Version classiqueVersion mobile

Le tribut des temps troubles

 | 
Amandine Thiry

Conclusions

Texte intégral

  • 790 Michel Bailly, « Un des derniers survivants du procès Rinchard se souvient. Péril et injustice de l (...)

1« Nous en aurions abattu bien davantage [des collabos] à la fin de la guerre, si nous n’avions pas, alors, espéré que la Justice les frapperait après la libération790 ». Tenus en 1991 par un résistant impliqué dans l’une des affaires d’homicides étudiées, ces propos renvoient aux réalités crues qui ont coexisté avec l’attente de la liberté, durant l’été 1944. Sans surévaluer le poids de ce témoignage – du reste sorti de son contexte et recueilli près d’un demi-siècle après les faits –, il peut être intéressant d’observer ce qu’il évoque de manière sous-jacente : le rapport à la Justice (et à la justice) de ces résistants qui franchissent le pas de la violence physique.

2Nous ne pouvons en guise de conclusion que nous interroger sur ces faits d’homicides et sur ce qu’ils disent, en filigrane, des tensions sociales et des frustrations à l’œuvre dans la société étudiée.

  • 791 Huyse et Dhondt, La répression des collaborations 1942-1952…, p. 49.
  • 792 Nous comprenons ce terme dans sa définition la plus générale. Nous renvoyons le lecteur à José Goto (...)

3Si l’acte de donner la mort semble être rendu plus facile durant l’été 1944, le sentiment des résistants d’exercer une action « légitime », « juste » peut y avoir joué un rôle non négligeable. En outre, dans le contexte de dislocation sociétale et de faiblesse des autorités légales, la fin de la guerre constitue une période intense, où les repères traditionnels disparaissent. Qualifiée d’anomique par les sociologues, cette période engendre une zone de flou entre l’illégalité et la légalité, entre le légitime et l’illégitime, entre le permis et le toléré ; elle entraîne une dévaluation du prix de la vie humaine791. Dans un contexte d’exacerbation des tensions favorisées par la précarité des conditions matérielles, les suspicions se concentrent plus que jamais autour des « ennemis » réels et supposés : les délateurs et les collaborateurs présumés, ou les « profiteurs », ceux qui donnent l’impression d’avoir moins souffert des privations voire de s’être enrichis durant l’occupation. Certaines éruptions de violences trouvent aussi leur origine dans des haines plus anciennes ou personnelles, nous l’avons vu. Enfin, loin d’être absent de ce panorama, l’imaginaire de la « cinquième colonne792 » joue manifestement un rôle à l’approche de la Libération tandis que l’arrondissement est touché par une spirale d’action-réaction ponctuée de sévères représailles rexistes durant les mois de juillet et d’août.

  • 793 Lode Wils, Honderd jaar Vlaamse beweging, t. 3, Louvain, Davidsfonds, 1989, p. 247-253.
  • 794 Conway, Degrelle…, p. 255 ; Maerten, « Le Front de l’Indépendance… », p. 442.
  • 795 Ibid.
  • 796 José Gotovitch, « Quelques réflexions historiques à propos du terrorisme », in Réflexions sur la dé (...)

4Tous ces éléments se placent en amont d’une lecture plus politique de la violence et viennent affaiblir le postulat émis par Lode Wils en 1989, selon lequel ces homicides s’inscrivent – du moins à la Libération – dans un plan calculé et une mise en scène de la violence par les communistes793. En effet, si les tracts du Parti Communiste borain et les journaux du FI diffusent durant l’été 1944 des messages encourageant à en découdre avec les collaborateurs794, les règlements de compte et la violence cathartique émanant de la résistance ne nous semblent pas pouvoir se réduire uniquement à un plan orchestré. On contrebalancera toutefois cette dernière affirmation en posant l’hypothèse que la volonté du PCB de faire des Partisans armés un instrument majeur de son projet de soulèvement national n’est sans doute pas sans arrière-pensée795. Par ailleurs, pour reprendre une hypothèse de José Gotovitch, il n’est pas exclu qu’une partie de la violence extrême engendrée corresponde à une stratégie de la tension, se mettant petit à petit en place, avec pour objectif de forcer la population à se ranger derrière la résistance796. On remarquera enfin que les ordres d’exécution émanant des chefs de la résistance ont peut-être une portée renforcée dans ce contexte où l’autorité légale est un concept bien abstrait.

5Au-delà du binôme résistance-collaboration, longtemps présenté de manière antinomique à travers l’historiographie belge, notre étude a cherché à mettre à jour la complexité des faits et des êtres. Il nous faut cependant, au terme de notre travail, préciser à nouveau que les suspects comme les victimes représentent une population hautement minoritaire au sein de l’arrondissement. En outre, observer la société montoise uniquement sous le prisme de la violence extrême peut porter à une vision assez pessimiste de la réalité et occulter d’autres pans de la vie de la population à cette époque : solidarités, entraide ou joies de la Libération.

6Mais le propos central de notre étude était davantage d’observer la manière dont le ministère public allait traiter les violences perpétrées entre avril 1943 et novembre 1944.

  • 797 Jan Julia Zurné, « L’attitude de la magistrature et de la police belges vis-à-vis de la résistance, (...)

7Durant l’occupation, le traitement immédiat des affaires est rendu presque impossible par un facteur conjoncturel majeur : l’ingérence des autorités allemandes à tous les stades de l’enquête judiciaire (cf. supra, Chapitre II, point 4.1.). L’absence d’une délimitation claire des compétences entre justices belge et occupante allait obliger les magistrats à composer avec ces réalités. S’adaptant aux circonstances – et aux prérogatives obtenues ou confisquées – l’attitude du parquet semble avoir oscillé entre une démission assumée et quelques tentatives de « sauver les meubles » par une négociation avec les autorités allemandes. Il faut toutefois préciser, avec Jan Julia Zurné, que « la manière dont magistrats et fonctionnaires de police haut placés ou de rang inférieur gèrent cette situation n’est pas seulement la conséquence de considérations professionnelles, mais aussi personnelles et politiques797 ». Les recherches en cours dans ce domaine (cf. supra) permettront d’aborder ces questions dans le détail.

8L’immédiat après-guerre est à son tour synonyme de nouveaux écueils conjoncturels et de modifications d’importance vu l’introduction progressive de nouvelles dispositions légales. Plus généralement, les procédures judiciaires de cette époque sont influencées par de nouveaux enjeux sociaux et politiques.

  • 798 Conway, « Justice in Post-War… », p. 31.

9En ce qui concerne la répression pénale de la collaboration, Martin Conway798 a montré que la forme et, plus particulièrement, la portée des poursuites a été le produit d’une relation complexe entre trois dynamiques se recouvrant : les procédures judiciaires, la pression populaire visant enquêtes et sanctions et l’intérêt de l’État, tel qu’il a été perçu par les élites gouvernantes. Ces trois forces ont travaillé occasionnellement à l’unisson, mais elles sont entrées plus souvent en conflit les unes avec les autres. En outre si la première et la troisième se sont exprimées à l’échelle nationale, la deuxième a agi à l’échelon régional, voire local. Peut-on tenter d’apercevoir l’influence de ces trois dynamiques sur la politique de poursuite du ministère public à l’égard des résistants auteurs d’homicides ?

  • 799 Bruxelles, AGR, Service de grâce, Dossier n° 205.467 ; Amandine Thiry, « Heldhaftig, te praatzuchti (...)

10Au sujet des procédures et de leurs évolutions, un trait majeur se dessine d’emblée : l’orientation « cour d’assises » semble avoir été bannie des réquisitoires du ministère public : dans les cas d’impossibilité de renvoi vers la justice militaire, un non-lieu conforme aux dispositions d’amnistie lui a été préféré. Cette politique particulière semble représenter un choix pragmatique : le souci d’éviter un procès plus médiatisé ou qui soit davantage perméable à l’opinion publique par la présence du jury populaire. Quoi qu’il en soit, la comparaison avec l’une de nos recherches antérieures nous a permis d’observer que ces précautions n’étaient peut-être pas systématiques dans tous les arrondissements. En effet, on peut noter qu’Émile S., résistant au passé délictueux, a été condamné par la Cour d’assises de Flandre occidentale en 1948, pour l’assassinat d’un traître présumé commis le 28 août 1944 à Ploegsteert, près de Comines-Warneton799.

  • 800 Il s’agit de l’un des versants de notre enquête qu’il reste à illustrer et à nuancer.

11Davantage qu’une pression populaire, les dossiers laissent affleurer dans certains cas le poids des familles des victimes800 – élément qui semble d’ailleurs influencer directement certains choix du ministère public (anonymisation de certains réquisitoires de non-lieu) – et les rancœurs personnelles de « connaissances » des suspects. On relèvera ainsi parce que symptomatique des tensions au sein même des milieux de la résistance, cette lettre datée du 12 juillet 1947, dont l’orthographe originale a été conservée :

  • 801 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.112 P, Lettre anonyme d’un «  (...)

Enfin ? Le voile s’ouvre, le fameux S. [ancien commandant des PA] va sans aucun doute payer sa dette à la société, S. le brigand, le cochon, le voleur, mérite bien sur la corde de chanvre, pour sur, qu’il ne l’aurais pas voller. Cette canaille ne mérite pas le titre de résistant. Dans sa compagnie formée exclusivement de communaistre, il n’y avait que des voleurs professionnelle, qui travaillaient pour leur propre compte. Je suis Monsieur le Procureur du Roi, un résistant de la pre[mière heure ?], membre de l’AS, des Milices patriotiques, soyez persuadé Monsieur le Procureur du Roi que je vous signale ces faits, sans haine et exclusivement pour servir la justice de mon Pays pour laquelle j’ai tand travailler pendans la guerre801.

12De l’autre côté du spectre, les pressions des milieux résistants en faveur des suspects vont indéniablement se faire ressentir. L’affaire Dupont-Lacroix en fournit un exemple évocateur jusqu’à la fin de l’année 1953.

  • 802 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., Lettre du procureur du Roi [Maur (...)
  • 803 On rappellera que selon Maurice Schmit, des instructions (ou des devoirs de police) approfondies re (...)

13La question de l’intérêt de l’État – notion éminemment subjective et politique – est plus délicate à aborder. Cet intérêt, tel que le conçoit Maurice Schmit, procureur du Roi de Mons, semble se situer d’abord dans l’apaisement des tensions (« en sauvegardant avant [tout] la tranquillité publique802 », cf. citation en exergue de l’introduction). Mais les intérêts de l’action publique semblent toutefois en partie sauvegardés par le souci (affiché) de disposer d’instructions en profondeur avant de déterminer la réelle nécessité des poursuites803. On notera toutefois que si, lorsque les auteurs sont identifiés, le défèrement devant la justice militaire est un choix majoritaire (dans 69 % des cas), il est loin de laisser augurer un renvoi systématique devant le Conseil de guerre. S’il y a fort à parier que seule une frange limitée de cette criminalité dont les auteurs ont été identifiés sera effectivement condamnée, cette question reste largement ouverte.

14La notion de « tranquillité publique », si précieuse pour l’État et ses agents peut-elle cependant tout expliquer ? Le choix des magistrats montois d’assurer aux résistants un tel traitement reflète certes une volonté d’apaiser les tensions, mais il ne s’agit guère d’une façon directe de réaffirmer l’État et son autorité. Sans doute aux yeux des magistrats, la délicate question de l’« opportunité » et de la « légitimité » de poursuites judiciaires l’emportera-t-elle sur leur stricte légalité. Pour récupérer son monopole de la violence, l’État – représenté par la magistrature montoise – va accepter paradoxalement d’abandonner une partie de ces poursuites d’homicides, et, dans le cas où les auteurs sont identifiés, de ne pas soumettre à la justice ordinaire des cas impliquant des résistants. L’affaire Dupont-Lacroix constitue sur ce point la preuve absolue que les intérêts impérieux du maintien de l’ordre continuent à prévaloir, même lorsqu’un agent de l’État (qui plus est un juge d’instruction) est assassiné deux mois après la Libération. La crainte de réveiller inopportunément les sensibilités des milieux résistants (et dans une moindre mesure collaborateurs) semble accompagner les magistrats durant toute la fin des années 1940 et parfois même au-delà. C’est dire combien les temporalités de guerre, de sortie de guerre et d’après-guerre sont plus poreuses qu’il n’y parait.

  • 804 Cécile Dauphin et Arlette Farge (ed.), De la violence et des femmes, Paris, Albin Michel, 1997. Voi (...)
  • 805 Il est à noter également que les crimes commis durant le mois de septembre (exécutions liées à l’ur (...)
  • 806 C’est l’un des mécanismes de destruction psychique postulés et étudiés par la psychologue Françoise (...)

15Au terme de cette étude, notons que la richesse des archives exploitées laisse encore entrevoir de nombreuses perspectives de recherche. Il importerait avant tout d’interroger en profondeur l’importante vague d’homicides qui touche les femmes de notre arrondissement, avec une proportion largement inédite semble-t-il. Pourquoi ne pas insérer cette étude dans la perspective proposée par l’ouvrage De la violence et des femmes804, c’est-à-dire en croisant « violence de » et « violence sur » les femmes ? Deux objets de recherche pourraient dès lors être éclairés simultanément : l’exécution de femmes par la « résistance » entre avril 1943 et novembre 1944 et l’extrême violence exercée par deux « résistantes », sur des partisans de l’Ordre nouveau à la Libération805. Ce second phénomène pourrait peut-être révéler des éléments intéressants en termes de mise en scène de transgression des tabous culturels (ici liés au sexe)806. Enfin, une étude plus systématique des stéréotypes dont témoignent les archives judiciaires et policières à l’égard des femmes (sexualité débridée, immoralité, cupidité, etc.) apporterait une assise appréciable à cette recherche.

  • 807 À cet égard, il importerait de croiser les lieux de domicile des suspects avec ceux des victimes et (...)

16L’étude de la société montoise pourrait encore être largement approfondie sur base de nos dossiers judiciaires. Nous pensons tout particulièrement à l’observation des mécanismes de la rumeur ou de l’importance de la réputation et des relations de voisinage, soit une mise en valeur de l’élément « local » au sein des affaires807. Sans revenir sur l’importance de confronter le produit de notre recherche à d’autres sources (Haut-Commissariat à la Sécurité de l’État, mouvements de résistance, fonds privés, presse), il importerait d’observer les liens entre justice et politique, entre pouvoir judiciaire et pouvoir exécutif, en tentant de relever des traces de ces relations dans les procès-verbaux des Conseils des ministres, dans les Annales parlementaires, dans les archives des partis politiques.

  • 808 Paul Valéry, « Discours de l’Histoire », prononcé au Lycée Janson-de-Sailly le 13 juillet 1932, rec (...)

17Si l’étude des déchirements qui parcourent une communauté en période de guerre et de sortie de guerre doit être considérée en gardant à l’esprit l’altérité du passé, elle autorise à s’interroger sur le présent. Toutes proportions gardées, les affaires étudiées peuvent en effet traduire des dysfonctionnements de la société qui s’expriment au sein d’états déliquescents ou affrontant un changement de régime. Les mécanismes de la suspicion, ceux qui favorisent l’émergence de la violence, ont dans ce cadre un intérêt bien plus qu’historique. Ainsi, pour reprendre l’aphorisme de Paul Valéry, l’Histoire « ne nous permet guère de prévoir ; mais associée à l’indépendance de l’esprit, elle peut nous aider à mieux voir808 ».

Notes

790 Michel Bailly, « Un des derniers survivants du procès Rinchard se souvient. Péril et injustice de l’amalgame », in Le Soir, 14 août 1991, p. 16. Article consulté en ligne à l’adresse suivante : http://archives.lesoir.be/un-des-derniers-survivants-du-proces-rinchard-se-souvie_t-19910814-Z049NN.html (dernière consultation le 16 août 2013).

791 Huyse et Dhondt, La répression des collaborations 1942-1952…, p. 49.

792 Nous comprenons ce terme dans sa définition la plus générale. Nous renvoyons le lecteur à José Gotovitch, « Cinquième colonne », in Aron et Gotovitch (ed.), Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale…, 2008, p. 96-97.

793 Lode Wils, Honderd jaar Vlaamse beweging, t. 3, Louvain, Davidsfonds, 1989, p. 247-253.

794 Conway, Degrelle…, p. 255 ; Maerten, « Le Front de l’Indépendance… », p. 442.

795 Ibid.

796 José Gotovitch, « Quelques réflexions historiques à propos du terrorisme », in Réflexions sur la définition et la répression du terrorisme, Bruxelles, 1974, p. 15-24.

797 Jan Julia Zurné, « L’attitude de la magistrature et de la police belges vis-à-vis de la résistance, 1940-1950. Un projet de doctorat mené au Cegesoma dans le cadre du nouveau PAI “Justice et Populations” », article publié sur le site du Ceges à l’adresse suivante : http://www.cegesoma.be/cms/pdf.php?pge_art=54&article=2311 (dernière consultation le 9 juillet 2013).

798 Conway, « Justice in Post-War… », p. 31.

799 Bruxelles, AGR, Service de grâce, Dossier n° 205.467 ; Amandine Thiry, « Heldhaftig, te praatzuchtig, tuchteloos en losbandig ». Le discours et les mécanismes de la grâce au sortir de la Seconde Guerre mondiale dans le cas d’un « résistant-bandit » (1941-1956), travail inédit effectué dans le cadre du Séminaire d’histoire du droit et de la justice, Université catholique de Louvain, avril 2012.

800 Il s’agit de l’un des versants de notre enquête qu’il reste à illustrer et à nuancer.

801 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.112 P, Lettre anonyme d’un « patriote » de l’AS au procureur du Roi, 12 juillet 1947.

802 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., Lettre du procureur du Roi [Maurice Schmit] au procureur général, 18 décembre 1946.

803 On rappellera que selon Maurice Schmit, des instructions (ou des devoirs de police) approfondies relèvent également d’un objectif d’apaisement des tensions : « J’incline à penser que les interventions des organes de police enquêtant sur ces affaires sont de nature à calmer les esprits aigris de milieux certes peu intéressants, mais qu’il ne convient pas, me parait-il, d’exciter inutilement en leur donnant la sensation que la justice se désintéresse des morts violentes. Des enquêtes faites avec impartialité enlèvent à ces milieux des sujets de griefs ». Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.878 P, Lettre du procureur du Roi [Maurice Schmit] au procureur général, 18 décembre 1946.

804 Cécile Dauphin et Arlette Farge (ed.), De la violence et des femmes, Paris, Albin Michel, 1997. Voir également Coline Cardi et Geneviève Pruvost (ed.), Penser la violence des femmes, Paris La Découverte, 2012.

805 Il est à noter également que les crimes commis durant le mois de septembre (exécutions liées à l’urgence des combats, forme d’exécution publique, tortures, accidents suite aux contrôles routiers effectués par la résistance) pourraient en outre être observés plus systématiquement, dans leur rapport avec une violence plus psychologique.

806 C’est l’un des mécanismes de destruction psychique postulés et étudiés par la psychologue Françoise Sironi et l’historienne Raphaëlle Branche dans un article sur la torture daté de 2002. Françoise Sironi et Raphaëlle Branche, « La torture aux frontières de l’humain », in Revue internationale des sciences sociales, t. 174, vol. 4, 2002, p. 591-600.

807 À cet égard, il importerait de croiser les lieux de domicile des suspects avec ceux des victimes et d’établir leur relation de proximité.

808 Paul Valéry, « Discours de l’Histoire », prononcé au Lycée Janson-de-Sailly le 13 juillet 1932, recueilli dans Œuvres, t. 1, Paris, Gallimard, 1957, p. 1137.

© Presses universitaires de Louvain, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search