Version classiqueVersion mobile

Organiser, innover, agir

 | 
Jonas Campion

Troisième partie. Agir. Au quotidien, face aux crises

Sécurité publique et tensions sociales :

La gendarmerie de la zone frontière durant l’entre-deux-guerres

Jonas Campion

Résumé

La gendarmerie, force militaire et nationale, en charge de missions de police administrative, judiciaire ou militaire est au cœur de la réponse étatique relative au maintien et au rétablissement de l’ordre. Cette contribution revient sur son action et sa vision de l’ordre, en prenant comme principal point d’observation le Hainaut, durant l’entre-deux-guerres. Le propos revient à remettre en perspective le Hainaut, vu comme une zone de tensions (réelles ou craintes) au sein d’une Belgique qu’il est possible de décrire, au niveau européen, comme pacifiée lors de l’entre-deux-guerres. L’analyse s’attache ensuite à caractériser l’ordre et le désordre. Malgré les discours parfois extrêmes, ce sont alors des pratiques déjà largement codifiées qui s’imposent, tant dans la protestation que dans les politiques répressives qui leur répondent.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avec l’avènement de l’État moderne, l’exercice de la sécurité revient, pour les institutions qui en ont la charge, à assurer la protection des biens et des personnes, au profit de l’ensemble de la communauté. L’objectif recherché est à la fois de perpétuer la vie sociale et de garantir la légitimité de l’exercice des compétences régaliennes. L’exercice de la sécurité est une dynamique de gestion de risques inscrite dans l’exercice du monopole étatique de la violence légitime. Ses pratiques s’inscrivent dans une logique de gouvernementalité1 où, pour se référer à Michel Foucault, la seule option n’est pas la répression au profit d’une minorité, mais principalement la mise en œuvre d’un système de conduite des conduites, inclusive et au profit de la majorité des citoyens. Une approche centrée sur une région donnée représente pour l’historien une voie intéressante pour éclairer la réalité des pratiques sécuritaires et mettre au jour la progressive construction de la gouvernementalité p...

Auteur

(IRHIS, U. Lille-SHS/CHDJ, UCL)
Est docteur en histoire de l’Université catholique de Louvain et de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Chargé de cours invité à l’UCL, il est actuellement chercheur associé à l’IRHIS (UMR CNRS 8529), U. Lille-SHS (accueil jeune chercheur région Nord – Pas-de-Calais 2015). Spécialiste de l’histoire des polices et des politiques de sécurité en Europe au 20e siècle, il travaille sur une histoire des politiques de sécurité publique en Europe au 20e siècle. Il s’intéresse également, dans une démarche transnationale, aux transitions politiques à l’issue de la Seconde Guerre mondiale et aux enjeux sécuritaires et répressifs qui les sous-tendent.

© Presses universitaires de Louvain, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search