Version classiqueVersion mobile

Être curieux en sociologie

 | 
Bernard Francq
, 
Philippe Scieur

D’une épistémologie en sociologie, en « nous » et en « je », indissociables

Philippe Scieur

Texte intégral

1La curiosité en sociologie est autant une posture qu’une démarche. Elle relie ainsi indubitablement le sociologue et sa sociologie, en le poussant à l’inédit, à l’aventure, au risque… à la recherche, en fait. Cette posture épistémologique évacue tout scientisme et tout sociologisme, se gardant de la tentation, en période d’incertitude sociétale, de l’absolutisme gnoséologique d’une science dite exacte. Elle révèle un parti pris du chercheur, celui de la modestie, qui consiste à concevoir son action de recherche au plus près de la réalité, en refusant toute hiérarchisation sociale liée au savoir mobilisé et construit, en reconnaissant la profonde humanité des autres, ceux qui sont « objets » et « sujets » de l’investigation, en reconnaissant ses préjugés comme variables à neutraliser, au mieux, si possible. Cette posture appelle une démarche rigoureuse méthodologique, qui autorise l’engagement et la distanciation du chercheur, en tension dialogique, et qui laisse de l’espace au nécessaire débat en « collège ». L’objectif est de proposer une interprétation du social dans sa complexité, et d’éviter l’écueil de l’inconsistance des résultats ou le piège de la réduction de l’analyse empirique à de la simple description, à de l’idéologie ou encore à du catalogue.

  • 1 Francq B., Lapeyronnie D., 1990, Les deux morts de la Wallonie sidérurgique, Bruxelles, CIACO.

2La curiosité, en effet, incite à oser, par exemple, proposer une explication féconde de la transformation du mouvement ouvrier belge, à l’aune d’une part de l’histoire sociale et de celle d’un homme, une figure : André Renard, mais aussi d’autre part d’une société en quête de sens d’elle-même. Cela donne une thèse de doctorat remarquable et un ouvrage qui l’est tout autant : Les deux morts de la Wallonie sidérurgique1, dont la robustesse compréhensive n’a jamais décliné, au contraire. Ainsi, la curiosité conduit le sociologue à porter son regard au-delà d’un simple champ d’investigation, terrain de reconnaissance professionnelle d’une expertise, qui se transforme souvent en « pré carré » institutionnel, confortable et surtout bien gardé. La curiosité invite au voyage au-delà des objets et des champs pour finalement converger vers l’essentiel disciplinaire : le questionnement sur le vivre ensemble comme forme sociale, au sens de Simmel. Là alors se rencontre l’indispensable exigence de généralisation du travail sociologique.

3 Comment dès lors, avec curiosité, peut-on comme chercheur, apprendre de nous-mêmes ou de notre expérience ? Comment peut-on penser le changement social ou sociétal et mettre à l’épreuve les catégories explicatives qui y sont associées ? Les contributions de cet ouvrage répondent à ces questions, avec humilité certes, mais avec une ambition réussie, celle de faire progresser le questionnement et la connaissance sociologiques, avec rigueur et opportunité.

  • 2 Une partie de la dédicace que B. Francq m’a écrite sur le livre en 2003 La ville incertaine. Politi (...)

4Le programme d’échanges, par le colloque et l’exercice d’édition, a conduit à cet ouvrage, véritable production collective très féconde. Il se fonde bien sûr sur le travail de Bernard Francq et la manière dont il a construit sa sociologie, à partir d’une grande connaissance théorique, pratiquement encyclopédique, d’un souci permanent d’un rapport au terrain qui pose l’empirie comme une exigence fondamentale de la recherche, d’une volonté praxéologique affirmée d’intervenir auprès des acteurs de terrain (des gens vrais2) et de pratiquer une science de l’action sociale, et enfin d’une traduction pédagogique de son expérience vis-à-vis de ses étudiants, de ses chercheurs et doctorants ainsi que de ses collègues.

5Trois notes de piano, répétées trois fois, avec des variantes, discrètement introduites par la contrebasse et les cymbales, justes effleurées… « So What » débute, « Kind of Blue » aussi. C’est en « live ». Miles est là, John, Julian, Paul, Winton et Jimmy également. Et Bill, évidemment. Et le bonheur continue… tout comme le travail sociologique… et l’amitié, sans doute aucun.

Notes

1 Francq B., Lapeyronnie D., 1990, Les deux morts de la Wallonie sidérurgique, Bruxelles, CIACO.

2 Une partie de la dédicace que B. Francq m’a écrite sur le livre en 2003 La ville incertaine. Politique urbaine et sujet personnel, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant.

Auteur

Professeur ordinaire UCL-Mons, directeur du Cerio.

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search