Version classiqueVersion mobile

Organiser, innover, agir

 | 
Jonas Campion

Seconde partie. Innover. Le policier, (f)acteur de changements

Une police d’encre et de papiers

Pratiques de l’écrit et bureaucratisation policière à Namur entre 1780 et 1814

Antoine Renglet

Résumé

Entre 1780 et 1814, l’écrit pénètre les pratiques policières au point d’en faire un élément indissociable du métier de policier. De l’époque des Lumières à la chute du régime napoléonien, les policiers commencent en effet à réaliser des rapports détaillant leurs recherches dans le but d’en informer leurs supérieurs. De plus en plus, ils inscrivent dans des registres une série d’informations destinées à entretenir une mémoire de travail. La place qu’occupent ces activités d’écriture oblige les autorités à recruter désormais des policiers aptes à pouvoir lire et écrire et à organiser un bureau de police pour la ville. Bien que ces évolutions s’observent un peu partout et selon des temporalités parfois différentes, la ville de Namur, par la richesse de ses archives, permet d’observer le phénomène sur l’ensemble de cette période troublée.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis quelques années, les liens qui unissent « police » et « écriture(s) » font l’objet d’une attention croissante des historiens. Ce renouveau doit beaucoup aux travaux de Michel Foucault, notamment ceux consacrés à la notion de gouvernementalité1. De fait, dans un article récent, Vincent Denis dégage trois propositions du philosophe qui ont déterminé les tendances récentes de l’historiographie de la police. La première proposition fait de la police un art de gouverner. La deuxième en fait un arsenal d’instruments et de dispositifs concrets d’action de la puissance publique. Enfin, la troisième proposition envisage la police comme un objet de savoir2. De là, l’historiographie s’est intéressée, d’une part, à la question des savoirs policiers et, d’autre part, à « ce que sait la police ». À l’intersection des deux, l’usage et le rôle de l’écrit dans les pratiques policières ont très vite focalisé l’attention de plusieurs chercheurs3. En France, soutenu par l’ANR, le programme de re...

Auteur

(IRHIS, U. Lille-SHS/CHDJ, UCL)
Est chargé de recherches FNRS (CHDJ, UCL) et chargé d’enseignements à l’Université de Lille 3 SHS. Ses travaux sont consacrés aux polices urbaines et à l’ordre public aux 18e et 19e siècles, en particulier sous la Révolution et le Premier Empire. En 2016, il a été chercheur postdoctorant à l’Université Goethe de Francfort-sur-le-Main. En 2014, il a été Visiting Researcher à l’Université de Californie à Berkeley et lauréat de la bourse « Minou Amir-Aslani » de la Fondation Napoléon. Il a notamment publié : Une police d’occupation ? Les comités de surveillance sous l’occupation du Brabant (1794-1795), Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2011 et édité avec Axel Tixhon, Un commissaire de police à Namur sous Napoléon. Le registre de Mathieu de Nantes (10 vendémiaire an XIII-28 août 1807), Louvain-la-Neuve, PUL, 2013.

© Presses universitaires de Louvain, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search