Version classiqueVersion mobile

Voleurs ou révoltés ?

 | 
Carole Ledent

Deuxième partie. Brigands ou rebelles ?

Un contexte troublé, prédisposant au brigandage et à la révolte ?

Texte intégral

1Dans nos sources, les crimes reprochés aux prévenus se déroulent de l’été 1797 à l’automne 1799, avec une forte activité du mois de juin au mois d’octobre 1799, soit de prairial an VII à brumaire an VIII, moment où petit à petit, les « brigands » vont quitter leur « bande » et entrer dans le monde judiciaire. Or, nous en avons déjà parlé, le Plat pays vit ces années-là des heures troublées, politiquement et économiquement… Le département de la Dyle est touché par les deux phénomènes.

1. La Guerre des paysans

  • 328 Dupont-Bouchat, Rousseaux, Stevens, « La guerre des paysans (1798)… », p. 58-66.

2Autrichiens, Français, Autrichiens, Français. Après trois années troublées sur le plan politique, l’annexion de nos contrées à la France est proclamée le 9 vendémiaire an IV. En quelques générations la population se voit attribuer des identités bien différentes. Qu’a-t-elle vécu ? Qu’a-t-elle compris ? Qu’a-t-elle ressenti ? Comme nous l’avons déjà dit, l’historiographie de la Guerre des paysans s’est dessinée selon les colorations politiques et nationalistes de ses auteurs. L’évènement sorti des mémoires par Henri Conscience dans un contexte de création du mouvement flamand, symbolisant la lutte courageuse et héroïque des paysans flamands contre l’oppresseur français, a aussi servi la construction identitaire des Luxembourgeois après l’indépendance du pays. Jusqu’à une époque très récente, ces troubles ont été emprunts des mythes dessinés par Conscience328. Aujourd’hui, la commémoration de la Guerre des paysans ne relève plus d’enjeux politiques ou identitaires. Les historiens peuvent interroger le passé sans être submergés par des souvenirs et conceptions côtoyées dès l’enfance. L’objectivité est un mythe mais l’historien fait son chemin, par l’interrogation, non plus de nos mémoires mais des témoins d’antan, les sources.

  • 329 Rousseaux, « Rebelles ou brigands ?... », p. 107.
  • 330 Berger, Le tribunal correctionnel de Bruxelles sous le Directoire…, p. 41.
  • 331 Trausch, « Du nouveau sur le “Klepelkrich”… », p. 86.
  • 332 Claude Bruneel, « De la conquête à l’indépendance », in Raymond Van Uytven e.a., Histoire du Braban (...)
  • 333 Fred Stevens, « La résistance au Directoire dans les départements réunis. La “Guerre des paysans” ( (...)
  • 334 DARQUENNE, « La conscription dans le département de Jemappes… », p. 43.
  • 335 Luc Dhondt, « La guerre des paysans », in Hervé Hasquin (ed.), La Belgique française. 1792-1815, Br (...)
  • 336 Annie Crepin, « Les communautés villageoises et la grande nation : réticences et résistances face a (...)
  • 337 Ibid., p. 88.
  • 338 Dupont-Bouchat, Rousseaux, Stevens, « La guerre des paysans (1798)… », p. 69.
  • 339 Rousseaux, « Rebelles ou brigands ?... », p. 102-104.

3Les conséquences de l’annexion s’insinuent dans le quotidien même des hommes et des femmes. Un État, souvent resté éloigné des petites communautés locales, se rappelle à elles. Le temps, cadre conceptuel a priori immuable, et ses rythmes structurants sont bouleversés. La décade remplace la semaine et le décadi le dimanche. Les mois ne sont plus douze mais dix et endossent des noms en lien avec les conditions météorologiques et les activités agricoles. Les repères géographiques changent aussi. Des divisions nouvelles aux noms différents remplacent les structures et appellations que tous ont connues depuis leur plus petite enfance. Les circuits d’échange traditionnels sont perturbés329. L’Église, repère pour tout un chacun, est visée par le nouveau régime dont les deux desseins, en accord avec la politique révolutionnaire des cultes, sont d’assujettir et dépouiller le clergé330. Des cérémonies de la raison, inconnues auparavant, se déroulent sous des yeux ébahis. De nouvelles autorités, avec des lois tout aussi nouvelles, parfois même contraires aux usages traditionnels, s’imposent. La politique forestière est difficilement acceptée par une population qui ne connaissait que très peu de restrictions dans ce domaine auparavant331. Le florin cède la place au franc. Un nouveau système de mesure remplace les innombrables unités connues sous l’Ancien Régime. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen est fondamentalement révolutionnaire pour la société tout entière, mais elle peut sembler mineure pour un paysan analphabète qui, dès lors, ne perçoit le régime nouveau que par les bouleversements qu’il inflige à son quotidien332. Est alors promulguée la loi du 19 fructidor an VI, qui instaure la conscription comme mode de recrutement de l’armée de terre. Le service militaire est obligatoire pour tous les citoyens français de vingt à vingt-cinq ans. Or les jeunes « belges » sont devenus citoyens français depuis l’annexion. Le 3 vendémiaire an VII, le gouvernement déclare une première levée, de 200 000 hommes. La loi est publiée à Bruxelles le 7 vendémiaire333. Auparavant, les régiments nationaux dans les Pays-Bas autrichiens étaient composés de volontaires334. Et l’on s’était déjà opposé à la conscription sous Louis XV335. Alors quand Paris tente de l’imposer, elle n’est forcément pas la bienvenue et certains n’hésitent pas à s’y heurter. « L’institution est apparue paradoxalement contradictoire avec un régime libérateur » dit un juge de paix du département de Jemappes336. Certaines administrations cantonales, notamment dans le département de la Dyle, par peur d’éventuelles représailles de la part des jeunes gens appelés, cessent de publier les arrêtés relatifs à la conscription, ne confectionnent plus les tableaux de conscrits, voire même donnent de faux renseignements sur les réfractaires pour les protéger337. La révolte gronde. La conscription n’en est pas le seul élément déclencheur mais elle met le feu aux poudres d’un mécontentement déjà généralisé. C’est le début de ce que l’historiographie belge a nommé « la Guerre des paysans ». Le commencement de l’insurrection de l’an VII est communément situé le 12 octobre 1798, à Overmere, village du pays de Waes. Un contribuable récalcitrant reçoit la visite d’un huissier et d’une troupe, venant saisir ses meubles. La foule les en empêche. Le soulèvement se répand, de nombreux villages sont visités par les « rebelles » que l’on nommera bien souvent « brigands338 ». Ils ouvrent les églises, font célébrer des messes, coupent l’arbre de la liberté symbole des idéaux du nouveau régime, s’attaquent aux représentants de l’ordre français et réduisent à néant les listes de conscrits et rôles de contributions. Leurs actes symbolisent la volonté de gommer les empruntes françaises dans le paysage quotidien traditionnel. Ces groupes rebelles prennent le nom d’« armée catholique ». Quelques jours à peine après le début de la « Vendée belge », tous les départements flamands sont touchés. Mais dès la fin du mois, les leçons prises par Paris lors de la « Vendée française » payent. Colonnes mobiles, départements mis en état de siège, au début du mois de décembre, la bataille d’Hasselt, entre insurgés et troupes françaises, clôt une révolte éphémère339.

  • 340 Ibid., p. 107-108.
  • 341 La thèse d’un « vaste plan insurrectionnel des anciens Pays-Bas autrichiens » est présentée et déco (...)

4La communauté historienne s’accorde aujourd’hui sur plusieurs points340. La révolte, majoritairement rurale, ne doit pas être considérée comme un ensemble, fruit d’un complot prévu de longue date. La chronologie et la géographie des foyers de rébellion, la spontanéité, la brièveté et le manque d’organisation de l’insurrection guident l’historien vers une étude au cas par cas de ces mouvements rebelles341.

  • 342 Rousseaux, « Rebelles ou brigands ?... », p. 102-104.

5La répression de cette révolte se fait sur quatre plans342. Elle est militaire et policière sur le terrain, par les morts au combat et les arrestations au moment des troubles. Elle est judiciaire et pénale par les jugements rendus par les juridictions ordinaires et extraordinaires disposant de lois définissant les rebelles et prévoyant les peines à leur encontre. Elle est judiciaire et civile par les amendes payées par les communautés frondeuses et elle est politique par les prises d’otage de notables et la déportation des prêtres.

2. Les perturbations économiques

  • 343 Voir Luc Dhondt, « Les processus révolutionnaires et contre-révolutionnaires en Belgique, des réfor (...)
  • 344 Berger, Le tribunal correctionnel de Bruxelles sous le Directoire…, p. 40.
  • 345 Devleeshouwer, « Le cas de la Belgique… », p. 62-64.

6Autres causes de mécontentement, dès avant 1795, les bouleversements monétaires, l’émigration des propriétaires industriels, les dommages laissés sur son passage par l’armée et l’exploitation du pays mènent à une désorganisation profonde couplée à une crise socio-économique et démographique343. Après 1795, l’annexion met fin à l’état d’occupation de nos contrées. Les « Belges » deviennent citoyens français et élisent des représentants à envoyer à Paris. Le marasme économique et social ne s’améliore pourtant que faiblement344. En 1795, à Anvers, le prix du blé est pratiquement quatre fois plus élevé que la moyenne des cinq années précédentes. Une crise industrielle et commerciale se fait pressentir. Hivers rigoureux, sécheresses exceptionnelles, les prix des vivres augmentent tandis que les salaires ne suivent pas le mouvement. Entre 1789 et 1800, la production belge aurait fortement diminué, avant que le développement de l’industrie ne reprenne réellement en 1802, bénéficiant alors de la libération de l’économie « des entraves de l’Ancien Régime » et d’un immense marché protégé345.

  • 346 Bruneel, « De la conquête à l’indépendance… », p. 564.
  • 347 Denys, Paresys, Les anciens Pays-Bas à l’époque moderne (1404-1815)…, p. 193-196.

7Ainsi, sous le Consulat et l’Empire, la paix et la sécurité publique sont petit à petit restaurées. L’agriculture se rétablit tandis que l’activité industrielle renaît346 et annonce la place de la future Belgique indépendante, « au premier rang des puissances industrielles européennes347 ».

3. Un département troublé

  • 348 Voir à ce sujet Claude Bruneel, L’hostilité à l’égard des grandes fermes, un aspect du populationni (...)
  • 349 Voir la liste des faits (Annexe III : Liste des faits recensés dans les procès). Plusieurs faits re (...)
  • 350 « Le site idéal combinait un massif forestier, une route ou mieux encore un carrefour de grands che (...)
  • 351 Paul-Joseph Verhaegen, La Belgique sous la domination française, 1792-1814, t. III : La guerre des (...)
  • 352 Luc Dhondt, « La guerre dite “des paysans” et le processus révolutionnaire en Belgique », in Roland (...)

8Grande région urbanisée et très peuplée, le département de la Dyle et plus particulièrement le sud du Brabant est un lieu « propice » au brigandage. Pays fertile, le département regorge de grandes fermes puissantes, employant de nombreux jeunes gens de la campagne348. Éloignées les unes des autres, un peu mais pas trop, elles sont un vivier parfait pour le banditisme. Elles permettent de piller sans être vu, tout en n’ayant pas des dizaines de kilomètres à parcourir avant de trouver une nouvelle proie349. La Dyle et ses affluents dessinent entre les plateaux des dépressions profondes et boisées. Les bocages, outre des refuges insaisissables, permettent de se rendre rapidement d’un endroit à l’autre350. La partie méridionale du Brabant, autour de Wavre, Nivelles et Jodoigne est de ce point de vue particulièrement intéressante puisqu’elle est séparée de Bruxelles par la forêt de Soignes et de Louvain par le bois de Meerdael, qui communique également avec la Campine351, terreau stratégique de la révolte352.

  • 353 Pour un portrait plus complet, voir Martens, Cousin Charles de Loupoigne…, passim ; Marcel Vanhamme(...)

9Cette région est précisément celle choisie par Charles François Jacqmin, dit de Loupoigne, pour ses « exploits patriotes ». Nous ne reprendrons ici que quelques temps forts de sa biographie encore jonchée de zones d’ombre353, vu le traitement parfois très subjectif de l’histoire du personnage. Il est souvent difficile de démêler le mythe de ce qui est attesté par les documents d’antan, d’autant plus que les sources françaises n’hésitent pas à dépeindre Jacqmin avec une coloration pour le moins orientée. Né à Bruxelles en 1761, Charles devient, après différentes péripéties, recruteur pour l’armée impériale autrichienne. Lors de la bataille de Fleurus, Jacqmin est avec son régiment, à Gand. Pris par les Français, il s’évade et rentre à Bruxelles où il se lie avec les premiers mouvements de rébellion. Arrêté et renvoyé devant le tribunal criminel, il est libéré, le 11 avril 1795, faute de preuve. En juin de la même année, il découvre Loupoigne, petit village du Brabant wallon. Jacqmin commence à recruter des hommes, n’hésitant pas à employer tous les moyens possibles pour les y contraindre, comme il avait appris à le faire lorsqu’il était au service de l’armée impériale. Il leur fait prêter un serment de fidélité à l’empereur autrichien, leur apprend à manier une arme. Dans les villages qu’il traverse, Charles de Loupoigne nomme des commandants. Ainsi hiérarchisé, le groupement peut recevoir des instructions rapidement et agir efficacement. Petit à petit, se crée une bande aux contours flous, destinée à expulser les Français. Après y avoir effectivement œuvré pendant quelques années, il est tué à proximité de Loonbeeck, le 12 thermidor an VII (30 juillet 1799) alors que, se reposant dans un bois proche avec 30 à 40 de ses hommes, l’infanterie française fait irruption. La plupart des hommes arrêtés le jour de la mort de Charles sont libérés, ayant déclaré qu’ils avaient été forcés de le suivre. D’autres sont exécutés. Mais la mort de Charles de Loupoigne ne ramène pas pour autant le calme dans le Brabant, des bandes armées continuant à semer le trouble. La renommée de Loupoigne parvient jusque dans nos procès puisque deux directeurs de jurys d’accusation demandent, lors d’interrogatoires, à deux prévenus s’ils ont fait partie de la bande de Charles Jacqmin.

  • 354 Documents cités dans Verhaegen, La Belgique sous la domination française, 1792-1814, t. III : La gu (...)

10Des rapports envoyés par les commissaires cantonaux à Mallarmé, commissaire du Directoire dans le département de la Dyle, ainsi que des documents recueillis par l’administration départementale présentent les Brabançons comme hostiles à la République. À Jodoigne, « la majorité est de principe contre les républicains, ils détestent tous la République » tandis qu’à Nivelles, « l’opinion est dépravée par les prêtres » et qu’à Wavre, les habitants « détestent les Français pour les contributions354 ». Certes les passages ont été sélectionnés par Paul Verhaegen et leurs auteurs étaient probablement désireux d’obtenir plus de soutien de Paris. Mais ce discours est en tous cas loin de présenter un climat idyllique pour le régime nouveau.

4. Conclusion

  • 355 Xavier Rousseaux, « Existe-t-il une criminalité d’Ancien Régime (XIIIe-XVIIIe s.) ? Réflexions sur (...)

11L’époque de cette affaire est peuplée de rebelles et de brigands. Nos prévenus ont très bien pu participer à la Guerre des paysans, être des insoumis. Ils se sont peut-être heurtés aux bouleversements socio-économiques, jusqu’à devoir voler pour survivre. Notons toutefois que le lien entre paupérisation et augmentation de la criminalité n’est pas aussi évident qu’on pourrait le croire. Une période de crise politique, sociale et économique peut connaître une hausse de la criminalité comme une baisse de celle-ci355.

12Le contexte géographique se prête parfaitement aux deux éventualités : un paysage presque dessiné pour les brigands mais aussi une région touchée de plein fouet par les révoltes contre les autorités nouvelles.

13La justice a vu et jugé nos prévenus en tant que brigands. Elle ne les a que très rarement compris comme des rebelles. Antérieure à notre affaire, la révolte est matée très rapidement. Mais quelles traces laisse-t-elle ? Les actes de nos « brigands » ont-ils une portée idéologique ou, à tout le moins, témoignent-ils d’une opposition à l’un des éléments du régime nouveau ? À travers une approche sociologique des hommes accusés et une approche plus factuelle de leurs actes, des éléments de réponse apparaissent. Car si les faits recensés dans nos procès datent pour la plupart de la période postérieure à la Guerre des paysans, ils plongent peut-être leurs racines dans des tensions plus anciennes…

Notes

328 Dupont-Bouchat, Rousseaux, Stevens, « La guerre des paysans (1798)… », p. 58-66.

329 Rousseaux, « Rebelles ou brigands ?... », p. 107.

330 Berger, Le tribunal correctionnel de Bruxelles sous le Directoire…, p. 41.

331 Trausch, « Du nouveau sur le “Klepelkrich”… », p. 86.

332 Claude Bruneel, « De la conquête à l’indépendance », in Raymond Van Uytven e.a., Histoire du Brabant. Du Duché à nos jours, Zwolle, Waanders, 2004, p. 554.

333 Fred Stevens, « La résistance au Directoire dans les départements réunis. La “Guerre des paysans” (octobre-novembre 1798) », in Philippe Bourdin, Bernard Gainot (ed.), La République directoriale, t. 2, Paris, Société des études robespierristes/Centre d’histoire des entreprises et des communautés/Centre de recherches révolutionnaires et romantiques, 1998, p. 1041 (Bibliothèque d’histoire révolutionnaire. N.S. 3).

334 DARQUENNE, « La conscription dans le département de Jemappes… », p. 43.

335 Luc Dhondt, « La guerre des paysans », in Hervé Hasquin (ed.), La Belgique française. 1792-1815, Bruxelles, Crédit communal, 1993, p. 156.

336 Annie Crepin, « Les communautés villageoises et la grande nation : réticences et résistances face aux levées d’hommes et à la conscription », in Jacques Bernet, Jean-Pierre Jessenne, Hervé Leuwers (ed.), Du Directoire au Consulat, t. 1 : Le lien politique local dans la grande nation. Table ronde organisée à Valenciennes les 13 et 14 mars 1998, Villeneuve-d’Ascq, Université Charles de Gaulle, 1999, p. 86 (Université de Lille III. Centre de recherche sur l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest. Publications, 20).

337 Ibid., p. 88.

338 Dupont-Bouchat, Rousseaux, Stevens, « La guerre des paysans (1798)… », p. 69.

339 Rousseaux, « Rebelles ou brigands ?... », p. 102-104.

340 Ibid., p. 107-108.

341 La thèse d’un « vaste plan insurrectionnel des anciens Pays-Bas autrichiens » est présentée et déconstruite dans Trausch, « La répression des soulèvements paysans de 1798… », p. 175-188.

342 Rousseaux, « Rebelles ou brigands ?... », p. 102-104.

343 Voir Luc Dhondt, « Les processus révolutionnaires et contre-révolutionnaires en Belgique, des réformes de Joseph II à la réunion à la France (1780-1798) », in François Lebrun, Roger Dupuy (ed.), Les résistances à la Révolution. Actes du colloque de Rennes, Paris, Imago, 1987, p. 277-278.

344 Berger, Le tribunal correctionnel de Bruxelles sous le Directoire…, p. 40.

345 Devleeshouwer, « Le cas de la Belgique… », p. 62-64.

346 Bruneel, « De la conquête à l’indépendance… », p. 564.

347 Denys, Paresys, Les anciens Pays-Bas à l’époque moderne (1404-1815)…, p. 193-196.

348 Voir à ce sujet Claude Bruneel, L’hostilité à l’égard des grandes fermes, un aspect du populationnisme dans les Pays-Bas autrichiens : théorie et réalités brabançonnes, Louvain-la-Neuve, Centre belge d’histoire rurale, 1990 (Centre belge d’histoire rurale. Publication, 93).

349 Voir la liste des faits (Annexe III : Liste des faits recensés dans les procès). Plusieurs faits reprochés à nos « brigands » datent des mêmes jours. Ils ne les ont peut-être pas tous commis tous ensemble, ils ne les ont peut-être même pas tous commis mais le nombre de pillages sur une durée aussi réduite est révélateur.

350 « Le site idéal combinait un massif forestier, une route ou mieux encore un carrefour de grands chemins » (Zysberg, « Bandits et banditisme en France… », p. 219).

351 Paul-Joseph Verhaegen, La Belgique sous la domination française, 1792-1814, t. III : La guerre des paysans, Bruxelles, Goemaere, 1926, p. 685.

352 Luc Dhondt, « La guerre dite “des paysans” et le processus révolutionnaire en Belgique », in Roland Mortier, Hervé Hasquin (ed.), Deux aspects contestés de la politique révolutionnaire en Belgique : langue et culte, Bruxelles, Université Libre de Bruxelles, 1989, p. 109 (Études sur le XVIIIe siècle, 16).

353 Pour un portrait plus complet, voir Martens, Cousin Charles de Loupoigne…, passim ; Marcel Vanhamme, « Charles de Loupoigne et la guerre des paysans », in Brabant tourisme, n° 4, 1981, p. 20-23. Pour plus d’informations, voir Lutgard Lambrechts, Charles François Jacqmin (1761-1799). Een politiek avonturier tussen twee tijdperken, Gand, 1986 (Universiteit Gent, mémoire de licence inédit).

354 Documents cités dans Verhaegen, La Belgique sous la domination française, 1792-1814, t. III : La guerre des paysans..., p. 152-154. L’opinion publique dans le département de la Dyle a fait l’objet d’une étude. La recherche débute dès 1795 et souligne les difficultés rencontrées par les autorités françaises dans le département, notamment en raison d’un attachement constant de la population à l’Autriche (Bruno Colson, L’opinion publique face aux guerres napoléoniennes dans le département de la Dyle (1805-1814), Louvain-la-Neuve, 1982, p. 271-273 [UCL, mémoire de licence inédit]).

355 Xavier Rousseaux, « Existe-t-il une criminalité d’Ancien Régime (XIIIe-XVIIIe s.) ? Réflexions sur l’histoire de la criminalité en Europe », in Benoît Garnot (ed.), Histoire et criminalité de l’Antiquité au XXe siècle. Nouvelles approches. Actes du colloque de Dijon, 3, 4 et 5 octobre 1991, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 1992, p. 144 (Publications de l’Université de Bourgogne, LXXI, série du Centre d’études historiques, 1).

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search