Version classiqueVersion mobile

Juger en temps de troubles

 | 
Romain Parmentier

Préface

Xavier Rousseaux

Texte intégral

  • 1 Jan Albert Vanhoutte, Onze zeventiende eeuw, « ongelukseeuw » ?, Bruxelles, Académie royale flamand (...)

1Le XVIIe siècle est une période peu connue dans les Pays-Bas. En particulier, la vie sociale des gens ordinaires de ce « Siècle de malheurs », qui dans sa seconde moitié n’a guère bonne presse, reste peu connue. Contrairement à nos voisins néerlandais ou français, la période apparait aux historiens belges, au contraire d’un âge d’or, synonyme d’une période morose. L’éloignement du pouvoir espagnol, les épidémies, un refroidissement climatique entrainant une crise rurale, un marasme économique et un assoupissement intellectuel, et surtout depuis 1635, la reprise des guerres incessantes entre les puissants voisins, France et Provinces-Unies paraissent les principales causes de cette morosité. Les Pays-Bas retrouvent leur rôle de champ de bataille de l’Europe et l’historiographie dresse un portrait désabusé des temps1.

  • 2 Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, « La violence et la peur. Des mentalités et de mœurs à Saint Hubert au (...)
  • 3 Louis d’Arras d’Haudrecy, Michel Dorban, Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, La criminalité en Wallonie. T (...)

2La présence de la guerre se marque dans les murs d’une ville comme Namur, à travers la mémoire de l’occupation française, la construction de l’Arsenal et les transformations de la Citadelle. Mais comment cette époque de crise est-elle vécue au quotidien par les Namurois ? À l’instar d’autres villes et bourgades des Pays-Bas (Saint-Hubert, Nivelles, Ath, )2, Romain Parmentier a choisi de l’aborder par l’analyse des archives de la Haute Cour, principale cour de justice de la cité mosane. L’analyse de sources judiciaires de 1650 à 1700 s’inscrit dans un courant de travaux sur l’ordre et le désordre dans les régions constituant actuellement la Wallonie3. Dans un florilège de recherches menées surtout sur le XVIIIe siècle, cet ouvrage apporte un éclairage nouveau sur la période antérieure, souvent négligée pour raison de lacunes archivistiques.

3 En étudiant le fonctionnement d’une institution fondamentale de la vie urbaine sous l’Ancien Régime, la justice, ce jeune historien touche au cœur du lien social. En effet, comme dans de nombreuses villes et villages des Pays-Bas, à Namur, les autorités judiciaires constituent également un élément du pouvoir politique local. Le Magistrat de Namur dirige la vie de la cité et, dans leurs attributions judiciaires, le mayeur et ses échevins contrôlent, voire répriment, les désordres dans l’espace urbain. Saisir leur activité pénale au quotidien, c’est entrer dans les préoccupations des élites, obsédées par le maintien de l’ordre troublé par les « misères de la guerre », et des habitants de la ville mosane tentant de survivre aux perturbations qui s’abattent sur eux.

  • 4 Aude Musin, Sociabilité urbaine et criminalisation étatique. Les justices namuroises face à la viol (...)

4Phénomène plutôt rare pour les provinces « wallonnes » des Pays-Bas, Namur dispose heureusement d’archives administratives et judiciaires abondantes depuis le XIVe siècle, et relativement préservées des aléas de l’histoire, ce qui a permis de déployer une série de recherches sur le fonctionnement du pouvoir et de la justice en milieu urbain, du Moyen Âge à la période française4.

5Le tableau dressé approfondit les études classiques de criminalité par une analyse fine des rapports entre autorités, juges et citadins, ainsi que de certaines spécificités propres à l’époque, notamment les préoccupations réglementaires de l’échevinage, le poids de la guerre, voire l’expression d’une « peur » et d’un pessimisme ambiant. La pesée de l’activité judiciaire met en évidence les variations dans les poursuites et surtout la diversité du « crime » sous l’ancien régime : de la contravention à l’ordonnance locale, au suicide, en passant par le vol ou l’« excès ». L’analyse des grandes catégories de crimes confirme la trilogie d’ancien régime : violence, atteintes aux mœurs et vols ainsi que la domination masculine dans la déviance, au moins en termes d’accusés. Quant aux peines, l’échevinage fait largement usage de l’amende pécuniaire, même si les femmes, moins nombreuses à être sanctionnées, sont davantage atteintes dans leur corps (bannissement, peine corporelle). Enfin, l’auteur confronte les discours justificatifs des parties qui se construisent et s’affrontent, parfois par avocats interposés, lors des procès. Loin de se limiter au sommet de la pyramide, l’ouvrage met en évidence combien, habilement interrogée, l’archive judiciaire se révèle à la fois témoin du désordre et de l’ordre, donc des rapports sociaux au quotidien dans une hiérarchie sociale complexe. De la poursuite à la sanction en passant par les différents stades du procès, l’approche de l’ordre et des désordres en ressort singulièrement approfondie, notamment dans les analyses de la violence ou du vol ou encore la mise en évidence des discours et des stratégies des acteurs, magistrats comme prévenus, face à la déviance.

6À travers le cas namurois, c’est à une meilleure connaissance de la société troublée de ce second XVIIe siècle que l’auteur apporte une contribution substantielle. Elle fait figure de modèle à des recherches comparables dans d’autres villes ou régions rurales. Elle s’inscrit parfaitement dans cette collection dont le titre « Histoire, justice, sociétés » souligne la place centrale de l’activité judiciaire dans la compréhension de la société du passé.

Notes

1 Jan Albert Vanhoutte, Onze zeventiende eeuw, « ongelukseeuw » ?, Bruxelles, Académie royale flamande, 1953.

2 Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, « La violence et la peur. Des mentalités et de mœurs à Saint Hubert au XVIIe siècle », in Saint-Hubert d’Ardenne, Cahiers d’histoire, 2, 1978, p. 55-92 ; Xavier Rousseaux, « Tensions locales et menaces extérieures. Criminalité et répression dans la région nivelloise (seconde moitié du XVIIe siècle), in Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, Xavier Rousseaux (éd.), Crimes, pouvoirs et société (1400-1800), Pays-Bas méridionaux et Principauté de Liège, Kortrijk-Heule, p. 111-146 ; Stéphanie Manfroid, « La criminalité dans la châtellenie d’Ath au XVIIe siècle », in Annales du Cercle royal d’histoire et d’archéologie d’Ath et de la région et musées athois, 55, 1996-1997, p. 155-221.

3 Louis d’Arras d’Haudrecy, Michel Dorban, Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, La criminalité en Wallonie. Trois essais, Louvain, Bibliothèque de L’Université de Louvain, 1976 ; Dupont-Bouchat, Rousseaux (ed.), Crimes, pouvoirs et sociétés…

4 Aude Musin, Sociabilité urbaine et criminalisation étatique. Les justices namuroises face à la violence de 1363 à 1555 (thèse de doctorat, Université catholique de Louvain, inédite) ; Sarah Auspert, Isabelle Parmentier, Xavier Rousseaux (éd.), Buveurs, voleuses, insensés et prisonniers à Namur au XVIIIe siècle. Déviance, justice et régulation sociale au temps des Lumières, Namur, Presses Universitaires de Namur, 2012 ; Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, Xavier Rousseaux (éd.), Juges, délinquants et prisonniers dans le département de Sambre-et-Meuse (1794-1814), Annales de la Société archéologique de Namur, t. 72, 1998.

© Presses universitaires de Louvain, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search