Version classiqueVersion mobile

Mons dans la tourmente

 | 
Amandine Dumont
, 
Amandine Thiry
, 
Xavier Rousseaux
, 
et al.

Deuxième partie. Deuxième Guerre mondiale

« Et voici celui qui faisait trembler le Borinage »

La « bande » Chéron devant la justice (septembre 1944-28 février 1947)1

Julie-Anaïs Rose et Xavier Rousseaux

Texte intégral

  • 1 Cette recherche a été menée par Julie-Anaïs Rose dans le cadre de son mémoire de licence en histoir (...)
  • 2 Palais de Justice, Bruxelles (dorénavant cité PJ), Auditorat général militaire (dorénavant cité AGM(...)
  • 3 Rappelons que la région fut libérée entre le 1er et le 3 septembre. Yves Bourdon et al., La poche d (...)

1Le 2 ou 3 septembre 1944, un convoi de six voitures et un camion vient chercher à l’hôpital Saint-Ferdinand de Jemappes, alors sous contrôle allemand (Kriegslazarett), Eugène Massaer, membre de la formation B. Celui-ci a été blessé de deux balles dans la cuisse en protégeant le bourgmestre rexiste de Quaregnon Gabriel Chéron. À bord de ce convoi, Chéron, entouré de fidèles et de quelques gardes du corps ainsi que de leurs familles, se dirige vers la frontière du Reich2. Dès le 4 septembre, résistants et agents de la Sûreté de l’État commencent une chasse à l’homme pour retrouver les principaux membres de ce que la presse clandestine boraine appelle la « bande Chéron », un groupe de collaborateurs particulièrement acharnés3.

1. Collaboration armée et justice belge

  • 4 Philippe Maes, Brigade A. Bande Duquesne. Quinze mois de terreur policière sur le Centre, Houdeng-A (...)
  • 5 Albert Lobet, Collaboration policière sous l’Occupation : La Brigade B de Charleroi (« police Merlo (...)
  • 6 Fabrice Maerten, Du murmure au grondement. La Résistance politique et idéologique dans la province (...)

2Une des formes de collaboration avec l’occupant pratiquée en Wallonie est la collaboration militaire. « Prendre les armes contre la Belgique ou un de ses alliés » sera une attitude conduisant à des poursuites judiciaires sévères de la part de la justice belge. Une telle attitude peut se manifester de diverses manières. La collaboration policière tombe sous le coup de la définition, au même titre que l’enrôlement dans des formations paramilitaires (NSKK) ou militaires de l’occupant (légion Wallonie, SS). Ces pratiques policières touchent en particulier le Hainaut à travers les membres des forces de police, montées par les mouvements d’Ordre nouveau (Vlaamse Wacht, Garde wallonne), la collaboration d’espionnage, d’arrestations et de torture au service d’une des officines de l’appareil occupant (SIPO/SD, Abwehr, Geheime Feldpolizei (GFP), Feldgendarmerie, Hilfsfeldgendarmerie), les services de protection des mouvements d’Ordre nouveau (département Sécurité et Information, Formation A [lutte contre les réfractaires], B [protection des personnalités] ou C de Rex) ou encore la formation de polices autonomes nées dans le giron de la nomination de bourgmestres d’Ordre nouveau. La porosité entre ces groupes et les forces occupantes est réelle. La « brigade A4 » dans la région du Centre ; la « police Merlot5 » à Charleroi ; la bande « Jayé » (Gardes wallonnes) et la bande « Laitat » (Sécurité et Information) à Mons s’inscrivent en réseau avec le Kommando de Quaregnon. La montée de la tension avec les groupes résistants, ainsi que la perte de soutien de la majorité de la population entrainent ces groupes dans une spirale d’activités violentes où l’usage des armes à feu, le port de l’uniforme allemand, les arrestations et les interrogatoires musclés vont de pair avec les coups de main sanglants. Les Blocs regroupant des membres de divers groupes autour d’un chef, généralement un bourgmestre, fonctionnaient à Dour, Boussu, La Bouverie, Jemappes et Quaregnon. Parmi eux, le Bloc ou Kommando « Chéron » représentait un de ces noyaux durs de la collaboration violente. Une violence particulièrement forte dans les bastions industriels du Centre, de Charleroi et du Borinage6.

2. La capture

  • 7 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D I Abrassart 26, Dépositions de témoins. 16 novembre 1944, audition d (...)

3La première de la bande à être identifiée est la jeune Arthuria Abrassart qui tente de renouer avec sa famille et son réseau. Courrière du Front de l’Indépendance sous le pseudonyme de « Jeanine », elle est arrêtée par des rexistes accompagnés d’Allemands, le 28 juillet 1944 près de l’église d’Eugies, puis devient dans des circonstances obscures, la maîtresse de Marcel Destrain. Elle dénonce des camarades et est abandonnée par la bande, le 26 août à Douvrain. Elle est arrêtée à nouveau, mais par le Front de l’Indépendance cette fois, le 5 septembre. Aux dires d’un témoin, « à l’arrivée des alliés, on promenait Jeanine dans un camion avec les cheveux coupés7 ».

  • 8 Albert Monier, né en 1905, prit sa retraite en 1950. Archives de l’État, Mons, Procureur du Roi prè (...)
  • 9 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D I Delalieu, F I, n° 94, SE SE/PT Mons PV 00299, transmis à l’auditeu (...)

4Les principaux membres du groupe continuent la guerre avec les débris de Rex et la SS Wallonie en Allemagne. La fin du conflit signifie pour eux tôt ou tard le retour au pays, d’autant que les autorités belges confient à la Sûreté de l’État les investigations sur les agissements des collaborateurs. L’inspecteur principal Albert Monier, issu de la résistance, coordonne l’enquête sur les différents protagonistes de la « bande Chéron8 ». Peu à peu, ceux-ci sont identifiés, repérés, arrêtés. La plupart se livrent d’eux-mêmes en Belgique comme Maurice Moreau ou en Allemagne comme Léopold Delalieux, Durieux, Ernest Eglem père et fils. En exil dans l’Allemagne nazie, les hommes en état de se battre ont été enrôlés dans la SS. Marcel Destrain, engagé dans la SS Wallonie, se rend aux Américains. Un autre enrôlé, Durieux, est arrêté à Visé le 1er juin 1945. Quant à Pierre Ladrière, il est transféré dans un camp de prisonniers. Delalieux, dont l’unité SS n’arrive pas à Berlin encerclée par l’Armée Rouge, se sauve vers l’Ouest. Il rencontre Chéron à Lunde près de Hanovre et nanti par celui-ci d’une fausse carte d’identité, rentre en Belgique via Arlon où il se fait arrêter alors que Chéron peut continuer librement son chemin9. Eugène Massaer déserte de la SS puis est libéré par les Américains dans les environs de Hamel, avant de rentrer en Belgique par Liège le 23 mai 1945. À Charleroi, il se présente à l’hôtel de ville pour avoir une nouvelle carte d’identité, sans cacher son exil volontaire. Il sera arrêté par la police à son domicile le 6 juin 1945.

5Le sort des familles Eglem et Scauflaire est différent. Les pères, trop vieux pour être enrôlés, sont rapidement arrêtés. Les fils connaissent des parcours rocambolesques. Ernest Eglem fils, démobilisé de la Waffen SS pour raisons de santé, travaille dans une ferme. En mai 1945, des officiers de la Sûreté de l’État viennent arrêter son père.

  • 10 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D I Eglem, F V, n° 39, SE S.R/PT Mons, interrogatoire de Eglem fils pa (...)

J’ai fait remarquer que j’étais à arrêter également. Ils m’ont dit qu’ils n’avaient rien pour moi, que je pouvais rester. Quelques temps après, je suis allé personnellement trouver la Sûreté de l’État parmi lesquels se trouvaient le capitaine Gillain et le lieutenant Van den Plas. On n’a pas voulu m’arrêter et l’on m’a fait des papiers pour séjourner en Allemagne. Par après, je me suis présenté au rapatriement à Hamel pour finalement échouer à Clèves. Finalement, je suis revenu seul à Anvers, où l’on a bien voulu m’arrêter10.

  • 11 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D I Eglem, F V, n° 32, Rapport sur Eglem fils par le Capitaine Gillain
  • 12 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D I Ef, F V n° 25, Armée belge, Security service, note du lieutenant V (...)
  • 13 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D I Ef, F V n° 24, SE, PV 8167 transmis à l’auditeur militaire le 4 oc (...)

6Cette version est démentie par le capitaine Gillain : « à la Libération en avril 1945, [Eglem] travaillait dans une ferme. Il s’est présenté aux autorités anglaises. Il a continué à travailler dans la ferme et motive son retard à rentrer en Belgique pour des raisons de santé de sa mère qui l’accompagne11 ». Dans le dossier, une note du Lieutenant Van den Plas autorise Eglem fils, Arlette, Ernestine et Germaine Eglem née Dubois, à séjourner en Allemagne jusqu’à ce qu’il soit possible d’effectuer leur transport en Belgique. Eglem doit se mettre en rapport avec la Sûreté de l’État à Hameln Bodenwerder, le 4 octobre 194512. Apparemment, la confusion règne entre services puisqu’à la même époque, la Sûreté de l’État recherchait les Eglem en Italie et s’était adressée à cette fin aux services anglais13.

7Gustave Scauflaire père quitte une ferme près d’Hanovre juste avant l’arrivée des Américains et rentre en Belgique. Il répond aux enquêteurs que son fils a rejoint sa maîtresse allemande à Berlin et a disparu.

  • 14 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D II Gabriel Chéron, F X n° 92, 3 août 1945, SE police judiciaire n° 0 (...)

8Entre-temps, qu’est devenu le principal responsable du groupe, le bourgmestre Gabriel Chéron ? Son parcours est spectaculaire. Avec sa famille, il trouve refuge dans une ferme voisine de celle qui héberge les Eglem à Lunde dans la région de Hanovre. Parti avec un stock de cartes d’identité et le cachet de la commune de Quaregnon, il se fabrique une fausse carte d’identité au nom de Joseph Ronches et se fait pousser la moustache et un petit bouc14. « Je suis revenu en Belgique le 17 juin 1945, j’ai été contrôlé à la Sûreté de l’État d’Arlon, mais grâce à ma fausse carte d’identité je n’ai pas été arrêté. J’ai, le lendemain, embarqué dans un camion à destination de Bruxelles ». Il se dirige ensuite vers Namur où il prend le train vers le Borinage et arrive à Charleroi le 18, dans la soirée. À Piéton, il loge dans un hôtel en face de la gare. Le lendemain, il rend visite à son cousin Fernand L. à Trazegnies. Ce dernier, sur avis de la femme de Chéron, lui conseille d’aller se cacher à Anvers, où il trouverait un bateau à destination d’un pays étranger. Après deux nuits passées à Trazegnies, Chéron arrive au port d’Anvers le 21 juin vers 11 h. Sans argent belge et sans travail, il se rend à la bourse du travail où personne ne lui demande sa carte d’identité, puis à la Banque Nationale pour changer ses reichsmarks. Celle-ci étant fermée, il gagne différents magasins d’électricité, dont les propriétaires sont ses anciens fournisseurs. Il se présente sous un second faux nom, Bouchez, chez un électricien juif, Joseph A. Ce dernier lui demande s’il est un « noir » et sur ses dénégations, l’engage.

  • 15 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D II Gabriel Chéron, F X n° 42, SE, PV n° 1078, transmis à l’administr (...)
  • 16 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D II Gabriel Chéron, F I n° 9, SE SR/PT Mons PV n° 8446, rapport de Mo (...)

9Dans l’intervalle, l’inspecteur Monier piste un Gabriel Chéron que le zèle des patriotes fait voir partout. Un radiesthésiste amateur le localise « quelque part dans un rayon de 20 km d’Ath ». Des rumeurs persistent à le voir à Velaines dans le Tournaisis (déguisé en femme) ou encore dans une villa à Waulsort. Le Front de l’Indépendance croit identifier Chéron, Destrain, Delalieux et Brasseur à Quartes-lez-Tournai où le curé Duvivier, ancien de Quaregnon, les aurait reconnus. En réalité le curé aurait bavardé le 30 septembre 1944 avec deux individus désignés par le garde champêtre comme originaires de Quaregnon : « curiosité toute naturelle de ma part, étant donné qu’il s’agissait d’anciens paroissiens, je me suis entretenu avec deux de la bande. Ils m’ont dit être de Quaregnon, que la misère était grande dans le pays, que l’on ne trouvait pas d’occupation et qu’ils cherchaient de l’occupation dans les fermes ». Il ne reconnait pas les membres de la « bande Chéron »15. À ce moment Chéron est en Allemagne. Près d’un an après la Libération, une information arrive à la Sûreté : la femme de Chéron se cacherait à Bruxelles et ce dernier travaillerait comme électricien à Anvers. Une vaste enquête est alors menée dans toute la province d’Anvers. On croit le repérer parmi un groupe de Wallons à Broechem où il est confondu avec un certain van Deuren. Néanmoins l’étau se resserre : le 25 septembre, un homme correspondant au signalement de Chéron aurait été vu à la gare de Balen-Neet ; il y aurait pris un coupon de chemin de fer pour Houdeng-Goegnies. Les inspecteurs de la Sûreté se rendent le 9 octobre chez Georges P., un cousin de Chéron habitant la commune. Interrogé, il autorise la police à perquisitionner sa maison. Son épouse avoue avoir « fourni les renseignements à Quaregnon concernant Chéron et son épouse » et précise que cette dernière se cachait à Bruxelles. En outre, elle signale qu’un cousin, Fernand L. de Trazegnies, a visité plusieurs fois Mariette G. à Bruxelles. À Trazegnies, l’épouse de Fernand L., Henriette M., autorise les policiers à perquisitionner chez elle. Ces derniers y découvrent une lettre d’une des filles Chéron, placée en orphelinat à Bruxelles. Fernand L., rentré sur ces entrefaites, est arrêté ainsi que sa femme, puis écroué à Mons. « Pressé de questions, L. Fernand nous déclare avoir rendu visite à Chéron au début de septembre à l’atelier où il travaillait, soit au n° 47 rempart Sainte Catherine à Anvers. Nous nous rendons immédiatement à Anvers à l’adresse indiquée où nous arrêtons Chéron qui s’y cachait sous le nom de Bouchez Pierre ». Son patron est également arrêté. Il dira ignorer que son employé était recherché par la police16.

  • 17 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D IV Chemise jugement et appel, n° 231 à 234, 24 janvier 1946, SE SR/P (...)

10Ainsi à la date du 10 octobre 1945, seul parmi les membres présumés de la bande, le fils Gustave Scauflaire est introuvable, disparu selon les apparences à Berlin avec une infirmière allemande. En réalité, il s’agit d’une fausse piste. L’inspecteur Monier continue la traque et retrouve la trace du fils Scauflaire grâce à une lettre que celui-ci a envoyée à sa tante pour donner de ses nouvelles. Scauflaire fils signe du nom du chien qu’il possédait durant la guerre et écrit à sa tante qu’elle peut envoyer la réponse à Mademoiselle B. à Montpellier. Les policiers belges se rendent à Montpellier. Albert Monier y apprend par Jeanne B. que Scauflaire habite à Perpignan. Il y est immédiatement arrêté par la police française, le temps que les policiers belges arrivent sur place. Scauflaire explique que durant les trois mois d’occupation de Wolfenbüttel par les Américains, il ne fut pas inquiété. Mais avec l’arrivée des Anglais, les étrangers sont tenus de rentrer dans leur pays. Scauflaire prend une bicyclette et s’enfuit vers la France. Il est conduit au centre de rapatriement de Strasbourg : « je me fis passer pour français et orphelin. Un médecin m’examina et vu mon état diagnostiqua que le climat du midi me serait préférable17 ». Il demande donc d’être envoyé à Perpignan où il a des connaissances, fait une déclaration de perte de ses papiers ce qui lui permet d’en avoir de nouveau au nom de Paul Dubois, né à Dieppe. Apprenant que son procès commence le 4 mars à Mons, il demande d’être librement rapatrié avec les inspecteurs en Belgique où un mandat d’arrêt lui est signifié le 15 février 1946.

  • 18 Julie-Anaïs Rose, La "bande Chéron" : essai de compréhension de l’incivisme et des réactions qu’il (...)

11Avec la capture de Gustave Scauflaire fils, l’ensemble des suspects est sous les verrous. Mais l’instruction des crimes qui leur sont reprochés n’a pas attendu la capture du chef. Les plaintes ont afflué dès la Libération. Près de 120 concernent des faits attribués à Chéron et ses hommes. Elles sont cependant peu détaillées et portent surtout sur des vols et des dénonciations. Une petite dizaine de plaintes plus précises figurent au dossier. Deux dossiers de plaintes (DIII et DIV) et d’instruction (DI et II) permettent de synthétiser la plupart des faits qui leur seront reprochés devant le Conseil de guerre18.

12À ce stade, trois enseignements peuvent être tirés du dossier. Les cadres rexistes n’avaient guère préparé leur fuite et encore moins l’hypothèse d’une occupation alliée de l’Allemagne. Chéron, en tant que bourgmestre, avait bien emporté des cartes d’identité et le cachet de la commune, mais les fausses cartes étaient aisément reconnaissables. Chaque membre de la bande est laissé à lui-même, une fois leur Chef (Léon Degrelle) envolé en Espagne. Au Borinage et probablement de manière plus large à l’échelle de la Wallonie, il n’y a pas de réseau clandestin de repli pour les rexistes. D’autant que l’afflux de plaintes et l’arrestation de nombreux sympathisants rexistes génèrent un flux d’information continu. Malgré les fausses pistes, il n’est guère difficile d’identifier ces partisans visibles de l’ordre nouveau et leur réseau. Enfin, les groupes résistants et la Sûreté se livrent à une concurrence dans la « chasse aux collabos ». Membre de l’Armée Secrète, l’inspecteur Monier dispose d’un double réseau d’information, celui de ses camarades et celui de l’État belge, soucieux d’une rapide relégitimation. Mais comment Chéron et ses hommes ont-ils pu à ce point cristaliser la haine contre eux ?

3. Le « kommando Chéron » en action (1942-1944)

  • 19 Martin Conway, Degrelle : les années de collaboration, Bruxelles, Labor, 2005.
  • 20 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1, p. 87 et suivantes.

13L’implantation du parti rexiste dans le Borinage est relativement forte. L’accord entre le VNV et Rex sur la répartition des monopoles politiques en Flandre et en Wallonie et la marginalisation des autres groupes collaborateurs permettent à Rex d’envisager une implantation dans les structures politiques locales, notamment via la loi de rajeunissement des cadres de 1941, qui provoque la mise à l’écart de nombreux bourgmestres d’avant-guerre. C’est le cas à Quaregnon où Georges Plumat, le maïeur socialiste, est mis à la retraite. Le 22 avril 1942, Gabriel Chéron, sympathisant rexiste depuis 1936, est nommé bourgmestre par Romsée, le secrétaire général de l’Intérieur, avec l’aval des Allemands. Marcel Destrain devient secrétaire communal faisant fonction et Achille Dieu devient échevin. À partir de janvier 1943, Léon Degrelle arrime le mouvement au Reich, ce qui ne plait pas à une frange conservatrice, royaliste et nationaliste belge du parti19. Néanmoins Chéron semble plus préoccupé de s’introduire dans l’appareil administratif belge, comme la plupart des cadres politiques du cercle de Mons. En 1943, moins de 40 % des bourgmestres en place au début de la guerre sont encore en fonction. Dans les communes de plus de 5000 habitants, il n’en subsiste plus aucun. Au total, 23 communes de cette région furent dirigées par un bourgmestre rexiste20.

14L’instauration du travail obligatoire dans le Reich, le 6 octobre 1942, entraine des tensions entre les administrations belge et allemande à propos de la recherche des réfractaires. Le procureur du Roi de Mons, Maurice Schmit, prend une attitude très ferme en la matière. Au titre de la police judiciaire, il demande aux polices locales de ne pas coopérer à la recherche des réfractaires. Chéron s’oppose fortement à lui (et le dénonce aux autorités allemandes). De même, il s’attire l’opposition du commissaire de police Jean-Baptiste Reghem et du garde champêtre Amand, qui refusent d’appliquer les ordonnances allemandes en la matière.

  • 21 Nico Wouters, Oorlogsburgemeesters 40/44 : lokaal bestuur en collaboratie in België, Tielt, Lannoo, (...)

15Face à l’augmentation des attaques de résistants, le parti réorganise ses militants en cellules. Le 7 octobre 1942, le bourgmestre structure son groupe rexiste. Cette cellule est le noyau de ce que les Borains désignent sous le nom de « bloc de Quaregnon » ou « Kommando Chéron ». Elle devait faire partie du Département Sécurité et Information (DSI) de Rex créé pour lutter contre les résistants, mais fut considérée par Lambillion, le chef du DSI, comme un « kommando indépendant » dès juin 1943. Autour du trio de base Chéron, Destrain et Scauflaire, vont graviter des gardes du corps dont la fonction est de protéger le bourgmestre et le secrétaire, des Hilfgendarmes ou policiers auxiliaires et des Feldgendarmes mis à la disposition de Chéron par l’occupant. D’autres blocs sont mis en place dans la région, autour des communes dominées par des bourgmestres rexistes : Dour, Wasmuel, Hornu, Mons, etc21. À Quaregnon, un groupe se forme autour de Destrain et Scauflaire, responsables de la police et de la propagande, pour organiser des opérations nocturnes de contrepropagande. Il s’agit alors de lutter contre la résistance sur son terrain, par des tracts et la protection des installations menacées.

  • 22 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D II Cour militaire, 15 décembre 1946, Procédure en cause de Massaer, (...)

16L’étape suivante est le regroupement des rexistes et de leurs familles en un « bloc » d’habitat Grand’Rue. Le bloc devient un espace physique clos. La circulation est réglementée dans les rues avoisinantes. Un poste de garde est installé, systématiquement occupé par des policiers jugés sympathisants au régime. Le « fort Chéron » est même renforcé par l’occupation de la maison voisine par des Feldgendarmes à l’été 1944. Or c’est à cette période que l’action de la « police » rexiste devient plus brutale. Les perquisitions se multiplient. Le bourgmestre participe à des arrestations, menées par Destrain, les Scauflaire et les Eglem, soutenus par des membres de la formation B et des Feldgendarmes. Il en résulte des violences, parfois mortelles. Pour le substitut du procureur du roi, Robert Siméon, la formation des blocs « constitue le dernier stade d’une longue évolution et mise au point de l’appareil militaire dont a été doté le parti rexiste en vue de faire face aux dangers provenant de ses ennemis du front intérieur […] en avril 194222 ». L’isolement physique et relationnel des rexistes contribue à la montée de la violence physique qui culminera en juillet et août 1944.

4. Des dénonciations aux arrestations sanglantes

17L’analyse globale des plaintes de l’affaire Chéron met en évidence le processus d’emballement de la violence entre groupes collaborateurs et résistants. La majorité des actions de la bande se déroulent dans le Nord-Ouest de Mons ainsi qu’à Quaregnon (un quart des faits), Boussu, Wasmes, Pâturages, Warquignies et La Bouverie. L’activité est la plus forte dans les dernières semaines de l’Occupation. Arrestations, vols, brutalités aux fins de dénonciations et dénonciation aux autorités allemandes constituent les principaux griefs. Sur 298 plaignants, 217 sont de sexe masculin et 65 de sexe féminin. 89 plaignants dont 23 femmes se déclarent résistants. Un peu moins de la moitié se réclament de l’Armée Secrète Belge (ou Armée blanche), 17 % du Front de l’Indépendance, 4 % des Partisans Armés.

  • 23 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D III Plainte Dehon, PV du commissaire Pèlerin, du commissaire adjoint (...)
  • 24 Service public fédéral, Bruxelles (dorénavant cité SPF), Sécurité sociale, DG des Victimes de la Gu (...)

18Marcel Dehon est la première victime du groupe. Il fait l’objet d’une inculpation pour tentative d’homicide volontaire et avec prémédication sur Achille Dieu, le 12 novembre 1943. La justice belge éteint l’action publique le 24 janvier 1946, sur le constat du décès de l’inculpé le 28 avril 1944. En réalité, Marcel Dehon a voulu tirer sur l’échevin rexiste de Quaregnon ainsi que sur Chéron et Destrain. À l’issue de l’échange de tirs, Dehon est blessé et transporté par la police locale à l’infirmerie de la localité. La Geheime Feldpolizei débarque en plein interrogatoire. Elle interrompt l’enquête, transfère le blessé à la clinique du Pont-Canal à Jemappes, saisit ses papiers, son arme et son vélo et fait déchirer le procès-verbal23. Convoqués à Bruxelles le premier avril 1944, Chéron et Destrain témoignent au procès de Dehon, condamné à mort le même jour « du chef d’aide à l’ennemi apportée en commun, tentative de meurtre, actions terroristes contre des personnes collaborant loyalement avec la force occupante […] ». Celui-ci sera exécuté à Saint-Gilles le 28 avril 1944, dans un groupe de vingt « terroristes », suite à un attentat mortel sur deux SS wallons revenus de Tcherkassy24. Il s’agit du premier décès attribué à l’action de la « bande ».

19À partir du 21 juillet 1944, commencent une série d’attaques sanglantes, qui conduiront à huit homicides attribués directement à la « bande Chéron ». L’école du Quesnoy à Wasmes, vide de ses élèves, est transformée en centre de détention, d’interrogatoires musclés et de torture. Dans la nuit du 21 juillet 1944, Henri Lechien oublie une lampe allumée dans sa maison. Une patrouille allemande l’aperçoit et sonne chez lui pour lui rappeler le couvre-feu. À ce moment, le réfractaire qui logeait chez Lechien, Émile Ballez, prend peur et s’enfuit. Ils sont tous deux arrêtés par la patrouille qui les conduit à Wasmes. En cours de route, ils rencontrent Chéron, Scaufflaire, Destrain, Eglem fils et Bertrand Bonjean revenant d’une tournée de surveillance des monuments aux morts. Ces derniers ramènent les deux prisonniers chez Lechien. L’épouse de ce dernier confie à Chéron, selon des consignes reçues de son mari, qu’un parachutiste blessé se trouve à l’étage et que son mari comptait le remettre le lendemain aux autorités. Lechien est en effet le chef de la Défense aérienne passive (DAP), organisme qui travaille sous couverture rexiste. Il demande à sortir pour quelques instants et tente de s’enfuir par la cour. Des coups de feu éclatent, blessant mortellement Lechien. Son corps ne sera retrouvé que le lendemain. Ballez sera violemment interrogé, conduit à la prison de Mons, puis au camp de Beverlo.

  • 25 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D I. F. Conclusion du ministère public, 13 janvier 1947, bloc et komma (...)
  • 26 Un autre homicide reste difficile à prouver. Le 15 août, Émile Bouillez passe devant la maison du b (...)

20La nuit du 28 au 29 juillet, la bande se rend chez Gilbert Annart, résistant connu sous le nom de « Diogène ». Ils n’y trouvent personne et se rendent donc chez les parents d’Annart. Entendant un bruit sur le toit, l’un d’entre eux tire et blesse Annart à la cuisse. Celui-ci n’est pas soigné tout de suite, il décède de ses blessures à l’hôpital Saint-Ferdinand. Après la Libération, son corps sera retrouvé dans le charnier de Jumet. Le 30 juillet, c’est au tour d’Hector Vilain, alias commandant André, responsable du recrutement et du contrôle de l’intendance dans les Partisans Armés, de recevoir la visite matinale de la bande. Vilain essaie de s’enfuir par l’arrière de l’immeuble, mais celui-ci est cerné et l’épouse Vilain voit son mari étendu les jambes pendantes sur un toit vitré. Il sera transporté agonisant à Saint-Ferdinand. Son cadavre sera retrouvé après la Libération dans le même charnier25. La nuit du 30 juillet, une maison de Thulin est assiégée par les rexistes accompagnés d’Allemands. Sept réfractaires sortent après un siège. Robert Debondridder est abattu par un officier allemand accompagnant des membres de la « bande », tandis qu’un dernier réfractaire, Victor Decat, qui tente de s’enfuir, est abattu au grenier. Leurs deux corps seront retrouvés au charnier de Jumet26.

21Mais le point culminant de cette spirale de violence est sans conteste l’affaire de la Société coloniale et de constructions (Socol) à Baudour. Apprenant lors d’une réunion de bourgmestres à Mons qu’il y aurait de l’essence sur le chantier de la Socol à Baudour, le samedi 19 août 1944, Chéron se rend à Baudour, accompagné de Léopold Delalieux, d’Eglem fils, de Marius Pierart et de Pierre Ladrière, afin de prendre de l’essence. Il est servi par Jules Chantry, qui ne le connait pas. Chéron laisse supposer qu’il fait partie de l’Armée blanche, à quoi Chantry fait remarquer que Delalieux qui les accompagne est un rexiste notoire. Entre-temps, Jacques Lamberty, chef d’atelier, arrive par la route d’Hautrage. Chéron lui déclare utiliser Delalieux comme agent double ; il revient vers la voiture dire à Delalieux que sa vie est en danger. Celui-ci, armé de sa mitraillette, s’approche et abat Chantry qui continuait à verser de l’essence dans la voiture. Lamberty, ainsi que P. et S., deux ouvriers de la société présents sur le chantier, se réfugient vers l’atelier. P. se cache dans l’atelier et S. avec madame Lamberty dans l’abri à côté de la maison Lamberty. Chéron se dirige vers l’atelier et tire dans cette direction, tandis que Pierre Ladrière qui a contourné l’atelier abat Jacques Lamberty, lequel sera retrouvé étendu face contre ciel, une balle en plein front. Ensuite il se dirige vers la maison de l’ingénieur D., la perquisitionne ainsi que la maison de Lamberty où il arrête sa femme, qu’il amène à l’école de Wasmes. Les corps restent sur place, celui de Chantry recouvert d’une tôle, celui de Lamberty, dépouillé de ses bijoux, alliance et portefeuille. Eugène D., le garde de nuit, découvre les corps en prenant son service à 17 h 40 et veut aller prévenir la direction, mais tombe sur les rexistes, qui le laissent néanmoins partir. Deux heures plus tard, deux gendarmes de Baudour arrivent sur place. Leur récit témoigne de l’atmosphère générale de panique de cette fin d’Occupation.

  • 27 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D V Affaire de la Socol, PV des gendarmes D. et D. de la brigade de Ba (...)

Le 19 courant à 19 heures 30, nous avons été informés par le nommé S. Gaston, chef garde, […] que les nommés LAMBERTY Jacques, chef d’atelier et le garde CHANTRY Jules de Ghlin avaient été tués au moyen de coups de feu sur les chantiers de Socol où ils étaient occupés. Nous nous sommes rendus immédiatement sur les lieux ; à notre arrivée, nous avons constaté la présence sur les chantiers de Socol situé à BAUDOUR, route de GHLIN, d’une voiture automobile ainsi que d’un camion. À côté de ces véhicules, se trouvaient 7 à 8 soldats Allemands en uniformes qui étaient occupés à pomper de l’essence. Ayant demandé à ces soldats où se trouvait le chef, un de ceux-ci nous a dit qu’il était dans la maison située également sur le chantier et qui était occupée par le nommé LAMBERTY Jacques. Nous nous sommes rendus vers cette maison, mais en arrivant à proximité, nous avons été arrêté par un soldat de l’Armée Allemande, qui nous a demandé ce que nous allions faire sur ces chantiers. Le Ier verbalisant lui a fait connaître que nous avions été prévenus que deux personnes venaient d’être tuées et que nous étions venus pour procéder à l’enquête. Ce soldat a déclaré qu’il fallait attendre un moment que le chef allait venir. Pendant cette attende [sic], le soldat en question nous a dit que ces deux personnes avaient été tuées par des bandits de l’Armée Blanche. Quelques temps après, il a demandé le motif pour lequel la société possédait tant de benzol il lui a été répondu que c’était pour les besoins des travaux du canal mais celui-ci a déclaré que ce benzol était destiné au marché noir et pour l’Armée blanche. Quelques secondes après, il a déclaré que le chef était le bourgmestre de QUAREGNON et à ce moment-là, il a commencé à crier à plusieurs reprises différentes « Bourgmestre, bourgmestre ». Quelque temps après, un individu assez grand et en tenue civil [sic] s’est approché de nous et demanda le motif de notre visite. Le Ier verbalisant lui a déclaré qu’il venait faire l’enquête au sujet des deux hommes tués, il répondit les deux cadavres sont là puis il est retourné pour rentrer dans la maison de LAMBERTY Jacques. Au moment de son arrivée près de la porte de la dite maison, un autre individu en tenue civile également est sorti et après avoir eu parlé entre eux, cet individu a demandé par qui nous avions été prévenus, il lui a été répondu que c’était par le chef garde. Sur cette réponse, il demanda si cet individu portait des moustaches, il lui a été répondu négativement. Sur cette réponse, il nous déclara qu’on pouvait partir, le Ier verbalisant a demandé s’il pouvait faire l’enquête et il lui a été répondu qu’il n’avait rien avoir avec cela et qu’il fallait partir. Voyant cela nous nous sommes retirés27.

  • 28 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D V Affaire de la Socol, Interrogatoire de Charles Dufrasne, 24 novemb (...)

22Entre-temps, Destrain est arrivé à moto, il trouve un camion d’Allemands en train de pomper de l’essence. Ceux-ci lui prennent sa moto et le laissent prendre une voiture du chantier. La veuve Lamberty est emmenée pour interrogatoire à Mons durant une semaine. Le dimanche, Laitat et ses hommes puis Schumacker et les siens, ensuite Mulpas viennent piller systématiquement le chantier. Des fûts d’essence, d’huile, du matériel de vulcanisation, sont chargés sur les véhicules et distribués aux différents groupes. Les corps sont toujours à la même place, et ce n’est que vers 10 h qu’ils seront ramenés chez eux par un pointeur de la Socol et un collègue, sans qu’il y ait eu le moindre constat policier28. La semaine suivante, les allers-retours se multiplient de la part des groupes rexistes pour vider le maximum de carburant, probablement en préparation du repli en Allemagne.

  • 29 La Province, 13 mars 1946.

23Aux sept homicides directement attribués aux membres de la « bande », il faut ajouter les dénonciations et remises aux Allemands qui entraineront la mort des personnes dénoncées. Le premier avait été Marcel Dehon, auteur d’une tentative d’attentat contre Chéron, qui sera exécuté le 18 avril 1944. S’y ajoutent les déportés qui ne reviendront pas des camps, dont un bébé. Le dernier témoignage entendu au procès suscite l’émotion. Comme à chaque évocation des crimes commis, le président rappelle le compte des victimes. « Chéron, Destrain, Scauflaire, 23 hommes et un bébé sont morts ! Cela ne s’explique pas ! » En outre, le témoin chancelle et s’écrie au milieu de l’émotion générale : « M. le Président. Je ne suis qu’une femme, mais je voudrais faire partie du peloton d’exécution ! Ils nous ont gâchés notre vie ! » On doit soutenir le témoin qui s’éloigne en pleurant29.

24Mis à part le procès de Marcel Dehon, on observe que c’est essentiellement à partir du 21 juillet 1944 que la situation dérape dans la violence armée pour culminer dans l’affaire de la Socol. Le dernier acte qui est reproché à la bande est le vol commis chez Maurice Lambert de Boussu le 30 août 1944. Vêtements, souliers, vivres, vaisselle, TSF, vélo, appareil photo et Ford V8. Bref, disparait tout ce qui peut servir à une fuite maintenant inéluctable.

5. L’arsenal répressif : atteintes à la Sûreté de l’État et juridictions militaires

25Lorsque s’ouvre l’instruction à charge de la « bande Chéron », l’arsenal juridique qui permet de réprimer des actes de collaboration avec l’ennemi a connu plusieurs modifications. Le code pénal belge de 1867 et le code pénal militaire de 1899 ont vu leurs dispositions concernant les atteintes à la Sûreté de l’État et la trahison modifiées en raison de la double expérience d’Occupation qui caractérise le premier 20e siècle en Belgique.

  • 30 Voir Koen Aerts, "Repressie zonder maat of einde ?" De juridische reïntegratie van incivieken in de (...)

26La loi du 4 août 1914 et les arrêtés-lois du 11 octobre 1916 et du 8 avril 1917, précisent les définitions des infractions à la Sûreté extérieure de l’État en période d’Occupation et en accentuent les peines, permettant ainsi une première répression de l’incivisme. Entre les deux guerres, diverses lois prévoient de plus l’extension d’interdiction de droits civils et politiques aux condamnés pour atteintes à la Sûreté de l’État30.

  • 31 John Gilissen, « Étude statistique de la répression de l’incivisme », in Revue de droit pénal et de (...)

27Durant la Seconde Guerre, les arrêtés-lois du 17 décembre 1942 et du 6 mai 1944 adaptent la législation aux formes de collaboration. Des mesures civiles complètent les peines. Les arrêtés de mai et juin 1944 prévoient par ailleurs le recours aux juridictions militaires pour la répression. Ces juridictions militaires jugent d’après l’ensemble des lois répressives, code pénal ordinaire et militaire, mais également d’après la loi du 9 avril 1930 relative aux anormaux. Elles sont organisées par l’arrêté-loi du 26 mai 1944 qui en règle la composition, soit deux membres civils, dont le président, un officier supérieur, un capitaine et un lieutenant. Le « président est choisi parmi les présidents, vice-présidents, juges effectifs des tribunaux de première instance du pays, le second magistrat civil parmi les juges effectifs ou suppléants de ces tribunaux ». En raison du nombre d’affaires à traiter, trois Conseils de guerre supplémentaires sont créés en Hainaut, à Charleroi, Tournai et Mons. Celui de Mons fonctionne dès septembre 1944 et jusqu’au 31 juillet 1950. Il prononcera 3,8 % des jugements pour collaboration de l’ensemble du pays31.

  • 32 Archives générales du Royaume, Bruxelles, Ministère de la Justice. Secrétariat général. Dossiers de (...)
  • 33 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1, p. 139-140. Il aurait participé au sabotage des arrêtés d (...)
  • 34 Luc Huyse, Steven Dhondt, La répression des collaborations, 1942-1952 : un passé toujours présent, (...)
  • 35 Joëlle Salmon, La répression de la collaboration politique après la Seconde Guerre mondiale. Étude (...)

28Au moment où s’ouvre le procès « Chéron et consorts », le Conseil est présidé par le juge Marcel Scarmure et composé de trois officiers, le colonel Lebrun, le commandant Delrue et le lieutenant Vanderwaeren, ainsi que d’un second juge civil, le juge Thirion. Le ministère public est représenté par le substitut de l’auditeur militaire Jules François. Marcel Scarmure, né à Jemappes en 1897 est juge des enfants au tribunal de Mons depuis 1936 et le restera jusqu’en 194932. Officier de réserve d’infanterie, il fait la campagne de 1940. Dès juillet 1941, il entre dans la structure de sabotage et de renseignement CF25 en tant surtout qu’agent de renseignements. Il est une des principales figures de la résistance montoise33. On notera dans ce cadre que le Conseil de guerre de Mons, si l’on en croit les éléments recueillis par Huyse et Dhondt, semble avoir fait preuve d’une assez grande sévérité. En effet, ce dernier aurait, avec 68 %, le plus haut taux de peines criminelles prononcées à l’égard des collaborateurs. Huyse et Dhondt considèrent également que « le prix payé par un collaborateur pour son comportement pendant la guerre était beaucoup plus élevé à Turnhout ou à Mons qu’à Ypres ou à Liège34 ». J. Salmon tempérait toutefois ce constat en remarquant que « les personnages jugés n’étaient pas les premiers venus et que les charges retenues contre eux étaient particulièrement lourdes35 ». Si l’action du Conseil de guerre ne saurait en outre être ramenée à son seul président, nous pouvons en revanche supposer que le passé de résistant et d’ancien combattant du juge Scarmure ne l’a vraisemblablement pas rendu enclin à faire preuve de beaucoup de clémence envers les collaborateurs.

29Onze hommes et une femme figurent au banc des accusés. L’acte d’accusation est précis, détaillé pour chacun des douze accusés. Derrière l’abstraction des articles du code, figurent des comportements bien précis : la collaboration militaire (art. 113), l’espionnage (art. 117), la collaboration politique (art. 118 bis) et les faits de violence directe, soit vols, coups, arrestations, tortures, homicides, dénonciations et remises aux Allemands (art. 121 bis).

Figure 1 : Les accusés et leurs défenseurs au procès de la « bande Chéron » (instance et appel), 1946

Figure 1 : Les accusés et leurs défenseurs au procès de la « bande Chéron » (instance et appel), 1946

6. Le procès devant le Conseil de guerre de Mons

  • 36 Une feuille clandestine paraît sous le même titre en janvier 1941.
  • 37 « Les 3 Mousquetaires », in L’Unité Patriotique, 12 novembre 1944, p. 1.

30Le procès est rapporté par diverses sources. La première est un compte rendu détaillé, véritable chronique du procès, publié sous forme de plaquette par La Cravache. Il est probablement lié à la publication gratuite du même nom du bourgmestre Georges Plumat et de la fédération socialiste locale de Quaregnon lancée en 193136. Le Journal de Mons et du Borinage suit le procès au quotidien, tandis que La Libre Belgique publie un compte rendu dans sa rubrique judiciaire. Écrits sur le vif, dans un contexte sensible, par des journalistes sans doute impliqués dans le conflit, ces articles témoignent surtout de la charge émotionnelle représentée par les événements vécus. La description du rexiste catholique pratiquant qu’est Chéron donnée par L’Unité patriotique le 12 novembre 1944 en est un bon exemple : « Une tête de rongeur apeuré, juchée sur un long corps raide, de longs bras battant l’air en mouvements désordonnés, une voix mielleuse, des yeux fourbes, voilà tel que nous apparaît ce Judas impie, ce Pharisien aux mains sanglantes profanant les lieux saints en s’agenouillant chaque dimanche au banc de communion37 ». De même, quand ce même organe de presse décrit les activités de la « bande » :

  • 38 Ibid., p. 2.

Partout où ils passent, ils sèment la désolation, l’épouvante, l’horreur ! Partout c’est le même processus démoniaque ! Après avoir roué de coups leurs malheureuses victimes, ils fouillent et brisent les meubles, éparpillent le linge qu’ils réduisent en lambeaux, quand ils ne l’emportent pas, volent les bijoux, les provisions et l’argent, laissant ainsi la famille sinistrée dans le dénuement le plus complet. Alors, ivres de bestialité, les yeux exorbités, l’écume aux lèvres, ils se réfugient dans leur antre, où ils se livreront, jusqu’aux premières lueurs de l’aube, à la plus infernale des orgies, en compagnie de "Kollaboratrices" horizontales38.

31Lors du procès au Conseil de guerre, l’émotion et les opinions tranchées transparaissent à côté de l’information sur les aspects absents au dossier judiciaire, les débats et les arguments des avocats des parties civiles ou de la défense, l’attitude du président ou de l’auditeur, les réactions de la foule à l’audience. Mais dans l’ensemble, les comptes rendus détaillés, comme celui de La Province ou la plaquette de La Cravache, restent attentifs à l’exposé des faits. Ils soulignent l’attitude du président et de l’auditeur militaire et sont plus discrets sur les réactions des accusés et de leurs défenseurs, ou de la foule.

32Le dossier judiciaire de l’auditorat constitue une autre source essentielle. Sa lecture attentive permet de retrouver de nombreux éléments absents de la presse. Il en va ainsi pour la traque des accusés depuis le départ pour l’Allemagne en septembre 1944, des moyens de l’instruction, des nombreuses plaintes enregistrées et des témoignages des acteurs de ces terribles semaines de l’été 1944. Les éléments de l’instruction sont en effet bien plus précis que ce qu’en rapporte la presse, avide de raccourcis. À l’inverse, les comptes rendus d’audience sont relativement secs et masquent tous les aléas du débat oral, relevés par les journalistes présents à l’audience. Néanmoins, la confrontation du dossier avec la presse locale permet de prendre la mesure des enjeux politiques et sociétaux d’un tel procès, important en vue de la pacification d’une société divisée.

  • 39 Le Journal de Mons et du Borinage, 5 mars 1946, p. 1.
  • 40 La bande Chéron et cie devant le Conseil de guerre de Mons, p. 3. Il pourrait s’agir du capitaine R (...)

33Dès 8 h en ce premier lundi du mois de mars, la partie de la salle de la Cour d’assises du palais de justice de Mons réservée au public est envahie. « La foule se presse au-delà de la barrière qui la sépare de "l’enceinte sacrée" de la justice. Une foule attentive jusqu’ici silencieuse, une foule où plane un peu la pensée de la vengeance39 ». Le procès nécessite un service d’ordre important, « assuré par la Gendarmerie de Mons, renforcée par des hommes de Quaregnon et un peloton de Charleroi, […] sous la haute direction du capitaine Rémy40 ».

  • 41 La bande Chéron et cie…, p. 3.

34À 9 h s’ouvre le procès et le Conseil de guerre fait son entrée. Après avoir insisté auprès du public afin que le procès se déroule dans le calme et la dignité, le président Scarmure appelle l’affaire Chéron. « Tous ces bandits, encadrés de nombreux gendarmes prennent place dans le box. La foule remue, mais se tait […]. Un bruit de chaîne accompagne l’entrée de chacun des accusés »41.

35L’auditeur militaire François consacre alors deux heures à exposer :

  • 42 Ibid., p. 3 et 4.

les faits dont les prévenus ont à répondre aujourd’hui devant le Conseil de Guerre, [et qui] sont encore présents à la mémoire de tous, et d’une façon particulièrement vive et cuisante dans les foyers, où après leur passage, il manquait un fils, un père, un époux, 24 morts, plus de 50 dénonciations, 130 arrestations connues, au moins ; tel est le bilan en quelques mois, en quelques semaines, d’une activité à laquelle vient heureusement mettre fin l’avancée des armées alliées […]42.

  • 43 Ibid., p. 11.

36À la suite de l’auditeur, le président Scarmure procède à l’interrogatoire des prévenus. Comment réagissent les accusés, après ces deux heures durant lesquelles l’auditeur a énuméré tous leurs agissements ? Chéron semble abattu : « Chéron se lève. Il est vêtu d’un costume gris et baisse la tête. Il a perdu sa morgue des jours de "gloire". Pendant tout le temps que dura son interrogatoire, il se contentera de répondre vaguement en évitant de donner trop de détails43 ».

37L’interrogatoire de Destrain suit celui de Chéron. Destrain réagit à l’opposé de son chef, il est sûr de lui et toujours convaincu par l’idéologie rexiste. Dès sa première réponse, il reçoit un avertissement du président, car il parle avec arrogance :

  • 44 Ibid, p. 14 et 15.

Je pouvais entrer dans la résistance, sans doute. Mais je n’avais pas ces idées-là ; je n’étais pas anglophile […]. Si l’Allemagne avait gagné la guerre, j’aurais été le patriote […]. Je sais où ce procès me conduit. J’irai au poteau… . Je serai fusillé… Mais jusqu’au dernier moment je dirai que dans les idées « nationales-socialistes » il y a du bon que l’on pourrait prendre pour adapter à notre pays et former ainsi une jeunesse plus forte44.

  • 45 Le Journal de Mons et du Borinage, 5 mars 1946, p. 2.

38Les autres inculpés sont ensuite interrogés. La journée se termine avec la comparution de l’inspecteur Albert Monier qui lui vaut de chaleureuses félicitations du président. « Chose assez rare dans cette enceinte, des applaudissements saluent ce court hommage à un Belge de valeur45 ».

39La deuxième journée est consacrée aux témoins, victimes de dénonciations. Les journées suivantes, sont abordés les tortures, incendies, meurtres et tentatives de meurtre. Le procès se termine par les plaidoiries des parties civiles.

  • 46 La bande Chéron et cie…, p. 49.
  • 47 Annuaire administratif et judiciaire de la Belgique et de la capitale du royaume, Bruxelles, Bruyla (...)
  • 48 La province, 14 mars 1946.

40Le dossier judiciaire comme le récit médiatique construit par la presse libérée ne font pas la part belle à la défense. Ainsi dans la chronique du procès, il faut attendre la page 48 pour que les avocats apparaissent. Et encore s’agit-il des avocats des parties civiles, maître Jean de Patoul pour l’État belge, Jacquemotte pour la veuve Vilain, Delrot pour la veuve Anard, Lecompte pour Vermeulen, Canonne pour la veuve Lamberty, la veuve Chantry et Georges Troussard, Demay pour la veuve Lechien, Decroly pour l’administration communale de Quaregnon puis Cmelniski, Wéry et Deruelles pour les frères Lefèbvre. Après le réquisitoire, les défenseurs des accusés prennent la parole. « Ils ont été pour la plupart, neuf sur douze, désignés d’office. Ils font leur possible pour remplir le mieux qu’ils peuvent la tâche ingrate qui leur a été confiée46 ». La plupart sont des débutants. Au moins trois sont stagiaires en 194647. « Tous les avocats sont maintenant à leur poste, tant ceux des parties civiles qui se livreront à une éloquence inutile puisque plus que jamais la conviction du Conseil de guerre qui doit statuer sur leurs intérêts est établie que ceux de la défense qui auront une bien pitoyable tâche à remplir, mais qu’ils devront bien accepter par devoir professionnel48 ».

41Le réquisitoire de l’auditeur militaire François est sévère. Il cite la fin de la dernière lettre de Marcel Dehon à ses parents et réclame la peine de mort pour tous les accusés, sauf Eglem père, pour lequel il requiert l’internement pour 15 ans.

  • 49 Ibid.

42Les plaidoiries des avocats des accusés ne sont pas reproduites dans la presse. On apprend que Destrain refuse l’avocat Brughin commis d’office pour assurer seul sa défense. « Monsieur le Président, je serai bref, car je n’ai pas l’intention de me défendre. J’ai joué, j’ai perdu, je paie !49 ». Curieusement, La Province s’étend plus longuement sur l’argumentaire des avocats défendant Abrassart (maitre Wuilbaut), Moreau (Jean Bastin), Delalieux (Victor Fassiaux) et Ladrière (Carmon), tandis que le journal précise que le défenseur d’Eglem père (maître Lawrence Pirmez) plaide pour l’envoi de son client en institution spécialisée au nom de la loi de défense sociale.

43Invités à exprimer un dernier mot pour leur défense, les accusés s’expriment brièvement. C’est le seul moment où la presse tente de saisir la parole des accusés. « Si je dois mourir, je mourrai, mais si je tombe, ce sera en ayant la conviction d’avoir servi ma patrie » murmure Chéron d’une voix imperceptible. « Avez-vous au moins des remords ? lui demande le président. Oui répond-il. » Destrain affirme : « Je suis prêt à payer, mais je répète que jamais je n’ai connu l’existence des camps de concentration ». « Scauflaire, qu’avez-vous à ajouter pour votre défense ? » ; « Jamais je n’ai cru que ceux que nous arrêtions subiraient le sort qui leur a été infligé ». « Même quand vous les abattiez ? » Scauflaire s’insurge : « je n’ai tué personne ». « Mais vous étiez avec ceux qui le faisaient », lui rétorque le président.

  • 50 La Province, 15 mars 1946.

Parce que je les ai aidés, je paierai, mais les Allemands paieront pour les autres. Eglem fils murmure en pleurant qu’il veut mourir en bon Belge. Delalieux est le seul qui déclare carrément qu’il regrette d’avoir tué un homme après avoir dit que s’il avait su ce qui allait se passer à la Socol, il n’aurait pas accompagné ceux qui y allaient. Les autres prévenus se taisent ou disent simplement du bout des lèvres comme Arthuria Abrassart qu’ils regrettaient [sic]. Quant à Eglem père, qui s’est levé comme un automate à l’appel de son nom, il ne répond pas à la question qui lui est posée50.

  • 51 Ibid.

44« Il est 10 heures exactement et le Conseil de guerre se retire pour délibérer. Les accusés sont emmenés hors de la salle et leur sortie est saluée, une fois de plus – une des dernières – par les cris de mort que pousse la foule qui, comme d’habitude, a envahi la salle d’audience jusque dans ses moindres recoins51 ». À 11 h 45, la sonnette retentit, les accusés suivis du Conseil de guerre font leur entrée. Le président prononce le verdict. Onze condamnations à mort, un renvoi en observation. Les journalistes évoquent les sentiments qui prévalent à la fin de cette quinzaine de manifestations publiques des crimes des collaborateurs, des souffrances des victimes et de la revanche de l’État, à l’instar du chroniqueur de La Province.

  • 52 Pseudonyme de Hans Goeden, lieutenant de la GFP à Mons, véritable chef officieux de la cellule GFP (...)
  • 53 La Province, 15 mars 1946.

L’affaire Chéron est finie. Chéron est tombé et l’on pourrait dire à l’instar de Floria Tosca qui avait abattu Scarpia "Et voici celui qui faisait trembler le Borinage". Il n’y a pas à dire, nous étions bien servis dans la région de Mons. Là-bas c’était la bande Cheron. Plus loin c’était Surin et l’infâme Jenart qui se faisaient payer des millions pour livrer les patriotes. Ailleurs c’était Boveroulle et sa clique. À Jemappes, on avait Brasseur et ceux qu’il avait dressés. À Mons, on connaissait les Vandoorne, les Laitat, les Delvigne, les Demeyer et encore d’autres. Les ficelles de ces pantins étaient tirées par l’infâme tortionnaire Muller52 que l’on dit arrêté depuis quelque temps et qui sera jugé à Paris, car ses crimes se sont également étendus sur le territoire français. Tous ces bandits paieront. Les uns après les autres. Chacun espère et souhaite que ce soit le plus vite possible53.

7. Les voies de recours : de l’appel au recours en grâce

45L’affaire n’est en réalité pas terminée. Elle quitte le Borinage pour Bruxelles, siège de la Cour militaire. Sur les 12 accusés, 11 font appel devant la Cour militaire. Après le verdict du premier procès, la presse périodique suivra l’appel, puis la cassation et les recours en grâce avant de terminer par le compte rendu de l’exécution. Détail significatif, les comptes rendus des audiences bruxelloises sont plus sommaires, la presse locale n’en parle guère, confirmant combien le procès au Conseil de guerre à Mons, en mars 1946, constituait le principal moment cathartique et symbolique pour la population face à la « bande Chéron ».

  • 54 La Province, 26 juin 1946.
  • 55 La Province, 27 juin 1946.

46Le mardi 25 juin 1946, s’ouvre l’audience d’appel devant la Cour militaire, composée du président Pouppez de Kettenis, du magistrat civil Van Dijck, du colonel Wanty, du major Couteele, du substitut de l’auditeur Dumon. Les douze accusés sont présents, « y compris donc Ernest Eglem père, qui devait être soumis à l’examen des médecins aliénistes54 ». Le journaliste de La Province note la présence « de nombreux avocats, les témoins, mais peu de curieux dans la grande salle de la 4e chambre ». « Cheron essaie de maintenir une attitude arrogante qui le rend plus odieux encore : avec son voisin Destrain, il s’applique à prendre des notes durant l’exposé du Président. Les dix autres, bras croisés, tête droite, regard de bête traquée [sic], écoutent attentivement, l’énoncé de leurs crimes. Delalieux Léopold, connu sous le sobriquet de "sot Paul" a l’air ahuri. Le seul à qui l’on puisse accorder une nuance "intellectuelle" est Marcel Destrain, qui était instituteur. Et il n’en est que plus coupable55 ». Il est à noter que la plupart des avocats ont été désignés d’office. Ceux qui ont été désignés lors de la première instance comme Mougenot, Fassiaux, ou Pirmez refusent de plaider en appel.

  • 56 Sur le procès pour collaboration économique suite à la cession des intérêts pétroliers en Roumanie (...)

47Le président lit quelques déclarations des prévenus. Leur système de défense est de diminuer leur responsabilité. Pour le journaliste de La Province, « presque tous, sinon tous, vont jusqu’à dire qu’ils ont "été roulés par les Allemands" ». Résumant ensuite les témoignages comme suit « on a tué, on a mangé, on a volé, on a torturé », le journaliste relève l’intervention de l’avocat de l’État belge, maître van Malleghem qui souhaite aligner le calcul des dommages et intérêts sur l’affaire Petrofina56. Enfin il résume le réquisitoire de l’auditeur militaire, qui requiert, sous les applaudissements de l’assistance, tancée par le président, confirmation des peines de mort et renvoi d’Eglem père devant le Conseil de guerre pour y répondre de trois assassinats. L’audience du lendemain est consacrée à la défense des accusés. Le journaliste s’attarde sur trois plaidoiries. La première est celle de l’avocat de Destrain qui « a lu entièrement sa plaidoirie ; celle-ci se termine sur un « passage » des « mémoires de l’accusé et qui cite quelles lignes inattendues de Voltaire ». Ensuite, vient maître Félix pour Chéron dont le système de défense est le suivant : « nous vivions alors dans une atmosphère de guerre civile » ; Chéron a tiré pour se défendre, nie être l’auteur des meurtres de Lechien, Vilain, Chantry, mais l’incertitude règne sur les auteurs exacts des autres meurtres ; il y a eu des pillages, mais il n’a rien pris. Discutant les prétentions de la partie civile qu’est l’État belge, il résume sa défense : « l’État se défend il a raison, Chéron a fait de la politique : il fut un fanatique rexiste, et il le reste, mais il n’a pas de sang sur les mains ».

  • 57 La Province, 27 juin 1946.

48Maître Deboeck défend Eglem fils qu’il décrit poussé par son père dans la collaboration et n’ayant pas de sang sur les mains. Le journaliste cite ensuite les défenseurs des autres accusés en concluant ironiquement sur la responsabilité des accusés. « On peut certes s’incliner devant les efforts de tous les défenseurs ; mais après avoir entendu la plupart d’entre eux, on est tenté de se demander pourquoi on a condamné à mort leurs clients. N’eut-il pas fallu plutôt les décorer ?57 »

  • 58 La Province, 30 juin 1946. Il est à noter que les journaux ne sont pas très précis sur le nombre de (...)

49Le 30 juin, un entrefilet du journal rapporte la dernière audience du procès d’appel, du vendredi 28, dont l’arrêt confirme les peines de mort envers 9 accusés. La peine de mort d’Auguste Scauflaire père est réduite à 20 ans de détention extraordinaire, tandis que la Cour estime qu’Eglem père doit être soumis à un examen mental58.

  • 59 La Libre Belgique, 29 juin 1946, p. 5. Dans La Province, aucun commentaire n’est fait sur les réact (...)

50En contraste avec le procès montois de mars, le procès bruxellois de juin se termine dans la discrétion. Un entrefilet signale le compte rendu de l’arrêt et le style tend à faire croire que le journaliste de La Province n’était pas présent lors de la séance. Arrêt pourtant rendu devant « une audience imposante », tandis que « la foule évacuant les couloirs de mauvaise grâce, a conspué bruyamment les condamnés lors de leur sortie59 ».

51Il reste aux accusés la possibilité d’introduire un pourvoi en cassation pour vice de procédure. Cinq d’entre eux n’introduisent pas de pourvoi. Pour Eglem père, pour qui il n’y a pas eu jugement ou pour Scauflaire père qui échappe à la peine de mort, c’est compréhensible. En revanche Massaer et Abrassart ne vont pas en cassation. En septembre, Marcel Destrain, qui avait renoncé à prendre un avocat en première instance, écrit un mémoire, relevant une série de vices de forme entachant la prestation de serment de certains témoins, le refus d’audition de témoignage à décharge, le refus de prise en compte de contradictions dans les témoignages à charge. il y affirme notamment qu’« Au cours des débats, Monsieur le Président interrompt fréquemment mes explications par ces mots : "Ne jetez pas la suspicion sur des personnes qui ont fait tout leur Devoir" » et que :

la veille du verdict du Conseil, soit le 13 mars 1946, Monsieur le Président, au courant de mon intention de me défendre moi-même, me fait appeler en aparté pendant la dernière suspension d’audience de la journée. Deux gendarmes étaient présents à l’entrevue où ma plaidoirie fut limitée.

a) Quant au fond et à la forme

b) Quant à la durée, le temps maximum accordé ne pouvant dépasser celui employé par le défenseur de Chéron, « chef de bande ».

La limite fixée en a) est déjà illégale ; […]. Je me vis donc dans l’impossibilité de me défendre sans que Monsieur le Président intervint pour me donner le temps de m’expliquer.

52Enfin, son mémoire témoigne des conditions de préparation de sa défense en appel.

  • 60 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D II, Lettre à monsieur le président de la Cour de cassation, 13 septe (...)

Ayant interjeté appel, je fus transféré à la prison de Saint-Gilles, le 3 avril 1946 et Maître Luc Charles me fut désigné d’office comme défenseur vers la mi-mai. Le 17 mai 1946, appelé en témoignage à Mons, je fus ramené à la Prison de cette ville. Le 29 mai, Maître Cleeremans m’informa qu’il était désigné d’office pour me défendre, en remplacement de Maître Luc qui se récusait. Je fus seulement retransféré à Bruxelles le 20 juin 1946 soit 4 jours avant de comparaître devant la Cour Militaire. Ce n’est que le 23, la veille des débats, que je pus prendre contact avec mon défenseur et lui fournir hâtivement quelques renseignements alors que mon dossier comporte 138 plaintes et que son étude attentive nécessite au moins une semaine. À la première audience, Maître Cleeremans releva cette anomalie, alors que Chéron (même cas que le mien) et moi dûmes quitter la salle d’audience en compagnie de nos avocats, pour mettre notre défense au point, pendant que les débats continuaient en notre absence60.

  • 61 La Libre Belgique, 23 octobre 1946, p. 2. Le chroniqueur judiciaire a oublié le nom de Delalieux, p (...)

53Le 21 octobre, La Libre Belgique signale lapidairement : « La Cour de cassation a également rejeté les pourvois de la fameuse bande Chéron qui a opéré pour le compte de l’Occupation dans la région de Mons et dont tous les membres (qui se sont pourvus en cassation) ont été condamnés à mort61 ».

  • 62 Koen Aerts, « La peine de mort dans la Belgique d’après-guerre : un sacrifice symbolique (1944-1950 (...)
  • 63 Id, « De Kroon ontbloot. Genadeverlening bij de doodstraf tijdens de zuiveringen na de Tweede Werel (...)
  • 64 APR, 368-638, cité par Ibid.
  • 65 APR, 374-760, cité par Ibid.
  • 66 APR, 371-372, cité par Ibid.

54La dernière voie de recours possible est la demande de grâce au Souverain. Pour la première fois depuis 1918, les recours concernaient des exécutions capitales possibles. La grâce, pouvoir royal, mais sous la responsabilité du gouvernement, fit l’objet de débats politiques âpres entre partis au gouvernement. Ces débats furent encore rendus plus ardus par la question royale, qui fit du prince-régent Charles le dépositaire temporaire du droit de grâce62. Les six condamnés à mort dont le pourvoi en cassation avait été rejeté, mais aussi Massaer et Abrassart, introduisent un recours entre octobre 1946 et février 1947. Moreau est gracié comme un des moins coupables de la bande63. Malgré qu’il ait tiré sur Jacques Lamberty, Pierre Ladrière est gracié le 17 février en raison de sa jeunesse : « il a subi l’entrainement de la bande Chéron64 ». Il en va de même pour Eugène Massaer65. Arthuria Abrassart est graciée en raison des circonstances de sa trahison par peur d’abord, par passion ensuite, et son comportement avant son arrestation66. Remarquons que si Ladrière et Massaer n’avaient pas atteint 21 ans à la date de l’octroi de la grâce, Abrassart avait alors 22 ans, ce qui peut expliquer que l’excuse de jeunesse ne lui soit pas accordée dans la motivation de l’octroi.

  • 67 APR, 373-150 ; Centre d’étude Guerre et Sociétés (dorénavant cité CegeSoma), Fichier d’exécutés pou (...)
  • 68 APR, 367-973 ; CegeSoma, Fichier d’exécutés pour collaboration avec l’ennemi, AA1757 cité par Ibid.
  • 69 APR, 369-975 ; CegeSoma, Fichier d’exécutés pour collaboration avec l’ennemi, AA1757 cité par Ibid.
  • 70 APR, 370-424 ; CegeSoma, Fichier d’exécutés pour collaboration avec l’ennemi, AA1757 cité par Ibid.
  • 71 APR, 372-421 ; CegeSoma, Fichier d’exécutés pour collaboration avec l’ennemi, AA1757 cité par Ibid.
  • 72 APR, 365-340 ; CegeSoma, Fichier d’exécutés pour collaboration avec l’ennemi, AA1757 cité par Ibid.
  • 73 Pour les femmes, voir Mathieu Roeges, « "Perverse, dangereuse, intrigante… ". Les stéréotypes entou (...)

55Le 18 février, Chéron, Destrain, Scauflaire fils, Eglem fils, Delalieux et Durieux voient leur recours rejeté. Chéron ne peut évoquer aucune excuse, aucune circonstance atténuante, c’est un traitre et un meurtrier67. Quant à Auguste Scauflaire, la responsabilité de la mort de nombreux patriotes repose sur lui68. Delalieux est considéré comme responsable de diverses tentatives de meurtre et a un meurtre sur la conscience69 ; Eglem est noté comme « Un des pires individus de la Bande. Il n’a montré aucun remords », malgré sa jeunesse70 ; enfin Gérard Durieux71 n’aurait montré aucun remords (« geen wroeging »), il a participé aux tortures et a témoigné d’une volonté de s’en prendre à ses concitoyens. Quant à Destrain, son dossier ne mentionne que « Bande Chéron72 ». Enfin, il faut certainement voir dans la grâce accordée à Abrassart, Ladrière, Massaer et Moreau un élément de politique pénale envers deux catégories de collaborateurs jugés plus excusables, les jeunes et les femmes73.

8. Retour à Mons : L’exécution

56Le récit de l’exécution renoue avec la proximité locale, bien qu’il soit nettement plus sobre que la description du procès d’instance. Le matin du jeudi 27 février 1947, la justice est notifiée du refus des six recours en grâce par le prince-régent. Le récit de l’exécution est particulièrement détaillé dans la presse. Il met en évidence un rituel qui avait disparu du pays depuis plus de 80 ans. L’auditeur militaire Mahaux convoque une conférence de presse le jeudi soir. La détermination du lieu pose problème. Impossible de réaliser six exécutions dans la cour de la prison. Le choix se porte alors sur le Tir communal de Mons, mais dans « une partie des installations que les Allemands n’utilisèrent jamais ». « L’endroit où les Belges Martyrs tombèrent sous les balles des pelotons hitlériens est pieusement respecté » précise l’auditeur Mahaux. Il ajoute que ce jeudi-là à 19 h les auditeurs Pierart et François, accompagnés de leurs greffiers et de l’aumônier de la prison de Mons se sont rendus à la prison signifier aux condamnés le rejet de leur pourvoi. Les condamnés ont accepté la décision sauf Scaufflaire : « le Régent n’a pas le droit de refuser la grâce, c’est au Roi à le faire ».

  • 74 La Province, 1er et 2 mars 1947, p. 3.

Dès ce moment, les condamnés ont été isolés dans des cellules portes ouvertes et sous surveillance constante. Tous ont réclamé l’assistance d’un prêtre. Six vicaires de Mons leur ont, dès ce moment prêter [sic] leur assistance. […] À 6 h 35, Durieux, Eglem et Delalieux, accompagnés chacun de deux gendarmes en civil et du prêtre ont pris place dans un fourgon automobile escorté qui s’est immédiatement rendu au Tir.74

57Au Tir, le détachement de gendarmerie était déjà présent, de même que les auditeurs militaires, l’auditeur Gerrem, chargé de la dégradation sur ordre du régent, le président de la 2e chambre du Conseil de guerre, le greffier en chef et deux médecins légistes. Onze armes sur douze avaient été chargées par l’adjudant Bastien et le commandant Rémy pour chacun des trois pelotons d’exécution. Un enclos avait été réservé au public où « plus de deux cents personnes ont pris place », sous la neige tombante.

  • 75 Ibid.

58Eglem, Delalieux et Durieux sont attachés face au poteau, « car comme dénonciateurs, ils seront tous fusillés dans le dos ». Après la salve, le commandant Rémy donne le coup de grâce. Les corps sont rapidement évacués. À 7 h 10, Scauflaire, Destrain et Chéron apparaissent « dans cet ordre ». Pendant qu’ils sont attachés, des cris de « Sales boches » fusent de la foule. Après lecture du jugement, ils sont dégradés. Scauflaire se rebelle contre la fusillade dans le dos. À 7 h 15 la salve éclate. « Les médecins se précipitent. Aucun coup de grâce ne sera nécessaire ». Les corps sont immédiatement mis en bière et emportés par le camion des pompiers, « aucun corps n’ayant été réclamé par les familles75 ».

  • 76 Jérôme de Brouwer, "Un peuple civilisé n’use du dernier supplice qu’avec répugnance… " La peine de (...)

59Comme on le voit, le rituel reprend celui de l’exécution capitale au 19e siècle : annonce le soir par la justice du rejet du pourvoi, proposition d’assistance spirituelle, dernière nuit sous surveillance constante de peur d’une tentative de suicide, départ au petit matin pour le lieu d’exécution76. En raison du caractère militaire de l’exécution, à partir de ce moment, le rituel est modifié : un lieu adapté à la fusillade, une exécution groupée, sans doute pour souligner le caractère collectif du crime, trois pelotons d’exécution simultanés pour réduire les risques d’agonie lente. Le jugement est lu aux condamnés, ils sont attachés face au poteau. La première salve est plus hésitante que la seconde. Le récit évoque des détails sordides comme le coup de grâce après la première salve ou l’absence de requête familiale pour la récupération des corps. La présence du public parait canalisée. La Province insiste peu sur les mouvements de la foule, sinon les cris envers le second groupe. Quant aux dernières paroles des accusés, elles sont contrastées dans les deux groupes : dans le premier, deux évoquent des fidélités locales : « Vive Boussu », « Vive Jemappes », le troisième s’adresse à son ami « Au revoir Paul », en évoquant la Belgique, « Vive la Belgique ». Dans le second groupe, Scauflaire crie : « Je n’ai pas peur de mourir, nom de D., Vive la Belgique », Destrain lance « Vive la Belgique quand même ». Seul Chéron se tait.

  • 77 La Province, 1er et 2 mars 1947, p. 3.

Le jugement porte que l’arrêt sera affiché immédiatement après l’exécution dans dix-neuf communes, soit la commune d’origine des condamnés et les communes où ils ont accompli leurs forfaits. Aussitôt l’exécution accomplie devant le seuil des dix-neuf Maisons Communales, des pelotons de gendarmerie montés, sabre au clair, assurent la garde du pilori où les textes des arrêts sont exposés pour l’édification de chacun et la sauvegarde de la sécurité publique comme le veut la loi77.

9. Profils de collaborateurs : Chéron, Destrain, Scauflaire, Abrassart

  • 78 Aerts, La peine de mort

60Les juridictions militaires belges condamnèrent environ 1.250 collaborateurs à la peine de mort. 1.227 d’entre eux introduisirent un recours en grâce de 1944 à 1950. Parmi ces condamnés à mort, 242 furent exécutés. Subirent notamment ce sort six des douze « membres » de la « bande Chéron ». Ces derniers reflètent la variété des engagements qui menèrent à la potence. Leur diversité sociologique est importante78. Trois hommes d’âge mûr, neuf jeunes ; une femme et onze hommes ; deux intellectuels, deux artisans, des ouvriers, une ouvrière. Des rexistes convaincus après avoir été politiquement catholique (Chéron) ou socialiste communisant (Destrain), des individus sans emploi, une résistante « retournée ». Des mariés, séparés, divorcés ou célibataires.

61Chéron représente l’intellectuel catholique fourvoyé dans la collaboration rexiste violente. Ce qui amena ce bourgmestre de guerre à être fusillé, alors que ses collègues Boveroulle, Brasseur, Mulpas, Surin, Thon, seront soit graciés, soit condamnés à des peines de détention, c’est d’avoir fait couler le sang, indirectement, en particulier durant les dernières semaines de l’Occupation. Curieusement, son mentor, Achille Dieu, n’apparait que très indirectement au procès. De même que les membres du Cadre politique montois de Rex, très préoccupés de prendre des positions dans les structures administratives étatiques ou parastatales. Son conflit avec le procureur du roi le met en première ligne et en fait le chef de la « bande » qui sera jugée sous son nom. Destrain représente le jeune intellectuel, dont les idées socialistes vireront au national-socialisme et le pousseront à l’action comme secrétaire communal. Intelligent, grand organisateur, l’instituteur mettra la main sur l’appareil communal. Il lui sera reproché par Surin de faire « de la police rexiste ouvertement ». Homme d’action, Destrain ne renonce pas à son idéal national-socialiste, tout en sachant qu’il sera fusillé. Au départ du procès, il refuse de prendre un avocat. « J’ai joué, j’ai perdu, je paierai… ». Deux éléments ressortent du dossier, sa relation ambivalente avec Abrassart, devenue sa maîtresse sous la menace de torture et abandonnée sur la route de l’Allemagne après cet été de folie justifiant tous les excès et cette curieuse lettre à la Cour militaire, reprenant tous les éléments jugés négatifs durant le procès et qui témoigne d’une tentative désespérée d’échapper à son destin. Scauflaire représente le prototype de l’homme de main. Hableur, le boucher aime à poser en uniforme rexiste, mitraillette à la hanche. Poussé par un père qui échappera à la potence, il réussit à se fondre parmi les millions de déplacés et à se créer une nouvelle identité. Comme Chéron, il sera trahi pour avoir gardé des contacts avec sa famille. Découvert, il n’essaie même pas de retarder son transfert en Belgique, persuadé qu’il pourra s’expliquer devant les juges. L’importance de la famille se retrouve également chez les Eglem père et fils. En revanche, les petites mains amenées à faire le sale boulot sont plutôt des individus sans guère de lien social : Delalieux, Ladrière, Durieux, Moreau et Massaer s’embarquent dans la collaboration pour subsister.

62La seule femme de la « bande », Arthuria Abrassart, présente un profil plus complexe. Elle n’en a réellement fait partie que les quelques funestes semaines allant de son arrestation à la Libération. Idéologiquement et socialement, elle n’a rien à voir avec le kommando Chéron. Elle fait partie des 35 femmes condamnées à mort et c’est la seule qui provient de la résistance. Elle révèle aussi le destin de jeunes qui ayant pris courageusement des risques et ayant été confrontés à la violence, ont remis en cause leurs convictions et fait basculer leur vie.

  • 79 Salmon, La répression de la collaboration… .
  • 80 Flore Plisnier, Ils ont pris les armes pour Hitler. La collaboration armée en Belgique francophone, (...)

63Avec la présentation de cette dernière figure se clôt l’évocation d’un procès hors normes pour une situation exceptionnelle vécue dans le Borinage79. À l’instar d’autres groupes paramilitaires ou des auteurs de la tuerie de Courcelles, il témoigne de la diversité sociale et des dérives totalitaires « de ceux qui ont pris les armes pour Hitler80 ».

Notes

1 Cette recherche a été menée par Julie-Anaïs Rose dans le cadre de son mémoire de licence en histoire, présenté à l’Université catholique de Louvain, en 2001. L’article a été complété par des recherches menées sur des sources annexes. En raison de la notoriété de leur condamnation, les condamnés n’ont pas été anonymisés.

2 Palais de Justice, Bruxelles (dorénavant cité PJ), Auditorat général militaire (dorénavant cité AGM), dossier « Bande Chéron », D I Massaer, F IV n° 6, 7 juin 1945 ; Police de Charleroi, PV 59/33, interrogatoire de Massaer par Lemmens et Meunier, n° 14, 1er août 1945, SE BT Charleroi, PV 5613, rapport de Lambert à propos de Massaer.

3 Rappelons que la région fut libérée entre le 1er et le 3 septembre. Yves Bourdon et al., La poche de Mons : la libération en septembre 1944 de la région Mons-Borinage-Bavai-Maubeuge, Ottignies, Quorum, 1994.

4 Philippe Maes, Brigade A. Bande Duquesne. Quinze mois de terreur policière sur le Centre, Houdeng-Aimeries, Centre de recherches et de documentation régionales, 1993.

5 Albert Lobet, Collaboration policière sous l’Occupation : La Brigade B de Charleroi (« police Merlot »), 1943-1944, Louvain-la-Neuve, 1998 (Mémoire de licence, Université catholique de Louvain, inédit).

6 Fabrice Maerten, Du murmure au grondement. La Résistance politique et idéologique dans la province de Hainaut pendant la seconde Guerre mondiale (mai 1940-septembre 1944), 3 vol., Mons, Hannonia, 1999.

7 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D I Abrassart 26, Dépositions de témoins. 16 novembre 1944, audition d’Hélène Lepage.

8 Albert Monier, né en 1905, prit sa retraite en 1950. Archives de l’État, Mons, Procureur du Roi près le Tribunal de première instance, n° 457, Police judiciaire, dossiers relatifs aux officiers, inspecteurs et opérateurs. 1920-1992, n° 457. Il travaillait dans l’équipe d’Augustin van Wynendaele, inspecteur principal à la P.J. de Mons ; Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1, p. 153.

9 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D I Delalieu, F I, n° 94, SE SE/PT Mons PV 00299, transmis à l’auditeur militaire le 4 janvier 1946.

10 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D I Eglem, F V, n° 39, SE S.R/PT Mons, interrogatoire de Eglem fils par Monier, 5 janvier 1946.

11 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D I Eglem, F V, n° 32, Rapport sur Eglem fils par le Capitaine Gillain.

12 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D I Ef, F V n° 25, Armée belge, Security service, note du lieutenant Van der Plas.

13 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D I Ef, F V n° 24, SE, PV 8167 transmis à l’auditeur militaire le 4 octobre 1945.

14 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D II Gabriel Chéron, F X n° 92, 3 août 1945, SE police judiciaire n° 06026, compte rendu interrogatoire de Delalieux.

15 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D II Gabriel Chéron, F X n° 42, SE, PV n° 1078, transmis à l’administrateur de la Sûreté à Londres, le 13 décembre 1944.

16 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D II Gabriel Chéron, F I n° 9, SE SR/PT Mons PV n° 8446, rapport de Monier, 10 octobre 1945.

17 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D IV Chemise jugement et appel, n° 231 à 234, 24 janvier 1946, SE SR/PT Mons PV 4212, interrogatoire de Scauflaire par Monier.

18 Julie-Anaïs Rose, La "bande Chéron" : essai de compréhension de l’incivisme et des réactions qu’il a suscitées, Louvain-la-Neuve, 2001 (Mémoire de licence, Université catholique de Louvain, inédit), p. 109 et suivantes.

19 Martin Conway, Degrelle : les années de collaboration, Bruxelles, Labor, 2005.

20 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1, p. 87 et suivantes.

21 Nico Wouters, Oorlogsburgemeesters 40/44 : lokaal bestuur en collaboratie in België, Tielt, Lannoo, 2005 ; Maerten, Du murmure au grondement…

22 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D II Cour militaire, 15 décembre 1946, Procédure en cause de Massaer, note de R. Siméon.

23 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D III Plainte Dehon, PV du commissaire Pèlerin, du commissaire adjoint Vallez, de l’inspecteur principal Cordier, 12 novembre 1943.

24 Service public fédéral, Bruxelles (dorénavant cité SPF), Sécurité sociale, DG des Victimes de la Guerre, Otages fusillés. Série 11-18, série XVI, Rap. 497, Tr. 22.397 ; SPF, Sécurité sociale, DG des Victimes de la Guerre, MilitärBefehlshaber Belgien/NF, Oberstkriegsgerichtsrat, collectie AL-BAL, BAL XII, BAL 152/44. Renseignements aimablement fournis par Dimitri Roden. Voir Dimitri Roden, "In naam van het Duitse volk !" Het Duitse krijgsgerecht en de openbare orde in bezet België (1940-1944), Gand, 2015 (Thèse de doctorat, Universiteit Gent/École royale militaire, inédite), p. 426.

25 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D I. F. Conclusion du ministère public, 13 janvier 1947, bloc et kommando autonome de Quaregnon, p. 24 et 25.

26 Un autre homicide reste difficile à prouver. Le 15 août, Émile Bouillez passe devant la maison du bourgmestre Brasseur de Jemappes. Il est apostrophé par Eglem, amené à l’intérieur, violemment battu. Il mourra le 22 septembre 1944 d’un ictère, qu’il affirmera provoqué par ces coups. Néanmoins, il ne semble pas que son décès puisse être attribué à cette agression.

27 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D V Affaire de la Socol, PV des gendarmes D. et D. de la brigade de Baudour, 20 août 1944.

28 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D V Affaire de la Socol, Interrogatoire de Charles Dufrasne, 24 novembre 1945.

29 La Province, 13 mars 1946.

30 Voir Koen Aerts, "Repressie zonder maat of einde ?" De juridische reïntegratie van incivieken in de Belgische Staat na de Tweede Wereldoorlog, Gand, Academia Press, 2014 et Lawrence van Haecke, Repressie en epuratie. De bescherming van de uitwendige veiligheid van de Staat als politiek-juridisch probleem tijdens de Belgische regimecrisis (1932-1948), Gand, 2014 (Thèse de doctorat, Universiteit Gent, inédite).

31 John Gilissen, « Étude statistique de la répression de l’incivisme », in Revue de droit pénal et de criminologie, 1951, p. 513-628.

32 Archives générales du Royaume, Bruxelles, Ministère de la Justice. Secrétariat général. Dossiers de nomination des magistrats et greffiers de l’ordre judiciaire, et des officiers ministériels, dossier n° 2085 : Scarmure Marcel. Merci à Kirsten Peters de nous avoir renseigné ce dossier.

33 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1, p. 139-140. Il aurait participé au sabotage des arrêtés de l’occupant en matière judiciaire et à la préparation d’une « grève judiciaire », avec le procureur du roi Maurice Schmit. Voir aussi l’article de Clément Bourguignon dans ce même ouvrage.

34 Luc Huyse, Steven Dhondt, La répression des collaborations, 1942-1952 : un passé toujours présent, Bruxelles, Centre de recherche et d’information socio-politiques, 1993, p. 270 et 275.

35 Joëlle Salmon, La répression de la collaboration politique après la Seconde Guerre mondiale. Étude de cas relevant du Conseil de Guerre de Mons, Bruxelles, 1987 (Mémoire de licence, Université libre de Bruxelles, inédit), p. 105.

36 Une feuille clandestine paraît sous le même titre en janvier 1941.

37 « Les 3 Mousquetaires », in L’Unité Patriotique, 12 novembre 1944, p. 1.

38 Ibid., p. 2.

39 Le Journal de Mons et du Borinage, 5 mars 1946, p. 1.

40 La bande Chéron et cie devant le Conseil de guerre de Mons, p. 3. Il pourrait s’agir du capitaine René Rémy, commandant le district de gendarmerie de Mons, membre de l’Armée Secrète, arrêté en 1943 et libéré en septembre 1944, Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1, p. 163.

41 La bande Chéron et cie…, p. 3.

42 Ibid., p. 3 et 4.

43 Ibid., p. 11.

44 Ibid, p. 14 et 15.

45 Le Journal de Mons et du Borinage, 5 mars 1946, p. 2.

46 La bande Chéron et cie…, p. 49.

47 Annuaire administratif et judiciaire de la Belgique et de la capitale du royaume, Bruxelles, Bruylant, 1946.

48 La province, 14 mars 1946.

49 Ibid.

50 La Province, 15 mars 1946.

51 Ibid.

52 Pseudonyme de Hans Goeden, lieutenant de la GFP à Mons, véritable chef officieux de la cellule GFP de Mons ; Maerten, Du murmure au grondement…, t. 1, p. 245.

53 La Province, 15 mars 1946.

54 La Province, 26 juin 1946.

55 La Province, 27 juin 1946.

56 Sur le procès pour collaboration économique suite à la cession des intérêts pétroliers en Roumanie sous la pression de l’occupant, voir Michel Dumoulin, Petrofina. Un groupe pétrolier international et la gestion de l’incertitude. t. 1 : 1920-1979, Louvain-la-Neuve, Peeters, 1997.

57 La Province, 27 juin 1946.

58 La Province, 30 juin 1946. Il est à noter que les journaux ne sont pas très précis sur le nombre des condamnés. L’un d’entre eux signale que pour Eglem fils, Massaer et Durieux, « des circonstances atténuantes sont retenues ».

59 La Libre Belgique, 29 juin 1946, p. 5. Dans La Province, aucun commentaire n’est fait sur les réactions des condamnés ou de l’assistance. Et l’entrefilet paraît dans le numéro du 30 juin, alors que La Libre Belgique l’a signalé dans son édition du 29 juin.

60 PJ, AGM, Dossier « Chéron », D II, Lettre à monsieur le président de la Cour de cassation, 13 septembre 1946, remise au greffe le 24 septembre 1946.

61 La Libre Belgique, 23 octobre 1946, p. 2. Le chroniqueur judiciaire a oublié le nom de Delalieux, pourtant cité dans les minutes de la Cour. PJ, AGM, Dossier « Chéron », D II, D Cour Militaire, F Cour de cassation, n° 3, 21 octobre 1946, extraits des minutes de la Cour de cassation.

62 Koen Aerts, « La peine de mort dans la Belgique d’après-guerre : un sacrifice symbolique (1944-1950) ? », in Histoire et Mesure, XXIII, n° 1, 2008, p. 191-204.

63 Id, « De Kroon ontbloot. Genadeverlening bij de doodstraf tijdens de zuiveringen na de Tweede Wereldoorlog », in Cahiers d’histoire du temps présent, n° 17, 2006, p. 15-47. Nous remercions Koen Aerts de nous avoir autorisés à consulter la base de données réalisée pour son mémoire ; Id, "Persona non grata". Genadeverlening bij ter dood veroordeelden tijdens de repressie na de Tweede Wereldoorlog (1944-1950), Gand, 2005 (Mémoire de master, Universiteit Gent, inédit) ; Archives du Palais Royal, Bruxelles (dorénavant cité APR), 373-804, cité par Aerts, "Persona non grata"… .

64 APR, 368-638, cité par Ibid.

65 APR, 374-760, cité par Ibid.

66 APR, 371-372, cité par Ibid.

67 APR, 373-150 ; Centre d’étude Guerre et Sociétés (dorénavant cité CegeSoma), Fichier d’exécutés pour collaboration avec l’ennemi, AA1757 cité par Ibid.

68 APR, 367-973 ; CegeSoma, Fichier d’exécutés pour collaboration avec l’ennemi, AA1757 cité par Ibid.

69 APR, 369-975 ; CegeSoma, Fichier d’exécutés pour collaboration avec l’ennemi, AA1757 cité par Ibid.

70 APR, 370-424 ; CegeSoma, Fichier d’exécutés pour collaboration avec l’ennemi, AA1757 cité par Ibid.

71 APR, 372-421 ; CegeSoma, Fichier d’exécutés pour collaboration avec l’ennemi, AA1757 cité par Ibid.

72 APR, 365-340 ; CegeSoma, Fichier d’exécutés pour collaboration avec l’ennemi, AA1757 cité par Ibid.

73 Pour les femmes, voir Mathieu Roeges, « "Perverse, dangereuse, intrigante… ". Les stéréotypes entourant la femme incivique à travers les procès des condamnées à mort par la justice belge après la Seconde Guerre mondiale », in Cahiers d’histoire du temps présent, n° 20, 2008, p. 195-232.

74 La Province, 1er et 2 mars 1947, p. 3.

75 Ibid.

76 Jérôme de Brouwer, "Un peuple civilisé n’use du dernier supplice qu’avec répugnance… " La peine de mort en Belgique au 19e siècle, Louvain-la-Neuve, 2009 (Thèse de doctorat, Université catholique de Louvain, inédite).

77 La Province, 1er et 2 mars 1947, p. 3.

78 Aerts, La peine de mort

79 Salmon, La répression de la collaboration… .

80 Flore Plisnier, Ils ont pris les armes pour Hitler. La collaboration armée en Belgique francophone, Bruxelles, Luc Pire, 2008.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les accusés et leurs défenseurs au procès de la « bande Chéron » (instance et appel), 1946
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5614/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

Auteurs

(Université catholique de Louvain)
Licenciée en histoire de l’Université catholique de Louvain. Sous la direction de Paul Servais, elle a rédigé en 2001 un mémoire intitulé La « bande Chéron » : Essai de compréhension de l’incivisme et des réactions qu’il a suscitées. Elle a complété sa formation par l’agrégation et un DES en Gestion culturelle à l’Université libre de Bruxelles. Elle est actuellement responsable administrative et financière chez Promotion Théâtre asbl.

(FNRS, Université catholique de Louvain)
Directeur de recherche du Fonds national belge de la recherche scientifique (Centre d’histoire du droit de la justice) et professeur aux Universités de Louvain-la-Neuve, Bruxelles et Luxembourg. Durant l’année 2015- 2016, il est résident de l’Institut d’Études avancées de Paris. Spécialiste de l’histoire du crime et de la justice dans la longue durée occidentale, il a notamment coédité dans la même collection Justices militaires et guerres mondiales (1914-1950), (Louvain-la-Neuve, 2013).

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search