Version classiqueVersion mobile

Être curieux en sociologie

 | 
Bernard Francq
, 
Philippe Scieur

Alain Touraine

Alain Touraine

Texte intégral

« Je me définissais au début de mon travail comme sociologue de l’action ; je préfère aujourd’hui me dire sociologue du sujet et des acteurs. C’est pourquoi je peux parler d’ère post-sociale et post-historique. Ce qui est très loin des pensées prudentes de la pensée politique qui me semble recueillir l’héritage intellectuel des social-démocraties européennes, au moment où celles-ci sont partout épuisées. »
Blog d’Alain Touraine, jeudi 18 juillet 2013

1 Alain Touraine m’a fait l’immense amitié d’avoir répondu à mon invitation. Quand j’avais 40 ans, il m’a donné confiance pour réaliser une thèse de doctorat qui semblait improbable, avec un défi de taille : faire LE livre sur le mouvement ouvrier en Belgique. Près de trente ans se sont écoulés depuis et comme sujet personnel, je me reconnais dans cette phrase de René Char : « Il n’y a que deux conduites avec la vie : ou on la rêve ou on l’accomplit », même si dans la curiosité, il y a aussi une part de rêve.

2Touraine m’a poussé à réaliser ce rêve. Je l’ai rencontré quand j’étais étudiant en sociologie à l’UCL en 1969 où il avait impressionné bien de mes amis par sa capacité analytique et son engament. Nous lisions plus La conscience ouvrière que le Que faire ? de Lénine. Je le retrouverai dans des circonstances plus noires après le coup d’État de Pinochet en 1973. Je n’ai pas été dans la « garde rapprochée des années 70 au moment où Touraine mettait en discussion son livre Production de la société, mais j’ai été de suite passionné par son programme sur les « nouveaux » mouvements sociaux et la mise à l’épreuve de la méthode de l’intervention sociologique. C’est là que je vais le retrouver après un apprentissage de celle-ci avec François Dubet, Adil Jazouli et Didier Lapeyronnie pour devenir le quatrième mousquetaire – Portos bien entendu ! – dans un contexte dramatique en 1984 avec les luttes pour le sauvetage de la sidérurgie liégeoise. La recherche menée à Seraing a servi de base pour le chapitre sur la jeunesse ouvrière de La galère, que Dubet présentera comme son doctorat d’État, livre devenu un classique, livre qu’il faut lire pour voir ce que produisent des interventions sociologiques et une construction analytique comparative. J’avais organisé cette recherche à Seraing en dehors de tout cadre universitaire avec quelques amis – Jean-Pierre Bartholomé, Georges Vallée, Georges Peters, Françoise Goffinet – et nous avions constaté que, mis à part un cinéaste comme Manu Bonmariage, nous étions bien seuls à nous intéresser aux conduites ouvrières.

3C’est à la suite de cette recherche que Touraine a souhaité me rencontrer. Il m’a demandé où je travaillais et ce que je faisais (« animateur socioculturel » à l’époque). C’est là qu’il m’a encouragé à faire une thèse sur le mouvement ouvrier en Belgique sous sa direction. Je suis devenu membre du Centre d’analyse et d’intervention sociologique (CADIS) en 1985, j’ai fait mon DEA à l’École des hautes études en sciences sociales, enchaîné une recherche sur les rapports entre minorités à Anderlecht, puis celle sur Flémalle avec Lapeyronnie à la demande d’André Cools. Ça deviendra un livre au titre noir – Les deux morts de la Wallonie sidérurgique – qui n’a guère enchanté André Cools à sa lecture puisque nous montrions la disparition d’un modèle d’action syndicale et politique qu’André Renard et les militants syndicaux avaient créé, développé. Touraine qui connaît très bien l’histoire du mouvement ouvrier en Belgique nous a servi d’aiguillon tout au long des séminaires du Cadis entre 1985 et 1989 pour nous forcer à affiner nos analyses – je dis « nous » car tout cela ne s’est pas fait sans Didier Lapeyronnie et son soutien indéfectible tout au long de ces quatre ans de recherche. J’ai présenté ma thèse à l’UCL en avril 1989 puisque le FNRS m’avait attribué une bourse spéciale de doctorat qui m’obligeait à présenter ma thèse dans une université belge. Jean Remy a bien voulu à l’époque servir de « passeur » pour instruire cette demande et me permettre de présenter ma thèse… sous le regard bienveillant de Touraine. Je suis devenu dès septembre 1989 professeur invité à l’Université de Limoges, puis en 1993 j’ai rejoint l’Université de Louvain, abandonnant mon statut de membre de la fonction publique française. J’y reviendrai.

4Dès 1989, Touraine avait consacré son séminaire à la Critique de la modernité et nous incitait à repenser le programme sociologique autour du concept de sujet personnel. Nous l’avons suivi à quelques-uns sur cette voie, que ce soit à propos de l’analyse du cancer avec des groupes de patients (Philippe Bataille) qu’à celui des rapports entre générations et plus emblématiquement du rapport à l’Autre dans un contexte urbain (La ville incertaine).

5Alain Touraine a toujours été là pour faire évoluer ma vie intellectuelle. Il était indispensable que je lui demande comment il voyait les tâches de la sociologie aujourd’hui. Le texte qui suit annonce ce qui deviendra son livre La fin des sociétés paru fin 2013 où il assume cette posture post-historique dont le challenge est de trouver de plus en plus d’explications non sociales du social. Nous sommes bien au-delà de la curiosité au sens premier du terme puisqu’il s’agit de prendre parti dans un engagement pour le sujet personnel et de ses droits. Mais tout commence par une métaphore avec celle de l’arbre et du jardin.

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search