Version classiqueVersion mobile

Mons dans la tourmente

 | 
Amandine Dumont
, 
Amandine Thiry
, 
Xavier Rousseaux
, 
et al.

Première partie. Première Guerre mondiale

L’appareil répressif allemand dans l’arrondissement judiciaire de Mons, 1914-1918

Emmanuel Debruyne

Texte intégral

  • 1 Jan van der Fraenen, Voor den kop geschoten. Executies van Belgische spionnen door de Duitse bezett (...)

1Un des traits les plus marquants de l’Occupation de 1914-1918 dans les descriptions qu’en donnent ceux qui l’ont vécue, à côté de l’obsédante disette, est l’arsenal répressif auquel les autorités occupantes ont soumis la population locale. La longueur, l’ampleur et l’extension de la guerre ont en effet conduit l’appareil militaire allemand à développer les moyens mis en œuvre pour assurer la sécurité de l’armée sur ses arrières. Dans un contexte géostratégique caractérisé par l’occupation d’importants territoires ennemis, les effets de ce processus ne se sont pas cantonnés à l’armée elle-même. Ce dispositif sécuritaire a en réalité étendu son emprise sur une population civile et un sol étrangers. Devenu un instrument des politiques de maintien de l’ordre, mais aussi d’exploitation du pays occupé, il s’est imposé comme outil de régulation des relations entre militaires occupants et civils occupés. Bien qu’il soit souvent évoqué par l’historiographie, cet appareil répressif reste à vrai dire assez mal connu. Les chercheurs belges et français qui ont abordé la question l’ont fait uniquement sur base de sources autochtones et très rarement en le plaçant au centre de leurs préoccupations. À l’exception de l’étude de Jan Van der Fraenen sur les exécutions d’espions belges par les autorités allemandes1, la recherche historique ne s’est jamais penchée de manière un tant soit peu systématique sur le phénomène dans son ensemble, ni même sur l’une ou l’autre de ses composantes. L’historiographie allemande elle-même a totalement négligé ce domaine, alors qu’elle est pleinement engagée dans l’étude détaillée du phénomène répressif lors de la période nazie et du conflit suivant. La question de la comparaison et des généalogies entre les logiques sécuritaires à l’œuvre lors des deux conflits mérite pourtant que l’on s’y attarde. Nous y reviendrons brièvement dans la conclusion.

  • 2 Cette contribution a été rédigée grâce à une résidence à l’Institut d’études avancées de Paris, ave (...)
  • 3 Nous nous référons ici à la statistique de l’occupant allemand. Bundesarchiv Koblenz, Coblence (dor (...)

2Cette contribution2 entend donc explorer la manière dont le système répressif allemand s’est organisé au niveau local, en l’occurrence dans l’arrondissement de Mons, en prenant comme point de départ l’action des polices secrètes allemandes. Nous abordons la nature, les méthodes et l’organisation de ces polices, ainsi que les résultats obtenus sur le terrain et leur effet sur la vie des occupés. Ces polices ne peuvent cependant être envisagées que comme une pièce au sein d’une mécanique plus complexe, qui comprend aussi les autres organismes policiers, les juridictions militaires et le système carcéral, autant d’aspects qui retiennent également notre attention. Précisons que les limites géographiques de notre propos sont celles de l’arrondissement administratif de Mons plutôt que celles – plus étendues – de l’ancien arrondissement judiciaire de Mons qui constitue le fil rouge de cet ouvrage. La raison en est que l’architecture occupante s’est en partie calquée sur le découpage administratif belge, et pas sur le découpage judiciaire. Or, c’est principalement le point de vue de l’occupant que nous adoptons ici. La zone étudiée est donc une aire de 611 km2, peuplée de 263 000 habitants en 19173. La densité de population est particulièrement importante à Mons, cité bourgeoise et cœur administratif et commercial de la région, et dans le Borinage, dominé par la population ouvrière. Les communes de la périphérie de l’arrondissement, principalement au sud et à l’ouest, le long de la frontière française, ont par contre un profil nettement plus rural.

  • 4 Nous songeons particulièrement à la thèse de doctorat sur la zone d’occupation de la 6. Armee, que (...)

3Cet objectif d’éclairer le fonctionnement du système répressif allemand ne peut cependant pas faire fi des sources autochtones, ne fût-ce que parce que les archives allemandes de l’Occupation ont été en grande partie détruites, notamment celles concernant la police secrète et les tribunaux du gouvernement-général. En outre, les importants reliquats qui ont été conservés restent à ce jour sous-exploités ; plusieurs études par des historiens allemands n’ont d’ailleurs pas encore débouché sur une publication au moment d’écrire ces lignes4. Cette contribution ne constitue par conséquent qu’une première esquisse, bien incomplète, du phénomène.

4Enfin, précisons qu’il nous a paru utile d’articuler notre propos de manière chronologique, la présence allemande dans la région correspondant à quatre phases assez distinctes : l’invasion et ses suites directes en août 1914 ; le régime du gouvernement-général de la fin 1914 à la fin 1916 ; celui des étapes, sous le contrôle direct des armées allemandes en 1917 et 1918 ; et enfin la dernière phase avant la Libération, en octobre-novembre 1918, lorsque la ligne de feu se rapproche de la région puis la traverse.

1. L’invasion (1914)

  • 5 John Horne, Alan Kramer, German atrocities, 1914. A History of denial, New Haven/Londres, Yale Univ (...)

5Lors de la bataille de Mons des 23 et 24 août 1914, qui oppose pour la première fois l’armée britannique et l’armée allemande, les exactions commises par les envahisseurs contre la population civile sont nombreuses dans l’arrondissement de Mons. Elles sont particulièrement violentes à Nimy, Mons, Flénu, Jemappes, Quaregnon et Ville-Pommeroeul ; la 1. Armee du général von Kluck passe par les armes des dizaines de civils, en utilise d’autres comme boucliers humains et détruit des centaines de bâtiments. Ces actions sont censées servir de représailles aux attaques de prétendus francs-tireurs, grande obsession de l’armée allemande au cours des premières semaines de la guerre5. La plupart des exécutions de civils à ce moment sont commises en l’absence de toute procédure judiciaire. Elles sont perpétrées dans le feu de l’action, ou dans le sillage immédiat de celle-ci. Si condamnation à mort il y a, elle résulte alors d’un simulacre judiciaire expéditif. Quoi qu’il en soit, c’est un véritable climat de terreur qui s’abat sur la région à ce moment.

  • 6 Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz, Berlin (dorénavant cité GSPK), I. HA Rep. 77, Tit. (...)

6On peut supposer que le déferlement de violence a largement dissuadé la population locale d’entreprendre quoi que ce soit contre l’armée allemande au lendemain de la bataille. Si cela ne devait pas suffire, les différents corps d’armée allemands disposent d’unités de la Feldgendarmerie, la police militaire allemande, chargées du maintien de l’ordre au sein des unités et dans la zone sous leur autorité. Chaque armée allemande dispose aussi dans ses bagages d’un petit corps spécialisé de policiers professionnels, la Geheime Feldpolizei (police secrète en campagne ; GFP), détachés auprès de la troupe pour lutter contre les éventuelles menées clandestines qui pourraient la menacer, et plus particulièrement contre d’éventuels espions. À cette fin, la 1. Armee bénéficie, au même titre que ses six consœurs du front Ouest, d’un Feldpolizeikommissar assisté de six Feldpolizeibeamte. Le premier, le commissaire Wennrich, a été détaché de la police criminelle d’Essen, notamment du fait de sa connaissance du français6. Ses six subordonnés sont quant à eux originaires pour la plupart de Wiesbaden, sans que l’on en sache davantage sur leur compte.

  • 7 Voir notamment Albert Libiez, L’Affaire Cavell : vérités et légendes à la lumière de documents nouv (...)

7Étant donné la vitesse à laquelle la 1. Armee a continué sa route vers Paris, il est assez probable que les policiers allemands ne se soient guère attardés dans la région de Mons. À vrai dire, la surveillance du Borinage semble assez peu serrée durant les premières semaines de l’Occupation. De nombreux soldats britanniques égarés après la bataille de Mons, ainsi que des militaires français parvenus à s’extirper du siège de Maubeuge sont en effet cachés par des civils belges. Quelques-uns prennent même l’initiative de les guider à travers le Hainaut occidental afin de leur faire regagner les lignes alliées avec armes et bagages. Sans doute sont-ils quelques centaines à quitter la zone occupée en profitant du flou existant sur le flanc ouest des armées allemandes durant les premières semaines de septembre, avant que la stabilisation du front et l’affermissement du contrôle allemand sur la région ne referment la nasse. Or, les soldats qui demeurent cachés, perdus ou blessés un peu partout dans le Borinage – ou de l’autre côté de la frontière dans l’Avesnois – se comptent encore à ce moment par centaines. Les autorités allemandes sont bien conscientes de la présence de ces soldats « perdus », ou pour mieux dire pour beaucoup d’entre eux « occultés » avec la complicité d’autochtones, et multiplient les menaces, notamment par voie d’affiche, en vue d’obtenir leur reddition. Des patrouilles sont organisées dans les bois en vue de débusquer les Britanniques qui s’y cacheraient, et la Feldgendarmerie effectue des perquisitions auprès de particuliers7.

  • 8 Mons Memorial Museum, Mons (dorénavant cité MMM), Collection d’affiches, Affiche du 2 septembre 191 (...)

8L’espionnage est aussi une des préoccupations constantes de l’armée allemande. Elle se traduit notamment par les mesures prises contre les pigeons. Dès le 2 septembre 1914, l’autorité militaire décide de réquisitionner en masse les colombins domestiques pour servir au ravitaillement des troupes8. Le jour même, 1542 pigeons sont tués et distribués aux ambulances de la région pour nourrir les blessés des deux camps. Les colombophiles, nombreux dans la région, sont atterrés. Le 16 septembre, les autorités allemandes entendent réitérer la mesure. Les autorités communales intercèdent alors en faveur des propriétaires de pigeons en organisant elles-mêmes la concentration des pigeons dans le manège de cavalerie de Mons. Ils seront 23 000 à y être rassemblés, ce qui occasionnera une perte de 40 % des volatiles. Jusqu’à la fin de la guerre, la détention de pigeons fera l’objet d’arrêtés successifs destinés à prévenir toute utilisation de ces oiseaux aux fins de communiquer des renseignements aux Alliés.

2. Sous la férule du gouvernement-général (1914-1916)

  • 9 Bayerische Hauptstaatsarchiv, Munich (dorénavant cité BH), Abteilung IV Kriegsarchiv (dorénavant ci (...)

9La fin de la guerre de mouvement et l’entrée dans la guerre longue obligent les autorités allemandes à prendre des mesures en vue d’affermir le contrôle exercé sur le pays. Sur les arrières du front, la sécurité reste du ressort des armées elles-mêmes, mais dans la zone d’occupation, qui comprend l’arrondissement de Mons, le gouvernement-général a tout pouvoir de prendre les mesures qu’il estimerait nécessaires à cette fin. À la fin du mois de décembre 1914, il se dote d’une police secrète, principalement chargée d’assurer le contre-espionnage et la police politique sur l’ensemble du territoire de son ressort : la Zentralpolizeistelle9. Celle-ci forme la section I.d de l’état-major du gouvernement-général. Elle établit ses quartiers en plein cœur de Bruxelles, au 10 rue de la Loi, dans des locaux précédemment affectés à la Chambre des Représentants. Afin d’assurer un quadrillage serré du pays, la Zentralpolizeistelle découpe le pays en cinq secteurs, les Polizeiabschnitte, qui à leur tour disposent de quelques bureaux, les Polizeistellen, établis généralement dans des chefs-lieux d’arrondissement. Cette géographie policière ne recouvre par conséquent pas exactement les découpages administratifs ou judiciaires belges, ni même ceux de l’administration du gouvernement-général et de l’administration civile allemande, plus ou moins calqués sur les réalités belges. Les différents niveaux de la police secrète agissent d’ailleurs de manière totalement indépendante des administrations locales, qu’elles soient occupantes ou, a fortiori, occupées. Tout au plus informent-ils les premières des arrestations auxquelles ils procèdent sur le territoire de leur ressort. Les agents secrets allemands n’ont de comptes à rendre qu’à leurs supérieurs au sein de la police secrète, autrement dit, les Polizeistellen s’en remettent aux Polizeiabschnitte, qui elles-mêmes font rapport à la Zentralpolizeistelle. Ce n’est donc qu’au niveau supérieur de la hiérarchie des instances du gouvernement-général que s’exerce un certain contrôle sur les activités de la police secrète. Or, les Polizeistellen ont un pouvoir très étendu, puisque ce sont elles qui ouvrent les enquêtes, procèdent aux arrestations et instruisent les affaires.

  • 10 C’est également celle sur laquelle les rapports de Fritz Ball s’étendent le moins, les propos de l’ (...)
  • 11 AGR, Archives des Services patriotiques, n° 3011, Antar Cenobio (alias Léopold Wartel), La Guerre S (...)

10Au sein de ce dispositif policier, Mons occupe une place importante, puisqu’elle est le siège du Polizeiabschnitt IV, les quatre autres étant installées respectivement à Anvers (I), Liège (II), Namur (III) et Bruxelles (V). Malheureusement, aucun document témoignant directement de l’organisation et des activités du Polizeiabschnitt de Mons n’a été conservé10. Nous ignorons jusqu’au nom du capitaine en charge du secteur. Nous savons cependant qu’elle dispose de Polizeistellen à Charleroi, Maubeuge, Tournai et, bien sûr, à Mons. La Polizeistelle de Mons n’est pas mieux documentée que son échelon supérieur. Nous savons cependant qu’elle est dirigée jusque vers septembre 1916 par le capitaine Eberlin, originaire de Mannheim11, et est établie au 1 rue de la Poterie, tout près de la Grand Place.

  • 12 MMM, Collection d’affiches, Affiche du 24 février 1915 par von Quast.

11Le travail de contrôle de la Polizeistelle est facilité par les mesures de contrôle de la population prises par les autorités allemandes, que l’initiative en revienne au gouverneur-général lui-même, au gouverneur militaire du Hainaut, le général-major von Gladiß, ou au Kreischef von Quast, responsable de l’arrondissement de Mons. Ainsi, sur le territoire de ce dernier, la carte d’identité, assortie des données permettant d’identifier le porteur et d’une photographie, devient obligatoire en février 1915 pour toute personne âgée de 16 ans ou plus12. À partir de mars 1915, la population masculine en âge de porter les armes est soumise plus spécifiquement à une nouvelle obligation. Chaque individu appartenant à cette catégorie doit se présenter mensuellement au Meldeamt, un organe de contrôle destiné à s’assurer de la présence physique sur le sol belge des personnes qui pourraient potentiellement être tentées de quitter la Belgique par la voie clandestine pour s’enrôler dans l’armée belge.

  • 13 Nous renvoyons pour plus de détail à ce sujet au point suivant.
  • 14 Adolphe Hambye, La ville de Mons pendant l’Occupation allemande du 23 Août 1914 au 11 Novembre 1918 (...)
  • 15 Voir à leur sujet Élise Rezsöhazy, Les agents du contre-espionnage allemand en Belgique occupée dur (...)

12Les activités de la police secrète sont également grandement aidées par les dénonciations – souvent anonymes – qui lui sont adressées par des occupés13. L’ampleur supposée du phénomène des dénonciations de Belges par leurs propres concitoyens inquiète d’ailleurs certains observateurs locaux. C’est certainement le cas du notaire Adolphe Hambye, observateur attentif et bien informé de la vie locale sous l’Occupation, qui note dès le printemps 1915 dans son journal intime que leur « nombre va en augmentant », et ajoute : « Il est écœurant de constater en ces temps d’épreuves que dans la population Belge, il y a des gens assez vils pour recourir à des procédés aussi lâches en face de l’Occupant14 ». Les dénonciations ne constituent pas le seul concours autochtone de la Polizeistelle. Celle-ci dispose également d’agents dûment rétribués au sein de la population belge, qui vont jusqu’à pénétrer les organisations clandestines ou à « moutonner » les prisonniers politiques15.

  • 16 Emmanuel Debruyne, « Les "femmes à Boches" en Belgique et en France occupées. 1914- 1918 », in Revu (...)

13La Polizeistelle de Mons peut aussi compter sur les contrôles effectués par la police en uniforme que constitue la Feldgendarmerie, qui installe ses bureaux montois également dans le centre de la ville, au 16 rue d’Havré et aux 37, 39 et 41 rue de la Halle. La présence militaire allemande dans les rues et dans les campagnes est quant à elle assurée d’une manière générale par les bataillons de Landsturm (réservistes de second ordre) des troupes d’occupation. Un certain nombre d’entre eux sont d’ailleurs affectés à la Militärpolizei des différentes Kommandanturen. Contrairement à la Feldgendarmerie, cette dernière n’est pas une police professionnelle, mais plutôt une unité ad hoc accomplissant des tâches de surveillance policière, auxquelles sont affectés des soldats du Landsturm reconnaissables à un simple brassard. Le tableau du système policier allemand serait incomplet sans une mention de la Sittenpolizei, dont une section est officiellement établie à Mons le 6 mars 191516. Cette police est spécialisée dans l’identification et la surveillance des prostituées principalement à des fins sanitaires, c’est-à-dire pour limiter les risques d’infection des soldats allemands par des maladies vénériennes. Les femmes infectées sont enfermées et soumises à un traitement médical forcé, et ce jusqu’à guérison. La Sittenpolizei dispose pour ce faire à partir de mai 1915 d’un centre de traitement vénérien, qui allie dimensions médicales et carcérales. Ce centre est établi dans les locaux de l’hôpital militaire, rue André Masquelier, et fonctionnera jusqu’à la fin de la guerre.

  • 17 AGR, Archives des Services patriotiques, ancien portefeuille 146, La prison à Mons sous l’occupatio (...)
  • 18 Les responsables de l’aile allemande de la prison de Charleroi sont d’ailleurs cités dans la liste (...)

14L’enfermement des occupés qui tenteraient de s’opposer d’une manière ou d’une autre à l’autorité occupante est cependant d’un autre ordre. Dès le 1er novembre 1914, les autorités allemandes prennent possession pour leur propre usage d’une section de la prison de Mons. Les rapports entre les membres du personnel allemand affecté à la « section allemande » de la prison et leurs homologues de l’administration pénitentiaire belge restent longtemps très corrects. Le service de la section allemande est d’ailleurs en partie assuré par le personnel belge, du moins jusqu’en 1915. Il est ensuite réduit aux seuls barbier et bibliothécaire. C’est d’ailleurs le rapport établi après la guerre par ce dernier qui nous permet aujourd’hui d’en connaître les grandes lignes17. Les cellules de la section allemande accueillent aussi des soldats allemands poursuivis pour divers délits sanctionnés par le code pénal militaire allemand. Les prévenus belges sont quant à eux généralement soumis au secret pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, selon les nécessités de l’instruction. La rigueur de ce régime est cependant variable, le secret n’empêchant pas forcément d’emprunter des livres à la bibliothèque, de sortir à la promenade, d’assister à l’office dominical ou de recevoir de la correspondance ou des colis alimentaires de l’extérieur. Cette relative mansuétude, dont bénéficient les détenus à Mons pendant la première moitié de la guerre, ne doit cependant pas être considérée comme généralisée dans les sections allemandes des prisons occupées, mais résulte au contraire du bon vouloir de la Polizeistelle locale. D’autres prisons allemandes, comme celle de Charleroi par exemple18, connaissent des régimes nettement plus rudes.

  • 19 Sadi Kirschen, Devant les conseils de guerre allemands, Bruxelles, Rossel & Fils, 1919, p. 7-9 ; Al (...)
  • 20 Hambye, La ville de Mons pendant l’Occupation…, entrée du 29 septembre 1915.
  • 21 Ibid., entrée du 13 mars 1915.

15Une fois l’instruction d’une affaire achevée, la Polizeistelle se dessaisit du dossier au profit de l’auditeur militaire de son ressort. Celui-ci peut demander un complément d’information à la police ou convoquer le tribunal militaire, ou Feldgericht, pour se prononcer sur l’affaire19. À Mons, le tribunal militaire est lui aussi installé dans le centre de la ville, au 31 rue d’Havré, pratiquement en face de la Feldgendarmerie. Le fonctionnement quotidien de ces juridictions est très mal connu, d’autant que la plupart de leurs archives ont été détruites en 1945, voire dès 1919. Seule l’existence de quelques affaires nous est connue, principalement du fait de la conservation d’affiches annonçant les condamnations, de l’annonce de celles-ci dans la presse ou des commentaires notés par quelques occupés dans leurs journaux intimes. Certaines affaires traitées concernent en 1915 l’aide apportée à des soldats belges ou alliés ou à des volontaires désireux de quitter le pays pour prendre les armes. Les faits incriminés relèvent parfois de l’initiative individuelle, comme dans le cas du conseiller communal Barthelemy Mignon, condamné à une peine relativement légère de six semaines de prison en septembre 1915 pour avoir abrité un soldat belge20. Quelques-unes concernent plusieurs personnes, comme lors de l’enquête sur un industriel de Jurbise et deux ingénieurs des chemins de fer soupçonnés d’effectuer des paiements clandestins de salaire aux cheminots pour les dissuader de reprendre le travail au profit de l’occupant21. D’autres, nous le verrons, mettent à jour des activités clandestines concertées, ou pour mieux dire de véritables réseaux s’adonnant au renseignement ou à l’exfiltration. La Polizeistelle traque également les imprimés clandestins comme La Libre Belgique qui, produite à Bruxelles, dispose d’un circuit de diffusion dans le Hainaut, comme ailleurs dans le pays du reste. À vrai dire, durant la première année de l’Occupation, les cas traités par l’appareil répressif allemand dans l’arrondissement de Mons paraissent de relativement faible importance. Ce n’est qu’à partir de l’été 1915 que la région montoise commence à être touchée par de grandes affaires impliquant des réseaux de plusieurs dizaines d’intervenants.

  • 22 Sur l’utilisation de cette notion dans le cadre de la Grande Guerre, voir Emmanuel Debruyne, « Comb (...)
  • 23 Des jugements rendus dans le cadre de telles affaires sont signalés par voie d’affiche les 18 févri (...)
  • 24 Kirschen, Devant les conseils de guerre…, p. 8.
  • 25 Dans la zone des armées, on observe en tout cas que la Geheime Feldpolizei adresse de telles demand (...)

16Il n’empêche, toutes les affaires jugées par les Feldgerichte sont loin de ne concerner que des faits que l’on qualifiera de « résistance » une génération plus tard22. Les affiches conservées révèlent que les tribunaux allemands sont également appelés à réprimer un certain nombre d’affaires de vol susceptibles de nuire aux intérêts de la puissance occupante, comme dans le cas de plusieurs affaires de vols de câbles téléphoniques au cours de l’année 191523. Par ailleurs, la pression sur la population ne s’exerce pas seulement via les décisions des juridictions militaires. Les affaires les moins graves n’aboutissent d’ailleurs pas devant les Feldgerichte, mais sont délaissées par les Polizeistellen au profit des différentes Kommandanturen. Celles-ci ont au niveau local le pouvoir de prononcer sans autre forme de procès des peines allant jusqu’à 3 semaines de prison ou 300 marks d’amende dans le cas de délits mineurs, de loin les plus nombreux24. Les sanctions prennent aussi la forme de punitions collectives infligées par les divers niveaux de l’administration occupante, comme l’imposition d’amendes infligées aux communes ou de nouvelles restrictions aux libertés, pour une durée limitée ou non. Il est possible que certaines de ces mesures soient prises sur suggestion de la Polizeistelle25.

  • 26 Sur ces deux réseaux, cf. AGR, Archives des Services patriotiques, n° 2355-2359 (Baeckelmans) et 28 (...)
  • 27 Laurence van Ypersele, Emmanuel Debruyne, « Le monument à Omer Lefèvre ou l’engagement clandestin s (...)

17Si la Polizeistelle de Mons est en principe compétente pour la région, elle n’y dispose pas pour autant d’un monopole absolu, loin s’en faut. En effet, les évolutions de leurs enquêtes peuvent conduire d’autres Polizeistellen à investiguer dans la région, voire à y opérer des arrestations. Les organisations clandestines étendent en effet leurs méandres sur le territoire occupé indépendamment de l’organisation policière allemande. Une affaire peut très bien être initiée sur le territoire de Bruxelles et conduire à mettre à jour un groupe actif dans le Hainaut. Des arrestations sont opérées en région montoise à l’initiative d’une des trois Polizeistellen bruxelloise, sans que l’on sache exactement quelle a pu être la part éventuellement prise par le bureau montois de la Zentrapolizeistelle. Ce scénario se produit à plusieurs reprises au cours de l’été 1915, avec l’arrestation d’agents des réseaux de renseignement Koettlitz et Baeckelmans actifs dans le Hainaut, à Cuesmes pour les premiers et principalement à Mons, Nimy et Saint-Ghislain pour les seconds26. Les deux affaires sont jugées (séparément) à Bruxelles à la mi-septembre 1915. Il est par contre avéré que la Polizeistelle de Mons joue un rôle dans le démantèlement du réseau des Télégraphistes en arrêtant un de ses agents, qu’elle remet ensuite à la Polizeistelle A de Bruxelles, qui mène l’affaire27. Ce réseau, notamment implanté à Mons depuis mai 1915, est démantelé en novembre, mais l’affaire n’est pas jugée avant mai 1916, à Bruxelles.

  • 28 Sur cette affaire, voir Emmanuel Debruyne, Le « réseau Cavell ». Des femmes et des hommes en résist (...)

18Ces trois affaires n’ont cependant pas le retentissement de celle qui est initiée le 31 juillet 1915 lorsque la Polizeistelle B de Bruxelles procède à l’incarcération de l’architecte schaerbeekois Philippe Baucq, soupçonné d’exfiltrer vers les Pays-Bas des volontaires pour l’armée belge. Chargé de l’enquête, le policier Heinrich Pinkhof découvre l’existence d’une vaste filière remontant jusqu’au département du Nord, et dont le cœur des activités se situe dans le Borinage. Une série de personnes qui s’étaient employées à cacher et à exfiltrer des soldats britanniques au lendemain de la bataille de Mons ont en effet prolongé leurs activités et sont entrées en contact les unes avec les autres jusqu’à former une véritable ligne d’évasion vers les Pays-Bas, via Bruxelles et notamment l’école d’infirmières dirigée par la nurse britannique Edith Cavell28. L’arrestation de l’ingénieur des mines Herman Capiau le 5 août 1915 à Wasmes inaugure le démantèlement de la filière boraine. Les arrestations se poursuivent jusque dans le nord de la France, en partie en collaboration avec la Polizeistelle de Maubeuge. Pour dépister le réseau, cette dernière peut particulièrement compter sur Armand Jeannes, un Montois entré à son service. Le rôle joué par celle de Mons demeure par contre quelque peu obscur, bien qu’il soit clair que son homologue de Bruxelles l’ait avertie des arrestations opérées. Les 7 et 8 novembre 1915, 35 accusés comparaissent devant le conseil de guerre de Bruxelles. Parmi les 27 condamnés, 12 proviennent de l’arrondissement de Mons, mais les deux seules personnes exécutées, Baucq et Cavell, habitent la région bruxelloise. La magnanimité qu’entend afficher le gouvernement-général en annonçant la mesure de grâce dont bénéficient les trois autres condamnés à mort – dont la comtesse Jeanne de Belleville, de Montignies-sur-Roc, arrache un commentaire ironique au notaire Hambye le 9 novembre 1915 :

L’autorité Allemande a éprouvé le besoin de publier que le Kaiser dans sa haute magnanimité a daigné commuer en travaux forcés à perpétuité la peine de mort prononcée contre Louise Thuliez, institutrice, Louis Séverin pharmacien, la Comtesse Jeanne de Belleville. Il est regrettable pour lui qu’il n’ait pas songé à faire usage de son droit de grâce en faveur de Miss Edith Cavell.

  • 29 Katie Pickles, Transnational outrage. The Death and Commemoration of Edith Cavell, New York, Palgra (...)

19Il est vrai que même en pays occupé, on ne peut alors plus ignorer le scandale immense et, pour tout dire, d’ampleur mondiale, provoqué par l’exécution de l’infirmière britannique29.

  • 30 Hambye, La ville de Mons pendant l’Occupation…, entrée du 15 septembre 1915.
  • 31 MMM, Collection d’affiches.

20La succession d’arrestations entre juin et août 1915 à Mons et dans le Borinage, pour des affaires jugées graves, marque les esprits. Le notaire Hambye s’en alarme à plusieurs reprises, et note notamment le 15 septembre : « Les arrestations augmentent chaque jour par suite des dénonciations les plus infâmes. La lettre anonyme est l’instrument le plus actif et les agissements d’une police secrète éhontée exposent d’honorables citoyens à être transportés en Allemagne pour un oui ou pour un non30 ». Les conséquences de telles arrestations sont en fait bien plus graves que ce que pense le notaire. Certes, des affiches apposées en juin ont averti les habitants de Mons de la condamnation à mort de plusieurs ressortissants belges dans la province de Liège, mais elles ne paraissent pas avoir ému les Hennuyers, peut-être à cause du manque d’ancrage local de ces affaires et du caractère exceptionnel qui aurait pu alors leur être attribué31. La situation change à partir de septembre 1915, lorsque les affiches annonçant des exécutions, principalement à Bruxelles, commencent à se succéder et à concerner des affaires dans lesquelles des habitants de la région sont impliqués. L’affiche du 6 novembre 1915 rend cette sinistre réalité plus tangible encore : le garde-barrière Jules Legay et l’échevin Joseph Delsaut, de Cuesmes, et le journalier Charles Simonet, de Mons ont été exécutés le matin même à Bruxelles suite à leur implication dans un réseau d’espionnage.

  • 32 Ces informations sont extraites de notre base de données en principe exhaustive des agents de rense (...)
  • 33 Sur Carlot Louis, voir AGR, Archives des Services patriotiques, n° 2167-2188.

21Le démantèlement de ces différents réseaux, peut-être associé à l’impact psychologique provoqué par les arrestations et l’annonce des exécutions, affaiblit considérablement le renseignement allié dans la région. Le recrutement de nouveaux agents ralentit au cours de l’été 1915, avant d’être totalement enrayé jusqu’aux premiers jours de l’année 191632. Il ne reste à vrai dire qu’un seul réseau important actif dans la région au début de l’automne 1915, le service Carlot Louis. Sa destruction définitive va bientôt offrir son heure de gloire à la Polizeistelle de Mons. Créé fin 1914 par l’échevin socialiste de Jumet Victor Ernest, Carlot Louis opère au profit du service de renseignement britannique Cameron33. Principalement consacré à l’observation ferroviaire, il s’implante au départ dans les milieux socialistes hennuyers avant d’étendre ses activités vers le Brabant et la Flandre-Orientale. L’organisation subit ses premières arrestations à Mons et à Cuesmes en juin 1915. Cependant, c’est la Polizeistelle A de Bruxelles qui est à la manœuvre. Cette première attaque contre le réseau conduit à l’exécution sus-évoquée de Simonet, Delsaut et Legay le 6 novembre 1915 au Tir National de Bruxelles. Une nouvelle vague d’arrestations débute fin octobre 1915, qui culmine en décembre avec l’arrestation d’Adolphe Lampert, qui a succédé à Ernest, son beau-frère, lorsque ce dernier est passé aux Pays-Bas. La catastrophe atteint son comble lorsque pour avoir la vie sauve, Lampert passe aux aveux et accepte de travailler pour la police secrète, ce qui facilitera ultérieurement la destruction par les Polizeistellen de Bruxelles de deux autres réseaux avec lesquels il a été en rapport.

  • 34 L’affaire est racontée dans Clovis Pierard, Au Pied de la Butte, Pâturages-lez-Mons, Comité du Souv (...)
  • 35 Hambye, La ville de Mons pendant l’Occupation…, entrée du 29 février 1916.
  • 36 Voir notamment Kirschen, Devant les conseils de guerre…, p. V-VI.
  • 37 Marie Arnould, Le Hainaut au cœur de la Grande Guerre. Radioscopie de l’administration provinciale (...)

22L’affaire aboutit à ce que les contemporains appellent le « Grand Procès de Mons »34. Le 29 février 1916, 39 personnes comparaissent pour espionnage devant le Feldgericht de Mons. Du fait de son ampleur, le drame se joue exceptionnellement dans la salle des redoutes du théâtre de Mons, qui pour l’occasion est entouré d’un « nombre inusité de sentinelles35 ». Les autorités allemandes ont autorisé onze avocats belges à assurer la défense des accusés, sans toutefois pouvoir s’entretenir avec eux ni avoir accès au dossier. On compte parmi eux six avocats du barreau de Mons, et non des moindres : Fulgence Masson, Victor Maistriau, Henri Rolland et Maurice Harmignie, ainsi que maîtres André et Winant. Ils sont renforcés par trois confrères bruxellois du Comité de défense gratuite des Belges devant les juridictions allemandes, habitués à plaider en allemand (maîtres Dorff, Braun et Kirschen) et deux du Barreau de Gand (maîtres Boddaerts et Desaegher). La présence de ces avocats belges au cœur de l’appareil judiciaire allemand ne va pas de soi. Elle n’est pas acceptée par tous les Feldgerichte, et fait également débat parmi les avocats occupés36. Une partie d’entre eux estime en effet qu’aller plaider devant les juridictions militaires allemandes revient à participer à ce qu’ils dénoncent comme une parodie de justice, et par conséquent à la légitimer. Pour les autres, cet argument pèse peu en regard des enjeux qui sous-tendent ces procès, et dont dépendent rien moins que la vie ou la mort de compatriotes. Masson, Maistriau et Harmignie s’impliquent d’ailleurs dans la défense de nombreux accusés belges durant la guerre, que ce soit à Mons, Tournai ou Charleroi37.

  • 38 Hambye, La ville de Mons pendant l’Occupation…, entrée du 1er mars 1916.

23De son côté, la population locale, ou du moins une partie d’entre elle, essaie de se tenir au courant de l’évolution de l’affaire. Le notaire Hambye note le 1er mars dans son carnet que l’auditeur militaire allemand « a prononcé un réquisitoire d’une sévérité outrée », mais que les « avocats de Bruxelles et de Gand ont présenté brillamment la défense des accusés divisés en groupes d’accusations de même nature. S’exprimant très bien en langue Allemande [sic] ces défenseurs se sont attachés au rapport du droit pénal avec les faits et ont été écoutés avec une apparente bienveillance38. » Cette remarque prend tout son sens lorsque le soir même, le tribunal rend son verdict : neuf personnes sont condamnées à mort, 18 écopent des travaux forcés et six de peines de prison. Les six dernières sont acquittées.

  • 39 Ibid., entrée du 3 mars 1916.
  • 40 Les sœurs de la Congrégation des Filles du Sacré-Cœur évoquent cette manifestation dans le journal (...)

24Selon la procédure, le jugement doit encore être confirmé par le gouverneur militaire avant de devenir exécutoire. Ce dernier, le général-major von Gladiß, ne perd pas de temps, si bien que sept condamnés sur neuf sont exécutés dès le lendemain sur la plaine de Casteau, à Masnuy-Saint-Jean. De même que Baucq et Cavell, les sept exécutés de Mons n’ont pas eu le temps d’introduire un recours en grâce. Ce genre de pratique expéditive n’est à vrai dire pas représentative des procédures habituellement suivies sur le territoire du gouvernement-général, où plus de la moitié des condamnés à mort finissent par bénéficier d’une commutation de peine. Bien qu’aucune des sept victimes ne soit originaire de la région, l’exécution provoque une vive émotion à Mons. Hambye note à ce propos dans son carnet intime : « Ce soir on racontait que l’exécution qui a eu lieu hier vers les 5 h du matin au Camp de Casteau, près la butte, s’est faite en masse. Les sept condamnés à mort placés sur une seule ligne ont été fusillés par un peloton de 40 à 50 hommes. On a entendu une salve qui arrachait la vie à sept patriotes tombés en martyrs. L’inhumation eut lieu aussitôt sur les lieux mêmes39 ». Quelques jours après l’exécution, le Barreau de Mons fait célébrer une messe de funérailles à la collégiale Sainte-Waudru. Une foule nombreuse y assiste, rassemblée autour d’un hommage peut-être plus patriotique que religieux aux sept exécutés40.

  • 41 AGR, Archives des Services patriotiques, n° 2186, Cour d’assises de la province du Brabant, Affaire (...)
  • 42 AGR, Archives des Services patriotiques, n° 3011, Antar Cenobio (alias Léopold Wartel), La Guerre S (...)

25Les deux derniers condamnés à mort sont par contre épargnés, l’un, une jeune femme, sans doute en raison de son sexe et de son âge, le second, Adolphe Lampert, en récompense de sa collaboration avec les enquêteurs. Lampert est encore utilisé au cours des mois suivants par les bureaux bruxellois de la Zentralpolizeistelle pour servir de « mouton » à Saint-Gilles41. Si Lampert apparaît comme un agent retourné par le contre-espionnage allemand, d’autres cas sont nettement plus troubles. C’est particulièrement le cas du Louviérois Léopold Wartel, qui arrive en Belgique fin 1915 avec pour mission de créer un réseau pour le renseignement français42. Wartel travaillait-il déjà pour la Polizeistelle de Mons au moment d’être recruté par les Alliés ? L’affaire est loin d’être claire, et les explications souvent contradictoires données par Wartel après la guerre ne font que brouiller les pistes. Ce qui est cependant avéré, c’est que Wartel met en place un petit réseau de renseignement pour les Alliés, à l’efficacité très douteuse, et qu’il reconnaît avoir travaillé pour les Allemands au plus tard à partir du 20 avril 1916, date de son arrestation supposée par la Polizeistelle de Mons. Le capitaine Eberlin lui aurait alors proposé – toujours selon Wartel – d’entrer à son service pour avoir la vie sauve. Suite à son accord, il est notamment chargé d’établir le contact avec des personnes suspectées de s’adonner à l’espionnage dans la région de Mons.

  • 43 AGR, Archives des Services patriotiques, n° 3011, Antar Cenobio (alias Léopold Wartel), La Guerre S (...)
  • 44 Sur le service Marié, voir AGR, Archives des Services patriotiques, n° 2037-2044.
  • 45 Victor Marié, chef du réseau, sauve sa peau en acceptant de collaborer avec la police allemande.

26L’extension en 1915 des activités des Polizeistellen de Bruxelles dans le ressort de son homologue de Mons a été facilitée par le fait que toutes dépendaient en dernier ressort de la Zentralpolizeistelle. Toujours est-il que l’action conjuguée des Polizeistellen de Mons et de Bruxelles aboutit à ce que durant les dernières semaines de l’année 1915, l’arrondissement de Mons devient pratiquement un angle mort du renseignement allié. Plus un seul réseau de quelque importance n’y dispose d’agents : tout est à recommencer. L’année suivante, les choses prennent cependant une tout autre tournure lorsque la Polizeistelle de Mons et la Geheime Felpolizei de la 2. Armee réalisent qu’elles ont chacune de leur côté démantelé une partie d’un même réseau, en l’occurrence le réseau Marié créé début 1916 pour le renseignement britannique. Chacun des deux organismes entend récupérer l’entièreté de l’affaire43. La première, aidée par la Polizeistelle A de Bruxelles et par Léopold Wartel, procède à l’arrestation d’agents de Marié, notamment à Jemappes, Roisin et Angreau. La seconde, à Saint-Quentin, prétend cependant que l’affaire doit lui être entièrement remise en vertu de l’antériorité des premières arrestations qu’elle a menées sur base de sa propre enquête, en mars 1916. Après bien des débats, l’argument de l’antériorité finit par l’emporter, si bien que le dossier et les prévenus sont transférés à Saint-Quentin. Pour leur plus grand malheur est-on tenté de dire, tant la GFP et le conseil de guerre de l’AOK 2 (le commandement suprême de la 2. Armee) ont la main particulièrement lourde. Lorsque le procès s’ouvre le 18 novembre, 4 détenus sont déjà morts en prison44. Sur les 43 personnes finalement jugées, 12 hommes écopent de la peine de mort. Aucun habitant de l’arrondissement de Mons ne figure cependant parmi ceux-ci, leur implication dans le réseau ayant été à vrai dire assez périphérique. Le jugement est confirmé le 26 décembre : neuf sont exécutés dès le lendemain – sans même avoir eu l’occasion d’adresser un recours en grâce ou même une dernière lettre à leurs proches – , un dixième étant entretemps mort en prison. Transférés à Bruxelles dans le cadre d’une autre affaire, les deux derniers échappent à l’exécution45.

  • 46 Hambye, La ville de Mons pendant l’Occupation…, entrée du 31 mai 1916.

27L’année 1916 est encore caractérisée par plusieurs vagues d’arrestations, dont l’ampleur et les circonstances demeurent peu connues. Le 31 mai 1916 par exemple, 11 Montois sont arrêtés46. Les prisonniers sont aussitôt transférés à Namur, sans que l’on sache ce qui leur est alors reproché, ni même qui est à l’origine de ces arrestations. Le peintre Anto Carte est au nombre des arrêtés, mais sa détention ne durera guère. Les juridictions allemandes continuent à prononcer des peines, mais à nouveau, il est difficile de mesurer l’ampleur et l’évolution du phénomène, faute de données suffisantes. Le fait est que les affaires traitées concernent tantôt des affaires de « résistance », tantôt des faits qui ressortiraient davantage du droit pénal classique, mais qui ont la caractéristique de menacer d’une manière ou d’une autre les intérêts de l’occupant, comme dans le cas par exemple de vols de denrées alimentaires. Nous ignorons par contre dans quelle mesure la Polizeistelle s’est impliquée dans la traque de ceux qui tentent de se soustraire aux déportations de travailleurs qui touchent massivement le pays à partir d’octobre 1916.

  • 47 AGR, Archives des Services patriotiques, n° 2881, Traduction du procès-verbal du procès du Feldgeri (...)

28Rares sont les affaires sur lesquelles nous disposons de renseignements plus approfondis. Le Feldgericht de Mons est appelé à se prononcer le 23 juin sur une affaire de passage d’hommes, d’importance secondaire en regard du « Grand Procès » qui s’était tenu en février. Bien que son ancrage dans la région ne soit guère évident, l’affaire est jugée à Mons, peut-être à la suite d’une enquête de la Polizeistelle locale. L’affaire mérite cependant que l’on s’y intéresse du fait que la traduction de larges extraits du procès-verbal du procès a été conservée, ce qui nous permet d’en mieux cerner le déroulement47. Les accusés sont une quinzaine, belges et français de la région de Roubaix, impliqués dans une filière d’évasion de volontaires français vers les Pays-Bas. On recense parmi eux Joseph Willems, fonctionnaire communal néerlandophone de Bruxelles, qui avait été impliqué dans le réseau Cavell sans pour autant faire l’objet d’une arrestation. Les cinq juges sont désignés par le gouverneur militaire von Gladiß et sont tous officiers : un major (qui, ayant le grade le plus élévé, assure la présidence), un capitaine, un lieutenant et deux sous-lieutenants. Tous sont officiers du Landsturm, à l’exception du lieutenant, qui est attaché au Meldeamt de Mons ; autrement dit, tous sont impliqués d’une manière ou d’une autre dans l’appareil de sécurité de l’armée dans la région. Le ministère public est assuré par l’auditeur militaire Bernhardi. La défense est quant à elle incarnée par Joseph Harmignie. Cette fois, et contrairement au « Grand Procès », les juges vont faire preuve de modération. Willems est condamné à deux ans de travaux forcés ; nous ignorons quelles ont été les autres sentences prononcées, si ce n’est qu’elles n’ont entraîné aucune exécution et qu’elles n’ont probablement pas été très lourdes. À vrai dire, les extraits conservés laissent entendre que les juges ont considéré que les accusés ont favorisé une entreprise dirigée contre l’Empire allemand (§ 270 du CP de l’Empire allemand), mais sans y avoir pris part directement. Le jugement est confirmé le lendemain par von Gladiß.

  • 48 Sur Daubechies, voir AGR, Archives des Services patriotiques, n° 2389-2392.
  • 49 Arnould, Le Hainaut au cœur de la Grande Guerre…, p. 18.
  • 50 Léopold Wartel passe lui aussi au service de la Polizeistelle de Soignies, semble-t-il grâce à Eber (...)

29La population de la région montoise continue à être informée des exécutions de condamnés à mort opérées sur le territoire du gouvernement-général par les affiches que ce dernier appose sur les murs, du moins jusqu’en septembre 1916. La pratique est en effet abandonnée à cette date, le gouvernement-général réalisant que cette mesure destinée à instiller la peur auprès des occupés a surtout pour effet de leur offrir un martyrologe qui ne fait qu’attiser leur ressentiment à l’encontre de l’Allemagne. La région elle-même est cependant encore directement frappée par l’exécution le 18 octobre du maçon jemappien Jérôme Daubechies48. Arrêté en mars 1916, Daubechies est convaincu d’espionnage. Léopold Wartel reconnaîtra avoir participé à l’enquête en recueillant des informations auprès de proches de Daubechies. Ce dernier est amené à comparaître devant le Feldgericht de la rue d’Havré. La défense de maître Victor Maistriau49, futur bourgmestre de Mons, ne peut empêcher sa condamnation à mort le 22 septembre suivant. Daubechies est le quatrième habitant de l’arrondissement à être passé par les armes suite à sa condamnation à mort par un conseil de guerre allemand. Cette exécution est à vrai dire un des derniers faits marquants de l’activité répressive dans l’arrondissement de Mons avant son passage dans la zone des étapes. En effet, suite aux remaniements du dispositif défensif allemand à l’Ouest, l’arrondissement quitte le giron du gouvernement-général au 1er janvier 1917. La Zentralpolizeistelle est dès lors contrainte de réorganiser ses services : le Polizeiabschnitt de Mons, qui a déjà perdu ses bureaux de Tournai et de Maubeuge, est supprimé. La Polizeistelle de Mons est quant à elle repliée sur Soignies et rattachée au Polizeiabschnitt de Bruxelles50, tandis que celle de Charleroi l’est à celui de Namur.

30Le travail de l’appareil répressif allemand jusqu’à la fin de l’année 1916 a engrangé de bons résultats. La collaboration entre ses différentes composantes n’a pas toujours été parfaite, mais elle a permis à partir de la mi-1915 de lutter efficacement contre les menées clandestines des occupés, allant jusqu’à éradiquer pour plusieurs mois les activités du renseignement allié dans la région. Cependant, ces résultats sont surtout positifs à court terme : la politique répressive utilise la peur pour maintenir l’ordre, mais elle alimente aussi le ressentiment de la population locale à l’encontre des occupants. En plus d’être considérées comme illégitimes, les autorités allemandes se voient reprocher d’être féroces, brutales et sans scrupule.

3. Sous le joug des inspections d’étapes (1917-1918)

  • 51 MMM, Collection d’affiches. Merci à Guillaume Blondeau pour cette information.
  • 52 Les effectifs de la GFP dans les territoires occupés à l’Ouest passent d’environ 85 policiers en oc (...)
  • 53 Herman Cron, Imperial German Army, 1914-18 : Organisation, Structure, Orders of Battle, Solihull, H (...)

31Durant les premiers mois de 1917, Mons passe sous la coupe de la 1. Armee, avant que la 6. Armee ne prenne possession des lieux le 19 avril51. Malheureusement, il n’existe pratiquement plus d’archives relatives à la Geheime Feldpolizei de la 1. Armee. Nous ignorons tout de son travail, de son organisation et de ses membres. Tout au plus peut-on supposer que ses effectifs sont supérieurs au septuor initial. Une telle augmentation entre 1914 et 1917 est en tout cas observable chez ses consœurs des 6. et 7. Armee, mieux documentées, d’autant que la tendance générale est à un renforcement très net du corps entre le début et la fin du conflit52. On peut également supposer que les hommes qui constituent cette GFP ne sont plus les mêmes qu’en 1914, la 1. Armee qui occupe désormais la ville n’étant pas l’héritière directe de celle de 1914 (dissoute en septembre 1915), mais bien une création nouvelle née de la bataille de la Somme53.

  • 54 BH, Abt. IV Kriegsarchiv, AOK. 6, n° 278, Lettre du Feldpolizeidirektor Bauer au Feldpolizeidirekto (...)

32On est par contre nettement mieux renseigné sur la GFP de la 6. Armee, qui est une des seules au sujet desquelles des archives ont été conservées. À vrai dire, ces archives concernent très peu ses activités, mais elles permettent cependant de se donner une certaine idée de son organisation et de son personnel. La plupart des membres de la Polizeistelle de Mons ont été transférés à Soignies en 1917, mais il n’est pas exclu que l’un ou l’autre ait été détaché auprès du nouveau bureau montois de la Geheime Feldpolizei, ne fût-ce que pour assurer la transition, comme cela s’était fait quelques mois plus tôt lors du passage de Tournai dans le rayon de la 6. Armee. À vrai dire, la GFP dépendant de l’AOK 6 est une des plus étendues du front Ouest, pour la simple raison qu’elle est établie depuis l’automne 1914 dans une de ses régions les plus urbanisées (centrée sur Lille-Roubaix-Tourcoing). La population autochtone qui continue à vivre dans la zone des étapes et des opérations de cette armée est donc particulièrement nombreuse, ce qui nécessite des effectifs policiers en proportion. En août 1917, la GFP de la 6. Armee se compose de 5 Polizeikommissare (« commissaires de police ») et de 59 Polizeibeamten (« employés de police »)54. La seule armée à disposer d’une GFP encore plus étoffée est la 4. Armee, qui tient les Flandres.

33Le territoire couvert n’en est pas moins très étendu et d’une densité très variable, puisqu’il s’étend de l’arrondissement administratif de Mons jusqu’à la région de Lille, et comprend aussi bien la grande conurbation lilloise à l’Ouest que le Borinage à l’Est ou la partie septentrionale de la grande forêt de Mormal au Sud. Autant d’environnements naturels et humains spécifiques qui expliquent le caractère très éparpillé de son dispositif. Le bureau central de la GFP de la 6. Armee est établi à Tournai, mais il dispose de quatre succursales, les Zweigstellen bénéficiant chacune d’un effectif d’une bonne demi-douzaine d’agents sous les ordres d’un Feldpolizeikommissar. La plus orientale est celle de Mons. Établie au 12 rue des Compagnons, c’est-à-dire entre la gare, la prison et la Grand Place, elle est dirigée par le capitaine Wilberg, à disposition de qui sont placés 6 ou 7 policiers. Les trois autres Zweigstellen sont installées à Lille, Douai et Tournai. Elles sont complétées par une demi-douzaine de petites extensions, les Nebenstellen, qui ne comprennent en général qu’une paire d’agents et sont établies dans des localités de moindre importance, comme Denain ou Saint-Amand. Cependant, aucune d’entre elles ne vient compléter la Zweigstelle de Mons pour assurer la surveillance de l’arrondissement. La situation décrite ici est celle qui prévaut au mois d’août 1917, mais elle évolue relativement peu avant 1918. Tout au plus voit-on la création ou la disparition de Nebenstellen, et parfois de Zweigstellen au gré des réajustements du territoire couvert par la 6. Armee.

  • 55 Cet effectif est celui du détachement quelques semaines avant son départ de Mons. BH, Abt. IV Krieg (...)

34Pendant une grande partie de cette période, la GFP de la 6. Armee doit compter à Mons avec la présence de son homologue de la Heeresgruppe Kronprinz Rupprecht. En effet, depuis 1916, l’armée allemande s’est dotée de structures intermédiaires entre les armées et le grand-quartier-général : les groupes d’armées (Heeresgruppen). Le prince-héritier de Bavière, Rupprecht von Wittelsbach, est à la tête du groupe d’armées le plus occidental du dispositif allemand, qui exerce sa tutelle sur plusieurs AOK, dont celui de la 6. Armee. Le quartier-général de la Heeresgruppe s’établit dans un premier temps, c’est-à-dire en août 1916, à Cambrai, afin d’assurer une liaison étroite avec les troupes allemandes engagées à ce moment dans la bataille de la Somme. Le 15 mars 1917, suite au repli d’une partie des forces allemandes sur le front Ouest en vue de raccourcir les lignes de défense, le QG de Rupprecht vient s’installer à Mons, qui occupe une position plus centrale par rapport aux différentes armées dont il a la charge. Or, pour assurer la protection de leur état-major et des personnalités qui le composent, les Heeresgruppen ont chacune été dotées de leur propre GFP. La ville de Mons va par conséquent voir s’établir sur son sol un deuxième détachement de police secrète, indépendant du premier. Composé d’un Feldpolizeikommissar et de 3 Feldpolizeibeamte, ce petit détachement s’installe au 38 rue d’Havré, non loin du logement du prince bavarois, sis au 37 rue de Nimy, dans la maison Losseau55. Nous ignorons tout de la composition et des activités de ce second détachement de GFP. Celui-ci ne pouvait ignorer la Zweigstelle de la 6. Armee, mais rien n’indique si leurs liens ont été marqués par la coopération, la rivalité, ou la subordination. On peut cependant supposer que la surveillance de la population locale s’est trouvée renforcée par cette augmentation de moitié du nombre d’agents secrets ennemis opérant à Mons. Toujours est-il qu’après un peu plus d’un an de présence à Mons, ce second détachement quitte les lieux le 24 avril 1918 pour suivre la Heeresgruppe à Tournai.

  • 56 Au sujet de Biscops, voir AGR, Archives des Services patriotiques, n° 2015-2025.
  • 57 Au sujet de Thésin, voir Centre d’étude Guerre et Sociétés, Bruxelles, AA 2192, Documents de l’Abbé (...)
  • 58 Sur le réseau Pée, voir AGR, Archives des Services patriotiques, n° 1683-1686.

35Tout comme la Zentralpolizeistelle, la Geheime Feldpolizei est très préoccupée par les affaires d’espionnage. Cependant, elle ne fait pas preuve en la matière d’une grande efficacité sur le territoire de l’arrondissement de Mons. Sur les 158 agents de renseignement que nous avons répertoriés sur le territoire de l’arrondissement, 48, soit 30 %, ont fait l’objet d’une arrestation, un taux qui ne diffère guère de celui de l’ensemble des territoires occupés (33 %). Cependant, de ces 48 arrêtés, seuls 14 l’ont été en 1917 ou 1918. L’évolution de l’implantation locale du réseau Biscops est à ce titre assez révélatrice. Créé début 1916 à Arendonk par le service britannique Cameron, ce réseau parvient à s’implanter à partir de mai dans la région. Il ne cesse de s’y développer, au point d’y recruter 51 agents en deux ans, qui établissent toute une série de postes d’observation ferroviaire le long des voies rayonnant autour de Mons56. Grâce au travail complémentaire des agents des régions avoisinantes, tout le trafic ferroviaire de la région est observé de manière soutenue, et ce jusqu’à Tournai, Ath, Charleroi et Valenciennes. Malgré son succès, qui lui vaut d’être le second réseau le plus étendu de la guerre après la Dame blanche, le réseau Biscops subit au cours du conflit plusieurs vagues d’arrestations orchestrées par la Zentralpolizeistelle, qui le démantèlent en grande partie. Alors qu’un tiers des agents de Biscops subit une incarcération, dans l’arrondissement de Mons, ils ne sont que trois, un des principaux animateurs du réseau, l’abbé Liévin Thésin, de Boussu, et deux membres de sa famille57. Approchés par une taupe du nom d’Alphonse Coulon, ils sont arrêtés en février 1918, en même temps que six agents recrutés quelques mois plus tôt par le réseau Lux, qui travaille pour un autre service de renseignement britannique (Wallinger). Ces arrestations font partie d’un coup de filet plus vaste mené par la Polizeistelle A de Bruxelles, qui débouche en septembre 1918 sur un procès dans la capitale. Ces arrestations restent pourtant sans conséquence sur les postes de la région de Mons, si ce n’est que quelques agents perdent contact avec le réseau. Les autres continuent à opérer et, après la destruction définitive de Biscops en juillet 1918, ils parviennent à se reconnecter à la Dame blanche. Ils sont du coup encore 32 agents actifs dans la région lorsque survient l’Armistice, 40 si l’on compte leurs comparses recrutés par la Dame blanche elle-même. Et l’on peut encore y ajouter une demi-douzaine d’agents recrutés en juin 1918 par le réseau Pée, qui opèrent eux aussi sans encombre jusqu’en novembre 191858.

36La persistance active pendant deux ans et demi de cet ensemble d’agents soulève de nombreuses questions, d’autant qu’un tel phénomène est pour le moins exceptionnel dans l’histoire très chahutée des organisations clandestines de la Grande Guerre. Sans doute ces agents ont-ils fait preuve d’une grande prudence, mais d’autres l’ont été tout autant et n’en sont pas moins tombés. La situation est d’autant plus surprenante que ces agents appartiennent à un réseau qui a subi par ailleurs de nombreuses arrestations. Cette configuration particulière pose en tout cas la question de la coopération et des échanges d’informations entre la Zentralpolizeistelle et la Geheime Feldpolizei. La première a manifestement eu l’autorisation d’opérer en février 1918 des arrestations sur un territoire qui n’est à ce moment en principe plus de son ressort, mais la collaboration entre ces deux organismes policiers ne semble pas s’être étendue bien au-delà. On peut également s’interroger sur l’organisation interne de la Geheime Feldpolizei, et plus particulièrement sur celles de la 6. Armee qui n’a peut-être pas dépêché un personnel suffisant à Mons pour assurer l’ensemble de ses missions. Il semble cependant étonnant que le contre-espionnage, pourtant prioritaire, fasse en fin de compte les frais de cette saturation. L’absence complète d’arrestation du moindre agent de renseignement par la Zweigstelle de Mons elle-même pose même la question de la compétence ou de l’intégrité de ses membres, et notamment du capitaine Wilberg. Le renfort qu’aurait éventuellement pu constituer la GFP du Heeresgruppe Rupprecht ne paraît en tout cas pas avoir été d’une grande aide en la matière. Enfin, on peut aussi se demander si la succession en un peu plus d’un an à Mons de quatre bureaux de police différents – la Polizeistelle suivie des GFP de trois armées successives – n’a pas nui à la continuité de leurs activités. En effet, après avoir été couvert par la 1. Armee, puis par la 6., l’arrondissement de Mons passe le 1er février 1918 sous l’autorité de la 17. Armee.

  • 59 BH, Abt. IV Kriegsarchiv, Kriegsministerium. 1629, Note de Walter Nicolai au ministère de la guerre (...)
  • 60 BH, Abt. IV Kriegsarchiv, AOK. 6, n° 347 et 399, Dossiers Gustav Löb et Hauptmann Wilberg ; AGR, Ar (...)

37Ce changement en février 1918 n’a rien d’anecdotique. En effet, la 6. Armee, dotée d’une police secrète de 64 membres, disposait à ce moment de moyens policiers autrement plus importants que ceux de sa remplaçante59. Créée au début de l’année 1918 à partir d’unités venues de l’Est en prévision des grandes offensives prévues au printemps, la 17. Armee est une structure de plus petite ampleur. Son cadre policier d’origine – à savoir un commissaire et 6 employés – n’a jamais été renforcé. Cette situation est d’autant plus problématique que la nouvelle GFP ne doit pas se contenter de surveiller la région montoise, mais doit également étendre ses efforts de l’autre côté de la frontière française, et notamment jusqu’à Denain où est établi le quartier-général de l’armée. Heureusement pour elle, ses policiers ne sont pas tous des nouveaux venus, une partie d’entre eux étant en fait transférés de la GFP de la 6. Armee. Son Polizeikommissar n’est autre que le capitaine Wilberg, qui avait dirigé le bureau de Mons en 1917, et son principal collaborateur, Gustav Löb, est lui aussi un ancien membre de la GFP de la 6. Armee60. Ce passage de flambeau entre les deux GFP se traduit également par le maintien de ses bureaux rue des Compagnons.

  • 61 BK, Nachlaß Günther von Le Suire, NA 1143/21, Bericht des Präsidentes der Ziviverwaltung für die Pr (...)
  • 62 MMM, Collection d’affiches.

38Quoi qu’il en soit, les Geheime Feldpolizei successives, malgré leur échec dans le domaine du contre-espionnage, ne restent pas pour autant les bras croisés, et continuent à alimenter le tribunal militaire de l’Etappenkommandantur de Mons, installé place du Parc, dans une maison particulière. Les deux autres Etappenkommandanturen de l’arrondissement, sises respectivement à Jurbise et à Saint-Ghislain61, disposent probablement aussi d’un tel tribunal. Les affaires les plus importantes ne sont par contre plus traitées sur le territoire de l’arrondissement, mais bien au siège de l’inspection d’Etappe, c’est-à-dire à Tournai pendant la période où la région relève de la 6. Armee. Alors que la communication par voie d’affiche des exécutions avait été abandonnée par le gouvernement-général, l’administration de la 6. Armee continue à annoncer les mises à mort auxquelles elle a procédé dans sa zone. Comme peuvent le lire les Montois sur ces affiches, la plupart de ces exécutions sont consécutives au renvoi par des occupés de pigeons voyageurs parachutés par les Alliés62. Aucun habitant de la région ne figure cependant parmi les exécutés. La plupart sont français, originaires de zones rurales situées près du front. Daubechies, qui avait été exécuté le 18 octobre 1916, restera donc le dernier exécuté par voie judiciaire de l’arrondissement. Les exécutions n’en continuent pas moins dans les territoires occupés où, jusqu’en 1918, 277 personnes sont fusillées pour des faits que l’on peut qualifier de « résistance ».

  • 63 Hambye, La ville de Mons pendant l’Occupation…, entrée du 29 mai 1917.

39Les lignes d’évasion vers les Pays-Bas restent une préoccupation importante, non pas tant pour exfiltrer des soldats cachés, devenus très rares malgré le fait que quelques prisonniers de guerre évadés et aviateurs abattus se sont ajoutés aux premiers soldats perdus. Désormais, c’est surtout sur l’exfiltration de volontaires de guerre et de travailleurs qualifiés que se concentrent les activités de ces filières. Des arrestations sont notamment opérées à Mons à la fin du mois de mai 1917, peut-être à l’initiative une fois encore de la Zentralpolizeistelle, ces personnes étant aussitôt transférées à Bruxelles. Le bruit court en tout cas, rapporté par Hambye, que ces interpellations sont liées à une affaire de passage de volontaires destinés à l’armée belge63. Les familles de jeunes gens qui tenteraient de quitter le pays sont également susceptibles d’être inquiétées.

  • 64 Ibid., entrée du 15 juin 1917.
  • 65 Ibid., entrée du 1er septembre 1917.
  • 66 Archives de l’État, Mons, Papiers Fulgence Masson, n° 9-19 ; Hambye, La ville de Mons pendant l’Occ (...)
  • 67 Déplacé par la suite à Siegburg, puis à Celle, il revient peu après l’Armistice et apprend à ce mom (...)

40Les refus opposés aux réquisitions de main-d’œuvre, ou les incitations à s’y soustraire sont de même pris très au sérieux. Fulgence Masson, avocat, mais aussi député et échevin libéral de la ville de Mons, a plusieurs fois maille à partir avec les autorités allemandes, notamment à ce propos. En juin 1917, il est condamné à 2000 marks d’amende ou 200 jours de prison pour avoir conseillé à des travailleurs d’esquiver la réquisition dont ils étaient l’objet64. Plus généralement, la possession ou la diffusion d’écrits séditieux, presse clandestine ou autre, continuent, elles aussi, à être combattues avec sévérité. Le 1er septembre 1917, un tenancier de café est ainsi condamné à 6 mois de prison et à 1000 marks d’amende pour avoir conservé de tels écrits, avoir traduit des communiqués militaires et tenu des notes injurieuses envers le Kaiser et le Kronprinz65. L’affaire la plus retentissante dans ce domaine reste cependant celle de l’arrestation de Fulgence Masson, accusé d’avoir fait circuler une étude sur le boycott économique de l’Allemagne après la guerre. Suite à l’interception du document, la Geheime Feldpolizei convoque Masson le 13 avril 1918 pour l’interroger66. Le 21, il est en état d’arrestation et placé au secret jusqu’à son jugement, le 28 mai suivant. Condamné à six mois de prison et à une amende de 3000 marks, Masson est transféré à la prison d’Aix-la-Chapelle le 21 juin67.

  • 68 Voir par exemple Guillaume Baclin, « Les "traîtres" devant la justice militaire. L’activité du cons (...)
  • 69 Hambye, La ville de Mons pendant l’Occupation…, entrée du 4 octobre 1917.
  • 70 Un colporteur de Gosselies, père de cinq enfants, aurait ainsi été abattu dans un bois près de Cast (...)

41Malgré ses effectifs réduits, la Geheime Feldpolizei traite également d’autres types d’affaires susceptibles de menacer à leur manière l’armée allemande. La situation alimentaire très critique dans laquelle s’enfonce l’Allemagne pendant les deux dernières années de la guerre l’amène notamment à enquêter sur des trafics de bétail ou de denrées consommables, particulièrement si celles-ci impliquent des membres des forces occupantes. Elle peut en cette matière obtenir plus facilement des concours autochtones, nourris par l’indignation et la jalousie que suscite ce genre de pratiques au sein d’une population occupée elle aussi menacée par la faim. On en retrouve d’ailleurs la trace dans les archives judiciaires d’après-guerre relatives à la répression des « inciviques »68. La surveillance en cette matière se traduit aussi par des contrôles organisés sur les voies de communication, et notamment sur le tramway vicinal. Cette pratique a en effet le mérite de potentiellement concourir à la lutte contre l’espionnage et la dissémination clandestine d’informations, mais aussi d’entraver le marché noir entre ville et campagne. Les fouilles corporelles « sur toutes les parties du corps » pratiquées dans ces occasions par la Geheime Feldpolizei sont jugées particulièrement « vexatoires » par le notaire Hambye69. La police secrète peut aussi compter en ce domaine sur le concours de la Feldgendarmerie, renforcée après le passage dans la zone des armées. Très active dans les contrôles et les perquisitions, elle effectue également des patrouilles, au cours desquelles elle n’hésite pas à tirer sur les éventuels fuyards70.

  • 71 Ibid., entrée du 1er septembre 1917.
  • 72 Cahier de la guerre 1914-1919 appartenant au Pensionnat Saint-Joseph de Givry-lez-Mons, s.l.n.d., p (...)

42Le camouflage d’objets métalliques réquisitionnés par les autorités militaires est également poursuivi avec zèle par les autorités allemandes, qui s’emploient à les livrer à l’industrie métallurgique du Reich, privée de ses sources d’approvisionnement traditionnelles par le blocus. Ici aussi, les dénonciations jouent un grand rôle, et entraînent des perquisitions de la Feldgendarmerie. C’est ainsi qu’au cours de l’été 1917, le bourgmestre de Tertre ou encore la collégiale Sainte-Waudru sont perquisitionnés – avec succès – pour retrouver des objets métalliques, en cuivre par exemple. Le 1er septembre 1917, le notaire Hambye relève ainsi dans son carnet : « Nestor Desolre d’Harmignies est condamné à 2 mois de prison et 7000 marcs d’amende pour avoir caché des objets en cuivre et autres parmi lesquels il a été trouvé des revolvers et des cartouches. Tous les objets découverts sont en outre confisqués. Le pauvre Nestor est une victime de la dénonciation71 ». Sans doute les armes et les munitions sont-elles hors service, sans quoi ce M. Desolre aurait risqué une peine bien plus lourde encore. Le zèle des Feldgendarmen sera expliqué après la guerre par un religieux français logé à Givry dans les termes suivants : « L’essentiel pour ces gendarmes, était de corser leur rapport et de préparer de futures affaires. Sous peine d’être envoyés plus près du front, ils devaient trouver en [sic] denrées de toutes sortes, en cuivre, en laine…72 ».

  • 73 AGR, Archives des Services patriotiques, ancien portefeuille 146, La prison à Mons sous l’Occupatio (...)
  • 74 Un martinet aurait été retrouvé parmi les affaires abandonnées par le personnel allemand au moment (...)

43Cette politique très répressive a pour conséquence d’alimenter constamment la section allemande de la prison de Mons. Alors qu’elle n’occupait qu’une des six ailes en 1914, elle en recouvre la totalité en 191773. La multiplication des incarcérations de citoyens occupés pour infractions aux multiples ordonnances imposées par le gouvernement-général puis par le régime des étapes explique cette nécessité. En effet, les affaires les plus graves – espionnage, passage d’hommes, etc. – ne nécessitent en général qu’un passage de durée assez limitée à la prison, les peines prononcées dans de telles affaires entraînant en règle générale une déportation en Allemagne. La prison de Mons connaît en 1917 un phénomène de surpopulation carcérale. Pour y remédier, les autorités allemandes transfèrent à plusieurs reprises entre mai et septembre des détenus vers la forteresse de Sedan. Nous ignorons qui sont les 109 détenus ainsi transférés, d’autant que ce terrible camp reste encore peu abordé par l’historiographie, mais les prisonniers de Mons y ont connu des conditions de détention épouvantables. Plusieurs y ont laissé la vie, les autres en sont revenus terriblement affectés. Peu après cette affaire, le personnel belge est expulsé de la prison : le départ, prévu dès le 10 septembre, s’effectue le 5 octobre. La prison belge, son personnel et ses détenus de droit commun sont établis dans un couvent. Ce départ ne contribue pas à améliorer les conditions de vie des prisonniers politiques à Mons. Alors que le régime carcéral qui leur était réservé s’était dans un premier temps caractérisé par une certaine modération, il tend à devenir de plus en plus brutal au fil de la guerre74. L’hygiène devient elle aussi déplorable à la fin de la guerre, tandis que le chauffage ne fonctionne plus dans l’aile réservée aux femmes à partir de l’hiver 1917-1918. Cette détérioration des conditions carcérales des prisonniers politiques concerne aussi la nourriture, dont une partie aurait été détournée par le personnel allemand. Ici aussi, ce phénomène n’est pas unique, mais se retrouve dans d’autres établissements carcéraux, en Allemagne comme en pays occupé, et résulte de la disette qui affaiblit de manière croissante l’armée allemande.

  • 75 Mélanie Bost, Aurore François, « La grève de la magistrature belge (février-novembre 1918). Un haut (...)
  • 76 Ibid, p. 24 et 28-29.
  • 77 Hambye, La ville de Mons pendant l’Occupation…, entrées des 16 et 19 février 1918.

44La manière dont l’arrondissement de Mons a été touché par le « cès de Justice » qui débute en février 1918 est un sujet à part entière qu’il n’entre pas dans notre perspective de développer ici. Il est cependant intéressant d’observer, sur base des notes du notaire Hambye, la manière dont l’appareil judiciaire occupant a réagi à ce phénomène. Rappelons brièvement qu’à partir de février 1918, suite à la libération par les autorités allemandes de deux activistes flamands arrêtés sur ordre du parquet de Bruxelles, une grande partie la magistrature belge, menée par la Cour de cassation, improvise un arrêt de ses activités pour protester contre la perte de son indépendance75. À Mons comme ailleurs, cette situation constitue un problème majeur pour l’occupant, qui craint les conséquences de cette affaire sur le maintien de l’ordre. Dès le 16 février, le tribunal de Première instance de Mons décide de mettre fin à ses travaux, décision qu’il place sous l’égide de celle prise par la Cour de cassation cinq jours auparavant. Il prévoit cependant une exception pour certaines mesures urgentes ou transitoires, ce qui explique que la chambre du conseil continue à fonctionner et que des juges d’instruction montois reçoivent encore des devoirs d’instruction jusqu’en avril76. Dès le 19 février, le Barreau de Mons s’aligne sur la décision du tribunal77, ce qui n’implique paradoxalement pas l’abandon de l’activité de certains avocats belges auprès des conseils de guerre allemands.

  • 78 Ibid., entrée du 26 mars 1918.
  • 79 Ibid., entrée du 3 avril 1918.
  • 80 Ibid., entrée du 12 mai 1918.

45Le 26 mars 1918, le président du tribunal de première instance, le procureur du roi et trois autres magistrats montois comparaissent devant le conseil de guerre allemand, qui les accuse de porter « atteinte à l’autorité en entravant l’œuvre de la Justice78 ». Les avocats Alphonse Harmignie (père de Maurice Harmignie) et Victor Maistriau se chargent de les défendre. Ils obtiennent leur acquittement en invoquant le fait que la cessation de leurs activités n’impliquait « aucune révolte ni hostilité contre l’autorité, mais que dans les circonstances résultant de la décision de la Cour de cassation et de la suspension de la Cour d’appel de Bruxelles, le Tribunal de Mons ne pouvait plus fonctionner ». Cependant, la décision du tribunal doit encore être confirmée par le commandant d’étape. Celui-ci examine la décision début avril et confirme l’acquittement, sauf pour le président du tribunal de première instance, qui est inculpé « d’avoir provoqué la réunion de tous les Magistrats Montois aux fins de délibérer sur la question judiciaire sans avoir demandé l’autorisation préalable79 ». Le rebondissement final de cette affaire a lieu en mai, lorsqu’un autre conseil de guerre prononce l’acquittement définitif de Wauters80.

  • 81 Ibid., entrées du 17 juin, du 14 et du 19 août 1918.

46C’est également le 26 mars 1918 que le gouvernement-général prend de son côté la décision de remédier à la situation en instaurant des tribunaux civils allemands qui rendront leur jugement sur base du code pénal belge. La décision est étendue dès avril à la zone des étapes. Ces tribunaux allemands ne commencent cependant à fonctionner que vers l’été 1918. À Mons même, les magistrats allemands arrivent dès le 17 juin 191881, mais la première audience du tribunal de première instance n’a lieu que le 14 août 1918, à l’occasion d’une affaire de vol de denrées alimentaires. Le 19 août, c’est au tour de la cour d’assises, qui doit statuer sur le meurtre d’une femme qui aurait eu des relations intimes avec des Allemands.

47La politique répressive allemande après l’incorporation de l’arrondissement de Mons dans la zone des armées s’est accentuée, entraînant de très nombreuses incarcérations destinées à punir les infractions aux innombrables règlements destinés à contrôler la société occupée tout en pressurant ses ressources de manière croissante. Par contre, elle a complètement échoué dans ce qui constituait initialement un de ses principaux combats, à savoir la lutte contre l’espionnage, probablement à cause de la multiplication de ses autres missions, de ses réorganisations successives et de la faiblesse de ses moyens.

4. La chute

  • 82 BH, Abt. IV Kriegsarchiv, Heeresgruppe Kronprinz Rupprecht, dossier 696.

48Les dernières semaines de la guerre n’épargnent pas la population hennuyère. La retraite pied à pied de l’armée allemande complique encore les conditions de vie précaires et une insécurité croissante. La poussée des armées alliées conduit en effet à des réorganisations successives du dispositif allemand et, dans son sillage, des administrations chargées de gérer ses arrières. Le 2 septembre 1918, le quartier-général de la Heeresgruppe Kronprinz Rupprecht évacue Tournai pour réintégrer Mons. À nouveau, l’héritier présomptif du trône de Bavière se loge au château Bony, rue de la Drève. Aux fins d’assurer une protection aussi rapprochée que possible, le détachement de 4 ou 5 hommes de la GFP qui lui est affecté s’installe au n° 8 de la même artère82. À nouveau, nous ignorons tout des activités auxquelles s’est livrée cette petite police secrète pendant son séjour montois, ainsi que de ses relations avec les autres organes policiers, à commencer par sa consœur de l’AOK 17. Toujours est-il que ce séjour-ci est nettement plus court que le précédent. Dès le 17 octobre, la Heeresgruppe replie ses bagages pour amorcer un nouveau recul, cette fois vers Bruxelles, où elle sera surprise quelques semaines plus tard par la révolution et l’Armistice.

  • 83 Les informations concernant le déplacement des administrations d’occupation des armées allemandes s (...)

49Entretemps, Mons devient à partir du 7 octobre le centre nerveux de la 17. Armee, qui y replie son quartier-général, précédemment établi à Denain83. Sur le flanc droit de la 17. Armee, la 6. Armee se recentre au même moment sur Ath, tandis que sur le flanc gauche, la 2. Armee établit ses bureaux à Erquelinnes, dans l’arrondissement de Thuin donc, mais sans que l’on sache exactement où situer la limite – mouvante elle aussi – entre le territoire dévolu à chacune des armées. Les franges de l’arrondissement de Mons échappent peut-être à ce moment à l’autorité de la 17. Armee, au profit de ses voisines. Dans ce contexte mouvant, la GFP de la 17 Armee peut cependant compter à partir du 19 octobre 1918 sur une réglementation plus contraignante, avec le passage de Mons du régime des étapes proprement dit à celui de la zone des opérations. Désormais, Mons est dans la zone située directement à l’arrière des lignes allemandes, qui ne font d’ailleurs que reculer durant cette période, et est occupée pour l’essentiel par des unités de combat. Nous ne disposons malheureusement d’aucun élément concernant son travail durant les dernières semaines de la guerre. Les autorités de la 17. Armee restent en charge de la région jusqu’à la fin de la guerre, mais confrontées à l’approche inexorable des troupes canadiennes, sont contraintes d’évacuer la ville dès le 7 novembre, jour de leur transfert à Waremme. L’Armistice coïncide avec la libération de Mons et dans la foulée de la plus grande partie de l’arrondissement. Pour les occupés, ce n’est pas seulement la guerre qui s’achève, mais c’est aussi le terme tant attendu de 1540 jours de soumission au système répressif occupant.

Conclusion

50L’Occupation dans l’arrondissement de Mons a été caractérisée par la succession de deux régimes d’occupation différents, celui du gouvernement-général et celui des étapes, chacun disposant de son propre appareil policier et judiciaire. Après la phase courte, mais très violente de l’invasion, où l’arbitraire règne en maître, la première année du gouvernement-général est caractérisée par une certaine modération. Certes, les autorités occupantes soumettent les occupés à un régime de contraintes, procèdent à des arrestations, et disposent pour ce faire d’une des ailes de la prison de Mons et d’une antenne montoise de la Zentralpolizeistelle, la police secrète spécialement dévolue à la surveillance des occupés, mais les affaires traitées sont dans un premier temps relativement bénignes. La situation évolue à la mi-1915, lorsqu’une succession d’affaires révèlent la présence dans l’arrondissement de plusieurs groupements clandestins dédiés à l’espionnage des troupes allemandes ou à l’exfiltration de combattants alliés, souvent en lien avec la capitale. La répression se durcit alors considérablement, même si elle est souvent délocalisée vers Bruxelles. L’action du contre-espionnage allemand, davantage pilotée depuis ses bureaux bruxellois que par leur homologue montois, s’avère très efficace, au point d’aboutir fin 1915 à une destruction quasi-complète des réseaux alliés dans la région, entraînant notamment une série d’exécutions. Les mises à mort de Casteau, en mars 1916, font forte impression sur les Montois, tout en avivant leur indignation à l’encontre de l’occupant.

51Le régime de l’étape en 1917-1918 est à la fois caractérisé dans le cas de l’arrondissement de Mons par une plus grande dureté encore, qui se traduit par la multiplication des contrôles et des emprisonnements en vue de contrer toute forme d’opposition, et par un manque flagrant d’efficacité dans le domaine le plus préoccupant pour la sécurité de l’armée allemande, à savoir le contre-espionnage. La Geheime Feldpolizei, qui prend le relais de la Zentralpolizeistelle, échoue complètement dans ce domaine, peut-être à cause d’un manque de coordination avec cette dernière ou entre ses composantes, ou du fait d’effectifs insuffisants pour parer à la multiplication des tâches qui lui sont assignées.

52Destiné au départ à assurer la discipline et la sécurité de l’armée allemande, l’appareil répressif militaire a dû assumer de nouvelles missions dans le cadre d’une guerre longue et en voie de totalisation, impliquant l’occupation de territoires importants. Ses efforts se sont concentrés sur les menées clandestines de groupes restreints d’occupés. Il a cependant été de plus en plus forcé de les disperser pour combattre les multiples formes d’illégalisme développées par la société occupée aux fins d’échapper à la misère et à un ordre occupant de plus en plus réglementariste, voire de le contrer délibérément.

53Une fois passées les exactions de l’été 1914, l’appareil répressif allemand qui a caractérisé la phase d’occupation proprement dite ne préfigure à vrai dire que très partiellement celui de la Seconde Guerre mondiale, qui s’avèrera bien plus brutal et plus meurtrier, mais cependant moins accablant pour l’économie occupée, du moins à l’Ouest. Malgré sa dureté qui impressionne les occupés, le dispositif répressif occupant de 1914-1918, bâti autour du tandem police(s) secrète(s) – tribunaux militaires, s’apparente tout au plus (et malgré des différences notables) à la manière dont fonctionnera son successeur en 1940-1941, c’est-à-dire à un moment où la mise en pratique de l’idéologie nazie dans les territoires occupés reste limitée et où l’occupant ne doit pas encore faire face à une opposition armée. Comme en témoigneront à leur manière les contributions suivantes, l’écart se creuse considérablement à partir de 1942, avec une augmentation considérable du niveau de violence, qui passe par l’exercice d’une pression de plus en plus meurtrière sur les populations occupées, alliant arrestations, tortures, prises d’otages, exécutions, déportations et extermination raciale. Jusqu’en 1944, le pays s’enfonce dans une spirale de la violence au fur et à mesure que le sort des armes tourne en défaveur de l’Allemagne et que croît l’opposition dans les territoires occupés.

54Les deux occupations sont donc caractérisées par des dynamiques de la violence répressive très différentes, que l’on distingue très nettement dans l’arrondissement de Mons. Alors que la seconde est marquée par une intensification de la violence, que le facteur idéologique contribue à enflammer à différentes reprises, la première suit une courbe moins marquée. Après une explosion initiale très forte, la violence répressive retombe pour ensuite s’intensifier à nouveau, d’abord en frappant de manière aigüe ceux qui menacent directement la sécurité l’armée, puis de manière plus large, mais moins spectaculaire par la punition de tous ceux qui se soustrairaient aux ponctions organisées en pays occupé par un Reich économiquement aux abois.

Notes

1 Jan van der Fraenen, Voor den kop geschoten. Executies van Belgische spionnen door de Duitse bezetter (1914-1918), Roeselare, Roularta, 2009 ; voir aussi Emmanuel Debruyne, « "Mon recours est rejeté : je dois mourir". Les condamnés à mort des conseils de guerre allemands en France et en Belgique occupées, 1914-1918 », in Justice in Wartime and Revolutions, Europe, 1795-1950 / Justice en temps de guerre et révolutions, Europe, 1795- 1950, Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2012, p. 99-115.

2 Cette contribution a été rédigée grâce à une résidence à l’Institut d’études avancées de Paris, avec le soutien de l’État français dans le cadre du programme « Investissements d’avenir » géré par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR-11-LABX-0027-01 Labex RFIEA+). Nous tenons également à remercier la Fondation de la Résistance, dont le soutien financier nous a permis d’effectuer plusieurs séjours de recherche dans les archives allemandes.

3 Nous nous référons ici à la statistique de l’occupant allemand. Bundesarchiv Koblenz, Coblence (dorénavant cité BK), Nachlaß Günther von Le Suire, NA 1143/21, Bericht des Präsidentes der Ziviverwaltung für die Provinz Hennegau für die Zeit vom 1. Januar bis 30. Juni 1917, s.l.n.d.

4 Nous songeons particulièrement à la thèse de doctorat sur la zone d’occupation de la 6. Armee, que Larissa Wegner devrait soutenir prochainement à l’Université de Fribourg-en-Brisgau.

5 John Horne, Alan Kramer, German atrocities, 1914. A History of denial, New Haven/Londres, Yale University Press, 2001.

6 Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz, Berlin (dorénavant cité GSPK), I. HA Rep. 77, Tit. 1206 Nr. 6, Einrichtung einer geheimen Feldpolizei, Bd. 9.

7 Voir notamment Albert Libiez, L’Affaire Cavell : vérités et légendes à la lumière de documents nouveaux, Tamines, Duculot, 1921.

8 Mons Memorial Museum, Mons (dorénavant cité MMM), Collection d’affiches, Affiche du 2 septembre 1919 ; Olivier Lhoir, La vie quotidienne à Mons durant la Première Guerre mondiale, Louvain-la-Neuve, 1983 (Mémoire de licence, Université catholique de Louvain, inédit), p. 44.

9 Bayerische Hauptstaatsarchiv, Munich (dorénavant cité BH), Abteilung IV Kriegsarchiv (dorénavant cité Abt. IV Kriegsarchiv), Heeresgruppe Kronprinz Rupprecht, dossier 315, Heerespolizei, Dienstverhältnisse der Zentral-Polizeistelle, der Polizeiabschnitte und Polizeistellen, par Moritz von Bissing, Bruxelles, 31 juillet 1915 ; voir aussi les rapports de l’ancien policier allemand Fritz Ball : Archives générales du Royaume, Bruxelles (dorénavant cité AGR), Archives des Services patriotiques, ancien portefeuille 196, dossier Fritz Ball. Voir enfin Emmanuel Debruyne, Élise Rezsöhazy, « "La main sinistre". Police secrète allemande et taupes belges. 1914-1918 », in Cahiers Inlichtingenstudies / Cahiers d’Études du Renseignement, n° 5, 2015, p. 15-36.

10 C’est également celle sur laquelle les rapports de Fritz Ball s’étendent le moins, les propos de l’intéressé évoquant essentiellement la situation telle qu’elle prévalait durant les deux dernières années de la guerre, alors que le Polizeiabschnitt de Mons a précisément été supprimée au 1er janvier 1917.

11 AGR, Archives des Services patriotiques, n° 3011, Antar Cenobio (alias Léopold Wartel), La Guerre Secrète. Mémoires d’un policier de la rue de Berlaimont, s.l.n.d., p. 28 et 51.

12 MMM, Collection d’affiches, Affiche du 24 février 1915 par von Quast.

13 Nous renvoyons pour plus de détail à ce sujet au point suivant.

14 Adolphe Hambye, La ville de Mons pendant l’Occupation allemande du 23 Août 1914 au 11 Novembre 1918. Journal de famille, entrée du 30 mai 1915. Merci à Nicolas Mignon pour les utiles renseignements transmis à l’occasion de son dépouillement de cette source précieuse.

15 Voir à leur sujet Élise Rezsöhazy, Les agents du contre-espionnage allemand en Belgique occupée durant la Première Guerre mondiale. Contexte et première approche, Louvain-la-Neuve, 2014 (Mémoire de maîtrise, Université catholique de Louvain, inédit).

16 Emmanuel Debruyne, « Les "femmes à Boches" en Belgique et en France occupées. 1914- 1918 », in Revue du Nord, t. 96, janvier-juin 2014, n° 404-405, p. 157-186 ; Amélie Delfante, « Elle marche avec des soldats allemands pour deux marks » : Relations intimes entre occupants et occupées durant la Première Guerre mondiale à Péruwelz, Mons et Jemappes, Louvain-la-Neuve, 2013-2014 (Travail de séminaire de maîtrise, Université catholique de Louvain, inédit). Pour le cas des prostituées mineures, voir Aurore François, Guerres et délinquance juvénile. Un demi-siècle de pratiques judiciaires et institutionnelles envers des mineurs en difficulté (1912-1950), Bruxelles, La Charte, 2011.

17 AGR, Archives des Services patriotiques, ancien portefeuille 146, La prison à Mons sous l’occupation allemande, par A. Jean-Baptiste Lauryssen, 22 mars 1920.

18 Les responsables de l’aile allemande de la prison de Charleroi sont d’ailleurs cités dans la liste des Personnes désignées par la Belgique pour être livrées par l’Allemagne en exécution des articles 228 à 230 du Traité de Versailles et du Protocole du 29 juin 1919, s.l.n.d. [octobre 1919]. AGR, I 298, Commission d’enquête sur la violation du droit des gens, n° 2216.

19 Sadi Kirschen, Devant les conseils de guerre allemands, Bruxelles, Rossel & Fils, 1919, p. 7-9 ; Albert Dulait, Remember. Souvenirs de guerre, de défense devant les tribunaux de guerre allemands et de captivité en Allemagne, Bruxelles, Albert Dewit, 1919.

20 Hambye, La ville de Mons pendant l’Occupation…, entrée du 29 septembre 1915.

21 Ibid., entrée du 13 mars 1915.

22 Sur l’utilisation de cette notion dans le cadre de la Grande Guerre, voir Emmanuel Debruyne, « Combattre l’occupant en Belgique et dans les départements français occupés. 1914-1918. Une "résistance avant la lettre" ? », in Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 115, juin-septembre 2012, p. 15-30.

23 Des jugements rendus dans le cadre de telles affaires sont signalés par voie d’affiche les 18 février, 26 mai, 3 juin et 13 juillet 1915. MMM, Collection d’affiches.

24 Kirschen, Devant les conseils de guerre…, p. 8.

25 Dans la zone des armées, on observe en tout cas que la Geheime Feldpolizei adresse de telles demandes de punitions collectives à l’administration d’Occupation. On en trouve plusieurs exemples concernant des localités situées dans les Ardennes françaises, dans le ressort de la 3. Armee, dans Sächsiches Hauptstaatsarchiv Dresden, 11355, Armeeoberkommando der 3. Armee, n° 144.

26 Sur ces deux réseaux, cf. AGR, Archives des Services patriotiques, n° 2355-2359 (Baeckelmans) et 2846-2848 (Koettlitz).

27 Laurence van Ypersele, Emmanuel Debruyne, « Le monument à Omer Lefèvre ou l’engagement clandestin sous les traits de l’hommage public », in La France et la Belgique occupées (1914-1918) : regards croisés, Cahiers de l’IRHiS, n° 7, Lille, 2009, p. 66-75 ; Rezsöhazy, Les agents du contre-espionnage allemand…, p. 66.

28 Sur cette affaire, voir Emmanuel Debruyne, Le « réseau Cavell ». Des femmes et des hommes en résistance. 1914-1915, Bruxelles, Racine, 2015.

29 Katie Pickles, Transnational outrage. The Death and Commemoration of Edith Cavell, New York, Palgrave Macmillan, 2007 ; Diana Souhami, Edith Cavell, Londres, Quercus, 2010. L’hommage rendu à Paris à l’infirmière britannique est notamment rapporté fin 1915 dans le numéro 35 du journal clandestin Revue Hebdomadaire de la Presse française.

30 Hambye, La ville de Mons pendant l’Occupation…, entrée du 15 septembre 1915.

31 MMM, Collection d’affiches.

32 Ces informations sont extraites de notre base de données en principe exhaustive des agents de renseignements en territoire occupé, principalement basée sur les Archives des Services patriotiques.

33 Sur Carlot Louis, voir AGR, Archives des Services patriotiques, n° 2167-2188.

34 L’affaire est racontée dans Clovis Pierard, Au Pied de la Butte, Pâturages-lez-Mons, Comité du Souvenir, [1928] ; on consultera également avec intérêt la version qui en est donnée dans AGR, Archives des Services patriotiques, ancien portefeuille 89, Notes d’audiences prises et communiquées par Mr Maurice Harmegnies, Avocat de la Défense […], par Fernand de Looze, s.l.n.d.

35 Hambye, La ville de Mons pendant l’Occupation…, entrée du 29 février 1916.

36 Voir notamment Kirschen, Devant les conseils de guerre…, p. V-VI.

37 Marie Arnould, Le Hainaut au cœur de la Grande Guerre. Radioscopie de l’administration provinciale durant le conflit, s.l., 2014, p. 18.

38 Hambye, La ville de Mons pendant l’Occupation…, entrée du 1er mars 1916.

39 Ibid., entrée du 3 mars 1916.

40 Les sœurs de la Congrégation des Filles du Sacré-Cœur évoquent cette manifestation dans le journal de leur communauté, mais plutôt que d’insister sur la ferveur religieuse qui l’aurait caractérisée, elles soulignent l’expression de la peine, de l’admiration et du rejet de la tyrannie. Don Farr, Mons 1914-1918. The Beginning and the End, Solihull, Helion & Company, 2008, p. 118.

41 AGR, Archives des Services patriotiques, n° 2186, Cour d’assises de la province du Brabant, Affaire Lampert, Adolphe-Arsène. Acte d’accusation, Bruxelles, Bruylant, 1921.

42 AGR, Archives des Services patriotiques, n° 3011, Antar Cenobio (alias Léopold Wartel), La Guerre Secrète. Mémoires d’un policier de la rue de Berlaimont, s.l.n.d., p. 33 ; Rezsöhazy, Les agents du contre-espionnage allemand…, p. 177-196.

43 AGR, Archives des Services patriotiques, n° 3011, Antar Cenobio (alias Léopold Wartel), La Guerre Secrète. Mémoires d’un policier de la rue de Berlaimont, s.l.n.d., p. 33.

44 Sur le service Marié, voir AGR, Archives des Services patriotiques, n° 2037-2044.

45 Victor Marié, chef du réseau, sauve sa peau en acceptant de collaborer avec la police allemande.

46 Hambye, La ville de Mons pendant l’Occupation…, entrée du 31 mai 1916.

47 AGR, Archives des Services patriotiques, n° 2881, Traduction du procès-verbal du procès du Feldgericht de Mons du 23 juin 1916, 20 avril 1919.

48 Sur Daubechies, voir AGR, Archives des Services patriotiques, n° 2389-2392.

49 Arnould, Le Hainaut au cœur de la Grande Guerre…, p. 18.

50 Léopold Wartel passe lui aussi au service de la Polizeistelle de Soignies, semble-t-il grâce à Eberlin, qui dirige à ce moment depuis quelques mois le Polizeiabschnitt de Bruxelles.

51 MMM, Collection d’affiches. Merci à Guillaume Blondeau pour cette information.

52 Les effectifs de la GFP dans les territoires occupés à l’Ouest passent d’environ 85 policiers en octobre 1914 à 365 en octobre 1918. Ces chiffres se basent sur une liste des membres de la GFP datée du 14 octobre 1914 (GSPK, I. HA Rep. 77, Tit. 1206, Nr. 6, Bd. 9) et sur une note de Walter Nicolai au ministère de la guerre prussien, Großes Hauptquartier, 19 octobre 1918 (BH, Abt. IV Kriegsarchiv, Kriegsministerium. 1629).

53 Herman Cron, Imperial German Army, 1914-18 : Organisation, Structure, Orders of Battle, Solihull, Helion & Company, 2006, p. 79.

54 BH, Abt. IV Kriegsarchiv, AOK. 6, n° 278, Lettre du Feldpolizeidirektor Bauer au Feldpolizeidirektor-West, [Tournai], 1er août 1917.

55 Cet effectif est celui du détachement quelques semaines avant son départ de Mons. BH, Abt. IV Kriegsarchiv, Kriegsministerium. 1629, Note de Walter Nicolai au ministère de la guerre prussien, Großes Hauptquartier, 29 mars 1918.

56 Au sujet de Biscops, voir AGR, Archives des Services patriotiques, n° 2015-2025.

57 Au sujet de Thésin, voir Centre d’étude Guerre et Sociétés, Bruxelles, AA 2192, Documents de l’Abbé Liévin Thésin.

58 Sur le réseau Pée, voir AGR, Archives des Services patriotiques, n° 1683-1686.

59 BH, Abt. IV Kriegsarchiv, Kriegsministerium. 1629, Note de Walter Nicolai au ministère de la guerre prussien. Großes Hauptquartier, 19 octobre 1918.

60 BH, Abt. IV Kriegsarchiv, AOK. 6, n° 347 et 399, Dossiers Gustav Löb et Hauptmann Wilberg ; AGR, Archives des Services Patriotiques, ancien portefeuille 196, dossier Fritz Ball, rapports de l’ancien policier allemand Fritz Ball.

61 BK, Nachlaß Günther von Le Suire, NA 1143/21, Bericht des Präsidentes der Ziviverwaltung für die Provinz Hennegau für di Zeit vom 1. Januar bis 30. Juni 1917, s.l.n.d.

62 MMM, Collection d’affiches.

63 Hambye, La ville de Mons pendant l’Occupation…, entrée du 29 mai 1917.

64 Ibid., entrée du 15 juin 1917.

65 Ibid., entrée du 1er septembre 1917.

66 Archives de l’État, Mons, Papiers Fulgence Masson, n° 9-19 ; Hambye, La ville de Mons pendant l’Occupation…, entrées des 13 et 21 avril, du 28 mai, du 19, 21 et 22 juin, et du 10 et 11 juillet 1918.

67 Déplacé par la suite à Siegburg, puis à Celle, il revient peu après l’Armistice et apprend à ce moment qu’il est nommé ministre de la Guerre. Clovis Pierard, « Fulgence Masson », in Biographie Nationale, t. XXXVIII, Bruxelles, 1973-1974.

68 Voir par exemple Guillaume Baclin, « Les "traîtres" devant la justice militaire. L’activité du conseil de guerre de Mons au sortir de la Grande Guerre, 1918-1919 », in Cahiers d’Histoire du Temps présent, n° 20, 2008, p. 37-38. D’une manière générale, voir Xavier Rousseaux, Laurence van Ypersele (ed.), La Patrie crie vengeance ! La répression des « inciviques » belges au sortir de la guerre 1914-1918, Bruxelles, Le Cri, 2008.

69 Hambye, La ville de Mons pendant l’Occupation…, entrée du 4 octobre 1917.

70 Un colporteur de Gosselies, père de cinq enfants, aurait ainsi été abattu dans un bois près de Casteau, événement qui selon Hambye aurait provoqué l’indignation des Montois. Ibid., entrée du 30 novembre 1917.

71 Ibid., entrée du 1er septembre 1917.

72 Cahier de la guerre 1914-1919 appartenant au Pensionnat Saint-Joseph de Givry-lez-Mons, s.l.n.d., p. 33. Merci à Nicolas Mignon de nous avoir communiqué cet extrait.

73 AGR, Archives des Services patriotiques, ancien portefeuille 146, La prison à Mons sous l’Occupation allemande, par A. Jean-Baptiste Lauryssen, 22 mars 1920.

74 Un martinet aurait été retrouvé parmi les affaires abandonnées par le personnel allemand au moment où, peu après l’Armistice, le personnel belge reprend possession du bâtiment, par ailleurs abandonné dans un état de malpropreté lamentable. Ibid.

75 Mélanie Bost, Aurore François, « La grève de la magistrature belge (février-novembre 1918). Un haut fait de la résistance nationale à l’épreuve des archives judiciaires », in Dirk Heirbaut, Xavier Rousseaux, Alain Wijffels (ed.), Histoire du Droit et de la Justice. Une nouvelle génération de recherches, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2009, p. 19-43. Les auteurs soulignent les incertitudes, l’impréparation et les dissensions qui ont marqué cet arrêt, qui n’a d’ailleurs jamais été complet.

76 Ibid, p. 24 et 28-29.

77 Hambye, La ville de Mons pendant l’Occupation…, entrées des 16 et 19 février 1918.

78 Ibid., entrée du 26 mars 1918.

79 Ibid., entrée du 3 avril 1918.

80 Ibid., entrée du 12 mai 1918.

81 Ibid., entrées du 17 juin, du 14 et du 19 août 1918.

82 BH, Abt. IV Kriegsarchiv, Heeresgruppe Kronprinz Rupprecht, dossier 696.

83 Les informations concernant le déplacement des administrations d’occupation des armées allemandes sont tirées de BH, Abt. IV Kriegsarchiv, Heeresgruppe Kronprinz Rupprecht, dossier 315, Heerespolizei.

Auteur

(Université catholique de Louvain)
Docteur en histoire et chargé de cours à l’Université catholique de Louvain, où il enseigne l’histoire contemporaine. Ses recherches portent principalement sur l’occupation, la résistance et le renseignement en Belgique et en France lors des deux conflits mondiaux. Il a récemment publié Le réseau Edith Cavell. Des femmes et des hommes en résistance, Racine, Bruxelles, 2015.

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search