Version classiqueVersion mobile

Être curieux en sociologie

 | 
Bernard Francq
, 
Philippe Scieur

La curiosité des doctorants

La curiosité des doctorants

Texte intégral

« Le sociologue est un homme sans pouvoir, probablement même mal accepté et qui est dans la situation ambiguë où se trouve l’historicité elle-même : au centre de la société, mais cachée par des conflits dont elle est l’enjeu. C’est parce qu’il révèle les rapports sociaux qu’on lui prête le pouvoir de les créer, mais son intervention doit écarter cette erreur, puisqu’elle montre que les mouvements existent plus profondément que leur organisation et que leur idéologie. »
Alain Touraine, La voix et le regard, Paris, Seuil, p. 305

1 Diriger des thèses, promouvoir – puisque tel est le titre de « promoteur » de thèse – une recherche qui est portée par une rencontre – qui tient souvent au hasard, à l’aléatoire comme au choix le plus assuré – où se joue une relation autonome, dépendante pour produire un savoir. Avec la responsabilité dont parle Touraine – le sociologue homme sans pouvoir qui révèle les rapports sociaux – qui fait que la rencontre marche ou ne marche pas. Bien des projets de thèse sont restés à l’état d’ébauche par manque d’énergie réciproque. Ceux qu’on va découvrir ici reflètent chez le promoteur un goût assez éclectique – au sens « qui a des goûts très divers » selon le Robert – pour lesdits rapports sociaux même s’il ne se fait guère d’illusion sur « la révélation » qui les inscrit dans le savoir commun.

2Quatre rencontres donc. L’une animée par une curiosité sur les luttes qui se déroulent dans deux sociétés – le Chili et l’Argentine – ; une deuxième organisée autour d’une interrogation sur l’importance des familles monoparentales à Bruxelles ; une troisième orchestrée autour du rôle de la police locale ; une quatrième, enfin, autour d’un singulier problème, celui de ce que deviennent les déchets nucléaires dans une société comme la Belgique. Un bref mot sur chacune de ces rencontres.

  • 1 Il s’agit de voir si les acteurs (sociaux ou non) sont capables de faire valoir leurs intérêts en l (...)

3Nicolas Orellana Aguila est chilien. Anthropologue de formation, il s’est posé la question de ce que pouvait encore représenter une lecture des luttes en cours dans son pays en termes de classes sociales. Sujet de son travail de fin d’études qui me remit devant l’obligation de relire Marx, mais aussi Poulantzas et des textes de Touraine sur les anciennes et nouvelles classes sociales. Sujet difficile car il exige un travail temporel de reconstruction des types de luttes et des comparaisons « parlantes » ; c’est comme cela que nous avons choisi l’Argentine. Le texte qu’on lira est une première tentative pour discerner les différents acteurs et se demander en quoi cette fameuse phrase de Marx dans le 18 Brumaire de Louis-Napoléon Bonaparte1 a encore une consistance réelle pour interroger des sociétés à la recherche d’elle-même. Il y est fortement question de démocratie. Il y sera aussi question de savoir pourquoi les sujets luttent.

  • 2 Il s’agit du programme Prospective Research for Brussels.

4Martin Wagener est devenu depuis le colloque docteur en sociologie à part entière. Notre rencontre s’est faite autour des politiques menées à Bruxelles vis-à-vis des sans-abri, sujet qu’il connaît éminemment bien puisqu’il a participé de près au premier comptage des nuitées et des prises en charge de ces personnes. Il se fait qu’avec un vieux complice – Mark Trulleman – nous nous interrogions sur le nombre croissant de femmes en situation de monoparentalité en région bruxelloise dans le cadre d’une institution comme Actiris et du Pacte territorial pour l’Emploi. Que signifiait cette croissance ? En quoi était-elle portée par des politiques adéquates qui visaient à rencontrer les problèmes de ces femmes au niveau de leur logement, de leur emploi – ou non-emploi – au niveau de leurs relations avec leurs familles, leurs voisins…? Nous avons défini un programme de recherche porté avec Olivier Masson dont il sera question plus loin et qui s’intitulait « Trajectoires de monoparentalité : relations au travail et au logement ». Ce projet se voulait ambitieux cherchant sur base de la combinaison entre trois démarches – approche quantitative, approche biographique et approche interventionniste – à rencontrer le souci d’améliorer la connaissance des situations monoparentales. Restait à trouver le chercheur qui effectuerait cette recherche. Martin parlait les deux langues couramment, ce qui était nécessaire pour mener à bien la démarche à Bruxelles, région bilingue. Notre projet fut déposé dans le cadre du financement que la région bruxelloise développe pour soutenir des projets de thèse2. Le texte qu’on va lire est le reflet d’une première étape de la recherche où Martin Wagener explicite ses choix théoriques et méthodologiques et montre ce que le concept d’épreuve – au sens de Danilo Martuccelli – fait à la sociologie. À n’en pas douter il assure à ce qui deviendra une thèse remarquable son fil rouge, d’autant plus qu’il est un exemple de sociologie publique telle que C.W. Mills et M. Burawoy la définissent. Comme le rappelait Burawoy dans sa contribution « For public sociology » publiée dans l’American Sociological Review, en février 2005, « Grand défenseur de la sociologie publique classique, Charles Wright Mills y voyait, comme bien d’autres depuis, l’essence de la sociologie. Il invoquait les pères fondateurs pour lesquels les entreprises académiques et morales étaient indissociables ». Il affirmait que « Le projet d’une telle sociologie publique est de rendre visible ce qui est invisible, de faire que le privé devienne public, de légitimer ces relations organiques en en faisant des aspects à part entière de notre vie sociologique. » Ce caractère public ne dépend pas seulement des conditions de financement de la recherche (Région Bruxelles-capitale et Actiris – M. Courthéoux et M. Trulleman – sans qui ce projet n’aurait pu voir le jour), mais des réseaux mis en place pour réaliser la thèse : collaboration avec la plateforme des intervenants sociaux réunis par Actiris, avec l’Université Populaire des Parents, avec le réseau milieu ouvert… . Aussi le thème de la monoparentalité a-t-il été abordé non en soi, mais par rapport aux enjeux collectifs qu’il soulevait et aux tensions qui traversent ces enjeux. M. Wagener a œuvré et dans son analyse et dans son écriture à ce que les différentes dimensions de ces tensions soient exposées et restituées auprès des acteurs ayant collaboré de près ou de loin à la recherche. En ce il a fait une thèse qui correspond à l’esprit sociologique tel que le Cadis l’a toujours promu. M.Burawoy invité au Cadis se trouvait tout à fait à l’aise, comme chez lui. M.Wagener s’est inséré dans cet état d’esprit qui fait que sa thèse est de la sociologie « intéressante ». Si pour M. Wagener, reprendre un projet de recherche à son compte constituait une gageure, pour moi cela représentait « refaire » une thèse à plus de 60 ans… Ce ne fut pas sans difficulté, ma mobilité réduite m’empêchant de suivre sur le terrain toutes les rencontres que Martin y faisait. Un dernier mot : la thèse de M. Wagener annonce dans les années à venir une possible sociologie des classes populaires qui fait défaut à la sociologie belge francophone trop cantonnée à une sociologie de la pauvreté, voire de la précarité. Au pire à une certaine ethnologie misérabiliste qui continue à mélanger domination sociale et séparation culturelle, au plus loin d’une analyse des problèmes publics que rencontre une démarche sociologique capable de rendre compte de cette double dimension pour la dépasser. En replaçant au centre de la sociologie publique la question démocratique.

5Justement, c’est encore celle-ci qui est au cœur de la rencontre faite avec Claude Bottamedi. Ayant une formation de criminologue, il avait tenu à faire un diplôme complémentaire en sociologie. Nous nous sommes rencontrés dans le cadre du cours de sociologie du travail qui ne ménageait pas les étudiants ni en lecture ni en débats portant sur les politiques économiques, sociales et… syndicales. Claude était – est – policier, actuellement chef d’une zone de police pluricommunale. Il a un parcours singulier : d’abord agent de police à la police communale de Charleroi, membre du service « Police secours », il a obtenu le brevet de commissaire de police qui constituait à l’époque la condition formelle pour devenir officier de police. Il a été engagé à la brigade de Charleroi, section « hold-up » (enquêtes sur des « braquages » de bureaux de poste, des attaques de fourgons et autres lieux conservant des biens de grande valeur, mais aussi lors des services de garde, participation à de nombreuses investigations, notamment en matière d’homicide). Le hasard de l’attribution de certains dossiers et sa connaissance de l’italien l’ont amené à réaliser pas mal de commissions rogatoires en Italie et à s’intéresser à la criminalité organisée italienne. C’est cet intérêt qui a motivé sa demande d’affectation à la Brigade nationale de la police judiciaire (BNB) à Bruxelles, plus particulièrement chargée des enquêtes à dimension internationale, initiative fortement encouragée par la direction du service. En 2002, il s’est lancé dans l’aventure de la réforme des polices en postulant un mandat de chef de corps d’une zone de police, poste qu’il occupe encore en exerçant un troisième mandat. Notre rencontre tient à un intérêt mutuel porté au rôle de la police dans une société démocratique. J’avais en 1986 avec François Dubet et Didier Lapeyronnie participé à une formation sur la recherche des conduites marginales des jeunes telle qu’elle avait donné lieu au livre de Dubet, La galère. Cette formation qui se tenait au Centre de Vaucresson mettait en présence des policiers, des conseillers d’orientation scolaire, des éducateurs de rue et des travailleurs sociaux. Nous avions vite compris que ceux qui étaient présents sur le terrain 24h sur 24 étaient les policiers et qu’ils servaient de plaque tournante aux différents intervenants pour régler des problèmes qui ne se résumaient pas à exercer de la répression. La recherche menée en 1990 par Michel Wieviorka sur le racisme en France avec des policiers municipaux confortera ma certitude quant au rôle de la police et son rapport – difficile – à la démocratie. Le livre de Dominique Monjardet en 1996 viendra confirmer la nécessité d’étudier la police autrement que comme un « objet sale ». C’est autour de ce livre que Claude Bottamedi et moi nous sommes retrouvés. Pour faire quoi ? Une enquête sur ce qui a débouché sur la réforme des polices suite à l’affaire Dutroux et sur le travail policier dont on sait peu de choses. Ce sont les deux aspects de la contribution qu’on lira, la première partie étant consacrée à l’absence de curiosité du monde scientifique à l’endroit d’une institution empreinte de préjugés, la seconde sur une première lecture de ce qu’est devenue ladite réforme depuis 2000. Au moment où j’écris ce texte (décembre 2013), je viens de relire la thèse de Claude et de me souvenir que j’ai fait ma thèse alors que je travaillais. Souvenir ni triste, ni joyeux, mais un sentiment prégnant de distance avec sa famille, une fatigue incommensurable, une volonté sans failles à mener son travail de recherche à terme. Certains m’ont souvent reproché ma dureté avec de jeunes chercheurs qui étaient financés pour « faire leur thèse » et qui se plaignaient de la dureté du métier. C’est de là que ça vient. Avec Claude Bottamedi, pour assurer le suivi de la thèse, nous avons fait les entretiens ensemble et dans des conditions à nulle autre pareille puisque sa réputation de sérieux, son côté débateur public sur le rôle de la police nous a fait rencontrer tout ce qui de près ou de loin avaient été ou étaient les acteurs de la réforme des polices.

6Avec Grégoire Lits, la rencontre se joue autour de la démarche qu’Yves Sintomer préconisait en matière de participation au débat public. En faisant un stage dans le groupe de recherche piloté par Yves dont il sera question plus loin, Grégoire a fait le choix de s’intéresser à un sujet à risque, au simple et au figuré. La gestion des déchets nucléaires et plus largement la place des savoirs générés par cette gestion. Ici, la contribution porte sur un panorama historique du rôle des chercheurs en sciences sociales dans la gestion des « aspects sociaux » du nucléaire afin de prendre la mesure des enjeux du « tournant délibératif ». C’est là qu’il y a nécessité à dépasser une démarche qui se cantonne souvent à retracer les tenants et aboutissants de la prise de décision pour se centrer sur la nature des controverses, cette notion étant au centre de la problématisation sociologique proposée par Callon, Barthe et Lascoumes dans leur livre Agir dans un monde incertain. L’enjeu de la thèse de Grégoire Lits est d’insister sur le caractère positif pour la société du déploiement (par les acteurs et par les chercheurs) des controverses dans les différents domaines d’action publique. La controverse devient alors un modèle de procédure démocratique caractérisée par la double remise en cause de la délégation des décisions aux scientifiques et aux politiciens, puisqu’elles sont « porteuses d’une meilleure articulation entre science et société » (Lascoumes) et repose sur l’idée de la reconnaissance de la capacité critique des acteurs. Ici aussi, la curiosité est plus que présente ; elle porte une interrogation sur le devenir démocratique du développement des savoirs et des techniques. C’est bien d’action publique dont il s’agit.

***

7Je me disais, en commençant cette présentation, éclectique quant à mes choix de promoteur. C’est dire que le thème, le sujet, la question, le problème… tout ce qui peut qualifier une curiosité importe, mais que l’essentiel se trouve dans la rencontre et le travail en commun qu’il génère. Des quatre contributions présentées ici, je retrouve ce qui fait le sens de la notion de « promoteur ». Non pas celui de promotion – les carriéristes ne sont guère venus me voir pour effectuer leur petit cursus protégé –, mais celui de se mouvoir – « on move » comme on dit en langage jazzistique –, se mettre en action pour encore et toujours s’intéresser aux rapports sociaux et culturels. C’est là que se situent les exigences de la rencontre.

Notes

1 Il s’agit de voir si les acteurs (sociaux ou non) sont capables de faire valoir leurs intérêts en leur nom propre ou, au contraire, s’« ils ne peuvent pas se représenter, ils doivent être représentés. Leur représentant doit se présenter en même temps que leur maître, comme une autorité sur eux, comme un pouvoir illimité du Gouvernement pour les protéger des autres classes et les envoyer d’au-dessus de la pluie et du soleil. », Marx, K. “El dieciocho Brumario de Luis Napoleón”. In : Marx, K.; Engels, F. (SinAño) Obras Escogidas. Editorial Progreso, Moscú, p. 173.

2 Il s’agit du programme Prospective Research for Brussels.

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search