Version classiqueVersion mobile

Le tribut des temps troubles

 | 
Amandine Thiry

Chapitre III. Esquisse sociologique et étude de cas

Texte intégral

1. Introduction

1L’objectif de cette troisième partie est d’observer la manière dont la violence « résistante » a pu être engendrée et absorbée par un tissu sociétal spécifique, celui de l’arrondissement judiciaire de Mons.

  • 575 Minoritaire tout d’abord par leur appartenance à la résistance organisée – qui n’englobe que 3 à 5  (...)
  • 576 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.112 P, Lettre du procureur du (...)

2À ce stade de notre étude du phénomène, il importe de porter une attention particulière aux « protagonistes » de l’homicide. Si le versant des suspects parait d’avance circonscrit par notre problématique, il n’en demeure pas moins hétérogène. Ces suspects représentent tout d’abord une frange d’individus doublement minoritaire575 à l’échelle de la population locale. Que les qualificatifs « authentique » ou « pur576 » soient parfois appliqués au substantif « résistant » trahit en outre une réalité poreuse et ambivalente.

  • 577 Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse. Essai d’historiographie, Paris, (...)

3Tout en gardant en mémoire « l’impossibilité d’enfermer dans une grille d’intelligibilité la réalité multiforme de la Résistance577 », nous tenterons d’établir un profil sociologique des résistants impliqués dans des affaires d’homicides. À cet effet, un nombre limité de variables (sexe, âge, profession, groupement de résistance) pourront être croisées entre elles. Il importera toutefois de garder à l’esprit que l’analyse du profil des suspects ne se confond ni avec celui des prévenus condamnés, ni avec celui des véritables auteurs des homicides étudiés, qui n’ont pas toujours pu être identifiés.

4Mais ces questions nécessitent au préalable de nous tourner vers l’autre versant des protagonistes de ces affaires, celui des victimes. La question de leur profil est intrinsèquement liée aux mobiles du crime, question épineuse s’il en est. Au-delà d’une esquisse de profil – basé sur le sexe, l’âge, la profession et l’appartenance à un mouvement de collaboration – nous nous prêterons à l’exercice périlleux de la typologie, qui posera un éclairage en demi-teinte sur la thématique du mobile.

5Pour achever notre plongée au cœur de la société montoise, ce dernier volet comprendra une étude de cas, mettant en exergue la période de sortie de guerre. Les mécanismes d’une affaire richement documentée, celle de l’assassinat du juge d’instruction Dupont-Lacroix, nous permettront de réaliser une forme de synthèse des chapitres précédents. Par le biais de l’échelle micro-historique, nous descendrons jusqu’au niveau des individus et envisageront la perméabilité des procédures aux dynamiques sociales et politiques de l’après-guerre.

2. À la recherche des « protagonistes » des affaires d’homicide

6Une approche sociologique des homicides sur base des sources judiciaires du parquet est une opération délicate. Lacunaires au sujet des différents acteurs de l’homicide (victimes et suspects), les dossiers principaux de notre corpus fournissent cependant toujours le sexe du défunt, régulièrement sa date de naissance, un peu moins d’une fois sur deux sa profession. La situation est sensiblement la même en ce qui concerne les suspects, pour lesquels ces informations sont toutefois légèrement plus récurrentes. Plus qu’un profil sociologique, c’est donc davantage les contours de deux silhouettes énigmatiques que nous tenterons d’affiner – notamment par un croisement des éléments de profil avec d’autres données de l’homicide.

2.1. Profil sociologique des victimes

Tableau n° 18 : Répartition par sexe de 209 victimes d’homicide commis par la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons selon leur genre

Tableau n° 18 : Répartition par sexe de 209 victimes d’homicide commis par la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons selon leur genre

Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.

  • 578 Nous avons exclu pour ce comptage 19 victimes d’« homicides suspects » (10 hommes et 9 femmes ; cf. (...)

7L’analyse du premier élément de profil sociologique des victimes, le genre, fournit un résultat fondamental pour la compréhension du phénomène étudié. Sur 209 victimes recensées au sein du corpus578, 96 sont de sexe féminin, soit un peu moins de 46 %.

  • 579 4 victimes sur 20 (hors homicides suspects).

8Le fait qu’autant de femmes subissent de plein fouet cette vague de violence extrême nécessite une attention particulière. Sans prétendre démêler l’inextricable nœud de facteurs qui caractérise le phénomène, nous pouvons constater qu’il n’est toutefois pas figé dans le temps : le genre féminin caractérise 49,2 % des victimes en 1944 contre seulement 20 % en 1943579.

  • 580 Le ratio oscille généralement autour d’1,5. Les données de Chesnais concernent uniquement la France (...)
  • 581 Pour l’année 1944, le ratio est égal à 6,80. Ibid.

9Ce taux est anormalement élevé à plusieurs égards. Primo, les travaux approchant l’homicide sur la durée, tel celui de Jean-Claude Chesnais, démontrent une nette surhomicidité masculine à toute époque, c’est-à-dire un taux de victimes masculines structurellement supérieur à celui des victimes féminines580. En outre, l’étude de Chesnais montre que ce rapport se renforce pendant les périodes troublées, prenant des valeurs 2 à 6 fois plus fortes. En France, les hommes sont à cet égard 7 fois plus touchés par les homicides que les femmes durant l’année 1944581.

  • 582 Albert Oosthoek, Nieuw licht op liquidaties. Knokploegen in Rotterdam 1944-1945, Soesterberg, Aspek (...)
  • 583 Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’Occupation…, p. 131 ; Roger Leroux, Le Morbihan en guerre, (...)

10Secundo, le ratio de victimes féminines prend un caractère encore plus significatif lorsqu’on le confronte à l’historiographie des liquidations en période de sortie de guerre. On peut citer les 19 % de victimes féminines d’exécutions sommaires à la Libération dans le Morbihan (Bretagne), les 23 % de victimes féminines tombées sous les balles du groupe de résistance armée Landelijke Knokploegen de Rotterdam582 et enfin les 25 % de femmes victimes d’homicides dans l’arrondissement judiciaire de Namur en 1944-1945583. Au sein de ce paysage historiographique, la proportion de victimes féminines montoises pour l’année 1944 détonne largement, avec un ratio près de deux fois plus élevé que ce l’on aurait pu s’attendre à observer.

  • 584 Soit 50 sur 96 victimes féminines.
  • 585 Soit 18 sur 113 victimes de sexe masculin.

11Nos sources attestent en outre que plus de la moitié des victimes féminines ont été tuées dans leur propre domicile (52,1 %584) contre, semble-t-il, une bien plus faible proportion d’hommes (15,9 %585). Si ces données disparates ne sont pas dénuées de poids pour cerner de plus près les homicides de femmes, il nous faut au préalable affiner le profil des victimes par d’autres éléments déterminants.

  • 586 Deux données étaient à cet effet indispensables : la date de naissance et la date de l’agression mo (...)
  • 587 Cette dénomination pose bien entendu des problèmes méthodologiques que nous identifierons infra. Le (...)

12L’âge des victimes au moment de leur décès n’a pu être reconstitué que pour 129 victimes sur 209586. Sur le graphique suivant, les victimes « collatérales587 » ont été distinguées des victimes « intentionnelles » ou « directement visées ».

Figure n° 13 : Répartition par tranches d’âge de 129 victimes sur 209 au moment de leur décès. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)

Figure n° 13 : Répartition par tranches d’âge de 129 victimes sur 209 au moment de leur décès. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)

Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.

13De manière générale, l’âge des victimes oscille surtout entre 16 et 49 ans ; les effectifs se concentrent majoritairement au sein de la tranche des 35-39 ans et dans une moindre mesure, des 40-44 ans. Si la moyenne d’âge générale est de 38 ans, il faut acter que les victimes âgées de 59 ans et plus sont beaucoup plus rares, au contraire des victimes les plus jeunes (répertoriées entre 16 et 19 ans). Mais cet aperçu général doit être affiné par une répartition par sexe.

  • 588 Nombre de victimes masculines pour lesquelles le calcul n’a pas pu être effectué : 56 sur 113 (dont (...)

Figure n° 14 : Répartition des victimes par tranches d’âge selon le sexe (en ‰). Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)588

Figure n° 14 : Répartition des victimes par tranches d’âge selon le sexe (en ‰). Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)588

Sources : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945. Ministère des Affaires économiques, Institut national de statistique, Recensement Général de la Population, de l’Industrie et du Commerce au 31 décembre 1947, t. 5, Répartition de la population par âge, Bruxelles, Van Muysewinkel, 1951, p. 230-237.

14Si la représentation graphique nécessite d’être observée avec prudence (cf. remarque en note de bas de page), les valeurs relatives montrent bien que la mortalité féminine frappe de manière plus prononcée la tranche des 25-29 ans (qui représente une classe creuse au sein de la pyramide des âges de l’arrondissement) et, à un degré moindre, celle des 35-39 ans. Les victimes de sexe masculin, quant à elles, intègrent majoritairement les classes des 35-39 ans et 40-44 ans (en valeurs absolues comme en valeurs relatives).

Tableau n° 19 : Comparaison des victimes masculines et féminines en fonction de l’âge moyen, minimum et maximum au moment des faits

Tableau n° 19 : Comparaison des victimes masculines et féminines en fonction de l’âge moyen, minimum et maximum au moment des faits

Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.

15Les femmes victimes de la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons sont en moyenne 4 ans plus jeunes que leurs compagnons d’infortune. En gardant à l’esprit la limite de l’échantillon en ce qui concerne les hommes – dont l’âge est plus rarement calculable – il faut considérer le poids des homicides sur la population de l’arrondissement en valeurs relatives.

  • 589 La récurrence du nom du mari nous a permis d’établir cette statistique.
  • 590 Le nom de l’épouse potentielle est beaucoup plus rarement mentionné au sein des documents.
  • 591 De même, le nombre d’enfants des victimes des deux sexes apparait de manière beaucoup trop anecdoti (...)

16Au sujet de l’état civil des victimes, ne peuvent être collectées que des données éparses. Les victimes féminines semblent en majorité être mariées ou veuves au moment des faits (au moins 55 sur 96589). Les dossiers attestent en outre que 4 autres victimes féminines vivent séparées de leur mari et que 5 autres sont divorcées. Les données relatives à l’état civil sont extrêmement limitées en ce qui concerne la gent masculine590 ; aussi ne feront-elles pas l’objet d’un traitement591. Toutefois, pas moins de 9 couples de victimes de la « résistance » ont pu être dégagés au sein de nos dossiers. Ensemble, ces individus en couple représentent 8,6 % de la population totale (18 sur 209 individus).

17Dernier élément de ce profil sociologique, la profession des victimes est connue dans moins de la moitié des cas (93 occurrences sur 209) – avec davantage de précision du côté masculin cette fois. On remarquera dans les tableaux suivants la faible part de population inactive.

Tableau n° 20 : Répartition des victimes masculines par catégories socio-professionnelles. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)

Tableau n° 20 : Répartition des victimes masculines par catégories socio-professionnelles. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)

Sources : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945 ; Ministère des Affaires économiques, Institut national de statistique, Recensement Général de la Population, de l’Industrie et du Commerce au 31 décembre 1947, t. 8, Répartition de la population d’après l’activité et la profession, Bruxelles, Van Muysewinkel, 1953, p. 186-192.

  • 592 Une classe sociale se définit à l’aide de plus nombreux éléments que la seule profession des indivi (...)

18Au niveau socio-professionnel, la palette des victimes masculines se dissémine dans de nombreuses catégories. Toutes les classes sociales y semblent représentées, avec peut-être une prédominance de la classe moyenne, bien que cela reste à vérifier592. La présence de certaines professions (comme « employé à la Werbestelle » ou « garde du corps d’un bourgmestre » rexiste) est intrinsèquement liée au contexte de guerre, aussi les avons-nous mises en exergue. Elles peuvent témoigner dans certains cas de reconversions opportun (ist) es ou forcées.

19Le profil socio-professionnel des victimes féminines est encore plus délicat à appréhender, vu le nombre important de valeurs manquantes (près de 65 %).

Tableau n° 21 : Répartition des victimes féminines par catégories socio-professionnelles. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)

Tableau n° 21 : Répartition des victimes féminines par catégories socio-professionnelles. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)

Sources : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945 ; Ministère des Affaires économiques, Institut national de statistique, Recensement Général de la Population, de l’Industrie et du Commerce au 31 décembre 1947, t. 8, Répartition de la population d’après l’activité et la profession, Bruxelles, Van Muysewinkel, 1953, p. 186-192.

  • 593 Ces données, trop insignifiantes par leur caractère restreint, ne permettent toutefois pas de circo (...)

20Le tableau ci-dessus situe en tête les professions qui requièrent un contact quotidien avec une clientèle (16,7 %), suivies de près par celle de ménagères et assimilées (3 femmes de cette catégorie sont « sans profession ») et enfin par les employées (dont trois serveuses dans un café)593.

  • 594 Cf. supra, Chapitre I, point 3.2.

21Ces éléments disparates n’ont permis de dresser qu’un portrait impressionniste des victimes. Si toute catégorisation aboutie relève de la gageure, une typologie peut fournir quelques éléments majeurs pour la compréhension du phénomène. Avant d’affiner quelque peu les catégories que nous avions brièvement présentées dans la première partie594, un rapide coup d’œil permet d’observer le poids de chacune d’entre elles.

Tableau n° 22 : Répartition des victimes d’homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943- novembre 1944) par catégories

Tableau n° 22 : Répartition des victimes d’homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943- novembre 1944) par catégories

Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.

  • 595 Cf. supra.

22Ces données ne possèdent toutefois qu’une valeur indicative : ainsi que nous l’avons déjà précisé595, c’est la suspicion et le résultat (parfois provisoire) d’une instruction qui guident chaque placement de victime dans une catégorie. Le nombre extrêmement important de suspects de la première catégorie ne doit pas nous faire oublier que le vernis patriotique a pu recouvrir d’autres motivations moins commodes à justifier pour les auteurs d’homicides appartenant à la résistance. En resserrant un peu plus la focale, peut-on faire émerger des figures de victimes plus précises, même de manière non exhaustive ? Les catégories dégagées pour l’exercice ne possèdent toutefois pas de caractère « exclusif » : plusieurs victimes peuvent relever de différentes catégories et ont pu être tuées pour un ou plusieurs motifs, sans que les archives permettent de déterminer lequel l’a emporté.

Les collaborateurs « avérés »596

  • 596 Cette formule fait naturellement fi du caractère insaisissable de la réalité et des autres mobiles (...)
  • 597 Soit 58 victimes sur 170 (34,11 %). Ces chiffres doivent bien entendu être interprétés avec prudenc (...)

23Au sein de la nébuleuse de l’occupant et des relations avec l’occupant, la figure du collaborateur fait office d’épouvantail isolé. Considérés dans leur ensemble, les membres du parti rexiste ou du VNV, de mouvements de collaboration, d’organismes créés par l’occupant (Werbestelle) ou encore de structures intégrées par des partisans de l’Ordre nouveau (CNAA, DAP) ne totalisent qu’un peu plus d’un tiers de cet agglomérat de victimes réputées « antipatriotiques »597.

Tableau n° 23 : Répartition des victimes identifiées comme ayant été membres d’un mouvement de collaboration, du parti rexiste ou du VNV, ainsi que d’organismes massivement intégrés par les partisans de l’Ordre nouveau

Tableau n° 23 : Répartition des victimes identifiées comme ayant été membres d’un mouvement de collaboration, du parti rexiste ou du VNV, ainsi que d’organismes massivement intégrés par les partisans de l’Ordre nouveau

Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.

  • 598 À partir du 1er juin 1943, la Légion Wallonie fut détachée de l’armée de terre et versée dans la Wa (...)
  • 599 Gotovitch, Du rouge au tricolore…, p. 176.
  • 600 Cf. notamment Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 54.027 P, 56.620 P (...)

24Si le tableau ci-dessus sépare de manière relativement nette les catégories de collaborateurs, il n’est pas exclu que les appartenances aient été plus souvent multiples. Il n’est pas anodin que les porteurs d’uniformes de l’armée allemande (Feldgendarmes auxiliaires, membres de la Légion Wallonie et NSKK)598 forment presque la moitié des victimes : ils constituent des cibles à hautes charges symboliques « qui cumulent la tare de la trahison avec celle de la participation directe à la guerre599 ». Au sein des membres de polices supplétives, on note l’absence de membre de la brigade F (bande Laitat à Mons) et de la bande Jayé regroupant des Gardes wallonnes dans le Borinage. Il faut en outre mentionner qu’une petite minorité d’individus venaient de démissionner ou de se désaffilier de leur mouvement au moment où ils ont été abattus600.

Des individus assimilés aux collaborateurs : les multiples visages du traître601

  • 601 On se reportera pour la Première Guerre mondiale à Laurence Van Ypersele « “Au nom de la Patrie ! À (...)
  • 602 Dans un des cas d’espèce, la victime est accusée (sans doute pas uniquement à titre posthume) par s (...)

25Au-delà de cette collaboration « institutionnelle », il semble que ce soient d’autres formes ostensibles de trahison (avérée ou présumée) qui aient motivé l’exécution. Rentrent dans cette catégorie des relations de toutes natures avec des partisans de l’Ordre nouveau ou avec l’occupant (incluant certaines femmes suspectées de « collaboration horizontale »), la fourniture de ressources matérielles à l’ennemi, le travail à la solde de l’occupant (souvent le petit personnel effectuant des tâches de service). Figurant également en bonne place, les tenanciers (ou tenancières) de cafés fréquentés par l’armée allemande ou des collaborateurs apparaissent comme des proies récurrentes. Même s’il n’a pas d’actes antipatriotiques à son actif, le germanophile notoire602 intègre également le spectre de la traîtrise. Ce qualificatif recouvre d’ailleurs une réalité très hétéroclite.

  • 603 Nous n’avons trouvé de traces de dénonciations précises qu’à l’égard de 20 victimes sur les 170 rec (...)
  • 604 Cf. notamment Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.369 P, 55.973 P (...)
  • 605 Cf. notamment Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.784 P et 55.972 (...)

26Dans cet imbroglio de griefs à l’égard des victimes – qui s’enchevêtrent très régulièrement –, la suspicion de dénonciation est également monnaie courante. Elle s’ajoute souvent à d’autres accusations, parfois de manière très laconique. Majoritairement féminines, les victimes accusées de dénonciations (précises603 ou non) figurent parfois sur les listes de traîtres à abattre604. Quelques-unes d’entre elles auraient été trouvées, au moment de leur agression, en possession d’une liste de réfractaires qu’elles s’apprêtaient à dénoncer605.

  • 606 Le cas de René P., qui marié à une Allemande, n’a jamais avoué aucun des faits qui lui ont été repr (...)
  • 607 Cf. notamment Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.220 P, 55.369 P (...)
  • 608 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.954 P et 57.723 P.

27Les liens familiaux avec l’occupant606 ou avec des collaborateurs607 (soupçonnés ou avérés) façonnent un autre pan non négligeable de cette traîtrise par procuration. Même si ces réalités concernent majoritairement des victimes féminines, il faut soulever le cas particulier d’un couple de victimes608. Optat L. est exécuté un peu plus de trois semaines après son épouse. Âgé de 46 ans au moment des faits, il

  • 609 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 57.723 P, Lettre du procureur du (...)

[…] a été dans le temps gendarme à Boussu, a quitté la gendarmerie à cause dit-on de l’inconduite de son épouse M. Léa […]. Cette dernière a eu pendant l’occupation une conduite scandaleuse, livrant les produits de son exploitation agricole aux Allemands ou aux amis de ces derniers. On l’accusait de s’être servie de ses relations avec les Allemands pour dénoncer plusieurs jeunes réfractaires […] elle aurait fait engager sa fille aînée à la Werbestelle de Mons comme employée. Le mari n’avait absolument aucune autorité chez lui, homme sans énergie, sans volonté, mais pas méchant, on ne le croit pas capable d’avoir dénoncé des réfractaires, mais on lui reproche d’avoir fermé les yeux sur les agissements de son épouse. Les époux L. auraient acquis en 1942 deux propriétés à Uccle pour une somme totale de 300 000 Frs environ609.

  • 610 Il illustre bien la manière dont s’entremêlent les imputations individuelles, en ce qui concerne l’ (...)

28Sans davantage scruter cet extrait plus qu’évocateur610, il importe d’en souligner la dernière phrase, qui nous permet d’introduire une troisième catégorie.

Les « enrichis », les nantis

  • 611 Francis Balace, « Collaboration et répression en Wallonie : un regard particulier ? », in José Goto (...)

29Sans doute, cette catégorie d’individus constitue-t-elle un des nombreux autres visages du traître ou de l’« incivique » au premier sens du terme, comme le soulignent d’aucuns611. Ces victimes lorsqu’elles n’étaient pas entourées du soupçon de l’incivisme ont toutefois été placées dans la catégorie « Autres victimes personnellement visées ».

  • 612 Cf. Fabrice Maerten, « L’impact du souvenir de la Grande Guerre sur la Résistance en Belgique duran (...)
  • 613 Balace, « Collaboration et répression en Wallonie… », p. 58.
  • 614 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 51.412 P, 53.999 P, 55.245 P, 55 (...)
  • 615 En ce qui concerne les affaires d’assassinats de fermiers ou d’habitants de fermes, ce motif n’inte (...)
  • 616 Ainsi un ordre d’exécution écrit émanant d’un major du Front de l’Indépendance pointe (au moins) qu (...)

30Durant l’occupation, le poids du soupçon et de l’opprobre n’épargne pas celui qui montre des signes d’opulence : la figure de l’« enrichi de guerre » était déjà un poncif au lendemain de la Première Guerre mondiale. Bien que ces représentations disparaissent de la mémoire officielle par la suite, plusieurs recherches suggèrent qu’elles ont exacerbé les rancœurs durant la seconde occupation612, en particulier dans le Hainaut occidental et dans le Borinage613. Des petits commerçants enrichis ou de simples particuliers soupçonnés de trafics en tous genres614, l’un ou l’autre fermier opulent615 tombent ainsi sous le feu cathartique des résistants durant la période étudiée. Il faut toutefois souligner que ce mobile se mêle le plus souvent à d’autres accusations dans le discours des prévenus comme dans les pièces à conviction616.

  • 617 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 52.477 P.
  • 618 La déclaration des ayants droit est toujours sujette à caution pour des raisons pécuniaires évident (...)

31Certains meurtres sont en outre commis pour faciliter le vol617 et certaines victimes semblent dépouillées de grandes sommes d’argent618.

Éléments gênants de la résistance : « résistants-bandits » et imprudents

  • 619 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.002 P, 56.621 P et 59.755 P.
  • 620 L’un d’entre eux décède toutefois des suites d’altercations après une soirée arrosée le 23 septembr (...)
  • 621 « Cette exécution a eu lieu au “grand regret” des membres de l’organisation et cette solution radic (...)
  • 622 S’agit-il du Groupe G ou des Partisans armés ? Les sources sont, à ce sujet, équivoques. Mons, AÉM, (...)

32Plus exceptionnellement, des membres de la résistance se voient eux-mêmes ôter la vie par certains de leurs pairs. L’examen du profil de victimes « résistantes » – en excluant celles sur lesquelles ont pesé des soupçons de conduite antipatriotique et les accrochages mortels liés aux contrôles routiers619 – fournit des résultats assez disparates. Parmi ces victimes, on relève deux résistants se livrant/s’étant livrés de manière répétée à des actes de brigandage pour leur propre profit620 ; un « pêcheur en eaux troubles621 » (également qualifié de « déséquilibré » sans autre précision) et un dernier, trop « bavard » – exécuté en mai 1943 –, il semblait commettre « certaines imprudences susceptibles de compromettre le réseau622 ».

  • 623 Maerten, « Le Front de l’indépendance… », p. 474.

33Ces éléments montrent que les réseaux semblent eux aussi s’« autoréguler » tout au long de la période étudiée, pour des motifs sécuritaires, mais également plus insondables. Selon Fabrice Maerten, les archives de guerre des Partisans comportent également des traces de « sanctions disciplinaires » pouvant aller jusqu’à l’exécution des meneurs623.

Les renégats et les « agents doubles »

  • 624 Cf. notamment à ce sujet : Jean-Marc Berlière, Liaisons dangereuses. Miliciens, truands, résistants (...)
  • 625 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.823 P.
  • 626 Au sein de la 28e division SS Wallonie. Cf. Jordens, Des côtes de la Mer Noire...
  • 627 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.583 P.
  • 628 C’est en tout cas ce que suggèrent des notes manuscrites rescapées de ce dossier lacunaire : « Enfi (...)

34Symptomatiques des zones grises de sortie de guerre – qui troublent les frontières entre les identités résistantes et collaboratrices624 – sont les victimes qui composent cette sixième catégorie. Les profils attestent de cette porosité des frontières : du rexiste notoire parvenu à se faire admettre dans le FI durant l’été 1944625 au vétéran de la bataille de Tcherkassy626 qui parvient à son retour à infiltrer les PA puis à s’immiscer au sein du MNB jusqu’à devenir chef d’un groupement627. La figure de l’apostat, pieux reconverti, reste éminemment suspecte, comme en témoignent ces exécutions. Mais la reconversion peut également s’effectuer dans le sens inverse. Denise D., qui aurait participé « à l’action de la résistance dans les premiers mois de l’occupation et […] aidé des prisonniers et des réfractaires » semble progressivement devenir une indicatrice au service de la Gestapo628.

  • 629 Au sujet de leur attitude durant l’occupation : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’ (...)
  • 630 Ainsi la description d’une victime est-elle assez évocatrice, quoique toujours sujette à caution : (...)

35Outre certaines victimes autour desquelles s’articulent les témoignages les plus contradictoires629, il faut signaler que sont éliminés certains individus s’emparant du fallacieux couvert de la résistance pour commettre leurs crimes et faciliter leurs dénonciations630.

Quelques victimes de haine personnelle : la femme adultère et les amants maudits

36Parmi les règlements de compte personnels, les crimes passionnels nécessitent une attention particulière. Seuls quelques-uns semblent toutefois tangiblement établis.

  • 631 Nous avons déjà évoqué d’autres assassinats qu’il avait commandités.
  • 632 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.112 P, Lettre du procureur du (...)
  • 633 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.112 P, Note d’un substitut de (...)

37Un des grands chefs de la résistance du Borinage « célèbre au moment de la libération comme l’un des plus purs et héroïques résistants », Julien P.631, est démasqué à la fin du mois du juin 1947. Reconnaissant après de nombreuses réticences avoir donné l’ordre d’exécution de sa conjointe à deux hommes de son groupe, il « a laissé croire au moment des faits que l’exécution était nécessaire à raison du comportement équivoque de son épouse, alors qu’en réalité, ce sont des raisons conjugales qui l’ont déterminé à supprimer son épouse632 ». Il semble que cette dernière ait eu un amant, ce que le procureur du Roi élude toutefois dans son rapport au procureur général633.

  • 634 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.345 P, Notes dactylographiées (...)
  • 635 Le dossier n° 55.258 P a été transmis à l’auditeur militaire en 1948, et le substitut du procureur (...)

38Une autre affaire emblématique, quoiqu’isolée, est synthétisée par les rapports des dossiers n° 55.345 P et 55.258 P. Le 5 juillet 1944, vers 11h et à environ un quart d’heure d’intervalle, les amants Jean B. et Hélène C. sont abattus à coups de révolver par des Partisans armés – qui furent identifiés bien plus tard. Le lendemain, deux agents de la police de Saint-Ghislain sont victimes d’une tentative d’assassinat non loin du domicile de la seconde alors qu’ils sont de service. Ces deux affaires, apparemment sans lien, vont pouvoir être (partiellement ?) élucidées au terme d’une longue investigation menée après la Libération. C’est un double triangle amoureux qui apparaît immédiatement aux enquêteurs : le mari d’Hélène C. (Marius V.) est l’amant de Berthe D., elle-même épouse de Jean B. La veille du double assassinat, Marius V. a confié aux deux agents de police précités « qu’il va faire donner une correction par la Résistance634 ». Le même jour, Hélène C. a elle-même confié à l’un des deux agents de police que son mari avait proféré des menaces de mort à son égard. Si les soupçons des enquêteurs semblent logiquement se concentrer dès 1945 sur les amants Marius V. et Berthe D., conjoints respectifs des victimes, un autre protagoniste, celui du fils de Berthe D. – membre des Partisans armés, qui semble vouer une haine féroce au second mari de sa mère, Jean B. – est également conjointement suspecté. Marius V. semble s’être suicidé par la suite, non sans avoir tenté d’assassiner Berthe D. Sans que nous disposions du résultat final de l’enquête635, cette affaire traduit le trouble des derniers mois de l’occupation, qui favorise les règlements de compte personnels par un appel à une justice parallèle.

  • 636 Cf. en particulier le dossier suivant : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassin (...)

39Pour d’autres homicides, c’est un parfum plus discret de « mobile passionnel » qui flotte autour des protagonistes, sans que les documents en présence dans le dossier permettent d’en déterminer le bien-fondé636.

  • 637 Les victimes « collatérales » et celles de « vol à main armée ayant mal tourné », de nombreuses aut (...)
  • 638 Il s’agirait d’une Allemande née en Pologne, âgée de 45 ans et résidant à Thulin durant l’occupatio (...)
  • 639 Laplasse et Steen, « Het verzet gewogen… », p. 236-237.

40Au terme de cet essai – très incomplet637 – de typologie, on relèvera enfin parmi la « nébuleuse de l’occupant et des relations avec l’occupant », la présence d’une seule victime de nationalité allemande638. Les statistiques constituées par Jan Laplasse et Karolien Steen font toutefois état de 5 attentats (ou tentatives d’attentats) contre des Allemands au sein de l’arrondissement judiciaire durant l’occupation639.

2.2. Profil sociologique des suspects

  • 640 Fabrice Defferard, Le suspect dans le procès pénal, Paris, LGDJ, 2005, p. 9.
  • 641 C’est-à-dire 99 affaires sur 211 (46,9 %). Parmi ces 99 affaires, il faut relever que dans de nombr (...)

41Au cœur de cette seconde esquisse se trouve la notion générique de suspect. Si c’est en effet la suspicion qui guide tous les stades de la procédure pénale jusqu’au jugement640, ce terme n’a pas été préféré par hasard à celui d’« inculpés » ou de « prévenus ». Avant de préciser les choix méthodologiques qui ont accompagné notre analyse, il faut d’emblée établir sa limite fondamentale : seules des données concernant les suspects identifiés ont pu être récoltées. Or, un peu moins de la moitié de nos homicides n’ont pu être attribués à des individus en particulier641.

  • 642 Nous avons en outre pris en compte des suspects décédés qui avaient été volontairement anonymisés d (...)
  • 643 Le terme d’exécutant est toutefois dans certains cas mal choisi : certains chefs de groupe s’arroge (...)

42Notre souci de pister au plus près les auteurs des homicides étudiés nécessitait d’appréhender ces auteurs présumés (et non condamnés, on le rappelle) au-delà des catégories fixées par le législateur (auteur, co-auteur et complice). Ainsi, des individus figurant sur le réquisitoire de non-lieu destiné à la Chambre du conseil ont-ils été repris au sein nos calculs642. Nous avons également intégré certains suspects (dont une femme) dont nous ignorions s’ils figuraient ou non sur le réquisitoire final : leur implication dans les faits est bien établie dans les rapports du procureur du Roi. Ces considérations nous ont permis de constituer une population de 295 individus, au sein desquels figurent à la fois des « hommes de terrain » (« exécutants643 » et complices), des intermédiaires – relayant l’ordre d’exécution – et des « donneurs d’ordre ». Établies empiriquement, ces catégories de suspects sont relativement souples, nous le verrons. Il convient en outre de préciser que notre échantillon reprend de nombreux individus qui n’ont jamais été reconnus par un mouvement de résistance, ou dont on ne connaît pas l’affiliation.

43Les termes masculins utilisés jusqu’ici pour décrire les suspects ne relèvent pas uniquement d’un principe de neutralité. L’examen du premier élément de profil, le genre, révèle une très faible – pour ne pas dire inexistante – proportion de femmes. Ainsi un peu plus de 1 % de ces suspects sont des femmes (4 suspects sur 295). À vrai dire, il n’est guère étonnant que ces homicides attribués à la résistance (armée) ne mettent en scène que quelques femmes, celles-ci étant généralement exclues de mission d’« épuration » de ce type.

44L’examen plus précis de ces quatre profils donne des résultats contrastés.

  • 644 Elle semble avoir non seulement transmis l’ordre d’exécution, mais également participé à l’enlèveme (...)
  • 645 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.978 P.

45Deux d’entre elles étaient courrières, l’une au sein des Partisans armés, l’autre pour le FI - la première bénéficie du statut de résistant armé644. Il n’est pas certain que la seconde, âgée de 26 ans au moment des faits, figure sur le réquisitoire de dessaisissement. Un projet de rapport manuscrit stipule toutefois : « il échet de retenir à charge de Marie G. la prévention de complicité par [instruction ? mot illisible] en renseignement donné »645.

  • 646 Si le décès de la victime n’est pas survenu à la suite des coups et blessures octroyés par Léa F., (...)
  • 647 Les agissements de l’une des suspectes à Breendonk ont été décrits par Balace, « Les hoquets de la (...)
  • 648 Dans la pièce n° 84 du dossier d’instruction (dont nous ne disposons pas), Jeanne H. déclare : « En (...)
  • 649 Deux d’entre elles ont 30 ans au moment des faits, une a 26, l’autre 39.

46Les deux dernières suspectes ont appartenu aux Partisans armés, sans que leurs fonctions dans ce mouvement nous soient connues. Âgées de respectivement 30 et 39 ans l’une est secrétaire commerciale, l’autre infirmière – elles figurent toutes deux sur le même réquisitoire final. Outre de nombreux faits d’attentats à la pudeur, l’une des deux est inculpée pour coups et blessures volontaires ayant causé la mort sans intention de la donner ; l’autre de « coups et blessures ayant causé une incapacité de travail personnel, avec la circonstance que les coupables ont agi avec préméditation646 ». Les faits se produisent en septembre et octobre 1944 à La Louvière (au Château Graffé, Rue du Temple, quartier général des PA)647. Sans relater leurs actes de tortures – que l’une d’elles semble admettre sans difficulté648 – on peut encore préciser que l’âge de ces quatre femmes oscille autour de la trentaine649. Vu le nombre dérisoire de suspects de sexe féminin, l’imposante foule masculine peut dès à présent être scrutée séparément.

  • 650 Notre première méthode avait consisté à calculer l’âge des suspects de manière synchronique à la da (...)

47Le second élément de profil, l’âge, est un précieux élément pour faire apparaître les générations auxquelles ces suspects masculins appartiennent. Certains auteurs étant impliqués dans plusieurs affaires, nous avons considéré l’âge au moment du premier fait relevé à leur charge650. Dans 196 cas sur 292, les renseignements nécessaires à ce calcul (date de naissance du suspect et date des faits) sont connus et précis.

  • 651 Manuel Eisner, « Long-Term Historical Trends in Violent Crime », in Crime and Justice, t. 30, 2003, (...)
  • 652 Eisner, « Long-Term Historical Trends... », p. 114. Ce dernier utilise les études suivantes : Mario (...)

48C’est un suspect en moyenne de 10 ans plus jeune que sa victime qui apparaît en filigrane de notre analyse. Cet écart est en général de 3 ans dans l’historiographie internationale sur l’homicide confrontant l’âge des auteurs et des victimes651. Si le suspect est âgé de minimum 16 ans comme sa victime, il n’a pas plus de 53 ans, soit 10 ans de moins que la plus âgée des victimes féminines, et 18 ans de moins que la plus âgée des victimes masculines. En confrontant valeurs absolues et valeurs relatives (cf. figures n° 15 et 16), deux classes d’âge ressortent majoritairement de l’analyse : les 20-24 ans et dans une moindre mesure les 30-34 ans. En outre, la tranche 20-39 ans comprend près de 86 % des suspects (163 sur 196). Au-delà, comment expliquer ce léger creux qui caractérise la tranche d’âge des 25-29 ans, elle-même classe d’âge dégarnie dans la pyramide des âges de l’arrondissement ? Malgré nos recherches, aucune hypothèse satisfaisante n’a pu être dégagée. Notons toutefois que cette distribution correspond grosso modo à la courbe d’âge généralement observée chez les auteurs d’homicide en Europe à travers les époques652.

Figure n° 15 : Répartition de 196 suspects masculins sur 291 par tranches d’âge au moment de leur (premier) homicide – valeurs absolues. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)

Figure n° 15 : Répartition de 196 suspects masculins sur 291 par tranches d’âge au moment de leur (premier) homicide – valeurs absolues. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)

Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.

  • 653 Voir note de la figure n° 14.

Figure n° 16 : Répartition de 196 suspects masculins sur 292 par tranches d’âge au moment de leur (premier) homicide – valeurs relatives (‰). Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)653

Figure n° 16 : Répartition de 196 suspects masculins sur 292 par tranches d’âge au moment de leur (premier) homicide – valeurs relatives (‰). Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)653

Sources : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945 ; Ministère des Affaires économiques, Institut national de statistique, Recensement Général de la Population, de l’Industrie et du Commerce au 31 décembre 1947, t. 5, Répartition de la population par âge, Bruxelles, Van Muysewinkel, 1951, p. 230-237.

  • 654 L’observation du tableau n° 24 ne peut se départir de précautions critiques : comment ces professio (...)

49Connue pour presque deux tiers des suspects, la profession offre un dernier angle d’attaque général. On soulignera qu’une différenciation des secteurs public et privé est très délicate en particulier dans certains domaines : le terme d’« employé » est par exemple généralement mentionné sans autre précision654.

Tableau n° 24 : Répartition des suspects de sexe masculin par catégories socio-professionnelles. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)

Tableau n° 24 : Répartition des suspects de sexe masculin par catégories socio-professionnelles. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)

Sources : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945 ; Ministère des Affaires économiques, Institut national de statistique, Recensement Général de la Population, de l’Industrie et du Commerce au 31 décembre 1947, t. 8, Répartition de la population d’après l’activité et la profession, Bruxelles, Van Muysewinkel, 1953, p. 186-192.

  • 655 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 2, p. 777.
  • 656 Ibid.

50Parmi les auteurs dont le métier a pu être identifié, les ouvriers représentent une crasante majorité (51,6 %). Si l’on compare ce pourcentage avec celui des ouvriers parmi les résistants hennuyers (27 %655) et avec leur proportion dans la province (61,2 %), force est de constater que ce pourcentage est assez singulier. On signalera également l’importance des artisans et commerçants (13,6 %) et ensuite des gendarmes, militaires et gardes champêtres et des employés (respectivement 11,6 %), ces deux catégories étant légèrement mieux représentées que dans l’ensemble de la résistance hennuyère656.

  • 657 Cf. notamment : François Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et foncti (...)
  • 658 Ce premier principe caractérise les intentions des résistants, ce qui les pousse à entamer et à mod (...)

51L’observation de ces suspects en tant que meurtriers présumés ne doit pas éclipser le fait qu’ils appartiennent majoritairement à la résistance. Pour penser les relations de la résistance française avec la société, François Marcot a introduit plusieurs approches novatrices, dont les principes d’intentionnalité et de fonctionnalité657. Si le premier principe658 est difficilement analysable à ce stade de l’enquête, qu’en est-il du second ?

  • 659 Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance… », p. 25.
  • 660 Sous des dehors péremptoires, cette affirmation constitue uniquement une hypothèse de travail. Aprè (...)
  • 661 Les cinq mouvements de lutte armée sont l’Armée secrète (AS) (dont le précurseur est la Légion belg (...)

52La fonctionnalité est ce principe selon lequel « la Résistance recrute en vertu de ses besoins propres et les acteurs remplissent des fonctions qui ne peuvent pas être accomplies par des éléments interchangeables de la société659 ». Si elle peut enrichir notre lecture des catégories professionnelles, il ne faut pas oublier que dans une large majorité les suspects ne semblent pas avoir effectué que des attentats660. Ceux-ci appartiennent surtout, nous le verrons, à des mouvements de lutte armée661, et leur combat contre l’occupant peut prendre de multiples formes (le sabotage, les transports d’armes, les parachutages, le renseignement, etc.).

  • 662 Nous l’avions précisé, le pourcentage relevé dans notre tableau est d’ailleurs similaire à celui ob (...)

53Sans négliger la part du hasard, on peut signaler qu’une importante proportion d’artisans et de commerçants parmi les suspects ne semble pas anodine. Par leur possibilité d’effectuer des déplacements plus discrets, de rencontrer de larges catégories de personnes sans éveiller les soupçons, ils sont naturellement présents en nombre dans de nombreuses formes de résistance662. La présence massive des ouvriers est peut-être un phénomène plus complexe à examiner. Tout en tentant de faire la part des choses, il peut être intéressant de mettre ce phénomène en relation avec les mouvements de résistance desquels se revendiquent les suspects de notre corpus. Cette information est cependant loin d’être automatiquement présente au sein des dossiers, même lorsque les suspects ont obtenu le statut de résistant armé : seule l’appartenance de 137 suspects a pu être dégagée.

Figure n° 17 : Appartenance aux mouvements de résistance de 137 suspects sur les 295 identifiés. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)

Figure n° 17 : Appartenance aux mouvements de résistance de 137 suspects sur les 295 identifiés. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)

Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.

  • 663 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 2, p. 811.
  • 664 Il faut préciser que pour ces 23 membres de l’AS, la profession de 10 d’entre eux n’a pas pu être r (...)

54Les Partisans armés, extrêmement actifs au sein du Borinage, détiennent la palme en nombre de suspects, suivis de plus loin par l’Armée secrète. À l’échelon du Hainaut, ces deux mouvements comportent une grande proportion d’ouvriers, qui s’y répartissent de manière relativement équitable, selon les recherches de Fabrice Maerten663. Selon notre propre échantillon, 40 des 79 suspects appartenant aux PA proviennent du monde ouvrier, tandis que 4 seulement constituent l’échantillon ouvrier des 23 membres de l’AS identifiés664.

55Cette prédominance des suspects provenant des Partisans armés semble par ailleurs relativement compréhensible si l’on se penche sur la spécificité propre des mouvements de résistance armée dans l’ensemble du Hainaut.

Tableau n° 25 : Taux de participation, par mouvements, des résistants du Hainaut, aux différents types de Résistance armée (en %). Focus sur les PA, l’AS, le Groupe G, les MP et le MNB

Tableau n° 25 : Taux de participation, par mouvements, des résistants du Hainaut, aux différents types de Résistance armée (en %). Focus sur les PA, l’AS, le Groupe G, les MP et le MNB

Source : Maerten Fabrice, Du murmure au grondement…, t. 3, p. 1114 (annexe n° 141).

56Tout en gardant en mémoire que ces résultats proviennent d’une étude à l’échelon provincial, il faut remarquer que le mouvement PA est celui qui se distingue le plus en matière d’actions armées. Cet élément fournit donc une piste explicative intéressante en lien direct avec notre étude.

  • 665 À cet égard, les épisodes des séries De Nieuwe Orde et de Jours de Guerre consacrés aux « exécution (...)

57Au terme de ce profil sociologique, il faut acter que beaucoup d’éléments nous font défaut pour établir un véritable portrait. Sans doute, la consultation de sources provenant des mouvements de résistance aurait-elle permis de collecter quelques données fondamentales, telle la période de l’entrée en résistance. On remarquera enfin que les motivations profondes de l’engagement au sein de la résistance, mais plus largement les parcours de vie, les sphères familiales et amicales de nos suspects restent des angles morts de notre recherche665.

3. L’assassinat du juge Dupont-Lacroix : un drame exemplatif ?

  • 666 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, L (...)

[Confidentiel. Urgent.] Monsieur le Procureur du Roi,
À la demande de Monsieur l’Auditeur Général, je vous serai obligé de me fournir quelques renseignements sur l’attitude de Monsieur Dupont-Lacroix – juge d’instruction durant la Guerre. [… ]666

  • 667 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, L (...)

[Confidentielle.] Monsieur l’Auditeur Militaire,
Comme suite à votre lettre AG.177 du 8 novembre 1944 en cause Monsieur Dupont-Lacroix, juge d’instruction, j’ai le regret de vous faire part de ce que ce magistrat a été assassiné le 8 novembre. Dans ces conditions, sauf avis contraire de votre part, j’estime que votre demande est actuellement sans objet667.

  • 668 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P. 1944-1953. Dossier relatif à la communication de pièces de dossiers à l (...)
  • 669 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, B (...)

58Le matin du 9 novembre 1944, une onde de choc parcourt le Palais de Justice de Mons. La veille, vers 19 h, le juge d’instruction Armand Dupont-Lacroix, 59 ans, a été abattu alors qu’il s’apprêtait à franchir la grille de sa propriété, à Ghlin, rue du Marais à Chardons668. Né à Liège, époux de Mathilde Lacroix, ce père de sept enfants avait été substitut du procureur du Roi de Mons dès 1920 avant d’être nommé juge près le Tribunal de Première instance de Mons en 1931669.

  • 670 Balace, « Les hoquets… », p. 103-104 ; Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1, p. 142 ; Balace, « (...)
  • 671 Son titre complet : Dossier relatif à la communication de pièces de dossiers à l’auditorat militair (...)
  • 672 Tels, par exemple, au sein des archives de l’auditorat militaire, les rapports sur les affaires enc (...)

59Son assassinat à quelques semaines de la Libération est, nous le verrons, tout à la fois symptomatique des zones grises de la période de sortie de guerre, des fractures sociales qui parcourent la société montoise, mais également de la méfiance (voire de la défiance) qui imprègne les rapports entre la résistance et la magistrature de l’arrondissement. Les archives du parquet de Mons livrent au sujet de l’événement un éclairage inédit, qui permet de compléter sous divers aspects les éléments jusqu’ici fournis par la presse d’opinion670. Malgré la richesse documentaire du dossier constitué par le parquet autour des pièces communiquées à l’auditorat militaire671, ce chapitre ne constitue qu’une contribution modeste à l’histoire de cette affaire, d’autres sources non exploitées étant susceptibles d’affiner notre éclairage672.

60Nous nous attacherons dans ce chapitre succinct à démonter quelques mécanismes de cette affaire dense et complexe. Quatre angles d’approche constitueront la trame de l’analyse : l’inscription de l’assassinat dans le contexte troublé de novembre 1944 ; ses mobiles possibles et quelques-uns de ses « rétroactes » ; l’enquête et ses errements ; les pressions exercées par l’« opinion » à partir de 1952 pour faire libérer puis acquitter les prévenus.

3.1. Novembre 1944 ou la « dictature généralisée de la suspicion » ?

  • 673 Il est à noter que le 9 novembre, le tribunal de première instance rend hommage en audience publiqu (...)

61Dans les jours qui suivent l’événement, c’est un émoi palpable qui transparait dans la correspondance des magistrats au sujet de cette affaire673. Après une descente sur les lieux du crime, Maurice Schmit rapporte :

  • 674 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 9 novembre 1944.

Je ne puis vous cacher, Monsieur le Procureur Général, l’impression profonde que ce monstrueux assassinat a provoquée dans le Palais de Mons. Un abattement profond, une consternation lourde et tragique, ont pesé aujourd’hui matin sur notre Palais endeuillé […] De qui Monsieur le Juge d’Instruction est-il tombé victime ? Je l’ignore, mais il est certain qu’il parait que ce soit le magistrat qui soit visé, plus encore que l’homme. Un juge d’instruction est forcément en contact avec trop d’individus qui, à la faveur des circonstances troubles que nous vivons, peuvent être amenés à exercer des vengeances ou des ressentiments674.

62L’affaire Dupont-Lacroix doit d’abord être replacée dans le cadre des nombreux incidents qui ont ébranlé la magistrature hennuyère dès la Libération. À la fin de 1953, le procureur du Roi en livrera à l’auditeur militaire de Bruxelles un condensé en ce qui concerne son arrondissement :

  • 675 Un rapport non daté émanant du commissaire principal aux délégations judiciaires fournit une piste (...)
  • 676 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Rapport du procureur du Roi à l’auditeur militaire de Bruxelles, s. (...)

C’est ainsi notamment que des formations de la résistance en armes procédèrent à une perquisition dans la propriété d’un magistrat de mon parquet en l’absence de celui-ci et malgré les protestations de son épouse. Devant un tribunal de police, un prévenu se présenta un jour porteur d’une mitraillette. Ce ne fut que sur les instances du juge qu’il consentit à déposer son arme à peu de distance de lui sur le pavement de la salle. Un juge d’instruction vit un jour arriver à son domicile privé un groupe de gens armés exigeant la libération d’un détenu placé sous mandat d’arrêt. Le juge d’instruction prit place dans la camionnette de ces gens et revint avec le groupe à mon parquet. Au début de novembre 1944 se situe une démonstration par des forces armées en plein palais de justice de Mons675 […]. Des magistrats de mon Parquet se sont vu refuser la libération de détenus et à moi-même, dans mon cabinet, de semblables refus furent posés676.

  • 677 Que des recherches plus approfondies permettraient de dater précisément.

63Ces événements677, significatifs des difficultés du rétablissement de l’ordre dans l’arrondissement, s’ajoutent à l’ambiance de suspicion générale décrite par le chef du parquet dans son rapport du 9 novembre 1944 (cf. également supra, 1.3.3.) :

  • 678 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 9 novembre 1944.

Trop de gens circulent en armes ; il y a eu trop d’arrestations arbitraires ; trop de personnes ont été détenues sans titre ni droit par des formations de la résistance ; le public ne sait plus qui représente l’autorité ; nous semblons vivre sous la dictature généralisée de la suspicion ; tout cela désaxe les esprits et fait aller à la dérive les sentiments. […] J’aurais manqué à mes devoirs si je ne vous avais sommairement décrit ce désarroi des consciences, qui, seul, peut rendre possible un crime aussi monstrueux que celui dont j’ai la douleur de vous faire part. […] La paix publique, à l’heure actuelle, est un problème qui relève non seulement de conditions matérielles comme par exemple le ravitaillement et le travail, mais encore d’une clarification de l’atmosphère morale dans laquelle vit notre population678.

  • 679 Dauphin, Rapport de synthèse inédit…, p. 56-66.
  • 680 Gotovitch, Du rouge au tricolore…, p. 433.
  • 681 Pieter Lagrou, « Verzet en naoorlogse politiek », in Huyse et Hoflack, De democratie heruitgevonden (...)
  • 682 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du commissaire en chef aux délégations judiciaires au procur (...)
  • 683 Geoffrey Warner, « La crise politique belge de novembre 1944 : un coup d’État manqué ? », in Courri (...)

64Cet extrait convoque quelques-uns des ferments de la tension sociale qui ne cesse de croître dans le Hainaut depuis septembre 1944 : à des conditions matérielles particulièrement pénibles s’ajoute un arrêt du travail des ouvriers qui en découle largement679. Au-delà, il faut signaler que novembre 1944 se situe en plein cœur de la stratégie de la tension (octobre-janvier 1945) adoptée par le Parti communiste en vue de faire tomber le gouvernement Pierlot680. Cette stratégie s’appuie en grande partie sur les mouvements de résistance FI et PA, ce qui permet de faire de la question du désarmement un point de rupture pour le parti681. Les appels en ce sens qui proviennent du gouvernement depuis la mi-octobre 1944682 se heurtent en effet à un refus courroucé des FI et des PA, dont les frustrations s’exacerbent683. Le Capitaine Jean Drapier, officier régional du HCSE, sonde l’état d’esprit des résistants de la manière suivante à la mi-novembre 1944 :

  • 684 Bruxelles, AGR, HCSE, n° Z07, CAC capitaine Drapier, Note pour Monsieur le Haut-Commissaire à la Sé (...)

Cette exaltation est confuse. Elle a pour objet une prétendue indulgence des Conseils de guerre ; elle provient du mécontentement quant à la représentation jugée trop faible de la résistance dans les Conseils du Gouvernement […] enfin on se plaint de manière confuse et vague, du « mépris » dans lequel les hautes sphères du pays tiennent la Résistance, la laissant sans moyen de poursuivre sa tâche. Enfin, cette exaltation confuse est vindicative. On déclare à haute vois [sic] que si l’on démobilise, les résistants garderont individuellement leurs armes (arrachées à l’ennemi, précise-t-on). Cette volonté est dictée non seulement par un sentiment de fierté, mais encore par une vive inquiétude. Chacun se sent menacé par la 5e colonne. À La Louvière, la crainte est grande, parce que le nommé Duquesne, de la Gestapo, n’a pu encore être arrêté. On prétend l’apercevoir chaque jour, et son ombre fait naître une psychose analogue à celle de la peur des parachutistes en 1940684.

  • 685 Un dossier évoquant le pillage de l’habitation du juge Dupont-Lacroix serait inscrit au registre au (...)

65Si les éléments qui précèdent ont montré combien le contexte est loin d’être superflu pour appréhender ce dossier, il faut mentionner d’emblée que les pièces du dossier constitué par le parquet tendent à prouver que cet assassinat ne semble pas – ou pas uniquement – viser la fonction de magistrat instructeur ou la magistrature en général, mais bien l’énigmatique Armand Dupont-Lacroix, qui se trouve au centre de méfiances particulières dès (avant ?) l’occupation685.

3.2. Menaces et ombres portées : quelques précédents

66Aussi importe-t-il d’examiner avec prudence quelques-uns des dessous de cette affaire et l’imbroglio d’éléments qui ont sensiblement contribué à entacher la réputation du magistrat, jusqu’à provoquer des interrogations au sein même des parquets et de l’Auditorat général (cf. citations en exergue du chapitre).

  • 686 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du juge Dupont-Lacroix au procureur du Roi, 8 octobre 1944.
  • 687 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, R (...)
  • 688 Ainsi se trouverait au dossier une carte de condoléances émanant de Léon Degrelle adressée au juge (...)
  • 689 Cette affirmation doit être prise avec des pincettes : elle provient d’un rapport au procureur géné (...)
  • 690 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, R (...)
  • 691 Il s’agit de la mère d’Oger P. de Ghlin, cf. Maerten, Du murmure au grondement…, t. 2, p. 295 et 40 (...)
  • 692 Cf. Ibid., t. 1, p. 254.
  • 693 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, R (...)
  • 694 Le procureur du Roi lui communique le 28 juin 1952, une liste annexée des mandats d’arrêt décernés (...)

67Si le principal intéressé se défendait le 8 octobre 1944 de n’avoir « jamais fait partie d’une association politique et […] jamais fait de politique686 », c’est une réputation d’« être rexiste » qui semble suivre l’individu dès avant 1940687 – avec ensuite tous les accents que comportera cette qualification durant l’occupation. La trace de cette affinité d’avant-guerre semble appuyée par quelques éléments tangibles du dossier d’instruction – dont nous ne disposons toutefois pas688. En outre, le magistrat « jouissait à Ghlin d’un complexe d’impopularité dont l’origine doit se trouver dans la rigueur dont il n’a cessé de faire preuve pendant l’occupation vis-à-vis des voleurs opérant lors des passages de train. L’opinion était qu’en agissant ainsi, Monsieur Dupont favorisait la répression allemande689 ». On lui imputait dans les milieux de la résistance d’être la cause des perquisitions nombreuses faites à Ghlin, dans le cadre de la répression des vols au chemin de fer690. Par ailleurs, la mère d’un commandant des PA de Ghlin691 ayant été arrêtée par la GFP en 1943, avait acquis – sans réelle preuve, semble-t-il – la conviction que c’était le juge Dupont-Lacroix qui l’avait fait arrêter : le SS Willy Müller à la tête de la GFP692 lui avait dit lors d’un interrogatoire « que son mari et son fils avaient été arrêtés en 1940 comme suspects et communistes693 ». On notera à ce propos que l’auditeur militaire requiert en juin 1952 communication de « la liste des personnes [militants communistes] que feu le juge Dupont-Lacroix aurait fait incarcérer en 1940 dans l’arrondissement de Mons694 ».

  • 695 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, R (...)
  • 696 Il s’agit d’une plainte déposée par Louis L., libéré en juillet 1944, contre le Bourgmestre rexiste (...)
  • 697 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 52.446 P.
  • 698 Attentat datant de fin octobre 1943 selon Maerten. Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1, p. 88.
  • 699 Cf. Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du juge Dupont-Lacroix au procureur du Roi, 8 octobre 19 (...)
  • 700 Le magistrat instructeur était Philippe Nève de Mévergnies.
  • 701 Cf. Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du juge Dupont-Lacroix au procureur du Roi, 16 septembre (...)
  • 702 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, R (...)

68Un dernier élément, déterminant, est à souligner. Le juge Dupont-Lacroix aurait laissé l’impression dans les milieux de la résistance d’être en relations durant l’occupation avec les rexistes de la commune : le bourgmestre rexiste Maurice Jonckheer et un certain « commerçant en tissus et lingerie » qui aurait « fait plaisir à différentes reprises aux membres de la famille695 » pendant la guerre. Sans l’analyser en détail, il faut noter une plainte introduite dès la Libération par un instituteur local, Louis T., résistant, concernant l’intervention du juge Dupont-Lacroix dans son arrestation en novembre 1943696 suite à un l’attentat perpétré au domicile de Jonckheer697. Actons cependant que le principal intéressé a nié cette relation en octobre 1944 : « J’ai connu Jonckheer en 1943 parce que j’ai dû l’interroger deux fois : une première fois à l’occasion d’un vol à la gare de Ghlin, affaire dans laquelle il était verbalisant ; et une seconde fois à la maison communale à l’occasion d’un attentat [fin octobre 1943698] dont il avait été victime et que j’étais chargé d’instruire699 ». Toutefois, bien que n’étant pas chargé d’instruire l’attentat du 1er novembre 1943700, le juge déclare dans un autre document avoir rendu visite à Jonckheer ce jour-là « pour une visite de condoléances », l’explosion s’étant soldée par la mort de la femme et de la fille du bourgmestre rexiste701. On soulignera enfin que quelques phrases ambiguës émanant d’un officier de police judiciaire peuvent suggérer que l’exécution du juge avait déjà été planifiée en 1943 : « Pendant la guerre, en 1943, le J.I.D. [Juge d’instruction Dupont] fut menacé de mort par des groupements de Résistance. Cette menace ne fut pas mise à exécution parce que certaines personnalités de la Résistance firent des démarches pour neutraliser les menaces702 ».

  • 703 L’enquête menée par l’auditeur militaire de Bruxelles montrera que ce groupe d’hommes était command (...)
  • 704 L’intervention de cet officier ne nous est précisée que par la lettre du juge Dupont-Lacroix daté d (...)
  • 705 « Il convenait de procéder par voie de négociations et c’est donc dans cette pensée qu’à peine aler (...)
  • 706 L’itinéraire détourné – décrit dans la lettre du juge d’instruction – est de 11 minutes à pied selo (...)

69Ces éléments nous permettent d’aborder à présent un des précédents majeurs de l’assassinat : l’enlèvement et la séquestration du juge Dupont-Lacroix à la Caserne des Chasseurs à Cheval de Mons le 25 septembre 1944 vers 16 heures par des Partisans armés703 et un officier de l’armée belge704. Cet événement nous est connu par le témoignage du juge lui-même et par celui de Maurice Schmit qui se déplace sur les lieux en compagnie de l’auditeur militaire de Mons, pour tenter de parlementer avec les résistants en cause705. Escorté vers la caserne à partir de la prison de Mons706 par cinq « FI, mitraillette au bras », le juge Dupont-Lacroix relate :

  • 707 Cette lettre est clôturée par la phrase suivante : « Je vous prie, Monsieur le Procureur du Roi, de (...)

Arrivé à la caserne, j’ai été insulté par un individu FI qui m’a dit : « Le voilà, le fameux juge d’instruction Dupont ». […] Après un quart d’heure d’attente, deux civils sont arrivés et se sont assis au bureau. Ils m’ont donné connaissance d’une déclaration du bourgmestre de Ghlin, nommé Joncker [sic], lequel avait déclaré que le Juge Dupont n’était pas adhérent au parti rexiste, mais sympathisant et qu’il avait dénoncé de nombreux réfractaires. J’ai protesté contre ces accusations absolument fausses et j’ai demandé à être confronté avec mon accusateur. On est allé le chercher et on l’a traîné jusqu’à moi et on l’a jeté à terre, tout ensanglanté. Un médecin lui a fait une piqûre, puis je l’ai interpellé sur les calomnies qu’il avait articulées contre moi. Le bourgmestre Joncker a déclaré alors à voix basse qu’il me reconnaissait bien et il a dit qu’il ne confirmait pas sa déclaration. Je lui ai sommé de me donner les noms de réfractaires que je lui aurais soi-disant dénoncés, mais il n’a plus rien dit. Peu après, on m’a dit que j’étais libre, mais on m’a encore accusé de mettre des détenus en liberté et que partout, on s’étonnait que je n’étais pas encore arrêté707.

  • 708 Ces autorités sont le procureur du Roi, l’auditeur militaire, et selon le témoignage de Maurice Sch (...)
  • 709 Ces plaintes lui avaient été transmises le 20 septembre par le commissaire de police de Ghlin.
  • 710 Il faut remarquer qu’un autre C. de Ghlin figure sur la liste des individus appréhendés pour vols a (...)
  • 711 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, P (...)
  • 712 Cette date nous indique qu’il s’agit d’une arrestation opérée dans le cadre de l’opération Sonnewen (...)

70Avant d’analyser plus avant cette impuissance des autorités légales présentes708, il faut préciser que le même jour, Maurice Schmit avait transmis deux plaintes709 du « Comité de la Libération de la Commune de Ghlin », émanation du FI, au procureur général et à l’auditeur militaire de Mons. Les copies de ces documents, que contiennent le dossier personnel d’Armand Dupont-Lacroix, commencent par la phrase suivante : « Le Comité de la Libération de la Commune de Ghlin estime qu’il y a lieu de déférer à la justice belge : le nommé : Dupont Lacroix ». Chacune de ces plaintes se base sur un témoignage particulier : le premier émane d’un agent de police Raoul C., de Ghlin710, qui a « appris par une personne qui désire garder l’anonymat » que les responsables de son renvoi de la police au mois d’avril 1943 sont « les sieurs Jonckheer Maurice et Dupont-Lacroix qui au préalable s’étaient réuni711 ». Le second est celui de Marcelle D., arrêtée le 22 juin 1941 et transférée à la forteresse de Huy712, qui accuse le magistrat

  • 713 Il n’a pas été possible d’établir si Marcelle D. se confondait avec la mère d’Oger P. dont il a été (...)

[…] d’être responsable de son arrestation, suite à une instruction qu’il aurait ouverte en 1939 contre mon mari et mon fils. […] J’ai demandé au commandant de la prison pourquoi mon arrestation avait eu lieu, il me répondit que la GFP avait été mise en possession d’une liste de communistes de la région de Mons. J’en déduis donc que Monsieur Dupont-Lacroix aurait dû faire disparaître toute trace de dossiers qui pouvaient nous nuire713.

  • 714 « Étant donné le décès tragique de Monsieur Dupont, cette information ne présente plus l’intérêt qu (...)

71Ces deux témoignages sont signés par les plaignants et B. D[ésiré] « pour le FI ». Suite à leur réception, une information est immédiatement ouverte par l’Auditorat militaire de Mons – Désiré B. est d’ailleurs entendu le 6 novembre 1944 –, mais le décès tragique du principal intéressé allait fragiliser son intérêt aux yeux de l’auditeur militaire714.

72Mais revenons aux incidents du 25 septembre 1944 : ils jettent une lumière crue sur l’impuissance des autorités légales, contraintes à la négociation pour libérer un juge d’instruction séquestré par des autorités de fait. Quelle est la réaction de Maurice Schmit, dont on connaît le passé de captivité et de « résistant » ? Dans un rapport destiné au procureur général le 28 septembre 1944, il argue :

  • 715 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 28 septembre 1944.

Ces incidents comportent à mon sens plusieurs conséquences : 1°/ il est tout à fait inadmissible qu’un magistrat soit appréhendé par des organismes de résistance. […] Certes, dans les circonstances actuelles, la collaboration des organismes de la résistance est des plus utiles à l’œuvre de la Justice, mais il faut que la loi recouvre et garde son empire. […] 2°/ il conviendrait également que les organismes de résistance soient invités à respecter les immunités et privilèges de la juridiction. 3°/ Monsieur l’Auditeur Militaire et moi avons notifié à Monsieur le Directeur de la Prison de Mons d’avoir à interdire l’accès de la prison à quiconque n’était pas légalement qualifié. […] [pas de 4° /] 5°/ j’incline à penser qu’il serait éminemment souhaitable que le Gouvernement donne des instructions pour que les formations de résistance respectent la légalité en tous points. Il ne s’agit pas ici d’un problème de police judiciaire, mais je me permets de répéter, d’un problème gouvernemental715.

  • 716 Il s’agit à l’époque de M. Verbaet, du Katholiek Blok. Van Doorn, De parketmagistraat…, p. 249-250.
  • 717 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, L (...)
  • 718 Clovis Coppée (1886-1962) est président du tribunal de première instance de Mons de 1935 à 1956. Pi (...)
  • 719 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du [substitut du] procureur du Roi au procureur général, 20  (...)

73À la réception de ce rapport, Camille-Jean Pholien saisit immédiatement de cette affaire le ministre de la Justice716. Dans une lettre du 4 octobre 1944, il charge également le procureur du Roi de rechercher les auteurs de l’enlèvement ainsi que l’organisme auquel ils appartiennent717. Quelques jours plus tôt, le 29 septembre, le Juge Dupont-Lacroix a écrit dans son agenda personnel qu’« une personne aurait déclaré à M. le Président [du Tribunal de Première instance de Mons, Clovis Coppée718] qu’il [sic] avait entendu dire que si on n’arrêtait pas M. Dupont, il serait abattu719 ».

74Le 8 octobre, une nouvelle plainte du juge Dupont-Lacroix parvient au chef du parquet :

  • 720 On se reportera au sujet de l’histoire de ce journal durant l’occupation à Maerten, Du murmure au g (...)

Monsieur le Procureur du Roi, j’ai l’honneur de vous communiquer le N° du 8 octobre du journal « L’Union patriotique »720, qui contient des infamies à mon égard. Je vous demande de considérer la présente lettre comme une plainte formelle à charge des auteurs responsables de ces articles diffamatoires et je désire être entendu sur les faits qui y sont articulés. […] Je n’ai pas d’amis parmi les traîtres que j’ai arrêtés et je n’ai pas le pouvoir en qualité de juge d’Instruction de libérer des détenus. Ces infamies émanent certainement de Ghlin, vraisemblablement d’individus que j’ai arrêtés. Il y a dans les FI quantité de gens qui ont été condamnés à la suite de mes instructions, et c’est là qu’il faut chercher l’auteur des calomnies du journal ci-joint.

  • 721 Balace, « Les hoquets… », p. 103.
  • 722 « Jonckheer vient de mourir en prison la nuit de mardi à mercredi. Il a eu trop peu de temps pour é (...)
  • 723 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du juge Dupont-Lacroix au procureur du Roi, 8 octobre 1944.

75L’Unité patriotique, organe du FI montois, dirigé par le PA André Dans721, déplore dans l’article en question le décès de Jonckheer qui ne permettra pas de faire toute la lumière sur ses relations avec le magistrat722, qu’il accuse en outre de libérer « des amis ». Une phrase vibrante conclut les propos du journaliste anonyme : « Commençons par l’Épuration au sein de la Magistrature723 ».

  • 724 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, L (...)
  • 725 Le 30 octobre, le chef du parquet de Mons lui avait écrit, relativement aux devoirs prescrits : « J (...)

76Cette seconde plainte du juge parvient le 10 octobre au procureur général, qui estime « qu’il est inopportun actuellement de donner suite à la plainte formulée par M. Dupont724 ». Par contre, les devoirs nécessaires à l’identification des auteurs de l’enlèvement semblent chers à Camille-Jean Pholien, qui s’impatiente le 6 novembre de la prudence manifestée par Maurice Schmit725 :

  • 726 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, L (...)

Je m’étonne de l’avis que vous émettez plus de trois semaines après réception de ma dépêche du 4 octobre 1944. Si, au moment où les faits se sont passés, il était difficile de procéder à une information, rien n’a pu vous empêcher d’y procéder dans la suite. Et si, par ailleurs, M. Dupont estimait devoir jeter l’oubli sur l’incident, encore est-il de l’intérêt de la magistrature en général, qu’il n’en soit pas ainsi726.

  • 727 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, L (...)

77Un peu plus d’une semaine plus tard, après l’assassinat du principal intéressé, et malgré l’ouverture immédiate d’une instruction à ce sujet, le procureur du Roi estime à nouveau que les devoirs prescrits sont trop délicats pour être accomplis immédiatement : « La moindre intervention pourrait avoir les plus graves conséquences et suis convaincu que les enquêteurs éprouveraient les plus sérieuses difficultés. J’incline à penser au surplus que l’intérêt même de l’entourage de M. Dupont recommande l’abstention. […] J’estime que la paix publique recommande de ne pas raviver cet incident727 ».

3.3. Aléas d’une enquête malaisée

  • 728 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, L (...)

78Les paragraphes précédents peuvent le laisser pressentir : l’enquête sur cet assassinat va dans un premier temps relever de la quadrature du cercle pour le parquet. Comment ordonner des devoirs dans les milieux de la résistance alors que l’impérieuse nécessité d’un apaisement des tensions (cf. supra, 2.4.2.) intime aux magistrats et enquêteurs « la plus grande prudence, la plus extrême diplomatie728 » ? Dès le départ, c’est également la sécurité de la famille de la victime qui entre en ligne de compte :

  • 729 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 9 novembre 1944.

Madame Dupont-Lacroix, au cours d’une conversation personnelle, m’a dit que son mari vivait depuis le mois de janvier dans la crainte d’événements fâcheux, qu’il aurait été porté sur les listes aussi bien de « rexistes » que « d’armée blanche ». Madame Dupont m’a dit également qu’elle n’avait aucun indice spécial à me signaler et que d’ailleurs, dans les circonstances actuelles, il importait à sa sécurité personnelle, d’être très prudente dans l’émission de soupçons729.

  • 730 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 4 juin 1946.
  • 731 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur de la République de Cambrai au procureur du Roi (...)
  • 732 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 5 juin 1947.
  • 733 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du [substitut du] procureur du Roi au procureur général, 20  (...)

79S’il semble que dès les premiers mois de l’enquête, les témoins sont réticents, nous perdons la trace de l’instruction jusqu’au 20 septembre 1945, date de sa clôture provisoire par une ordonnance de non-lieu de la Chambre du conseil. Il faut attendre le 4 juin 1946 pour que l’affaire puisse sortir quelque peu de sa torpeur. Ce jour-là, une lettre anonyme signée d’« un ami de la justice » parvient au parquet. Elle fait état qu’un certain M., montois détenu à Cambrai se serait « vanté à un de mes amis ainsi que d’autres, qu’il avait réglé l’affaire d’un juge d’instruction à Mons au moment de la libération […] ainsi en tout cas si c’est vrai vous le saurez toujours, car malheureusement mon ami ne se souvient plus du nom du juge en question730 ». Le 26 juin 1946, l’interrogatoire mené à Cambrai sur commission rogatoire par la police française en présence du procureur du Roi731, amènera M. à reconnaître sa seule forfanterie. Après ce coup dans l’eau, c’est une seconde piste française qui conduit un inspecteur principal de la police judiciaire de Mons jusqu’à Carcassonne le 3 mai 1947, pour assister à l’interrogatoire d’un certain Raoul D., qui sera bientôt condamné à mort par arrêt du 8 mai 1947 de la Cour d’Assises de l’Aude, du chef d’assassinat et de vols qualifiés. Originaire de Frameries et âgé de 20 ans, il a dénoncé au commissaire de police local, un de ses amis qui lui aurait dit « L’affaire du Juge Lacroix est faite ». Les premiers résultats semblent satisfaisants : deux suspects sont identifiés, tous deux appartiennent aux PA secteur 022732. Toutefois, la suite de l’information est décevante : un substitut relate au procureur général le 20 avril 1948 que les devoirs de la police judiciaire « n’ont amené aucun élément de nature à permettre d’identifier les auteurs de l’attentat commis sur la personne de Monsieur Dupont-Lacroix733 ».

  • 734 Nous ne disposons pas de ce document, parvenu au parquet le 29 juillet 1947.
  • 735 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du [substitut du] procureur du Roi au procureur général, 20  (...)
  • 736 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du [substitut du] procureur du Roi au procureur général, 20  (...)

80Entretemps, le gendre de la victime, André Douxchamps, a fait parvenir au parquet, un résumé en sept points reprenant les incidents ayant marqué la vie du magistrat instructeur pendant les mois qui ont précédé l’attentat734. L’enquête approfondie sur les différents éléments de cette note est cependant difficile : « les témoins sont réticents ; ils manifestent le désir de ne pas être mêlés à l’affaire et font état du temps déjà long qui s’est écoulé depuis les faits pour n’apporter aucune précision dans leurs déclarations735 ». Parallèlement, le commissaire principal de la police judiciaire est chargé de prendre connaissance « du dossier constitué en 1939 ou 1940 par les soins du juge Dupont-Lacroix au sujet d’éléments subversifs736 ».

  • 737 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 2 décembre 1950.
  • 738 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 2 décembre 1950.

81Au cours de l’année 1950, l’enquête va alors approcher de très près l’un des protagonistes de l’assassinat. Sans que nous puissions connaître son contenu, un procès-verbal établi par le commissaire en chef aux délégations judiciaires (n° 265 C) fournit en novembre 1949 le nom de deux nouveaux suspects. Mais des perquisitions effectuées au domicile d’un certain Fernand D., l’un des individus soupçonnés, se révèlent caduques. Si l’on y trouve bien des armes de guerre, « il s’agit d’une mitraillette et d’un fusil de guerre et il résulte du dossier que M. Dupont a été tué à l’aide d’un revolver cal. 7,65 mm737 ». Les soupçons s’éloignent donc temporairement de Fernand D. pour se porter sur le fils d’un autre suspect. Ayant tiré sur un gendarme en avril 1944, il a été condamné le 22 décembre de la même année à quatre mois d’emprisonnement avec sursis. Or, le pistolet du crime, saisi en décembre 1944 et remis au receveur des domaines de Liège, est de calibre 7,65 mm738. L’avis d’un expert en balistique est sollicité pour comparer l’arme avec les douilles et les balles saisies sur le lieu du crime.

82Ce mince espoir d’établir une correspondance est rapidement déçu : les douilles et déchets de projectiles, les trois balles de révolver ne pourront jamais être mis à disposition de l’expert désigné. Le 1er février 1951, le juge d’instruction avertit le procureur du Roi que ces pièces à conviction ont été détruites en 1948.

  • 739 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 15 mars 1951.

Mis au courant de cette situation, j’ai réclamé des précisions à M. le Greffier en chef. Le commis [Célestin] L. qui a apposé la mention relative à la destruction dans le registre des pièces à conviction a répondu qu’il avait agi sur instructions du Parquet, mais l’apostille que mon office aurait adressée à cet effet au greffe n’a pu m’être représentée739.

  • 740 Selon les termes de Camille-Jean Pholien. Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur génér (...)
  • 741 Entretemps, en juin 1952, le journal de Mons et du Borinage a déjà titré dans un article « Certific (...)
  • 742 Ce substitut au passé de résistant (au sein de l’Armée secrète et de Socrate à Nivelles) sera soupç (...)
  • 743 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre personnelle du procureur général au procureur du Roi, 26 jan (...)

83Entendus le 22 juin 1951 après des recherches approfondies, le greffier en chef et le préposé au greffe sont invités à préciser chacun leurs méthodes de travail et c’est l’hypothèse d’une « faute grave740 » qui est accréditée par le parquet. On notera toutefois qu’en janvier 1953, l’auditeur militaire de Bruxelles réexamine cette mystérieuse disparition dans le cadre de son instruction741. Après l’interrogatoire du nouveau greffier en chef du Tribunal de première instance, la responsabilité est imputée soit à Célestin L., qui vient d’être condamné à cette époque « du chef de détournement de fonds et révoqué de ce chef, soit à feu le substitut H.742, soit encore à l’un et à l’autre, conjointement743 ».

  • 744 Georges Hoyois, né en 1921, est officier de police judiciaire jusqu’en 1986. Mons, AÉM, PTPIM, Poli (...)
  • 745 L’instruction a été reprise sur charges nouvelles le 20 juin 1951.
  • 746 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 22 mars 1952.
  • 747 L’objet de cette confidence restera cependant mystérieux : « le seul fait de dire de quoi il s’agit (...)

84Ce n’est qu’à la suite d’une longue et tortueuse enquête – laquelle suivra encore de fausses pistes en 1951 et 1952 – que les enquêteurs vont identifier les deux individus responsables de l’assassinat. C’est à l’intuition d’un jeune officier de la police judiciaire744, Georges Hoyois, que l’instruction doit ce rebondissement salvateur745. Ayant recherché si des PA de Ghlin n’avaient pas été détachés ailleurs, et notamment dans le centre, Hoyois a cerné deux individus : Fernand D., que nous retrouvons ici, et un certain W. « Mais le premier semble avoir plus que l’autre une mentalité susceptible de ne pas le faire reculer devant l’acte qui lui était demandé. Il était plus jeune et plus exalté. » Pour contrebalancer la perquisition infructueuse de la fin de l’année 1950, M. Hoyois avance que D. « après la libération avait été contrôleur du ravitaillement et qu’en cette qualité, il avait détenu un révolver du calibre 7,65 mm, arme non immatriculée et non acquise au moyen d’une autorisation régulière746 ». L’intime conviction d’Hoyois allait se transformer en certitude en mars 1952, « à la suite d’une confidence qu’il a reçue d’une personne à laquelle il a promis de ne pas dévoiler l’identité [sic], mais qu’il affirme être d’une parfaite honorabilité747 ».

  • 748 Fernand D. est né à Ghlin le 2 novembre 1920. Commerçant en salaison, il est comme sa victime habit (...)
  • 749 Paul B. ou « le Commandant Denis » est à la tête du secteur 023 des PA. Né à Wasmes le 22 mai 1919, (...)
  • 750 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 2 avril 1952.

85L’enquête semble alors pouvoir atteindre son dénouement immédiatement. Mandat d’arrêt est décerné à Fernand D. le 1er avril. Après avoir nié toute participation, le suspect748 admet que l’ordre de commettre l’assassinat lui a été donné par le commandant des PA du corps 023 de La Louvière, Paul B.749 Ce dernier, placé sous mandat d’arrêt, entre également dans la voie des aveux, ce qui permet au substitut du procureur du Roi, Léopold Mahaux, d’annoncer dès le 2 avril au procureur général qu’il attend désormais les attestations de l’Office de la Résistance concernant le statut des intéressés750. Mais le sort ne devait pas couronner immédiatement de succès les efforts de la police judiciaire.

  • 751 Il s’agit d’une date attribuée par défaut : « Comme j’ai eu l’honneur de vous l’exposer lors de l’a (...)

86Le 7 avril, à la réception des attestations en question, il apparaît qu’il est impossible de transmettre l’affaire à la justice militaire : la qualité de résistant armé n’a été accordée aux suspects que pour une période expirant le 14 octobre 1944751, soit près de 3 semaines avant les faits. Toutefois, une mention étonnante, « arrondi au mois supérieur », figure sur chacune des deux ordonnances. Après avoir interrogé l’Office de la Résistance au sujet de ces termes, le procureur du Roi signale :

  • 752 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 30 avril 1952.

[…] il est apparu au cours de cet entretien téléphonique que la date de sortie paraissait devoir être réexaminée, la démobilisation des « PA » étant postérieure à la date indiquée. L’Office de la Résistance, en la personne de l’officier adjoint du colonel de Ridder, me suggère de procéder à une information en même temps que l’office procéderait à nouveau à l’examen des dossiers des intéressés. J’ai transmis cette information ordonnée par le Juge d’Instruction au dit office752.

  • 753 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 30 avril 1952.

87La célérité de la commission ad hoc allait être remarquable : dès le 9 avril, l’Office de la Résistance fait parvenir au procureur du Roi de nouvelles attestations de la qualité de résistants armés de Paul B. et Fernand D. Les documents leur reconnaissent cette qualité jusqu’au 18 novembre 1944, donc postérieurement aux faits dont ils allaient pouvoir être inculpés753.

  • 754 La partie civile a formé opposition à l’ordonnance en question – s’estimant lésée de n’avoir pas ét (...)
  • 755 Leur transfert à l’Avenue Louise (24 avril), afin d’être mis à disposition de l’auditeur militaire (...)

88Mais malgré une rapide ordonnance de dessaisissement le 20 avril, les prévenus ne sont déférés devant la juridiction militaire que six mois plus tard, le 15 octobre 1952754. À la fin du mois de mai, après une campagne de presse déchainée provenant des milieux de la résistance, ils sont remis en liberté provisoire755.

3.4. Une influence de l’« opinion » ?

  • 756 Nous avons pu constater que cette pratique consistant à informer l’auditeur militaire de l’état de (...)
  • 757 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.791 P, Lettre du procureur du (...)

89Entre le 6 avril et le 1er juin 1952, le procureur du Roi transmet très régulièrement des coupures de presse à l’auditeur militaire de Bruxelles756. Cette pratique est manifestement destinée à l’informer des opinions locales : « je vous envoie le cas échéant les journaux locaux relatant les appréciations et incidents dans cette affaire à telles fins que vous jugerez utiles. J’ai cru qu’il vous intéressait de connaître l’état de l’opinion à cet égard757 ».

  • 758 Bien que nous ne disposions pas de documents relatifs à cette infirmation du mandat d’arrêt, cette (...)
  • 759 Il s’agit des titres suivants : Le Journal de Mons et du Borinage (catholique indépendant, organe d (...)
  • 760 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du commissaire de police-adjoint de Wasmes au procureur du R (...)
  • 761 A Pâturages, environ 1 500 manifestants (selon les chiffres de la gendarmerie), « ont défilé par ra (...)
  • 762 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Procès-verbal confidentiel de la police de la ville de Mons, Inform (...)

90S’il est difficile de préjuger de l’impact de cette opinion sur la libération provisoire prononcée par la Chambre des mises en accusation758, il importe d’observer les titres de ces articles : Pourquoi a-t-on arrêté le résistant Pol B. dont la tête fut mise à prix par la Gestapo ? (5 avril) ; Exigez la libération de B. et D. (15 avril) ; Il faut briser (pacifiquement) les barreaux qui entourent les résistants Pol B. et Fernand D. (27 avril) ; Huit ans après – Et si c’était à refaire…? (8 mai) ; B. et D. doivent sortir de prison – vous pouvez les aider (11 mai) ; À Pâturages, dans un silence lourd de réprobation deux à trois mille patriotes défilent devant le domicile de Pol B. à Ghlin, les patriotes rendent un vibrant hommage à Fernand D. (13 mai) ; Manifestation Nationale pour la libération de tous les résistants incarcérés (15 mai) ; Quand l’incivisme relève la tête (19 mai) ; Les résistants borains B. et D. sont libérés (25 mai). Cette campagne de presse des journaux locaux759 est menée parallèlement à d’autres actions de protestation. La nuit du 10 mai, des inscriptions à la chaux fleurissent sur les pavés de Wasmes « Libérez B. et D. »760. Le lendemain, deux manifestations de sympathie simultanées sont organisées à Ghlin et à Pâturages par divers groupements de résistance761 (cf. supra). À quelques pas du Palais de justice de Mons, des individus placardent des affiches dans la nuit du 21 mai, sur un urinoir public762.

  • 763 Pour citer les chiffres repris dans un article de Fabrice Maerten, le Parti communiste passe « de 2 (...)
  • 764 Connu notamment pour son rôle au sein de la guerre scolaire (1952-1958), Léo Collard est échevin de (...)
  • 765 Cette datation a été effectuée sur base des documents précédant et suivant cette note, qui étaient (...)

91Si ces événements paraissent significatifs d’un certain état d’esprit, ils disent en fait très peu de leur véritable réception par la population boraine et de l’élan populaire qui a pu les accompagner. Or, en 1952, le poids social et politique de la résistance communiste s’est réduit comme une peau de chagrin dans le Hainaut763. Par ailleurs, des indices, certes fragiles, nous suggèrent que toute cette agitation n’est pas étrangère à la volonté d’un certain Léo Collard, conseil des prévenus, mais également échevin socialiste de la ville de Mons764. C’est une note confidentielle – et anonyme – destinée au procureur du Roi, datée d’entre le 7 et le 16 avril 1952765, qui le laisse affleurer :

Note confidentielle pour Monsieur le Procureur du Roi. L’article paru dans le Journal Le Peuple de ce matin, relatif aux arrestations B.-D., aurait été rédigé par Mr l’Avocat Collard, qui serait le Conseil des précités. Une campagne de presse serait envisagée plus particulièrement dans les journaux régionaux. Au cours d’une conférence donnée hier soir sur son voyage dans les Balkans, dans un local de Baudour, Maître Collard aurait envisagé des manifestations de sympathie en faveur des détenus précités, et ce par les Groupements de résistance.

  • 766 Deux articles du journal Le Peuple en témoignent : « Le Congrès Régional de la C.G.S.P. marque sa s (...)

92Il est à souligner que la CGSP appuie la demande de libération766, ce qui n’est sans doute pas étranger à la profession de professeur dans l’enseignement technique de Paul B.

  • 767 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre de l’auditeur militaire au procureur du Roi, 30 septembre 19 (...)

93Provisoirement sans objet, les revendications allaient encore fleurir à un stade ultérieur du traitement pénal de l’affaire : suite au renvoi des inculpés devant le Conseil de guerre, un second élan de mobilisation coïncide avec la première audience de la juridiction le 5 octobre 1953767.

  • 768 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Procès-verbal de la Brigade de gendarmerie de La Louvière, Renseign (...)
  • 769 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Procès-verbal de la Brigade spéciale des recherches de Soignies, Or (...)

94Dans la nuit du 2 au 3 octobre et le 4 octobre, plusieurs affiches sont collées à La Louvière sur des murs de propriétés privées768, ou à Soignies et Braine-le-Comte769. Elles comprennent le texte suivant :

  • 770 En cette année 1953, un débat avait fait rage à la Chambre concernant la présence de trois ministre (...)

PASSANT, ARRÊTE-TOI, Alors que les traîtres, les inciviques, les anciens SS manifestent librement à Dixmude770 et dans les rues de Bruxelles, Deux chefs de la Résistance : POL B., Ex-Commandant du Corps 023 des Partisans armés du FI, Ex-Commandant des Troupes de l’Intérieur, FERNAND D., Son adjoint, Sont traduits devant le Conseil de guerre pour répondre de faits qui se sont déroulés pendant leur mobilisation. PASSANT, nous te demandons de soutenir notre action, nous t’appelons à apporter à ces deux patriotes toute la sympathie, ton appui le plus entier afin que soit rendu le verdict que tu attends : L’ACQUITTEMENT PUR ET SIMPLE.

  • 771 Malgré nos efforts, nous n’avons pu résoudre cet acronyme.
  • 772 Nous savons par Fabrice Maerten que durant l’occupation, Ulysse Hanotte, vérificateur de l’enseigne (...)

95Parallèlement, un meeting socialiste clandestin est organisé par les secrétaires régionaux du personnel enseignement de la CGSP et par le CAV771 à Mons, dans un café de la Place de la Gare. Selon les sources de la gendarmerie, 81 personnes (dont 42 femmes) ont assisté à ce meeting, dont l’objet est un témoignage de sympathie à Paul B. et à Fernand D. C’est en particulier le témoignage d’Ulysse Hanotte772, échevin de Pâturage et président régional du CAV, qui est retranscrit par le verbalisant de la gendarmerie présent :

  • 773 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Procès-verbal confidentiel de la Brigade de gendarmerie de Mons, Me (...)

Mr Hanotte souligne l’attitude des inciviques à Dixmude, déplore leur libération et déclare que s’attaquer à B. et D., c’est s’attaquer à la résistance entière. Il espère l’acquittement des intéressés. Ceux-ci, mêmes condamnés, garderont l’estime de tous les vrais Belges. L’orateur annonce que le 5-10-1953, des centaines de drapeaux seront réunis sur le parvis du Palais de Justice de Bruxelles pour saluer B. et D. Le but de ce meeting n’est pas de faire pression sur la justice, mais de témoigner la sympathie des Belges à B. et D.773.

  • 774 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Procès-verbal confidentiel de la Brigade de gendarmerie de Mons, Me (...)

96Considérés avec le recul critique que nécessite toute archive de la gendarmerie, ces propos trahissent l’ambition d’unifier un mouvement de protestation : « à la résistance entière », « de tous les vrais Belges », « la sympathie des Belges ». Plus fondamentalement encore, l’orateur opère-t-il une confrontation accusatrice entre la situation des « inciviques » (libres, qui paradent à Dixmude), et celle de deux résistants (susceptibles d’être condamnés et incarcérés à nouveau). À l’issue de ce meeting, « un témoignage de sympathie voté à l’unanimité sera envoyé à B. et D., et un télégramme demandant l’acquittement des intéressés sera envoyé au Ministère de la Justice et au Ministère de l’Intérieur774 ».

97Ce procès-verbal est la pièce du dossier qui éclaire sans doute le plus les précautions prises par l’auditeur miliaire de Bruxelles à l’occasion de la reconstitution de l’assassinat, à la fin du mois de mai 1953. Il écrit au procureur du Roi :

  • 775 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre de l’auditeur militaire à Bruxelles au procureur du Roi, 19  (...)

J’arriverai avec la voiture de l’Auditorat au Palais de Justice de Mons vers 9 heures 30 et je me permettrai de venir me présenter en votre cabinet. Je prendrai ensuite avec les deux officiers de la commission judiciaire et mon greffier la route de Ghlin et vous demanderai de pourvoir au transport de B. Pol et D. Fernand que j’aurai fait convoquer pour 9 heures 30 au bureau de Monsieur Bonhivers étant donné qu’il est préférable que les inculpés ignorent jusqu’à la dernière minute l’objet de leur convocation et ne puissent ainsi être à l’origine de manifestations quelconques. Ceux-ci pourraient éventuellement accompagner les membres de la Police Judiciaire qui nous suivraient dans leur voiture. Je me mettrai, par ailleurs, en rapport avec le Commandant de la Gendarmerie de Mons pour qu’une des brigades de gendarmes puisse assurer sur les lieux, un service discret775.

  • 776 Balace, « Les hoquets… », p. 76. Le taux de la peine situe dans ce cas l’infraction comme étant un (...)
  • 777 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, L (...)

98L’issue de la dense affaire Dupont-Lacroix ne transparait pas clairement à travers les documents de notre corpus ; c’est Francis Balace qui indique que le Conseil de guerre de Bruxelles a déclaré en décembre 1953 « l’action éteinte par prescription et parce que la peine à appliquer ne dépasserait pas 5 ans776 ». Toutefois, un événement insolite – que Maurice Schmit va tenir à relever dans un procès-verbal – permet de poser la date du vendredi 11 décembre 1953 comme étant celle de la décision. Le soir du 12 décembre, le chef du parquet apprend d’un entretien avec le commissaire de police de Ghlin « que le bourgmestre de la commune de Ghlin avait donné congé tant aux services de la police qu’aux services administratifs de sa commune vendredi [11 décembre] après-midi, à raison de l’issue devant le conseil de guerre de Bruxelles de l’affaire B.-D. […] congé dont il appartiendra aux autorités administratives de vérifier le bien-fondé777 ». L’indignation perceptible du magistrat – quoique feutrée dans sa lettre – se transforme en courroux le 14 décembre lorsqu’il découvre un article du journal La Province :

  • 778 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, L (...)

Monsieur le Procureur Général, […] j’ai l’honneur de vous faire parvenir ci-joint un extrait du journal « La Province » du 14 décembre 1953 relatif à certaines manifestations qui se sont déroulées à Ghlin à la suite de ladite sentence. Le nommé D. a été reconnu coupable de l’assassinat de M. le Juge d’instruction Dupont Lacroix, en son vivant domicilié à Ghlin. Le journal dont je vous communique un extrait relate notamment : « On dansa alors très tard dans les cafés où chacun voulait que Fernand soit reçu comme il le méritait ». Manifestations assurément indécentes qui dénotent un état d’esprit inquiétant tant au point de vue de la moralité publique que de l’autorité dont devraient jouir dans la Cité les membres de l’ordre judiciaire…778

  • 779 On consultera pour s’en convaincre la mercuriale prononcée par Camille-Jean Pholien à l’audience de (...)

99Les stigmates laissés par cet assassinat au sein du parquet sont largement perceptibles à travers ce dernier extrait. Par le terme de « manifestations assurément indécentes », c’est plus largement la valeur symbolique d’un attentat atteignant de plein fouet la magistrature, que le magistrat exprime de manière non voilée, plus de neuf ans après les faits. Reprenant deux principes chers à son correspondant, ceux de moralité et d’autorité779, le procureur du Roi semble laisser poindre dans les points de suspension – qui clôturent sa lettre – comme une amertume inquiète.

4. Conclusion

  • 780 Chesnais, Les morts violentes en France…
  • 781 Laurent Mucchielli, « Les homicides », in Id. et Philippe Robert (éd.), Crime et sécurité, l’état d (...)

100Dotée d’un double volet thématique, cette troisième partie ambitionnait d’approcher de plus près les réalités sociales auxquelles correspondent les violences interpersonnelles étudiées. Au-delà du caractère structurel de la forme de violence « homicide »780, les crimes au centre de notre étude ont été considérés selon la définition générale proposée par Mucchielli, c’est-à-dire comme des « comportements qui résultent d’interactions entre des auteurs et des victimes, dans des situations données et dans des contextes historiques, sociaux et culturels donnés781 ». En contrepoint des circonstances du crime (cf. supra), il importait d’observer si les dossiers en notre possession permettaient d’appréhender quelques-uns des traits sociologiques des victimes et de leurs agresseurs présumés.

  • 782 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 2, p. 789. Cf. également Id., « Jeunesse et Résistance. Entr (...)

101L’élément du genre constitue sans nul doute celui qui différencie le plus les suspects de leurs victimes. Si la proportion plus importante de victimes féminines que de suspects de sexe féminin constatée semble relever de facteurs structurels, le ratio de victimes féminines prend toutefois un caractère hautement significatif lorsqu’on le confronte aux victimes d’homicides d’autres régions en période de sortie de guerre. La compilation des données relatives à la date de naissance des « protagonistes » a fait en outre apparaître un suspect âgé d’une dizaine d’années de moins que sa victime. Cette relative jeunesse des suspects n’est pas étonnante si l’on considère que les plus jeunes franges de population recrutées par la résistance dans le Hainaut optent généralement pour des formes de lutte violentes782. Le dernier point de comparaison, la profession, a permis d’observer que les victimes se ventilent au sein de larges franges socio-professionnelles de la société montoise, tandis que les suspects proviennent généralement du monde ouvrier. Pour prolonger la réflexion quantitative et approcher la délicate question des mobiles de ces homicides, un début de typologie des victimes a été esquissé. L’évident morcellement des catégories a suggéré qu’une peine capitale émanant de la résistance n’était pas uniquement réservée à des agents avérés de l’ennemi, mais à une large palette d’individus « suspects » voire à des tiers, victimes de différends personnels avec leur voisinage immédiat.

102À ces considérations descriptives de portée générale, il importait d’ajouter une analyse plus minutieuse, que seule une étude de cas autorisait. Avec tous ses présupposés et ses limites, l’échelle micro-historique a permis de mettre en relief quelques-uns des dessous et les rebondissements d’une affaire atypique. Sous de nombreux aspects, le dossier Dupont-Lacroix a constitué une sorte de liant entre les chapitres de notre étude. Au-delà de la « politique » générale du ministère public en matière d’homicides attribués à la « résistance » (cf. supra, 2.3.), quel traitement le parquet allait-il réserver à l’assassinat d’un juge d’instruction ?

  • 783 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 9 novembre 1944.
  • 784 Cf. Warner, « La crise politique belge… », p. 10-13 ; Dauphin, Rapport de synthèse inédit…, p. 97-1 (...)

103Envisager les particularités de l’enquête judiciaire nécessitait au préalable une mise au point sur le contexte général de novembre 1944 (écho du point 1.3.3.) et sur les soupçons particuliers qui ont entouré la victime. Commis à l’une des dates extrêmes de notre fourchette chronologique (le 8 novembre 1944), ce « monstrueux assassinat783 » s’insère dans une période particulièrement dramatique pour la population montoise et peut-être a fortiori pour la résistance communiste de notre arrondissement. Frustrations multiples liées au manque de reconnaissance et aux revendications déçues, vives inquiétudes concernant la résurgence d’une Cinquième colonne, privations et chômage sont le lot quotidien d’une poignée de ces résistants meurtris. Ces blessures psychologiques alimentent grandement le contexte vindicatif de novembre 1944 et la stratégie de la tension, cette dernière culminant le 28 novembre par la « marche sur Bruxelles » – avortée – des PA hennuyers784.

  • 785 Le procès-verbal de la plainte de Louis T. nous parait être l’une des pièces du dossier les plus tr (...)

104Tout aussi typique de ce climat délicat est l’extrême suspicion qui entoure le juge d’instruction Dupont-Lacroix bien avant son décès : imputations majoritairement floues, drapées du voile de l’anonymat dans certains cas ou relevant encore du complexe de « l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours ». Il faut toutefois noter qu’excluant d’emblée la possibilité de distiller le « vraisemblable » et le « douteux » de ces témoignages, nous avons volontairement occulté la plainte introduite par Louis T. le 12 septembre 1944 (cf. supra), qui nécessiterait pourtant une attention particulière785. C’est donc par le fil rouge d’une suspicion pesante que nous avons tenté de reconstruire quelques antécédents de l’affaire ; antécédents qui n’ont cessé de trahir les tâtonnements du rétablissement de l’« ordre moral » et de l’autorité de l’État en période de sortie de guerre.

  • 786 CONWAy, « Justice in Post-War… », p. 11.

105En gardant ce climat à l’esprit, nous avons ensuite observé quelques-uns des errements de l’enquête judiciaire. Les paragraphes de ce sous-chapitre ont permis de mettre en évidence deux des écueils déjà constatés au sein de notre seconde partie (cf. 2.4.2. et 2.4.3.). Malgré certaines lacunes des sources disponibles – notamment pour la période novembre 1944 – juin 1946 –, plusieurs des éléments relevés ont donné à cette affaire un caractère hautement atypique (disparition des pièces à conviction, dates de démobilisation contradictoires attribuées successivement aux prévenus). Au travers des turpitudes de l’affaire Dupont-Lacroix, c’est plus largement une justice encore convalescente qui est apparue sous la loupe, rappelant que les procédures judiciaires de répression de l’après-guerre sont inextricablement modelées par de plus larges forces, à la fois sociales et politiques786.

  • 787 L’arrêt de la Chambre des mises en accusation de mai 1952 aurait été à cet égard plus que précieux (...)
  • 788 On placera à part la décision de décembre 1953. Si le résultat est sensiblement le même, il ne s’ag (...)

106Le dernier versant de notre chapitre était sans doute le plus délicat. Par l’angle réduit de la correspondance des magistrats, il se proposait d’entrevoir la mobilisation populaire en faveur des prévenus et son possible impact sur la décision judiciaire de mai 1952 et sur la sentence de décembre 1953. Sans pouvoir clore la question à défaut de pièces d’archives adéquates787, nous ne pouvons que souligner que par deux fois les revendications ont été suivies de la décision espérée788.

  • 789 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, L (...)

107Il convient au terme de ce court chapitre de souligner que le fil délicat de notre problématique n’a permis de livrer au sujet d’Armand Dupont-Lacroix (et des deux auteurs de son assassinat) qu’un portrait en creux, encore bien énigmatique. Des recherches ultérieures pourront peut-être soulever un coin du voile sur ce magistrat, auquel le procureur général attribuait en 1937 un « caractère difficile789 ». Enfin, un lecteur attentif n’aura pas manqué de relever l’importance du facteur « local », qui investit de nombreux pans de cette affaire. Ghlin, lieu de domicile du juge Dupont-Lacroix, est à la fois le centre de dispersion des rumeurs, le lieu de provenance de la plupart des « détracteurs » de la victime… et le domicile de l’auteur « matériel » des faits. C’est logiquement autour de Ghlin et de Pâturages que se développeront par la suite des protestations menées par des acteurs résolument locaux, tels Ulysse Hanotte ou un certain Léo Collard.

Notes

575 Minoritaire tout d’abord par leur appartenance à la résistance organisée – qui n’englobe que 3 à 5 % de la population hennuyère en âge de travailler selon Fabrice Maerten – ; minoritaire ensuite par leur inscription dans une frange elle-même marginale de la résistance, celle des « résistants-criminels ». Maerten, « Le Front de l’indépendance… », p. 503.

576 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.112 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 10 juillet 1947.

577 Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse. Essai d’historiographie, Paris, Seuil, 2005, p. 243.

578 Nous avons exclu pour ce comptage 19 victimes d’« homicides suspects » (10 hommes et 9 femmes ; cf. Introduction).

579 4 victimes sur 20 (hors homicides suspects).

580 Le ratio oscille généralement autour d’1,5. Les données de Chesnais concernent uniquement la France pour une période allant de 1930 à 1972. Jean-Claude Chesnais, Les morts violentes en France depuis 1826. Comparaisons internationales, Paris, Presses Universitaires de France, 1976, p. 22-23.

581 Pour l’année 1944, le ratio est égal à 6,80. Ibid.

582 Albert Oosthoek, Nieuw licht op liquidaties. Knokploegen in Rotterdam 1944-1945, Soesterberg, Aspekt, 2015, p. 91-94.

583 Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’Occupation…, p. 131 ; Roger Leroux, Le Morbihan en guerre, Mayenne, Imprimerie de la Manutention, 1991, p. 583 et 585 ; François Welter, Criminalité populaire…, p. 218.

584 Soit 50 sur 96 victimes féminines.

585 Soit 18 sur 113 victimes de sexe masculin.

586 Deux données étaient à cet effet indispensables : la date de naissance et la date de l’agression mortelle (ce qui exclut les découvertes de cadavres tardives, ou celles pour lesquelles la mort ne pouvait être datée).

587 Cette dénomination pose bien entendu des problèmes méthodologiques que nous identifierons infra. Les contours de la rubrique victimes « collatérales » ont été cernés supra, cf. Introduction.

588 Nombre de victimes masculines pour lesquelles le calcul n’a pas pu être effectué : 56 sur 113 (dont 5 victimes « collatérales »).
Nombre de victimes féminines pour lesquelles le calcul n’a pas pu être effectué : 35 sur 96 (dont 6 victimes « collatérales »).
La population de l’arrondissement judiciaire de Mons a été considérée comme étant la somme des populations des arrondissements administratifs de Mons et de Soignies. Les chiffres de 1947 figuraient par année de naissance et par sexe dans le Recensement général de la population. Les taux d’homicides ont été calculés pour chaque tranche d’âge selon la différence entre l’année 1944 et l’année de naissance.

589 La récurrence du nom du mari nous a permis d’établir cette statistique.

590 Le nom de l’épouse potentielle est beaucoup plus rarement mentionné au sein des documents.

591 De même, le nombre d’enfants des victimes des deux sexes apparait de manière beaucoup trop anecdotique au sein des dossiers pour être considéré dans notre profil statistique.

592 Une classe sociale se définit à l’aide de plus nombreux éléments que la seule profession des individus qui la compose. Le salaire, la taille éventuelle du commerce ou de l’exploitation, le niveau d’éducation sont autant de variables que notre corpus de sources ne fournit pas. En outre, la notion de classe moyenne est relativement difficile à définir. Cf. René Lesage, « La participation des classes moyennes à la Résistance : l’exemple du département du Pas-de-Calais », in La Résistance et les Européens du Nord, vol. 1, Bruxelles, Centre de recherches et d’études historiques de la Seconde Guerre mondiale, 1994, p. 316-330.

593 Ces données, trop insignifiantes par leur caractère restreint, ne permettent toutefois pas de circonscrire de tendance statistique.

594 Cf. supra, Chapitre I, point 3.2.

595 Cf. supra.

596 Cette formule fait naturellement fi du caractère insaisissable de la réalité et des autres mobiles qui peuvent avoir concouru pour mener à l’homicide.

597 Soit 58 victimes sur 170 (34,11 %). Ces chiffres doivent bien entendu être interprétés avec prudence.

598 À partir du 1er juin 1943, la Légion Wallonie fut détachée de l’armée de terre et versée dans la Waffen SS. De Jonghe, « La lutte Himler-Reeder… Troisième partie… », p. 96.

599 Gotovitch, Du rouge au tricolore…, p. 176.

600 Cf. notamment Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 54.027 P, 56.620 P et 57.945 P.

601 On se reportera pour la Première Guerre mondiale à Laurence Van Ypersele « “Au nom de la Patrie ! À mort les traîtres”. La répression des inciviques belges de 1914 à 1918 », in Histoire@Politique, n° 3, 2007, consulté en ligne à l’adresse suivante : http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=03 (dernière consultation le 13 juillet 2013) et à Xavier Rousseaux, Laurence Van ypersele (éd.), La patrie crie vengeance ! La répression des « inciviques » belges au sortir de la guerre 1914-1918, Bruxelles, Le Cri, 2008.

602 Dans un des cas d’espèce, la victime est accusée (sans doute pas uniquement à titre posthume) par son épouse et ses voisins. « […] j’ai l’honneur de porter à votre connaissance que du complément d’enquête prescrit, il semble résulter des déclarations concordantes de la veuve de l’intéressé et des voisins que la victime était un germanophile enragé : était abonné au Pays Réel, souhaitait ouvertement la victoire allemande et se fâchait lorsqu’on mettait celle-ci en doute. » Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.971 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 26 mars 1946.

603 Nous n’avons trouvé de traces de dénonciations précises qu’à l’égard de 20 victimes sur les 170 recensées dans la première catégorie (« Nébuleuse de l’occupant et des relations avec l’occupant »). Ce facteur est toutefois hautement dépendant des résultats de l’instruction.

604 Cf. notamment Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.369 P, 55.973 P et 56.932 P.

605 Cf. notamment Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.784 P et 55.972 P.

606 Le cas de René P., qui marié à une Allemande, n’a jamais avoué aucun des faits qui lui ont été reprochés, même sous la torture, est particulièrement trouble. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.243 P.

607 Cf. notamment Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.220 P, 55.369 P, 56.435 P et 55.980 P.

608 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.954 P et 57.723 P.

609 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 57.723 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 20 avril 1946.

610 Il illustre bien la manière dont s’entremêlent les imputations individuelles, en ce qui concerne l’épouse. Les formules suggérant le poids de la rumeur sont en outre très présentes dans ce discours (« dit-on », « on l’accusait », « elle aurait », « on lui reproche », « auraient »).

611 Francis Balace, « Collaboration et répression en Wallonie : un regard particulier ? », in José Gotovitch et Chantal Kesteloot (éd.), Occupation, répression. Un passé qui résiste, Bruxelles, Labor, 2002 p. 58 ; VAN ypersele « “Au nom de la Patrie !…” ».

612 Cf. Fabrice Maerten, « L’impact du souvenir de la Grande Guerre sur la Résistance en Belgique durant le second conflit mondial », in Laurence Van Ypersele (éd.), Imaginaires de guerres. L’histoire entre mythe et réalité, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant /Presses universitaires de Louvain, 2003, p. 329-331.

613 Balace, « Collaboration et répression en Wallonie… », p. 58.

614 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 51.412 P, 53.999 P, 55.245 P, 55.573 P, 55.804 P et 55.948 P.

615 En ce qui concerne les affaires d’assassinats de fermiers ou d’habitants de fermes, ce motif n’intervient de manière isolée qu’une seule fois. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.470 P.

616 Ainsi un ordre d’exécution écrit émanant d’un major du Front de l’Indépendance pointe (au moins) quatre habitants de fermes (dont deux figurent dans nos victimes), en justifiant l’action par la potentialité d’une dénonciation imminente : « Toutes ces personnes font partie du fameux groupe Rex13 qui dénonce tous les réfractaires de la région. Ce groupe connait notre organisme qui est particulièrement visé. Nous vous remettrons le procès-verbal d’exécution la semaine prochaine. C’est l’I.S. qui demande que justice soit faite immédiatement ». Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.416 P.

617 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 52.477 P.

618 La déclaration des ayants droit est toujours sujette à caution pour des raisons pécuniaires évidentes : Cf. notamment Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.877 P.

619 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.002 P, 56.621 P et 59.755 P.

620 L’un d’entre eux décède toutefois des suites d’altercations après une soirée arrosée le 23 septembre 1944. Le prévenu, F., « déclara [par la suite] que D. [la victime] et les autres PA de cette bande lui en voulaient parce qu’il en savait trop sur les vols qu’ils avaient commis alors que lui-même ne voyait dans la résistance qu’un service patriotique et ne voulait pas s’associer à leurs brigandages ». Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 57.842 P et 55.435 P.

621 « Cette exécution a eu lieu au “grand regret” des membres de l’organisation et cette solution radicale aurait été adoptée parce qu’il n’y en avait pas d’autre possible (p. 12). Le procès-verbal de la réunion et de l’interrogatoire (p. 23 à 29) qui a motivé l’exécution sommaire de S., est joint au dossier répressif. » Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 58.297 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 3 août 1945.

622 S’agit-il du Groupe G ou des Partisans armés ? Les sources sont, à ce sujet, équivoques. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 50.935 P, Lettre du procureur du Roi (R. Charles) au procureur général, 10 juillet 1950.

623 Maerten, « Le Front de l’indépendance… », p. 474.

624 Cf. notamment à ce sujet : Jean-Marc Berlière, Liaisons dangereuses. Miliciens, truands, résistants : Paris, 1944, Paris, Perrin, 2013.

625 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.823 P.

626 Au sein de la 28e division SS Wallonie. Cf. Jordens, Des côtes de la Mer Noire...

627 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.583 P.

628 C’est en tout cas ce que suggèrent des notes manuscrites rescapées de ce dossier lacunaire : « Enfin, S., domiciliée à Mons (p. 60) fournit sur les relations de C. Denise avec le lieutenant Müller et sur le rôle qu’elle a joué dans le [mot illisible] de la Gestapo, des renseignements tellement précis qu’il doit être tenu pour acquis qu’elle a été un agent indicateur de cet organisme ». Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.455 P, Notes manuscrites du [substitut du] procureur du Roi, s.d. [après le 4 juin 1947 et avant le 4 mars 1948].

629 Au sujet de leur attitude durant l’occupation : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.970 P, 55.365 P, 55.414 P, 56.435 P.

630 Ainsi la description d’une victime est-elle assez évocatrice, quoique toujours sujette à caution : « Il s’occupait en outre de faciliter le franchissement de la frontière à des juifs qu’il aurait livrés à la Gestapo. Il était soupçonné de dénoncer des réfractaires. Il libérait des hommes appelés devant la Werbestelle, contre paiement. Il aurait fait des coups, pour son compte, sous le couvert de la résistance ». Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 54.037 P, Rapport du procureur du Roi au procureur général, 8 octobre 1952. Cf. également 56.538 P et 55.573 P.

631 Nous avons déjà évoqué d’autres assassinats qu’il avait commandités.

632 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.112 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 11 juillet 1947.

633 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.112 P, Note d’un substitut destiné au procureur du Roi, s.d., [juillet 1947].

634 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.345 P, Notes dactylographiées du procureur du Roi, 19 octobre 1946.

635 Le dossier n° 55.258 P a été transmis à l’auditeur militaire en 1948, et le substitut du procureur du Roi Willy H. (lui-même suspecté de collusion avec le célèbre prévenu Rinchard dans le cadre de l’affaire Camille Deberghe) semble avoir plaidé à cette époque pour ne pas inculper le fils de Berthe D.

636 Cf. en particulier le dossier suivant : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.957 P.

637 Les victimes « collatérales » et celles de « vol à main armée ayant mal tourné », de nombreuses autres victimes de règlements de compte n’y ont notamment pas été évoquées.

638 Il s’agirait d’une Allemande née en Pologne, âgée de 45 ans et résidant à Thulin durant l’occupation. Très peu d’éléments sont relatés par le dossier à son égard. Le seul paragraphe la décrivant est le suivant : « D’autre part, les renseignements recueillis sur le comportement de la victime pendant l’occupation, elle était de nationalité allemande, son séjour avait été imposé par l’autorité allemande à la commune de Thulin et elle secondait les armées ennemies en exposant aux rigueurs de l’occupant des sujets belges. » Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.205 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 19 février 1946.

639 Laplasse et Steen, « Het verzet gewogen… », p. 236-237.

640 Fabrice Defferard, Le suspect dans le procès pénal, Paris, LGDJ, 2005, p. 9.

641 C’est-à-dire 99 affaires sur 211 (46,9 %). Parmi ces 99 affaires, il faut relever que dans de nombreux cas le mouvement de résistance des auteurs a pu être identifié ou supputé. Dans certains cas, les auteurs potentiels ont été identifiés, mais le coup mortel n’a pu être assez précisément attribué.

642 Nous avons en outre pris en compte des suspects décédés qui avaient été volontairement anonymisés dans les réquisitoires de non-lieu (cf. supra).

643 Le terme d’exécutant est toutefois dans certains cas mal choisi : certains chefs de groupe s’arrogent eux-mêmes le pouvoir d’exécuter certaines victimes sans en déférer à la hiérarchie.

644 Elle semble avoir non seulement transmis l’ordre d’exécution, mais également participé à l’enlèvement de la victime. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 60.861 P.

645 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.978 P.

646 Si le décès de la victime n’est pas survenu à la suite des coups et blessures octroyés par Léa F., nous avons tout de même considéré son cas dans notre statistique, le caractère exceptionnel des faits reprochés à la suspecte la rapprochant en effet de Jeanne H.

647 Les agissements de l’une des suspectes à Breendonk ont été décrits par Balace, « Les hoquets de la liberté », in Id. (éd.), Jours libérés II, Bruxelles, Crédit communal, 1995, p. 117-119 (Collection Jours de Guerre, n° 20).

648 Dans la pièce n° 84 du dossier d’instruction (dont nous ne disposons pas), Jeanne H. déclare : « En ce qui concerne le nommé S. [la victime décédée], je reconnais avoir dit que j’allais lui appliquer la loi du talion. Je lui ai mis 10 allumettes dans les ongles, mais elles n’ont pas brûlé. J’estime que s’il est mort, il ne l’a pas volé. Je ne pourrais vous citer aucun homme de mon équipe qui aurait fait subir de mauvais traitements », Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.509 P, « Note détaillée sur cette affaire avec références aux pièces du dossier », s.d.

649 Deux d’entre elles ont 30 ans au moment des faits, une a 26, l’autre 39.

650 Notre première méthode avait consisté à calculer l’âge des suspects de manière synchronique à la date médiane du 10 juillet 1944. Les résultats que nous avions obtenus pour 212 prévenus sur 292 étaient sensiblement les mêmes.

651 Manuel Eisner, « Long-Term Historical Trends in Violent Crime », in Crime and Justice, t. 30, 2003, p. 113.

652 Eisner, « Long-Term Historical Trends... », p. 114. Ce dernier utilise les études suivantes : Mario A. Romani, « Criminalità e Giustizia nel Ducato di Mantova alla fine del Cinquecento », in Rivista Storica Italiana, t. 92, 1980, p. 679 – 706 ; Pieter Spierenburg, The Spectacle of Suffering : Executions and the Evolution of Repression : From a Preindustrial Metropolis to the European Experience, Cambridge, Cambridge University Press, 1984 ; Julius R. Ruff, Crime, Justice and Public Order in Old Regime France : The Sénéchaussées of Libourne and Bazas, 1696 – 1789, London, Croom Helm, 1984 ; Georg von Mayr, Statistik und Gesellschaftslehre, Dritter Band : Moralstatistik mit Einschluss der Kriminalstatistik, Tübingen, Mohr, 1917.

653 Voir note de la figure n° 14.

654 L’observation du tableau n° 24 ne peut se départir de précautions critiques : comment ces professions ont-elles été déterminées par le représentant de l’autorité légale ? On soulignera en outre que certaines des professions recensées ici sont celles exercées durant l’occupation, d’autres bien des années plus tard.

655 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 2, p. 777.

656 Ibid.

657 Cf. notamment : François Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », in Antoine Prost (éd.), La Résistance, une histoire sociale, Paris, Les Éditions de l’Atelier/Éditions Ouvrières, 1997, p. 21-41.

658 Ce premier principe caractérise les intentions des résistants, ce qui les pousse à entamer et à moduler une action au sein de la résistance.

659 Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance… », p. 25.

660 Sous des dehors péremptoires, cette affirmation constitue uniquement une hypothèse de travail. Après avoir consulté de nombreux dossiers, c’est en effet la conviction qui nous anime. Cette hypothèse est, dans une certaine mesure, confirmée au sein d’un ensemble territorial plus vaste, le Hainaut. Cf. le tableau de Maerten, Du murmure au grondement…, t. 3, p. 1114.

661 Les cinq mouvements de lutte armée sont l’Armée secrète (AS) (dont le précurseur est la Légion belge), le Groupe G, les Milices patriotiques (MP), le Mouvement national belge (MNB) et les Partisans armés (PA).

662 Nous l’avions précisé, le pourcentage relevé dans notre tableau est d’ailleurs similaire à celui observé pour l’ensemble des mouvements de résistance dans le Hainaut (14,5 %). Ibid., t. 2, p. 777.

663 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 2, p. 811.

664 Il faut préciser que pour ces 23 membres de l’AS, la profession de 10 d’entre eux n’a pas pu être reconstituée.

665 À cet égard, les épisodes des séries De Nieuwe Orde et de Jours de Guerre consacrés aux « exécutions nécessaires » (cf. supra) constituent des prolongements adéquats de ce chapitre.

666 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Lettre de l’auditeur militaire de Mons au procureur du Roi, 8 novembre 1944.

667 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Lettre du procureur du Roi à l’auditeur militaire de Mons, 13 novembre 1944.

668 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P. 1944-1953. Dossier relatif à la communication de pièces de dossiers à l’auditorat militaire de Bruxelles dans le cadre de son instruction relative à l’assassinat du juge d’instruction Dupont-Lacroix à Ghlin le 8 novembre 1944, au moment de la Libération du Borinage (ce dossier sera dorénavant cité « 56.791 P […] »), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 9 novembre 1944.

669 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Bulletin de renseignement, 13 avril 1937.

670 Balace, « Les hoquets… », p. 103-104 ; Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1, p. 142 ; Balace, « Collaboration et répression en Wallonie… », p. 59.

671 Son titre complet : Dossier relatif à la communication de pièces de dossiers à l’auditorat militaire de Bruxelles dans le cadre de son instruction relative à l’assassinat du juge d’instruction Dupont-Lacroix à Ghlin le 8 novembre 1944, au moment de la Libération du Borinage. Il faut y ajouter le dossier personnel du principal intéressé : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont.

672 Tels, par exemple, au sein des archives de l’auditorat militaire, les rapports sur les affaires encore à l’instruction après quatre mois, ou pour le Conseil de guerre, les feuilles d’audience et le dossier de procédure des affaires jugées. Rolande Depoortere, La juridiction militaire en Belgique. 1796-1998. Compétences et organisation, production et conservation des archives, Bruxelles, Archives générales du Royaume et Archives de l’État dans les Provinces, 1999, p. 225 et 261.

673 Il est à noter que le 9 novembre, le tribunal de première instance rend hommage en audience publique à un autre juge, Émile Braun, assassiné un mois plus tôt dans des circonstances obscures. Absente de notre corpus, cette affaire ouvre de nombreuses interrogations. Fabrice Maerten situe cet assassinat le 11 août 1944, sur base de la fiche personnelle d’Émile Braun contenue dans le fichier des prisonniers politiques du Borinage (Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1, p. 141 ; Bruxelles, CEGES, AA 1161, Fichier des prisonniers politiques de la région Mons-Borinage, fiche personnelle d’Émile Braun [T23]). Pierre Hambye, substitut du procureur du Roi en 1947, attribuait cet assassinat à des représailles rexistes suite à l’exécution d’un membre notoire des AGRA (Amis du Grand Reich Allemand) le 6 août 1944. Cf. 55.784 P, Notes du substitut du procureur du Roi (Pierre Hambye), 3 octobre 1947.

674 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 9 novembre 1944.

675 Un rapport non daté émanant du commissaire principal aux délégations judiciaires fournit une piste explicative à cette irruption au Palais de justice, qui a déjà été mentionnée supra : « Quelques jours avant l’assassinat du J.I.D. un jeune résistant de la dernière heure, du nom de M., tira sur un garagiste de Ghlin, qui lui refusait de l’essence. L’instruction de cette affaire fut confiée au J.I.D. et M. fut arrêté. Comme manœuvre d’intimidation, le jour de la Chambre du conseil, quelques PA se présentèrent en armes au Palais et ils se retirèrent après quelque temps à l’intervention de M.M. les magistrats. [Le mandat d’arrêt de] M. fut néanmoins confirmé et la confirmation de son mandat, dans les milieux de la Résistance fut imputée au J.I.D. » Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Rapport du commissaire principal aux délégations judiciaires, s.d.

676 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Rapport du procureur du Roi à l’auditeur militaire de Bruxelles, s.d. [26 octobre 1953].

677 Que des recherches plus approfondies permettraient de dater précisément.

678 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 9 novembre 1944.

679 Dauphin, Rapport de synthèse inédit…, p. 56-66.

680 Gotovitch, Du rouge au tricolore…, p. 433.

681 Pieter Lagrou, « Verzet en naoorlogse politiek », in Huyse et Hoflack, De democratie heruitgevonden…, p. 51.

682 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du commissaire en chef aux délégations judiciaires au procureur du Roi de Mons, 5 juin 1953.

683 Geoffrey Warner, « La crise politique belge de novembre 1944 : un coup d’État manqué ? », in Courrier hebdomadaire du CRISP, n° 798, 1978, p. 10-13.

684 Bruxelles, AGR, HCSE, n° Z07, CAC capitaine Drapier, Note pour Monsieur le Haut-Commissaire à la Sécurité de l’État, 14 octobre 1944. Cité par Dauphin, Rapport de synthèse inédit…, p. 84.

685 Un dossier évoquant le pillage de l’habitation du juge Dupont-Lacroix serait inscrit au registre aux notices de 1940 : « Le dossier ouvert à la suite du pillage commis dans l’habitation de M. le juge d’instruction Dupont-Lacroix parait être celui portant le numéro 7564/1940 des notices de mon parquet pour 1940, en cause L. et consorts, transmis pour disposition à M. l’Auditeur Militaire à Mons, sous ce numéro le 18.9.1945 ». Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi à l’auditeur militaire à Bruxelles, 23 décembre 1952.

686 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du juge Dupont-Lacroix au procureur du Roi, 8 octobre 1944.

687 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Rapport du commissaire principal aux délégations judiciaires, s.d.

688 Ainsi se trouverait au dossier une carte de condoléances émanant de Léon Degrelle adressée au juge après le décès de sa fille, Armelle, le 10 février 1938, et une « carte de visite » adressée par Degrelle remerciant un membre de la famille Dupont en villégiature à Coxyde, pour des félicitations (« P. V. [de la police judiciaire] 2877 »). Il est important d’acter ici que suite à une déclaration d’un certain Blasse, percepteur des postes à Ghlin, l’auditeur militaire de Mons va désirer savoir, par une apostille destinée au procureur du Roi en décembre 1952, si Dupont-Lacroix ne se trouvait au premier rang d’un meeting rexiste à Mons en 1937 ou dans les environs. La réponse à fournir par la police judiciaire va être jugée délicate par Maurice Schmit : « Répondre que M. Dupont ne s’y trouvait pas éveillerait le sentiment que mon office aurait fait surveiller – ce qui est certes faux – les allées et venues des magistrats du tribunal. Répondre que la police judiciaire y a vu un autre magistrat [fer]ait à mon sens mêler inutilement et abusivement un magistrat à une affaire dans laquelle il est seulement étranger. J’incline à penser que la réponse à fournir par la police judiciaire – réponse conforme d’ailleurs à la vérité – pourrait s’écrire comme suit : “la police judiciaire a été à divers meetings en vue d’accomplir sa mission de recherches de crimes et délits ; qu’elle n’avait pas et ne pouvait avoir pour mission de surveiller des magistrats ; qu’elle n’y a pas vu M. le Juge Dupont”. » Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 31 décembre 1952.

689 Cette affirmation doit être prise avec des pincettes : elle provient d’un rapport au procureur général rédigé par le substitut du procureur du Roi Willy H., qui finira par être accusé d’avoir favorisé ses relations dans les milieux communistes (cf. célèbre affaire Rinchard, dossier n° 56.654 P et dossier personnel de Willy H. dans les archives du parquet). Ce magistrat, qui se suicidera en 1949, sera également suspecté d’avoir fait disparaître en 1948 certaines pièces à conviction du dossier Dupont-Lacroix (cf. infra). Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du [substitut du] procureur du Roi au procureur général, 20 avril 1948.

690 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Rapport du commissaire principal aux délégations judiciaires, s.d. Le 14 janvier 1953, 19 dossiers instruits par le juge Dupont-Lacroix à charge de pilleurs de trains de Ghlin et environs (pour la période allant de mai 1940 à novembre 1944) sont envoyé par le parquet à l’auditeur militaire de Mons, sur sa demande. Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre de l’auditeur militaire de Bruxelles au procureur du Roi, 13 mars 1953.

691 Il s’agit de la mère d’Oger P. de Ghlin, cf. Maerten, Du murmure au grondement…, t. 2, p. 295 et 404.

692 Cf. Ibid., t. 1, p. 254.

693 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Rapport du commissaire principal aux délégations judiciaires, s.d.

694 Le procureur du Roi lui communique le 28 juin 1952, une liste annexée des mandats d’arrêt décernés par M. le Juge d’Instruction Dupont en 1940 jusqu’au 10 mai sur les réquisitions du parquet. Il précise : « Je suppose que dans votre pensée, il ne s’agit pas des “arrestations du 10 mai 1940”. Ces arrestations ont été exécutées sur mes instructions personnelles. Vous me demandez si M. le Juge d’Instruction Dupont aurait fait incarcérer en 1940 des militants communistes de l’arrondissement de Mons. Mon office à cette époque n’a pas requis l’arrestation de militants communistes, cette qualification ne constituant pas une cause d’arrestation. J’ai fait dresser la liste ci annexée des mandats d’arrêt décernés par M. le Juge d’Instruction Dupont en 1940 jusqu’au 10 mai sur les réquisitions de mon office. Cette liste a été dressée suivant les archives de la prison de Mons. Vous constaterez que dans cette liste, un certain nombre de mandats d’arrêt sont basés sur l’arrêté loi du 11 octobre 1916 relatif à l’état de guerre et à l’état de siège, l’arrêté-loi du 10 novembre 1939 interdisant l’envoi de la distribution de tracts à l’armée ; l’arrêté-loi du 27 décembre 1939 concernant l’introduction en Belgique, le transport, la distribution et la mise en vente de certaines publications. Je suppose que dans votre pensée, c’est de ces affaires qu’il s’agissait dans votre apostille prescrite. Il ne m’est pas possible de vous communiquer ces dossiers : ceux-ci ont été par moi détruits au moment de l’invasion du territoire en 1940 ». Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi à l’auditeur militaire de Bruxelles, 28 juin 1952. On notera que dans la liste en question ne figurent ni le père ni le fils P.

695 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Rapport du commissaire principal aux délégations judiciaires, s.d.

696 Il s’agit d’une plainte déposée par Louis L., libéré en juillet 1944, contre le Bourgmestre rexiste Jonckheer de Ghlin, le bourgmestre rexiste Brasseur de Jemappes ainsi que contre le juge d’instruction Dupont-Lacroix. C’est suite au témoignage de son beau-frère L., témoin d’une rencontre entre Jonckheer et le juge Dupont-Lacroix, cf. supra. Cf. Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Attestation de réception de la plainte de T. Louis par le substitut du procureur du Roi Édouard Misonne, 12 septembre 1944 et Pro Justitia du Parquet de Mons, Audition de T. et L., 10 octobre 1944.

697 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 52.446 P.

698 Attentat datant de fin octobre 1943 selon Maerten. Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1, p. 88.

699 Cf. Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du juge Dupont-Lacroix au procureur du Roi, 8 octobre 1944.

700 Le magistrat instructeur était Philippe Nève de Mévergnies.

701 Cf. Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du juge Dupont-Lacroix au procureur du Roi, 16 septembre 1944.

702 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Rapport du commissaire principal aux délégations judiciaires, s.d.

703 L’enquête menée par l’auditeur militaire de Bruxelles montrera que ce groupe d’hommes était commandé par Fernand C., commandant du Corps 022 des Partisans armés. Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre de l’auditeur militaire de Bruxelles au procureur du Roi, 12 mars 1953.

704 L’intervention de cet officier ne nous est précisée que par la lettre du juge Dupont-Lacroix daté du 26 septembre (cf. infra). Averti de ces incidents, le procureur général Camille-Jean Pholien, demande que « le lieutenant de l’armée belge qui serait intervenu dans cette affaire » soit identifié. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Lettre du procureur général au procureur du Roi, 4 octobre 1944.

705 « Il convenait de procéder par voie de négociations et c’est donc dans cette pensée qu’à peine alertés, Mr l’Auditeur et moi, nous sommes rendus personnellement dans divers locaux occupés par ces organismes, pour rechercher M. Dupont, pour éventuellement, parlementer et négocier, mais il ne pouvait s’agir à ce moment de procéder à la moindre information. Nous étions sans force aucune. » Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 30 octobre 1944.

706 L’itinéraire détourné – décrit dans la lettre du juge d’instruction – est de 11 minutes à pied selon les estimations de l’application en ligne Google Maps.

707 Cette lettre est clôturée par la phrase suivante : « Je vous prie, Monsieur le Procureur du Roi, de donner à cette affaire la suite qu’elle comporte et à signaler en haut lieu les faits ci-dessus rapportés. » Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Lettre du juge d’instruction Dupont-Lacroix au procureur du Roi, 26 septembre 1944.

708 Ces autorités sont le procureur du Roi, l’auditeur militaire, et selon le témoignage de Maurice Schmit, le Capitaine Drapier, délégué du Haut-Commissariat à la Sécurité de l’État, qui se trouvait dans le bureau du procureur du Roi lorsque ce dernier a été prévenu. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 14 novembre 1944.

709 Ces plaintes lui avaient été transmises le 20 septembre par le commissaire de police de Ghlin.

710 Il faut remarquer qu’un autre C. de Ghlin figure sur la liste des individus appréhendés pour vols au préjudice de la SNCFB : son dossier ne semble cependant pas avoir été instruit par le juge d’instruction Lacroix au contraire de 19 autres. Cf. supra.

711 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Plainte du Comité de la Libération de la Commune de Ghlin, 15 septembre 1944.

712 Cette date nous indique qu’il s’agit d’une arrestation opérée dans le cadre de l’opération Sonnewende lancée le 22 juin 1941 en même temps que l’opération Barbarossa.

713 Il n’a pas été possible d’établir si Marcelle D. se confondait avec la mère d’Oger P. dont il a été fait question supra. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Plainte du Comité de la Libération de la Commune de Ghlin, 15 septembre 1944.

714 « Étant donné le décès tragique de Monsieur Dupont, cette information ne présente plus l’intérêt que paraissait y attacher Monsieur le Procureur Général. Au surplus, cette information n’avait pas révélé, à charge de Monsieur Dupont, d’éléments bien précis. » Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Lettre personnelle de l’auditeur militaire de Mons au procureur du Roi, 21 novembre 1944.

715 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 28 septembre 1944.

716 Il s’agit à l’époque de M. Verbaet, du Katholiek Blok. Van Doorn, De parketmagistraat…, p. 249-250.

717 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Lettre du procureur général au procureur du Roi, 4 octobre 1944.

718 Clovis Coppée (1886-1962) est président du tribunal de première instance de Mons de 1935 à 1956. Pierre-Jean Niebes, Inventaire des archives du Parquet du procureur du Roi près le tribunal de première instance de Mons. 1863-2003, Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2011, p. 41 (Archives de l’État à Mons, Inventaires, n° 103).

719 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du [substitut du] procureur du Roi au procureur général, 20 avril 1948. Niebes, Inventaire des archives du Parquet…, p. 41.

720 On se reportera au sujet de l’histoire de ce journal durant l’occupation à Maerten, Du murmure au grondement…, t. 2, p. 502-506.

721 Balace, « Les hoquets… », p. 103.

722 « Jonckheer vient de mourir en prison la nuit de mardi à mercredi. Il a eu trop peu de temps pour éclairer la justice sur les crimes dans lesquels il a trempé et les traîtres qui l’entouraient… Avant de mourir il accuse le Juge Dupont-Lacroix. Traîné devant l’auditeur militaire, il a, entre autres déclarations, fait celle-ci : “la prochaine fois, je parlerai du juge Dupont-Lacroix. C’est lui qui m’a instigué à être rexiste et bourgmestre de Ghlin”. Le juge Dupont a été arrêté à ce sujet, puis, évidemment, relaxé, pour un motif… péremptoire… il a prétendu que la déposition de Jonckheer était fausse… Malheureusement, Jonckheer est mort. Et la justice n’a pas le courage de maintenir Dupont-Lacroix comme suspect ».

723 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du juge Dupont-Lacroix au procureur du Roi, 8 octobre 1944.

724 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Lettre du procureur général au procureur du Roi, 14 octobre 1944.

725 Le 30 octobre, le chef du parquet de Mons lui avait écrit, relativement aux devoirs prescrits : « J’incline à penser que cet incident doit se replacer dans le cadre des journées fiévreuses que nous avons vécues. En fait, il s’est passé sans trop de dommage pour Mr. le Juge d’instruction Dupont. J’estime qu’il n’a plus qu’un intérêt rétrospectif [sic] et je suis persuadé qu’il serait absolument inopportun, au moment où tous les efforts doivent tendre à l’apaisement, au retour progressif, encore que pénible, à la légalité, de réveiller cet incident en recherchant les personnes qui y ont été mêlées. » Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 30 octobre 1944.

726 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Lettre du procureur général au procureur du Roi, 6 novembre 1944.

727 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 14 novembre 1944.

728 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 14 novembre 1944.

729 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 9 novembre 1944.

730 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 4 juin 1946.

731 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur de la République de Cambrai au procureur du Roi, 22 juin 1946.

732 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 5 juin 1947.

733 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du [substitut du] procureur du Roi au procureur général, 20 avril 1948.

734 Nous ne disposons pas de ce document, parvenu au parquet le 29 juillet 1947.

735 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du [substitut du] procureur du Roi au procureur général, 20 avril 1948.

736 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du [substitut du] procureur du Roi au procureur général, 20 avril 1948.

737 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 2 décembre 1950.

738 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 2 décembre 1950.

739 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 15 mars 1951.

740 Selon les termes de Camille-Jean Pholien. Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur général au procureur du Roi, 21 mars 1951.

741 Entretemps, en juin 1952, le journal de Mons et du Borinage a déjà titré dans un article « Certificats contradictoires et pièces à conviction disparues. L’assassinat du juge Dupont Lacroix ». Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi à l’auditeur militaire, 10 juin 1952.

742 Ce substitut au passé de résistant (au sein de l’Armée secrète et de Socrate à Nivelles) sera soupçonné d’avoir favorisé la remise en liberté du célèbre docteur Célestin Rinchard, commanditaire de l’assassinat de Camille Deberghe : les deux hommes s’étaient connus lors de leurs études à l’ULB. Willy H. se suicidera en 1949 – son corps sera repêché dans le canal de Maisière le 12 décembre – laissant à ses proches le message suivant : « Je suis coupable mais je ne suis pas le seul ». On se reportera au dossier n° 56.654 P (affaire Camille Deberghe) et au dossier personnel de Willy H. au sein des Dossiers des magistrats du Parquet du procureur du Roi de Mons.

743 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre personnelle du procureur général au procureur du Roi, 26 janvier 1953.

744 Georges Hoyois, né en 1921, est officier de police judiciaire jusqu’en 1986. Mons, AÉM, PTPIM, Police judiciaire, Dossiers relatifs aux officiers, inspecteurs et opérateurs, Dossier personnel de Georges Hoyois.

745 L’instruction a été reprise sur charges nouvelles le 20 juin 1951.

746 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 22 mars 1952.

747 L’objet de cette confidence restera cependant mystérieux : « le seul fait de dire de quoi il s’agit entraînerait automatiquement l’identification de son confident. » Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 22 mars 1952.

748 Fernand D. est né à Ghlin le 2 novembre 1920. Commerçant en salaison, il est comme sa victime habitant de Ghlin. Au sein des PA, il devient le commandant Sam.

749 Paul B. ou « le Commandant Denis » est à la tête du secteur 023 des PA. Né à Wasmes le 22 mai 1919, il est domicilié à Pâturages.

750 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 2 avril 1952.

751 Il s’agit d’une date attribuée par défaut : « Comme j’ai eu l’honneur de vous l’exposer lors de l’affaire B.-D., la date finale d’appartenance des membres de certains groupements et PA en particulier a été au début fixée d’office en règle générale au 14-10-1944, étant donné qu’à cette époque l’Office de la Résistance ne disposait pas des éléments lui permettant de fixer d’une façon plus précise la date de fin d’appartenance à la Résistance armée, si une telle date n’était pas donnée dans le dossier initial des intéressés. » Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du directeur de l’Office de la Résistance au procureur du Roi, 20 juin 1952.

752 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 30 avril 1952.

753 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 30 avril 1952.

754 La partie civile a formé opposition à l’ordonnance en question – s’estimant lésée de n’avoir pas été convoquée à l’audience et soulignant les différentes dates successives de démobilisation attribuées aux prévenus. Saisie par le procureur général, la Chambre des mises en accusation – après avoir entendu les parties et annulé l’ordonnance – va surseoir à statuer, en vue d’être mise en possession « 1) des éléments permettant de déterminer avec précision la date de démobilisation des deux prévenus 2) du dossier instruit contre les mêmes inculpés par l’auditeur militaire de Bruxelles, dont ils se sont aussi prévalus ». Malgré nos recherches, nous n’avons pu déterminer avec certitude de quel dossier il s’agissait. Il nous faut signaler qu’un autre dossier de notre corpus, concernant l’assassinat d’une habitante d’Ixelles le 28 septembre 1944, implique Paul B. (57.400 P). Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Copie conforme de l’arrêt de la Chambre des mises en accusation rendu le 10 juillet 1952.

755 Leur transfert à l’Avenue Louise (24 avril), afin d’être mis à disposition de l’auditeur militaire de Bruxelles ne sera donc suivi que d’une détention d’un mois.

756 Nous avons pu constater que cette pratique consistant à informer l’auditeur militaire de l’état de l’opinion est également présente pour d’autres dossiers délicats, notamment en ce qui concerne les affaires de tortures commises après la Libération. Cf. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.009 P. et 57.456 P.

757 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.791 P, Lettre du procureur du Roi à l’auditeur militaire de Bruxelles, 16 mai 1952.

758 Bien que nous ne disposions pas de documents relatifs à cette infirmation du mandat d’arrêt, cette décision ne peut avoir été prise que par la Chambre des mises en accusation, car à cette époque un membre de la Cour d’appel avait été désigné pour exercer les fonctions de magistrat instructeur (le conseiller Beckers) cf. infra. Braas, Précis de procédure pénale…, t. 1, p. 453.

759 Il s’agit des titres suivants : Le Journal de Mons et du Borinage (catholique indépendant, organe d’information régionale), La Province (anciennement libéral, information régionale, axée sur le fait divers), Le Peuple (socialiste), La Cité (démocrate-chrétien de gauche), Le Drapeau Rouge (communiste) et Germinal (communiste). René Campé, Marthe Dumon, Jean-Jacques Jespers, Radioscopie de la presse belge, Verviers, Marabout, 1975, p. 97, 297, 307, 411 et 425.

760 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du commissaire de police-adjoint de Wasmes au procureur du Roi, 11 mai 1952 ; Lettre confidentielle du commandant de la brigade de Mons au procureur du Roi, 11 mai 1952.

761 A Pâturages, environ 1 500 manifestants (selon les chiffres de la gendarmerie), « ont défilé par rangs de quatre, ont fait tête à gauche en passant devant la maison de B […] À l’issue de la manifestation, les drapeaux se sont inclinés devant le monument aux morts de la guerre 1914-1918 et une minute de silence a été observée ». À Ghlin, le cortège comportait 310 personnes. Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre confidentielle du commandant de la brigade de Mons au procureur du Roi, 11 mai 1952.

762 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Procès-verbal confidentiel de la police de la ville de Mons, Information, 22 mai 1952.

763 Pour citer les chiffres repris dans un article de Fabrice Maerten, le Parti communiste passe « de 25,1 % des voix aux premières élections législatives de l’après-guerre, celles de février 1946 (son meilleur score provincial), à 9,6 % en 1950. Dans le même temps, les Syndicats uniques qui regroupaient au lendemain de la Libération 19 000 membres dans le Borinage, 19 000 autres dans le Centre, 18 000 à Charleroi, 12 800 dans le Tournaisis et 5 900 à Nivelles-Soignies […] disparaissant complètement en 1955 ». Maerten, « Résistance et société en Hainaut belge… », p. 92 (77-98).

764 Connu notamment pour son rôle au sein de la guerre scolaire (1952-1958), Léo Collard est échevin de Mons en 1947 et bourgmestre en 1953. Avant de devenir président du parti socialiste (1959), il accède au poste de ministre de l’Instruction en 1946 et en 1954. Nathalie Schiffino, Crises politiques et démocratie en Belgique, Bruxelles, L’Harmattan, 2003, p. 139.

765 Cette datation a été effectuée sur base des documents précédant et suivant cette note, qui étaient classés par ordre antichronologique.

766 Deux articles du journal Le Peuple en témoignent : « Le Congrès Régional de la C.G.S.P. marque sa sympathie à Paul B. et à Fernand D. et réclame leur libération » (21 avril 1952) et « Les agents syndiqués de la C.G.S.P. contre l’arrestation de Pol B. » (28 avril 1952).

767 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre de l’auditeur militaire au procureur du Roi, 30 septembre 1953.

768 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Procès-verbal de la Brigade de gendarmerie de La Louvière, Renseignements-Sûreté intérieure, 5 octobre 1953.

769 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Procès-verbal de la Brigade spéciale des recherches de Soignies, Ordre Public-Affiches, 3 octobre 1953.

770 En cette année 1953, un débat avait fait rage à la Chambre concernant la présence de trois ministres CVP et du gouverneur catholique de la province du Limbourg au pèlerinage de la tour de l’Yser. La cérémonie de commémoration s’était clôturée par un hommage public aux combattants du front de l’Est et par une manifestation en faveur de l’amnistie. Marnix Beyen, « “Elle est de plus en plus noire, la masse des flamingants”. Comment s’est forgée l’image de l’occupation et de la répression en Flandre, 1945-2000 », in Gotovitch et Kesteloot (éd.), Collaboration et répression…, p. 103.

771 Malgré nos efforts, nous n’avons pu résoudre cet acronyme.

772 Nous savons par Fabrice Maerten que durant l’occupation, Ulysse Hanotte, vérificateur de l’enseignement technique de Pâturages, a distribué de la presse clandestine pour le F.I. Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1, p. 338.

773 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Procès-verbal confidentiel de la Brigade de gendarmerie de Mons, Meeting Socialiste à Mons, 2 octobre 1953.

774 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Procès-verbal confidentiel de la Brigade de gendarmerie de Mons, Meeting Socialiste à Mons, 2 octobre 1953.

775 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre de l’auditeur militaire à Bruxelles au procureur du Roi, 19 mai 1953.

776 Balace, « Les hoquets… », p. 76. Le taux de la peine situe dans ce cas l’infraction comme étant un délit, dont le délai de prescription est de 3 ans. Braas, Précis de procédure pénale… t. 1, p. 99 et 101.

777 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 14 décembre 1953.

778 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 14 décembre 1953.

779 On consultera pour s’en convaincre la mercuriale prononcée par Camille-Jean Pholien à l’audience de rentrée de la Cour d’appel de septembre 1945. Cf. « Considération sur la discipline et l’autorité », in Journal des Tribunaux, n° 3652, 30 septembre 1945, p. 473-476.

780 Chesnais, Les morts violentes en France…

781 Laurent Mucchielli, « Les homicides », in Id. et Philippe Robert (éd.), Crime et sécurité, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2001, p. 148.

782 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 2, p. 789. Cf. également Id., « Jeunesse et Résistance. Entre mythe et réalité. Le cas du Hainaut, 1940-1944 », in Cahiers d’histoire du temps présent, n° 8, 2001, p. 257-305.

783 Mons, AÉM, PTPIM, 56.791 P (…), Lettre du procureur du Roi au procureur général, 9 novembre 1944.

784 Cf. Warner, « La crise politique belge… », p. 10-13 ; Dauphin, Rapport de synthèse inédit…, p. 97-104.

785 Le procès-verbal de la plainte de Louis T. nous parait être l’une des pièces du dossier les plus troublantes en ce qui concerne la possible complaisance du juge Dupont-Lacroix avec Maurice Jonckheer, bourgmestre rexiste de Ghlin.

786 CONWAy, « Justice in Post-War… », p. 11.

787 L’arrêt de la Chambre des mises en accusation de mai 1952 aurait été à cet égard plus que précieux pour recueillir les motivations juridiques de l’infirmation du mandat d’arrêt.

788 On placera à part la décision de décembre 1953. Si le résultat est sensiblement le même, il ne s’agit pas de l’acquittement espéré en octobre 1953, mais d’une prescription de l’action publique à l’égard d’un crime requalifié de délit.

789 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers des magistrats du tribunal de première instance à Mons, Armand Dupont, Lettre personnelle du procureur général au procureur du Roi, 10 février 1937.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 18 : Répartition par sexe de 209 victimes d’homicide commis par la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons selon leur genre
Crédits Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Figure n° 13 : Répartition par tranches d’âge de 129 victimes sur 209 au moment de leur décès. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)
Crédits Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5727/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Figure n° 14 : Répartition des victimes par tranches d’âge selon le sexe (en ‰). Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)588
Crédits Sources : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945. Ministère des Affaires économiques, Institut national de statistique, Recensement Général de la Population, de l’Industrie et du Commerce au 31 décembre 1947, t. 5, Répartition de la population par âge, Bruxelles, Van Muysewinkel, 1951, p. 230-237.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5727/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Tableau n° 19 : Comparaison des victimes masculines et féminines en fonction de l’âge moyen, minimum et maximum au moment des faits
Crédits Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5727/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Tableau n° 20 : Répartition des victimes masculines par catégories socio-professionnelles. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)
Crédits Sources : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945 ; Ministère des Affaires économiques, Institut national de statistique, Recensement Général de la Population, de l’Industrie et du Commerce au 31 décembre 1947, t. 8, Répartition de la population d’après l’activité et la profession, Bruxelles, Van Muysewinkel, 1953, p. 186-192.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5727/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tableau n° 21 : Répartition des victimes féminines par catégories socio-professionnelles. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)
Crédits Sources : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945 ; Ministère des Affaires économiques, Institut national de statistique, Recensement Général de la Population, de l’Industrie et du Commerce au 31 décembre 1947, t. 8, Répartition de la population d’après l’activité et la profession, Bruxelles, Van Muysewinkel, 1953, p. 186-192.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5727/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Tableau n° 22 : Répartition des victimes d’homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943- novembre 1944) par catégories
Crédits Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5727/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Tableau n° 23 : Répartition des victimes identifiées comme ayant été membres d’un mouvement de collaboration, du parti rexiste ou du VNV, ainsi que d’organismes massivement intégrés par les partisans de l’Ordre nouveau
Crédits Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5727/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Figure n° 15 : Répartition de 196 suspects masculins sur 291 par tranches d’âge au moment de leur (premier) homicide – valeurs absolues. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)
Crédits Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5727/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Figure n° 16 : Répartition de 196 suspects masculins sur 292 par tranches d’âge au moment de leur (premier) homicide – valeurs relatives (‰). Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)653
Crédits Sources : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945 ; Ministère des Affaires économiques, Institut national de statistique, Recensement Général de la Population, de l’Industrie et du Commerce au 31 décembre 1947, t. 5, Répartition de la population par âge, Bruxelles, Van Muysewinkel, 1951, p. 230-237.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5727/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Tableau n° 24 : Répartition des suspects de sexe masculin par catégories socio-professionnelles. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)
Crédits Sources : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945 ; Ministère des Affaires économiques, Institut national de statistique, Recensement Général de la Population, de l’Industrie et du Commerce au 31 décembre 1947, t. 8, Répartition de la population d’après l’activité et la profession, Bruxelles, Van Muysewinkel, 1953, p. 186-192.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5727/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Figure n° 17 : Appartenance aux mouvements de résistance de 137 suspects sur les 295 identifiés. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)
Crédits Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5727/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau n° 25 : Taux de participation, par mouvements, des résistants du Hainaut, aux différents types de Résistance armée (en %). Focus sur les PA, l’AS, le Groupe G, les MP et le MNB
Crédits Source : Maerten Fabrice, Du murmure au grondement…, t. 3, p. 1114 (annexe n° 141).
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5727/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© Presses universitaires de Louvain, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search