce qui, tout d’abord, veut dire qu’il est l’expression d’un conflit social entre des acteurs sociaux, à savoir « une interaction dont le résultat invente, produit, ce qui deviendra par la voie de l’institutionnalisation un élément de la situation sociale »55 . Ensuite, il s’agit de voir si les acteurs (sociaux ou non) sont capables de faire valoir leurs intérêts en leur nom propre ou, au contraire, s’« ils ne peuvent pas se représenter, ils doivent être représentés. Leur représentant doit se présenter en même temps que leur maître, comme une autorité sur eux, comme un pouvoir illimité du Gouvernement pour les protéger des autres classes et les envoyer au-dessus de la pluie et du soleil »56. Enfin, il s’agit d’analyser si les acteurs (sociaux) autonomes, qui se représentent eux-mêmes, peuvent ou ne peuvent pas devenir des groupes sociaux fondamentaux, et ce en deux sens : d’une part, si les luttes sont l’expression d’un conflit qui corresponde proprement dit aux rapports sociaux de la société actuelle57 et, d’autre part, mais de manière organiquement liée, s’ils peuvent devenir des groupes capables de générer une hégémonie et un consensus autour d’eux, ce qui veut dire, organiser et diriger la société dans son ensemble58. Il s’agit bien de regarder si les luttes et les conflits actuels en Argentine et au Chili sont l’expression d’une (nouvelle) lutte de classes. Cette question ne peut être résolue que par une approche directe avec la réalité et par un dialogue avec les protagonistes que sont les acteurs et les groupes qui luttent.

Notes

1 Emprunté à Bernard Francq, 1995, « Un socialisme populaire et régional », La revue nouvelle, janvier, p. 13.

2 Voir Touraine, A., 1981, « Une sociologie sans société », Revue française de sociologie, vol. 22, n° 1, pp. 3-13.

3 Les déclarations d’indépendance pour l’Argentine, le 9 juillet 1816 ; le Chili, le 12 février 1818.

4 Cardoso F.E., Falleto E., 1969, Dependencia y desarrollo en América Latina. Ensayo de interpretación sociológica, Mexico : Siglo XXI Editores.

5 Pour une vision « classique », voir Germani, G., 1972, Politique, société et modernisation, Gembloux : Duculot.

6 Cardoso F.E., Falleto E., 1969, Dependencia…, p. 24.

7 Cardoso F.E., Falleto E., 1969, Dependencia…, p 39 ss.

8 Murmis M., Portantiero J., 1972, Estudios sobre los orígenes del peronismo 1, Buenos Aires : Siglo XXI Argentina Editores.

9 Adelantado J., Schreder E., 2008, « Desigualdad, democracia y políticas sociales focalizadas en América Latina », Revista chilena de Administración Pública. 11,. « […] a escala latinoamericana, en estos países se observaban los mayores niveles de gasto social ; la menor heterogeneidad etnocultural ; mayor cobertura del seguro social y de los sistemas educativos y de salud ; los menores niveles de pobreza rural, urbana y total ; los menores índices de concentración del ingreso ; los indicadores más bajos en materia de precariedad laboral y subempleo ; los mejores indicadores en materia de esperanza de vida al nacer, mortalidad infantil, analfabetismo e índices relativos de vida » p. 123.

10 Partido Comunista de Chile : 1922 ; Partido Socialista de Chile 1933 ; Partido Socialista Obrero Argentino 1895 ; Partido Comunista Argentino 1918). Ver pcchile.cl ; pschile.cl ; psa.org.ar ; nuestra-propuesta.org.ar.

11 Salvador Allende, discurso de clausura del primer congreso del partido federado de la Unidad Popular, 24 de junio de 1973.

12 Touraine A., 1988, La parole et le sang. Politique et société en Amérique Latine. Paris : Éditions Odile Jaco. Aussi Touraine A., 1978, La voix et le regard, Paris : Seuil.

13 Touraine A., La parole…, p. 66.

14 Garretón M. A., 2007, « Matriz sociopolítica y desarrollo socio-económico en Chile », Discussion Paper Series, n° 15, IPPG Programme Office, IDPM, School of Environment & Development, University of Manchester.

15 Murmis M., Portantiero J.C., 1972, Estudios sobre los orígenes del peronismo 1. Siglo XXI Editores, Buenos Aires.

16 Faulk K.A., 2008, « If the touch one of us, they couch all of us : cooperativism and counterlogic to neoliberal capitalism », Anthropological Quarterly, Vol. 81, n° 3, pp. 579-614.

17 2006, « Le retour à la normale. Entretien avec Maristella Svampa », Mouvements, vol 5,. n° 47-48, pp. 73-81.

18 Carrillo J.J., 2010, « El neoliberalismo en Chile : entre la legalidad y la legitimidad. Entrevista a Tomás Moulian », Perfiles Latinoamericanos, n° 35.

19 Pour en savoir plus, voir Garreton, op.cit.

20 Portantiero J.C., 1989, « La múltiple transformación del Estado latinoamericano », Nueva sociedad, 104, pp. 88-94.

21 Murmis M., Portantiero J.C, 1972, Estudios sobre los orígenes del peronismo 1. Siglo XXI Argentina Editores, Buenos Aires. p. 11-14.

22 Svampa M, 2007, « Movimientos sociales y escenario político : las nuevas inflexiones del paradigma neoliberal en América Latina », Observatorio Social de América Latina – CLACSO.

23 Svampa M., op. cit.

24 Tous les auteurs cités ici reprennent cette idée et fondent leurs analyses à partir de celle-ci, mais c’est Germani qui a développé cette idée avec plus de systématicité dans Germani G., 1972, Politique, société et modernisation, Gembloux : Duculot.

25 Voir www.clacso.org.ar

26 Au moment d’écrire ces lignes les chronologies sont disponibles jusqu’à avril 2012

27 Conditions, processus de mobilisation, nature et significations de l’action collective, des notions qui composeront l’ensemble de la recherche, ainsi que d’autres termes (décalage aspirations / opportunités, frustration relative, indignation, facteurs internes/externes, etc.) sont des concepts et des idées qui, bien qu’étant appliquées dans un autre contexte et avec d’autres acteurs, sont utiles à notre analyse et sont tirées de Lapeyronnie D., 1987, « Assimilation, mobilisation et action collective chez les jeunes de la seconde génération de l’immigration maghrébine ». Revue française de sociologie, vol 28, n° 2, pp 287-318.

28 Cortés R., 2003, « La crisis argentina de 2001-2002 », Cuadernos de Economía, vol 40, n° 121, pp. 762-767.

29 Pour l’année 2002, la pauvreté était de 45,4 % et la pauvreté urbaine de 20,9 % (Comisión Económica para América Latina - CEPAL). Voir ww.eclac.org/estadisticas

30 Après cette année, la CGT sera divisée entre une CGT plus orientée à générer des accords avec le gouvernement et une CGT « dissidente », dirigé par Hugo Moyano, encore aujourd’hui à la tête de l’organisation.

31 Marcha Grande por el Trabajo : elle a commencé le 26 juillet et a demandé au gouvernement l’assurance-chômage pour les chômeurs chefs de foyer et d’allocation par l’enfant. Elle a quitté Rosario pour atteindre Buenos Aires le 9 août.

32 S’il est clair que les nouvelles au sujet de falsification des chiffres de l’administration Argentine complique un peu les choses, dans ce travail, ce qui compte c’est de réaliser que les Argentins ont une vie complètement différente de celle qu’ils avaient en 2000. Les chiffres ne sont qu’indicatifs et on ne peut tirer d’analyse à partir de ceux-ci.

33 À titre d’exemple, l’Union des employés de commerce - SEC à Buenos Aires ; le syndicat de l’Union des industries chimiques et pétrochimiques SPIQyP à Zarate et à Campana ; travailleurs de l’Union ouvrière métallurgique – UOM à La Matanza ; le syndicat des Travailleurs unis du pétrole et des hydrocarbures SUPeH de Mendoza ou les ouvriers employés par les Mères de la Fondation de la Plaza de Mayo.

34 Après ils vont se confronter.

35 Par exemple, en Février forçant Shell pour maintenir le prix du carburant.

36 Une réflexion sur la relation autonomie / hétéronomie est développée par Dubet F., 1987, La galère : jeunes en survie, Paris : Fayard.

37 Ainzúa S., Crisis económica en Chile : La evidencia de problemas profundos.

38 Universidad Metropolitana de Ciencias de la Educación, ex Pedagógico

39 Ce sont les données de 2009. Actuellement vient de paraître une nouvelle enquête de caractérisation socio-économique (2012) qui est en débat en raison des pressions exercées par le gouvernement sur la Commission Économique pour l’Amérique latine - la CEPAL - pour inclure des questions qui mettent en cause la comparabilité par rapport aux années précédentes.

40 En Septembre, le soutien est d’environ 80 %, selon l’enquête Adimark. Voir Encuesta : Evaluación Gestión del Gobierno. Informe mensual Septiembre 2011. www.adiark.cl.

41 Junta Nacional de Auxilio Escolar y Becas.

42 Leurs revendications sont les suivantes : plus de bourses d’études, l’expansion du Fondo Solidario au détriment des crédits avec la garantie de l’État (CAE), l’augmentation de bourses d’entretien et de nourriture, entre autres.

43 « [...] La principale revendication des étudiants est le changement du système politique, en particulier dans ses structures et l’inclusion de la participation sociale et civique de la réforme » (Cronologías del Conflicto Social, Chile, abril 2011, p. 4).

44 « 1800 heures » consistait à courir autour du palais du gouvernement symbolisant les heures de l’argent (en millions de dollars) pour financer les coûts de l’enseignement gratuit (du 13 Juin to 27 Août) ; « Besatón » : le 6 juillet, des élèves du secondaire se sont embrassés pendant 1.800 secondes dans l’ensemble du pays ; « Thriller » : plus de 3.000 personnes ont dansé la chanson de Michael Jackson habillés comme des zombies devant le palais présidentiel le 24 Juin.

45 Chile – Cronología del conflicto social de junio de 2011, OSAL, p. 13.

46 www.elciudadano.cl ; www.theclinic.cl.

47 Hérault B., Lapeyronnie D., 1998, « Le statut et l’identité. Conflits sociaux et protestation collective », In : Galland O., Lemel Y., La nouvelle société française. Trente années de mutation. Paris : Armand Colin.

48 Rosanvallon P., 2011, La société des égaux, Paris : Seuil.

49 Rosanvallon P., 2011, La société des égaux…, p. 354, l’italique est de nous.

50 Rosanvallon parle de singularité, réciprocité et communalité. Il faudrait aussi voir si ces concepts correspondent aux deux pays, en insistant sur l’universalité de Rosanvallon, ou par contre, s’il y a d’autres notions qui font plus sens.

51 Touraine A., 1988, La parole et le sang. Politique et société en Amérique Latine, Paris : Odile Jacob.

52 Voir Martuccelli D., Svampa M., 1997, La plaza vacía. Las transformaciones del peronismo, Buenos Aires : Editorial Losada, pour un développement plus profond de cette idée.

53 Nous reprenons le titre du beau livre de Martuccelli et Svampa.

54 Pour approfondir, voir Gramsci A., « El Príncipe Moderno », In : Gramsci A. , 2006, Política y Sociedad. Santiago : Editorial Centro Gráfico.

55 Touraine A., 1981, « Une sociologie sans société », Revue française de sociologie, 22-1, p. 10.

56 Marx K., « El dieciocho Brumario de Luis Napoleón », In : Marx K., Engels F. (SinAño) Obras Escogidas, Moscú : Editorial Progreso, p. 173.

57 Pour voir cette idée de manière plus détaillée, voir l’approche de Touraine. Touraine, A. (1968) Le mouvement de mai ou le communisme utopique, Seuil, Paris, 1968.

58 Voir Gramsci A., op. cit. et Gramsci A., 1967, La formación de los intelectuales, Ed. Grijalbo.

Auteur

Boursier doctoral du Programa de capital huamano avanzado, Comision nacional de investigacion cientifica y tecnologia, – CONICYT, Chile ; doctorant au CriDIS (UCL).

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search