Version classiqueVersion mobile

Organiser, innover, agir

 | 
Jonas Campion

Première partie. Organiser. Modèles, structures et territoires

Terrorisme, banditisme, récidive... Genèse de la question d’une coopération policière européenne

France, Belgique, Luxembourg et Suisse, fin 19e - début 20e siècle

Laurent López

Résumé

« L’insécurité est à la mode, c’est un fait », comme on peut le lire dans un quotidien français en 1907. Cette citation, loin d’être circonscrite à l’hexagone, peut être étendue aux pays limitrophes que sont la Belgique, le Luxembourg et la Suisse. Face à une armée du crime ressentie comme irrésistible et dont les ramifications seraient internationales, les polices doivent faire preuve d’imagination pour contrer leurs détracteurs et prouver leur efficacité. Des dispositifs techniques et des dispositions institutionnelles sont élaborés. Les innovations inquisitoriales françaises sont exportées et contribuent à l’essor d’une coopération policière européenne se concrétisant par le premier congrès international de police judiciaire en 1914.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

— Qu’avez-vous fait […] depuis le crime ?
 — J’ai été en Belgique, répondit-il ; j’avais résolu de m’embarquer pour le Congo […].
 — Mais, où couchiez-vous, où mangiez-vous ?
 — Chaque soir, je me présentais à la gendarmerie comme vagabond ; les gendarmes me donnaient une soupe et je couchais au violon.
Ainsi, cet homme, de Belgique à Paris, avait passé par toutes les brigades de gendarmerie où était affiché son signalement et personne ne l’avait reconnu. Après cela, étonnez-vous qu’un individu dont le signalement se trouve dans toutes les mains se promène tranquillement sur le boulevard, sans que personne ne songe à l’arrêter !1

Non, en dépit de leur résonance avec l’actualité criminelle de l’automne 2015 et du printemps 2016, ces propos ne sont pas extraits d’articles de presse récents relatant la traque de terroristes entre Bruxelles et la région parisienne – et inversement – ; ils sont tirés des mémoires d’un commissaire de police rapportant son interrogatoire d’un meurtrier à la fi...

Auteur

(SHD, Vincennes)
Est historien des forces de l’ordre françaises et européennes contemporaines au Service historique de la Défense, département gendarmerie, Vincennes et chercheur associé au CESDIP (UVSQ/CNRS, UMR 8183) et au Centre d’histoire du XIXe siècle (Université Paris-Sorbonne). Il a récemment publié La guerre des polices n’a pas eu lieu. Gendarmes et policiers, coacteurs de la sécurité publique sous la Troisième République (1870-1914), Paris, PUPS, 2014 ; « De l’étoffe dont on fait les forces de l’ordre. Les uniformes des gendarmes et des policiers français à la fin du XIXe siècle », in Modes pratiques. Revue d’histoire du vêtement et de la mode, « Normes et transgressions », n° 1, décembre 2015, p. 218-235 ; « D’une guerre à l’autre : l’entrée de la gendarmerie dans le XXe siècle policier », in Jean-Noël Luc (éd.), Histoire des gendarmes de la maréchaussée à nos jours, Paris, Nouveau-Monde, coll. Histoire poche, 2016, p. 109-126.

© Presses universitaires de Louvain, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search