Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

SDF, sans-abri, itinérant

 | 
Pascale Pichon

Introduction

Pascale Pichon

Volltext

  • 1 Nous employons, dans cette introduction, le néologisme sans-abrisme pour parler de ce phénomène so (...)

1Cet ouvrage est né d’une interrogation portée sur la place et l’utilité de la recherche face à l’installation et la banalisation du phénomène du sans-abrisme1 dans les pays riches industrialisés, phénomène de grande ampleur du fait même de sa dissémination plus récente dans d’autres pays capitalistes, économiquement émergents. Cette interrogation soulignait par ailleurs la carence d’une politique de recherche concertée, que ce soit au niveau de chacun des pays concernés et, plus encore, au plan international. « Le constat le plus important est que nous sommes à un moment critique dans les recherches portant sur les situations des personnes à la rue dans les pays occidentaux riches : le phénomène s’est complexifié et transformé (…). Il paraît donc nécessaire d’infléchir de manière raisonnée certains axes de recherche, de les faire converger au niveau national mais aussi européen et international, non pas pour écraser les différences de cultures et d’approches mais au contraire pour les mettre à jour et rendre le travail de comparaison possible. » Ce consensus minimal dans le diagnostic énoncé par les auteurs du présent ouvrage, engagés depuis de nombreuses années dans l’étude du phénomène, a permis de poser les bases d’une réflexion commune à propos de la comparaison internationale et de formaliser la constitution d’un réseau de recherche.

  • 2 Ceux-ci se sont déroulés successivement dans chacun des pays pendant trois ans de 2004 à 2007, sou (...)

2Relevons préalablement les caractéristiques de ce réseau de recherche. Petit par sa taille, puisque composé de six chercheurs tous francophones – Français, Québecois, Suisse-, le réseau a pu sans peine trouver les conditions les plus efficaces de travail2. De séminaire en séminaire, d’esquisse en esquisse, les objectifs des mises en commun se sont précisés. Le fait de parler la même langue est apparu évidemment comme une facilitation dans les échanges pour entrer dans des dialogues soutenus sur les contenus et les problématiques de recherche, comme sur les enjeux politiques. Néanmoins, cette facilitation recèle quelques pièges car les mots, fussent-ils semblables, proposent, on le sait, différents contenus sémantiques selon les situations vécues et, dans le cas présent, selon les usages qui prédominent dans un contexte donné, qu’il soit national, professionnel, scientifique ou politique. Par exemple le terme de « partenariat de recherche » recouvre des modalités du faire très différentes entre le Québec, la France ou la Belgique, et implique non pas une, mais des visions de la recherche, des histoires socio-politiques, des postures d’engagement, etc. La question de la traduction s’est donc avérée centrale dans cette élucidation des expériences de recherche et a conduit très vite à rejeter délibérément tout travail de comparaison qui n’aurait porté que sur des résultats de recherche. Elle a au contraire incité à opérer un retour réflexif, et ainsi à considérer les conditions de possibilité des travaux de recherche conduits par chacun des chercheurs, à entendre leurs résonances de proche en proche et également à repérer leurs distances. Ce faisant, la question de la traduction est demeurée l’aiguillon de la réflexion commune, et a nécessité « la reconnaissance et le respect de l’hétérogénéité dans toutes les situations, y compris celles dont on estime généralement qu’elles sont « monolingues » (Solomon, 2007). Elle a de ce fait permis d’écarter toute tentation hégémonique.

3Les caractéristiques du réseau montrent ensuite certaines limites : limite parce qu’aucun des chercheurs, tout en situant ses propres travaux de recherche dans le spectre plus large de son domaine de spécialité, ne peut penser que sa connaissance du champ couvre en totalité les connaissances produites, l’exhaustivité des problématiques et des investigations ; limite parce qu’une seule discipline – la sociologie – était convoquée ; limite encore, parce que seulement quatre contextes étaient représentés. Mais ces limites ont pu être retournées parfois en avantages. En effet, la profondeur de l’exploration, située au cœur même des enjeux épistémologiques des différentes recherches, a permis de ne pas se perdre dans les spécificités sans fin des contextes. Pour autant, se refusant à construire un unique modèle explicatif, la singularité de chaque démarche et de chaque contexte a conduit à relever un certain nombre de transversalités. Aucune ne propose de théorie totalisante. C’est plutôt dans une démarche perspectiviste, héritée de la philosophie simmelienne telle que la résume Frédéric Vandenberghe, que le chemin de la restitution dans le présent ouvrage a été tracé : « dans tous les cas, le monde se laisse concevoir à partir d’une multitude de points de vue unilatéraux, chacun projetant l’unité dans un foyer imaginé (le focus imaginarius de Kant) et dont aucun n’atteint cependant l’adéquation aux choses. Ainsi, aucun ne peut prétendre à l’hégémonie cognitive » (Vandenberghe, 2001 : 31).

Catégories de désignation, catégories d’action : vers une méthode comparative de confrontation

  • 3 Concernant le phénomène de l’itinérance, au Canada, les appels d’offres provenant des ministères p (...)
  • 4 Comme par exemple cette distinction opérée par l’observatoire européen sur le sans-abrisme de la F (...)

4Le travail de la comparaison n’est pas seulement une préoccupation de chercheurs soucieux de classer tout en les confrontant un ensemble de connaissances. Les résultats comparatifs font également l’objet d’une demande sociale et politique en vue d’éclairer les choix politiques, parfois d’harmoniser sur des territoires fédéraux comme au Canada3 la gestion des mesures locales et des dispositifs d’action. Concernant le phénomène du sans-abrisme, les comparaisons rejoignent en ce cas, une vision experte du monde social dans lequel sont prélevées des données pertinentes afin de construire des indicateurs de diagnostic suffisamment homogènes. L’expertise constitue alors un temps de consultation en amont des prises de décisions : il s’agit de définir les populations, de construire des profils sociodémographiques, des variables de comportements, des modèles d’action, etc. Ce travail de l’expertise mobilise bien souvent la science de la construction des catégories, en en effaçant certaines pour en retenir d’autres ou encore, pour en construire de nouvelles4.

5La démarche empruntée par les chercheurs du réseau a rencontré les limites de ces approches expertes au fait même qu’elles n’interrogent pas les représentations sociales transportées par les catégories. Elle a au contraire pris pour point de départ les catégories d’identification et de désignation des phénomènes et des individus, retenues comme des indices précieux de compréhension des processus socio-historiques, de la mise en confrontation de la pluralité des normes. Les chercheurs les ont considérées par ailleurs du point de vue de leur performativité. La lutte politique contre les inégalités sociales ou contre les désordres engendrés par ces inégalités (politiques de la ville, gestion des espaces publics, politiques sociales ou de bien-être, politiques de santé) use largement en effet des catégories de la désignation des lieux et des gens.

6Les catégories affichées dans le titre de l’ouvrage – sans-abri, sans domicile fixe, itinérant – ne constituent donc pas seulement un repère pour signaler les différents contextes nationaux, elles sont également un moyen d’interroger ces contextes. En effet, parce que les catégories sont des constructions sociales (Hacking, 2001) et parce qu’elles possèdent en quelque sorte une vie propre en devenant des catégories de sens commun, autrement dit en s’institutionnalisant, les catégories méritent toute l’attention des chercheurs.

7Mary Douglas souligne que « la grande réussite de la pensée institutionnelle est de rendre nos institutions complètement invisibles » (Douglas, 2004). Cette invisibilité passe par le langage de la catégorisation par lequel la pensée institutionnelle se trouve soumise aux normes et aux représentations sociales nécessaires aux acteurs pour conduire et donner sens à leurs actions. L’invisibilité résulte également de la naturalisation des catégories de l’action publique comme c’est le cas de celles qui ont occupé nos réflexions. Il s’avérait donc particulièrement intéressant pour aborder la question de la comparaison d’interroger dans les différentes sociétés comment s’était institutionnalisée chacune de ces catégories. Pour ce faire, on s’est attaché à examiner les raisons pour lesquels le phénomène avait été différemment nommé, et à comprendre comment le processus de naturalisation des catégories, indices de l’histoire des peuples, n’avait pu être indifférent au contexte national ou international. On a ainsi choisi de poursuivre la réflexion à propos des définitions catégorielles conduite auparavant par les statisticiens du réseau dans leurs échanges internationaux, mais en s’engageant dans une autre voie que celle de l’élucidation du contenu objectif des catégories (les individus qu’elles désignent et les situations précises de pauvreté et de précarité qu’elles recouvrent). Contrairement à ces travaux focalisés sur la définition des indicateurs, variables ou critères à retenir pour fonder la comparaison entres des situations positivement semblables, l’objet même de la comparaison n’a pas été défini préalablement. Il se dévoilera, chemin faisant, dans la relecture des travaux des uns et des autres et en échangeant sur les démarches auparavant empruntées.

8Les effets de la catégorisation ont permis de déplacer l’attention des situations limites elles-mêmes aux actions qu’elles produisent et de mettre au premier plan la dimension politique de la visée comparative choisie ici. On sait par exemple que les catégories qui nous occupent ont participé à la stigmatisation des individus et des groupes, à la construction du stéréotype. On sait également que cette stigmatisation a pu devenir le ferment de la lutte engagée par les intéressés eux-mêmes, retournant le stigmate en une reconnaissance identitaire collective, une ressource en terme de revendications. On sait enfin que l’identité stigmatisée a pu être parfois un levier des politiques publiques pour promouvoir l’action participative des intéressés eux-mêmes.

9La vigilance observée à l’égard de la performativité des catégories rejoint donc le souci des chercheurs de décrire avec le plus de justesse les rapports sociaux engendrés par les inégalités sociales, rapports qui fluctuent dans le temps et l’espace. En vue de repérer ces variations culturelles, les travaux historiques portant sur le phénomène de pauvreté n’ont par exemple pas manqué de repérer des figures emblématiques d’une époque comme ces « pauvres honteux » ou « inutiles » (Geremek, 1987), ces « colporteurs faméliques » ou « familiers » (Fontaine, 1993). D’une autre façon, ont pu être mises en évidence les filiations du clochard, du mendiant au « nouveau vagabond de notre temps » (Vexliard, 1956). Dans tous les cas, ces figures diverses de la pauvreté sont considérées comme les meilleures révélatrices d’un (dés)ordre social (Castel, 1995). Si elles décrivent des situations vécues, elles ont plus encore pour utilité de mettre en rapport les situations de pauvreté et la « réaction sociale » (Simmel, 1998) à leur égard, le traitement qui leur est fait. C’est ce modèle de pensée qui a poussé les chercheurs du réseau a proposer à leur tour une relecture du phénomène dans les différents espaces considérés : première étape d’un travail comparatif prenant en compte l’interdépendance entre contexte national et actions entreprises en direction des personnes désignées officiellement sans domicile fixe, sans-abri ou itinérantes.

10Dans cette visée, la relecture des travaux de recherche et le réexamen de leurs conditions de production a été le point de départ mais également celui d’arrivée de la comparaison. Définissons là de façon succincte pour expliquer cette laborieuse constance : « La comparaison renvoie à « l’action de comparer », c’est-à-dire d’établir le rapport qui existe entre les « objets », de « mettre en parallèle », de « confronter ». Ainsi la comparaison désigne une action ; ce n’est pas un constat. De plus, elle n’est pas a priori orientée, contrairement à l’analogie et surtout l’homologie, plus particulièrement vers la recherche des ressemblances. La comparaison est une mise en regard explicite, dans la quête tant des ressemblances que des différences. » (Vigour, 2005 : 8, souligné par nous)

11Parce qu’elle a été action de confrontation entre des terrains, des objets de recherche, des paradigmes, le choix a été fait de conserver jusque dans la restitution cette dynamique comparative. La comparaison internationale en jeu dans cet ouvrage n’est donc pas de facture classique, si tant est qu’une telle forme existe. Elle ne produira aucune modélisation comme par exemple celles issues de la comparaison des systèmes de protections sociales (Kaufman, 1994) ou des politiques de la ville (Donzelot, 2003) ou encore, plus proche de notre propos, des figures de la pauvreté et de ce que certains auteurs nomment l’underclass (Avenel, 1997 ; Fassin, 1996). Sans négliger les apports de l’approche comparative des figures de la pauvreté, elle souhaite reprendre et poursuivre les interrogations amorcées sur la dimension internationale du phénomène et, du coup, sur l’objet même de la comparaison (Adams, 1986 ; Glasser, 1994 ; Huth, Wright, (dir.), 1997 ; Knight, 1987). Ainsi, loin de proposer des modèles et des synthèses théoriques, ce sont plutôt les cheminements, les quêtes, les obstacles qui apparaîtront au lecteur. En lieu et place d’une théorie générale explicative c’est un faisceau de regards croisés qui demeure l’expression d’une logique comparative de la confrontation assumée, à la fois épistémologique et descriptive.

12L’action de confrontation a pour conséquence de favoriser la mise en perspective du contenu des travaux dans leur espace-temps de production et selon différentes entrées : les débats publics au cours de la période de production des travaux de recherche, l’insertion de ces travaux dans l’espace associatif ou politique, la formation intellectuelle des chercheurs, etc.. Cette mise en perspective organise les similitudes et les contrastes tout en dévoilant le lien complexe entre les interrogations pratiques des acteurs politiques, institutionnels, et communautaires, localisés et situés historiquement, et les réponses « savantes ». Autrement dit, seront mis en évidence les points de convergence ou de divergence entre les recherches française, belge et québécoise comparativement à l’inscription du phénomène dans la sphère publique et à l’inscription des recherches dans l’espace politique.

L’objet de la comparaison à l’articulation d’une double histoire : sans-abrisme et recherche

13Pour Przewroski et Terme (Vigour, 2005), la comparaison réunit soit des pays similaires et fait alors abstraction des ressemblances pour expliquer les différences (variables explicatives par exemple entre des systèmes de protection sociale), soit des pays très différents où, à l’inverse, ce sont les ressemblances qui deviennent explicatives. Dans le cas qui nous occupe, le phénomène moderne du sans-abrisme nous invite à considérer des pays semblables par leurs caractéristiques les plus générales : pays occidentaux riches, anciennement industrialisés, démocratiques, confrontés en leur sein à l’individualisation de la pauvreté, diversement prise en compte, différemment traitée médiatiquement et politiquement, mais particulièrement visible dans les grandes métropoles. Notre choix, de fait, s’est appuyé sur les similitudes entre pays mais également sur les similitudes a priori du phénomène lui-même. Pourtant, dans sa manière même d’apparaître semblable aux yeux des chercheurs, le phénomène ne se rend pas visible au grand public de la même façon, ne touche pas toujours sa sensibilité au même moment, est diversement nommé, ne se manifeste pas publiquement à l’identique selon les interdits et les libertés admises. La question de la comparaison repose dès lors sur la recherche des différences repérables non seulement dans l’appréhension du phénomène mais dans son traitement social et politique au sein de chacune des sociétés considérées, ajoutant que le travail même de connaissance (qui plus est d’expertise) des chercheurs est interdépendant de ce traitement.

14C’est la richesse des regards croisés au sein du réseau qui a ouvert un espace de travail commun d’élucidation par rapport à ce qui apparaît bien souvent énigmatique : tel ou tel écart dans le processus de construction du phénomène du sans-abrisme ; puis, en parallèle, l’explication de tel ou tel écart dans la mobilisation des théories. On le pressent, l’objet de la comparaison ne s’est pas laissé saisir, ni délimiter facilement, l’énigme de l’absence du phénomène en tant que construit social en Suisse est demeurée l’aiguillon de la réflexion, non pas pour la résoudre mais pour ne négliger aucun des éléments ayant participé dans les autres pays à son avènement. Ainsi, l’objet de la comparaison n’est pas tant le phénomène lui-même, qu’on l’aborde sous l’angle anthropologique d’une situation sociale extrême ou qu’on l’aborde sous l’angle socio-démographique d’une population cible des politiques publiques par exemple, mais les conditions mêmes de possibilité de son apparition, de sa nomination, de sa construction en un problème social, de son traitement politique au sein de la sphère publique, celle de l’opinion et de la société civile, comme celle des politiques publiques.

15De plus, l’objet de la comparaison ne se réduit pas à toutes ces conditions. Parallèlement et complémentairement, il s’est agi de montrer comment s’est construite la diversité des objets sociologiques, comment chaque acte de connaissance est dépendant des cadres d’action structurels, institutionnels et communicationnels dans lesquels il s’inscrit. Il n’a d’ailleurs pas été écarté d’autres formes de connaissances (journalistiques, associatives, professionnelles, issues de l’expérience) qui se sont développées au cours de la même période parfois dans un rapport de complémentarité, parfois d’opposition, ou encore concrètement à travers la construction d’un partenariat.

  • 5 Voir la bibliographie en fin d’ouvrage.

16La mise en confrontation et en perspective proposée dans ce livre ouvre le débat en sciences sociales sur la construction même des objets de la comparaison. L’expérience est ici originale. Chacun des chercheurs avait déjà un long parcours de recherche accompli, avait construit ses objets de recherche, avait livré ses résultats5. Soulignons les exigences et les difficultés d’un travail de comparaison où se croisent des appellations, des controverses, des paradigmes différents. N’ayant pas emprunté un protocole semblable, leurs travaux ne possédaient aucune validité en terme de comparaison. C’est donc plus dans une tension entre une visée comparative exploratoire et des acquis méthodologiques et théoriques affirmés que s’est finalement dessinée une logique comparative descriptive et épistémologique plus qu’explicative.

  • 6 Il ne s’agit pas ici de proposer une synthèse des connaissances acquises dans le domaine considéré (...)

17Dans cette relecture des parcours de recherche, la démarche comparative est également apparue comme un moyen de réflexivité essentiel pour les chercheurs, offrant un prolongement au processus de connaissance. Dans cet ouvrage se dessinent les contours des problématiques de recherche déjà explorées. Une vision cumulative, quand bien même imparfaite des connaissances produites6, est ainsi proposée. Cette dimension cumulative de la recherche, trop souvent absente, paraît indispensable lorsque l’on prend la mesure de l’imbrication étroite entre recherche et réaction sociale et politique. L’enjeu de connaissance qui transparaît là est au cœur même de la démarche comparative où l’histoire du phénomène du sans-abrisme a été étroitement liée à l’histoire de la recherche. Pour ce faire, il a fallu rompre avec le naturalisme et considérer l’imbrication entre ces deux histoires. Or il arrive que le chercheur néophyte, au moment de son apprentissage de ce terrain d’enquête difficile, se trouve déstabilisé par ce qu’il observe et éprouve. En imputant ses propres découvertes à de l’inédit, il risque de s’affranchir des connaissances produites antérieurement, des questions ou hypothèses qui ont, ou non, trouvé réponses et qu’il convient de prolonger, de valider ou d’invalider. Tout nouvel enquêteur est lié à ses prédécesseurs. Cet ouvrage interroge aussi l’avenir de la recherche : comment aller au-delà ? Comment s’appuyer sur les travaux déjà existants ? Comment se servir des avancées de connaissance ? Comment considérer enfin la part prise par les intéressés eux-mêmes au procès de connaissance – mouvements collectifs de mobilisation, travaux de type autobiographique (Marpsat, Vandenburg, 2004 ; Pichon, Torche, 2007). L’enjeu a pris un tour épistémologique. Profitant d’un déplacement du regard propre à la comparaison, on s’est autorisé à questionner ce qui semblait aller de soi sur chacun des terrains d’enquête pointant parfois les limites des interrogations initiales, essentiellement liées au contexte d’alors.

Lien entre politique et recherche dans un contexte d’influences réciproques

  • 7 Par exemple, on se souvient en France du récent mouvement de lutte des « Enfants de Don Quichotte  (...)
  • 8 La francophonie facilite les échanges de pratiques et de savoirs et élimine par exemple les obstac (...)

18Dans nos sociétés de communication de nombreux échanges, croisements de questions et de problèmes se livrent comme autant de comparaisons spontanées. L’actualité dans un pays fait échos à d’autres réalités dans d’autres sociétés. La conjonction d’événements disparates7 renforce les effets de la médiatisation à l’intérieur et à l’extérieur des frontières d’un pays. C’est ainsi que la question du sans-abrisme, telle qu’elle se formule au gré d’une actualité nationale réinstruit sans cesse le procès du « concernement » du public à différents niveaux d’échelles territoriales. Du côté de la recherche, dans le cours même de leurs enquêtes, les chercheurs du réseau ont circulé d’un pays à l’autre, ont lu nombre de travaux de leurs collègues étrangers et en ont parfois intégré les résultats. Médiatisation transfrontalières d’un côté, rencontres et confrontations entre chercheurs de l’autre, ont-elles construit en amont un espace commun de références ? La réponse peut être nuancée. S’il fallait sur ce point ne retenir qu’une seule chose ce serait l’impact de la langue. Ainsi, l’usage de la notion d’exclusion qui avait pris sens au regard du modèle républicain français (Ion, 1995) s’est répandu en Belgique comme au Québec et propose un cadre de signification sensiblement identique du phénomène. Retenons de cet exemple que la réception politique et scientifique du phénomène est, de fait, déjà située dans un contexte international8.

19Le travail d’élucidation de ces influences externes et internes à la recherche a conduit chacun à jouer le rôle d’observateur extérieur, dans cette posture entre distance et proximité, telle qu’elle se présente dans sa forme générale dans le rapport à l’étranger que nous propose Simmel (1979) et telle que, dans l’expérience du réseau de recherche, elle a permis d’objectiver les questionnements et les résultats de recherche. Si la distance s’atteste par la nécessité à reconstruire les similitudes et les différences dans les approches scientifiques du phénomène, imprégnées de l’histoire des trois pays considérés, la proximité se manifeste par l’intérêt commun porté au phénomène, aux situations et aux personnes, et par la synchronie des investigations.

20Le travail de la réflexivité a permis à chacun d’expliciter les théories et concepts qu’il mobilise, qui ne sont pas sans lien parfois avec des positions plus idéologiques ou normatives. Les divergences d’approche se rapportent-elles exclusivement à des différences culturelles, à des spécificités nationales, par exemple en termes de politiques publiques mises en œuvre ? Ne sont-elles pas également liées aux positionnements politiques des chercheurs et aux visées plus ou moins explicites d’influer sur les orientations politiques ? Ces questions ne manqueront pas de surgir à la lecture des chapitres de cet ouvrage. Des réponses seront apportées, mais ce qui apparaîtra le plus clairement c’est la manière dont les chercheurs ont accepté de livrer et tenté d’expliciter a posteriori l’impact des enjeux sociétaux et politiques dans leur travail de recherche. Trois pays, trois contextes, trois manières d’appréhender les rapports entre l’émergence d’un problème social puis son installation, les actions politiques et le développement de la recherche. Au cœur des débats : le lien entre politique et recherche, fera jouer les contrastes contextuels.

21Le terme de politique doit être compris dans son acception large, non pas seulement l’action des politiques publiques mais la réception du phénomène, sous ses aspects sensibles, cognitifs et pratiques dans la sphère publique démocratique. La part des vecteurs tel que les médias de masse – presse, télévision –, est ici déterminante. Mais les journalistes, voire les écrivains ou les cinéastes ne sont pas les seuls acteurs. Il faut compter avec : la société civile par le biais des grandes associations caritatives, et le réseau d’influence de leurs chefs charismatiques ; les professionnels de l’action sociale, et le poids de leurs institutions d’appartenance dans le jeu politique ; les experts – parfois aussi chercheurs – dépêchés auprès des pouvoirs publics ; et enfin les chercheurs impliqués dans des programmes nationaux de recherche.

22Le terme de recherche doit être compris au sens de questionnement, de problématisation du réel et de confrontation des données recueillies conduisant à des interprétations encadrées par des choix théoriques. On montrera comment les démarches de recherche ont été animées par l’engagement politique des chercheurs, au sens d’une volonté d’impliquer la recherche dans la cité.

***

23Comment se construit un problème social dans différents contextes ? Comment les chercheurs délimitent-ils leur objet au regard du problème social considéré ? Quelle place occupe la recherche ? Comment est-elle mobilisée ? Comment se situe-t-elle par rapport à l’action politique ? Ces quelques questions permettent de distinguer trois étapes essentielles, constituant les trois parties de l’ouvrage, dans la perspective comparative exposée sous forme de confrontation. Tout d’abord, ont été retenus les éléments essentiels de la genèse de ce qui est apparu comme un problème social dans chacun des pays. Dans un deuxième temps on verra comment, face à ce problème social devenu problème public, la recherche s’est développée et organisée différemment, tant au niveau des institutions que des jeux d’acteurs et de leurs effets. Enfin, les parcours de recherche, dans leur grande diversité, permettront de reformuler les enjeux de connaissances, indissociables des situations qui les ont fait naître et des réactions sociales qui les ont accompagnées tout au long de ces deux dernières décennies.

241- Première partie : la cristallisation d’un problème social en problème public dans les trois contextes met en scène les enjeux sociétaux et politiques, à la fois transversaux et nationaux via les modes de fonctionnement et d’organisation politico-administratifs. Les trois chapitres tentent de répondre à ces questions : comment a été configuré le phénomène depuis sa genèse ? Comment est-il devenu un problème public ? Quels ont été les effets du travail social de la catégorisation et de la définition des populations ? Quelles ont été les réactions et les plans d’action politiques ?

25Le passage d’un problème social en problème public dans les trois contextes étudiés permet de situer la place des acteurs politiques, médiatiques et associatifs. Les chercheurs n’ont pas été exclus de ces jeux de scène, même si des nuances apparaissent entre les pays quant à la manière dont chacun a vu se déployer le problème spécifique des personnes à la rue, comme un problème social à part entière, nécessitant en tant que tel d’être nommé.

26Dans tous les contextes, le problème a été posé prioritairement comme participant au renouvellement de la question sociale, ce qui semble aller de soi. La dimension proprement urbaine du phénomène, conséquence directe de sa visibilité au cœur des villes et symptôme d’une pauvreté urbaine devenue chronique, se lit quant à elle, dans la fluctuation de l’implication des instances politiques : les villes ou/et l’État central. Dire « les personnes à la rue », c’est dire l’attraction de la ville pour les personnes les plus démunies, c’est dire aussi la responsabilité locale, complémentairement aux mesures étatiques dans le traitement du problème. C’est au niveau de ce partage des responsabilités politiques que la confrontation entre les pays s’avère instructive.

272- Deuxième partie : les modes d’organisation de la recherche sont au centre des propos. Les formes du lien entre politique et recherche se dévoilent dans les réponses à ces questions : quels ont été les jeux d’acteurs propices au développement de la recherche ? Comment la recherche s’est-elle institutionnalisée ? Avec quels partenaires ? Quels apports et limites peut-on en retenir ?

28Ce sont sans doute les points les plus délicats de la comparaison tant ils renvoient à des modes d’intervention étatique où la commande publique de recherche sur les problèmes sociaux est très différente d’un pays à l’autre. Trois rapprochements peuvent être néanmoins opérés : d’abord, le développement de la recherche apparaît à peu près à la même période, soit après l’année internationale des sans-abri, décrétée par l’ONU en 1987, plus précisément au début des années 1990 ; ensuite la mobilisation des acteurs est très large – organisations (caritatives, associations, organismes communautaires), services publics (de la santé, des services sociaux), décideurs politiques et personnalités publiques, acteurs locaux – même si l’articulation entre ces acteurs engendre des configurations très différentes ; enfin, les travaux des chercheurs se rattachent à une programmation de recherche développée ou supportée par l’État (Plans gouvernementaux, programmes impulsés par des institutions nationales, des ministères …) et présentant des liens plus ou moins étroits avec des modes d’organisation locale (associatifs et institutionnels). Chaque portrait permet de mieux identifier les enjeux liés à la manière dont la recherche s’est organisée, les limites et les points d’ombre.

29Dans les développements proposés, le lien entre politique et recherche apparaît clairement, les questionnements de recherche comme les résultats étant largement orientés par les jeux d’acteurs : entre ceux qui ont pour fonction de produire de la recherche, ceux qui impulsent les programmes de recherche et les intervenants sociaux dont l’action produit également de la connaissance, le plus souvent grâce à des modalités de coopération ou de partenariat avec les chercheurs. Ainsi, les mondes des politiques et des praticiens – professionnels ou bénévoles – ne sont pas absents des enjeux de connaissance. Une similitude relevant d’un même constat : les premiers intéressés, objets des recherches, hormis quelques expérimentations, ne semblent guère peser dans les orientations de recherche, au contraire d’autres domaines de recherche où ils ont pris place (Callon, Rabeharisoa, 1999) ; s’ils ont certes été au centre des préoccupations de tous, c’est sans participation durable à la construction du savoir.

  • 9 Ce discours sociologique engendre des descriptions catastrophistes comme chez Zygmunt Bauman ou Mi (...)

30Or il semble aujourd’hui que la recherche ne peut guère avancer sans eux au risque de ne développer qu’une sociologie de la dénonciation des causes structurelles du phénomène du sans-abrisme9. Cependant, tout ne se tient pas là. Les enjeux de la recherche comparative se situe également au plan institutionnel, nous l’avons souligné en pointant le poids des catégories, et au plan interactionnel, il faut également y insister. Face à ce qui se montre publiquement comme insupportable ou intolérable à notre sensibilité contemporaine, face à une forme limite de l’urbanité contemporaine, le travail de recherche nécessite description minutieuse et analyse outillée, sans pathos ni romantisme. Il nous semble que cette posture analytique doit être une boussole sous peine de tomber dans la dénonciation catastrophiste et une certaine cécité par rapport à un travail nécessaire consistant à réinterroger la pauvreté et l’urbanité dans nos sociétés contemporaines, les fondements de la cohésion sociale et la participation démocratique à la vie de la cité. Pour ne pas oublier ce que J. Rancière (1990 : 79) nommait la « communauté des égaux », cette « configuration de l’être-ensemble sans laquelle la pensée et l’action se trouvent dépourvues de cette vertu de générosité qui sépare la chose politique de la simple gestion affairiste ».

313- Troisième partie : le passage d’un problème social à un problème sociologique est interrogé de façon réflexive dans chaque démarche de recherche, singulière mais aussi insérée dans des réseaux de partenaires et des collectifs scientifiques. A travers le compte-rendu de l’implication des chercheurs, sont mis en évidence les appuis théoriques et méthodologiques choisis et les résultats principaux. Ces écritures du singulier, fortement divergentes, répondent pourtant à ces questions communes : quels acteurs ont été placés au centre des investigations ? Comment se sont traduits ces choix sur le terrain de l’observation ? De quelles filiations se revendiquent les chercheurs ? Comment se sont-ils positionnés ? Avec qui sont-ils entrés en dialogue ? Quel questionnement a été au cœur de leur analyse ?

32Suivre la piste de ces démarches singulières de recherche permet de restituer la confrontation au présent que les chercheurs ont assumé et la manière dont ils ont accompagné – et accompagnent – une actualité en constant mouvement. Si selon son histoire personnelle et son environnement de recherche, chacun possède une sensibilité propre, des convictions philosophiques et politiques qui empreignent sa manière de questionner un phénomène, de construire ses objets de recherche, le lecteur percevra que les cheminements, les quêtes, les écarts sont autant de prémisses à une anthropologie réflexive où chaque parcours de recherche délivre des points d’appui théoriques et méthodologiques qui ont permis d’avancer dans le questionnement et l’analyse des résultats d’enquêtes. A chaque fois le compte-rendu personnel débouche sur la nécessité d’un élargissement de l’objet initial et d’une mise en perspective avec d’autres questions brûlantes posées à nos sociétés. En effet, ces expériences montrent que ce n’est pas un seul objet qui a été construit par les chercheurs mais bien, selon différents angles d’attaque, une multiplicité d’objets considérant tout à la fois une population spécifique, des modes de prise en charge sociale, des pratiques sociales, des situations urbaines, des lieux, des expériences quotidiennes, des carrières ou des trajectoires, des mobilisations collectives, etc. Cette multiplicité intègre les divergences d’approches qui ne sont évidemment pas sans conséquences pour l’action. Pourtant toutes se retrouvent sur un point : elles invitent à considérer avec attention les situations limites vécues, car ce sont elles qui demeurent premières et pour lesquelles il convient de faire alliance entre chercheurs. C’est ce chantier là qui est désormais ouvert.

Anmerkungen

1 Nous employons, dans cette introduction, le néologisme sans-abrisme pour parler de ce phénomène social contemporain qui recouvre une variété de situations individuelles combinant dénuement matériel et logement précaire hors norme. Nous verrons dans la suite des chapitres, combien les dénominations constituent des labellisations des problèmes sociaux et sont dépendantes des contextes politiques et institutionnels où elles naissent. Rappelons simplement que le terme de sans-abri apparaît au début du vingtième siècle et remplace progressivement dans le langage courant le terme de sans logis (dictionnaire historique de la langue française Le Robert). Par ailleurs, on distingue le phénomène du sans-abrisme individuel, dont il est question dans cet ouvrage, du phénomène collectif lié à des catastrophes naturelles et du phénomène du déplacement de populations entières suite à des famines, guerres, conflits.

2 Ceux-ci se sont déroulés successivement dans chacun des pays pendant trois ans de 2004 à 2007, sous la forme d’un regroupement bi ou tri-annuel des participants travaillant de façon intensive pendant plusieurs jours et confrontant leurs avancées auprès d’autres collègues chercheurs appartenant à différents laboratoires.

3 Concernant le phénomène de l’itinérance, au Canada, les appels d’offres provenant des ministères publics invitent fortement à la comparaison. En Europe également, afin d’impulser des politiques européennes, la Fédération européenne des associations travaillant avec les sans-abri (FEANTSA) met en œuvre un dispositif de comparaison des situations de sans-abrisme dans le cadre d’un observatoire européen sur le sans-abrisme. Voir sur ce point le rapport au Comité directeur sur la politique sociale, du Conseil de l’Europe : Les sans-logis, Strasbourg, éd. du Conseil de l’Europe (1993), ainsi que les rapports de Dragana Avramov, (1995, 1998).

4 Comme par exemple cette distinction opérée par l’observatoire européen sur le sans-abrisme de la FEANTSA entre « le sans-abrisme (qui concerne les personnes de la rue) et le sans-logisme (qui concerne les personnes dans des centres d’hébergement) ».

5 Voir la bibliographie en fin d’ouvrage.

6 Il ne s’agit pas ici de proposer une synthèse des connaissances acquises dans le domaine considéré et dans chacun des contextes. Nous ne pouvons ici rendre compte de l’ensemble des travaux disciplinaires, ni même sociologiques, quand bien même la recherche a pu se construire de manière centralisée au sein d’un seul collectif comme au Québec.

7 Par exemple, on se souvient en France du récent mouvement de lutte des « Enfants de Don Quichotte », de la mort de l’abbé Pierre le 22 janvier 2007, figure charismatique et publique de la lutte pour les sans logis et les mal logés, de la promulgation de la loi du 5 mars 2007 relative au droit au logement opposable.

8 La francophonie facilite les échanges de pratiques et de savoirs et élimine par exemple les obstacles rencontrés par les chercheurs quantitativistes dans les réseaux internationaux où les définitions des populations sans-abri ne recouvrent pas les mêmes réalités politiques et conditionnent les prises en charge institutionnelles des populations.

9 Ce discours sociologique engendre des descriptions catastrophistes comme chez Zygmunt Bauman ou Mike Davis. Pour le premier, dans Vies perdues, la mondialisation de l’économie et la localisation de la souveraineté, entraînant l’impuissance de la politique à agir sur un monde désormais « plein », ne peut plus déverser ses déchets physiques et humains à ses marges parce que tout « dehors » a également disparu. Ce qui est de l’ordre du pessimisme absolu, c’est que pour Zygmunt Bauman, il n’y aurait pas de salut au niveau local. Comme à l’époque de la première « grande séparation » décrite par Karl Polanyi, la réponse efficace à la globalisation sera globale ou ne sera pas, d’où l’urgence « de créer et d’enraciner des institutions d’action politique efficaces à même de rivaliser en taille et en puissance avec les forces économiques déjà globales ». Dit autrement, tous ces changements n’auraient d’aucune façon libéré les individus. Mike Davis, dans Le pire des mondes possibles (Planet of slums) surenchérit sur cette manière de dénoncer les effets de la mondialisation en nous annonçant « l’avenir resplendissant des bidonvilles » comme forme dominante de la ville moderne. Si ces analyses ne manquent pas de souffle, elles confinent à une dénonciation absolue à laquelle les auteurs du présent ouvrage se tiennent à une distance critique.

Autor

Pascale Pichon, sociologue, maître de conférences à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne, chercheure au sein du laboratoire MODYS-CNRS, UMR 5264. Elle a dirigé cet ouvrage.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540