Version classiqueVersion mobile

Mons dans la tourmente

 | 
Amandine Dumont
, 
Amandine Thiry
, 
Xavier Rousseaux
, 
et al.

Deuxième partie. Deuxième Guerre mondiale

Les homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement de Mons (avril 1943-novembre 1944)

Amandine Thiry

Texte intégral

  • 1 Cf. Jan Laplasse, Karolien Steen, « Het verzet gewogen. Een kwantitatieve analyse van politieke aan (...)
  • 2 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 177-204.
  • 3 Laplasse, Steen, « Het verzet gewogen.… », p. 227-260.
  • 4 Amandine Thiry, "Le tribut des temps troubles". La justice face aux homicides attribués à la résist (...)

1L’historiographie belge n’avait pas révélé jusqu’à présent de bilan chiffré concernant les homicides commis par la résistance durant l’Occupation, au contraire des attentats et des actions de sabotages1. Théâtre d’un embrasement de violence à l’été 1944, l’arrondissement judiciaire de Mons constitue un observatoire privilégié du phénomène. Les recherches antérieures avaient déjà montré la flambée des homicides qui le caractérise2 et le puissant ancrage de la résistance armée sur son territoire3. La conjonction des deux phénomènes a stimulé la production d’un mémoire de maitrise duquel est tirée la présente contribution4.

  • 5 Pierre-Jean Niebes, Inventaire des archives du Parquet du procureur du Roi près le Tribunal de prem (...)
  • 6 Ces dossiers portent les numéros d’inventaire : 1089 à 1102.

2Si l’arrondissement de Mons compose un terrain de recherche exceptionnel, c’est également grâce à l’abondance des traces écrites de ce phénomène au sein des archives du parquet de Mons. Le versement effectué aux Archives de l’État à Mons le 26 mai 2004 comportait des archives judiciaires couvrant la période d’occupation et l’après-guerre5. Parmi ces archives, les « dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940- 19456 » ont constitué l’épine dorsale du corpus étudié. Extrêmement riches – non seulement par l’éventail des informations qu’ils contiennent, mais encore par la dizaine de milliers de documents qu’ils représentent – ces dossiers s’articulent, comme leur intitulé l’indique, autour de pièces de correspondances.

3La fourchette chronologique de cette contribution est délimitée par les sources : les dossiers sélectionnés concernaient des crimes ayant été perpétrés entre le 26 avril 1943 et le 8 novembre 1944. L’intervalle allouait un terrain de recherche relativement large, traversant plusieurs temporalités : Occupation, mouvement libératoire, immédiate sortie de guerre. Il permettait d’interroger la violence perpétrée par la résistance au-delà des balises chronologiques traditionnelles. Il importe d’appréhender les homicides commis par la résistance dans leur profondeur chronologique, de jauger leurs évolutions, de soupeser les tendances que leurs valeurs absolues laissent entrevoir. Les aspérités du contexte de guerre (et de sortie de guerre), les antagonismes sociaux contemporains ou antérieurs peuvent contribuer à expliquer ces évolutions (Point 1). Ils ne constituent toutefois pas une panacée pour aborder un type de violence interpersonnelle souvent liée à des motifs beaucoup plus profonds et disparates.

  • 7 Jean-Claude Chesnais, Les morts violentes en France depuis 1826. Comparaisons internationales, Pari (...)
  • 8 Laurent Mucchielli, « Les homicides », in Laurent Mucchielli, Philippe Robert (ed.), Crime et sécur (...)

4De quelle manière la violence « résistante » a-t-elle pu être engendrée et absorbée par un tissu sociétal spécifique, celui de l’arrondissement judiciaire de Mons ? Au-delà du caractère structurel de la forme de violence « homicide »7, les crimes au centre de notre étude peuvent être considérés selon la définition générale proposée par Mucchielli, comme des « comportements qui résultent d’interactions entre des auteurs et des victimes, dans des situations données et dans des contextes historiques, sociaux et culturels donnés8 ». En contrepoint des facteurs plus structurels évoqués plus haut, le point 2 esquisse un profil sociologique des victimes et de leurs agresseurs présumés.

5Les écueils de l’enquête judiciaire sur ces affaires d’homicides constituent le troisième axe de cette contribution (Point 3). Trois de ces difficultés – propres aux temporalités de guerre et de sortie de guerre – y sont analysées de manière transversale : l’ingérence des autorités allemandes et des polices supplétives, les écueils liés aux troubles de la Libération et les silences persistants de la part des témoins.

1. Les homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement de Mons

  • 9 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 177-204.
  • 10 Ibid.

6Loin de constituer des entités étanches évoluant indépendamment des réalités de l’Occupation, les faits nécessitent d’être placés dans une perspective diachronique : celle d’une hausse globale des homicides. Durant la Seconde Guerre mondiale, le nombre de décès résultant de violences interpersonnelles atteint un sommet inégalé dans l’histoire contemporaine belge : de 109 cas en 1941, les homicides passent à 216 en 1942 puis à près de 700 en 1943 et à 1852 en 19449. Cette flambée inouïe qui se manifeste durant l’intervalle 1942-1946 est influencée par un écheveau complexe de facteurs, difficiles à distinguer pour le chercheur. Pour l’expliquer, Antoon Vrints a toutefois postulé et étayé la conjonction de deux phénomènes généraux : « Une spirale infernale d’action et de réaction est enclenchée qui prendra à l’été 1944 le caractère d’une mini-guerre civile. Par ailleurs, la paupérisation massive de larges couches de la population et l’érosion simultanée du monopole étatique de la violence sous l’Occupation mènent à l’apparition d’un terreau favorable au banditisme10 ».

  • 11 L’unité de compte « victime » s’impose d’elle-même pour rendre le plus fidèlement compte des variat (...)

7Ces phénomènes apparaissent comme une réalité dans l’arrondissement de Mons. Une étude minutieuse des variations du nombre de victimes d’homicides attribués à la résistance apporte toutefois de précieuses nuances11. Non équivoque sur ce point, la représentation graphique suivante atteste clairement des fractures que constituent à la fois le mois du débarquement et celui de la Libération.

  • 12 Population examinée : 220 sur 228 victimes totales.

Figure 1 : Évolution mensuelle du nombre de victimes en valeurs absolues. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement de Mons (avril 1943 - novembre 1944)12

Figure 1 : Évolution mensuelle du nombre de victimes en valeurs absolues. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement de Mons (avril 1943 - novembre 1944)12

Source : AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.

1.1. Une action meurtrière parcimonieuse ? (avril 1943 – mai 1944)

  • 13 Archives de l’État, Mons (dorénavant cité AÉM), Parquet du procureur du Roi près le Tribunal de pre (...)
  • 14 Le premier attentat, qui se déroule le 11 août 1941 à Leuze, coûte la vie à un industriel. Le 17 se (...)
  • 15 Albert De Jonghe, « La lutte Himler-Reeder pour la nomination d’un HSSPF à Bruxelles, Troisième par (...)
  • 16 Affectant toutes les strates de la population à partir du printemps 1943, cette mesure particulière (...)
  • 17 AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procureur du (...)

8C’est avril 1943 qui fournit à l’arrondissement judiciaire de Mons le premier homicide dont l’auteur – bien que restant inconnu pour le parquet – est soupçonné d’appartenir à la résistance13. Cette exécution présente des antécédents au rang provincial : les deux premiers meurtres isolés de rexistes ponctuent la fin de l’été 1941 dans l’arrondissement judiciaire de Tournai14. À l’échelon du pays, une première augmentation significative du nombre d’attentats sur les partisans de l’Ordre nouveau est par ailleurs déjà observée dans la seconde partie de l’année 194215 ; augmentation à laquelle l’instauration du travail obligatoire en Allemagne en octobre 1942 n’est sans doute pas étrangère16. Témoignage évocateur du climat d’avril 1943 dans la région : à un peu plus d’une dizaine de kilomètres du lieu de la première exécution, des goudronnages de façades accusateurs ont touché 13 domiciles de La Louvière en deux nuits17.

  • 18 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 183.
  • 19 Fabrice Maerten, « Armée Secrète (AS) », in Paul Aron, José Gotovitch (ed.), Dictionnaire de la Sec (...)
  • 20 Maerten, « Le Front de l’Indépendance… », p. 472.

9Hantés par le souvenir de la Première Guerre mondiale, nombre de jeunes hommes choisissent de se réfugier dans la clandestinité pour échapper à la mainmise allemande18. Ce recrutement est surtout le fait des Partisans Armés (PA), branche armée du Parti communiste spécialisée dans les attentats et sabotages, et de l’Armée secrète, principale formation militaire de la résistance, dirigée par des officiers de carrière et surtout de réserve19, qui dispose d’atouts en termes d’encadrement et de matériel pour attirer les recrues. Si la force de frappe potentielle des mouvements s’en voit amplifiée, cette vague de recrutement possède également ses zones d’ombre. Une petite minorité des nouveaux effectifs n’hésite pas à effectuer des réquisitions pour son propre compte et à utiliser la violence contre des personnes sans lien avec l’occupant20.

  • 21 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 183. L’auteur s’appuie pour déterminer ces ferments sur E(...)
  • 22 AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procureur du (...)

10Toutefois, le phénomène ne se limite pas à la résistance. La précarité incite un certain nombre de bandes itinérantes de réfractaires à adopter une stratégie de survie plus radicale. Sur le plan structurel, la seconde moitié de l’Occupation contient les ferments nécessaires à l’épanouissement du banditisme : une paupérisation massive et l’affaiblissement de la souveraineté de l’État. Cette criminalité de droit commun est également alimentée par la rancœur née du contraste entre, d’une part, la détérioration du niveau de vie dans les villes et les banlieues industrielles et d’autre part, la relative aisance matérielle des habitants des campagnes. Cet antagonisme fermiers-ouvriers, très exacerbé dans le Hainaut, s’ajoute en outre à la désagrégation du tissu social et familial durant la seconde moitié de l’Occupation21. Sur le territoire placé sous la surveillance de la compagnie de la gendarmerie de Mons, par exemple, le climat général de septembre 1943 semble largement s’en ressentir : « La population est toujours troublée par les nombreux incendies et les vols qui ont été commis. Les fermiers continuent à recevoir des lettres de menaces et craignent pour leurs biens. Les attentats et les vols à main armée surexcitent la population22 ».

  • 23 Maerten, « Le Front de l’Indépendance… », p. 472-474.

11Une instruction permettra d’identifier durant l’après-guerre des suspects pour cinq des 21 affaires d’homicides attribués à la résistance recensées en 1943. La majorité d’entre elles (4) mettent en scène des membres des Partisans Armés du secteur 022 (Borinage), ce qui ne semble pas être un hasard : suite aux arrestations massives de l’été 1943 dans le Borinage, c’est Adelson Charlier qui reprend solidement les rênes du secteur. Selon Maerten, les actes de sabotage et les attentats contre les collaborateurs se multiplient dès lors sous son égide dès le début de l’automne 194323.

1.2. L’escalade (juin 1944 - août 1944)

12L’explosion des homicides imputés à la résistance dans l’arrondissement à partir de juin 1944 est sans commune mesure avec les variations toutes relatives de 1943. Les mois de juin, juillet et août 1944 totalisent à eux seuls durant la période étudiée près de 70 % des victimes (154 des 228 victimes). Si juin voit en moyenne une victime succomber par jour sous les balles de « résistants » (cause majoritaire des décès), juillet marque un stade intermédiaire avant le cataclysme du mois d’août 1944 durant lequel, en moyenne, plus de deux victimes périssent par jour des suites de ce type de violence.

  • 24 De nouvelles précautions critiques entraînent pour cette strate d’analyse l’exclusion de 19 victime (...)

13Pour sonder les motifs de cette escalade fulgurante, l’approche hebdomadaire (Figure 2) représente sans doute la strate d’analyse la plus appropriée24.

  • 25 Population examinée : 166 victimes sur les 185 éliminées au cours de la période.

Figure 2 : Évolution du nombre de victimes par semaine du lundi 8 mai au dimanche 15 octobre 1944. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons25

Figure 2 : Évolution du nombre de victimes par semaine du lundi 8 mai au dimanche 15 octobre 1944. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons25

Source : AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.

  • 26 Mouvement de résistance populaire initié par le Parti communiste. Cf. José Gotovitch, « Front de l’ (...)
  • 27 Maerten, Colignon, La Wallonie sous l’Occupation…, p. 150 ; Maerten, « Le Front de l’Indépendance…  (...)
  • 28 Une liste précise des arrestations et exactions commises par cette bande en juin, juillet et août 1 (...)

14L’augmentation graduelle des homicides observée mensuellement entre juin et août se transpose très clairement à l’échelle hebdomadaire. À ce titre, il ne semble pas anodin que la semaine du débarquement en Normandie, celle du 5 juin, amorce cette flambée d’homicides attribués à la résistance. Après les grands bombardements aériens d’avril-mai 1944, la nouvelle se propage et apporte une forte bouffée d’espoir aux populations hennuyères. Au même moment, les effectifs du Front de l’Indépendance26 borain décuplent sous l’effet de l’annonce27. À l’autre bout du spectre, les collaborateurs sont gagnés par l’angoisse. Pour les membres de la bande Duquesne, les jours qui suivent le débarquement sont toutefois l’occasion de frapper toujours plus largement les « terroristes » et de tenter de démanteler leurs réseaux grâce aux aveux et dénonciations obtenus sous la torture28.

  • 29 Cette administration est placée à la tête du pays le 18 juillet 1944. Maerten, Colignon, La Walloni (...)
  • 30 Nous renvoyons à la contribution de Julie-Anaïs Rose et de Xavier Rousseaux dans le présent ouvrage
  • 31 Créée sous l’impulsion d’Edgard Duquesne, agent de change, et de quatre agents de police supplétifs (...)
  • 32 La dernière arrestation de la bande Duquesne a par exemple lieu le 28 août, malgré la grave menace (...)
  • 33 Nationalsozialistisches Kraftfahrkorps (« Corps motorisé national-socialiste »), chargé d’assurer d (...)

15La spirale « terreur-contre-terreur » semble par ailleurs avoir eu un caractère déterminant. Soutenue par l’administration civile allemande29, la répression exercée par les polices allemandes et les bandes rexistes de la région du Centre et du Borinage (bande Chéron30 et bande Duquesne31, majoritairement) est féroce. Elle ne ralentit en rien malgré l’avancée spectaculaire des Alliés à la mi-août 194432. Loin de se résumer uniquement à l’opposition binaire « communistes-rexistes », elle met aux prises d’autres acteurs : réfractaires, membres de bandes armées, porteurs d’uniformes allemands (NSKK33, Garde wallonne), etc. À la lisière de cette lutte implacable, plusieurs homicides reflètent ainsi le caractère non monolithique de la violence de l’été 1944.

  • 34 Nous empruntons cette notion à Luc Capdevila. Luc Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’Occupati (...)
  • 35 Branche armée du Front de l’Indépendance. Cf. Gotovitch, « Front de l’Indépendance… », p. 198-201.
  • 36 José Gotovitch, « Partisans armés (PA) », in Aron, Gotovitch (ed.), Dictionnaire de la Seconde Guer (...)

16Si les derniers attentats commis sous l’Occupation sont en partie justifiés par la nécessité de faire taire de dangereux dénonciateurs ou de procéder à une forme de justice populaire tenant parfois de « l’intransigeance morale »34, force est de constater que cette explosion tardive et fulgurante laisse affleurer des motivations moins patriotiques. La faiblesse de la direction des Partisans armés (PA35) dans le Borinage durant l’été 1944, touchée de plein fouet par les arrestations, n’est notamment pas étrangère au développement de quelques groupes, dont le comportement s’apparente davantage au banditisme de droit commun36.

  • 37 Ces 24 victimes contiennent toutefois 4 victimes « suspectes ».
  • 38 Maerten, Colignon, La Wallonie sous l’Occupation…, p. 150.
  • 39 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.583 P, Lettre du procureur du Roi a (...)
  • 40 Cette non-réception est invoquée par Robert Borne, chef de bataillon PA, pour justifier l’assassina (...)

17Quoi qu’il en soit, la spirale de violence extrême engendrée par la résistance culmine la semaine précédant – et le jour même de – la Libération de la ville de Mons, le 3 septembre 1944. Le chiffre record de 24 victimes37 est en effet atteint dans la semaine du 28 août, ce qui lui donne la moyenne de plus de trois victimes par jour. La nouvelle de la Libération de Paris le 25 août, que relayent la radio et le bouche-à-oreille, ainsi que l’évacuation progressive des administrations militaires rendent palpable l’imminence de la Libération pour la population hennuyère. Les féaux de l’ennemi, eux aussi, lèvent le camp : dès le 30 août, la Garde wallonne a disparu de Mons38. Tandis que l’angoisse des représailles et des destructions allemandes confine la population citadine à domicile, les actions de la résistance armée s’amplifient. Paul Ballez, commandant du corps 023 des PA (Centre) déclarera plus tard avoir donné l’ordre « de la guérilla ouverte contre les SS, les gardes wallonnes, les rexistes et les officiers de la Wehrmacht » le mardi [29 août] précédant la Libération. Cet ordre exigeait de « les abattre partout où ils se trouvaient et [de] récupérer le matériel ». Un contrordre, donné « avant l’arrivée des Américains39 », prescrit que les prisonniers allemands et autres doivent être remis à la gendarmerie. Des doutes sur la bonne réception de ce contrordre peuvent toutefois subsister40.

1.3. L’apaisement des esprits ? (septembre - novembre 1944)

  • 41 Henri Huet (colonel breveté d’état-major en retraite), « La "poche de Mons" », in Francis Balace (e (...)
  • 42 Ce chiffre représente une estimation. Ibid., p. 47.
  • 43 Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’Occupation…, p. 131.

18La soudaine décrue des homicides en septembre 1944 nécessite enfin une attention particulière. Elle suit de près l’arrivée des forces américaines dans la région les 2 et 3 septembre (la 3rd Armoured Division et la 1st Infantry Division du VIIe Corps)41. Malgré la libération de la ville de Mons, le 3 septembre, la circonscription est loin d’être épargnée par les combats dans la semaine suivante. Il faut préciser que dès la soirée du 2 septembre, les forces allemandes se trouvent encerclées dans la célèbre « poche de Mons ». Un vide d’environ trente kilomètres sépare en effet la division blindée américaine (située à Mons-Ghlin-Frameries) et la division d’infanterie (Avesnes), qui, toutefois, n’en prennent pas conscience avant le lendemain midi. Cette prise de conscience tardive de la situation permet à près de la moitié des 60 à 70 000 Allemands cernés de s’échapper42. Jusqu’au 8 septembre, plus de 25 000 soldats allemands se rendent ; 3500 autres trouvent la mort. Ces éléments de contexte nous incitent donc à replacer les exécutions commises durant cette semaine du 4 septembre dans un contexte de guerre. Mais il est clair, comme le souligne Luc Capdevila, que la violence de sortie de guerre est « un phénomène social qui dépasse le cadre de l’épuration et de la guerre stricte43 ».

  • 44 Nous recensons six victimes ce jour-là. À partir de cette date, les homicides n’atteindront plus qu (...)
  • 45 Bourdon, Faucon, Toubeau et Huet estiment, quoique sans citer de source précise, qu’environ septant (...)
  • 46 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.583 P, Lettre du procureur du Roi a (...)
  • 47 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 57.723 P, Lettre du procureur du Roi a (...)

19En effet, si une chronologie plus fine nous permet d’observer le point d’inflexion44 que constitue la journée du 3 septembre 1944 – elle-même hautement meurtrière pour la résistance45 – il faut se garder d’y voir une forme de « démobilisation des esprits ». Durant la semaine suivante, la résistance continue à traquer les fuyards et traînards et à nettoyer les intervalles non parcourus par les unités de combat alliées. Ainsi, malgré la présence de troupes américaines à La Louvière le 5 septembre 1944, une « atmosphère fiévreuse de combat et de danger46 » couve encore dans la région. D’importantes cohortes d’Allemands en armes circulent encore dans les bois de communes « libérées », comme à Cambron-Casteau, le 4 septembre47.

  • 48 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.621 P et 59.755 P.
  • 49 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.621 P, 59.755 P. et 56.002 P.

20Un climat d’extrême suspicion éclaire enfin les accrochages accidentels, mais mortels entre membres de la résistance. Répertoriés dans le corpus jusqu’à la fin de septembre48 et début du mois d’octobre49, ils s’observent lors des contrôles des barrages routiers mis en place par la résistance en vue de procéder aux dernières arrestations de suspects.

21Paradoxalement, ce faible taux d’homicides du mois d’octobre ne témoigne nullement d’un relâchement des tensions dans la mesure où, par ailleurs, de nombreux troubles sont provoqués par des mouvements de résistance armée. Un esprit de vengeance, imprégné d’antagonismes sociaux, semble être resté longtemps vivace après la Libération dans certaines parties de la circonscription, en particulier dans le Centre. Il faudra attendre la fin du mois de novembre et l’intervention américaine pour que le FI (Front de l’Indépendance) et sa branche armée, les PA, démobilisent, non sans que de nouvelles difficultés aient encore surgi.

22Il faut enfin mentionner une forme d’homicides absente de notre corpus : les homicides perpétrés par les résistants sur les Allemands en déroute. Il n’est pas interdit de penser qu’ils nous échappent totalement dans la mesure où ils auront échappé à la justice belge.

  • 50 Cf. notamment AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.509 P et 57.456 P.
  • 51 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 58.294 P.
  • 52 Qui interviendra à des moments différents selon les mouvements.

23Au terme de ce parcours chronologique, il est bon de rappeler quelques évidences. Si la forme la plus extrême de violence interpersonnelle a servi de canevas à notre analyse, nous n’avons pas perdu de vue les limites de notre observation. Aussi avons-nous choisi de dépeindre à grands traits l’évolution du climat des mois cruciaux de l’intervalle juin-novembre 1944. Au-delà des homicides, la violence quotidienne perpétrée par la résistance est, elle, diluée dans des actes qui ne se concluent pas toujours par la mort de la victime : arrestation, incarcération voire torture de suspects50, tontes, orchestration de lynchages populaires51, mais également violence verbale, réquisitions abusives, atteintes aux biens, etc. Les membres de certains groupements de résistance, fraîchement sortis de l’ombre, vont ouvertement monopoliser dans l’arrondissement une grande partie de la violence institutionnelle qu’ils n’accepteront de rendre à « l’État » qu’à la faveur d’un désarmement forcé52.

2. Esquisse sociologique : profil des victimes et des suspects

  • 53 Minoritaire tout d’abord par leur appartenance à la résistance organisée – qui n’englobe que 3 à 5  (...)
  • 54 Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse. Essai d’historiographie, Paris, (...)

24Qui sont les « protagonistes » de ces homicides attribués à la résistance ? Si le versant des suspects parait d’avance circonscrit par notre problématique, il n’en demeure pas moins hétérogène. Ces suspects représentent tout d’abord une frange d’individus doublement minoritaire à l’échelle de la population locale53. Que les qualificatifs « authentique » ou « pur » soient parfois appliqués au substantif « résistant » trahit en outre une réalité poreuse et ambivalente. Tout en gardant en mémoire « l’impossibilité d’enfermer dans une grille d’intelligibilité la réalité multiforme de la résistance54 », nous tenterons d’établir un profil sociologique des résistants impliqués dans des affaires d’homicides.

25Mais ces questions nécessitent au préalable de nous tourner vers l’autre versant des protagonistes de ces affaires, celui des victimes. La question de leur profil est intrinsèquement liée aux mobiles du crime, question épineuse s’il en est. Au-delà d’une esquisse de profil – basé sur le sexe, l’âge et la profession – nous nous prêterons à l’exercice périlleux de la typologie, qui posera un éclairage en demi-teinte sur la thématique du mobile.

2.1. Profil sociologique des victimes

  • 55 Nous avons exclu pour ce comptage 19 victimes d’« homicides suspects » (10 hommes et 9 femmes).
  • 56 Quatre victimes sur 20 (hors homicides suspects).
  • 57 Soit 50 sur 96 victimes féminines.
  • 58 Soit 18 sur 113 victimes de sexe masculin.

26L’analyse du premier élément de profil sociologique des victimes, le genre, fournit un résultat fondamental pour la compréhension du phénomène étudié. Sur 209 victimes recensées au sein du corpus55, 96 sont de sexe féminin, soit un peu moins de 46 %. Sans prétendre démêler l’inextricable nœud de facteurs qui caractérise le phénomène, nous pouvons constater qu’il n’est toutefois pas figé dans le temps : le genre féminin caractérise 49,2 % des victimes en 1944 contre seulement 20 % en 194356. Nos sources attestent en outre que plus de la moitié des victimes féminines ont été tuées dans leur propre domicile (52,1 %57) contre, semble-t-il, une bien plus faible proportion d’hommes (15,9 %58).

27Les femmes victimes de la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons sont en moyenne 4 ans plus jeunes que leurs compagnons d’infortune (36 ans contre 40 ans). La mortalité féminine frappe de manière plus prononcée la tranche des 25- 29 ans et, à un degré moindre, celle des 35-39 ans ; les victimes de sexe masculin, quant à elles, intègrent majoritairement les classes des 35-39 ans et 40-44 ans.

  • 59 Une classe sociale se définit à l’aide de plus nombreux éléments que la seule profession des indivi (...)
  • 60 Ces données, trop insignifiantes par leur caractère restreint, ne permettent toutefois pas de circo (...)

28Au niveau socio-professionnel, la palette des victimes masculines se dissémine dans de nombreuses catégories. Toutes les classes sociales y semblent représentées, avec peut-être une prédominance de la classe moyenne59. Le profil socio-professionnel des victimes féminines est plus délicat à appréhender, vu le nombre important de valeurs manquantes (près de 65 %). Se situe en tête les professions qui requièrent un contact quotidien avec une clientèle (16,7 %), suivies de près par celle de ménagères et assimilées et enfin par les employées60.

29Ces éléments disparates n’ont permis de dresser qu’un portrait impressionniste des victimes. Si toute catégorisation aboutie relève de la gageure, une typologie peut fournir quelques éléments majeurs pour la compréhension du phénomène.

Figure 3 : Répartition des victimes d’homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943 – novembre 1944) par catégories

Figure 3 : Répartition des victimes d’homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943 – novembre 1944) par catégories
  • 61 Dans un souci d’exhaustivité, nous avons également sélectionné quelques affaires où le mot résistan (...)

Note61

Sources : AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.

  • 62 Les catégories dégagées pour l’exercice ne possèdent en outre pas de caractère « exclusif » : plusi (...)

30Ces données ne possèdent toutefois qu’une valeur indicative : c’est la suspicion et le résultat (parfois provisoire) d’une instruction qui guident chaque placement de victime dans une catégorie62. Le nombre extrêmement important de suspects de la première catégorie ne doit pas nous faire oublier que le vernis patriotique a pu recouvrir d’autres motivations moins commodes à justifier pour les auteurs d’homicides appartenant à la résistance.

Les collaborateurs « avérés »63

  • 63 Cette formule fait naturellement fi du caractère insaisissable de la réalité et des autres mobiles (...)
  • 64 Corporation nationale de l’agriculture et de l’alimentation. Créée par le secrétaire général de l’A (...)
  • 65 Défense aérienne passive. Nouvelle appellation (1940) du Commissariat général de la protection aéri (...)
  • 66 Soit 58 victimes sur 170 (34,11 %). Ces chiffres doivent bien entendu être interprétés avec prudenc (...)

31Au sein de la nébuleuse de l’occupant et des relations avec l’occupant, la figure du collaborateur reste minoritaire. Considérés dans leur ensemble, les membres du parti rexiste ou du Vlaams Nationaal Verbond (VNV), de mouvements de collaboration, d’organismes créés par l’occupant (Werbestelle) ou encore de structures intégrées par les partisans de l’ordre nouveau (CNAA64, DAP65) ne totalisent qu’un peu plus d’un tiers de cet agglomérat de victimes réputées « antipatriotiques »66.

Figure 4 : Répartition des victimes identifiées comme ayant été membres d’un mouvement de collaboration, du parti rexiste ou du VNV, ainsi que d’organismes massivement intégrés par les partisans de l’ordre nouveau

Figure 4 : Répartition des victimes identifiées comme ayant été membres d’un mouvement de collaboration, du parti rexiste ou du VNV, ainsi que d’organismes massivement intégrés par les partisans de l’ordre nouveau

Source : AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.

  • 67 À partir du 1er juin 1943, la Légion Wallonie fut détachée de l’armée de terre et versée dans la Wa (...)
  • 68 Gotovitch, Du rouge au tricolore…, p. 176.
  • 69 Cf. notamment AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 54.027 P, 56.620 P et 57 (...)

32Si le tableau ci-dessus sépare de manière relativement nette les catégories de collaborateurs, il n’est pas exclu que les appartenances aient été plus souvent multiples. Il n’est pas anodin que les porteurs d’uniformes de l’armée allemande (Feldgendarmes auxiliaires, membres de la Légion Wallonie et NSKK)67 forment presque la moitié des victimes : ils constituent des cibles à hautes charges symboliques « qui cumulent la tare de la trahison avec celle de la participation directe à la guerre68 ». Au sein des membres de polices supplétives, on note l’absence de membre de la brigade F (bande Laitat à Mons) et de la bande Jayé regroupant des Gardes wallonnes dans le Borinage, qui semblent mieux protégées. Il faut en outre mentionner qu’une petite minorité d’individus venaient de démissionner ou de se désaffilier de leur mouvement au moment où ils ont été abattus69.

Des individus assimilés aux collaborateurs : les multiples visages du traître70

  • 70 On se reportera pour la Première Guerre mondiale à Laurence Van Ypersele « "Au nom de la Patrie ! À (...)

33Au-delà de cette collaboration « institutionnelle », il semble que ce soient d’autres formes ostensibles de trahison (avérée ou présumée) qui aient motivé l’exécution. Rentrent dans cette catégorie des relations de toutes natures avec des partisans de l’ordre nouveau ou avec l’occupant (incluant certaines femmes suspectées de « collaboration horizontale »), la fourniture de ressources matérielles à l’ennemi, le travail à la solde de l’occupant (souvent le petit personnel effectuant des tâches de service). Figurant également en bonne place, les tenanciers (ou tenancières) de cafés fréquentés par l’armée allemande ou des collaborateurs apparaissent comme des proies récurrentes. Même s’il n’a pas d’actes antipatriotiques à son actif, le germanophile notoire intègre également le spectre de la traîtrise. Ce qualificatif recouvre d’ailleurs une réalité très hétéroclite.

  • 71 Nous n’avons trouvé de traces de dénonciations précises qu’à l’égard de 20 victimes sur les 170 rec (...)
  • 72 Cf. notamment AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.369 P, 55.973 P et 56 (...)
  • 73 Cf. notamment AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.784 P et 55.972 P.
  • 74 Le cas de René P., qui marié à une allemande, n’a jamais avoué aucun des faits qui lui ont été repr (...)
  • 75 Cf. notamment AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.220 P, 55.369 P, 56.4 (...)

34Dans cet imbroglio de griefs à l’égard des victimes – qui s’enchevêtrent très régulièrement – la suspicion de dénonciation est également monnaie courante. Elle s’ajoute souvent à d’autres accusations, de manière parfois très laconique. Majoritairement féminines, les victimes accusées de dénonciations (précises71 ou non) figurent parfois sur les listes de traîtres à abattre72. Quelques-unes d’entre elles auraient été trouvées, au moment de leur agression, en possession d’une liste de réfractaires qu’elles s’apprêtaient à dénoncer73. Les liens familiaux avec l’occupant74 ou avec des collaborateurs75 (soupçonnés ou avérés) façonnent un autre pan non négligeable de cette traîtrise par procuration qui nous permet d’introduire une troisième catégorie.

Les « enrichis », les nantis

  • 76 Francis Balace, « Collaboration et répression en Wallonie : un regard particulier ? », in José Goto (...)

35Sans doute, cette catégorie d’individus constitue-t-elle un des nombreux autres visages du traître ou de l’« incivique » au premier sens du terme, comme le soulignent d’aucuns76. Ces victimes lorsqu’elles n’étaient pas entourées du soupçon de l’incivisme ont toutefois été placées dans la catégorie « Autres victimes personnellement visées ».

  • 77 Cf. Fabrice Maerten, « L’impact du souvenir de la Grande Guerre sur la Résistance en Belgique duran (...)
  • 78 Balace, « Collaboration et répression en Wallonie… », p. 58.
  • 79 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 51.412 P, 53.999 P, 55.245 P, 55.573 P (...)
  • 80 En ce qui concerne les affaires d’assassinats de fermiers ou d’habitants de fermes, ce motif n’inte (...)
  • 81 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.416 P.

36Durant l’Occupation, le poids du soupçon et de l’opprobre n’épargne pas celui qui montre des signes d’opulence : la figure de l’« enrichi de guerre » était déjà un poncif au lendemain de la Première Guerre mondiale. Bien que ces représentations disparaissent de la mémoire officielle par la suite, plusieurs recherches suggèrent qu’elles ont exacerbé les rancœurs durant la seconde occupation77, en particulier dans le Hainaut occidental et dans le Borinage78. Des petits commerçants enrichis ou de simples particuliers soupçonnés de trafics en tous genres79, l’un ou l’autre fermier opulent80 tombent ainsi sous le feu cathartique des résistants durant la période étudiée. Il faut toutefois souligner que ce mobile se mêle le plus souvent à d’autres accusations dans le discours des prévenus comme dans les pièces à conviction81.

  • 82 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 52.477 P.
  • 83 La déclaration des ayants droit est toujours sujette à caution pour des raisons pécuniaires évident (...)

37Certains meurtres sont en outre commis pour faciliter le vol82 et certaines victimes semblent dépouillées de grandes sommes d’argent83.

Éléments gênants de la résistance : « résistants-bandits » et imprudents

  • 84 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.002 P, 56.621 P et 59.755 P.
  • 85 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 57.842 P et 55.435 P.
  • 86 « Cette exécution a eu lieu au grand regret » des membres de l’organisation et cette solution radic (...)
  • 87 S’agit-il du Groupe G ou des Partisans armés ? Les sources sont, à ce sujet, équivoques. AÉM, PTPIM(...)

38Plus exceptionnellement, des membres de la résistance se voient eux-mêmes ôter la vie par certains de leurs pairs. L’examen du profil de victimes « résistantes » – en excluant celles sur lesquelles ont pesé des soupçons de conduite antipatriotique et les accrochages mortels liés aux contrôles routiers84 – fournit des résultats assez disparates. Parmi ces victimes, on relève deux résistants se livrant/s’étant livrés de manière répétée à des actes de brigandage pour leur propre profit85 ; un « pêcheur en eaux troubles86 » (également qualifié de « déséquilibré » sans autre précision) et un dernier, trop « bavard » ̶ exécuté en mai 1943, il semblait commettre « certaines imprudences susceptibles de compromettre le réseau87 ».

  • 88 Maerten, « Le Front de l’indépendance… », p. 474.

39Ces éléments montrent que les réseaux semblent eux aussi s’« autoréguler » tout au long de la période étudiée, pour des motifs sécuritaires, mais également plus insondables. Selon Fabrice Maerten, les archives de guerre des Partisans comportent également des traces de « sanctions disciplinaires » pouvant aller jusqu’à l’exécution des meneurs88.

Les renégats et les « agents doubles »

  • 89 Cf. notamment à ce sujet : Jean-Marc Berliere, Liaisons dangereuses. Miliciens, truands, résistants (...)
  • 90 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.823 P.
  • 91 Au sein de la 28e division SS Wallonie. Cf François-Xavier Jordens, Des côtes de la Mer Noire au ca (...)
  • 92 Mouvement de résistance fondé en décembre 1940 par Camille Joset. Cf. Fabrice Maerten, « Mouvement (...)
  • 93 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.583 P.
  • 94 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.455 P, Notes manuscrites du [substi (...)

40Symptomatiques des zones grises de sortie de guerre – qui troublent les frontières entre les identités résistantes et collaboratrices89 – sont les victimes qui composent cette sixième catégorie. Les profils attestent de cette porosité des frontières : du rexiste notoire parvenu à se faire admettre dans le FIG. G durant l’été 194490 au vétéran de la bataille de Tcherkassy91 qui parvient à son retour à infiltrer les PA puis à s’immiscer au sein du MNB (Mouvement national belge92) jusqu’à devenir chef d’un groupement93. La figure de l’apostat, pieux reconverti, reste éminemment suspecte, comme en témoignent ces exécutions. Mais la reconversion peut également s’effectuer dans le sens inverse. Denise D., qui aurait participé « à l’action de la résistance dans les premiers mois de l’Occupation et […] aidé des prisonniers et des réfractaires » semble progressivement devenir une indicatrice au service de la Gestapo94.

  • 95 Au sujet de leur attitude durant l’Occupation : AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assass (...)
  • 96 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 54.037 P, Rapport du procureur du Roi (...)

41Outre certaines victimes autour duquel s’articulent les témoignages les plus contradictoires95, il faut signaler que sont éliminés certains individus s’emparant du fallacieux couvert de la résistance pour commettre leurs crimes et faciliter leurs dénonciations96.

Quelques victimes de haine personnelle

42Parmi les règlements de compte personnels, les crimes passionnels nécessitent une attention particulière. Seuls quelques-uns semblent toutefois tangiblement établis.

  • 97 Nous avons déjà évoqué d’autres assassinats qu’il avait commandités.
  • 98 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.112 P, Lettre du procureur du Roi a (...)
  • 99 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.112 P, Note d’un substitut destiné (...)

43Un des grands chefs de la résistance du Borinage, « célèbre au moment de la Libération comme l’un des plus purs et héroïques résistants », Julien P.97 est démasqué à la fin du mois du juin 1947. Reconnaissant après de nombreuses réticences avoir donné l’ordre d’exécution de sa conjointe à deux hommes de son groupe, il « a laissé croire au moment des faits que l’exécution était nécessaire à raison du comportement équivoque de son épouse, alors qu’en réalité, ce sont des raisons conjugales qui l’ont déterminé à supprimer son épouse98 ». Il semble que cette dernière ait eu un amant, ce que le procureur du Roi élude toutefois dans son rapport au procureur général99.

  • 100 Cf. en particulier le dossier suivant : AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats... (...)

44Pour d’autres homicides, c’est un parfum plus discret de « mobile passionnel » qui flotte autour des protagonistes, sans que les documents en présence dans le dossier permettent d’en déterminer le bien-fondé100.

  • 101 Les victimes « collatérales » et celles de « vol à main armée ayant mal tourné », de nombreuses aut (...)
  • 102 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.205 P, Lettre du procureur du Roi a (...)
  • 103 Laplasse, Steen, « Het verzet gewogen.… », p. 236-237.

45Au terme de cet essai – très incomplet101 – de typologie, on relèvera enfin parmi la « nébuleuse de l’occupant et des relations avec l’occupant », la présence d’une seule victime de nationalité allemande102. Les statistiques constituées par Jan Laplasse et Karolien Steen font quant à elles état de cinq attentats (ou tentatives d’attentats) contre des Allemands au sein de l’arrondissement judiciaire durant l’Occupation103.

2.2. Profil sociologique des suspects

  • 104 Fabrice Defferard, Le suspect dans le procès pénal, Paris, Librairie générale de droit et de jurisp (...)
  • 105 C’est-à-dire 99 affaires sur 211 (46,9 %). Parmi ces 99 affaires, il faut relever que dans de nombr (...)

46Au cœur de cette seconde esquisse se trouve la notion générique de suspect. Si c’est en effet la suspicion qui guide tous les stades de la procédure pénale jusqu’au jugement104, ce terme n’a pas été préféré par hasard à celui d’« inculpés » ou de « prévenus ». Avant de préciser les choix méthodologiques qui ont accompagné notre analyse, il faut d’emblée établir sa limite fondamentale : seules des données concernant les suspects identifiés ont pu être récoltées. Or, un peu moins de la moitié de nos homicides n’ont pu être attribués à des individus en particulier105.

  • 106 Le terme d’exécutant est toutefois dans certains cas mal choisi : certains chefs de groupe s’arroge (...)

47Notre souci de pister au plus près les auteurs des homicides étudiés nécessitait d’appréhender ces auteurs présumés (et non condamnés, on le rappelle) au-delà des catégories fixées par le législateur (auteur, co-auteur et complice). Ainsi, des individus figurant sur le réquisitoire de non-lieu destiné à la Chambre du conseil ont-ils été repris au sein de nos calculs. Nous avons également intégré certains suspects (dont une femme) dont nous ignorions s’ils figuraient ou non sur le réquisitoire final : leur implication dans les faits est bien établie dans les rapports du procureur du Roi. Ces considérations nous ont permis de constituer une population de 295 individus, au sein desquels figurent à la fois des « hommes de terrain » (« exécutants106 » et complices), des intermédiaires – relayant l’ordre d’exécution – et des « donneurs d’ordre ». Il convient en outre de préciser que notre échantillon reprend de nombreux individus qui n’ont jamais été reconnus par un mouvement de résistance, ou dont on ne connait pas l’affiliation.

48C’est un suspect en moyenne de 10 ans plus jeune que sa victime qui apparait en filigrane de notre analyse. S’il est âgé de minimum 16 ans comme sa victime, il n’a pas plus de 53 ans, soit 10 ans de moins que la plus âgée des victimes féminines, et 18 ans de moins que la plus âgée des victimes masculines. En confrontant valeurs absolues et valeurs relatives, deux classes d’âge ressortent majoritairement de l’analyse : les 20-24 ans et dans une moindre mesure les 30-34 ans.

  • 107 Fabrice Maerten, Du murmure au grondement. La résistance politique et idéologique dans la province (...)
  • 108 Remarquons que parmi les personnes déchues de leur droits civils et politiques, les artisans et com (...)
  • 109 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 2, p. 777.

49Connue pour presque deux tiers des suspects, la profession offre un dernier angle d’attaque général. Parmi les auteurs dont le métier a pu être identifié, les ouvriers représentent une écrasante majorité (51,6 %). Si l’on compare ce pourcentage avec celui des ouvriers parmi les résistants hennuyers (27 %107) et avec leur proportion dans la province (61,2 %), force est de constater que ce pourcentage est assez singulier. On signalera également l’importance des artisans et commerçants (13,6 %)108 et ensuite des gendarmes, militaires et gardes champêtres et des employés (respectivement 11,6 %), ces deux catégories étant légèrement mieux représentées que dans l’ensemble de la résistance hennuyère109. Sans négliger la part du hasard, on peut signaler qu’une importante proportion d’artisans et de commerçants parmi les suspects ne semble pas anodine. Par leur possibilité d’effectuer des déplacements plus discrets, de rencontrer de larges catégories de personnes sans éveiller les soupçons, ils sont naturellement présents en nombre dans de nombreuses formes de résistance.

  • 110 À cet égard, les épisodes des séries De Nieuwe Orde et Jours de Guerre consacrés aux « exécutions n (...)

50Au terme de ce profil sociologique, il faut acter que beaucoup d’éléments nous font défaut pour établir un véritable portrait. Sans doute, la consultation de sources provenant des mouvements de résistance aurait-elle permis de collecter quelques données fondamentales, telle la période de l’entrée en résistance. On remarquera enfin que les motivations profondes de l’engagement au sein de la résistance, mais plus largement les parcours de vie, les sphères familiales et amicales de nos suspects restent des angles morts de notre recherche110.

3. Heurts et malheurs de l’enquête

  • 111 Dominique Kalifa, « Introduction. L’enquête judiciaire et la construction des transgressions », in (...)

51Figure du crime par excellence, l’homicide apparait généralement comme un « événement obscur, souvent inintelligible, aux circonstances et aux mobiles rarement transparents111 ». C’est par le travail minutieux des enquêteurs et des experts qu’il peut être progressivement reconstruit. Dans le cas de cette étude, les tenants et aboutissants des homicides n’apparaissent toutefois qu’à travers le filtre complexe de l’enquête judiciaire ; enquête qui va elle-même être modulée par des facteurs extérieurs au crime. Ce sont trois de ces facteurs – propres aux temporalités de guerre et de sortie de guerre – que nous nous proposons d’étudier de manière plus transversale dans ce troisième volet : l’ingérence des autorités allemandes et des polices supplétives, les écueils liés aux troubles de la Libération et les silences persistants de la part des témoins.

3.1. Ingérence des autorités allemandes et des polices supplétives

  • 112 On signalera deux exceptions notoires : Jonas Campion, Les gendarmes belges, français et néerlandai (...)
  • 113 Cf. notamment Rudi Van Doorslaer et al, La Belgique docile. Les autorités belges et la persécution (...)
  • 114 La thèse de doctorat de Jan Julia Zurné au Centre d’étude Guerre et Sociétés (sur les conflits entr (...)
  • 115 Cf. Dimitri Roden, « Van aanhouding tot strafuitvoering : de werking van het Duitse gerechtelijke a (...)

52La problématique des relations entre l’occupant et l’appareil policier et judiciaire belge durant l’Occupation n’a guère été abordée pour elle-même dans l’historiographie belge récente112 – excepté peut-être en ce qui concerne la persécution des juifs113. En matière de répression des faits de résistance, la question est particulièrement délicate ; elle est toutefois en passe d’être réétudiée en profondeur114. D’envergure modeste, ce sous-chapitre ne pourra qu’effleurer la thématique, apportant quelques témoignages significatifs du malaise lié à une incertaine répartition des compétences. Le fonds d’archives du parquet permet en effet d’éclairer les rapports avec l’Oberfeldkommandantur de Mons et son tribunal militaire115 sous un angle inédit.

  • 116 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 51.964 P, Lettre du procureur du Roi a (...)

53Outre les demandes régulières de dossiers auxquelles le procureur du Roi ne peut pas toujours s’opposer, l’immixtion de l’occupant s’incarne à tous les stades de l’enquête judiciaire. L’enquête préliminaire est parfois gravement entravée, si pas confisquée par l’autorité allemande. L’arrivée précoce des polices allemandes sur le lieu du crime oblige parfois les autorités judiciaires belges à négocier sur le champ pour tenter de récupérer les informations cruciales (témoignages, dernières paroles de la victime, etc.) ou les indices matériels saisis par les polices allemandes. D’autres saisies effectuées par les polices allemandes sont définitivement perdues pour le magistrat instructeur116 ; il faut dès lors tenter de composer avec les indices et témoignages disponibles.

  • 117 Maes, Brigade A…, p. 72-76.
  • 118 On aura reconnu celles d’Edgard Duquesne. AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats. (...)
  • 119 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 53.791 P, Lettre du procureur du Roi a (...)
  • 120 Une ordonnance de non-lieu interviendra finalement le 29 juillet 1944. Ibid.

54Mais les autorités allemandes ne sont pas les seules à confisquer les premiers devoirs d’enquêtes dans cet intervalle. Des membres de la Brigade A du DSI rexiste (Département de Sécurité et d’Information) sont également sur la brèche à Braine-le-Comte, le 10 mars 1944, lors des recherches effectuées au domicile d’un militant rexiste exécuté le même jour. Chargé de l’information préliminaire par le procureur du Roi, l’inspecteur judiciaire près de la police judiciaire du parquet de Mons, se voit interdit de poursuivre ses recherches par Edgard Duquesne, chef de la Brigade A117. « L’inspecteur […] pour éviter tout incident s’est retiré ; à ce moment, il a remarqué trois individus porteurs de la tenue d’agent de police. Au revers de leur veste figuraient les lettres E.D.118 » Le même jour, à la réception du rapport de l’inspecteur, le procureur du Roi décide de ne pas se rendre sur les lieux et de s’abstenir provisoirement de tout devoir complémentaire. Soumettant sa décision au procureur général, il demande également de préciser « l’attitude que mon office doit adopter tant dans cette affaire que dans toutes les affaires de crimes politiques, où des incidents regrettables finiront tôt ou tard par se représenter, tant que les compétences respectives de la police belge et des éléments belges de la police secrète allemande ne seront pas strictement délimitées119 ». Avisant immédiatement de l’incident le Secrétaire général à la justice Robert de Foy et le Militärverwaltungsoberrat Gentzke, le procureur général intime au procureur du Roi de suspendre provisoirement l’enquête120.

  • 121 Ibid ; AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., Rapports sur les difficultés de (...)
  • 122 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 51.073 P, Lettre du procureur du Roi a (...)
  • 123 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.654 P, Lettre du procureur du Roi a (...)

55Le délai durant lequel certaines instructions sont tenues en suspens va également rendre plus délicates leurs réouvertures après la Libération. Avant d’évoquer ces difficultés inhérentes au contexte de sortie de guerre, il nous faut rappeler que la période d’Occupation comporte d’autres facteurs « endogènes » qui compliquent à la fois la tenue de devoirs de police et le déroulement des enquêtes : le manque de moyens de locomotion à la disposition du parquet121, la pénurie de personnel (notamment de greffiers en juin 1943122) et enfin le manque d’auxiliaires de police judiciaire123. Enfin, on ne peut manquer de souligner que le zèle des officiers de police judiciaire et des forces de l’ordre à accomplir leurs missions aura peut-être été influencé par les circonstances du crime, par leurs affinités avec le milieu des victimes, comme par leurs attitudes personnelles vis-à-vis de la résistance.

3.2. Les turbulences de la Libération : impunités en sursis

56Les temps de la Libération ne vont guère se révéler favorables aux devoirs de police et aux réouvertures d’instructions : les enquêteurs se heurtent à des protestations vigoureuses des milieux de la résistance. Nombreuses sont les enquêtes préliminaires qui doivent se plier aux contingences de septembre et d’octobre 1944.

  • 124 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.611 P, Lettre du procureur du Roi a (...)
  • 125 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.611 P, Lettre du procureur du Roi a (...)

57Qualifiée par le procureur du Roi d’« homicide par imprudence » en juin 1945, une tentative d’arrestation avortée (effectuée par des PA) fournit un exemple évocateur. Le 3 septembre 1944 à Soignies, plusieurs individus se présentent au domicile d’un traître présumé pour l’arrêter au nom de l’armée blanche. Tentant d’empêcher les agresseurs de pénétrer, le père du suspect est mortellement touché alors qu’il s’appuie de tout son poids contre la porte d’entrée que les malfaiteurs font sauter à l’aide d’un fusil ou d’une carabine de guerre124. Le 10 octobre, deux des agresseurs ont déjà pu être identifiés. Mais tous deux « étant membres des PA de Braine-le-Comte, la gendarmerie de Soignies a été jusqu’à présent dans l’impossibilité de les arrêter malgré une demande faite auprès du commandant du susdit groupement ». Cette dernière démarche semble même contre-productive puisqu’à la suite de celle-ci, « 22 membres des PA se présentèrent à la caserne de gendarmerie pour déclarer qu’ils s’opposaient à l’arrestation de D. Laurent125 ».

  • 126 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.509 P, Lettre du procureur du Roi a (...)

58Novembre 1944 n’est pas davantage épargné par les agissements de formations de la résistance, qui constituent désormais des autorités de fait face à des forces de l’ordre désarmées. Soupçonné de faits de torture ayant entraîné la mort d’un détenu le 14 septembre 1944, un célèbre commandant des PA de la région du Centre n’est pas immédiatement appréhendé : « le Commandant de gendarmerie de La Louvière n’a pas estimé pouvoir l’interroger de façon plus approfondie actuellement de crainte de provoquer des incidents et suggère d’attendre pour poursuivre l’enquête que, par suite de la réorganisation des groupements de résistance, il soit complètement rentré dans la vie civile126 ».

  • 127 Cf. AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.791 P, Rapport du procureur du (...)
  • 128 La tension atteint sans doute son apogée du côté de la magistrature, avec l’assassinat du juge d’in (...)
  • 129 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.538 P, Lettre du procureur du Roi [ (...)

59De nombreux autres incidents mettant aux prises la magistrature avec des individus armés127 vont fortement ébranler les autorités judiciaires montoises128, qui se réorganisent dans le chaos d’une rivalité de fait avec des forces armées indépendantes et puissantes. Les troubles allaient se poursuivre au-delà, durant l’année 1945, pendant laquelle s’organisent « des manifestations tapageuses dans tout l’arrondissement contre les inciviques – manifestations favorisées – autant qu’elles la favorisaient – par la chronicité d’une cessation de travail qu’il fallait résorber à tout prix. Ce n’était pas le moment de surexciter les esprits déjà suffisamment surchauffés en indaguant dans les milieux de la résistance129 ».

3.3. Une « conspiration du silence » ?

  • 130 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 52.477 P, Lettre de Florian L. au proc (...)

60Il importe enfin de mettre en lumière un troisième et dernier phénomène – plus structurel et intemporel, plus insidieux peut-être : une forme d’omertà, un silence persistant entourant durant de longs mois – voire indéfiniment – crimes et criminels. Ce silence va considérablement entraver le travail de la justice. Seul le temps pourra aider à briser cette omertà ; très rarement certains résistants se dénonceront eux-mêmes130.

  • 131 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.070 P, Lettre du procureur du Roi a (...)

61Si le mutisme des témoins est probablement monnaie courante sous l’Occupation, les sources en notre possession n’en fournissent cependant pas de traces écrites précises. Seules des bribes de rapport laconiques le laissent éventuellement présager : « un voisin a vu l’auteur, mais ne saurait en donner aucun signalement131 ». En ce qui concerne l’après-guerre, les indices du phénomène transparaissent le plus souvent dans le discours rétrospectif du procureur du Roi. À partir de 1946 surtout, plusieurs lettres du magistrat éclairent le parcours sinueux des enquêtes depuis la Libération.

62C’est tout d’abord un silence offusqué qui est relevé dans un rapport du 28 avril 1946 signé par Maurice Schmit :

  • 132 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.538 P, Lettre du procureur du Roi a (...)

Les enquêteurs se heurtent à un mur de silence. Je lis dans un autre dossier : "Quand nous demandons des renseignements au sujet des hommes qui ont soit commandé, soit exécuté cette exécution, nous nous heurtons au mutisme le plus complet. Dans les groupements de résistance, c’est pis encore, ces gens se hérissent et disent qu’ils en ont assez d’être ’ennuyés’ avec ces histoires". Je me permets de souligner que ces considérations sont émises par un policier d’un dévouement absolu et qui a ses entrées dans les milieux de la résistance. Quant à ceux qui n’ont pas ces entrées, il n’est pas question qu’ils obtiennent le moindre renseignement132.

  • 133 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.538 P, Lettre du procureur du Roi a (...)

63Derrière cette offuscation qui accompagne le mutisme des témoins, c’est plus intrinsèquement la peur qui imprègne les attitudes. Cette crainte de représailles n’est toutefois pas unilatérale ; elle ne semble pas plus épargner les acteurs de terrain : « On a la nette sensation d’une réticence obstinée non seulement chez les auteurs des faits, mais encore chez les témoins et même chez les enquêteurs : cette réticence peut s’expliquer par la peur des représailles133 ».

  • 134 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 54.824 P, Lettre du procureur du Roi a (...)

64De manière plus ou moins feutrée, le silence est ensuite parfois symptomatique d’un assentiment tacite, voire d’une adhésion ostentatoire à l’acte criminel : « Cette conspiration du silence en ce genre d’affaires est significative de la mentalité de la population : elle prend toute sa valeur quand on lit dans un procès-verbal de police (pièce 5 in fine) à propos des personnes du voisinage de la victime qu’elles "se réjouissent de ce qu’elle ait été exécutée"134 ».

  • 135 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 58.518 P, Lettre du procureur du Roi a (...)

65Sans évoquer d’autres stratégies mises sur pied par les protagonistes de l’homicide eux-mêmes – éloges fallacieux de la victime135, par exemple – il faut remarquer la complexité du phénomène que nous venons de brosser à gros traits. Celui-ci est avant tout pluriel : silences complices, silences farouches ou douloureux, omissions parfois provisoires dues à la volonté plus prosaïque de ne pas « être mêlé » à l’enquête.

Conclusion

66Nous ne pouvons en guise de conclusion que nous interroger sur ces faits d’homicides et sur ce qu’ils disent, en filigrane, des tensions sociales et des frustrations à l’œuvre dans la société étudiée. Bien que les spécificités locales (forte implantation de la résistance armée, antagonismes structurels ville-campagne) forment le creuset de cette violence résistante, elle doit être éclairée par le contexte de sortie de guerre.

  • 136 Luc Huyse, Steven Dhondt, La répression des collaborations. 1942-1952. Un passé toujours présent, B (...)
  • 137 Nous comprenons ce terme dans sa définition la plus générale. Nous renvoyons le lecteur à José Goto (...)

67Si l’acte de donner la mort semble être rendu plus facile durant l’été 1944, le sentiment des résistants d’exercer une action « légitime » et « juste » peut y avoir joué un rôle non négligeable. En outre, dans le contexte de dislocation sociétale et de faiblesse des autorités légales, la fin de la guerre constitue une période intense, où les repères traditionnels disparaissent. Qualifiée d’anomique par les sociologues, cette période engendre une zone de flou entre l’illégalité et la légalité, entre le légitime et l’illégitime, entre le permis et le toléré ; elle entraîne une dévaluation du prix de la vie humaine136. Dans un contexte d’exacerbation des tensions favorisées par la précarité des conditions matérielles, les suspicions se concentrent plus que jamais autour des « ennemis » réels et supposés : les délateurs et les collaborateurs présumés, ou les « profiteurs », ceux qui donnent l’impression d’avoir moins souffert des privations voire de s’être enrichis durant l’Occupation. Certaines éruptions de violences trouvent aussi leur origine dans des haines plus anciennes ou personnelles, nous l’avons vu. Enfin, loin d’être absent de ce panorama, l’imaginaire de la « cinquième colonne137 » joue manifestement un rôle à l’approche de la Libération tandis que l’arrondissement est touché par une spirale d’action-réaction ponctuée de sévères représailles rexistes durant les mois de juillet et d’août.

68Au-delà du binôme résistance-collaboration, longtemps présenté de manière antinomique à travers l’historiographie belge, notre étude a cherché à mettre au jour la complexité des faits et des êtres. Par le biais d’une lecture plus sociologique, elle a tenté d’affiner les contours de deux silhouettes énigmatiques (victime et suspect).

  • 138 On citera à titre d’exemple les 19 % de victimes féminines d’exécutions sommaires à la Libération d (...)
  • 139 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 2, p. 789. Cf. également Id., « Jeunesse et résistance. Entr (...)

69L’élément du genre a constitué sans nul doute celui qui différenciait le plus les suspects de leurs victimes. Si la proportion plus importante de victimes féminines que de suspects de sexe féminin constatée semble relever de facteurs structurels, le ratio de victimes féminines prend toutefois un caractère hautement significatif lorsqu’on le confronte aux victimes d’homicides d’autres régions en période de sortie de guerre138. La compilation des données relatives à la date de naissance des « protagonistes » a fait en outre apparaître un suspect âgé d’une dizaine d’années de moins que sa victime. Cette relative jeunesse des suspects n’est pas étonnante si l’on considère que les plus jeunes franges de population recrutées par la résistance dans le Hainaut optent généralement pour des formes de lutte violentes139. Le dernier point de comparaison, la profession, a permis d’observer que les victimes se ventilent au sein de larges franges socio-professionnelles de la société montoise, tandis que les suspects proviennent généralement du monde ouvrier. Pour prolonger la réflexion quantitative et approcher la délicate question des mobiles de ces homicides, un début de typologie des victimes a été esquissé. L’évident morcellement des catégories a suggéré qu’une peine capitale émanant de la résistance n’était pas uniquement réservée à des agents avérés de l’ennemi, mais à une large palette d’individus « suspects » voire à des tiers, victimes de différends personnels avec leur voisinage immédiat.

  • 140 À cet égard, il importerait de croiser les lieux de domicile des suspects avec ceux des victimes et (...)

70Au terme de cette contribution, notons que la richesse des archives exploitées laisse encore entrevoir de nombreuses perspectives de recherche. Il importerait avant tout d’interroger en profondeur l’importante vague d’homicides qui touche les femmes de notre arrondissement, avec une proportion largement inédite. L’étude de la société montoise pourrait encore être largement approfondie sur base de nos dossiers judiciaires : l’observation des mécanismes de la rumeur ou de l’importance de la réputation et des relations de voisinage140.

71Enfin, au-delà de leur portée sociologique, les affaires étudiées reflètent les enjeux du rétablissement de l’État en période de sortie de guerre. Face à l’intérêt de la répression pour l’État, se dessine la nécessité de préserver le calme dans la circonscription. La crainte de réveiller inopportunément les sensibilités des milieux résistants (et dans une moindre mesure collaborateurs) semble accompagner les magistrats durant toute la fin des années 1940 et parfois même au-delà. À ce titre, une lettre de Maurice Schmit témoigne bien de l’équilibre délicat que le parquet entend conserver entre ces différents enjeux :

  • 141 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.878 P, Lettre du procureur du Roi [ (...)

Monsieur le procureur général, […] Je saisis cette occasion pour signaler que dans mon arrondissement pendant la période d’occupation, environ 350 cas de morts violentes ont été le tribut des temps troubles. […] Dans la politique que je me suis efforcé de suivre devant l’ampleur des faits de cette nature, j’ai essayé, le temps aidant, de concilier les intérêts de l’action publique, les aspects divergents du problème qui s’est posé dans mon arrondissement avec une particulière étendue et à neutraliser par des interventions cohérentes les réactions contradictoires tout en sauvegardant avant [tout] la tranquillité publique141.

Notes

1 Cf. Jan Laplasse, Karolien Steen, « Het verzet gewogen. Een kwantitatieve analyse van politieke aanslagen en sabotages in België, 1940-1944 », in Cahiers d’histoire du temps présent, n° 15, 2005, p. 227-260 et, en ce qui concerne la province du Hainaut : Fabrice Maerten, « Le Front de l’Indépendance ou la Résistance comme instrument du Parti communiste dans le Hainaut en 1940-1944. Entre réalité belge et rêve soviétique », in Annales du Cercle d’histoire et d’archéologie de Saint-Ghislain et de la région, n° 11, 2008, p. 475. Cependant, les archives allemandes – qui reposent en grande partie sur des renseignements fournis par les mouvements de collaboration – permettent à Albert De Jonghe de conclure qu’environ 850 collaborateurs sont décédés suite à des attaques de la résistance. Les représailles des milices de collaboration auraient quant à elles coûté la vie à environ 150 résistants. Albert De Jonghe, « La lutte Himler-Reeder pour la nomination d’un HSSPF à Bruxelles, Cinquième partie : Salzbourg avant et après. Évolution policière de septembre 1943 à la fin de l’Occupation », in Cahiers d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, n° 8, 1984, p. 75 et Antoon Vrints, « Patronen van polarisatie. Homicide in België tijdens de Tweede Wereldoorlog », in Cahiers d’histoire du temps présent, n° 15, 2005, p. 186.

2 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 177-204.

3 Laplasse, Steen, « Het verzet gewogen.… », p. 227-260.

4 Amandine Thiry, "Le tribut des temps troubles". La justice face aux homicides attribués à la résistance dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944), Louvain-la-Neuve, 2013 (Mémoire de maîtrise, Université catholique de Louvain, inédit). Le mémoire a fait l’objet d’une publication sous le même titre aux Presses universitaires de Louvain.

5 Pierre-Jean Niebes, Inventaire des archives du Parquet du procureur du Roi près le Tribunal de première instance de Mons. 1863-2003, Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2011, p. 11, 13 et 26 (Archives de l’État à Mons, Inventaires, n° 103).

6 Ces dossiers portent les numéros d’inventaire : 1089 à 1102.

7 Jean-Claude Chesnais, Les morts violentes en France depuis 1826. Comparaisons internationales, Paris, Presses universitaires de France, 1976.

8 Laurent Mucchielli, « Les homicides », in Laurent Mucchielli, Philippe Robert (ed.), Crime et sécurité, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2001, p. 148.

9 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 177-204.

10 Ibid.

11 L’unité de compte « victime » s’impose d’elle-même pour rendre le plus fidèlement compte des variations chronologiques. Cet angle d’approche exigeait de retirer au préalable les victimes dont le mois de décès était incertain. Il s’agit dans le cas d’espèce d’homicides précédés d’un enlèvement ou caractérisés par une découverte tardive du cadavre (ce qui pose de nombreux problèmes de datation aux médecins légistes). Ces dates floues constituent 8 enregistrements sur 211 soit 3,79 % des affaires encodées et 8 victimes sur 228 (3,51 %). Les autres « homicides suspects » ont, eux, été conservés après réflexion, mais pourront être distingués dans la strate d’analyse suivante.

12 Population examinée : 220 sur 228 victimes totales.

13 Archives de l’État, Mons (dorénavant cité AÉM), Parquet du procureur du Roi près le Tribunal de première instance de Mons (dorénavant cité PTPIM), Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945 (dorénavant cité Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats...), 50.912 P.

14 Le premier attentat, qui se déroule le 11 août 1941 à Leuze, coûte la vie à un industriel. Le 17 septembre 1941, c’est au tour du « chef de cercle » de Rex-Tournai de succomber à une attaque de la résistance. Fabrice Maerten, Alain Colignon, La Wallonie sous l’Occupation (1940-1945), Bruxelles, Renaissance du Livre, 2012, p. 54.

15 Albert De Jonghe, « La lutte Himler-Reeder pour la nomination d’un HSSPF à Bruxelles, Troisième partie : Évolution d’octobre 1942 à octobre 1943 », in Cahiers d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, n° 5, 1978, p. 6 et José Gotovitch, Du rouge au tricolore. Les communistes belges de 1939 à 1944. Un aspect de l’histoire de la résistance en Belgique, Bruxelles, Labor, 1992, p. 175.

16 Affectant toutes les strates de la population à partir du printemps 1943, cette mesure particulièrement impopulaire contribue à aiguiser, avec la récurrence des problèmes de ravitaillement, un sentiment d’hostilité envers l’occupant.

17 AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procureur du Roi, La Louvière, Rapport du 8 mai 1943 concernant avril 1943.

18 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 183.

19 Fabrice Maerten, « Armée Secrète (AS) », in Paul Aron, José Gotovitch (ed.), Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale en Belgique, Bruxelles, André Versaille, 2008, p. 54-55.

20 Maerten, « Le Front de l’Indépendance… », p. 472.

21 Vrints, « Patronen van polarisatie… », p. 183. L’auteur s’appuie pour déterminer ces ferments sur Egmond Florike, Banditisme in de Franse tijd. Profiel van de Grote Nederlandse Bende 1790-1799, s.l., Bataafsche Leeuw, 1986, p. 86.

22 AÉM, PTPIM, Rapports mensuels des commandants de Compagnie de Gendarmerie adressés au procureur du Roi, Mons, Rapport du 8 octobre 1943 concernant septembre 1943.

23 Maerten, « Le Front de l’Indépendance… », p. 472-474.

24 De nouvelles précautions critiques entraînent pour cette strate d’analyse l’exclusion de 19 victimes sur les 185 répertoriées entre mai et novembre 1944. Il s’agit ici de dates de décès tellement sujettes à caution que même l’attribution d’une semaine posait des problèmes critiques. Les victimes exclues de nos comptages se répartissent comme suit (les mois correspondant eux-mêmes parfois à l’estimation d’un expert) : juin : 2 ; juillet : 4 ; août : 5 ; septembre : 6 ; octobre : 2.

25 Population examinée : 166 victimes sur les 185 éliminées au cours de la période.

26 Mouvement de résistance populaire initié par le Parti communiste. Cf. José Gotovitch, « Front de l’Indépendance », in Aron, Gotovitch (ed.), Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale…, p. 198-201.

27 Maerten, Colignon, La Wallonie sous l’Occupation…, p. 150 ; Maerten, « Le Front de l’Indépendance… », p. 458.

28 Une liste précise des arrestations et exactions commises par cette bande en juin, juillet et août 1944 est dressée par Philippe Maes, Brigade A, Bande Duquesne. Quinze mois de terreur policière sur le Centre, La Louvière, Études régionales, 1993, p. 72-76.

29 Cette administration est placée à la tête du pays le 18 juillet 1944. Maerten, Colignon, La Wallonie sous l’Occupation…, p. 134.

30 Nous renvoyons à la contribution de Julie-Anaïs Rose et de Xavier Rousseaux dans le présent ouvrage.

31 Créée sous l’impulsion d’Edgard Duquesne, agent de change, et de quatre agents de police supplétifs de La Louvière, cette bande constitue la brigade A du DSI (Département Sécurité et Information). Constituée de dix-huit à vingt agents, elle a semé la terreur dans la région du Centre. 110 morts d’hommes, 257 dénonciations et 181 arrestations lui seront imputées après la Libération. Maerten, Colignon, La Wallonie sous l’Occupation…, p. 134 ; Maes, Brigade A…, p. 72-76.

32 La dernière arrestation de la bande Duquesne a par exemple lieu le 28 août, malgré la grave menace planant sur ses membres et surtout sur Edgard Duquesne lui-même. Ibid., p. 76.

33 Nationalsozialistisches Kraftfahrkorps (« Corps motorisé national-socialiste »), chargé d’assurer des tâches de transport.

34 Nous empruntons cette notion à Luc Capdevila. Luc Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’Occupation. Imaginaire et comportement d’une sortie de guerre (1944- 1945), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999, p. 135.

35 Branche armée du Front de l’Indépendance. Cf. Gotovitch, « Front de l’Indépendance… », p. 198-201.

36 José Gotovitch, « Partisans armés (PA) », in Aron, Gotovitch (ed.), Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale…, p. 328-329.

37 Ces 24 victimes contiennent toutefois 4 victimes « suspectes ».

38 Maerten, Colignon, La Wallonie sous l’Occupation…, p. 150.

39 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.583 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 2 août 1945.

40 Cette non-réception est invoquée par Robert Borne, chef de bataillon PA, pour justifier l’assassinat qu’il a commis le 5 septembre 1944. Paul Ballez parait confirmer ce fait. Ibid.

41 Henri Huet (colonel breveté d’état-major en retraite), « La "poche de Mons" », in Francis Balace (ed.), Jours libérés I, Bruxelles, Crédit communal, 1995, p. 81-101 (coll. Jours de guerre). On se reportera pour une vue précise des combats à Yves Bourdon et al, La poche de Mons, La libération en septembre 1944, de la région Mons-Borinage-Bavai-Maubeuge, Ottignies, Quorum, 1994.

42 Ce chiffre représente une estimation. Ibid., p. 47.

43 Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’Occupation…, p. 131.

44 Nous recensons six victimes ce jour-là. À partir de cette date, les homicides n’atteindront plus que de manière exceptionnelle le nombre de deux au cours de la même journée.

45 Bourdon, Faucon, Toubeau et Huet estiment, quoique sans citer de source précise, qu’environ septante résistants belges sont décédés lors des combats de la Libération dans la région Mons-Borinage-Bavai-Maubeuge. Bourdon et al, La poche de Mons…, p. 226.

46 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.583 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 2 août 1945.

47 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 57.723 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 20 avril 1946.

48 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.621 P et 59.755 P.

49 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.621 P, 59.755 P. et 56.002 P.

50 Cf. notamment AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.509 P et 57.456 P.

51 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 58.294 P.

52 Qui interviendra à des moments différents selon les mouvements.

53 Minoritaire tout d’abord par leur appartenance à la résistance organisée – qui n’englobe que 3 à 5 % de la population hennuyère en âge de travailler selon Fabrice Maerten ; minoritaire ensuite par leur inscription dans une frange elle-même marginale de la résistance, celle des « résistants-criminels ». Maerten, « Le Front de l’indépendance… », p. 503.

54 Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse. Essai d’historiographie, Paris, Seuil, 2005, p. 243.

55 Nous avons exclu pour ce comptage 19 victimes d’« homicides suspects » (10 hommes et 9 femmes).

56 Quatre victimes sur 20 (hors homicides suspects).

57 Soit 50 sur 96 victimes féminines.

58 Soit 18 sur 113 victimes de sexe masculin.

59 Une classe sociale se définit à l’aide de plus nombreux éléments que la seule profession des individus qui la composent. Le salaire, la taille éventuelle du commerce ou de l’exploitation, le niveau d’éducation sont autant de variables que notre corpus de sources ne fournit pas. En outre, la notion de classe moyenne est relativement difficile à définir. Cf. René Lesage, « La participation des classes moyennes à la résistance : l’exemple du département du Pas-de-Calais », in La résistance et les Européens du Nord, vol. 1, Bruxelles, Centre de recherches et d’études historiques de la Seconde Guerre mondiale, 1994, p. 316-330.

60 Ces données, trop insignifiantes par leur caractère restreint, ne permettent toutefois pas de circonscrire de tendance statistique.

61 Dans un souci d’exhaustivité, nous avons également sélectionné quelques affaires où le mot résistance n’apparaissait pas, mais où le comportement de la victime durant l’Occupation (appartenance à un mouvement de collaboration, faits précis de dénonciation de patriotes imputés, …) pouvait laisser présager l’appartenance des auteurs à la résistance. Ces homicides ont été réunis dans notre base de données sous la catégorie « homicides suspects ». À ces derniers ont en outre été ajoutés les décès résultant de tortures perpétrées sur des individus après la Libération et les dossiers trop lacunaires.

62 Les catégories dégagées pour l’exercice ne possèdent en outre pas de caractère « exclusif » : plusieurs victimes peuvent relever de différentes catégories et ont pu être tuées pour un ou plusieurs motifs, sans que les archives permettent de déterminer lequel l’a emporté.

63 Cette formule fait naturellement fi du caractère insaisissable de la réalité et des autres mobiles qui peuvent avoir concouru pour mener à l’homicide.

64 Corporation nationale de l’agriculture et de l’alimentation. Créée par le secrétaire général de l’Agriculture et du Ravitaillement De Winter en août 1940, elle veille à l’application des directives ministérielles et se charge de contrôler agriculteurs et éleveurs par ses contrôleurs du Ravitaillement. Alain Colignon, « Agriculture », in Aron, Gotovitch (ed.), Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale…, p. 24-26.

65 Défense aérienne passive. Nouvelle appellation (1940) du Commissariat général de la protection aérienne (1935). Transféré de la Défense nationale à l’Intérieur, il est réanimé en 1941 par l’occupant, qui lui impose un entraînement régulier et y infiltre ses partisans. Alain Colignon, « Abris antiaériens », in Ibid., p. 1-2.

66 Soit 58 victimes sur 170 (34,11 %). Ces chiffres doivent bien entendu être interprétés avec prudence.

67 À partir du 1er juin 1943, la Légion Wallonie fut détachée de l’armée de terre et versée dans la Waffen SS. De Jonghe, « La lutte Himler-Reeder… Troisième partie… », p. 96.

68 Gotovitch, Du rouge au tricolore…, p. 176.

69 Cf. notamment AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 54.027 P, 56.620 P et 57.945 P.

70 On se reportera pour la Première Guerre mondiale à Laurence Van Ypersele « "Au nom de la Patrie ! À mort les traîtres". La répression des inciviques belges de 1914 à 1918 », in Histoire@Politique, n° 3, 2007, consulté en ligne à l’adresse suivante : http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=03 (dernière consultation le 13 juillet 2013) et à Xavier Rousseaux, Laurence van Ypersele (ed.), La Patrie crie vengeance ! La répression des « inciviques » belges au sortir de la guerre 1914-1918, Bruxelles, Le Cri, 2008.

71 Nous n’avons trouvé de traces de dénonciations précises qu’à l’égard de 20 victimes sur les 170 recensées dans la première catégorie (« Nébuleuse de l’occupant et des relations avec l’occupant »). Ce facteur est toutefois hautement dépendant des résultats de l’instruction.

72 Cf. notamment AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.369 P, 55.973 P et 56.932 P.

73 Cf. notamment AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.784 P et 55.972 P.

74 Le cas de René P., qui marié à une allemande, n’a jamais avoué aucun des faits qui lui ont été reprochés, même sous la torture, est particulièrement trouble. AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.243 P.

75 Cf. notamment AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.220 P, 55.369 P, 56.435 P et 55.980 P.

76 Francis Balace, « Collaboration et répression en Wallonie : un regard particulier ? », in José Gotovitch, Chantal Kesteloot (ed.), Occupation, répression. Un passé qui résiste, Bruxelles, Labor, 2002 p. 58 ; Van Ypersele « "Au nom de la Patrie !… " ».

77 Cf. Fabrice Maerten, « L’impact du souvenir de la Grande Guerre sur la Résistance en Belgique durant le second conflit mondial », in Laurence Van Ypersele (ed.), Imaginaires de guerres. L’histoire entre mythe et réalité, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant/Presses universitaires de Louvain, 2003, p. 329- 331.

78 Balace, « Collaboration et répression en Wallonie… », p. 58.

79 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 51.412 P, 53.999 P, 55.245 P, 55.573 P, 55.804 P et 55.948 P.

80 En ce qui concerne les affaires d’assassinats de fermiers ou d’habitants de fermes, ce motif n’intervient de manière isolée qu’une seule fois. AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.470 P.

81 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.416 P.

82 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 52.477 P.

83 La déclaration des ayants droit est toujours sujette à caution pour des raisons pécuniaires évidentes : Cf. notamment AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.877 P.

84 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.002 P, 56.621 P et 59.755 P.

85 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 57.842 P et 55.435 P.

86 « Cette exécution a eu lieu au grand regret » des membres de l’organisation et cette solution radicale aurait été adoptée parce qu’il n’y en n’avait pas d’autre possible (p. 12). Le procès-verbal de la réunion et de l’interrogatoire (p. 23 à 29) qui ont motivé l’exécution sommaire de S., est joint au dossier répressif. AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 58.297 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 3 août 1945.

87 S’agit-il du Groupe G ou des Partisans armés ? Les sources sont, à ce sujet, équivoques. AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 50.935 P, Lettre du procureur du Roi (R. Charles) au procureur général, 10 juillet 1950.

88 Maerten, « Le Front de l’indépendance… », p. 474.

89 Cf. notamment à ce sujet : Jean-Marc Berliere, Liaisons dangereuses. Miliciens, truands, résistants : Paris, 1944, Paris, Perrin, 2013.

90 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.823 P.

91 Au sein de la 28e division SS Wallonie. Cf François-Xavier Jordens, Des côtes de la Mer Noire au camp de Beverloo : étude historique, sociologique et prosopographique des officiers de la Légion Wallonie (1941-1949), Louvain-la-Neuve, 2008 (Mémoire de maîtrise, Université catholique de Louvain, inédit).

92 Mouvement de résistance fondé en décembre 1940 par Camille Joset. Cf. Fabrice Maerten, « Mouvement national belge (MNB) », in Aron, Gotovitch (ed.), Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale…, p. 279-280.

93 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.583 P.

94 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.455 P, Notes manuscrites du [substitut du] procureur du Roi, s.d. [après 4 juin 1947 et avant 4 mars 1948].

95 Au sujet de leur attitude durant l’Occupation : AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.970 P, 55.365 P, 55.414 P, 56.435 P.

96 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 54.037 P, Rapport du procureur du Roi au procureur général, 8 octobre 1952. Cf. également 56.538 P et 55.573 P.

97 Nous avons déjà évoqué d’autres assassinats qu’il avait commandités.

98 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.112 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 11 juillet 1947.

99 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.112 P, Note d’un substitut destiné au procureur du Roi, s.d. [juillet 1947].

100 Cf. en particulier le dossier suivant : AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.957 P.

101 Les victimes « collatérales » et celles de « vol à main armée ayant mal tourné », de nombreuses autres victimes de règlements de compte n’y ont notamment pas été évoquées.

102 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.205 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 19 février 1946.

103 Laplasse, Steen, « Het verzet gewogen.… », p. 236-237.

104 Fabrice Defferard, Le suspect dans le procès pénal, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 2005, p. 9.

105 C’est-à-dire 99 affaires sur 211 (46,9 %). Parmi ces 99 affaires, il faut relever que dans de nombreux cas le mouvement de résistance des auteurs a pu être identifié ou supputé. Dans certains cas, les auteurs potentiels ont été identifiés, mais le coup mortel n’a pu être assez précisément attribué.

106 Le terme d’exécutant est toutefois dans certains cas mal choisi : certains chefs de groupe s’arrogent eux-mêmes le pouvoir d’exécuter certaines victimes sans en déférer à la hiérarchie.

107 Fabrice Maerten, Du murmure au grondement. La résistance politique et idéologique dans la province du Hainaut pendant la Seconde Guerre mondiale (mai 1940-septembre 1944), Mons, Hannonia, 1999, t. 2, p. 777 (Analectes d’histoire du Hainaut, t. 7).

108 Remarquons que parmi les personnes déchues de leur droits civils et politiques, les artisans et commerçants sont largement majoritaires (voir la contribution d’Amandine Dumont dans cet ouvrage).

109 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 2, p. 777.

110 À cet égard, les épisodes des séries De Nieuwe Orde et Jours de Guerre consacrés aux « exécutions nécessaires » constituent des prolongements adéquats de ce sous-chapitre.

111 Dominique Kalifa, « Introduction. L’enquête judiciaire et la construction des transgressions », in Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa, Jean-Noël Luc (ed.), L’enquête judiciaire en Europe au XIXe siècle. Acteurs, imaginaires, pratiques, Paris, Creaphis, 2007, p. 5.

112 On signalera deux exceptions notoires : Jonas Campion, Les gendarmes belges, français et néerlandais à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, Bruxelles, André Versaille, 2011 et Benoît Majerus, Occupations et logiques policières : la police bruxelloise en 1914- 1918 et 1940-1945, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2007. On se reportera en outre à Charles Louveaux, « La magistrature dans la tourmente des années 1940-1944 » in Revue de droit pénal et de criminologie, t. 61, p. 620-664 ; Willy van Geet, De Rijkswacht tijdens de bezetting 1940-1944, Anvers, Nederlandscheboekhandel, 1985, p. 59- 88 ; Rudi van Doorslaer, « De Belgische politie en magistratuur en het probleem van de orde handhaving », in Willem Meyers et al, België tijdens de Tweede Wereldoorlog, t. 9, Het minste kwaad, Kapellen, Pelckmans, 1990, p. 100-120 ; Étienne Verhoeyen, La Belgique occupée, de l’an 40 à la Libération, Bruxelles, De Boeck, 1994, p. 57-81 ; Joeri Nicolaas Michielsen, The Nazification and Denazification of the Courts in Belgium, Luxembourg and the Netherlands : the Belgian, Luxembourg and Netherlands Courts and Their R eactions to O ccupation M easures and M easures from Their Governments Returning from Exile, Maastricht, Universitaire pers, 2004, p. 10-13 et 30-93 ; Nico Wouters, De Führerstaat. Overheid en collaboratie in België (1940-1944), Tielt, Lannoo, 2006, p. 65-75 ; Kirsten Peters, « L’influence de l’administration militaire allemande sur les changements de personnel au sein de la magistrature belge (1940-1944) », in Dirk Heirbaut, Xavier Rousseaux, Alain Wijffels (ed.), Histoire du droit et de la justice : une nouvelle génération de recherches (10-11-12 décembre 2008), Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2009, p. 61-76.

113 Cf. notamment Rudi Van Doorslaer et al, La Belgique docile. Les autorités belges et la persécution des Juifs en Belgique durant la Seconde Guerre mondiale, Bruxelles, Luc Pire, 2007 et Herman Van Goethem, « La Convention de La Haye, la collaboration administrative en Belgique et la persécution des Juifs à Anvers, 1940-1942 », in Cahiers d’histoire du temps présent, n° 17, 2006, p. 117-197.

114 La thèse de doctorat de Jan Julia Zurné au Centre d’étude Guerre et Sociétés (sur les conflits entre l’occupant allemand et l’appareil policier et judiciaire belge pendant la Seconde Guerre mondiale et sur les conséquences de ces conflits pour la magistrature, la police et la résistance) ainsi que la thèse en voie d’achèvement de Kirsten Peters, Belgian Magistrates during the Occupation of the Second World War, toutes deux menées dans le cadre des pôles d’attraction interuniversitaire Justice et société et Justice et populations, vont permettre de renouveler cette problématique.

115 Cf. Dimitri Roden, « Van aanhouding tot strafuitvoering : de werking van het Duitse gerechtelijke apparaat in bezet België en Noord-Frankrijk (1940-1944) » in Cahiers d’histoire du temps présent, n° 22, 2010, p. 127.

116 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 51.964 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 12 octobre 1943.

117 Maes, Brigade A…, p. 72-76.

118 On aura reconnu celles d’Edgard Duquesne. AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 53.791 P, Lettre du procureur général à Monsieur le Verwaltungschef à l’Oberfeldkommandantur 672, 20 mars 1944.

119 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 53.791 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 11 mars 1944.

120 Une ordonnance de non-lieu interviendra finalement le 29 juillet 1944. Ibid.

121 Ibid ; AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., Rapports sur les difficultés de transport du Parquet sur les lieux de crimes et sur l’absence de moyens de locomotion, 55.985 P.

122 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 51.073 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, s.d. [probablement fin juin-début juillet 1943].

123 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.654 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 23 janvier 1946.

124 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.611 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 18 juin 1945.

125 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.611 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 10 octobre 1944.

126 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.509 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 8 novembre 1944.

127 Cf. AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.791 P, Rapport du procureur du Roi à l’auditeur militaire, non signé, s.d. [26 octobre 1953].

128 La tension atteint sans doute son apogée du côté de la magistrature, avec l’assassinat du juge d’instruction Dupont-Lacroix, le 8 novembre 1944. Cette affaire a fait l’objet d’une étude de cas dans le mémoire dont cette contribution est tirée.

129 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.538 P, Lettre du procureur du Roi [Schmit] au procureur général, 28 avril 1946.

130 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 52.477 P, Lettre de Florian L. au procureur du Roi, 24 novembre 1948.

131 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.070 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 21 juin 1946.

132 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.538 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 28 avril 1946.

133 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 56.538 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 19 novembre 1946.

134 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 54.824 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 4 juin 1946.

135 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 58.518 P, Lettre du procureur du Roi au procureur général, 11 juillet 1947.

136 Luc Huyse, Steven Dhondt, La répression des collaborations. 1942-1952. Un passé toujours présent, Bruxelles, Centre de recherche et d’information socio-politiques, 1993, p. 49.

137 Nous comprenons ce terme dans sa définition la plus générale. Nous renvoyons le lecteur à José Gotovitch, « Cinquième colonne », in Aron, Gotovitch (ed.), Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale…, p. 96-97.

138 On citera à titre d’exemple les 19 % de victimes féminines d’exécutions sommaires à la Libération dans le Morbihan (Bretagne) et les 25 % de femmes victimes d’homicides dans l’arrondissement judiciaire de Namur en 1944-1945. Capdevila, Les Bretons au lendemain de l’Occupation…, p. 131 ; Roger Leroux, Le Morbihan en guerre, Mayenne, Imprimerie de la Manutention, 1991, p. 583 et 585 ; François Welter, Criminalité populaire, brutalité structurelle et clémence judiciaire ? Les morts violentes dans l’arrondissement judiciaire de Namur de la fin de l’Occupation à la Libération (1944- 1945), Louvain-la-Neuve, 2007 (Mémoire de maîtrise, Université catholique de Louvain, inédit), p. 218.

139 Maerten, Du murmure au grondement…, t. 2, p. 789. Cf. également Id., « Jeunesse et résistance. Entre mythe et réalité. Le cas du Hainaut, 1940-1944 », in Cahiers d’histoire du temps présent, n° 8, 2001, p. 257-305.

140 À cet égard, il importerait de croiser les lieux de domicile des suspects avec ceux des victimes et d’établir leur relation de proximité.

141 AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux affaires d’assassinats..., 55.878 P, Lettre du procureur du Roi [Schmit] au procureur général, 18 décembre 1946.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Évolution mensuelle du nombre de victimes en valeurs absolues. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement de Mons (avril 1943 - novembre 1944)12
Crédits Source : AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5609/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Figure 2 : Évolution du nombre de victimes par semaine du lundi 8 mai au dimanche 15 octobre 1944. Homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons25
Crédits Source : AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5609/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Figure 3 : Répartition des victimes d’homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943 – novembre 1944) par catégories
Légende Note61
Crédits Sources : AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5609/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 4 : Répartition des victimes identifiées comme ayant été membres d’un mouvement de collaboration, du parti rexiste ou du VNV, ainsi que d’organismes massivement intégrés par les partisans de l’ordre nouveau
Crédits Source : AÉM, PTPIM, Dossiers relatifs aux rapports adressés au procureur général au sujet d’affaires d’assassinats commis durant la guerre 1940-1945.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/5609/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

Auteur

(BELSPO/BRAIN, Université catholique de Louvain, Universiteit Gent)
Doctorante en histoire (Université catholique de Louvain et Universiteit Gent). Elle prépare actuellement une thèse sur les réformateurs belges de la prison au 19e siècle et sur leurs réseaux, sous la direction de Christophe Verbruggen et Xavier Rousseaux. Son mémoire de maîtrise, « Le tribut des temps troubles ». La justice face aux homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944), a fait l’objet d’une publication aux Presses universitaires de Louvain (2015).

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search