Version classiqueVersion mobile

Voleurs ou révoltés ?

 | 
Carole Ledent

Préface

Xavier Rousseaux

Texte intégral

1La fin du XVIIIe siècle est une période troublée pour les territoires constituant aujourd’hui la Belgique. Les mouvements révolutionnaires secouent les États du Nord-Ouest de l’Europe : France, Provinces-Unies, Pays-Bas autrichiens et Principauté de Liège. C’est le moment de la « révolution » brabançonne, des révolutions liégeoise et batave, et bien entendu de la Révolution française. Les vicissitudes de cette dernière auront un impact direct sur les Pays-Bas autrichiens et la Principauté de Liège, qui seront réunis à la France de 1795 à 1814. Durant cette séquence révolutionnaire, prospère un phénomène que les États du XVIIIe siècle avaient cru jugulé : le banditisme. Dans tout l’espace entre Rhin et Seine, de grandes bandes à l’instar de « la bande juive », de la bande d’Orgères, des bandes de Baekelant, Schinderhannes, provoquent une vive émotion parmi les populations rurales, suscitent des inquiétudes dans les opinions urbaines et mobilisent des autorités fragilisées par les changements de régime politique. L’effondrement des frontières d’Etat durant les guerres révolutionnaires accentue le phénomène.

2Loin des grandes bandes mythiques, souvent construites par le discours des autorités militaires et judiciaires soucieuses d’apparaître comme le garant de la sécurité des populations, c’est à un ensemble de petits groupes actif dans la région d’Ottignies en Brabant wallon que s’intéresse Carole Ledent. Suivant le fil conducteur des poursuites judiciaires menées par les nouvelles institutions judiciaires françaises (des juges de paix aux jurés du tribunal criminel de Bruxelles), l’auteure procède à la reconstruction des bandes qui insécurisent les Brabançons de 1795 à 1804. Dans le contexte de contestation du nouveau régime, manifesté par l’opposition armée de groupes comme la troupe de Charles de Loupoigne, et en 1798, par l’épisode violent de la « guerre des Paysans », l’ouvrage tente de répondre à la question des motivations fondamentales des brigands : agissent-ils en prédateurs ou en révoltés contre le nouveau régime ?

3De manière prudente, en croisant des dossiers conservés à différents niveaux de justice (justice correctionnelle dans l’arrondissement de Nivelles et justice criminelle à Bruxelles, mais également justice militaire et justice ordinaire), l’historienne analyse finement la nature des attaques, le mode opératoire des brigands, les objets volés. Elle décortique les accusations, les interrogatoires et les témoignages, mettant à jour la complexité des relations au village entre « victimes », « auteurs » présumés et représentants de l’ordre et de la justice. Le bilan est nuancé. Si bien des attaques ne semblent motivées que par l’appât du gain, l’inscription dans un contexte d’opposition politique est utilisée, tant par les prévenus que par les gens de justice, pour légitimer leurs actes.

4 Rendant la parole aux acteurs de ces agressions, l’étude microhistorique de Carole Ledent apporte une contribution nouvelle à une question plus générale sur les rôles du banditisme et de l’État et la réaction des populations locales face aux phénomènes prédateurs.

5Depuis les travaux d’Eric Hobsbawn, on sait que le banditisme apparaît plus fondamentalement comme une résistance, voire une contestation à l’État moderne dans sa tentative de monopole de la violence légitime. Si le « bandit social » apparaît de plus en plus comme un « mythe », parfois construit par les acteurs eux-mêmes, la progression du banditisme se manifeste indubitablement en période de crise de l’État. Dans les territoires belges, ce phénomène se vérifie durant les occupations militaires de 1914-1918 et 1940-1945, mais également sous le Directoire et le Consulat (1795-1804). Point de grande bande mais des petits réseaux prédateurs, profitant des transformations politiques pour s’accaparer les richesses supposées des élites locales. D’avantage qu’une contestation politique envers l’occupant, les agressions expriment les tensions internes au monde rural.

6En militaire avisé, le Premier Consul Napoléon Bonaparte se construira l’image de vainqueur des brigands, même si les travaux récents mettent en évidence le rôle des forces civiles et militaires du Directoire dans le retour à l’ordre. La répression judiciaire sépare les « rebelles » jugés par des juridictions militaires sans jurés populaires et les « brigands » jugés par le tribunal criminel avec jurés. Les lois spéciales permettent en réalité sous le Directoire de diriger les accusés de brigandage vers le conseil de guerre. Sous le Consulat, la légalité des poursuites est apparemment rétablie, même si les réformes consulaires renforcent le pouvoir de l’instruction pénale. Cela n’empêche pas certaines affaires de s’enliser, donnant l’image d’une « normalisation » du banditisme dans cette région. En fin de compte, bien qu’amené dans des fourgons étrangers, le système judiciaire français a réussi à s’attirer dans les villes et les campagnes prospères, le soutien d’une partie des élites possédantes, notamment par sa lutte acharnée contre les brigands. La persévérance des enquêteurs à nouer les liens entre les prévenus en est un bel exemple. Sans une bonne insertion locale et le discret soutien de certains habitants, ils n’auraient pu démanteler des noyaux devenus menaçants pour l’ordre local.

7À partir de ce phénomène social menaçant qu’est le banditisme, la belle étude de Carole Ledent ouvre ainsi une fenêtre sur les tensions économiques, sociales et politiques de la société rurale brabançonne en transition entre l’ancien régime et la société nouvelle.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search