Version classiqueVersion mobile

Mons dans la tourmente

 | 
Amandine Dumont
, 
Amandine Thiry
, 
Xavier Rousseaux
, 
et al.

Conclusion

Fabrice Maerten

Texte intégral

1Au terme de cet ouvrage, il est sans doute utile de rappeler les principaux objectifs poursuivis par ses auteurs. Il s’agissait, à travers le prisme judiciaire, de comparer d’une guerre à l’autre dans quelle mesure les différents pouvoirs en place pendant et après l’Occupation avaient réussi à maintenir l’ordre au sein d’une population soumise aux profonds déséquilibres inhérents à tout conflit. Par ce biais, on pouvait aussi espérer mieux cerner les rapports de force entre les divers détenteurs de pouvoir et, in fine, accéder à une meilleure compréhension des relations sociales et des conditions de vie dans les régions du Borinage et du Centre pendant les guerres mondiales et au lendemain de celles-ci.

2Comme dans la plupart des œuvres collectives, ces objectifs ambitieux n’ont pu qu’être partiellement atteints. D’abord, l’arrondissement judiciaire de Mons ne constitue le cadre que de la moitié des six articles. Un autre couvre tout le Hainaut et les deux derniers se rapportent soit à l’arrondissement administratif, soit à la région de Mons-Borinage. L’un d’entre eux concerne d’ailleurs une affaire dont l’épicentre se situe dans le Borinage qui constitue donc, sur le plan géographique, l’épine dorsale de l’ouvrage.

3À cette limite géographique s’ajoute une autre, chronologique. En effet, quatre des six articles concernent la Seconde Guerre mondiale, ce qui atténue considérablement la capacité de comparaison entre les deux guerres et même, la formulation d’hypothèses relativement bien étayées pour la Première Guerre mondiale. Seul, en définitive, le texte de Guillaume Baclin sur la justice militaire et la répression de l’incivisme en Hainaut (1918-1919) permet une comparaison avec des cas analogues présentés pour l’après 1945. Encore le tableau dépeint à ce sujet pour le second conflit est-il beaucoup plus riche puisqu’il se base sur trois contributions. Il n’empêche : similitudes et différences se perçoivent bien à la lecture de ces quatre articles.

4Côté similitudes, on retrouve le même souci des instances judiciaires de répondre aux attentes d’une population désireuse d’une justice rapide et rigoureuse, tout en évitant de sombrer dans l’arbitraire. En outre, lorsque la pression populaire s’atténue et avec elle, les risques de déstabilisation, cette même justice paraît se montrer moins sévère vis-à-vis des personnes poursuivies. Il est aussi manifeste que tant après 1918 qu’après 1944, la population cherche un exutoire aux rancœurs accumulées pendant l’Occupation et qu’en fin de compte, dans les deux cas, elle est déçue par une justice qu’elle estime lente, inéquitable et indulgente envers les "inciviques". On perçoit aussi un même désir de vengeance vis-à-vis de ceux qui n’ont pas partagé les souffrances de la grande majorité. Dès lors, tout comportement douteux, illégal ou non, est stigmatisé. Sont particulièrement soumis à la vindicte populaire ceux qui se sont enrichis pendant la guerre. Une comparaison avec d’autres régions du pays permettrait de déterminer si cette rancune vis-à-vis des "enrichis" est particulièrement vive dans les zones où les antagonismes sociaux sont forts, comme dans le Borinage ou le Centre, ou si c’est un phénomène général. Outre l’appât du gain, est aussi voué au pilori ce qui est perçu comme trahison de la patrie et méchanceté.

5Ceci dit, les différences sont aussi frappantes. D’abord, la justice militaire assure, seule, la répression de la collaboration après la Seconde Guerre mondiale, alors qu’elle s’efface après quelques mois au profit des tribunaux civils à l’issue de la Grande Guerre. Cela peut, à première vue, paraître étonnant vu que, comme le montre Guillaume Baclin, les militaires sont considérés en 1918 comme des héros, alors que leur réputation est flétrie en 1944 par l’humiliante campagne des dix-huit jours. Ce serait oublier que les atteintes à la Sûreté de l’État sont du ressort des tribunaux civils en temps de paix (l’état de guerre est levé en septembre 1919), sauf après la Seconde Guerre mondiale. En effet, en mai 1944, le gouvernement belge à Londres adopte un arrêté-loi confiant aux juridictions militaires la compétence en matière de Sûreté de l’État, estimant que les juridictions répressives ordinaires et les parquets ne seraient pas à même d’assurer leur tâche de manière adéquate au cours des opérations militaires.

6Ensuite et surtout, malgré l’imprécision des chiffres relatifs à l’ampleur globale de la répression après la Première Guerre mondiale due aux destructions par le feu de grand nombre de dossiers judiciaires en mai 1940, celle-ci paraît moins étendue et moins sévère qu’après 1944. Une des raisons de cette différence d’échelle et de rigueur est que les cas de collaboration avec l’occupant sont sans doute objectivement moins nombreux en 1914-1918. En outre, l’arsenal pénal s’est étoffé et renforcé entre les années 1920 et septembre 1944. Ce durcissement reflète la volonté des pouvoirs publics de répondre à l’amertume d’une grande partie de la population ; beaucoup en effet estiment que la justice s’est montrée trop clémente à l’égard des "traîtres" après la Première Guerre mondiale et que cette mansuétude a permis à certains de récidiver. Le raidissement observé témoigne aussi de la détermination de l’État belge à s’en prendre de manière plus énergique à une collaboration estimée plus dangereuse, car non seulement plus massivement politique, mais aussi militaire et policière. En outre, la violence développée vers la fin de la seconde Occupation par une partie des collaborateurs, pousse la population et les juges à se montrer peu enclins à l’indulgence quelques mois plus tard. Enfin, comme nous le verrons, la sévérité de la répression est un bon moyen, pour l’État, de restaurer son autorité.

7L’importance de la collaboration politique transparaît tant dans l’article de Clément Bourguignon sur la répression de la collaboration des mineurs d’âge que dans celui d’Amandine Dumont sur l’épuration civique. La contribution de Julie-Anaïs Rose et Xavier Rousseaux sur l’affaire Chéron est quant à elle particulièrement exemplative de l’explosion de la collaboration armée dans la région vers la fin de la seconde Occupation.

8De manière générale d’ailleurs, les articles sur le second conflit mondial évoquent une violence entre occupés qu’on ne retrouve pratiquement pas en 1914-1918. Alors qu’à cette époque, la lutte armée oppose quasi exclusivement les soldats du front et que la population paraît faire bloc derrière l’armée belge, une profonde fracture se manifeste parmi les habitants du Borinage et du Centre quelque 25 ans plus tard. Elle apparaît dans l’article de Julie-Anaïs Rose et Xavier Rousseaux, mais aussi dans celui d’Amandine Thiry sur les homicides attribués à la résistance. Novatrice, car s’appuyant sur un type de sources non encore exploité permettant de briser des tabous tenaces, cette contribution montre bien que la violence légale, toujours plus accaparée par l’occupant et les tenants de la collaboration armée au détriment des pouvoirs belges, est concurrencée à la fin de l’Occupation par le contre-pouvoir que représente alors la résistance. La justice belge perdant alors son rôle modérateur, la région est confrontée à l’été 1944 à une vague de violence inouïe, pratiquement inégalée en Belgique, si ce n’est peut-être dans certaines parties du Limbourg.

9La répression orchestrée par les nazis et les groupes policiers et paramilitaires de la collaboration contre les résistants et les réfractaires au travail obligatoire s’étend en effet dans le chaos de l’été 1944 à de nombreuses victimes touchées au hasard. Y réplique de manière parfois aussi anarchique une partie de la résistance assoiffée de vengeance et pas toujours exempte d’éléments opportunistes.

10Amandine Thiry le montre bien lorsqu’elle énumère, parmi les catégories de victimes, non seulement les collaborateurs avérés, mais aussi ceux qui fréquentent de trop près les Allemands, les enrichis et les nantis, les résistants bandits et imprudents, les renégats et agents doubles, et enfin les victimes de haine personnelle. Le grand nombre de jeunes et d’ouvriers parmi les auteurs présumés des homicides n’a pas de quoi vraiment étonner, compte tenu du rôle dévolu dans la résistance à la jeunesse et à la part importante des ouvriers dans la population active de l’époque. Par contre, il est remarquable de constater que près de la moitié des victimes sont des femmes, pourcentage nettement plus élevé que dans d’autres régions et supérieur au taux de collaboration féminine fourni dans d’autres articles. Cette « anomalie » peut en partie s’expliquer par la plus grande vulnérabilité des femmes et la proximité d’un certain nombre d’entre elles avec les Allemands et les collaborateurs. Une analyse plus approfondie du contexte social et des mentalités de l’époque serait cependant nécessaire pour tenter de comprendre pourquoi tant de femmes sont victimes de la résistance dans le Borinage et le Centre.

11 L’article d’Amandine Thiry témoigne aussi de la difficulté pour le monde judiciaire belge d’enquêter sur ces actes illégaux, mais non estimés illégitimes par une grande partie de l’opinion publique. Et si les obstacles rencontrés sous l’Occupation sont énormes – ingérences de l’occupant, manque de moyens matériels et humains, loi du silence –, la situation s’améliore à peine à la Libération. En effet, le voile sur ces crimes est généralement maintenu par une population qui les approuve tacitement ou craint les représailles des organisations de résistance. De son côté, la justice est partagée entre son désir de restaurer l’autorité de l’État et celui de préserver le calme. Et la peur des troubles sociaux fera qu’elle n’osera pas trop se pencher sur les crimes imputés à la résistance.

12Comme l’expliquent les auteurs, la violence constatée dans la région à la veille de la Libération est liée à un contexte de dislocation sociale et de faiblesse des autorités locales typique des fins de guerre. Mais peut-être n’insistent-ils pas assez sur le poids des contingences politiques et en particulier de la lutte sans merci engagée à partir de l’automne 1943 par les communistes contre les rexistes, qui amplifie le phénomène. Ce combat implacable pousse en effet peu à peu l’ensemble des forces de la résistance et de la collaboration, touchées par la terreur et la contre-terreur, à se radicaliser et à contribuer fortement au climat de violence extrême régnant dans la région à l’été 1944.

13En outre et contrairement à ce que Guillaume Baclin constate après novembre 1918, si les faits de violence à l’encontre des collaborateurs présumés diminuent fortement à partir de septembre 1944, ils ne sont tout de même pas rares à l’automne 1944 et lors du retour des prisonniers politiques et des collaborateurs d’Allemagne au printemps 1945. Fort heureusement pour les autorités belges, la résistance (même celle d’extrême gauche) cède de manière générale assez vite (au plus tard en novembre 1944) aux structures étatiques les prérogatives qu’elle s’était arrogées à la fin de l’Occupation. Elle se contente de faire pression sur la justice pour une répression rapide et sévère, comme l’avaient fait 25 ans plus tôt les anciens combattants, auréolés de leur prestige acquis dans les tranchées. Le pouvoir de la résistance tient, il est vrai, au soutien qu’elle a obtenu de la population ; or celle-ci préfère s’en remettre aux instances légales pour restaurer le calme nécessaire à son bien-être. Une preuve que seul l’affaiblissement momentané des forces publiques lié aux circonstances particulières de l’Occupation avait conduit les Hennuyers à se mettre sous la protection de la résistance en plus de celle, jugée alors aléatoire, des instances légales. Mais cette confiance restaurée en la justice est, pour la population, conditionnée à la mise en œuvre d’une répression impitoyable contre les collaborateurs, en particulier contre ceux qui ont du sang sur les mains, comme le montre l’analyse du procès de la bande Chéron. La vague épuratrice qui déferle au lendemain de la Seconde Guerre mondiale n’atteint cependant pas, comme en 1914-1918, que les grands collaborateurs. La preuve en est fournie par l’article de Clément Bourguignon qui montre que certains mineurs d’âge sont aussi parfois durement touchés, en particulier par des mesures d’éloignement de leur famille via un placement en institution. En outre, Amandine Dumont établit, chiffres à l’appui, combien l’épuration civique, censée être une mesure secondaire destinée à réprimer les cas « légers » de collaboration, frappe en réalité de plein fouet des centaines de personnes du Borinage et du Centre, réduits par la déchéance des droits civils et politiques au statut de citoyen de seconde zone. Ces deux contributions attestent enfin que les séquelles de la répression s’étendent sur de nombreuses années. On ne peut évidemment que regretter de ne pas pouvoir effectuer de comparaison avec l’après Première Guerre mondiale, faute d’article traitant de la question après 1919.

14L’ouvrage permet de percevoir combien tant après le second conflit mondial qu’à l’issue de la Grande Guerre, la justice belge parvient assez vite à se réapproprier le monopole de la légitimité de l’exercice de la violence et à assainir les relations sociales dans le Borinage et le Centre. Par contre, le principal angle d’approche utilisé, celui de la vision des autorités judiciaires belges à travers les archives constituées après les deux guerres dans le cadre de la répression de la collaboration, n’autorise qu’une perception indirecte et lacunaire de la situation vécue sous l’Occupation. En effet, si ces dossiers en disent long sur l’accaparement d’une partie du pouvoir par des éléments collaborateurs ainsi que, pour la Première Guerre mondiale, sur la misère qui règne alors, ils sont beaucoup moins diserts sur l’occupant, les autorités belges, la résistance et, pour la Seconde Guerre mondiale surtout, sur la population dans son ensemble sous la botte allemande.

15D’autres archives, elles aussi essentiellement judiciaires, mais datant cette fois de l’Occupation, permettent de compléter partiellement ces lacunes. Cette constatation vaut cependant surtout pour le second conflit mondial. Ainsi, il n’est guère possible de comparer l’attitude et les stratégies développées par la justice belge sous les deux occupations, le sujet n’étant traité que pour 1940-1945. Nous avons déjà évoqué à ce propos la relative impuissance des autorités face aux attentats de la résistance (article d’Amandine Thiry), sentiment que l’on perçoit aussi de manière sous-jacente dans la contribution de Julie-Anaïs Rose et Xavier Rousseaux sur l’affaire Chéron vis-à-vis de la collaboration. Présent uniquement en filigrane dans plusieurs contributions relatives à la Seconde Guerre mondiale, l’appareil répressif allemand est par contre étudié en profondeur pour 1914-1918 par Emmanuel Debruyne. Cependant, si les archives des polices allemandes sur lesquelles s’appuient principalement son étude permettent une description détaillée des différentes structures policières à l’œuvre dans la région, elles sont relativement imprécises sur leur action et leurs priorités. D’autres documents comblent en partie ces lacunes, surtout pour ce qui a trait à la lutte contre l’espionnage en faveur des alliés. Il s’avère toutefois difficile de tirer un bilan global de la répression menée, même si elle semble peu à peu moins se focaliser sur la lutte contre les réseaux de renseignement pour se concentrer sur les atteintes aux lois et règlements en matière d’organisation de la vie économique, dans un environnement marqué par une pénurie croissante. En outre, la répression paraît plus limitée et moins brutale qu’en 1940-1945, sans doute en partie du fait des nombreuses modifications subies en quatre ans dans l’appareil policier.

16Il est vrai aussi que la résistance se limite en 1914-1918 à des actions non violentes et qu’elle est relativement peu répandue dans une population au bord de la famine et donc en premier lieu soucieuse de subvenir à ses besoins vitaux.

17De manière générale, l’ouvrage aura donc non seulement permis de mieux comprendre les ressorts profonds du fonctionnement de la justice à Mons au lendemain des deux guerres mondiales, mais aussi de plonger, par le biais des sources judiciaires, dans la réalité complexe des rapports de force entre les différents détenteurs de pouvoir de ces périodes de guerre et d’immédiat après-guerre. Il reste évidemment à espérer que ces résultats prometteurs encouragent d’autres recherches sur le même thème. Car comme nous l’avons vu, de nombreuses zones d’ombre subsistent encore, surtout pour ce qui a trait à la Première Guerre mondiale.

Auteur

(Centre d’étude Guerre et Sociétés)
Défendu en 1996 une thèse de doctorat en histoire sur la résistance politique et idéologique dans la province de Hainaut pendant la Seconde Guerre mondiale (Université catholique de Louvain). Il est depuis le 1er janvier 2011 à la tête du secteur Documentation du Centre d’étude Guerre et Sociétés (CegeSoma). Ses champs d’investigation principaux sont la résistance et le monde catholique en Belgique pendant la Seconde Guerre mondiale.

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search