Version classiqueVersion mobile

Le tribut des temps troubles

 | 
Amandine Thiry

Chapitre I. Des homicides attribués à la « résistance »

Texte intégral

1. Introduction

  • 31 Laurent Mucchielli, « Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs vi (...)
  • 32 Xavier Rousseaux, « Civilisation des mœurs et/ou déplacement de l’insécurité ? La violence à l’épre (...)

1Comparé aux multiples formes de violence, l’homicide a concentré un plus large éventail de recherches. Précieux révélateur des tensions et des fractures qui parcourent une société31, généralement mieux documenté, il a notamment suscité un questionnement quantitatif important dans la seconde moitié du XXe siècle. Dans l’après-guerre, les premières observations du déclin de la violence à partir du XVIIIe siècle ont progressivement débouché sur l’analyse de ce seul indicateur. « Pourquoi l’homicide ? » s’interrogeait Xavier Rousseaux dans un numéro de Déviance et société daté de 199332.

Probablement parce qu’il apparaissait aux yeux des chercheurs comme un comportement nettement connoté de violence. Ensuite parce qu’il était supposé plus « résistant » aux déformations perceptives que les injures ou les coups et blessures. Le chercheur qui étudiait l’homicide devait au moins buter sur un corps du délit identique, quelle que soit la période étudiée : le cadavre de la victime. Enfin, l’homicide, contentieux relativement limité dans la masse des délits, permettait une enquête exhaustive.

  • 33 Des débats sur l’utilisation et la définition de l’indicateur ont innervé la recherche jusqu’à aujo (...)

2Sans détailler les précautions critiques relatives à l’utilisation de l’indicateur homicide33, il importe de placer notre analyse des années 1943-1944 dans une perspective diachronique, celle du XXe siècle.

  • 34 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 177-204.
  • 35 Ibid.

3Entre 1900 et 1990, l’évolution du nombre absolu d’homicides en Belgique est caractérisée par une variabilité limitée. Si sa représentation graphique trahit peu les profonds changements sociétaux qui ont cadencé le XXe siècle, les deux intervalles guerriers engendrent toutefois des hausses spectaculaires, ce qui permet de nuancer ce constat général. Durant la Seconde Guerre mondiale, en particulier, le nombre de décès résultant de violences interpersonnelles atteint un sommet inégalé dans l’histoire contemporaine belge : de 109 cas en 1941, les homicides passent à 216 en 1942 puis à près de 700 en 1943 et à 1852 en 194434. Cette flambée d’homicides qui se manifeste durant l’intervalle 1942-1946 est influencée par un écheveau complexe de facteurs, difficiles à distinguer pour le chercheur. Pour l’expliquer, Antoon Vrints a toutefois postulé et étayé la conjonction de deux phénomènes généraux35.

  • 36 Albert de Jonghe énonce bien ce phénomène, observant combien la politique de l’occupant et le compo (...)
  • 37 Pieter Lagrou, « Regaining the Monopoly of Force : Agents of the State Shooting Fugitives in and ar (...)

4Au-delà de la visible stabilité des taux d’homicides des premières années de l’occupation, le début d’un processus de polarisation politique est à l’œuvre. Sur fond d’une violence beaucoup plus structurelle36, celle de l’occupant et de ses collaborateurs – dont le régime est meurtrier pour tout opposant – les attentats contre les « partisans de l’Ordre nouveau », actes orchestrés par la résistance, se multiplient. À cette escalade de la violence politique vient se greffer un autre phénomène : l’appauvrissement massif de larges franges de la population et l’affaiblissement du monopole étatique de la violence favorisent le développement du banditisme dans la seconde moitié de l’occupation. On ne peut détacher cette évolution générale de la modification de la manière dont circulent les armes à feu : leur nombre se réduit après la sévère politique de confiscation de l’occupant puis augmente considérablement à la fin de la guerre37.

Figure n° 1 : Les homicides en Belgique, 1900-1990 (valeurs absolues)

Figure n° 1 : Les homicides en Belgique, 1900-1990 (valeurs absolues)

Source : Annuaire statistique de la Belgique [et du Congo belge]. Graphique repris intégralement de Antoon Vrints, « Patronen van polarisatie. Homicide in België tijdens de Tweede Wereldoorlog », in Cahiers d’histoire du temps présent, n° 15, 2005, p. 178.

  • 38 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 182.
  • 39 Martin Conway, Degrelle. Les années de collaboration, Ottignies, Quorum, 1994, p. 77.
  • 40 Ibid., p. 87.

5Tandis que le nombre d’homicides politiques se réduit en 1940 et 1941 à quelques cas isolés, une véritable escalade de la violence politique survient à partir de février et mars 1942 ; la déferlante atteint son paroxysme durant les mois de juillet et août 194438. Bien que le cadre chronologique de notre analyse concerne principalement 1943 et 1944, les années précédentes apportent un éclairage indispensable pour les homicides étudiés. Cette explosion tardive traduit en partie l’acuité des antagonismes politiques, que la première partie de l’occupation a contribué à aiguiser. À partir de 1941, la figure marginale du partisan de l’Ordre nouveau commence à susciter une hostilité de plus en plus vive. Il faut dire que les rigueurs climatiques et les pénuries de l’hiver 1940-1941 ont entraîné une dégradation rapide du niveau de vie en Belgique39. La somme des contraintes imposées par l’occupant termine d’accentuer l’amertume ambiante, qui porte une ombre non négligeable sur les relations interpersonnelles. Le rexiste notamment, pâtit de ce ressentiment tacite, qui le contraint à l’isolement. Les marques d’intimidation anonymes dont il est l’objet (lettres de menaces, vitres brisées, dégradations de façades) s’ajoutent parfois à son exclusion des réseaux sociétaux et dans certains cas, à des ruptures dans le cercle familial ou amical40. Ce rejet progressif a pour corollaire de renvoyer le collaborateur vers ses propres cercles (regroupant d’autres sympathisants).

  • 41 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 182.
  • 42 « La Légion Wallonie est une troupe de volontaires recrutés par Rex pour combattre aux côtés des tr (...)
  • 43 Fabrice Maerten et Alain Colignon, La Wallonie sous l’Occupation (1940-1945), Bruxelles, Renaissanc (...)
  • 44 Conway, Degrelle…, p. 87.
  • 45 Il faut remarquer que l’action des brigades du DSI a, pour notre arrondissement, une incidence non (...)
  • 46 Laplasse et Steen, « Het verzet gewogen.… », p. 259-260.

6Les liquidations isolées de dangereux dénonciateurs se multiplient au printemps 1942. Si ces crimes sont toutefois encore planifiés de manière ponctuelle et rigoureuse par la résistance, la seconde partie de l’année 1942 voit émerger une véritable campagne de terreur systématique contre la collaboration. Outre frapper mortellement des opposants politiques, les attaques comportent cette fois un autre objectif préventif : il s’agit de mettre en garde les sympathisants du régime d’occupation des risques d’une potentielle collaboration41. Acculés par les attentats dont ils sont la cible, entourés d’une haine toujours plus opaque, les rexistes se voient dans la nécessité de répondre par la force. Cet usage de la violence s’explique aussi par d’autres éléments contextuels : Rex voit notamment croître en son sein l’influence de la Légion Wallonie42, dont les membres reviennent du Front de l’Est à partir de l’été 1942. Marqués par les lourdes pertes et l’âpreté des combats, ces derniers encouragent à la militarisation du mouvement43. À partir de 1943, la possession d’une arme commence à se généraliser parmi le mouvement rexiste44. Au niveau local, des policiers supplétifs sont peu à peu recrutés pour « renforcer » les forces de police, dont la fiabilité est mise en doute. Les milices armées lancées par le mouvement – telle la Formation B à l’automne 1943 – doivent renforcer la sécurité des membres les plus exposés. La volonté de traquer sans relâche la résistance se marque en outre au printemps 1943 par la création du DSI45 rexiste, le Département de Sécurité et d’Information. Il ne faut pas non plus sous-estimer l’impact de la politique d’exécution d’otages par l’occupant, qui entraîne la résistance dans un cycle de représailles violentes à partir de 1943. Enfin, si l’instauration du travail obligatoire n’a pas eu d’influence directe sur l’augmentation des actions armées, elle a bien un effet à plus long terme. Comme nous le verrons plus en détail, elle provoque progressivement un revirement dans l’opinion publique, mais également un élargissement idéologique de la résistance par l’afflux de réfractaires46.

  • 47 Le terme d’« attentat » ne recouvre pas toujours une réalité meurtrière. Par ailleurs, comme le mon (...)
  • 48 Sur base de sources rexistes, Martin Conway mentionne quant à lui le chiffre de 700 rexistes exécut (...)
  • 49 Dans sa série d’articles des Cahiers d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, Albert De Jonghe men (...)
  • 50 Conway, Degrelle…, p. 87.
  • 51 Luc De Vos, La libération. De la Normandie aux Ardennes, Eupen, Grenz-Echo, 1994, p. 99.
  • 52 Luc Huyse et Steven Dhondt, La répression des collaborations. 1942-1952. Un passé toujours présent, (...)
  • 53 Une analyse de la presse limbourgeoise permet à Jos Bouveroux de dresser une liste de 22 Belges ass (...)
  • 54 Ces auteurs mentionnent deux morts. Bruno et Jos Ghysens, De Duitse bezetting te Aalst 1940-1944, r (...)
  • 55 La mission des premiers étant précisément de prévenir tout débordement et celle des seconds d’organ (...)
  • 56 Bruno De Wever, « Collaboratie en repressie : de feiten », in Frans-Jos Verdoodt (ed.), Voorwaarts (...)

7L’historiographie n’a jusqu’à présent pas révélé de bilan chiffré concernant les homicides commis par la résistance durant l’occupation, au contraire des attentats47 et des actions de sabotages. Cependant, les archives allemandes – qui reposent en grande partie sur des renseignements fournis par les mouvements de collaboration – permettent à Albert De Jonghe de conclure qu’environ 850 collaborateurs48 sont décédés suite à des attaques de la résistance. Les représailles des milices de collaboration auraient quant à elles coûté la vie à environ 150 résistants49. Ces chiffres méritent toutefois quelques considérations critiques. Si des homicides de collaborateurs y sont bien dénombrés, cela ne signifie pas forcément que tous les homicides recensés traduisent des mobiles politiques. Comme l’a montré Martin Conway, l’isolement du collaborateur en fait une proie plus facile, le rend plus vulnérable aux règlements de compte personnels et aux attaques50. La couverture du mobile politique pouvait dès lors se révéler confortable pour masquer des enjeux plus personnels. Cette hypothèse devra dès lors être examinée dans le cadre de notre arrondissement judiciaire. Mais il convient de compléter les chiffres de De Jonghe, qui couvrent uniquement la période de l’occupation, par ceux des jours qui ont suivi la Libération de 1944. Cependant, les statistiques de cette période troublée n’ont pas recueilli de consensus. Luc De Vos51 évoque « près de 100 » exécutions sommaires ou lynchages conduisant à la mort tandis que Luc Huyse et Steven Dhondt52 s’en tiennent à une « vingtaine de cas », se basant sur les analyses de Jos Bouveroux pour le Limbourg53 et de Bruno et Jos Ghysens pour Alost54. Sans porter trop d’attention aux estimations volontiers restrictives des anciens membres du HCSE ou des militaires55, on peut donc estimer raisonnablement qu’une cinquantaine à un peu plus d’une centaine56 de collaborateurs furent exécutés durant les jours de la Libération de 1944.

8Nos considérations introductives ont permis de pointer, à l’échelon national, une hausse globale des homicides durant la période 1942-1946. En gardant à l’esprit le caractère très spécifique de la violence étudiée, il convient à présent de tendre un cadre géographique plus précis derrière ces homicides.

2. Spécificités de l’arrondissement judiciaire de Mons

  • 57 Ce chapitre se base principalement sur les travaux suivants de Fabrice Maerten : Maerten, Du murmur (...)

9Des réalités régionales – géographiques, mais aussi socio-politiques et socio – économiques – forment le creuset des comportements extrêmes que nous allons observer entre avril 1943 et novembre 194457. Le choix d’un arrondissement hennuyer n’était, à ce titre, pas anodin.

  • 58 En mai 1939, la fermeture du plus grand charbonnage borain (la S.A.Charbonnages du Levant et des Pr (...)
  • 59 Les ouvriers constituent 61,7 % de la population active du Hainaut en 1930 et 61,3 % en 1947. Insti (...)
  • 60 L’hégémonie socialiste est loin d’y être menacée, le POB perdant 2,5 % pour se fixer à 41,7 % des s (...)
  • 61 La Centrale révolutionnaire des mineurs, qui constituait son principal relais parmi les travailleur (...)

10Caractérisé par de profonds déséquilibres sociaux, le Hainaut est la province sans doute la plus profondément marquée par la révolution industrielle à la veille de la Seconde Guerre mondiale. L’intense exploitation houillère y a engendré un exode rural et une explosion démographique ; la province en porte toujours profondément les stigmates dans l’entre-deux-guerres. À cette époque, les premiers signes de vieillissement de l’outil industriel et les répercussions conjoncturelles de la crise de 1929 entraînent le ralentissement de l’activité économique de la région58. Le chômage qu’il engendre achève de plonger la population ouvrière, désormais majoritaire59, dans une grande détresse. Au plus fort de la crise, les grandes grèves du début des années 1930 témoignent de la gravité de la situation. Seule force politique traditionnelle capable de répondre aux revendications des travailleurs, le Parti Ouvrier Belge (dorénavant POB) est profondément enraciné dans l’échiquier politique hennuyer à la veille du second conflit mondial. Malgré les tentatives du plus jeune Parti Communiste Belge (dorénavant PCB) de ravir une partie de son électorat dans la seconde partie des années 1930, l’assise socialiste se montre particulièrement robuste aux élections législatives de 193960, et ce particulièrement dans les trois bassins industriels hennuyers (Borinage, Centre, Charleroi) où s’effritent les scores du PCB. La province la plus peuplée de Wallonie constitue bien un enjeu majeur pour l’extrême gauche. Occuper l’espace social n’est cependant pas aisé pour le PCB, car il manque notamment d’assise syndicale61.

  • 62 La thèse de Fabrice Maerten l’a démontré sous de nombreux aspects.
  • 63 Laplasse et Steen, « Het verzet gewogen… », p. 236.

11Ces réalités, que nous venons rapidement de brosser à l’échelle provinciale, façonnent irrévocablement la manière dont la résistance armée va s’y développer durant l’occupation62. Si le Hainaut devient progressivement un bastion de ce type particulier de résistance (accueillant plus d’un tiers des attentats et actes de sabotages perpétrés sur le territoire belge63), il faut considérer la situation particulière de l’arrondissement judiciaire qui constitue le cadre de notre étude.

2.1. Cadre géographique, socio-économique et socio-politique

Figure n° 2 : Les 10 cantons de l’arrondissement judiciaire de Mons

Figure n° 2 : Les 10 cantons de l’arrondissement judiciaire de Mons

Source : Carte réalisée à l’aide d’HISGIS (Université de Gand).

  • 64 Il s’agit des cantons de Lens, Boussu, Mons, Dour et Pâturages.
  • 65 L’arrondissement administratif de Mons compte 169 ouvriers pour 1 000 habitants ; celui de Soignies (...)

12L’arrondissement judiciaire de Mons est composé de dix cantons, ce qui le différencie de l’arrondissement administratif éponyme (regroupant cinq d’entre eux64). Encadré à l’ouest par l’arrondissement judiciaire de Tournai, au nord par celui de Nivelles et à l’est de Charleroi, il se caractérise par des régions à géographie humaine relativement différentes. Des zones d’intense activité industrielle y côtoient des régions semi-industrielles et rurales. La population ouvrière y est majoritaire65.

  • 66 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1, p. 26. Lui-même avait opté pour la structure reprise dans (...)
  • 67 Les paragraphes suivants se basent majoritairement sur la rigoureuse synthèse constituée par Fabric (...)

13Pour les besoins de l’esquisse, nous utiliserons la typologie de Fabrice Maerten, qui a divisé la province du Hainaut en sept régions « selon les aspects multiples et la polyvalence des activités, tant agricoles qu’industrielles, ainsi que les diverses zones d’influence du réseau urbain »66. Sous le spectre de cette typologie, nous pouvons diviser notre arrondissement en quatre zones de caractère différent. Un souci de lisibilité nous a incitée à recourir aux frontières des cantons pour les présenter, celles-ci se superposant grosso modo aux limites physiques et socio-économiques retenues67.

  • 68 Les définitions socio-économiques du Borinage varient selon les auteurs. La zone « Mons-Borinage » (...)
  • 69 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1, p. 26, 37 et 39.
  • 70 Clément Mertens, La répartition de la population en Belgique : étude de démographie sociale, Louvai (...)
  • 71 Cette région est couverte grosso modo par l’arrondissement administratif de Mons qui regroupe les c (...)
  • 72 L’Action socialiste révolutionnaire est une dissidence trotskyste dirigée par le Borain Walter Daug (...)
  • 73 De Smet, Evalenko et Fraeys, Atlas des élections belges…, p. 162-167.

14La région de Mons-Borinage68 (cantons de Lens, Boussu, Mons, Dour et Pâturages) est caractérisée par la nette prédominance de l’activité industrielle charbonnière. Mais elle se différencie toutefois des autres régions du sillon Haine-Sambre-Meuse par la place qu’y a conservée l’agriculture, excepté dans les denses communes industrielles du Borinage houiller et dans certaines régions boisées des versants nord (canton de Lens) et sud. À l’est, la dense région de Mons constitue un pôle administratif et judiciaire, mais également commercial et intellectuel, par le nombre de ses établissements secondaires et supérieurs. Ses industries, plus dispersées et de taille plus modeste, lui donnent un caractère « d’entre-deux ». Elle constitue une sorte de zone intermédiaire entre deux bassins industriels : le Borinage à proprement parler (ouest et centre de la région Mons-Borinage) et le Centre (canton de La Louvière et du Roeulx). La frange sud de la région Mons-Borinage offre, quant à elle, un paysage rural et verdoyant, contrastant avec celui des terrils et des châssis à molette du Vieux Borinage. Ce dernier a été durement touché par la crise : la chute de l’industrie minière a entraîné celle du secteur métallurgique, de la fabrication de chaussures et de la céramique. Une misère durable s’y installe, « alimentée par un chômage larvé, rendu inéluctable par une rationalisation accrue69 ». Les conditions d’hygiène et de logement y sont déplorables70. Sur le plan politique, c’est la région Mons-Borinage71 (que couvre grosso modo l’arrondissement administratif de Mons) qui a vu la percée la plus significative du Parti Communiste lors des élections de mai 1936 : il passe de 4,5 % à 14,7 %. Le POB, perdant alors plus d’un tiers de ses électeurs, reste cependant largement majoritaire avec environ 44 % des suffrages. Aux élections législatives de 1939, le balancier s’inverse légèrement. La majorité du POB se fait encore plus écrasante (il se redresse de 4,5 % pour atteindre 48,4 %) tandis que les autres forces de gauche régressent (le PCB perd 3 % et le parti de Walter Dauge72, plus de 2 %). Les libéraux gagnent des électeurs dans tout l’arrondissement, mais c’est le canton de Mons qui leur offre leur meilleur score (17,7 %). Même constat pour les catholiques, dont l’assise est la plus élevée dans le canton de Lens (26,3 %)73.

  • 74 Ibid., p. 170.

15Dominée par l’exploitation de la houille, la région du Centre (qui se limite dans notre arrondissement aux cantons de La Louvière et du Roeulx) est contiguë, à l’est, au pays de Charleroi. La dépression de la Haine la sépare en deux versants de caractère différent. Au sud, les zones d’habitat modeste s’agglutinent autour des charbonnages. Le versant septentrional accueille quant à lui peu de houillères ; ses importantes bourgades abritent des usines métallurgiques. Située à quelques encablures de la Haine, sur son versant nord, La Louvière représente en plus d’un chef-lieu régional, un centre industriel et commercial densément peuplé. Il s’agit en 1939 d’un des rares centres ouvriers où le Parti Communiste recueille un meilleur score qu’en 1936 (+0,2 %), l’amenant à se rapprocher des 13 %. Conformément aux tendances provinciales, le Parti catholique progresse davantage dans le canton semi-rural du Roeulx (+4,7 %) que dans le canton de La Louvière74.

  • 75 Ibid., p. 168 et 169.

16Vallonnée comme la précédente, la région de Soignies-Braine-le-Comte se distingue du Centre par la prédominance de son activité agricole, dirigée vers les herbages et les cultures. L’exploitation du petit granit (ou pierre de taille du calcaire carbonifère) fournit en outre un travail intense aux carrières de la région. L’orientation des moyens de transport de la région vers le Brabant wallon actuel et l’agglomération bruxelloise facilite le va-et-vient de sa main-d’œuvre excédentaire (au même titre que celle du canton d’Enghien). Centre administratif, la ville de Soignies a une moindre importance que Braine-le-Comte, qui concentre de nombreuses industries, un marché agricole réputé et un nœud de communication appréciable. Dans le canton de Soignies (qui abrite les deux villes précédentes), la défaite de Rex, cuisante aux élections de 1939, favorise davantage les libéraux (+7 % par rapport à 1936) que les catholiques. La réunification du parti catholique semble en effet avoir été plus profitable en milieu rural, comme en témoigne le score qu’il obtient dans le canton voisin, celui d’Enghien (38,3 % ; + 4,7 %). La défaite de Rex, moins marquée qu’ailleurs, y profite également aux libéraux, mais d’une manière moindre (24 %, +3 %)75.

  • 76 Ibid., p. 184.

17Un fragment du Hainaut occidental, et plus précisément de la région d’Ath, figure également dans notre arrondissement (canton de Chièvre). Séparé de la région de Mons-Borinage par une bande de terrains sablonneux et boisés, il se caractérise par son agriculture herbagère et l’extrême diversité de ses activités au sein desquels prédominent l’exploitation des carrières et le secteur textile. La ville de Chièvres (qui constitue plutôt une petite bourgade) a été marquée par le déclin des activités de la région. Comme dans presque tout le reste de l’arrondissement de Tournai-Ath, le taux de suffrage du POB baisse entre 1936 et 1939 dans l’arrondissement de Chièvre (37,5 % ; -3 %). Ce sont les catholiques qui y tirent leur épingle du jeu par leur réunification (30,3 % ; + 6,7 %) pour se rapprocher des socialistes tandis que les communistes passent de 4,5 à 5,8 % (+1,3 %)76.

2.2. Une région hautement marquée par les homicides durant l’occupation

  • 77 Nombre d’homicides divisé par 100 000 habitants.
  • 78 L’auteur se base principalement pour sa contribution sur les statistiques médicales de l’Institut N (...)

18L’étude des taux d’homicides77 a permis à Antoon Vrints d’observer les variations géographiques et chronologiques adoptées par la violence meurtrière durant les deux dernières années de l’occupation78. Son approche par arrondissement administratif (excluant les suicides, les accidents et les « cas douteux », mais englobant la violence politique et de droit commun) constitue un cadre précieux pour notre propre étude.

  • 79 Ibid., p. 190-191.
  • 80 Conway, Degrelle…, p. 87.

19La seconde moitié de l’occupation voit un accroissement sans précédent des taux d’homicides en Belgique. Derrière les spécificités régionales, Vrints décèle dès 1943 un différentiel marqué entre le nord-ouest et le sud-est du pays. Le fait que l’année 1944 connaisse une augmentation des homicides dans pratiquement tous les arrondissements administratifs n’atténue pas ce contraste. Toutes proportions gardées, le différentiel régional y prend peut-être plus encore de signification. Bien que la frontière entre les régions « calmes » et « violentes » ne corresponde pas à la frontière linguistique (qui ne sera officiellement fixée qu’en 1963), 9 arrondissements néerlandophones sur 15 présentent relativement les taux d’homicides les plus bas. A contrario, les scores élevés de nombreux arrondissements administratifs wallons attirent l’attention. Le Hainaut, en particulier, voit en 1944 ses taux d’homicides exploser de manière exponentielle dans cinq arrondissements administratifs sur six (l’augmentation touchant Charleroi étant moins sensible)79. Comme le souligne Vrints, l’interprétation de notables différences entre arrondissements nécessite de prendre en compte le facteur « mobilité des criminels ». Certains groupements de résistances et milices de collaboration possédaient indéniablement ce caractère malgré un phénomène général de rétrécissement des horizons pour la majeure partie de la population80.

  • 81 L’arrondissement judiciaire de Mons comprend en plus de l’arrondissement administratif éponyme, qua (...)
  • 82 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 191.

20Des hypothèses spécifiques peuvent être avancées pour expliquer la flambée des taux d’homicides au sein de l’arrondissement judiciaire de Mons81. Si l’on compare les taux régionaux d’homicides pour la période 1936 à 1939 avec ceux de la deuxième moitié de l’occupation, l’hypothèse d’une radicalisation sur base d’une « tradition violente » de notre arrondissement judiciaire se révèle caduque (tableau n° 3), à l’instar d’ailleurs des autres arrondissements82.

Tableau n° 3 : Évolution du taux d’homicides (par 100 000 habitants) des arrondissements administratifs de Mons et de Soignies (1936-1944)

Tableau n° 3 : Évolution du taux d’homicides (par 100 000 habitants) des arrondissements administratifs de Mons et de Soignies (1936-1944)

Source : Tableau repris intégralement de Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 203-204, à partir des statistiques médicales de l’INS reprenant les causes de décès.

  • 83 La différence entre, d’une part, les chiffres de l’historiographie en ce qui concerne les homicides (...)
  • 84 Ibid., p. 192. En ce qui concerne les déplacements du seuil de tolérance de la population ouvrière (...)

21Outre l’escalade de violence politique – dont nous observerons les contours chronologiques dans le deuxième chapitre –, d’autres facteurs méritent d’être pris en compte. Un important substrat des homicides constatés et enregistrés par la statistique semble être en effet le résultat d’attaques apolitiques83. Le cadre socio-économique de notre arrondissement (cf. supra) apporte dès lors des éléments précieux pour contribuer à expliquer le développement d’une criminalité de droit commun. Les premiers temps de l’occupation (en particulier l’hiver 1940-1941) génèrent un appauvrissement massif, qui frappe durement la population ouvrière, majoritaire au sein de l’arrondissement. Les importantes tensions sociales qui résultent de cet appauvrissement et le peu de marge de manœuvre des réfractaires des communes industrielles pour se procurer d’autres moyens d’existence ne sont pas étrangers à l’apparition du banditisme dans la région. Dans les milieux défavorisés de l’arrondissement, la pénurie et les souffrances ont contribué à fragiliser les normes sociales, ce qui facilite l’introduction du vol comme mécanisme de survie84.

  • 85 Les agissements de la Brigade A (plus connue sous le nom de bande Duquesne) notamment, ont contribu (...)

22À partir de cet important constat, il y a lieu de considérer l’implantation de la résistance armée dans notre arrondissement. De violentes représailles de la part des milices de collaboration ne semblent pas avoir eu lieu par hasard sur son territoire85.

2.3. Une forte implantation de la résistance armée

  • 86 Laplasse et Steen, « Het verzet gewogen… », p. 227-260.

23Comme le montrent Jan Laplasse et Karolien Steen86, divers facteurs ont favorisé l’émergence en Belgique d’un type de résistance qui n’avait pas connu d’antécédent durant la Première Guerre mondiale : la résistance armée. Le phénomène affiche toutefois une implantation inégale dans les différentes régions du pays.

  • 87 Focus sur les quatre premiers arrondissements judiciaires au sein de chaque catégorie : attentats p (...)

Tableau n° 4 : La contribution des arrondissements judiciaires aux actions de résistance armée (1940-1944)87

Tableau n° 4 : La contribution des arrondissements judiciaires aux actions de résistance armée (1940-1944)87

Source : Tableau repris intégralement de Jan Laplasse et Karolien Steen, « Het verzet gewogen… », p. 247.

  • 88 Nous considérons ici les résultats de la colonne « Total des attentats et des actes de sabotage ».
  • 89 Ibid., p. 255.

24Si le phénomène possède un caractère général au sein de la province du Hainaut88, c’est dans l’arrondissement judiciaire de Mons qu’il obtient le pourcentage général le plus élevé (tableau n° 4), suivi immédiatement par les arrondissements de Charleroi (11,69 %) et de Tournai (9,25 %). Concernant les seuls attentats politiques, l’arrondissement de Mons se classe cependant second derrière l’arrondissement bruxellois, qui détient la palme en cette matière. Cette prépondérance de la région de Bruxelles peut peut-être s’expliquer : région citadine, ponctuée de nombreux bâtiments symbolisant l’armée occupante, Bruxelles est caractérisée par une plus forte concentration de collaborateurs et d’unités allemandes89.

Tableau n° 5 : La contribution des arrondissements judiciaires de Mons et Bruxelles aux attentats contre les personnes (1940-1944)

Tableau n° 5 : La contribution des arrondissements judiciaires de Mons et Bruxelles aux attentats contre les personnes (1940-1944)

Source : Tableau repris intégralement de Laplasse et Steen, « Het verzet gewogen… », p. 236-237.

  • 90 Ibid., p. 243.

25Si l’on considère uniquement les attentats dirigés contre les collaborateurs et les Allemands (excluant la catégorie des « attentats contre les bâtiments » créée par Laplasse et Steen), les écarts entre les deux arrondissements deviennent toutefois minimes (tableau n° 3). Ce constat doit être nuancé : l’arrondissement de la capitale contribue beaucoup plus au nombre total d’attentats contre les Allemands que celui de Mons. Le facteur chronologique peut fournir une piste explicative. Jusque mars 1943, le centre de gravité des attentats contre les personnes se situait encore à Bruxelles – bien qu’il ait déjà commencé à se déplacer vers les régions industrielles de Wallonie. Or, c’est essentiellement la première vague d’attentats (seconde partie de l’année 1942 – début de l’année 1943) qui a fait le plus de victimes parmi les membres de l’armée occupante90.

  • 91 En additionnant les résultats de l’arrondissement administratif de Mons et de Soignies, le pourcent (...)
  • 92 Le coefficient de corrélation entre le pourcentage de ses voix en 1939 et le pourcentage d’actions (...)
  • 93 Ibid., p. 256.
  • 94 Maerten, « Le Front de l’Indépendance… », p. 438.
  • 95 Ibid., p. 448.
  • 96 Ce n’est qu’après la Libération, que cette Armée belge des Partisans prendra le nom de Partisans ar (...)
  • 97 Nous renvoyons au relevé établi par Fabrice Maerten des attentats et sabotages commis par les Parti (...)

26De multiples facteurs locaux et régionaux influencent sans aucun doute cette forte implantation de la lutte armée dans la région de Mons. Parmi eux, l’impact du PCB91 n’est pas à sous-estimer92. Il faut dire que sa présence proéminente dans les luttes sociales de l’entre-deux-guerres avait contribué à donner aux centres industriels hennuyers une tradition de contestation. Ce passé de lutte a certainement constitué, au moment de franchir le pas d’une résistance radicale, un précédent non négligeable93. Les deux bassins industriels de notre arrondissement (Borinage et Centre) ont par ailleurs représenté, avec leur forte implantation socialiste, un terrain de prédilection pour le PCB durant l’occupation : le jeune parti a profité de l’effacement forcé du POB sous la coupe allemande pour tenter de conquérir les masses, soumises à rude épreuve par la dégradation du niveau de vie94. Dès juillet 1941, il se lance dans une lutte énergique contre l’occupant, sans toutefois complètement abandonner son discours social, lié à « la conquête d’une place plus enviable sur l’échiquier politique95 » dans l’après-guerre. Ainsi se crée l’un des mouvements de résistance armée dirigé par le parti (l’Armée belge des Partisans96), responsable de nombreux sabotages et attentats dans la région97.

  • 98 Henri Pirenne, La Belgique et la guerre mondiale, Paris, PUF/New Haven, Yale University Press, 1928 (...)
  • 99 La circulaire organique qui a fixé l’exécution de l’arrêté du 3 octobre 1916, prescrivant cette dép (...)
  • 100 Sophie De Schaepdrijver, La Belgique et la Première Guerre mondiale, Bruxelles, Peter Lang, p. 225.
  • 101 Pirenne, La Belgique et la guerre mondiale…, p. 202-203 et 205.
  • 102 Ibid., p. 127.
  • 103 Après l’armistice, cette rancœur a également touché les « traîtres », et particulièrement certains (...)
  • 104 Cf. Maerten, « L’impact du souvenir de la Grande Guerre sur la Résistance… », p. 329-331.
  • 105 Id., « Résistance et société en Hainaut belge. Histoire d’une brève rencontre », in Robert Vandenbu (...)

27Cette implantation de la résistance armée peut également trouver racine dans la manière dont la région fut confrontée à la première occupation allemande. Les privations de la Première Guerre mondiale n’y furent certes pas ressenties de la même manière par tous les groupes sociaux de l’arrondissement. Selon Henri Pirenne98, le sentiment anti-allemand avait été bien plus prononcé dans les régions urbaines et industrielles, où la faim s’était répandue massivement, que dans les régions rurales. Si les premières semaines de l’invasion allemande de 1914 n’eurent qu’un effet négligeable sur l’activité industrielle, le manque de ravitaillement en matières premières et l’explosion du chômage qui suivirent touchèrent gravement les usines hennuyères. Les mesures de déportation de la main d’œuvre belge99 provoquèrent en outre une vague de panique dans le pays, principalement dans la population ouvrière. Dans le Borinage, familles et voisins se pressaient autour des convois de déportation, entourant les soldats allemands de leur désarroi et de leurs injures100. Plus tard, le démantèlement de l’industrie métallurgique serait méthodiquement orchestré par l’autorité militaire allemande suite à l’application de l’arrêté du 17 février 1917 : démontage et destruction des machines et des halls d’usine allaient relever de « l’implacable logique de la guerre d’épuisement » économique du pays101. Il est toutefois indispensable de noter que l’exploitation des charbonnages, secteur prédominant au sein de l’arrondissement, ne subit aucune interruption durant l’occupation, seul son rendement annuel étant fortement réduit102. Il n’est donc pas étonnant que la haine de l’occupant ait été intense dans l’arrondissement durant la Première Guerre mondiale103. Le climat général à l’égard de la résistance en sera influencé, plus de 20 ans plus tard, lors de la seconde occupation104 : dans le Hainaut, la majorité de la population a soutenu silencieusement la résistance durant la seconde moitié de l’occupation et était prête à lui accorder une aide ponctuelle105.

  • 106 Cet antifascisme fut l’une des motivations de base pour entrer en résistance contre l’occupant. Une (...)
  • 107 Special Operations Executive, service de sabotage britannique. Cf. Emmanuel Debruyne, « Parachutage (...)

28Outre l’antifascisme106, surtout promu par les mouvements de gauche bien implantés dans la région, quelques éléments plus pragmatiques peuvent avoir favorisé une résistance armée dans l’arrondissement de Mons. Les nombreuses mines et les carrières qui le quadrillent (cf. cadre géographique) ont autorisé un accès plus aisé aux explosifs que dans les régions rurales. Par ailleurs, les nombreuses opérations de parachutages du SOE107 permettront à la résistance armée de se procurer des armes. On peut également se demander si le relief accidenté de certaines communes de l’arrondissement, notamment Graty ou Noirchain, les étendues de bois bordant des localités comme Villerot ou Baudour voire même le dédale des petites ruelles du Borinage n’offraient pas d’adéquats points de chute pour la résistance armée ou pour les groupes de réfractaires. Tout en se gardant d’un déterminisme trop prononcé en la matière, il semble bien que l’impact de ces facteurs géographiques n’ait pas été nul.

  • 108 Nico Wouters, De Fürherstaat. Overheid en collaboratie in België (1940-1944), Tielt, Lanoo, 2006, p (...)
  • 109 De Smet, Evalenko et Fraeys, Atlas des élections belges…, p. 162.
  • 110 Selon les calculs de Fabrice Maerten, 29,1 % de bourgmestres en place en 1943 dans l’arrondissement (...)

29Nos hypothèses générales au sujet de la résistance armée ont peut-être éclipsé un autre important aspect du problème : l’ancrage de la collaboration au sein de la région. Au niveau provincial, l’accaparement du pouvoir par les rexistes fut de loin le plus important : le Hainaut était la seule province wallonne qui possédait un pourcentage de nominations rexistes comparable aux chiffres du VNV dans les provinces flamandes108. Malgré le revers cuisant des élections de 1939 dans l’arrondissement109, les membres du parti rexiste vont pouvoir s’infiltrer dans les pouvoirs locaux durant l’occupation. Parcouru par deux bassins industriels, le territoire possédait en effet un intérêt particulier pour l’occupant et un grand nombre de bourgmestres et d’échevins y furent nommés à sa solde, en particulier dans les communes de plus de 5 000 habitants110.

  • 111 Son parti récolte 8,45 % en 1936 et 6,39 % des suffrages en 1939 dans l’arrondissement de Mons. De (...)
  • 112 Conway, Degrelle…, p. 81.

30On peut se demander également si les rexistes ont profité du revirement inattendu de Walter Dauge, fils d’un mineur borain qui avait bénéficié d’une certaine audience avec son mouvement, l’Action socialiste révolutionnaire (dorénavant ASR), dans les années 1930111. Fer de lance du combat antifasciste des dissidences de gauche, le redoutable orateur semble en effet avoir été séduit momentanément par les promesses de l’Ordre Nouveau. Ce virage à 180° est toutefois éphémère : en 1941, les négociations pour fusionner l’ASR et Rex tournent court. Ce rapprochement inattendu n’aura finalement apporté que peu de recrues à Rex : une « poignée d’hommes » seulement décidera de s’affilier au mouvement, certains d’entre eux rejoignant la Légion Wallonie112.

  • 113 À ce titre, par exemple, la nomination d’Adelson Charlier comme commandant des Partisans armés pour (...)

31Reste un aspect qui a pour l’instant été mis de côté : le poids des hommes. Certaines personnalités113 ont pu avoir un impact non négligeable sur le pourcentage élevé d’attentats de notre arrondissement. La troisième partie tentera d’illustrer plus spécialement ces facteurs personnels, que seule une analyse locale permet d’éclairer.

3. Aperçu chronologique général

32Après une esquisse des traits marquants de notre arrondissement, il importe de situer les homicides étudiés dans leur profondeur chronologique, de jauger leurs évolutions, de soupeser les tendances que leurs valeurs absolues laissent entrevoir. Les aspérités du contexte de guerre (et de sortie de guerre), mais également les antagonismes sociaux contemporains ou antérieurs peuvent contribuer à expliquer ces évolutions. Ils ne constituent toutefois pas une panacée pour aborder un type de violence interpersonnelle souvent liée à des motifs beaucoup plus profonds et disparates. Sans prétendre démêler l’écheveau de facteurs qui influencent ces variations, nous veillerons à fournir à ce chapitre un généreux cadre contextuel, tout en limitant autant que possible les inférences excessives.

33L’unité de compte « victime » s’impose d’elle-même pour rendre le plus fidèlement compte des variations chronologiques. Aussi avons-nous associé dans les paragraphes suivants les termes « homicide » et « victime d’homicide », considérant que chaque victime décédait séparément d’un acte « homicide ».

  • 114 Cet angle d’approche exigeait de retirer au préalable les victimes dont le mois de décès était ince (...)

34Ces considérations préliminaires étant posées, plongeons-nous maintenant dans une première analyse sous l’angle mensuel114.

  • 115 Population examinée : 220 sur 228 victimes totales.

Figure n° 3 : Évolution mensuelle du nombre de victimes en valeurs absolues. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement de Mons (avril 1943-novembre 1944)115

Figure n° 3 : Évolution mensuelle du nombre de victimes en valeurs absolues. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement de Mons (avril 1943-novembre 1944)115

Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.

35Si l’on considère ses principaux points d’inflexion, la courbe mensuelle du nombre des victimes peut être divisée en trois tronçons de caractère dissemblable : relative stabilité jusque mai 1944, explosion entre juin et août de la même année, brusque décrue à partir de septembre. Non équivoque sur ce point, notre représentation graphique atteste clairement des fractures que constituent à la fois le mois du débarquement et celui de la Libération. Ces constats généraux méritent toutefois une observation plus fine.

3.1. Une action meurtrière parcimonieuse ? (avril 1943-mai 1944)

  • 116 La première victime, membre de la cinquième unité de la Garde wallonne, est tuée le 26 avril vers 1 (...)
  • 117 Le premier attentat, qui se déroule le 11 août 1941 à Leuze, coûte la vie à un industriel. Le 17 se (...)
  • 118 C’est ce qu’affirment les sources allemandes, mentionnant 67 attentats sur des collaborateurs en 19 (...)
  • 119 En mars 1943, alors que les attentats contre les personnes atteignent un sommet provisoire, cette c (...)
  • 120 Paul Struye et Guillaume Jacquemyns, La Belgique sous l’occupation allemande (1940-1944), Bruxelles (...)
  • 121 Mons, AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procure (...)

36C’est avril 1943 qui fournit à l’arrondissement judiciaire de Mons le premier homicide dont l’auteur – bien que restant inconnu pour le parquet – est soupçonné d’appartenir à la résistance116. Ce terminus a quo de notre étude a de quoi surprendre par son caractère tardif. À l’échelon provincial, deux premiers meurtres isolés de rexistes ont en effet déjà ponctué la fin de l’été 1941 dans l’arrondissement judiciaire de Tournai117. À l’échelon du pays, nous l’avons vu, une première augmentation significative du nombre d’attentats sur les partisans de l’Ordre nouveau est par ailleurs déjà observée dans la seconde partie de l’année 1942118, avec une prédominance de l’arrondissement bruxellois119. L’analyse de Paul Struye, datée du tout début de l’année 1942 (après 20 mois d’occupation), montre cependant bien que la haine envers le collaborateur n’est pas un phénomène nouveau : « Il serait vain de se dissimuler qu’à l’heure actuelle ces Belges minoritaires sont tenus par leurs concitoyens pour de véritables ennemis et que la colère populaire est beaucoup plus violente à leur égard qu’envers l’occupant120 ». Témoignage évocateur du climat d’avril 1943 dans la région : à un peu plus d’une dizaine de kilomètres du lieu de la première exécution, des goudronnages de façades accusateurs ont touché 13 domiciles de La Louvière en deux nuits121.

  • 122 Les chiffres absolus de victimes atteignent un sommet provisoire en décembre 1943. Nous référons ic (...)

37Malgré le caractère ténu de nos valeurs absolues, nous pouvons constater la légère augmentation des homicides qui caractérise les derniers mois de l’année 1943122. Le contexte peut-il dès lors éclairer cette très modeste « percée » de la violence meurtrière attribuée à la « résistance » ?

  • 123 Qui correspond toutefois, à l’échelon national, à un glissement vers plus de sabotage. Ibid., p. 24 (...)

38Il faut tout d’abord préciser que cette légère variation est plus largement concomitante à l’amplification dans tout le pays des actions de résistance armée123, actions qui s’orientent principalement, durant cette période, vers des actions de sabotage.

39L’instauration du travail obligatoire en Allemagne en octobre 1942 ne peut pas non plus être considérée comme tout à fait étrangère à ce phénomène plus général. Affectant toutes les strates de la population à partir du printemps 1943, cette mesure particulièrement impopulaire contribue à aiguiser, avec la récurrence des problèmes de ravitaillement, un sentiment d’hostilité envers l’occupant. Dans la région du Centre, « l’état d’esprit de la population reste assez mauvais », écrit le commandant de la compagnie de gendarmerie de La Louvière dans son rapport mensuel, le 8 mai 1943 :

  • 124 Mons, AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procure (...)

Le mécontentement général persiste au point de vue de l’insuffisance du ravitaillement dans tous les domaines. […] Depuis quelques jours, la population s’émeut, car elle se trouve dans l’impossibilité d’acheter de la farine contre remise de timbres n° 1. […] L’inquiétude continue à régner dans toutes les classes de la société au sujet du travail obligatoire et des départs en Allemagne124.

  • 125 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 183.
  • 126 Ibid. En juillet 1943, d’importantes arrestations décapitent le sommet du PCB et emportent le Bruxe (...)
  • 127 Id., « Armée Secrète (AS) », in Aron et Gotovitch (ed.), Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale (...)
  • 128 Aux facteurs généraux déjà cités, Fabrice Maerten identifie des raisons propres à un engagement dan (...)
  • 129 En 1943, on peut affirmer qu’au moins 4 victimes sur 21 (dans les 4 cas sur 5 cas où les auteurs so (...)
  • 130 Ibid., p. 472.

40Hantés par le souvenir de la Première Guerre mondiale, nombre de jeunes hommes choisissent de se réfugier dans la clandestinité pour échapper à la mainmise allemande125. Les réfractaires wallons, en particulier, trouvent dans la résistance un cadre de protection opportun pour leur entrée dans l’illégalité, ce qui ouvre un très important réservoir de nouvelles recrues potentielles aux mouvements clandestins. Elle est surtout le fait des Partisans armés, branche armée du PCB spécialisée dans les attentats et sabotages, dont les rangs ont été durement éclaircis par la répression allemande126, et de l’Armée secrète, principale formation militaire de la Résistance, dirigée par des officiers de carrière et surtout de réserve127, qui dispose d’atouts en termes d’encadrement et de matériel pour attirer les recrues. Un corollaire de ce recrutement est l’élargissement idéologique de la base des Partisans armés128, qui se garnit de plus en plus d’éléments non communistes129. Si la force de frappe potentielle du mouvement s’en voit amplifiée, cette vague de recrutement possède également ses zones d’ombre. C’est qu’outre des hommes et des femmes soucieux de chasser l’occupant, pénètrent dans les rangs des Partisans des individus surtout désireux de tirer un profit immédiat de leur nouvelle affiliation130. En plus d’actions patriotiques, cette petite minorité des effectifs n’hésite pas à effectuer des réquisitions pour son propre compte et à utiliser la violence contre des personnes non liées à l’occupant. Toutefois, le phénomène ne se limite pas à la résistance. La précarité incite notamment un certain nombre de bandes itinérantes de réfractaires à adopter une stratégie de survie plus radicale.

  • 131 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 183. L’auteur s’appuie pour déterminer ces ferments sur F (...)
  • 132 Cette compagnie, composée des districts de Mons et Soignies, couvre une très importante partie de l (...)
  • 133 Mons, AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procure (...)

41Sur le plan structurel, précise Vrints131, la seconde moitié de l’occupation contient les ferments nécessaires à l’épanouissement du banditisme : une paupérisation massive et l’affaiblissement de la souveraineté de l’État. Cette criminalité de droit commun est également alimentée par la rancœur née du contraste entre, d’une part, la détérioration du niveau de vie dans les villes et les banlieues industrielles et d’autre part, la relative aisance matérielle des habitants des campagnes. Cet antagonisme fermiers-ouvriers s’ajoute en outre à la désagrégation du tissu social et familial durant la seconde moitié de l’occupation et à la relative inertie des forces de l’ordre et de la magistrature, craignant d’être impliquées dans la répression de faits de résistance armée. Sur le territoire placé sous la surveillance de la compagnie la gendarmerie de Mons132, par exemple, le climat général de septembre 1943 semble largement s’en ressentir : « La population est toujours troublée par les nombreux incendies et les vols qui ont été commis. Les fermiers continuent à recevoir des lettres de menaces et craignent pour leurs biens. Les attentats et les vols à main armée surexcitent la population133 ».

  • 134 Cette conclusion n’a trait qu’à la proportion meurtrière des attaques dont les auteurs ont pu être (...)
  • 135 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 52.477 P.

42À observer de plus près le profil des victimes décédées lors de l’année 1943, force est de constater que l’impact des attaques à main armée sur le nombre d’homicides attribués à la « résistance » reste très limité134 : seul un vol à main armée occasionne, à Frameries, le décès d’un clerc de notaire sortant d’une vente publique135. Un effet de source n’est toutefois guère à exclure.

  • 136 Ces catégories de victimes nécessitent toutefois des réserves critiques. Cf. infra.

Tableau n° 6 : Répartition des victimes de 1943 selon leur catégorie. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)136

Tableau n° 6 : Répartition des victimes de 1943 selon leur catégorie. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)136

Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.

  • 137 Maerten, « Le Front de l’Indépendance… », p. 456, 458.
  • 138 Cette politique est née à la fin de l’automne 1942. L’assassinat du bourgmestre du Grand-Charleroi, (...)
  • 139 Étienne Verhoeyen, La Belgique occupée, de l’an 40 à la Libération, Bruxelles, De Boeck, 1994, p. 4 (...)
  • 140 Oberfeldkommandantur. L’appareil militaire et administratif allemand est centré sur l’autorité des (...)
  • 141 Ces attentats ont coûté la vie à des membres du mouvement rexiste (dont H. de Houdeng-Goegnies) mai (...)
  • 142 L’instauration d’un Grand-La-Louvière en juillet 1942, regroupant les communes avoisinantes dans l’ (...)
  • 143 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 52.372 P.

43Si le terrain miné des relations avec l’occupant n’a pas engendré de conflit frontal – malgré l’invasion allemande de l’URSS en juin 1941 et les problèmes de ravitaillement de l’hiver 1942-1943 –, la haine du collaborateur ne cesse de croître parmi de larges franges de la population hennuyère à cette époque. Mais si, comme nous l’avons vu, la rancœur se développe d’abord au sein du monde ouvrier, elle se propage également parmi les classes moyennes. Outre l’élargissement des mesures de déportation aux jeunes adultes masculins par classe d’âge, une partie de la classe moyenne, celle liée à la fonction publique, se voit concurrencée dans sa fonction par les Partisans de l’Ordre nouveau. Fin de l’année 1942 et début de l’année 1943, cette rancœur est également encouragée par le retournement des chances de victoire sur le champ de bataille international. Les premiers revers de l’Allemagne en Afrique du Nord puis en Russie constituent en effet à cette époque plusieurs signes de basculement du conflit. De façon corolaire, l’attitude de la population hennuyère devient plus positive envers la résistance, encouragée notamment par la chute de l’Italie fasciste après le débarquement allié du 10 juillet en Sicile et par les victoires ininterrompues de l’armée rouge. « Ainsi se constitue peu à peu [dans le Hainaut] un véritable front du refus, au sein duquel le patriotisme, versant positif de la germanophobie, sert de vecteur rassembleur137». Par ailleurs, bien que la politique d’exécution d’otages pratiquée par l’occupant138 finisse par réduire le nombre des attentats contre les militaires allemands en 1943, il n’en est pas de même pour les attentats contre les collaborateurs, qui continuent invariablement139. Le 28 juin 1943, les journaux de l’arrondissement (dont le Journal du Borinage) publient un avis menaçant d’exécution dix « terroristes » si les attentats commis dans les zones placées sous la juridiction des OFK140 de Mons, Liège et Bruxelles ne sont pas élucidés avant le 30 juin à minuit141. En outre, suite à l’augmentation des attentats commis par la résistance, apparait en juillet 1943 dans la région du Centre, une brigade mobile au sein de la police du Grand-La-Louvière142, placée sous les ordres de l’agent de change Edgard Duquesne. Loin d’en être à son coup d’essai, la Brigade A – devenue désormais officielle – a pour objectif de traquer les réfractaires et de démanteler les cellules communistes de la région, passant pour responsables des grèves, sabotages et attentats. Ses méthodes brutales et les arrestations qu’elle effectue dans les milieux réfractaires et résistants vont accélérer le cycle violent des représailles. Ainsi Marcel S., matricule A2 de la Brigade A, décède-t-il le 30 octobre 1943, sur le seuil même du local des réquisitions où il avait été détaché143.

  • 144 Ibid., p. 472-474.

44Une instruction permettra d’identifier durant l’après-guerre des suspects pour cinq des 21 affaires d’homicides recensées en 1943. La majorité d’entre elles (4) mettent en scène des membres des Partisans armés (dorénavant PA) du secteur 022 (Borinage), ce qui ne semble pas être un hasard : suite à l’hécatombe de l’été 1943 (cf. supra), c’est Adelson Charlier, ajusteur borain qui reprend solidement les rênes du secteur. Selon Maerten144, les actes de sabotage et les attentats contre les collaborateurs se multiplient dès lors sous son égide dès le début de l’automne 1943.

  • 145 Mouvement de résistance populaire initié par le Parti Communiste. Cf. José Gotovitch, « Front de l’ (...)
  • 146 Maes, Brigade A…, p. 63-64 ; 66 ; 73.

45Le très provisoire sommet de décembre 1943 se voit immédiatement réduit de moitié en janvier 1944. Sans tirer de conclusions trop péremptoires au vu du nombre extrêmement restreint des données étudiées, il n’est pas interdit de mettre en relation cette réduction du début de l’année 1944 avec l’intensification des arrestations de résistants de janvier à avril 1944. Le Borinage est en effet frappé de plusieurs vagues d’arrestation jusque juin 1944. Aux environs de la mi-février, la capture d’un militant communiste aurait ainsi fourni à la bande Duquesne plusieurs documents, dont l’organigramme complet du Front de l’Indépendance145 dans la région du Centre. Suivent plusieurs opérations d’envergure de la bande Duquesne, notamment dans la région d’Écaussinnes. Après un ralentissement de ses activités à la fin du mois de mars, la bande Duquesne bénéficie de nouvelles dénonciations au début du mois d’avril qui lui permettent de capturer de nombreux suspects avant une moisson plus grande encore dans les mois suivants146.

  • 147 Bert Boeckx et Patrick Temmerman, Deportatie en verzet : een eerste globale statistische analyse op (...)

46Si nous ne disposons pas des statistiques exactes des arrestations pour l’arrondissement judiciaire, celles de la province ont pu être reconstituées par Bert Boeckx et Patrick Temmerman147. Malgré l’hétérogénéité des deux échelles disponibles (arrondissement et province), la représentation graphique proposée ci-après permet de trouver la répercussion de cette intensification des arrestations au niveau provincial.

Figure n° 4 : Relation entre les homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons et les arrestations dans la province du Hainaut (janvier 1943-septembre 1944)

Figure n° 4 : Relation entre les homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons et les arrestations dans la province du Hainaut (janvier 1943-septembre 1944)

Source : Bert Boeckx et Patrick Temmerman, Deportatie en verzet : een eerste globale statistische analyse op basis van de erkenningsdossiers Politieke gevangenen, t. 1, Bruxelles, CEGES, 1995, p. 75-76.

  • 148 De Jonghe, « La lutte Himler-Reeder… Cinquième partie… », p. 119.

47Les sources allemandes révèlent que le sentiment d’insécurité des collaborateurs s’est accru en avril-mai 1944. La politique de menaces adoptée par la résistance pour faire démissionner les bourgmestres rexistes de la région se caractérise par des méthodes de plus en plus violentes : à Engis, fin avril 1944, des Partisans armés dynamitent les maisons d’échevins rexistes pour les forcer à démissionner ; à cette même époque, un pamphlet diffusé par le Front de l’Indépendance (dorénavant FI) invite les traîtres à démissionner sous peine d’être passés par les armes. Ce climat d’incertitude n’était rien encore en comparaison avec l’angoisse que le mois de juin allait engendrer chez les tenants de la collaboration148.

3.2. L’escalade (juin 1944-août 1944)

  • 149 De nouvelles précautions critiques entraînent pour cette strate d’analyse l’exclusion de 19 victime (...)
  • 150 Le mois de septembre est par exemple amputé de 6 victimes ; 6 autres décédant dans la semaine du 28 (...)

48L’explosion des homicides imputés à la « résistance » dans l’arrondissement à partir de juin 1944 est sans commune mesure avec les variations toutes relatives de 1943. Il faut dire que les mois de juin, juillet et août 1944 totalisent à eux seuls durant la période étudiée près de 70 % des victimes d’homicides attribués à la résistance dans l’arrondissement (154 des 228 victimes). Ce pourcentage peut encore s’élever à 80,45 % si l’on y inclut les victimes du mois de septembre. L’observation du graphique suivant nous montre que l’augmentation des exécutions perpétrées par la « résistance » se produit de manière graduelle. En effet, si juin voit en moyenne une victime succomber par jour sous les balles de « résistants » (cause majoritaire des décès), juillet marque un stade intermédiaire avant le cataclysme du mois d’août 1944 durant lequel, en moyenne, plus de deux victimes périssent par jour des suites de ce type de violence. Le mois de la Libération semble constituer à son tour un stade intermédiaire d’homicides commis par la résistance avant l’accalmie d’octobre et de novembre. Mais cette courbe régulière peut être nuancée par une observation plus détaillée de la répartition des faits entre le 8 mai et le 15 octobre 1944149. L’approche hebdomadaire représente dès lors la strate d’analyse la plus appropriée. Attendu que la date de décès est manquante pour un peu plus de 10 % de victimes, l’interprétation de la représentation graphique suivante nécessite une certaine circonspection150. Toutefois, des mouvements non équivoques s’y profilent, qu’il importe d’observer de plus près.

  • 151 Population étudiée : 166 victimes sur les 185 éliminées au cours de la période. Courbe de tendance (...)

Figure n° 5 : Évolution du nombre de victimes par semaine du lundi 8 mai au dimanche 15 octobre 1944. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons151

Figure n° 5 : Évolution du nombre de victimes par semaine du lundi 8 mai au dimanche 15 octobre 1944. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons151

Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.

49Notre analyse peut alors s’affiner. Plusieurs constatations d’ordre général viennent naturellement se greffer à l’observation de la figure n° 5, qu’il importe toutefois de nuancer.

  • 152 Maerten et Colignon, La Wallonie sous l’Occupation…, p. 150 ; Maerten, « Le Front de l’Indépendance (...)
  • 153 Une liste précise des arrestations et exactions commises par cette bande en juin, juillet et août 1 (...)

50Par rapport au graphique précédent, il nous faut tout d’abord remarquer que l’augmentation graduelle des homicides observée mensuellement entre juin et août se transpose très clairement à l’échelle hebdomadaire. À ce titre, il ne semble pas anodin que la semaine du débarquement en Normandie, celle du 5 juin, amorce cette flambée d’homicides commis par la « résistance ». Après les grands bombardements aériens d’avril-mai 1944, la nouvelle de ces attentats se propage et apporte une forte bouffée d’espoir aux populations hennuyères. Au même moment, les effectifs du FI borain (structure de résistance régionale la plus puissante du FI en Hainaut) décuplent sous l’effet de l’annonce152. À l’autre bout du spectre, les collaborateurs sont gagnés par l’angoisse. Pour les membres de la bande Duquesne, les jours qui suivent le débarquement sont toutefois l’occasion de frapper toujours plus largement les « terroristes » et de tenter de démanteler leurs réseaux grâce aux aveux et dénonciations obtenus sous la torture153.

  • 154 Les activités minières sont vitales pour assurer le ravitaillement du régime d’occupation et des in (...)
  • 155 Mons, AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procure (...)
  • 156 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 3, p. 724.
  • 157 Mons, AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procure (...)
  • 158 « S’il n’y a pas de pains pour les civils, il y en a pour les Boches ! ». Ce tract incite les conso (...)

51Sans y attacher de lien de causalité, il faut remarquer que la situation socio-économique des communes de notre arrondissement tend encore à se détériorer en juin 1944. La nouvelle dégradation des conditions de vie, associée à l’annonce du débarquement en Normandie agite à nouveau les mineurs, que les déportations effrayent moins, à juste titre, que les métallurgistes. Entre le 6 et le 22 juin, trois actions de grèves secouent le Borinage154. Mais c’est dans le Centre que se développe le dernier mouvement gréviste d’envergure de l’occupation vers la fin du mois de juin. Dans cette région, l’activité de certains charbonnages a déjà cessé suite aux destructions causées par les bombardements155. Le trafic ferroviaire très réduit, les grèves (la mobilisation est surtout intense à la fin du mois de juin au puits Saint-Julien de Braquegnies156) et les actes de sabotages achèvent de ralentir l’activité des autres charbonnages. Les usines métallurgiques et les autres exploitations industrielles sont elles aussi gravement touchées157. C’est enfin le manque de pain qui semble affecter cruellement les communes de l’arrondissement, comme en témoigne un tract du Parti Communiste borain daté du 16 juin 1944158. Le rapport mensuel du commandant de la compagnie de gendarmerie de Mons au procureur du Roi confirme cette situation. Détaillé, il dresse un panorama relativement large des conditions de juin 1944 :

  • 159 Mons, AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procure (...)

En général, l’état d’esprit de la population est assez surexcité, par suite du chômage partiel dans les industries provoqué par le manque d’énergie électrique ; du manque de pain, de pommes de terre et de combustible. La pénurie de pommes de terre amène des attroupements de 150 à 200 ménagères, aux abords des boulangeries et des dépôts de pains, ce qui crée des incidents. Pour éviter les pillages, la gendarmerie et la police locale doivent intervenir chaque fois que du pain est mis en vente et protéger les camions des coopératives. Le manque de combustible qui se fait de plus en plus sentir provoque la dévastation des bois des particuliers et des clôtures des prairies. Des bandes variant entre 50 et 100 femmes s’attaquent aux bosquets et boqueteaux. Le manque de vêtements et de chaussures se fait également sentir de plus en plus. Toutes ces restrictions amènent une misère complète dans beaucoup de familles ouvrières. Les attentats à main armée continuent principalement contre les fermes et les bureaux de ravitaillement. De nombreux actes de sabotage ont été commis au cours du mois contre les voies ferrées, toutefois ils ont tendance à diminuer159.

  • 160 Mons, AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procure (...)
  • 161 Une grève partielle prend toutefois cours le 18 juillet au Charbonnage du Rieu du Cœur à Quaregnon. (...)
  • 162 Nous n’avons pu trouver de trace de cette nouvelle mesure. Par ailleurs, seul le commandant de la c (...)
  • 163 Cette surcharge de travail émaille également d’autres rapports de la Compagnie de Mons, notamment c (...)
  • 164 Mons, AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procure (...)
  • 165 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.956 P, Lettre du procureur du (...)
  • 166 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 3, p. 725.

52Malgré une remise en marche partielle de quelques usines métallurgiques160 et la fin des grèves du Centre suite aux sévères sanctions allemandes161, juillet est également marqué par son lot de turbulences. S’ajoutant au manque substantiel de nourriture, les pillages de récoltes, la suppression des distributions de charbon et de « gaz d’éclairage utilisé pour le chauffage » ainsi que le « décret de mobilisation promulgué par l’autorité occupante »162 sont autant de nouveaux facteurs de tension ou de causes d’angoisse pour la population. À l’instar des mois précédents, la gendarmerie semble surchargée par le nombre de services supplémentaires qu’elle doit fournir163. L’augmentation des actes de sabotages en juin et des pillages de récolte en juillet démultiplie encore ses actions de surveillance, qui « s’étend aux lignes téléphoniques, télégraphiques, ponts, circulation des véhicules, des personnes suspectes, de leur activité, des actes de sabotage et des attentats, des fermes, des bois, la répression de la fraude, le commerce et la falsification des denrées alimentaires, les moulins, les minoteries et les laiteries164». Malgré une certaine raréfaction des sources à l’approche de la Libération, on peut postuler une certaine continuité de la situation pour le mois d’août. À cette époque, il est toutefois manifeste que les actes de banditisme se multiplient dans l’arrondissement165. Par contre, aucun mouvement de grève de grande envergure n’y est plus recensé, les ouvriers préférant travailler au ralenti166.

  • 167 Nous empruntons cette notion à Luc Capdevila. Luc Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’Occupati (...)
  • 168 Maerten, « Le Front de l’Indépendance… », p. 474.

53Si les derniers attentats commis sous l’occupation sont en partie justifiés par la nécessité de faire taire de dangereux dénonciateurs ou de procéder à une forme de justice populaire tenant parfois de « l’intransigeance morale »167, force est de constater que cette explosion tardive et fulgurante laisse affleurer des motivations moins patriotiques. La faiblesse de la direction des PA dans le Borinage durant l’été 1944, touchée de plein fouet par les arrestations, n’est notamment pas étrangère au développement de quelques groupes, dont le comportement s’apparente davantage au banditisme de droit commun168.

  • 169 Cf. notamment Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.952 P, 56.654 P (...)
  • 170 Cf. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.112 P, 55.258 P, 55.345 P (...)

54La catégorisation des homicides selon la « qualité » des victimes pose toutefois de nombreux problèmes méthodologiques. C’est la suspicion et le résultat (parfois provisoire) d’une instruction qui guident le placement de victime dans une catégorie. Le vernis patriotique a pu recouvrir d’autres motivations moins commodes à justifier pour les auteurs d’homicides appartenant à la résistance (règlements de comptes169, crimes passionnels170).

55Sans accorder trop d’importance aux valeurs absolues, il faut cependant remarquer l’ordre de grandeur qu’atteignent les homicides apolitiques en juillet et août 1944 dans le graphique suivant. C’est surtout en juillet qu’elles atteignent proportionnellement un sommet. Les victimes appartenant à la nébuleuse des relations avec l’occupant représentent toutefois environ trois quarts des décès des mois juin, juillet et août 1944, pris séparément.

Figure n° 6 : Répartition des victimes par catégories entre juin et novembre 1944. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944) (N=182)

Figure n° 6 : Répartition des victimes par catégories entre juin et novembre 1944. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944) (N=182)
  • 171 Cette administration est placée à la tête du pays le 18 juillet 1944. Maerten et Colignon, La Wallo (...)
  • 172 Portant le nom du bourgmestre rexiste de Quaregnon, Gabriel Cheron, cette bande sera reconnue coupa (...)
  • 173 Créée sous l’impulsion d’Edgard Duquesne, agent de change, et de quatre agents de police supplétifs (...)
  • 174 La dernière arrestation de la bande Duquesne a par exemple lieu le 28 août, malgré la grave menace (...)
  • 175 L’exécution a lieu le 6 juillet 1944. « Le mobile du crime a pu être établi : H. était en rapport a (...)
  • 176 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 57.949 P, Lettre du procureur du (...)

56La spirale « terreur-contre-terreur » semble avoir eu un caractère déterminant. Soutenue par l’administration civile allemande171, la répression exercée par les polices allemandes et les bandes rexistes de la région du Centre et du borinage (bande Cheron172 et bande Duquesne173, majoritairement) est féroce. Elle ne ralentit en rien malgré l’avancée spectaculaire des Alliés à la mi-août 1944174. Frisant la guerre civile, cette spirale infernale d’action-réaction galvanise les deux camps. Loin de se résumer uniquement à l’opposition binaire « communistes-rexistes », elle met aux prises divers acteurs. Ainsi, après avoir ordonné l’exécution d’un suspect175, Henri L., cadre de l’Armée secrète de Quaregnon, est abattu par un rexiste de la bande Cheron le 21 juillet 1944. Quelques jours plus tard, l’assassin est lui-même exécuté par un commando de l’Armée secrète176.

  • 177 Une copie de cette déclaration est présente dans le dossier. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs au (...)
  • 178 Il s’agit de Léona L., abattue dans son domicile à Wasmes le 23 juin 1944. Les mobiles du crime n’o (...)
  • 179 Vu le décès de Marcel L., l’action publique est déclarée éteinte le 26 mars 1947. Mons, AÉM, PTPIM, (...)

57À la lisière de cette lutte implacable, d’autres homicides reflètent le caractère non monolithique de la violence de l’été 1944. Le 6 juillet 1944, alors qu’au moulin des Mouligneau à Petit-Dour se pressent femmes et d’enfants réclamant de la farine, cinq individus tentent de tirer parti de la situation en essayant d’extorquer 10 000 francs au propriétaire. L’arrivée de deux maréchaux des logis de gendarmerie met en fuite quatre d’entre eux, tandis que le cinquième, Marcel L. – jeune déserteur de La Garde wallonne vivant d’expédients – se précipite à leur rencontre et abat à bout portant le maréchal des logis René S. La fuite du meurtrier n’est que de courte durée. Le 13 juillet, obligé de signer une déclaration177 dans laquelle il reconnait le précédent assassinat et celui d’une femme de Wasmes deux semaines auparavant178, Marcel L. succombe sous les balles d’un résistant, Gaston M. (dont le mouvement nous est resté inconnu), « chargé par ses chefs d’abattre l’assassin du maréchal des logis S. »179. Procédant bien, a priori, du règlement de compte, cette affaire reflète toute l’ambiguïté qui peut caractériser les motivations d’une exécution.

  • 180 Cette semaine atypique voit en fait l’exécution de deux victimes mariées entre elles et assassinées (...)

58Considérée dans son ensemble, la courbe ascendante que nous venons d’observer est toutefois interrompue à deux reprises jusqu’à la Libération. La première cassure intervient durant la semaine du 17 au 23 juillet. Seules deux victimes180 ont trouvé la mort dans cet intervalle, ce qui est très inférieur à la moyenne hebdomadaire de juillet (10 homicides). Comment expliquer cette rupture durant une semaine qui coïncide, par ailleurs, avec la fête nationale ? Aucun élément ne nous permet de postuler un effet de source. À défaut d’un éclaircissement de la question, nous tentons ici d’apporter quelques éléments contextuels. Le maigre dossier 55.301 P concernant l’enlèvement, le 15 juillet en fin d’après-midi, de l’avocat Albert Jacquemotte nous informe d’une possible politique d’otages menée par les mouvements d’Ordre nouveau à cette époque. Enlevé à Casteau en même temps qu’un industriel montois, Albert Jacquemotte est séquestré par trois individus en tenue civile qui se sont présentés comme appartenant à la Kreiskommandantur. Le procureur du Roi écrit ainsi au procureur général le 17 juillet 1944 :

  • 181 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.301 P, Lettre du procureur du (...)

Ces deux enlèvements suivant d’assez près celui de l’avocat Ch. Busine ont causé [une] profonde émotion dans la population montoise et les commentaires se font nombreux et variés. Il s’accrédite dans le public l’opinion que ces enlèvements sont le fait d’une organisation d’Ordre nouveau qui veut ainsi s’assurer des otages dans le cas d’attentats de personnalités montoises appartenant à cet Ordre nouveau. Je ne puis évidemment contrôler les bruits qui courent à ce sujet et je ne vous les rapporte qu’à titre purement d’information. La population est très troublée par ces enlèvements et il y a lieu d’en craindre une profonde répercussion181.

  • 182 Il est également possible qu’à l’approche de la fête nationale, les mesures de sécurité aient été r (...)

59De tels enlèvements de la part des organisations d’Ordre nouveau – si cette hypothèse se vérifie – auraient-ils pu constituer un chantage suffisant pour causer une telle rupture ?182 En l’absence d’éléments contextuels suffisants, nous ne pouvons trancher la question.

  • 183 Cf. pour de plus amples précisions : Maerten, « Courcelles (tuerie de) », in Aron et Gotovitch (ed. (...)

60La seconde rupture, de moindre envergure, intervient lors de la semaine du 14 août. C’est en fin de semaine que se concentrent les journées sans homicides commis par la « résistance », plus précisément le vendredi 18 et le dimanche 20, le samedi ne voyant qu’une seule victime succomber. Ont-elles un lien avec le « massacre de Courcelles » qui se déroule à l’aube du 18 août à une dizaine de kilomètres à l’est de notre arrondissement ? Ces massives représailles rexistes entraînent la mort de 27 personnes (dont certaines prises au hasard) suite au meurtre d’Oswald Englebin, bourgmestre rexiste de Charleroi183. Il semble plutôt que ces faits touchant l’arrondissement voisin de Charleroi aient galvanisé le regain de violence des semaines du 21 et du 28 août 1944. Ici encore, nos recherches n’ont pas permis de proposer une explication sûre à cette seconde interruption.

  • 184 Ces 24 victimes contiennent toutefois 4 victimes « suspectes ».
  • 185 Maerten et Colignon, La Wallonie sous l’Occupation…, p. 150.
  • 186 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.583 P, Lettre du procureur du (...)
  • 187 Cette non-réception est invoquée par Robert Borne, chef de bataillon PA, pour justifier l’assassina (...)

61Quoi qu’il en soit, la spirale de violence extrême engendrée par la résistance culmine la semaine précédant – et le jour même de – la Libération de la ville de Mons, le 3 septembre 1944. Le chiffre record de 24 victimes184 est en effet atteint dans la semaine du 28 août, ce qui lui donne la redoutable moyenne de plus de trois victimes par jours. La nouvelle de la Libération de Paris le 25 août, que relayent la radio et le bouche-à-oreille, ainsi que l’évacuation progressive des administrations militaires rendent palpable l’imminence de la libération pour la population hennuyère. Les féaux de l’ennemi, eux aussi, lèvent le camp : dès le 30 août, la Garde wallonne a disparu de Mons185. Tandis que l’angoisse des représailles et des destructions allemandes confine la population citadine à domicile, les actions de la résistance armée s’amplifient. Paul Ballez, commandant du corps 023 des PA (Centre), déclarera plus tard avoir donné l’ordre « de la guérilla ouverte contre les SS, les gardes wallonnes, les rexistes et les officiers de la Wehrmacht » le mardi [29 août] précédant la Libération. Cet ordre exigeait de « les abattre partout où ils se trouvaient et [de] récupérer le matériel ». Un contrordre, donné « avant l’arrivée des Américains186», prescrit que les prisonniers allemands et autres doivent être remis à la gendarmerie. Des doutes sur la bonne réception de ce contrordre peuvent toutefois subsister187.

3.3. L’apaisement des esprits ? (septembre-novembre 1944)

  • 188 Henri Huet (colonel breveté d’état-major en retraite), « La “poche de Mons” », in Francis Balace (e (...)
  • 189 Ibid., p. 46.
  • 190 Ce chiffre représente une estimation. Ibid., p. 47.
  • 191 Ibid., p. 75-76.
  • 192 Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’Occupation…, p. 131.

62La soudaine décrue des homicides en septembre 1944 nécessite enfin une attention particulière. Elle suit de près l’arrivée des forces américaines dans la région les 2 et 3 septembre (la 3rd Armoured Division et la 1st Infantry Division du VIIe Corps)188. Malgré la libération de la ville de Mons, le 3 septembre, la circonscription est loin d’être épargnée par les combats dans la semaine suivante. Il faut préciser que dès la soirée du 2 septembre, les forces allemandes se trouvent encerclées dans la célèbre « poche de Mons ». Un vide d’environ trente kilomètres sépare en effet la division blindée américaine (située à Mons-Ghlin-Frameries) et la division d’infanterie (Avesnes), qui, toutefois, n’en prennent pas conscience avant le lendemain midi. Cette poche (ou, en allemand, Kessel, chaudron) n’offre aux encerclés que deux couloirs d’évacuation, vers le nord et vers l’est189. Du côté américain, la prise de conscience tardive de la situation permet à près de la moitié des 60 à 70 000 Allemands cernés de s’échapper190. Les jours suivants verront donc les efforts intenses du VIIe Corps pour vider la poche et poursuivre les fugitifs. Jusqu’au 8 septembre, plus de 25 000 soldats allemands se rendent ; 3 500 autres trouvent la mort. S’il est difficile de déterminer jusqu’à quelle date des Allemands furent encore capturés dans la région, il semble que l’« on en découvre encore l’un ou l’autre »191 à l’extrême sud et sud-est de l’arrondissement judiciaire (Sars-la-Bruyère et Givry) le 7 septembre après-midi. Ces éléments de contexte nous incitent donc à replacer les exécutions commises durant cette semaine du 4 septembre dans un contexte de guerre. Mais il est clair, comme le souligne Luc Capdevila, que la violence de sortie de guerre est « un phénomène social qui dépasse le cadre de l’épuration et de la guerre stricte192 ».

Tableau n° 7 : Nombre de victimes exécutées par la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons entre le 28 août et le 10 septembre 1944

Tableau n° 7 : Nombre de victimes exécutées par la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons entre le 28 août et le 10 septembre 1944

Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.

  • 193 Nous recensons six victimes ce jour-là. À partir de cette date, les homicides n’atteindront plus qu (...)
  • 194 Bourdon, Faucon, Toubeau et Huet estiment, quoique sans citer de source précise, qu’environ septant (...)
  • 195 Bourdon, Faucon, Toubeau et Huet, La poche de Mons…, p. 19.
  • 196 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.583 P, Lettre du procureur du (...)
  • 197 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 57.723 P, Lettre du procureur du (...)

63En effet, si une chronologie plus fine nous permet d’observer le point d’inflexion193 que constitue la journée du 3 septembre 1944 – elle-même hautement meurtrière pour la Résistance194 – il faut se garder d’y voir une forme de « démobilisation des esprits ». Durant la semaine suivante, la Résistance continue à traquer les fuyards et traînards et à nettoyer les intervalles non parcourus par les unités de combat alliées195. Ainsi, malgré la présence de troupes américaines à La Louvière le 5 septembre 1944, une « atmosphère fiévreuse de combat et de danger »196, couve encore dans la région. D’importantes cohortes d’Allemands en armes circulent encore dans les bois de communes « libérées », comme à Cambron-Casteau, le 4 septembre197.

  • 198 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.621 P et 59.755 P.
  • 199 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.621 P, 59.755 P et 56.002 P.

64Un climat d’extrême suspicion éclaire enfin les accrochages accidentels mais mortels entre membres de la résistance. Répertoriés dans notre corpus jusqu’à la fin septembre198 et au début du mois d’octobre199, ils s’observent lors des contrôles des barrages routiers mis en place par la résistance en vue de procéder aux dernières arrestations de suspects. Paradoxalement, ce faible taux d’homicides du mois d’octobre ne témoigne nullement d’un relâchement des tensions dans la mesure où, par ailleurs, de nombreux troubles sont provoqués par des mouvements de résistance armée, réunis à La Louvière dans un Comité de Coordination des Forces Armées du Centre. Indignés par les premiers recours en appel de collaborateurs jugés, les chefs de la Résistance du secteur du Centre font peser sur l’Auditeur militaire des menaces d’exécutions de SS. Dans une lettre du 4 octobre, ils s’expriment en ces termes :

  • 200 Dans la première année qui suit la Libération, 33 % des condamnations pour collaboration débouchent (...)
  • 201 Cf. pour le dossier de cet assassinat : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassin (...)
  • 202 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.654 P, Lettre des chefs de la (...)

Indignés de la mansuétude de la Justice vis-à-vis des SS condamnés à Bruxelles200, révoltés de voir ces « Messieurs » autorisés à se pourvoir en appel comme les « contribuables honnêtes “dénommés vulgairement” : bons citoyens », les chefs de la Résistance du Secteur du Centre, réunis en séance plénière le 4 octobre 1944, se sont juré, sur l’honneur, que si, dans une semaine, la mort de Monsieur Deberghe201, un des citoyens les plus méritants de notre cité, lâchement assassiné par la 5e colonne n’est pas vengée, dix SS de la prison prévôtale seront pendus sur une place publique de La Louvière. Puisque le Gouvernement n’agit pas, la Résistance prendra sans faiblesse ses responsabilités devant le Pays. Les chefs de la Résistance du Centre vous font confiance, Monsieur l’Auditeur Militaire, ils attendent de vous des actes dignes d’un peuple énergique qui sait venger encore le martyre de ses fils les meilleurs202.

  • 203 Né le 10 juin 1911 à Hainin, Joseph Bertiaux est agent de la police judiciaire attachée au parquet (...)
  • 204 Ce témoignage doit être considéré avec prudence. Toutefois, s’il est possible que le témoin désire (...)
  • 205 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.791 P, Lettre du Commissaire (...)

65C’est la situation que trouve Joseph Bertiaux203 lorsqu’il arrive à La Louvière le 6 octobre 1944 pour y installer et y diriger un poste territorial de la Sûreté de l’État : « […] l’on eut fort à faire de toutes parts pour contenir cette indignation et en réduire ses conséquences. On évita le pire, mais l’atmosphère devint encore plus tendue et incertaine204 ». La confusion devrait encore croître vers la mi-octobre, lorsque les mouvements reçurent l’ordre gouvernemental de démobilisation des Groupements armés de Résistance. « On sut immédiatement que l’AS, le MNB et le WO y obtempéreraient, tandis que les PA et FI protestaient violemment et affirmaient leur volonté de rester sous les armes, en état d’alerte, et même d’entrer dans l’illégalité s’il le fallait205 ».

66Un esprit de vengeance, imprégné d’antagonismes sociaux, semble être resté vivace longtemps après la Libération dans certaines parties de la circonscription, en particulier dans le Centre. De graves incidents se produisent encore à La Louvière vers la fin octobre. Le 26 du mois, le directeur des ateliers de Baume-Marpend, Paul Leyder, est arrêté à son domicile à Morlanwelz par des PA sous la pression de la foule et plus spécialement du personnel ouvrier de l’entreprise, qui accuse Leyder de dénonciation à l’ennemi. En témoin averti, Joseph Bertiaux décrit le caractère extrêmement tendu de la situation, qui semble être proche de dégénérer :

  • 206 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.791 P, Lettre du Commissaire (...)

Le Bourgmestre de Morlanwelz, sollicité par les PA de délivrer un réquisitoire d’internement, s’y était refusé en l’absence de tout dossier produit, ce qui eut le don d’exciter le ressentiment des Résistants. Ceux-ci ramenèrent Leyder à La Louvière et la populace ameutée ne parlait de rien de moins que de pendre l’intéressé à la grille du château Ponceau206.

67Passant la nuit entre les mains des PA à l’intérieur du château, Leyder est finalement autorisé à consulter son avocat, qui désirait régler « des questions relatives à l’application de la loi de l’assainissement monétaire ». Cet entretien a lieu en présence de deux PA en armes et de Joseph Bertiaux.

  • 207 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.791 P, Lettre du Commissaire (...)

À un certain moment, l’avocat ayant fait mine de vouloir s’entretenir en aparté avec Leyder, le commandant Gary réagit violemment, interprétant cette attitude de l’avocat en fonction du rang social de son client, et il s’emporta en entraînant le détenu dans ses locaux et en annonçant son intention de faire appel sur-le-champ à son État-Major au Château Graffez. Devant ce danger, nous n’avons eu que la ressource de nous insurger nous-mêmes ostensiblement en abondant dans le sens des PA, mais tout en tâchant de calmer l’ire de ses derniers. L’avocat dut lui-même s’excuser auprès des PA pour que l’incident en restât là207.

68Cet incident est évocateur du climat qui semble être particulièrement prégnant dans la région du Centre et de la difficulté pour les forces de l’ordre de maîtriser la situation.

  • 208 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.791 P, Lettre du Commissaire (...)

En général, on peut dire, si l’on veut comprendre la chose, que la région du Centre avait eu à souffrir, durement et longtemps, les exactions, les violences et les crimes d’une des plus sinistres bandes de tueurs rexistes que le pays avait connues, la trop fameuse bande Duquesne dont les principaux coupables n’avaient, à cette époque, pas encore été arrêtés208.

69Il faudra attendre la fin du mois de novembre et l’intervention américaine pour que les PA et FI démobilisent, non sans que de nouvelles difficultés aient encore surgi.

  • 209 Cf. notamment Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.509 P et 57.456 (...)
  • 210 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires (...)
  • 211 Qui interviendra à des moments différents selon les mouvements.

70Au terme de ce parcours chronologique, il est bon de rappeler quelques évidences. Si la forme la plus extrême de violence interpersonnelle a servi de canevas à notre analyse, nous n’avons pas perdu de vue les limites de notre observation. Aussi avons-nous choisi de dépeindre à grands traits l’évolution du climat des mois cruciaux de l’intervalle juin-novembre 1944. Au-delà des homicides, la violence quotidienne perpétrée par la résistance est, elle, diluée dans des actes qui ne se concluent pas toujours par la mort de la victime : arrestation, incarcération voire torture de suspects209, tontes, orchestration de lynchages populaires210, mais également violence verbale, réquisitions abusives, atteintes aux biens, etc. Les membres de certains groupements de résistance, fraîchement sortis de l’ombre, vont ouvertement monopoliser dans l’arrondissement une grande partie de la violence institutionnelle qu’ils n’accepteront de rendre à « l’État » qu’à la faveur d’un désarmement forcé211. Notre corpus contient d’ailleurs des traces de cette ambiance troublée jusqu’en novembre 1944. Très affecté par le décès du juge Dupont-Lacroix, le procureur du Roi Maurice Schmit en témoigne dans une lettre adressée au procureur général :

  • 212 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.791 P, Lettre du procureur du (...)

Je ne puis vous cacher non plus qu’il règne dans certaines parties de mon arrondissement, une atmosphère lourde et grave de conséquences. Si l’ordre public n’est pas troublé ouvertement dans la rue, il l’est manifestement dans les esprits. Trop de gens circulent en armes ; il y a eu trop d’arrestations arbitraires ; trop de personnes ont été détenues sans titre ni droit par des formations de la résistance ; le public ne sait plus qui représente l’autorité ; nous semblons vivre sous la dictature généralisée de la suspicion ; tout cela désaxe les esprits et fait aller à la dérive les sentiments212.

71Cet extrait est révélateur du désarroi qui touche les agents de l’État montois dans les mois qui suivent la Libération. Garants d’une autorité étatique largement mise à mal par des forces armées privées, ces agents doivent tenter de la rétablir dans une anomie la plus totale à certains endroits de l’arrondissement : « Le public ne sait plus qui représente l’autorité ». Le monopole de la violence est bien difficile à reprendre par les forces de police désarmées et la magistrature débordée par l’arriéré judiciaire.

  • 213 Les Allemands décédés lors des combats de la Libération sont le plus souvent enterrés sur place dan (...)

72Il faut enfin mentionner une forme d’homicides absente de notre corpus : les homicides perpétrés par les résistants sur les Allemands en déroute. Il n’est pas interdit de penser qu’ils nous échappent totalement dans la mesure où ils auront échappé à la justice belge213.

4. Disparités géographiques au sein de l’arrondissement judiciaire

  • 214 C’est-à-dire l’endroit où la victime est mortellement attaquée par son agresseur, ce qui n’équivaut (...)

73En resserrant davantage la focale, peut-on dégager au sein de notre arrondissement la répartition géographique de la forme extrême de violence étudiée ? La question de recherche nécessiterait dans l’idéal de croiser les perspectives chronologiques et géographiques, de faire droit à la fondamentale pluralité des expériences locales de guerre par une observation minutieuse, localité par localité. Nous nous contentons dans ce chapitre concis de mesurer quelques tendances générales par une analyse synchronique du lieu de l’homicide214.

  • 215 Cinq d’entre elles présentent en outre des frontières contiguës.
  • 216 Les définitions socio-économiques du Borinage varient selon les auteurs. La zone délimitée par Yern (...)
  • 217 Wasmes, Hornu et Boussu représentent des communes où l’extraction charbonnière est intense. Wasmes (...)
  • 218 Nous nous basons sur les recensements de la population de 1930 et de 1947 que fournit notamment la (...)

74Si des attaques mortelles de la « résistance » sont recensées dans 63 des 145 communes de l’arrondissement judiciaire, une analyse des valeurs absolues permet de distinguer un noyau de sept communes aux valeurs particulièrement élevées. Présentant chacune plus de six homicides sur toute la période, elles affichent entre elles des profils relativement similaires215. Ces communes se situent au cœur industriel du Borinage, tel qu’il est délimité pour des raisons économiques et sociales en 1935 par le socialiste Jules Yernaux, commissaire de l’Office de redressement économique216. Cinq communes sur sept (Wasmes, Hornu, Boussu217, Dour et Frameries) sont de caractère industriel et présentent une population relativement élevée (d’environ 11 500 à 15 200, selon les valeurs de 1947)218. Baudour et Elouges représentent par contre des communes semi-industrielles qui possèdent un nombre moindre d’habitants (autour de 5 000 pour chacune des deux).

  • 219 En gris clair : autres communes constituant l’arrondissement judiciaire de Mons. Frontières en gras (...)

Figure n° 7 : Disparité des homicides en valeur absolue : les 20 communes de l’arrondissement judiciaire de Mons constituant le lieu de l’homicide de plus de trois victimes (homicides attribués à la « résistance » entre avril 1943 et novembre 1944)219

Figure n° 7 : Disparité des homicides en valeur absolue : les 20 communes de l’arrondissement judiciaire de Mons constituant le lieu de l’homicide de plus de trois victimes (homicides attribués à la « résistance » entre avril 1943 et novembre 1944)219

Source : Carte réalisée à l’aide d’HISGIS (Université de Gand).

  • 220 Sur cette deuxième carte, les communes sont réparties selon leur caractère (rural, semi- industriel (...)

Figure n° 8 : Les limites du Grand-Borinage telles qu’établies par Yernaux en 1935 (zone colorée)220

Figure n° 8 : Les limites du Grand-Borinage telles qu’établies par Yernaux en 1935 (zone colorée)220

Source : Carte réalisée à l’aide d’HISGIS (Université de Gand).

  • 221 Où plus de quatre victimes ont été mortellement touchées.
  • 222 Tel qu’établi par Yernaux en 1935, correspondant dans les grandes lignes à la région Mons-Borinage (...)
  • 223 Graty (à 9,5 km de Soignies et à 22 km de Mons) possédait 618 habitants en 1947. « Terrain inégal, (...)

75En élargissant l’analyse aux vingt communes constituant le théâtre du plus grand nombre d’homicides221, notre constat général se confirme. 16 d’entre elles se situent dans le Grand-Borinage222. Parmi ces 16 communes, 10 sont de caractère industriel tandis que 6 présentent plutôt un profil semi-industriel. La seule commune rurale qui présente plus de trois victimes est Graty223.

  • 224 En 1939, Guillaume Jacquemyns estime la densité moyenne des communes rurales à 1,5 habitant par hec (...)
  • 225 Guillaume Jacquemyns y inclut les communes de Jemappes, Flénu, Quaregnon, Wasmes, Pâturages, Framer (...)
  • 226 La commune de Boussu présente de grandes différences d’un hameau à l’autre. Habité par une populati (...)

76Au sein de l’arrondissement, ce ne sont donc pas les communes rurales à faible densité qui ont constitué le théâtre du plus grand nombre d’homicides attribués à la « résistance », mais bien des communes industrielles ou semi-industrielles, beaucoup plus peuplées224. Il faut en outre observer que la ville de Mons, caractérisée par une plus forte concentration de collaborateurs ou d’unités allemandes, ne totalise que quatre attentats. Enfin, la structure socio-économique non homogène des communes du Borinage houiller225 doit nous pousser à nuancer nos affirmations226.

  • 227 Ibid., p. 17.

Il y a dans le Borinage houiller des communes dont les quartiers sont surpeuplés. De petites maisons s’y entassent. La population y grouille dans des cours, des ruelles, des impasses. Dans ces mêmes communes, d’autres hameaux ont gardé un aspect agricole. De rares maisons s’y présentent au milieu des champs. Dans toutes les communes de la terre du charbon, la densité de la population se ressent dans des espaces occupés par les terrils, les terrains industriels et les lignes de chemin de fer227.

77Si l’on rapporte ces valeurs absolues au nombre d’habitants par communes en 1947, force est de constater que seules les communes de Baudour et Graty restent dans le peloton de tête. Les douze communes présentant le plus haut indice d’homicides (nombre de victimes agressées au sein de la commune/nombre d’habitants en 1947 de la commune x 1 000) sont par ailleurs réparties à travers l’arrondissement de manière relativement disparate.

Tableau n° 8 : Les 12 communes de l’arrondissement judiciaire de Mons présentant un indice d’homicide plus élevé que 1

Tableau n° 8 : Les 12 communes de l’arrondissement judiciaire de Mons présentant un indice d’homicide plus élevé que 1
  • 228 Nombre de victimes agressées sur le territoire / (population en 1930) x 1000.
  • 229 Nombre de victimes agressées sur le territoire / (population en 1947) x 1000.

Note228
Note229

  • 230 Nombre de victimes agressées au sein de la commune/nombre d’habitants en 1947 de la commune x 1000.
  • 231 En gris clair : les autres communes constituant l’arrondissement judiciaire de Mons. En vert : les (...)

Figure n° 9 : Disparité des homicides en valeur relative : les 12 communes de l’arrondissement judiciaire de Mons présentant un indice230 plus élevé que 1231

Figure n° 9 : Disparité des homicides en valeur relative : les 12 communes de l’arrondissement judiciaire de Mons présentant un indice230 plus élevé que 1231

Source : Carte réalisée à l’aide d’HISGIS (Université de Gand).

  • 232 Vandermotten, Atlas économique de la Belgique…, p. 6.
  • 233 Cambron-Saint-Vincent, Erquennes, Noirchain, Neufmaison, Genly et Roisin.
  • 234 Villerot, Baudour et Genly et Saint-Symphonien.

78Malgré cette disparité, si l’on considère les zones géographico-économiques déterminées par Christian Vandermotten232, dix communes sur douze se situent dans la région de Mons-Borinage. Le profil de deux tiers de ces 12 communes est essentiellement rural233 tandis le tiers restant se classe parmi les zones semi-industrielles234. Le fait que des indices plus élevés soient enregistrés dans les communes rurales et fortement hétérogènes que dans les communes les plus industrielles ne peut être interprété comme un indicateur des antagonismes sociaux, durant l’occupation, entre les résistants provenant de milieux ouvriers et les fermiers. À observer de plus près les homicides, seules 3 victimes sur 38 semblent avoir résidé dans une ferme. Bien que la présence d’un maquis à Villerot ne soit peut-être pas étrangère à l’indice très élevé de la commune, il ne faut pas sous-estimer l’effet que sa population extrêmement réduite produit sur les valeurs relatives. Cette remarque critique est également valable pour de nombreuses communes du tableau ci-dessus, en particulier Noirchain et Steenkerque.

  • 235 Cf. supra. Cette hypothèse n’est pas tout à fait satisfaisante, vu le facteur « mobilité » des grou (...)

79Les hypothèses explicatives de la répartition géographique des homicides restent bien minces au terme de ce chapitre. Si les résultats livrés par les valeurs absolues montrent bien la prépondérance du tissu hautement industriel du Vieux Borinage, il est difficile de dégager d’autres facteurs pouvant l’expliquer, excepté peut-être la vigueur de la résistance armée dans cette région235.

5. Mode opératoire des homicides

  • 236 L’établissement d’un « mode opératoire-type » reste limité pour deux raisons principales : le manqu (...)

80Les chapitres précédents ont permis de situer dans le temps et dans l’espace les homicides que nous étudions. Une étape intermédiaire avant une esquisse sociologique (cf. infra Chapitre III, point 2) peut être de brosser rapidement la manière dont ces homicides ont été perpétrés, de scruter leur modus operandi. Celui-ci peut être le plus souvent reconstitué236 à partir de deux types de documents présents dans notre corpus principal : le procès-verbal de gendarmerie initial (« Modèle V » ou « Compte rendu d’un événement extraordinaire ») et/ou le(s) rapport(s) des faits rédigé(s) par le procureur du Roi de Mons à destination du procureur général de la cour d’appel de Bruxelles.

  • 237 Emmanuel Chevet, « Gendarmerie et maquis sous l’occupation en France (1943-1944). Force est faibles (...)
  • 238 Ibid., p. 125.
  • 239 Ces éléments majeurs de critique ne pourront toutefois qu’influencer notre analyse des documents, e (...)

81Document officiel et administratif, un procès-verbal de la gendarmerie peut donner l’impression, par sa sobriété relative, d’avancer des certitudes, froides et objectives. Comme le montre Emmanuel Chevet dans un article sur les rapports entre gendarmerie française et maquis237, la critique d’un tel document d’archives nécessite une approche sociale des institutions policières. Ces archives manquent en effet « de certitudes autant qu’elles recèlent d’indices sur des mentalités et des réalités humaines238 ». Chevet distingue cinq types d’incertitudes concernant les archives de la gendarmerie : « les erreurs ; la subjectivité de l’auteur ; l’usage du copier-coller et plusieurs modes d’altérations ; les allégations et les mensonges ; l’instrumentalisation du rapport par les gendarmes eux-mêmes239».

82Il convient enfin de préciser que pour chacun des calculs concernant le mode opératoire, nous avons exclu les victimes d’« homicides suspects », ce qui porte la population étudiée à 209 victimes.

  • 240 Par commodité, nous utiliserons le singulier pour évoquer les « protagonistes » des homicides dans (...)
  • 241 Nous n’avons pris en compte que les victimes attaquées dans une localité qui ne correspondait pas u (...)
  • 242 Ce qui correspond à 97 victimes sur 151 soit 64,2 %.
  • 243 Il s’agit exactement de 50 femmes et de 18 hommes. Ce qui nous permet d’affirmer que 52,1 % des vic (...)
  • 244 Martin Conway, « Justice in Post-War Belgium, Popular passions and political realities », in Cahier (...)

83Le lieu et l’heure de l’homicide constituent un premier angle d’approche pour observer ce modus operandi. La comparaison entre la localité de domicile de la victime240 et celui de l’agression n’est possible que pour 151 victimes241 sur 209. Un peu moins de deux tiers d’entre elles242 sont attaquées dans la localité de leur domicile. Dans 67 cas243 sur 209, les documents montrent plus précisément que c’est l’habitation de la victime qui a constitué le lieu de l’agression mortelle (soit 33,01 %). Ces résultats ne doivent pas étonner dans la mesure où la guerre a, dans une certaine mesure, réduit les horizons des populations locales. Comme le montre Martin Conway244, les difficultés de transport et la dépendance au marché noir avaient en effet eu tendance à confiner la population à l’intérieur des communautés locales.

Figure n° 10 : Répartition des enregistrements par tranche horaire. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944) (N=144)

Figure n° 10 : Répartition des enregistrements par tranche horaire. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944) (N=144)

Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.

  • 245 Paul Aron, « Occultation », in Aron et Gotovitch (ed.), Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale…(...)
  • 246 Dans un seul des six cas, la victime est emmenée de son domicile vers un sentier isolé avant d’être (...)
  • 247 Ces cas représentent ici des enregistrements de la base de données. Cf. supra : Introduction.
  • 248 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.807 P et 55.060 P.
  • 249 Il s’agit d’une tenancière de café. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats. (...)
  • 250 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 54.985 P.

84D’autres circonstances de guerre peuvent avoir influencé le mode opératoire de ces homicides, telle l’heure du crime. De 23 heures à 5 heures du matin, un couvre-feu interdit de circuler dans les rues sans laissez-passer. Les réverbères sont occultés ; aucune lumière ne peut filtrer des habitations245. Sur toute la période, seuls 6 enregistrements d’homicides de la base de données ont eu lieu dans l’intervalle des heures interdites, à chaque fois dans le but de surprendre la victime chez elle246. A contrario, ce sont les heures des repas qui semblent avoir été privilégiées par les auteurs (11h-13h ; 19-21h). Le « temps de midi » est exploité non seulement pour cueillir la victime dans son domicile (15 cas247 sur 24), mais également dans un certain nombre de cas, pour l’appréhender durant l’un de ses déplacements quotidiens (au moins 2 cas248) sur son lieu de travail (1 cas249) ou de détente (1 cas ; dans un bar250). En ce qui concerne la tranche 19h-21h, la victime est appréhendée dans 7 cas sur 25 lors d’un trajet et dans dix cas dans son domicile.

  • 251 On posera en outre l’hypothèse que la sociabilité d’une région comme le Borinage est relativement p (...)

85Au-delà de raisons stratégiques, ces choix de lieu et d’heure du crime sont peut-être révélateurs d’une volonté de frapper la victime au moment où elle s’y attend le moins, comme pour signaler que tout abri n’est qu’illusoire, ou provisoire251.

  • 252 Ces informations sont présentes dans le procès-verbal initial (Modèle V ou Compte-rendu d’un événem (...)
  • 253 L’un d’entre eux pouvait être désigné pour faire le guet. Les comparses disposaient également de re (...)
  • 254 Exactement 47 cas sur 194.

86Les estimations du nombre d’individus potentiellement impliqués dans l’homicide, que les gendarmes consignent dans leur constat dans la catégorie « individus en fuite252», n’ont pu être reconstituées que dans 116 enregistrements de la base de données sur 194. Si dans un nombre non négligeable de cas sur 116, le meurtrier semble ne pas bénéficier de complicité (11,21 %), les auteurs semblent avoir agi le plus souvent par groupe de deux ou trois. Ce nombre réduit offre à la fois une relative discrétion et des garanties sécuritaires253. Pour presque un quart des enregistrements, il nous est en outre précisé que l’identité de l’auteur ou l’un des auteurs était dissimulée par un masque254.

Tableau n° 9 : Répartition en fonction du nombre d’« individus en fuite » au moment de l’arrivée sur les lieux des forces de police ou de gendarmerie. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944) (N=116)

Tableau n° 9 : Répartition en fonction du nombre d’« individus en fuite » au moment de l’arrivée sur les lieux des forces de police ou de gendarmerie. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944) (N=116)
  • 255 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 51.412 P.

87Dans l’immense majorité des cas, le crime est perpétré au moyen d’une arme à feu. Étrangler sa victime nécessite pour l’auteur de pouvoir la maîtriser, aussi n’est-ce peut-être pas un hasard si le seul cas recensé concerne une victime féminine255. L’exécution par arme à feu peut être discrète, dans le cas de l’utilisation d’un silencieux ; elle peut aussi « claquer », la déflagration retentissant dans ce cas comme une mise en garde pour le voisinage. Le bruit du coup de feu évoque aussi l’exécution d’une sentence, l’ultime châtiment, octroyée avec sang-froid, la symbolique du coup de grâce.

Tableau n° 10 : Répartition en fonction du moyen de l’homicide. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944) (N=194)

Tableau n° 10 : Répartition en fonction du moyen de l’homicide. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944) (N=194)

88Des réserves critiques doivent entourer l’examen plus précis des armes utilisées. Dans certains cas, une différence existe entre l’armement qui est utilisé par l’auteur, celui qu’il portait sur lui (ou que ses complices portaient sur eux) au moment des faits et celui qui a pu être visible pour les témoins. Le plus souvent, le procès-verbal mentionne la manière dont le(s) suspect(s) étai (en) t armé(s) sans préciser la nature de l’arme du crime ni d’où provient cette information. C’est ce que résume le tableau suivant pour les homicides « par balle ».

Tableau n° 11 : Répartition des homicides par balle, selon le type d’arme à feu utilisée (N=180)

Tableau n° 11 : Répartition des homicides par balle, selon le type d’arme à feu utilisée (N=180)

89L’arme de poing constitue l’instrument utilisé par la grande majorité des auteurs et complices, tandis qu’un petit nombre d’entre eux est muni d’armes à feu rapides (mitraillettes et fusil mitrailleur). Si nos interprétations doivent rester toutefois limitées, vu l’importante proportion de données ignorées, on ne peut manquer de souligner que ces armes de poing recèlent plusieurs avantages : facile à dissimuler, à se procurer pour la résistance à la fin de l’occupation, possibilité d’octroyer la mort sans effort, etc. En tentant d’élargir quelque peu notre réflexion, on peut poser que ces armes sont dans l’imaginaire collectif de l’époque celles des policiers, des justiciers (qui agissent « légitimement »)… et des gangsters (redoutables héros des films éponymes dans les années 1930).

  • 256 Dans un certain nombre de cas, c’est le vélo de la victime qui est utilisé pour prendre la fuite. L (...)
  • 257 Au rang des véhicules privés, il y a à peine 7 994 automobiles taxées en 1943, contre 147 301 en 19 (...)
  • 258 Guy Vanthemsche, « Transports », in Aron et Gotovitch (ed.), Dictionnaire de la Seconde Guerre mond (...)
  • 259 Ibid., p. 435.

90Des restrictions critiques doivent également entourer l’examen des moyens de locomotion des malfaiteurs, qui ne sont disponibles que dans 75 cas. Sans grande surprise, c’est le vélo256 qui est le plus utilisé. Il faut dire que les transports privés diminuent de manière drastique durant l’occupation : l’occupant émet des restrictions concernant les déplacements et l’usage des véhicules privés ; il est en outre difficile de se procurer du carburant, dont le prix a flambé257. La dégradation du niveau de vie de l’immense majorité de la population rend impayables l’acquisition et l’entretien de véhicules motorisés. Ceux-ci deviennent extrêmement rares, la production militaire ayant pris le pas sur la production civile258. La population se tourne donc vers des moyens de transport plus économiques, tel le vélo. Durant l’occupation, les trajets à pied sont également nettement plus fréquents et plus longs qu’en période de paix259. Au-delà, le vélo représente pour les meurtriers potentiels un moyen de locomotion silencieux, qui n’attire pas l’attention dans ce contexte de réduction de la circulation et plus rapide que le déplacement à pied.

Tableau n° 12 : Répartition selon le moyen de locomotion pour les enregistrements où il a pu être identifié (N=75)

Tableau n° 12 : Répartition selon le moyen de locomotion pour les enregistrements où il a pu être identifié (N=75)
  • 260 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 58.584 P, Lettre du [substitut d (...)
  • 261 Nous ne disposons pour cette affaire que du réquisitoire de non-lieu du procureur du Roi, et de la (...)
  • 262 Accusé d’être un « dangereux “chasseur de réfractaires” et un agent à la solde de l’ennemi », René (...)
  • 263 Cf notamment : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.364 P.
  • 264 Andrée M., par exemple, ne semble échapper à la mort qu’à la faveur d’un instant de lucidité d’un d (...)

91Dans un certain nombre de cas, il semble que l’auteur s’assurait de l’identité de la victime, en exigeant une carte d’identité ou en poussant sa future victime à confirmer ou à décliner son identité. Celle-ci pouvait parfois être soumise à un rapide interrogatoire sur son activité antipatriotique. Le 1er septembre 1944, Denise P. est, elle, contrainte de rédiger une lettre, ce qui permet à ses agresseurs de comparer son écriture à celle d’une lettre de dénonciation anonyme adressée à la Kreiskommandantur de Mons qui avait été interceptée. Les conclusions sont immédiates : elle est exécutée à bout portant. Selon la déclaration de deux des auteurs appartenant à l’Armée secrète, « la jeune fille avait avoué avoir écrit à la Kreiskommandantur la lettre litigieuse dans l’espoir de faire revenir son fiancé d’Allemagne ». L’expert désigné par le juge d’instruction conclut toutefois que Denise P. n’était pas l’auteur de la lettre incriminée, « les analogies n’étant pas suffisamment typiques260 ». L’affaire sera vraisemblablement clôturée par un non-lieu, en octobre 1946261. Des techniques plus radicales semblent avoir également été utilisées pour obtenir des aveux : après plusieurs interrogatoires, René P.262 est soumis à un simulacre de pendaison. Sans décliner l’ensemble des procédures utilisées pour obtenir confirmations ou aveux, les quelques cas observés semblent dénoter d’une volonté de « légitimer » l’action punitive ou sécuritaire. Quelques dossiers mentionnent enfin que la victime a été dépouillée de ses papiers d’identité263. Peut-on postuler, malgré le caractère hautement compromettant de tels documents, que ces pièces justificatives étaient destinées à fournir la preuve officielle de l’exécution d’une mission, les auteurs n’étant pas à l’abri d’une erreur264 ? Ou que ce geste soit effectué afin de ralentir l’identification de la victime ? L’absence d’éléments confirmant l’une ou l’autre de ces hypothèses et le faible nombre de ce type de constatations rendent toute conclusion très délicate.

6. Conclusion

92Cette première partie a permis de poser au-delà de balises contextuelles, quelques jalons qui faciliteront notre esquisse sociologique finale. Loin de constituer des entités étanches évoluant indépendamment des réalités de l’occupation, les faits nécessitaient en effet d’être placés dans une perspective relativement large. Aussi avons-nous adopté pour cette première partie l’approche des « poupées russes » : de l’échelon national aux réalités locales, des homicides commis entre 1942-1946 aux crimes perpétrés par la « résistance » durant la période étudiée, des occurrences les plus récurrentes aux phénomènes plus marginaux.

93Malgré une dominante socio-politique relativement bien affirmée (population ouvrière majoritaire, tradition du vote socialiste), l’arrondissement judiciaire de Mons présente de nombreux contrastes, tant sur le plan géographique que socio-économique. Parcouru par deux des trois bassins industriels houillers du Hainaut, non exempt de zones rurales et boisées, de petits centres administratifs ou commerciaux (dont Mons, Soignies, Braine-le-Comte), il ne constitue pas un ensemble monolithique. Son choix n’était pas anodin pour notre analyse, aussi était-il opportun d’observer brièvement la flambée des homicides qui le caractérise et le puissant ancrage de la résistance armée sur son territoire. Le cumul de ces deux caractéristiques nous a permis de montrer combien l’arrondissement judiciaire de Mons constituait un observatoire privilégié.

  • 265 Rudi Van Doorslaer, « De Belgische politie en magistratuur en het probleem van de ordehandhaving », (...)

94Gardant à l’esprit les particularités du territoire observé, nous avons effectué une première analyse de nos homicides sous l’angle chronologique. L’évolution du nombre des victimes put être décomposée selon trois phrases distinctes : relative stabilité d’avril 1943 à mai 1944, flambée des homicides de juin à août 1944 et rapide décrue de septembre à novembre 1944. Sans démêler le conglomérat de facteurs conduisant aux fluctuations générales, nous avons toutefois mobilisé le contexte de guerre pour enrichir l’analyse. La faim, la mainmise grandissante de l’occupant et de ses partisans sur l’administration et les institutions locales, le lent glissement des chances de victoire pour les Alliés influencèrent de manière profonde le climat général à partir de l’hiver 1940-1941. En outre, comme le résume bien Rudi Van Doorslaer265,

[…] la disparition d’un certain nombre de mécanismes de contrôle social traditionnels causée par le chômage, le ravitaillement insuffisant, l’éclatement familial, les nouvelles institutions, le nouveau personnel dans les institutions existantes, etc. avait pour conséquence de conduire, auprès de certaines couches de la population en particulier, à une sorte de dislocation sociétale [maatschappelijke desintegratie].

  • 266 Nous entendons par facteurs personnels à la fois le poids de certaines personnalités, mais égalemen (...)

95À ce dernier phénomène vint également se greffer une polarisation politique croissante, mais également des facteurs plus personnels266, plus difficiles à déceler. Enfin, si septembre, octobre et novembre 1944 présentent une chute particulièrement rapide des homicides, l’intervalle semble loin de signifier l’apaisement dans toutes les franges de la société. Réduction des homicides ne signifiant pas pour autant réduction de la violence, il y aurait lieu d’observer plus avant si (et comment) une transformation de la violence est à l’œuvre dans l’arrondissement.

96Abandonnant le cadre d’arrondissement pour une approche locale du phénomène, le troisième chapitre a permis d’observer la répartition des lieux de l’homicide au sein de l’arrondissement. Étonnamment, au prisme des valeurs absolues, ce ne sont pas les communes rurales à faible densité qui ont constitué le théâtre du plus grand nombre d’homicides commis par la « résistance », mais bien des communes industrielles ou semi-industrielles, beaucoup plus peuplées. Ce constat général est toutefois à nuancer par l’hétérogénéité qui caractérise les communes industrielles.

  • 267 Celles notamment qui témoignent d’une forme de procès ou de jugement, les rares cadavres munis d’av (...)

97Enfin, si notre présentation relativement large du modus operandi n’a pas permis d’observer les affaires marginales267, nous pouvons poser que la plupart des malfaiteurs agissaient par groupe de deux ou trois, exécutant la victime avec une arme de poing, dans la localité de son domicile.

Notes

31 Laurent Mucchielli, « Les caractéristiques démographiques et sociales des meurtriers et de leurs victimes. Une enquête sur un département de la région parisienne dans les années 1990 », in Population, t. 59, vol. 2, 2004, p. 203-232.

32 Xavier Rousseaux, « Civilisation des mœurs et/ou déplacement de l’insécurité ? La violence à l’épreuve du temps », in Déviance et société, t. 17, vol. 3, 1993, p. 292.

33 Des débats sur l’utilisation et la définition de l’indicateur ont innervé la recherche jusqu’à aujourd’hui. Nous renvoyons à Ibid., p. 291-297. Plusieurs contributions de la revue Crime, Histoire & Sociétés donnent un aperçu plus récent des discussions, voir notamment : Eric Monkkonen, « New Standards for Historical Homicide Research », t. 5, vol. 2, 2001, p. 5-26 ; Bruno Aubusson de Cavarlay, « Les limites intrinsèques du calcul de taux d’homicide », t. 5, vol. 2, 2001, p. 27-32 ; Randolph Roth, « Yes We Can : Working Together toward a History of Homicide that is Empirically, Mathematically, and Theoretically Sound », t. 15, vol. 2, 2011, p. 131-145 ; Pieter Spierenburg, « Questions that Remain : Pieter Spierenburg’s reply to Randolph Roth », in Crime, Histoire et Sociétés, t. 15, vol. 2, 2011, p. 147-150.

34 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 177-204.

35 Ibid.

36 Albert de Jonghe énonce bien ce phénomène, observant combien la politique de l’occupant et le comportement du collaborateur constituent aux yeux des patriotes « une “provocation criminelle et insupportable” qui justifie les représailles ». Albert De Jonghe, « La lutte Himler-Reeder pour la nomination d’un HSSPF à Bruxelles – Cinquième partie : Salzbourg avant et après – Évolution policière de septembre 1943 à la fin de l’occupation », in Cahiers d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, n° 8, 1984, p. 76.

37 Pieter Lagrou, « Regaining the Monopoly of Force : Agents of the State Shooting Fugitives in and around Belgium, 1940-1950 », in Past and Present, t. 210, vol. 6, 2011, p. 177.

38 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 182.

39 Martin Conway, Degrelle. Les années de collaboration, Ottignies, Quorum, 1994, p. 77.

40 Ibid., p. 87.

41 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 182.

42 « La Légion Wallonie est une troupe de volontaires recrutés par Rex pour combattre aux côtés des troupes allemandes sur le Front de l’Est. Elle permet à son chef, Léon Degrelle, de s’imposer auprès des nazis comme le principal de leurs collaborateurs francophones ». Francis Balace, « Légion Wallonie », in Paul Aron et José Gotovitch (ed.), Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale en Belgique, Bruxelles, André Versaille, 2008, p. 245. Le lecteur se reportera, pour une étude sociologique et prosopographique des officiers de la Légion Wallonie, à François-Xavier Jordens, Des côtes de la Mer Noire au camp de Beverloo : étude historique, sociologique et prosopographique des officiers de la Légion Wallonie (1941-1949), Louvain-la-Neuve, 2008 (Université catholique de Louvain, mémoire de maîtrise en histoire, inédit).

43 Fabrice Maerten et Alain Colignon, La Wallonie sous l’Occupation (1940-1945), Bruxelles, Renaissance du Livre, 2012, p. 133.

44 Conway, Degrelle…, p. 87.

45 Il faut remarquer que l’action des brigades du DSI a, pour notre arrondissement, une incidence non négligeable dans le développement d’une violence bi-et multilatérale. La Brigade A (ou « bande Duquesne ») qui s’officialise en juillet 1943, va entres autres galvaniser par ses méthodes (et sa redoutable efficacité) les noyaux de résistance de la région du Centre et des alentours. Son action sera observée plus en profondeur dans le Chapitre I, point 3.

46 Laplasse et Steen, « Het verzet gewogen.… », p. 259-260.

47 Le terme d’« attentat » ne recouvre pas toujours une réalité meurtrière. Par ailleurs, comme le montre Fabrice Maerten, la reconstruction de ces chiffres à partir de sources émanant de la Résistance ne permet pas d’obtenir un relevé complet des actions effectuées. Certains documents (rapports d’activité, publications d’ouvrage d’après-guerre par les mouvements) présentent parfois une tendance à enjoliver la réalité. Cf. Fabrice Maerten, « Le Front de l’Indépendance ou la Résistance comme instrument du Parti communiste dans le Hainaut en 1940-1944. Entre réalité belge et rêve soviétique », in Annales du Cercle d’histoire et d’archéologie de Saint-Ghislain et de la région, n° 11, 2008, p. 475. Pour une analyse statistique des attentats politiques et des actions de sabotage (et de leurs tentatives) sur base des archives du parquet de Bruxelles, se reporter à Laplasse et Steen, « Het verzet gewogen… », p. 227-260.

48 Sur base de sources rexistes, Martin Conway mentionne quant à lui le chiffre de 700 rexistes exécutés durant l’occupation. L’auteur précise toutefois que le chiffre comporte sans doute une part d’exagération et émet ensuite l’estimation prudente de « plusieurs centaines ». Conway, Degrelle…, p. 277. On se reportera pour d’autres estimations des membres du VNV exécutés jusque février 1944 et pour illustrer la spirale de violence politique durant l’occupation à Philippe Van Meerbeek, Étienne Verhoeyen, Herman Van de Vijver et Rudi Van Doorslaer, De tijd der vergelding en het verzet, Bruxelles, BRT, 1988.

49 Dans sa série d’articles des Cahiers d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, Albert De Jonghe mentionne le chiffre de 1137 liquidations par les Partisans armés entre septembre 1942 et août 1944. Ces chiffres sont revendiqués par les Partisans dans « Historiques. L’Armée Belge des Partisans », in L’Écho de la Nation, t. 1, vol. 3, 1950, p. 11-12. Antoon Vrints nous renseigne toutefois que sans en mentionner les raisons, Albert de Jonghe semble avoir jugé ces chiffres trop élevés pour être vraisemblables. Dans un article du Standaard du 1er mars 1983, il formule sur base de ses propres calculs une estimation de 850 collaborateurs et de 150 résistants décimés par la spirale de violence politique. De Jonghe, « La lutte Himler-Reeder… Cinquième partie », p. 75 et Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 186.

50 Conway, Degrelle…, p. 87.

51 Luc De Vos, La libération. De la Normandie aux Ardennes, Eupen, Grenz-Echo, 1994, p. 99.

52 Luc Huyse et Steven Dhondt, La répression des collaborations. 1942-1952. Un passé toujours présent, Bruxelles, CRISP, 1993, p. 47.

53 Une analyse de la presse limbourgeoise permet à Jos Bouveroux de dresser une liste de 22 Belges assassinés (entre le 7 septembre 1944 et la fin de l’année 1944) en raison des soupçons de collaboration qui pesaient sur leurs épaules. Jos Bouveroux, Terreur in oorlogstijd : het Limburgse drama, Anvers, Nederlandsche Boekhandel, 1984, passim.

54 Ces auteurs mentionnent deux morts. Bruno et Jos Ghysens, De Duitse bezetting te Aalst 1940-1944, reconstructie van een collaboratie, Alost, Ghysens, 1983.

55 La mission des premiers étant précisément de prévenir tout débordement et celle des seconds d’organiser la répression légale. Cf. Francis Balace, « Les hoquets de la liberté », in Id. (ed.), Jours Libérés II, Bruxelles, Crédit Communal, 1995, p. 76 (Collection Jours de Guerre, t. 20). Pour une discussion des rôles de la mission du HCSE dans le Hainaut en septembre 1944, cf. Dauphin, Rapport de synthèse inédit…, p. 43-46.

56 Bruno De Wever, « Collaboratie en repressie : de feiten », in Frans-Jos Verdoodt (ed.), Voorwaarts maar niet vergeten : acta van de studiedag op 9 juni 2001 in het Vlaams parlement over collaboratie en repressie, Gand, Academia Press, 2001, p. 37.

57 Ce chapitre se base principalement sur les travaux suivants de Fabrice Maerten : Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1 et 2 ; Id., « La Résistance, facteur d’émancipation des femmes ? Le cas du Hainaut », in Cahiers d’histoire du temps présent, n° 4, 1998, p. 173-206 et Id., « Le Front de l’Indépendance… », p. 437-518.

58 En mai 1939, la fermeture du plus grand charbonnage borain (la S.A.Charbonnages du Levant et des Produits de Flénu) révèle à l’opinion publique l’ampleur du problème charbonnier. Jean-François Crombois, « Finance, économie et politique en Belgique à la veille de la Seconde Guerre mondiale, 1939-1940 », in Cahier d’histoire du temps présent, t. 5, 1998, p. 171-206.

59 Les ouvriers constituent 61,7 % de la population active du Hainaut en 1930 et 61,3 % en 1947. Institut National de Statistique, Recensement économique et social au 27 février 1937, Bruxelles, Van Keerberghen, s.d. [1937], t. 5, p. 122-127. Ministère des affaires économiques, Institut national de statistique, Recensement Général de la Population, de l’Industrie et du Commerce au 31 décembre 1947, t. 8, Répartition de la population d’après l’activité et la profession, Bruxelles, Van Muysewinkel, 1953, p. 186.

60 L’hégémonie socialiste est loin d’y être menacée, le POB perdant 2,5 % pour se fixer à 41,7 % des suffrages. Roger De Smet, René Evalenko et William Fraeys, Atlas des élections belges. 1919-1945, Bruxelles, ULB. Institut de sociologie Solvay, 1958, p. 152.

61 La Centrale révolutionnaire des mineurs, qui constituait son principal relais parmi les travailleurs a été dissoute en 1937. Id., « Le Front de l’Indépendance… », p. 442 et 447.

62 La thèse de Fabrice Maerten l’a démontré sous de nombreux aspects.

63 Laplasse et Steen, « Het verzet gewogen… », p. 236.

64 Il s’agit des cantons de Lens, Boussu, Mons, Dour et Pâturages.

65 L’arrondissement administratif de Mons compte 169 ouvriers pour 1 000 habitants ; celui de Soignies : 206 pour 1 000 habitants, Recensement économique…, t. 1, p. 132.

66 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1, p. 26. Lui-même avait opté pour la structure reprise dans Christian Vandermotten, Atlas économique de la Belgique, Bruxelles, 1983, p. 6.

67 Les paragraphes suivants se basent majoritairement sur la rigoureuse synthèse constituée par Fabrice Maerten pour sa thèse de doctorat.

68 Les définitions socio-économiques du Borinage varient selon les auteurs. La zone « Mons-Borinage » choisie par Fabrice Maerten correspond dans les grandes lignes à celle délimitée pour des raisons économiques et sociales en 1935 par le socialiste Jules Yernaux, commissaire de l’Office de redressement économique. Guillaume Jacquemyns, La vie sociale dans le Borinage houiller. Notes, statistiques, monographies, Bruxelles, Van Campenhout, 1939, p. 14.

69 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1, p. 26, 37 et 39.

70 Clément Mertens, La répartition de la population en Belgique : étude de démographie sociale, Louvain, Société d’études morales, sociales et juridiques, 1947, p. 27.

71 Cette région est couverte grosso modo par l’arrondissement administratif de Mons qui regroupe les cantons précités (Lens, Boussu, Mons, Dour et Pâturages).

72 L’Action socialiste révolutionnaire est une dissidence trotskyste dirigée par le Borain Walter Dauge. Ibid., p. 40.

73 De Smet, Evalenko et Fraeys, Atlas des élections belges…, p. 162-167.

74 Ibid., p. 170.

75 Ibid., p. 168 et 169.

76 Ibid., p. 184.

77 Nombre d’homicides divisé par 100 000 habitants.

78 L’auteur se base principalement pour sa contribution sur les statistiques médicales de l’Institut National de Statistique, plus précisément celles concernant les causes de décès e les taux d’homicides. Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 77-204.

79 Ibid., p. 190-191.

80 Conway, Degrelle…, p. 87.

81 L’arrondissement judiciaire de Mons comprend en plus de l’arrondissement administratif éponyme, quatre des cinq cantons de l’arrondissement de Soignies (amputé au sein de la circonscription judiciaire du canton de Lessines) et un canton de l’arrondissement administratif d’Ath (Chièvres). Par commodité, nous avons considéré qu’il représentait l’addition des arrondissements administratifs de Mons et de Soignies.

82 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 191.

83 La différence entre, d’une part, les chiffres de l’historiographie en ce qui concerne les homicides politiques (environ 1100 victimes d’attentats politiques cf. supra) et d’autre part, les statistiques des causes de décès utilisées par Vrints (plus de 2 700 victimes d’homicides pour la période), laisse présager cette proportion.

84 Ibid., p. 192. En ce qui concerne les déplacements du seuil de tolérance de la population ouvrière vis-à-vis des vols et des fraudes durant l’occupation, cf. Guillaume Jacquemyns, La société belge sous l’occupation 1940-1944. Privations et espoirs, Bruxelles, Office de publicité, 1945, p. 110-111.

85 Les agissements de la Brigade A (plus connue sous le nom de bande Duquesne) notamment, ont contribué à créer un climat de terreur dans la région du Centre à partir de juillet 1943. On se reportera à Philippe Maes, Brigade A, bande Duquesne. Quinze mois de terreur policière sur le Centre, Houdeng-Aimeries, Centre de recherches et de documentation régionale, 1993, p. 53-77 (Études régionales, n° 13).

86 Laplasse et Steen, « Het verzet gewogen… », p. 227-260.

87 Focus sur les quatre premiers arrondissements judiciaires au sein de chaque catégorie : attentats politiques (les attentats politiques regroupent les attentats contre les collaborateurs, contre les Allemands et contre les bâtiments. Tous comportent généralement une visée personnelle. Sous cette section, Jan Laplasse et Karolien ont également pris en compte un facteur « intentionnel » en comptabilisant les tentatives et des attentats non meurtriers. Ibid., p. 247), actions de sabotage, total des deux premières catégories.

88 Nous considérons ici les résultats de la colonne « Total des attentats et des actes de sabotage ».

89 Ibid., p. 255.

90 Ibid., p. 243.

91 En additionnant les résultats de l’arrondissement administratif de Mons et de Soignies, le pourcentage de voix du POB aux élections législatives de 1939 s’élève à 10,62 %. De Smet, Evalenko et Fraeys, Atlas des élections belges…, p. 184.

92 Le coefficient de corrélation entre le pourcentage de ses voix en 1939 et le pourcentage d’actions de résistance armée (attentats et sabotages) est de 0,77 au regard de toute la Belgique. Laplasse et Steen, « Het verzet gewogen… », p. 250.

93 Ibid., p. 256.

94 Maerten, « Le Front de l’Indépendance… », p. 438.

95 Ibid., p. 448.

96 Ce n’est qu’après la Libération, que cette Armée belge des Partisans prendra le nom de Partisans armés.

97 Nous renvoyons au relevé établi par Fabrice Maerten des attentats et sabotages commis par les Partisans armés dans le Hainaut. Bien que les valeurs absolues restent soumises à caution, une comparaison avec le tableau synthétique de Laplasse et Steen (p. 236-237) permet d’appuyer l’hypothèse de cette prépondérance. Maerten, « Le Front de l’Indépendance… », p. 476 et Laplasse et Steen, « Het verzet gewogen… », p. 236-237.

98 Henri Pirenne, La Belgique et la guerre mondiale, Paris, PUF/New Haven, Yale University Press, 1928, p. 119.

99 La circulaire organique qui a fixé l’exécution de l’arrêté du 3 octobre 1916, prescrivant cette déportation, date du 26 octobre de la même année. Ibid., p. 190.

100 Sophie De Schaepdrijver, La Belgique et la Première Guerre mondiale, Bruxelles, Peter Lang, p. 225.

101 Pirenne, La Belgique et la guerre mondiale…, p. 202-203 et 205.

102 Ibid., p. 127.

103 Après l’armistice, cette rancœur a également touché les « traîtres », et particulièrement certains fermiers ayant montré trop de signes d’opulence durant le conflit. L’affaire des « Justiciers de Couillet » en donne un bon exemple. Le 6 décembre 1918, trente-deux jeunes gens originaires de Couillet mettent à sac de nombreuses fermes de Lausprelle-sous-Acoz, au sud-ouest de Charleroi. Cf. Guillaume Baclin, « Les “traîtres” devant la justice militaire. L’activité du Conseil de guerre de Mons au sortir de la Grande Guerre, 1918-1919 », in Cahiers d’histoire du temps présent, n° 20, 2008, p. 16.

104 Cf. Maerten, « L’impact du souvenir de la Grande Guerre sur la Résistance… », p. 329-331.

105 Id., « Résistance et société en Hainaut belge. Histoire d’une brève rencontre », in Robert Vandenbussche (ed.), L’engagement dans la résistance (France du Nord-Belgique), IRHiS, Villeneuve d’Ascq, 2003, p. 83-84.

106 Cet antifascisme fut l’une des motivations de base pour entrer en résistance contre l’occupant. Une deuxième source de recrutement pour la résistance s’appuyait sur les sentiments de patriotisme. Id., « Les courants idéologiques et la Résistance belge – Une adhésion limitée », in Colloque international, Esch-sur-Alzette, Avril 2002. Les courants politiques et la Résistance : Continuités ou ruptures ?, Luxembourg, Archives nationales Luxembourg, 2003, p. 302-334.

107 Special Operations Executive, service de sabotage britannique. Cf. Emmanuel Debruyne, « Parachutages », in Aron et Gotovitch (ed.), Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale…, p. 317-318.

108 Nico Wouters, De Fürherstaat. Overheid en collaboratie in België (1940-1944), Tielt, Lanoo, 2006, p. 94.

109 De Smet, Evalenko et Fraeys, Atlas des élections belges…, p. 162.

110 Selon les calculs de Fabrice Maerten, 29,1 % de bourgmestres en place en 1943 dans l’arrondissement administratif de Mons étaient membres du parti rexiste. À la même époque, les partisans de Degrelle occupaient le mandat communal le plus élevé dans 14 des 15 cités les plus peuplées de l’arrondissement. Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1, p. 85.

111 Son parti récolte 8,45 % en 1936 et 6,39 % des suffrages en 1939 dans l’arrondissement de Mons. De Smet, Evalenko et Fraeys, Atlas des élections belges..., p. 162.

112 Conway, Degrelle…, p. 81.

113 À ce titre, par exemple, la nomination d’Adelson Charlier comme commandant des Partisans armés pour le secteur Hainaut-Namur en avril 1944 semble avoir contribué à donner un nouvel élan aux attentats et actes de sabotages à l’échelle provinciale. Maerten, « Le Front de l’Indépendance… », p. 474.

114 Cet angle d’approche exigeait de retirer au préalable les victimes dont le mois de décès était incertain. Il s’agit dans le cas d’espèce d’homicides précédés d’un enlèvement ou caractérisés par une découverte tardive du cadavre (ce qui pose de nombreux problèmes de datation aux médecins légaux). Ces dates floues constituent 8 enregistrements sur 211 soit 3,79 % des affaires encodées et 8 victimes sur 228 (3,51 %). Les autres « homicides suspects » ont, eux, été conservés après réflexion, mais pourront être distingués dans la strate d’analyse suivante.

115 Population examinée : 220 sur 228 victimes totales.

116 La première victime, membre de la cinquième unité de la Garde wallonne, est tuée le 26 avril vers 10h45 à Ecaussines-d’Enghien alors qu’elle circule à vélo. Le dossier est transmis à l’auditeur militaire allemand le 20 mai 1943. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats…, 50.912 P.

117 Le premier attentat, qui se déroule le 11 août 1941 à Leuze, coûte la vie à un industriel. Le 17 septembre 1941, c’est au tour du « chef de cercle » de Rex-Tournai de succomber à une attaque de la résistance. Maerten et Colignon, La Wallonie sous l’Occupation…, p. 54.

118 C’est ce qu’affirment les sources allemandes, mentionnant 67 attentats sur des collaborateurs en 1942, dont 60 dans la seconde partie de l’année. Chiffres mentionnés par Albert De Jonghe, « La lutte Himler-Reeder pour la nomination d’un HSSPF à Bruxelles – Troisième partie : Évolution d’octobre 1942 à octobre 1943 », in Cahiers d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, n° 5, 1978, p. 6 et José Gotovitch, Du rouge au tricolore. Les communistes belges de 1939 à 1944. Un aspect de l’histoire de la résistance en Belgique, Bruxelles, 1992, p. 175.

119 En mars 1943, alors que les attentats contre les personnes atteignent un sommet provisoire, cette circonscription en constitue encore le théâtre dans 60 % des cas. Mais, selon Laplasse et Steen, le centre de gravité des attentats contre des collaborateurs semble s’être déjà déplacé bien avant le début de l’année 1943 vers les régions wallonnes industrialisées. Laplasse et Steen, « Het verzet gewogen… », p. 243.

120 Paul Struye et Guillaume Jacquemyns, La Belgique sous l’occupation allemande (1940-1944), Bruxelles, Complexe, 2002, p. 1180.

121 Mons, AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procureur du Roi, La Louvière, Rapport du 8 mai 1943 concernant avril 1943.

122 Les chiffres absolus de victimes atteignent un sommet provisoire en décembre 1943. Nous référons ici aux facteurs internes et externes à la résistance postulés par Laplasse et Steen, « Het verzet gewogen… », p. 244.

123 Qui correspond toutefois, à l’échelon national, à un glissement vers plus de sabotage. Ibid., p. 244.

124 Mons, AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procureur du Roi, La Louvière, Rapport du 8 mai 1943 concernant avril 1943.

125 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 183.

126 Ibid. En juillet 1943, d’importantes arrestations décapitent le sommet du PCB et emportent le Bruxellois Louis Develer, à la tête des Partisans du Hainaut ainsi que les quatre chefs de corps régionaux (Ath-Tournai, Borinage, Centre et de Charleroi). Maerten, « Le Front de l’Indépendance… », p. 470.

127 Id., « Armée Secrète (AS) », in Aron et Gotovitch (ed.), Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale…, p. 54-55.

128 Aux facteurs généraux déjà cités, Fabrice Maerten identifie des raisons propres à un engagement dans les Partisans armés (PA). Cf. Id., « Le Front de l’Indépendance… », p. 472.

129 En 1943, on peut affirmer qu’au moins 4 victimes sur 21 (dans les 4 cas sur 5 cas où les auteurs sont identifiés), ont été exécutées par des auteurs dont au moins un appartenait aux PA.

130 Ibid., p. 472.

131 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 183. L’auteur s’appuie pour déterminer ces ferments sur Florike Egmond, Banditisme in de Franse tijd. Profiel van de Grote Nederlandse Bende 1790-1799, s.l., 1986, p. 86.

132 Cette compagnie, composée des districts de Mons et Soignies, couvre une très importante partie de l’arrondissement judiciaire étudié. Commandement général de la Gendarmerie, Histoire de la gendarmerie, t. 2, De 1914 à nos jours, Bruxelles, Ghesquiere and Partners, 1980, p. 150.

133 Mons, AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procureur du Roi, Mons, Rapport du 8 octobre 1943 concernant septembre 1943.

134 Cette conclusion n’a trait qu’à la proportion meurtrière des attaques dont les auteurs ont pu être identifiés comme appartenant à la résistance.

135 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 52.477 P.

136 Ces catégories de victimes nécessitent toutefois des réserves critiques. Cf. infra.

137 Maerten, « Le Front de l’Indépendance… », p. 456, 458.

138 Cette politique est née à la fin de l’automne 1942. L’assassinat du bourgmestre du Grand-Charleroi, Prosper Teughels, le 19 novembre 1942 donna immédiatement lieu aux deux premières fournées de représailles : l’exécution de 8 otages les 27 novembre et de 10 le 12 décembre 1943. Du 27 novembre au 13 janvier 1943, 68 otages furent fusillés, dont 50 entre le 4 et le 13 janvier. Ces lourdes représailles représentèrent également une véritable traque des communistes. De Jonghe, « La lutte Himler-Reeder… Troisième partie… », p. 8, 13 et 17.

139 Étienne Verhoeyen, La Belgique occupée, de l’an 40 à la Libération, Bruxelles, De Boeck, 1994, p. 418-420.

140 Oberfeldkommandantur. L’appareil militaire et administratif allemand est centré sur l’autorité des Kommandanturen. L’organe de direction du Hainaut, l’Oberfeldkommandantur 520, s’établit à Mons à partir du 1er décembre de 1940. Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1, p. 222.

141 Ces attentats ont coûté la vie à des membres du mouvement rexiste (dont H. de Houdeng-Goegnies) mais également à des SS, à d’« autres membres du Mouvement flamand d’Ordre nouveau » et à un membre de la Luftwaffe. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 51.073 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, s. d. [probablement fin juin-début juillet 1943].

142 L’instauration d’un Grand-La-Louvière en juillet 1942, regroupant les communes avoisinantes dans l’agglomération apparait comme le symbole de la mainmise rexiste sur la région. Maes, Brigade A.…, p. 38.

143 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 52.372 P.

144 Ibid., p. 472-474.

145 Mouvement de résistance populaire initié par le Parti Communiste. Cf. José Gotovitch, « Front de l’Indépendance », in Aron et Gotovitch (ed.), Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale…, p. 198-201.

146 Maes, Brigade A…, p. 63-64 ; 66 ; 73.

147 Bert Boeckx et Patrick Temmerman, Deportatie en verzet : een eerste globale statistische analyse op basis van de erkenningsdossiers Politieke gevangenen, t. 1, Bruxelles, CEGES, 1995, p. 75-76.

148 De Jonghe, « La lutte Himler-Reeder… Cinquième partie… », p. 119.

149 De nouvelles précautions critiques entraînent pour cette strate d’analyse l’exclusion de 19 victimes sur les 185 répertoriées entre mai et novembre 1944. Il s’agit ici de dates de décès tellement sujettes à caution que même l’attribution d’une semaine posait des problèmes critiques. Les victimes exclues de nos comptages se répartissent comme suit (les mois correspondant eux-mêmes parfois à l’estimation d’un expert) : juin : 2 ; juillet : 4 ; août : 5 ; septembre : 6 ; octobre : 2.

150 Le mois de septembre est par exemple amputé de 6 victimes ; 6 autres décédant dans la semaine du 28 août au 3 septembre. Précisons également que les limites des mois retranscrites sur le graphique sont uniquement destinées à fournir un repère visuel mais ne constituent pas des graduations rigoureuses.

151 Population étudiée : 166 victimes sur les 185 éliminées au cours de la période. Courbe de tendance basée sur une moyenne mobile de période 2.

152 Maerten et Colignon, La Wallonie sous l’Occupation…, p. 150 ; Maerten, « Le Front de l’Indépendance… », p. 458.

153 Une liste précise des arrestations et exactions commises par cette bande en juin, juillet et août 1944 est dressée par Maes, Brigade A…, p. 72-76.

154 Les activités minières sont vitales pour assurer le ravitaillement du régime d’occupation et des industries travaillant en Belgique et dans le Reich au profit de l’Allemagne. Maerten, Du murmure au grondement…, t. 3, p. 723 ; ID., « Le Front de l’Indépendance… », p. 489 ; Fabrice Maerten ; Alain Colignon, La Wallonie sous l’Occupation…, p. 95.

155 Mons, AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procureur du Roi, La Louvière, Rapport du 7 juillet 1944 concernant juin 1944.

156 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 3, p. 724.

157 Mons, AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procureur du Roi, La Louvière, Rapport du 7 juillet 1944 concernant juin 1944.

158 « S’il n’y a pas de pains pour les civils, il y en a pour les Boches ! ». Ce tract incite les consommateurs et commerçants à « manifester en masse devant les administrations rexistes de la CNAA [Corporation nationale de l’agriculture et de l’alimentation] ». Bruxelles, CEGES, Archives Paulette Surin, Tract du PCB borain, 16 juin 1944. Il peut être trouvé en annexe 67 dans Maerten, Du murmure au grondement…, t. 3, p. 1039.

159 Mons, AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procureur du Roi, Mons, Rapport du 7 juillet 1944 concernant juin 1944.

160 Mons, AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procureur du Roi, La Louvière, Rapport du 7 août 1944 concernant juillet 1944.

161 Une grève partielle prend toutefois cours le 18 juillet au Charbonnage du Rieu du Cœur à Quaregnon. Elle semble perdurer jusqu’au 31 juillet. Maerten, Du murmure au grondement…, t. 2, p. 725.

162 Nous n’avons pu trouver de trace de cette nouvelle mesure. Par ailleurs, seul le commandant de la compagnie de La Louvière note que les « esprits sont angoissés » des suites de cette mesure. Dans l’arrondissement de Mons, son collègue note de manière plus laconique qu’« aucune réaction ne s’est produite à ce jour nonobstant l’application des nouvelles lois et nouveaux arrêtés (travail obligatoire) etc. ». Mons, AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procureur du Roi, La Louvière, Rapport du 7 août 1944 concernant juillet 1944 et Mons, AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procureur du Roi, Mons, Rapport du 7 août 1944 concernant juillet 1944.

163 Cette surcharge de travail émaille également d’autres rapports de la Compagnie de Mons, notamment ceux de mars 1944 et de septembre 1943.

164 Mons, AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procureur du Roi, Mons, Rapport du 7 août 1944 concernant juillet 1944.

165 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.956 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 25 août 1944.

166 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 3, p. 725.

167 Nous empruntons cette notion à Luc Capdevila. Luc Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’Occupation. Imaginaire et comportement en période d’une sortie de guerre 1944-1945, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1999, p. 135.

168 Maerten, « Le Front de l’Indépendance… », p. 474.

169 Cf. notamment Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.952 P, 56.654 P et 57.456 P.

170 Cf. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.112 P, 55.258 P, 55.345 P, 55.877 P et 55.957 P.

171 Cette administration est placée à la tête du pays le 18 juillet 1944. Maerten et Colignon, La Wallonie sous l’Occupation…, p. 134.

172 Portant le nom du bourgmestre rexiste de Quaregnon, Gabriel Cheron, cette bande sera reconnue coupable après-guerre de 24 décès, plus de 50 dénonciations et 130 arrestations. Ibid., p. 134. Voir également : Julie-Anaïs Rose, La « bande Chéron » : essai de compréhension de l’incivisme et des réactions qu’il a suscitées, Louvain-la-Neuve, 2001 (Université catholique de Louvain, mémoire de licence en histoire, inédit).

173 Créée sous l’impulsion d’Edgard Duquesne, agent de change, et de quatre agents de police supplétifs de La Louvière, cette bande constitue la brigade A du DSI (Département Sécurité et Information). Constituée de dix-huit à vingt agents, elle a semé la terreur dans la région du Centre. 110 morts d’hommes, 257 dénonciations et 181 arrestations lui seront imputées après la Libération. Maerten et Colignon, La Wallonie sous l’Occupation…, p. 134.

174 La dernière arrestation de la bande Duquesne a par exemple lieu le 28 août, malgré la grave menace planant sur ses membres et surtout sur Edgard Duquesne lui-même. Maes, Brigade A…, p. 76.

175 L’exécution a lieu le 6 juillet 1944. « Le mobile du crime a pu être établi : H. était en rapport avec le sieur Cheron, bourgmestre rexiste de Quaregnon pendant l’occupation allemande. Il s’occupait de fournir et de réparer les machines à écrire de l’administration communale et de certains bureaux allemands de Mons et du Borinage. D’autre part, selon la déclaration du chef du groupe local du Front de l’Indépendance, H. était devenu suspect à raison de l’insistance qu’il mettait à observer les allées et venues de patriotes qui avaient établi près de chez lui un dépôt d’armes et de vivres. L’enquête a révélé en outre que H. aurait été vu fréquemment en conversation avec des Allemands. Il passa d’ailleurs pour avoir dénoncé des réfractaires et des patriotes qui furent arrêtés par les Allemands ou les rexistes ». Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 57.949 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 21 novembre 1946.

176 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 57.949 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 21 novembre 1946.

177 Une copie de cette déclaration est présente dans le dossier. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.442 P.

178 Il s’agit de Léona L., abattue dans son domicile à Wasmes le 23 juin 1944. Les mobiles du crime n’ont pas pu être reconstitués à partir du dossier : le procureur du Roi ne les mentionne jamais dans sa correspondance. Cette affaire semble avoir été définitivement classée sans suite en avril 1946. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945, 55.177 P.

179 Vu le décès de Marcel L., l’action publique est déclarée éteinte le 26 mars 1947. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.596 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 20 mars 1947 et Lettre du procureur général au procureur du Roi, 26 mars 1947.

180 Cette semaine atypique voit en fait l’exécution de deux victimes mariées entre elles et assassinées à leur domicile en même temps, le 22 juillet. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.654 P.

181 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.301 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 17 juillet 1944.

182 Il est également possible qu’à l’approche de la fête nationale, les mesures de sécurité aient été renforcées par l’occupant.

183 Cf. pour de plus amples précisions : Maerten, « Courcelles (tuerie de) », in Aron et Gotovitch (ed.), Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale…, p. 119-120 ; Alfred Lemaire, Le Crime du 18 août ou les journées sanglantes des 17 et 18 août 1944 dans la région de Charleroi, Couillet, impr. Maison d’édition, 1947 ; Martin Conway, « Le rexisme de 1940 à 1944 », in Cahiers du CREHSGM, n° 10, 1986, p. 5-55.

184 Ces 24 victimes contiennent toutefois 4 victimes « suspectes ».

185 Maerten et Colignon, La Wallonie sous l’Occupation…, p. 150.

186 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.583 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 2 août 1945.

187 Cette non-réception est invoquée par Robert Borne, chef de bataillon PA, pour justifier l’assassinat qu’il a commis le 5 septembre 1944. Paul Ballez parait confirmer ce fait. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.583 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 2 août 1945.

188 Henri Huet (colonel breveté d’état-major en retraite), « La “poche de Mons” », in Francis Balace (ed.), Jours libérés I, Bruxelles, Crédit communal, 1995, p. 81-101 (coll. Jours de Guerre). On se reportera pour une vue précise des combats à Yves Bourdon, Claude Faucon, Maurice Toubeau et Henri Huet, La poche de Mons, La libération en septembre 1944, de la région Mons-Borinage-Bavai-Maubeuge, Ottignies, Quorum, 1994.

189 Ibid., p. 46.

190 Ce chiffre représente une estimation. Ibid., p. 47.

191 Ibid., p. 75-76.

192 Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’Occupation…, p. 131.

193 Nous recensons six victimes ce jour-là. À partir de cette date, les homicides n’atteindront plus que de manière exceptionnelle le nombre de deux au cours de la même journée.

194 Bourdon, Faucon, Toubeau et Huet estiment, quoique sans citer de source précise, qu’environ septante résistants belges sont décédés lors des combats de la Libération dans la région Mons-Borinage-Bavai-Maubeuge. Bourdon, Faucon, Toubeau et Huet, La poche de Mons…, p. 226. La recherche des résistants (nés ou) décédés dans les communes de l’arrondissement judiciaire durant les combats de la libération via le moteur de recherche du site bel-memorial en donne déjà un aperçu. Voir par exemple, Cuesmes : http://www.bel-memorial.org/search/search_infos_comp.php?q=Cuesmes&Submit=Rechercher+-+Zoeken (dernière consultation le 18 juin 2013).

195 Bourdon, Faucon, Toubeau et Huet, La poche de Mons…, p. 19.

196 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.583 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 2 août 1945.

197 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 57.723 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 20 avril 1946.

198 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.621 P et 59.755 P.

199 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.621 P, 59.755 P et 56.002 P.

200 Dans la première année qui suit la Libération, 33 % des condamnations pour collaboration débouchent sur un appel devant la Cour militaire. Huyse et Dhondt, La répression des collaborations…, p. 200.

201 Cf. pour le dossier de cet assassinat : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.654 P.

202 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.654 P, Lettre des chefs de la Résistance du Centre [AS ; Groupe G. ; FI ; MNB ; PA ; FI] à l’Auditeur Militaire de Charleroi, 4 octobre 1944.

203 Né le 10 juin 1911 à Hainin, Joseph Bertiaux est agent de la police judiciaire attachée au parquet de Mons en 1941. Au moment de sa lettre au procureur du Roi, il est devenu Commissaire en chef aux délégations judiciaires. Mons, AÉM, PTPIM, Dossier relatif au réarmement de la gendarmerie et de la police, Septembre 1940-mars 1942, Liste des policiers effectifs de la brigade de police judiciaire attachée au Parquet de Première Instance de Mons, 8 janvier 1941.

204 Ce témoignage doit être considéré avec prudence. Toutefois, s’il est possible que le témoin désire mettre sa propre action en avant, il s’adresse à un autre témoin averti des faits, Maurice Schmit, procureur du Roi qui a retrouvé ses fonctions aux moments de la Libération du territoire. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.791 P, Lettre du Commissaire en chef aux délégations judiciaires au procureur du Roi de Mons, 5 juin 1953.

205 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.791 P, Lettre du Commissaire en chef aux délégations judiciaires au procureur du Roi de Mons, 5 juin 1953.

206 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.791 P, Lettre du Commissaire en chef aux délégations judiciaires au procureur du Roi de Mons, 5 juin 1953.

207 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.791 P, Lettre du Commissaire en chef aux délégations judiciaires au procureur du Roi de Mons, 5 juin 1953.

208 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.791 P, Lettre du Commissaire en chef aux délégations judiciaires au procureur du Roi de Mons, 5 juin 1953.

209 Cf. notamment Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.509 P et 57.456 P.

210 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945, 58.294 P.

211 Qui interviendra à des moments différents selon les mouvements.

212 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.791 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 9 novembre 1944.

213 Les Allemands décédés lors des combats de la Libération sont le plus souvent enterrés sur place dans des fosses communes. Cf. Bourdon, Faucon, Toubeau et Huet, La poche de Mons…, p. 217.

214 C’est-à-dire l’endroit où la victime est mortellement attaquée par son agresseur, ce qui n’équivaut pas toujours à son lieu de décès. Cette donnée est manquante pour 34 victimes sur 228. Dans un nombre très limité de cas (2 victimes), il est établi que le lieu de la découverte du cadavre ne coïncide pas avec le lieu de l’homicide. Dans le reste des cas, l’imprécision du dossier ne permet pas de déterminer si le lieu de la découverte du corps correspond à celui de l’attaque mortelle. Nous avons toutefois considéré que lorsqu’un cadavre était retrouvé dans le domicile de la victime, l’habitation en question constituait le lieu de l’homicide.

215 Cinq d’entre elles présentent en outre des frontières contiguës.

216 Les définitions socio-économiques du Borinage varient selon les auteurs. La zone délimitée par Yernaux correspond plutôt au Grand-Borinage, aussi reprendrons-nous ce terme dans notre étude. Elle correspond dans les grandes lignes à la zone « Mons-Borinage » choisie par Fabrice Maerten dans son étude sur la résistance idéologique et politique dans la province du Hainaut. Jacquemyns, La vie sociale dans le Borinage houiller..., p. 14.

217 Wasmes, Hornu et Boussu représentent des communes où l’extraction charbonnière est intense. Wasmes a en outre la caractéristique d’appartenir au Borinage houiller, qualifié de « Borinage par excellence » par Guillaume Jacquemyns dans son analyse sociologique. Ibid., p. 18.

218 Nous nous basons sur les recensements de la population de 1930 et de 1947 que fournit notamment la base de données HISGIS (Université de Gand) : http://www.hisgis.be/fr/start_en.htm.

219 En gris clair : autres communes constituant l’arrondissement judiciaire de Mons. Frontières en gras : commune présentant plus de 6 homicides sur toute la période. Les nuances de vert correspondent aux nombres de victimes indiqués à l’intérieur des frontières des communes.

220 Sur cette deuxième carte, les communes sont réparties selon leur caractère (rural, semi- industriel, industriel). Les noms (parfois abréviés) des vingt communes de la figure n° 7 y ont été reportés ainsi que leur nombre de victimes en valeurs absolues. En rouge foncé : les communes industrielles ; en rouge : les communes semi-industrielles ; en orange : les communes rurales.
Image

221 Où plus de quatre victimes ont été mortellement touchées.

222 Tel qu’établi par Yernaux en 1935, correspondant dans les grandes lignes à la région Mons-Borinage de Vermotten.

223 Graty (à 9,5 km de Soignies et à 22 km de Mons) possédait 618 habitants en 1947. « Terrain inégal, avec coteaux escarpés ; sol très varié ; agriculture. Travail du bois », « Graty », in Eugène DE Seyn, Dictionnaire historique et géographique des communes belges, 3e éd., Turnhout, Brepols, 1950, t. 1, p. 497.

224 En 1939, Guillaume Jacquemyns estime la densité moyenne des communes rurales à 1,5 habitant par hectare et celles des communes industrielles à 15,3 individus par hectare. Jacquemyns, La vie sociale dans le Borinage houiller…, p. 17.

225 Guillaume Jacquemyns y inclut les communes de Jemappes, Flénu, Quaregnon, Wasmes, Pâturages, Frameries, mais aussi Boussu. Ibid., p. 17-18.

226 La commune de Boussu présente de grandes différences d’un hameau à l’autre. Habité par une population plus « bourgeoise », le centre a l’aspect d’une petite ville tandis que Boussu-Bois représente le hameau minier borain par excellence. Ibid., p. 101-102.

227 Ibid., p. 17.

228 Nombre de victimes agressées sur le territoire / (population en 1930) x 1000.

229 Nombre de victimes agressées sur le territoire / (population en 1947) x 1000.

230 Nombre de victimes agressées au sein de la commune/nombre d’habitants en 1947 de la commune x 1000.

231 En gris clair : les autres communes constituant l’arrondissement judiciaire de Mons. En vert : les limites du Grand-Borinage telles qu’établies par Yernaux en 1935.

232 Vandermotten, Atlas économique de la Belgique…, p. 6.

233 Cambron-Saint-Vincent, Erquennes, Noirchain, Neufmaison, Genly et Roisin.

234 Villerot, Baudour et Genly et Saint-Symphonien.

235 Cf. supra. Cette hypothèse n’est pas tout à fait satisfaisante, vu le facteur « mobilité » des groupements de résistance.

236 L’établissement d’un « mode opératoire-type » reste limité pour deux raisons principales : le manque de récurrence des informations d’un procès-verbal à l’autre (notamment au sujet du calibre) et la présence ou non d’un rapport de médecin légiste (dont nous prenons partiellement connaissance à travers le rapport du procureur du Roi ou les procès-verbaux de gendarmerie).

237 Emmanuel Chevet, « Gendarmerie et maquis sous l’occupation en France (1943-1944). Force est faiblesse », in Guerres mondiales et conflits contemporains, t. 242, vol. 2, 2011, p. 121-139.

238 Ibid., p. 125.

239 Ces éléments majeurs de critique ne pourront toutefois qu’influencer notre analyse des documents, et non inspirer une réflexion complète sur les rapports entre la gendarmerie et les mouvements de résistance. Un plus large éventail de sources est en effet nécessaire pour ambitionner de l’étudier – les archives des groupements de résistance étant, à ce titre, incontournables. Ibid.

240 Par commodité, nous utiliserons le singulier pour évoquer les « protagonistes » des homicides dans ce chapitre.

241 Nous n’avons pris en compte que les victimes attaquées dans une localité qui ne correspondait pas uniquement à la découverte de leur cadavre (sauf dans le cas où le cadavre reposait dans un domicile).

242 Ce qui correspond à 97 victimes sur 151 soit 64,2 %.

243 Il s’agit exactement de 50 femmes et de 18 hommes. Ce qui nous permet d’affirmer que 52,1 % des victimes de sexe féminin sont tuées au sein de leur domicile (50 sur 96). Pour les victimes masculines, nos archives n’attestent de ce lien que dans 15,9 % des cas (18 victimes masculines sur 113).

244 Martin Conway, « Justice in Post-War Belgium, Popular passions and political realities », in Cahiers d’histoire du temps présent, n° 2, 1997, p. 20.

245 Paul Aron, « Occultation », in Aron et Gotovitch (ed.), Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale…, p. 295.

246 Dans un seul des six cas, la victime est emmenée de son domicile vers un sentier isolé avant d’être exécutée. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.957 P, Modèle V, Brigade de La Louvière, 13 août 1944. Le constat d’un faible nombre d’homicides durant le couvre-feu doit être nuancé : le couvre-feu pouvait être avancé dans certains endroits, à titre de sanction pour des actions commises contre l’occupant ou ses partisans. Maerten et Colignon, La Wallonie sous l’Occupation…, p. 98.

247 Ces cas représentent ici des enregistrements de la base de données. Cf. supra : Introduction.

248 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.807 P et 55.060 P.

249 Il s’agit d’une tenancière de café. Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.981 P.

250 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 54.985 P.

251 On posera en outre l’hypothèse que la sociabilité d’une région comme le Borinage est relativement propice à une intrusion à ces heures du repas : les portes des domiciles restent certainement ouvertes.

252 Ces informations sont présentes dans le procès-verbal initial (Modèle V ou Compte-rendu d’un événement extraordinaire) et/ou dans les rapports du procureur du Roi de Mons.

253 L’un d’entre eux pouvait être désigné pour faire le guet. Les comparses disposaient également de renforts armés en cas d’une intervention de la gendarmerie, ou d’une réponse musclée de la victime.

254 Exactement 47 cas sur 194.

255 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 51.412 P.

256 Dans un certain nombre de cas, c’est le vélo de la victime qui est utilisé pour prendre la fuite. Le déroulement de l’homicide d’Adolphe M., soupçonné de trafic, montre que certaines victimes potentielles en avaient conscience. Dans la soirée du 29 au 30 mars, lorsqu’il se fait arrêter par trois individus, Adolphe M. laisse choir son vélo et en sectionne immédiatement les pneus. Il semble qu’il ait bien deviné l’intention de ses agresseurs puisque « deux cyclistes avec un troisième sur le porte-bagage ont été vus au moment des faits ». Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 53.999 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 1er avril 1944.

257 Au rang des véhicules privés, il y a à peine 7 994 automobiles taxées en 1943, contre 147 301 en 1939. Ministère DES AFFAIRES ÉCONOMIQUES, OFFICE CENTRAL DE Statistique, Annuaire statistique de la Belgique et du Congo belge, t. 63, Bruxelles, Office central de statistique, 1941, p. 284 et Ministère DES AFFAIRES ÉCONOMIQUES, Office central de Statistique, Annuaire statistique de la Belgique et du Congo belge, t. 67, Bruxelles, Office central de statistique, 1945, p. 287.

258 Guy Vanthemsche, « Transports », in Aron et Gotovitch (ed.), Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale…, p. 434.

259 Ibid., p. 435.

260 Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 58.584 P, Lettre du [substitut du] procureur du Roi au procureur général, 30 septembre 1946.

261 Nous ne disposons pour cette affaire que du réquisitoire de non-lieu du procureur du Roi, et de la lettre témoignant que le procureur général se rallie à sa conclusion.

262 Accusé d’être un « dangereux “chasseur de réfractaires” et un agent à la solde de l’ennemi », René P. « avait épousé une Allemande […], était employé comme concierge au dépôt allemand du Roeulx et entretenait des relations cordiales avec des militaires allemands ». Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.243 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 6 décembre 1949.

263 Cf notamment : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.364 P.

264 Andrée M., par exemple, ne semble échapper à la mort qu’à la faveur d’un instant de lucidité d’un des auteurs. « À Frameries, le 18 juillet 1944, vers 20h30, rue Defuisseaux, deux individus, non masqués, armés de révolvers ont mis en joue au moyen de leurs armes la nommée M. Andrée, [...] qui circulait sur la voie publique. L’un d’eux a dit : ne tire pas, il y a erreur, puis ils se sont enfuis. », Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.495 P, Modèle V, Brigade de Frameries, 19 juillet 1944.

265 Rudi Van Doorslaer, « De Belgische politie en magistratuur en het probleem van de ordehandhaving », in Étienne Verhoeyen et al., Het minste kwaad (België in de Tweede Wereldoorlog, t. 9), Kapellen, DNB/Uitgeverij Pelckmans, 1990, p. 102. [Traduction libre].

266 Nous entendons par facteurs personnels à la fois le poids de certaines personnalités, mais également celui des antagonismes particuliers développés parfois avant le conflit que l’instruction n’aura peut-être pas toujours permis d’éclairer.

267 Celles notamment qui témoignent d’une forme de procès ou de jugement, les rares cadavres munis d’avertissements ou les faits de torture après la Libération.

Table des illustrations

Titre Figure n° 1 : Les homicides en Belgique, 1900-1990 (valeurs absolues)
Crédits Source : Annuaire statistique de la Belgique [et du Congo belge]. Graphique repris intégralement de Antoon Vrints, « Patronen van polarisatie. Homicide in België tijdens de Tweede Wereldoorlog », in Cahiers d’histoire du temps présent, n° 15, 2005, p. 178.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Figure n° 2 : Les 10 cantons de l’arrondissement judiciaire de Mons
Crédits Source : Carte réalisée à l’aide d’HISGIS (Université de Gand).
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Tableau n° 3 : Évolution du taux d’homicides (par 100 000 habitants) des arrondissements administratifs de Mons et de Soignies (1936-1944)
Crédits Source : Tableau repris intégralement de Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 203-204, à partir des statistiques médicales de l’INS reprenant les causes de décès.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Tableau n° 4 : La contribution des arrondissements judiciaires aux actions de résistance armée (1940-1944)87
Crédits Source : Tableau repris intégralement de Jan Laplasse et Karolien Steen, « Het verzet gewogen… », p. 247.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Tableau n° 5 : La contribution des arrondissements judiciaires de Mons et Bruxelles aux attentats contre les personnes (1940-1944)
Crédits Source : Tableau repris intégralement de Laplasse et Steen, « Het verzet gewogen… », p. 236-237.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Figure n° 3 : Évolution mensuelle du nombre de victimes en valeurs absolues. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement de Mons (avril 1943-novembre 1944)115
Crédits Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Tableau n° 6 : Répartition des victimes de 1943 selon leur catégorie. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944)136
Crédits Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Figure n° 4 : Relation entre les homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons et les arrestations dans la province du Hainaut (janvier 1943-septembre 1944)
Crédits Source : Bert Boeckx et Patrick Temmerman, Deportatie en verzet : een eerste globale statistische analyse op basis van de erkenningsdossiers Politieke gevangenen, t. 1, Bruxelles, CEGES, 1995, p. 75-76.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Figure n° 5 : Évolution du nombre de victimes par semaine du lundi 8 mai au dimanche 15 octobre 1944. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons151
Crédits Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Figure n° 6 : Répartition des victimes par catégories entre juin et novembre 1944. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944) (N=182)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau n° 7 : Nombre de victimes exécutées par la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons entre le 28 août et le 10 septembre 1944
Crédits Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure n° 7 : Disparité des homicides en valeur absolue : les 20 communes de l’arrondissement judiciaire de Mons constituant le lieu de l’homicide de plus de trois victimes (homicides attribués à la « résistance » entre avril 1943 et novembre 1944)219
Crédits Source : Carte réalisée à l’aide d’HISGIS (Université de Gand).
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure n° 8 : Les limites du Grand-Borinage telles qu’établies par Yernaux en 1935 (zone colorée)220
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Crédits Source : Carte réalisée à l’aide d’HISGIS (Université de Gand).
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Tableau n° 8 : Les 12 communes de l’arrondissement judiciaire de Mons présentant un indice d’homicide plus élevé que 1
Légende Note228Note229
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Figure n° 9 : Disparité des homicides en valeur relative : les 12 communes de l’arrondissement judiciaire de Mons présentant un indice230 plus élevé que 1231
Crédits Source : Carte réalisée à l’aide d’HISGIS (Université de Gand).
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Figure n° 10 : Répartition des enregistrements par tranche horaire. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944) (N=144)
Crédits Source : Mons, AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Tableau n° 9 : Répartition en fonction du nombre d’« individus en fuite » au moment de l’arrivée sur les lieux des forces de police ou de gendarmerie. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944) (N=116)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau n° 10 : Répartition en fonction du moyen de l’homicide. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944) (N=194)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Tableau n° 11 : Répartition des homicides par balle, selon le type d’arme à feu utilisée (N=180)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau n° 12 : Répartition selon le moyen de locomotion pour les enregistrements où il a pu être identifié (N=75)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5717/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

© Presses universitaires de Louvain, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search