Version classiqueVersion mobile

Mons dans la tourmente

 | 
Amandine Dumont
, 
Amandine Thiry
, 
Xavier Rousseaux
, 
et al.

Introduction

Amandine Dumont, Amandine Thiry, Xavier Rousseaux et Jonas Campion

Texte intégral

1Les commémorations du centenaire de la Grande Guerre et du 70e anniversaire de la sortie de la Seconde Guerre mondiale ont remis l’accent sur l’histoire de la société belge, privilégiant une approche au plus près du « vécu » des populations. Ces anniversaires, et la dynamique éditoriale associée, nous invitent à saisir les convulsions de ces événements mondiaux au plan local. À l’heure de la disparition des témoins, l’ouverture progressive des archives favorise les recherches préalables à une reconstruction scientifique et équilibrée des connaissances.

  • 1 Dans une historiographie foisonnante, nous renvoyons à Maurizio Gribaudi, « Échelle, Pertinence, Co (...)
  • 2 Marc Bergère, Une société en épuration. Épuration vécue et perçue en Maine-et-Loire. De la Libérati (...)
  • 3 Expression empruntée à dessein à Clifford Geertz, « La description dense », in Enquête, n° 6, 1998.

2Refusant une histoire anecdotique, jouant habilement sur les niveaux d’échelle1, la démarche micro-historique peut être particulièrement féconde. Il y a déjà plus d’une dizaine d’années, l’historien français Marc Bergère avait étudié les dynamiques épuratoires de l’après Seconde Guerre mondiale au niveau départemental, à partir de l’exemple du Maine-et-Loire2. Cette approche pionnière avait permis de saisir avec nuance les logiques politiques et sociales à l’œuvre lors du processus de transition politique et de restauration étatique. Surtout, elle avait souligné l’intérêt de l’étude « dense3 » et « totale » du (dys) fonctionnement social au sein d’un espace donné, où acteurs et enjeux se croisent et interagissent à différents niveaux.

  • 4 Pierre-Jean Niebes (ed.), 14-18. La Grande Guerre à Mons et dans sa région, Waterloo, Avant-Propos, (...)

3L’arrondissement judiciaire de Mons constitue l’épicentre des mouvements que veut examiner cet ouvrage. Il ne représente nullement une terra incognita. L’impact de la guerre sur la mémoire locale a déjà été interrogé, comme en témoigne notamment la journée d’étude organisée en 2014 par les Archives de l’État, les Archives et le Pôle muséal de la Ville de Mons, ainsi que la Province de Hainaut4. Imaginaires, événements militaires, aspects variés de l’Occupation, espionnage et sortie de guerre y ont été abordés, dressant un premier tableau de la Grande Guerre vécue du point de vue montois.

4Le projet de ce livre est à la fois plus ample et moins ambitieux. Il s’agit de replacer guerres et occupations dans une séquence plus large, depuis le déclenchement de la Première Guerre jusqu’aux dernières conséquences pénales de l’épuration de la Seconde Guerre mondiale (1961). Cette approche sur la moyenne durée, qui ouvre à la fois des perspectives diachroniques et comparatives, constitue l’une des richesses du volume. Elle invite à réinterroger la temporalité des phases des conflits et de leurs mémoires (mobilisations, opérations militaires, occupations, libérations, sorties de guerres). Les différentes contributions historicisent utilement les phénomènes qu’elles étudient, de l’avant à l’après-guerre.

5Le fil conducteur de l’ouvrage est la justice, comprise dans sa diversité et ce faisant, sa complexité, confrontée aux douloureuses réalités des collaborations et des résistances avec l’occupant allemand. Entre occupations et sorties de guerres, il s’agit d’éclairer les régulations s’opérant au sein de l’arrondissement. Les contributions éclairent concrètement le pluralisme normatif et les conflits de légitimité engendrés par les deux occupations. Elles soulignent la précarité du maintien ou du rétablissement de l’ordre dans la région montoise, à des époques caractérisées par la nécessaire gestion de comportements inédits, de nouveaux « risques » portés par des groupes sociaux ou politiques. L’angle d’approche privilégié est celui d’une analyse des institutions judiciaires actives dans l’espace considéré. Les contributions s’intéressent à la fois aux instances belges et étrangères (notamment les polices et tribunaux allemands). Surtout, elles prennent en compte les politiques pénales et logiques répressives nationales, leurs implications et spécificités locales. Enfin, au-delà de cette approche par les pratiques, leurs auteurs insistent sur le rôle des acteurs, plaçant l’individu et sa sociabilité – qu’il soit issu des mondes judiciaire et policier ou de groupes « déviants » – au cœur des questionnements.

6Cette perspective se veut modeste mais fondamentale pour comprendre la persistance et la remise en question du lien social dans une société en crise, marquée par une hausse massive de la violence, des pénuries, une contestation des autorités et instances étatiques ainsi qu’une dynamique de repli local. À partir de recherches récentes menées par des étudiants et chercheurs en histoire, il s’agit de forer quelques trous de mine dans un paysage social labouré par ces temps troublés.

  • 5 Voir notamment Christophe Protin, La répression des dénonciations à l’ennemi pendant la Première Gu (...)

7 Pour la Première Guerre mondiale, deux angles ont été abordés. Les confrontations entre polices allemandes et « patriotes » ou « résistants » avant la lettre font l’objet des recherches d’Emmanuel Debruyne. L’auteur insiste particulièrement sur les défis liés à l’organisation d’une police de contre-espionnage pour les troupes allemandes en situation d’occupant de l’ensemble du Hainaut. Il s’intéresse également aux juridictions militaires allemandes qui répriment les Belges accusés d’infractions aux ordonnances allemandes. À l’immédiate sortie de guerre, Guillaume Baclin examine quant à lui le sort des suspects de collaboration, baptisés du terme d’« inciviques ». Dénoncés par la vindicte populaire dans une presse libérée de la censure, une quinzaine d’individus seront jugés par la justice militaire, compétente jusqu’au 30 avril 1919. Mons verra donc brièvement siéger un Conseil de guerre dans les locaux de la Cour d’assises, formés de juges en uniforme appelés à juger des civils. D’autres travaux sont en cours sur les individus jugés par les juridictions civiles, mais la disparition des archives de la Cour d’assises oblige à se tourner vers d’autres sources ou à étudier les juridictions correctionnelles ou encore le traitement des inciviques condamnés dans les prisons5.

  • 6 Jonas Campion, Xavier Rousseaux, « Les "collaborateurs" avec l’occupant avaient-ils leurs raisons ? (...)

8Pour la Seconde Guerre mondiale, les travaux sont plus avancés. Les recherches pionnières de Fabrice Maerten sur la résistance affinent nos connaissances sur les rapports entre populations, mouvements résistants et collaborateurs. Sur ces derniers cependant, les recherches restaient discrètes. Or, dans le débat politique récent, certaines voix se sont élevées pour stigmatiser une société wallonne qui aurait, consciemment ou non, caché ses passés collaborateurs tout en mettant en exergue les attitudes et les groupes résistants. À une Flandre qui aurait surévalué la mémoire collaboratrice et victimaire s’opposerait une Wallonie unanimement résistante et héroïque. Outre que cette lecture effectuée à travers les seules lunettes du fédéralisme d’aujourd’hui est à l’évidence caricaturale6, elle ne tient pas compte de la multiplicité des comportements adoptés lors d’une occupation de longue durée.

9Grâce à l’ouverture des archives des cours et tribunaux montois comme des archives de l’Auditorat militaire, les quatre contributions qui suivent s’intéressent à des groupes de collaborateurs et de résistants à travers le prisme de la justice belge. Jugulée durant la guerre, celle-ci retrouve une autonomie à la Libération, sous sa double forme de justice ordinaire et de justice militaire. En uniforme ou en toge, les juges belges se saisissent de problèmes sociaux importants. Le premier est l’homicide, dont les taux explosent en 1943-1944. De nombreux cas concernent des suspects de collaboration, « liquidés » dans les circonstances troubles des derniers mois de l’affrontement entre groupes armés noirs et blancs. Amandine Thiry dresse un portrait sociologique contrasté des suspects et des victimes tout en éclairant les écueils de l’enquête judiciaire sur ces affaires d’homicides. Les grandes figures de la collaboration font l’objet d’un processus de rétribution spécifique. Étudié par Julie-Anaïs Rose et Xavier Rousseaux, le procès de la bande « Chéron », du nom du bourgmestre rexiste de Quaregnon, met en évidence les dérives d’un groupe mu par l’idéologie du jusqu’au-boutisme, qui l’amènera à faire disparaitre 24 citoyens de la région. Le lecteur pourra les suivre de la Cour d’assises, hébergeant à nouveau le Conseil de guerre, au Tir communal, où se se sont succédés sans être mélangés, patriotes fusillés pendant la guerre et inciviques fusillés à la sortie de celle-ci. Ces derniers seront le symbole de la réaction de l’État, jusque dans leur exécution partiellement publique.

  • 7 Aurore François, Guerres et délinquance juvénile, Bruxelles/Bruges, La Charte, 2011.

10Parmi la masse de collaborateurs n’ayant pas versé le sang, on trouve deux groupes dont on ne savait que peu de choses jusqu’à aujourd’hui. Celui des collaborateurs juvéniles ou des enfants de collaborateurs emprisonnés qu’aborde Clément Bourguignon est peut-être le plus surprenant. Les uns et les autres relèvent de la justice des mineurs mise en place depuis 1912, et qui se retrouve à prendre en charge des profils inhabituels : jeunes volontaires dans les formations militaires ou enfants de la bourgeoisie, engagés dans les mouvements de jeunesse d’ordre nouveau7. Une population minoritaire et à laquelle les mesures habituelles de la justice des mineurs – placements chez les particuliers ou en institutions privées ou publiques – forment une cote mal taillée.

  • 8 Koen Aerts, "Repressie zonder maat of einde ?" De juridische reïntegratie van collaborateurs in de (...)

11Quant à la majorité des collaborateurs moyens, inscrits sur la liste de l’auditeur, ils subissent une procédure complexe d’épuration, que démonte patiemment et restitue précisément Amandine Dumont. Un millier de « suspects », privés de leurs droits civils et politiques, seront ainsi, au fil des interventions de la justice civile, progressivement ramenés vers le statut de citoyen ordinaire jusqu’en 1961, lorsque la mise sur pied de la Cour européenne des droits de l’homme accélérera indirectement la liquidation de l’incivisme8.

12Au fil de ces six contributions, guerres et occupations deviennent des réalités vécues au quotidien par des gens ordinaires. Dans un arrondissement très clivé, les engagements personnels des uns se mêlent aux parcours chaotiques des autres et les obsessions idéologiques des rexistes se confrontent à l’appauvrissement massif des mineurs borains pour dresser un tableau humain de ces années sombres que résume Fabrice Maerten en conclusion de ce volume.

Notes

1 Dans une historiographie foisonnante, nous renvoyons à Maurizio Gribaudi, « Échelle, Pertinence, Configuration » et Eduardo Grendi, « Repenser la micro-histoire ? », in Jacques Revel (ed.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard, 1996, p. 112-139 et 233-243.

2 Marc Bergère, Une société en épuration. Épuration vécue et perçue en Maine-et-Loire. De la Libération au début des années 50, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004.

3 Expression empruntée à dessein à Clifford Geertz, « La description dense », in Enquête, n° 6, 1998.

4 Pierre-Jean Niebes (ed.), 14-18. La Grande Guerre à Mons et dans sa région, Waterloo, Avant-Propos, 2014.

5 Voir notamment Christophe Protin, La répression des dénonciations à l’ennemi pendant la Première Guerre mondiale à travers l’activité de la Cour d’assises du Brabant et de la Cour d’appel de Bruxelles (1919-1926), Louvain-la-Neuve, 2013 (Mémoire de maîtrise, Université catholique de Louvain, inédit) qui retrouve les inciviques hennuyers via les procès de la Cour d’appel de Bruxelles.

6 Jonas Campion, Xavier Rousseaux, « Les "collaborateurs" avec l’occupant avaient-ils leurs raisons ? Regards nouveaux sur les épurations d’après les deux guerres mondiales en Belgique », Cours-conférence du Collège Belgique, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 25 février 2015.

7 Aurore François, Guerres et délinquance juvénile, Bruxelles/Bruges, La Charte, 2011.

8 Koen Aerts, "Repressie zonder maat of einde ?" De juridische reïntegratie van collaborateurs in de Belgische Staat na de Tweede Wereldoorlog, Gand, Academia Press, 2014.

Auteurs

(FNRS/PDR, Université catholique de Louvain)
Titulaire d’une maîtrise en histoire (2013) et en sciences de gestion (2014) de l’Université catholique de Louvain. Dans le cadre du projet « Belgafrican Magistrates Social Networks » (FNRS-FRFC), elle prépare actuellement une thèse de doctorat sur la magistrature coloniale belge, encadrée par Xavier Rousseaux et Aurore François. La question de la répression des collaborations était au cœur de son mémoire de maîtrise, intitulé Entre justice militaire et justice ordinaire : L’épuration civique au sortir de la Seconde Guerre mondiale dans l’arrondissement judiciaire de Mons (1945-1961).

(BELSPO/BRAIN, Université catholique de Louvain, Universiteit Gent)
Doctorante en histoire (Université catholique de Louvain et Universiteit Gent). Elle prépare actuellement une thèse sur les réformateurs belges de la prison au 19e siècle et sur leurs réseaux, sous la direction de Christophe Verbruggen et Xavier Rousseaux. Son mémoire de maîtrise, « Le tribut des temps troubles ». La justice face aux homicides attribués à la « résistance » dans l’arrondissement judiciaire de Mons (avril 1943-novembre 1944), a fait l’objet d’une publication aux Presses universitaires de Louvain (2015).

(FNRS, Université catholique de Louvain)
Directeur de recherche du Fonds national belge de la recherche scientifique (Centre d’histoire du droit de la justice) et professeur aux Universités de Louvain-la-Neuve, Bruxelles et Luxembourg. Durant l’année 2015- 2016, il est résident de l’Institut d’Études avancées de Paris. Spécialiste de l’histoire du crime et de la justice dans la longue durée occidentale, il a notamment coédité dans la même collection Justices militaires et guerres mondiales (1914-1950), (Louvain-la-Neuve, 2013).

(Irhis, Université Lille 3, Université catholique de Louvain)
Docteur en histoire de l’Université catholique de Louvain et de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Chargé de cours invité à l’UCL, il est actuellement chercheur associé à l’Irhis, U. Lille 3 (accueil jeune chercheur région Nord-Pas-de-Calais 2015). Spécialiste de l’histoire des polices et des politiques de sécurité en Europe au 20e siècle, il s’intéresse également, dans une démarche transnationale, aux transitions politiques à l’issue de la Seconde Guerre mondiale et aux enjeux sécuritaires et répressifs qui les sous-tendent. Il a récemment co-dirigé le programme PFR soutenu par la CIERA « Pour une histoire transnationale et connectée des épurations en Europe après 1945 ».

© Presses universitaires de Louvain, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search