Version classiqueVersion mobile

Le tribut des temps troubles

 | 
Amandine Thiry

Préface

Jonas Campion et Xavier Rousseaux

Texte intégral

  • 1 Sur ces notions, se reporter, entre autres à Marc Bergère, Jean Le Bihan (dir.), Fonctionnaires dan (...)
  • 2 Martin Conway, Les chagrins de la Belgique ; libération et reconstruction politique 1944-1947, Brux (...)
  • 3 Que l’on pense à l’affaire « Jan Jambon », en 2014 qui aurait justifié les « raisons de la collabor (...)

1Au terme de la Seconde Guerre mondiale, la fin de l’occupation d’une grande partie de l’Europe par les troupes allemandes ouvre une des pages les plus complexes et les plus sombres de l’histoire récente des sociétés européennes. Libération et sortie de guerre firent alors l’objet de réactions extrêmes et passionnées dans une dynamique marquée à la fois par des phénomènes de transition politique, de justice transitionnelle et de rétablissement étatique1. Encore présente dans les mémoires des plus jeunes acteurs de l’époque, mais aussi dans les mémoires collectives de nombre de familles, cette période trouble a été revisitée par les médias et les chercheurs, à l’occasion du 70e anniversaire de la fin du conflit2. Cycliquement, elle fait aussi parler d’elle en Belgique dans les médias et le grand public : sur le ton de la polémique, l’on s’émeut d’une prise de position en faveur de l’amnistie, des fréquentations « douteuses » de certains politiciens, de déclarations manquant de nuances ou du passé supposé collaborateur de familles de personnalités publiques3.

  • 4 D’après le titre de Philippe Bourdrel, L’épuration sauvage 1944-1945, Paris, Perrin, 1988. L’on par (...)
  • 5 Antoon Vrints, Het theater van de straat. Publiek geweld in Antwerpen tijdens de eerste helft van d (...)

2Parmi les traumatismes de l’époque, les flambées de violence sous le regard consterné d’un État affaibli par l’occupant et souvent incapable de gérer les réactions communautaires interrogent notre « processus de civilisation ». C’est la période de l’épuration sauvage comme certains se sont évertués à la décrire, orientant largement le propos4. Lynchages, tontes de suspect(e) s, exécutions sommaires, homicides de vengeance, pillages, dressent un tableau d’une violence largement inédite au XXe siècle, dans nos régions. Celle-ci rappelle pourtant les périodes antérieures à la monopolisation de la répression par un pouvoir central, pour reprendre l’axiome cher à Max Weber, caractéristique des sociétés européennes des XIXe et XXe siècles, construites autour de l’État-Nation. Une violence que ne s’attendaient sans doute pas à devoir gérer les autorités publiques, les policiers et les magistrats, éduqués depuis plus d’un siècle à la supériorité et au respect de l’ordre public dont ils sont les représentants, sur les vengeances communautaires et les dynamiques personnelles5.

  • 6 Xavier Rousseaux, Frédéric Vesentini, Antoon Vrints, « Violence and War : Measuring Homicide in Bel (...)
  • 7 Fabrice Maerten l’avait souligné dans son monumental ouvrage sur la Résistance Du murmure au gronde (...)

3Tiré d’un mémoire de maîtrise en histoire soutenu à l’UCL (2013), le livre écrit par Amandine Thiry fait partie de ces recherches novatrices affrontant la question de la violence de sortie de guerre à frais nouveaux. La statistique a mis en évidence l’explosion des homicides qui secoue la société belge en 1943-19446. Dans ce constat, Amandine Thiry met l’accent sur une catégorie précise de morts violentes, dans un espace resserré. Exploitant les archives du parquet d’arrondissement de Mons, l’auteure approfondit le regard sur les homicides attribués à « la Résistance », pan obscur de la libération de la Belgique. Les qualités de sa recherche sont nombreuses et le propos nuancé, loin des sirènes du jugement définitif. Mettant en évidence la soigneuse description des circonstances du crime par les forces de police et l’instruction par le parquet, elle montre l’ambiguïté de ces affaires, souvent non poursuivies – durant et après l’Occupation –, en raison du statut de résistant accordé à leurs auteurs présumés et des réputations sulfureuses accolées aux victimes. À sa lecture, on ressent tout le poids des rancœurs et des souffrances vécues sous l’Occupation au sein de microcosmes locaux, mais aussi les rôles délicats des gendarmes, policiers et magistrats enquêteurs, coincés entre les dérives des tueurs rexistes et celles des groupes de choc des résistants, engagés dans une spirale meurtrière de représailles réciproques. Le choix de l’arrondissement de Mons n’est pas dicté au hasard ou par la disponibilité des archives – pourtant particulièrement riches et bien conservées. Zone urbanisée et industrialisée, le cœur de l’arrondissement s’avère un des lieux où la tension entre collaborateurs et résistants est la plus vive en Belgique, ou du moins en Wallonie, et les groupes armés particulièrement actifs7. C’est donc un des terrains majeurs de la confrontation à l’ordre étatique. Ce focus permet également de remettre ne perspective l’entre-deux-guerres comme terreau de ces violences, période marquée dans la région par une agitation sociale constante d’une part, et des résultats électoraux faisant la part belle aux extrêmes qu’ils soient de droite ou de gauche.

  • 8 Jean-Marc Berlière, Frank Liaigre, Ainsi finissent les salauds : séquestrations et exécutions cland (...)

4À l’instar de Jean-Marc Berlière et Frank Liaigre, mettant en lumière les exécutions « privées » commises par des groupes résistants dans le Paris de la libération, le travail d’Amandine Thiry met en lumière la diversité des motivations, la complexité des situations ou l’enchevêtrement des règlements de compte de sortie d’occupation8. Elle souligne combien la résistance se fait plurielle, traversée de logiques parfois contradictoires mêlant motifs patriotiques et intérêts privés. Elle éclaire avec nuance la distorsion du lien social local, les réseaux d’interconnaissance, les « on-dit » et rumeurs d’une région industrielle en pleine crise. L’auteure interroge de ce fait la périodisation qu’il est possible de dresser de ces homicides, ainsi que leur mise en typologie selon les profils des victimes, des auteurs, mais aussi des lieux et des moments des meurtres. Cette véritable recherche anthropologique de terrain – nous sommes transportés dans les ruelles de cités ouvrières, dans les arrière-cuisines des victimes, sur les chemins humides de la région – fondée sur la lecture des archives du parquet met en lumière le rôle déterminant du procureur du roi de Mons, figure emblématique de ces « temps troubles ». Par sa fonction, mais aussi ses choix et les vicissitudes de son action sous l’occupation, il se trouve investi d’une légitimité certaine à rétablir l’équilibre entre la rétribution de ceux qui sont, y compris dans la magistrature, fustigés comme collaborateurs par des groupes armés et le rétablissement du monopole de l’État dans la répression des crimes.

  • 9 Voir à ce propos Marc Bergère, Luc Capdevila (dir.), Genre et événement. Du masculin et du féminin (...)
  • 10 Pour la Belgique, Mathieu Roeges, « “Perverse, dangereuse, intrigante...”. Les stéréotypes entouran (...)
  • 11 Confirmant ainsi l’analyse française de Fabrice Virgili, La France « virile ». Des femmes tondues à (...)

5Sans tomber dans le voyeurisme ou le relativisme, l’étude met d’abord à mal la vision caricaturale d’une « Wallonie » résistante, en montrant la fracture politique et sociale croissante dans l’arrondissement, au fur et à mesure du durcissement de l’occupation. Il invite ensuite à dépasser les bornes chronologiques traditionnelles, entre Occupation, Libération et sortie de guerre, marquée par la pacification et la normalisation sociale. Car, tant en ce qui concerne les homicides attribués à la résistance, qu’en ce qui concerne les enquêtes et politiques judiciaires de répression des crimes, les moments et causes d’inflexion ne rentrent que partiellement dans ce triptyque classique. Le travail est enfin particulièrement riche par ses apports quant à une histoire sexuée du conflit9. Car sont près de 40 % de femmes qui sont victimes des homicides. Elles sont par contre beaucoup moins présentes du côté des « exécuteurs ». La proportion est interpellante et renvoie sans aucun doute aux stéréotypes de genre, applicable aux collaborateurs supposés10. Sans aucun doute, elle illustre également la construction d’un processus d’affirmation d’une virilité au sein d’une société où les repères habituels se troublent11. À ces divers titres, le travail d’Amandine Thiry ne peut qu’intéresser toute personne s’intéressant à la reconstruction de l’État à l’issue du conflit. Exemple caractéristique d’une gestion publique et politique de la contestation du monopole étatique de la violence et du droit de tuer, il montre combien les réponses officielles à la problématique sont le fruit de compromis et d’accommodations nécessaires. Il contribue à une histoire nuancée des sorties de guerre enrichissant le processus de mémoire des témoins survivants par le travail d’enquête de l’historienne.

Notes

1 Sur ces notions, se reporter, entre autres à Marc Bergère, Jean Le Bihan (dir.), Fonctionnaires dans la tourmente. Épurations administratives et transitions politiques à l’époque contemporaine, Genève, Georg, 2009 ; Nico Wouters (dir.), Transitional Justice and Memory in Europe (1945-2013), Anvers/Cambridge, Intersentia Publishing, 2014.

2 Martin Conway, Les chagrins de la Belgique ; libération et reconstruction politique 1944-1947, Bruxelles, CRISP, 2015 ; Peter Schrijvers, Liberators : The Allies and Belgian Society, 1944-1945, Cambridge University Press, 2009.

3 Que l’on pense à l’affaire « Jan Jambon », en 2014 qui aurait justifié les « raisons de la collaboration », ou aux révélations sur le grand-père de Laurette Onkelinx en 2015, condamné pour avoir été bourgmestre de guerre.

4 D’après le titre de Philippe Bourdrel, L’épuration sauvage 1944-1945, Paris, Perrin, 1988. L’on parle maintenant d’épuration « extra-légale », nuançant beaucoup plus le propos.

5 Antoon Vrints, Het theater van de straat. Publiek geweld in Antwerpen tijdens de eerste helft van de twintigste eeuw, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2011.

6 Xavier Rousseaux, Frédéric Vesentini, Antoon Vrints, « Violence and War : Measuring Homicide in Belgium (1900-1950) », in Sophie Body-Gendrot et Pieter Spierenburg, (eds.), Violence in Europe. Historical and Contemporary Perspectives, Springer, New York, 2008, p. 177-204.

7 Fabrice Maerten l’avait souligné dans son monumental ouvrage sur la Résistance Du murmure au grondement. La Résistance politique et idéologique dans la province de Hainaut pendant la seconde guerre mondiale (mai 1940 - septembre 1944), Mons, Analectes d’Histoire du Hainaut, 1999, 3 vol. D’autres recherches récentes, menées sur les fonds judiciaires de l’arrondissement confirment ces tensions. Clément Bourguignon, « Une infime poignée de traitres », La répression de la collaboration des mineurs d’âge dans l’arrondissement judiciaire de Mons, à la fin de la Seconde Guerre mondiale (1944-1948), Louvain-la-Neuve, 2012 (UCL, mémoire de maîtrise en histoire, inédit) ; Amandine Dumont, Entre justice militaire et justice ordinaire : l’épuration civique au sortir de la Seconde Guerre mondiale dans l’arrondissement judiciaire de Mons (1945-1961), Louvain-la-Neuve, 2012 (UCL, mémoire de maîtrise en histoire, inédit).

8 Jean-Marc Berlière, Frank Liaigre, Ainsi finissent les salauds : séquestrations et exécutions clandestines dans Paris libéré, Paris, Robert Laffont, 2012.

9 Voir à ce propos Marc Bergère, Luc Capdevila (dir.), Genre et événement. Du masculin et du féminin en histoire des crises et des conflits, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006

10 Pour la Belgique, Mathieu Roeges, « “Perverse, dangereuse, intrigante...”. Les stéréotypes entourant la femme incivique à travers les procès des condamnées à mort par la justice belge après la Seconde Guerre mondiale », in Cahiers d’histoire du temps présent, n° 20, 2008, p. 195-232.

11 Confirmant ainsi l’analyse française de Fabrice Virgili, La France « virile ». Des femmes tondues à la Libération, Paris, Payot et Rivages, 2000.

© Presses universitaires de Louvain, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search