Version classiqueVersion mobile

Organiser, innover, agir

 | 
Jonas Campion

Troisième partie. Agir. Au quotidien, face aux crises

La gestion de l’ordre en 1950

L’exemple du Hainaut

Jonathan L’Entrée

Résumé

Mêlant approche nationale et perspectives locales, autour du Hainaut, cette contribution interroge l’action des services de police belge lors de l’année 1950, mettant le focus sur la gestion des troubles sociaux. Interrogeant le maintien de l’ordre lors d’une année marquée par le climax de la Question Royale, elle cherche d’abord à déterminer, mêlant données quantitatives et qualitatives, la répartition des tâches entre gendarmerie, polices communales et police judiciaire. Elle s’interroge ensuite sur la coopération entre services, avant de mettre en avant certaines difficultés qui apparaissent alors face à cette mission de police administrative. La contribution est basée essentiellement sur les archives de la police judiciaire de Bruxelles.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le maintien et le rétablissement de l’ordre sont des objets de recherche fort prisés par les historiens. Ces problématiques révèlent en effet les tensions et clivages présents au sein d’une société, et l’état des relations entre les autorités, les agents de l’ordre et les populations, à protéger ou contrôler. Bien que de nombreuses périodes propices aux développements de troubles sociaux aient déjà fait l’objet de recherches1, un vide historiographique persiste, pour la Belgique, autour des années cinquante. Cette contribution propose par conséquent de revenir sur cette période charnière à plus d’un titre. Nous y analysons la manière dont le système policier belge, composé essentiellement de la gendarmerie, de la police judiciaire près les parquets (PJP) et, dans une moindre mesure, des polices communales ainsi que de la Sûreté de l’État, parvient à gérer des désordres sociaux lors d’une période de tensions. Nous appuyons notre réflexion avec des exemples principalement tirés de la ...

Auteur

(UCL)
Est titulaire d’un master en histoire et d’une agrégation de l’enseignement secondaire supérieur à l’UCL (2014). Il est titulaire d’un master en criminologie de la même université (2015). Ses recherches ont porté sur l’histoire du maintien de l’ordre en Belgique au 20e siècle et sur l’exécution des plans zonaux de sécurité. Il est actuellement aspirant inspecteur de police au sein de l’Académie de police de Namur.

© Presses universitaires de Louvain, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search