Version classiqueVersion mobile

La Sûreté publique belge face aux Tsiganes étrangers

 | 
France Nézer

Cinquième partie. Les insuccès d’une politique rigoureuse (1882-1914)

Dernier campement nomade à Anvers

Texte intégral

1Le 1er mai 1914, la bande de Nicolas Ciorun, composée de dix adultes et de vingt enfants, qui avait séjourné légalement dans le royaume entre novembre 1908 et août 1909, établit son campement à Anvers, sans nullement être empêchée par les gendarmes qui les surveillent. Le 6 mai, le chef de la tribu requiert auprès du directeur général de la Sûreté publique une nouvelle autorisation de séjour et propose de déposer en échange une caution. Le 13 mai, tandis que l’administration ne donne nullement suite à cette requête, le commandant de la brigade de gendarmerie d’Anvers sollicite, de sa propre initiative, la bienveillance du chef de la Sûreté :

  • 418 AGR, ASP, PE, dossier 572 (72C392), Rapport du commandant de la brigade de gendarmerie d’Anvers, 13 (...)

Les nomades dont il s’agit sont d’origine serbe, russe et autrichienne ; ils composent cinq familles, possèdent en commun huit mille francs en espèces, exercent le métier de chaudronniers-rétameurs ; ils parcourent l’Europe, séjournent habituellement dans les villes et bourgades durant deux à quatre mois. Dépourvus de tout charroi, ils campent sous des tentes qu’ils transportent dans leurs déplacements, lesquels se font par la voie ferrée ; ils ne tiennent point d’animaux, ne pratiquent aucun genre d’exhibition, ne se livrent nullement à la mendicité, même déguisée, vivent en somme, honnêtement du produit – assez fructueux – de leur industrie. Au surplus, ils louent le terrain utilisé pour leur campement. Ils n’ont donné, jusqu’à présent, aucun sujet de plainte418.

  • 419 Ibid., Lettre du directeur général de l’administration de la Sûreté publique à l’avocat De Jongh, 1 (...)

2Malgré ces louanges, le directeur général ne consent pas à renouveler l’autorisation de séjour que la troupe avait acquise six ans auparavant pour des motifs pourtant inchangés depuis lors. Le 13 mai, il écrit à l’avocat De Jongh, juge suppléant près le tribunal de police à Anvers et s’occupant de la sauvegarde des intérêts de la tribu : « les nomades ne peuvent rester, même temporairement »419. Le lendemain, il ordonne aux nomades de lever le camp dans la huitaine et de sortir du pays. Le 15 mai, l’avocat des nomades interpelle une nouvelle fois le chef de la Sûreté afin qu’il concède à ses clients le droit de prolonger leur séjour jusqu’au 2 juin et d’assurer en conséquence les nombreux travaux de chaudronnerie et de rétamage qu’ils ont en commande. Le directeur général concède cette faveur. Demeurant dans le pays jusqu’au 1er juin, les Tsiganes quittent Anvers et se rendent, en train, à Paris.

3 Quelques mois avant le commencement de la première guerre mondiale et en dépit de l’octroi d’un séjour tout à fait exceptionnel et temporaire de la bande Ciorun, les positions de l’administration de la Sûreté publique restent donc catégoriques : les Tsiganes étrangers, quels que soient les papiers dont ils sont porteurs, leur richesse ou leur réputation, ne peuvent camper dans le royaume. Lorsque le 9 juin 1914, une bande tsigane, la dernière dont il est fait mention dans les archives, pénètre en Belgique depuis la France, elle est immédiatement refoulée.

  • 420 Circulaire du 17 août 1914, adressée par le directeur général de l’administration de la Sûreté publ (...)

4Le 17 août 1914, alors que l’État belge est entré de plein pied dans le premier conflit mondial, le directeur général de la Sûreté publique prescrit de nouvelles mesures relatives aux étrangers arrêtés pour vagabondage, mendicité ou défaut de ressources. « En raison des circonstances actuelles, indique-t-il au général commandant la gendarmerie, […] je vous prie de donner les ordres nécessaires […] pour que les étrangers de cette catégorie soient, à l’avenir, mis à la disposition de l’officier du ministère public pour être traduits devant le tribunal de police »420. Seuls les sujets hollandais peuvent, sauf circonstances spéciales, être reconduits aux frontières sans nulle autre mesure. Sans doute cette mesure exceptionnelle est-elle due au statut de neutralité que conservent les Pays-Bas tout au long du conflit.

5Dans cette dépêche succincte, l’administrateur ne développe pas davantage la portée des mesures prescrites. On ne sait si les Tsiganes doivent également être poursuivis par les instances judiciaires et s’ils doivent, le cas échéant, subir la peine prononcée contre eux. Toutefois, puisque les Tsiganes avaient échappé à pareilles mesures après la mise en application de la loi sur la répression du vagabondage et de la mendicité du 27 novembre 1891, nous pouvons supposer qu’en août 1914, ils sont à nouveau exempts de tout jugement et que, comme par le passé, ils sont renvoyés hors de Belgique par mesure de simple police.

Notes

418 AGR, ASP, PE, dossier 572 (72C392), Rapport du commandant de la brigade de gendarmerie d’Anvers, 13 mai 1914.

419 Ibid., Lettre du directeur général de l’administration de la Sûreté publique à l’avocat De Jongh, 13 mai 1914.

420 Circulaire du 17 août 1914, adressée par le directeur général de l’administration de la Sûreté publique au général commandant la gendarmerie, in Ministère de la Justice, Recueil des circulaires…, p. 232.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search