Version classiqueVersion mobile

La Sûreté publique belge face aux Tsiganes étrangers

 | 
France Nézer

Cinquième partie. Les insuccès d’une politique rigoureuse (1882-1914)

Une politique à double visage

Texte intégral

1. Des Tsiganes sous les verrous (1886-1888)

  • 308 Circulaire du 3 décembre 1886, adressée par l’administrateur de la Sûreté publique aux Gouverneurs (...)
  • 309 Loi du 6 mars 1866 relative à la mendicité, au vagabondage, et aux dépôts de mendicité. Article 1er(...)

1Si, aux termes de la circulaire du 16 juin 1882, les bandes tsiganes doivent systématiquement être éloignées du territoire belge dès qu’elles y sont découvertes, les responsables de l’administration de la Sûreté publique ne s’abstiennent nullement de poursuivre une politique qui s’écarte des directives générales. Ainsi, d’octobre 1886 à février 1888, alors que les bandes tsiganes parcourent en nombre le royaume où elles « semblent s’être données rendez-vous »308, Gautier de Rasse décide de mettre sur pied une politique répressive à l’égard de quatre bandes tsiganes qui, parce que leur renvoi à la frontière est semé d’embûches ou parce qu’elles s’obstinent à rentrer dans le pays après plusieurs renvois successifs, sont poursuivies devant la justice pour vagabondage et mendicité. Selon l’administrateur, l’enfermement qu’auront à subir les Tsiganes en cas de condamnation aura non seulement pour but de dissuader définitivement les bandes à regagner le pays par la suite mais aussi, pour deux d’entre elles, de lui laisser le temps nécessaire pour régler leur rapatriement dans leur pays d’origine. Les juges chargés des affaires respectives adhèrent à la logique répressive de l’administration : les quatre familles sont condamnées en application de l’article 1er de loi du 6 mars 1866 relative à la mendicité, au vagabondage et aux dépôts de mendicité et internées dans un dépôt de mendicité ou emprisonnées309.

  • 310 Didier Taminiaux, Le régime progressif ou la progression dans l’amendement du détenu dans le systèm (...)

2À l’époque, les dépôts de mendicité constituent de véritables centres de répression dans lesquels les travaux forcés, une discipline interne rigoureuse et des conditions matérielles pénibles font le quotidien des détenus. Le régime des prisons n’est pas moins rigoureux. Édouard Ducpétiaux, nommé inspecteur des prisons en 1830 et grand réformateur du système pénitentiaire, prône la réclusion cellulaire stricte et individuelle des détenus, de jour et de nuit, seul moyen selon lui d’amender les coupables, de les moraliser afin de les rendre meilleurs et de prévenir ainsi la récidive. Avec l’appui du gouvernement, il dote l’État belge du régime carcéral cellulaire le plus complet d’Europe. Le travail, la méditation, l’enseignement, les lectures édifiantes et les visites régulières d’aumôniers, d’instituteurs et du membre du personnel comptent également au nombre des mesures introduites pour moraliser les détenus310. Internés parfois plusieurs mois consécutifs et par bandes entières, avec femmes et enfants, dans un dépôt de mendicité ou une prison du royaume, les Tsiganes souffrent de leur détention.

  • 311 AGR, ASP, PE, dossier 518 (72C18), Note verbale de l’administrateur de la Sûreté publique au capita (...)
  • 312 L’article 1er de l’arrêté royal du 19 mars 1866 portant exécution de la loi du 6 mars 1866 prescrit (...)

3En septembre 1886, une première bande est incarcérée. Arrêtés un mois plus tôt par la gendarmerie de Termonde (province d’Anvers), les treize adultes et quinze enfants, d’origine hongroise, et dont le chef dit se nommer Bouga Goman, sont totalement dépourvus de papiers réguliers. Tandis qu’ils déclarent avoir gagné la Belgique depuis le Département du Nord en France, le Préfet de Lille persiste à leur barrer l’accès. Face à cette situation inextricable, l’administrateur de la Sûreté publique décide de placer les Tsiganes à la disposition du ministère public près le tribunal de simple police de Dour, en province du Hainaut, afin qu’ils soient poursuivis du chef de vagabondage. « En cas de condamnation, déclare Gautier de Rasse, les Bohémiens seront envoyés au dépôt de mendicité et entre-temps l’administration pourra se mettre en rapport avec la légation d’Autriche-Hongrie pour le rapatriement s’il y a lieu »311. Le 4 septembre, le ministère public condamne les nomades à cinq jours de prison et à quinze jours de mise à disposition du gouvernement. Leur peine n’excédant pas un mois, les individus nomades ne sont pas transférés dans un établissement de bienfaisance312. Conduits le 5 septembre à la maison de sûreté de Dour, ils y demeurent deux semaines. Leurs huit chevaux et leurs deux chèvres sont mis en fourrière et leurs quatre voitures sont placées sous séquestre.

  • 313 AGR, ASP, PE, dossier 518 (72C18), Note de service, 3 mai 1887.

4Au cours de la réclusion des nomades, les négociations entreprises par l’administration de la Sûreté publique avec les autorités austro-hongroises n’aboutissent à aucun résultat. En conséquence, libérée le 19 septembre, la bande tsigane est contrainte d’établir son campement à Angreau, village hennuyer situé près de la frontière française, sous la surveillance continuelle de la gendarmerie. Ils y demeurent quelques jours à l’issue desquels l’administrateur décide, par sa seule initiative, de les conduire au dépôt de mendicité de Reckheim. Les Tsiganes y sont reclus pendant près de six mois. Au cours de cette période, le chef de la Sûreté ne semble nullement se préoccuper de leur sort. Ce n’est qu’au mois de mars 1887 que Gautier de Rasse se résout à entamer les démarches nécessaires à leur libération. Passant outre le refus des autorités allemandes d’admettre les nomades sur leur sol, il ordonne de conduire clandestinement ceux-ci à la frontière de l’Empire. Afin de ne pas éveiller les soupçons des forces de l’ordre allemandes, il mande le directeur du dépôt de fournir aux Tsiganes des vêtements d’ouvriers ordinaires. « Les longs cheveux qui donnent aux hommes un aspect si caractéristique ont été coupés déjà, indique-t-il, mais ils n’ont pas consenti au sacrifice de leur barbe »313. Au commencement du mois de mai, les Tsiganes quittent le dépôt et sont conduits à Bruxelles. En attendant leur transfert à la frontière, ils subissent à nouveau l’internement.

  • 314 Une carte géographique retraçant l’itinéraire des Hongrois à travers le pays est disponible en anne (...)
  • 315 AGR, ASP, PE, dossier 518 (72C18), article du journal La Gazette, en date du 18 juin 1887.

5Reclus à la maison de sûreté des Petits Carmes – maison de sûreté bruxelloise à laquelle succède, à la fin du XIXe siècle, la prison de Saint-Gilles –, les nomades y demeurent près d’un mois. Le 31 mai, ils sont conduits de brigade en brigade vers la frontière allemande, selon un itinéraire strict établi par l’administrateur : de Bruxelles, ils gagnent Louvain, Boutersem, Tirlemont, Saint-Trond, Liège et Herve314. Au cours de leur voyage, les nomades font étape à Louvain, à Saint-Trond et à Liège. Le 6 juin, la troupe gagne l’Allemagne par Welkenraedt, vêtus d’habits ouvriers et pourvus de deux cents francs remis par l’administration de la Sûreté publique. Malgré ces précautions, les policiers allemands interceptent les nomades et les refoulent immédiatement en Belgique. Une nouvelle immobilisation forcée à l’extrême frontière contraint les instincts nomades de la troupe. Aucune archive n’indique sa destinée par la suite. Un article du journal La Gazette du 18 juin 1887 révèle toutefois qu’à cette date les nomades sont toujours bloqués à la frontière belgo-allemande et que des négociations diplomatiques semblent être ouvertes à leur égard315.

6En mars 1887, une deuxième bande, composée de sept personnes et dont les chefs de famille se nomment respectivement Joseph Deicon et Georges Dodor, est incarcérée à la demande du chef de la Sûreté. Arrêtée au début du mois à Berchem-Sainte-Agathe, la troupe n’est pas inconnue de l’administration de la Sûreté publique. Un membre du service déclare à leur égard :

  • 316 Ibid., dossier 519, rapport de l’administration de la Sûreté publique, 5 mars 1887.

Ces deux familles de Bohémiens persécutent littéralement l’administration en rentrant sans cesse en Belgique. Depuis la fin de l’année dernière, elles ont été ramenées quatre fois à la frontière de France d’où elles sont originaires. […] Il serait désirable qu’un châtiment puisse leur être infligé […]316.

7À la demande de l’administration, les Tsiganes comparaissent devant le tribunal de simple police de Molenbeek-Saint-Jean pour chef de vagabondage. Le 5 mars, ils sont condamnés à trois jours d’emprisonnement et quinze jours de mise à disposition du gouvernement. Ils purgent l’entièreté de leur peine à la prison des Petits Carmes. Leurs deux voitures, leurs deux chevaux, leurs deux chiens et quelques objets dont ils sont porteurs sont mis en fourrière à l’auberge molenbeekoise « La Porte verte ». Le 24 mars, veille de la libération des nomades, Gautier de Rasse s’assure auprès du Préfet du Nord à Lille que nul obstacle ne sera érigé contre leur entrée en France d’où ils sont originaires. Trois jours plus tard, conduits de brigade en brigade à Mouscron, les Tsiganes entrent en France, s’acquittant des frais de douane pour leurs chevaux grâce à une somme de soixante-quatre francs préalablement délivrée à cet effet par l’administration de la Sûreté publique.

8Le mois suivant, une troisième troupe tsigane fait les frais de la politique hautement répressive de l’administrateur de la Sûreté publique. Pierre Goman, sa femme et leurs cinq enfants, originaires d’Italie, sont arrêtés par la brigade de gendarmerie d’Audenarde, ville de la province de Flandre orientale. Renvoyés le lendemain à la frontière française depuis Mouscron, ils sont appréhendés quatre jours plus tard à Torhout. Le 30 mars, tandis que les nomades avaient été refoulés la veille en Hollande via Westkapelle, la maréchaussée les repousse en Belgique. Les tentatives ultérieures de refoulement orchestrées par la gendarmerie de Westkapelle s’étant soldées par un échec, les nomades sont placés devant le tribunal de simple police de Torhout du chef de vagabondage et de mendicité. Le 2 avril, le ministère public condamne les nomades à une mise à disposition du gouvernement d’un mois. Le 8 avril, la mère de la famille entre avec ses cinq enfants au dépôt de mendicité à Bruges. Trois jours plus tard, Pierre Goman est interné à la colonie agricole de bienfaisance à Hoogstraeten. Libérés le 30 avril, les Tsiganes sont conduits à Torhout le jour même et renvoyés, à leur demande, à la frontière allemande.

  • 317 Ibid., dossier 524 (72C35/1), Lettre du directeur de la maison de sûreté des Petits Carmes à l’admi (...)

9En février 1888, une quatrième famille est incarcérée en Belgique. Ayant quitté la Syrie en 1887, ce couple de libanais et leurs deux enfants embarquent à Rotterdam en direction des États-Unis où ils désirent exercer leur commerce ambulant de divers objets fabriqués à Jérusalem. Les autorités new-yorkaises les obligent toutefois à rebrousser chemin, leurs passeports délivrés le 26 novembre 1887 par le gouverneur général du Liban n’ayant pas été visés pour les États-Unis. Ayant débarqué à Anvers, ils se dirigent au cœur du pays où la police bruxelloise les arrête le 3 février 1888. Si tout indique que ces Libanais ne vivent pas habituellement du nomadisme mais ont seulement quitté leur pays pour s’installer aux États-Unis et y vivre de leur commerce, c’est pourtant en tant que nomades que le chef de l’administration de la Sûreté publique, Gautier de Rasse, les considère. Et c’est en cet état qu’il décide de les poursuivre pour vagabondage et mendicité. Le 8 février, comparaissant devant le tribunal de simple police de Bruxelles, le Ministère public les condamne à un mois de détention. Internés aux Petits Carmes, les Libanais pâtissent de leur enfermement dont ils ne comprennent pas le motif. Ne parlant pas français, ils expriment leur désarroi par les gestes : « ils se jettent à genoux, faisant un signe de la main qu’on leur coupe le cou et prennent leurs cravates qu’ils serrent à leur cou, voulant faire comprendre qu’on les pende ou bien qu’ils se pendront » relate le directeur de la prison317.

  • 318 Jusqu’à la fin de la première guerre mondiale, le Liban est sous domination turque.

10Au cours de la détention de la famille libanaise, l’administrateur de la Sûreté publique s’entretient avec la légation de Turquie318 pour régler le rapatriement des individus. Les négociations portent leurs fruits : il est convenu qu’au terme de leur détention, le couple et leurs deux enfants soient rapatriés à Marseille où ils embarqueront en direction de la Turquie.

11Le 16 février, sous requête de l’administration de la Sûreté publique, un traducteur se rend à la prison afin d’entretenir la famille libanaise sur son rapatriement prochain. Six jours plus tard, s’impatientant sans doute de ne voir arriver le jour de leur libération, le couple adresse une lettre au traducteur. Dans celle-ci, traduite en français par son destinataire et envoyée à l’administration de la Sûreté publique, ils exposent les difficultés de leur détention et leurs angoisses face à ce qui les attend :

[…] Quand vous nous avez honorés de votre visite vous avez vu dans quel état nous étions ; à présent nous nous trouvons dans un état plus triste, quelques-uns de nous sont malades, et [cela] surtout à cause du froid, de la neige, de la saleté et autres. Nous vous prions de vouloir bien nous faire donner une réponse, s’ils [les autorités] ont décidé de nous faire pendre, de nous faire égorger, ou de nous envoyer à Marseille.

  • 319 Cette feuille de route ne se trouve pas dans le dossier d’archives.

12À leur grand soulagement, les Libanais sont libérés le 3 mars et quittent la Belgique munis d’une feuille de route indiquant l’itinéraire qu’ils doivent suivre jusqu’à Marseille319. Les frais de route sont supportés par l’administration de la Sûreté publique. Parvenus dans la cité phocéenne, les Libanais sont transférés par bateau en Turquie, au frais du gouvernement turc.

2. Les Tsiganes échappent au sursaut répressif (1890-1896)

  • 320 AGR, ASP, PE, dossier 519 (72C19).

13La politique répressive menée par l’administration de la Sûreté publique envers ces quatre bandes tsiganes étrangères n’apporte que des résultats extrêmement mitigés. Des deux tentatives de rapatriement des bandes tsiganes vers leur pays d’origine, une seule a abouti aux effets escomptés. Par ailleurs, la réclusion des troupes dans les prisons et dépôts de mendicité ne dissuade nullement certaines d’entre elles à revenir en Belgique par la suite. Un an après son internement, la famille de Joseph Deicon reparaît à sept reprises sur le territoire belge en l’espace de deux mois320. Quelques jours après sa libération, la famille de Pierre Goman franchit à nouveau la frontière belge depuis les Pays-Bas où elle est immédiatement refoulée par la gendarmerie de Tongres. En raison de cet insuccès, l’administration de la Sûreté publique décide de mettre un terme à cette politique répressive, au grand dam de nombreux sénateurs.

  • 321 Séance ordinaire du sénat, 29 mars 1887, in Annales parlementaires de Belgique, Sénat, 1886-1887, p (...)

14Le 29 mars 1887, le baron Grégoire Orban de Xivry, sénateur d’obédience catholique représentant l’arrondissement de Bastogne-Marche, interpelle l’assemblée au sujet des « gypsies, de ces nomades indigènes ou étrangers qui sont devenus un véritable fléau pour nos cultivateurs, en même temps qu’un danger pour la sécurité publique »321. Pour mieux faire comprendre à l’assemblée combien « cette plaie est vive », le sénateur donne lecture d’une lettre transmise par le président du comice agricole d’un canton du royaume :

  • 322 Séance ordinaire du sénat, 29 mars 1887, in Annales parlementaires de Belgique, Sénat, 1886-1887, p (...)

Ne pourriez-vous pas rendre un éminent service aux habitants de la campagne et aux agriculteurs en particulier ? Ce serait de faire changer la législation concernant ces nomades, qui voyagent avec voitures, chevaux, femmes et enfants et qui n’ont aucun moyen d’existence ? Généralement, ils font semblant de vendre des paniers. La vie qu’ils mènent sous le rapport des mœurs est abominable, vous le savez, et, pour nourrir bêtes et gens, ils grappillent tout ce qu’ils trouvent. Ils sont même quelquefois menaçants, lorsqu’on veut s’opposer à leurs déprédations […] À partir des beaux jours, c’est un passage continuel et constamment au préjudice des riverains des chemins. On ne devrait pas permettre à ce tas de mauvais drôles d’envahir ainsi notre pays322.

  • 323 Edmond Wetthnal (baron) (1843-1913), sénateur catholique représentant l’arrondissement de Hasselt d (...)

15Trois ans plus tard, le 14 mai 1890, tandis que nul changement n’a été apporté à la législation relative aux Tsiganes étrangers (ceux-ci sont refoulés ou renvoyés du pays sans nulle autre forme de procès), Edmond Wetthnal, élu catholique de l’arrondissement d’Hasselt et bourgmestre de Nieuwkerken, village de Flandre orientale proche de la frontière néerlandaise, rappelle la nécessité urgente d’un tel changement. S’insurgeant contre la présence de « véritables bandes de vagabonds étrangers, le plus souvent allemands, qui sont devenus pour nos paisibles contrées une vraie calamité », il interpelle l’assemblée323 :

  • 324 Séance ordinaire du sénat, 14 mai 1890, in Annales parlementaires de Belgique. Sénat, 1889-1890, p. (...)

Il serait grand temps de remédier à cette situation. Semblables à une nuée d’oiseaux de proie, ces étrangers s’abattent sur notre pays par compagnies nombreuses. On les trouve un beau matin sans qu’on sache d’où ils viennent, ni où ils vont. Ils s’installent dans une contrée la plus éloignée possible du siège d’une brigade de gendarmerie, et de là, comme d’un quartier général, ils rayonnent par groupes de deux ou de trois dans les localités environnantes, où ils répandent l’épouvante et la terreur. Ils se présentent ainsi dans nos fermes et, à l’aide de menaces et souvent de violences, ils se font remettre non pas de simples aumônes, mais de véritables butins.324

16Le sénateur poursuit et critique avec virulence l’éloignement par mesure de simple police dont sont l’objet les bandes de vagabonds qui n’encourent nulle autre peine que d’être éloignés à nouveau s’ils regagnent par la suite le royaume belge :

  • 325 Séance ordinaire du sénat, 14 mai 1890, in Annales parlementaires de Belgique, Sénat, 1889-1990. In (...)

[…] que peut le représentant de la loi quand les armes lui manquent et quand ceux qu’il poursuit peuvent le braver impunément ? Là est le mal, messieurs : les vagabonds étrangers sont sûrs de l’impunité. Que peut-on leur faire ? Que peut-il arriver de pis si, arrêtés par la gendarmerie, ils ne sont mis en lieu sûr ? […] ce qui peut arriver de pis c’est… d’être reconduits à la frontière ! […] Est-ce là, messieurs, une sanction à la loi ? Est-ce là un moyen de nous débarrasser de la plaie que je signale ? Sans doute, c’est quelque chose. Ceux d’entre les vagabonds qui ont à répondre de leur vie passée devant la justice répressive de leur pays ne nous reviendront plus de sitôt. Mais les autres ? Il leur suffira de faire quelques lieues de marche pour rentrer dans le pays à la suite de la gendarmerie qui vient de les y éconduire et, s’ils ne retournent pas immédiatement où ils ont été arrêtés, ils y reviendront plus tard, après avoir dévasté d’autres arrondissements. Outre le tort qu’ils font aux particuliers, ils auront valu à nos officiers de police quelques heures d’ennui et à l’État quelques frais de nourriture et de voyage. Voilà, messieurs, le seul résultat auquel a abouti le système suivi jusqu’à ce jour. Il doit y avoir autre chose à faire325.

17Pour son partenaire politique, le baron Grégoire Orban de Xivry, seules des sanctions répressives peuvent décourager les vagabonds et mendiants étrangers de regagner le territoire belge après un ou plusieurs renvois :

  • 326 Séance ordinaire du sénat, 29 mars 1887, in Annales parlementaires de Belgique, Sénat, 1886-1887, p (...)

[…] il faudrait […] que la récidivité finisse par être considérée comme un délit. Ceux qui auraient été condamnés plusieurs fois devraient être exposés à des peines qui les feraient réfléchir. […] le jour viendra peut-être où l’on reléguera ces gens dans les colonies agricoles, dans les bruyères de la Campine ou d’Ardenne. En tout cas ce fléau ne peut se perpétuer avec l’intensité qu’il a acquise : tous les jours, on voit des vagabonds circuler sur nos routes, des campements se renouveler aux mêmes endroits et ces gens se livrer, au préjudice des habitants, à toutes sortes de maraudages326.

  • 327 Circulaire du 4 mars 1890, adressée par le Ministre de la Justice aux Gouverneurs des neuf province (...)
  • 328 Circulaire du 4 avril 1893, adressée par l’administration de la Sûreté publique au général commanda (...)

18Cette même année, le souhait du sénateur est exaucé, mais en partie seulement. Le 4 mars 1890, le Ministre de la Justice et administrateur de la Sûreté publique Jules Lejeune prescrit qu’« afin de donner une sanction pénale à l’éloignement de ces vagabonds d’habitude [son] département provoquera à leur charge un arrêté royal d’expulsion »327. Bien que cette mesure dépasse le cadre des dispositions législatives en vigueur (elle n’est entérinée par aucune loi), les parlementaires ne s’opposent pas à son application. Expulsés par arrêté royal, les indigents étrangers qui tentent de regagner le royaume par la suite risquent d’être inculpés pour délit de rupture de ban et emprisonnés. Mais les Tsiganes étrangers échappent généralement à toute expulsion. Si, en avril 1893, Jules Lejeune mentionne le cas de « plusieurs nomades expulsés ou condamnés »328, les archives ne font état d’aucune mesure d’expulsion levée à l’encontre de Tsiganes étrangers. Ceux-ci continuent, comme par le passé, à être éloignés du royaume belge par simple mesure administrative.

  • 329 Dans un échantillon de soixante-sept individus pris au hasard parmi les trois cent nonante étranger (...)

19Parmi les mendiants et vagabonds étrangers expulsés du territoire belge par arrêté royal, la plupart regagnent le pays dans les mois suivants329. Cet échec résulte essentiellement du rejet de la logique répressive du pouvoir exécutif par la magistrature. Si les peines prévues contre les étrangers condamnés pour délits de rupture de ban s’étalent de deux semaines à six mois d’emprisonnement, les juges ne retiennent généralement que la peine minimale, ce qui ne suffit nullement à inciter les indigents à quitter définitivement le pays. En 1892, les mesures d’expulsion sont définitivement abandonnées. Au premier janvier de ladite année, la loi pour la répression du vagabondage et de la mendicité entre en vigueur, entérinant de nouvelles mesures concernant les étrangers.

20Tandis qu’auparavant, les mendiants et vagabonds étrangers étaient renvoyés par mesure de simple police – ou, de 1890 à 1892, expulsés par arrêté royal – ils doivent désormais être placés à la disposition du gouvernement dans un dépôt de mendicité ou une maison de refuge. Cette mesure, introduite par le Ministre de la Justice dès l’entrée en vigueur de la loi du 27 novembre 1891 pour la répression du vagabondage et de la mendicité et appliquée jusqu’en 1896, épargne encore les Tsiganes étrangers. Dans une missive datée du 17 mars 1892, Jules Lejeune justifie les raisons de cette exemption :

  • 330 Circulaire du 17 mars 1892, adressée par le directeur général de l’administration de la Sûreté publ (...)

La mise à la disposition de l’officier du ministère public, de nomades [voyageant avec leur famille en charrette ou accompagnés d’animaux] aurait pour conséquence de séparer le père des autres membres de la famille et d’amener les enfants dans les établissements de bienfaisance ; d’autre part, la nécessité de mettre en fourrière les animaux et de remiser les véhicules constituerait une difficulté sérieuse et source de frais330.

21Les instructions ordinaires relatives au refoulement ou au renvoi systématique des nomades de brigade en brigade restent donc de rigueur. Leur mise à exécution dépend toutefois encore de la seule volonté du chef de la Sûreté. Ainsi, de 1908 à 1910, Gonne met en sourdine les directives générales et autorise successivement six tribus tsiganes à voyager librement sur le sol belge.

3. Droits de séjour exceptionnels (1908-1910)

22Pendant plus d’un quart de siècle, en vertu des instructions émises et répétées à maintes reprises par le responsable de la Sûreté publique, plus aucune tribu tsigane ne reçoit la permission de voyager librement à travers les routes du royaume. Il n’est pas dérogé à la règle lorsque, le 11 mai 1908, neuf familles de marchands de chevaux d’origine allemande, dépourvues de tout véhicule et ayant loué cinq chambres rue de la Prospérité à Molenbeek-Saint-Jean, convoitent la délivrance d’une autorisation de séjour. Visitant à cet effet les bureaux de l’administration de la Sûreté publique, trois chefs tsiganes exhibent plusieurs billets de banque belges et français, des pièces d’or et une dizaine de dollars et proposent à l’administration de payer l’autorisation de séjour éventuelle. Rien n’y fait cependant : conformément aux prescriptions générales, les Tsiganes essuient un refus. Ils sont toutefois autorisés à demeurer à Bruxelles jusqu’au 12 juin, date à laquelle expire la location de leurs chambres. Les nomades n’attendent pas la fin de ce délai. Le soir du dimanche 7 juin, munis d’une feuille de route délivrée par le commissaire de police de Molenbeek-saint-Jean afin qu’ils gagnent librement la France en train, ils embarquent à la gare du midi, dans un wagon spécialement préparé pour eux et leurs encombrants bagages.

23Cinq mois plus tard, l’administration de la Sûreté publique réoriente totalement sa politique. De sa propre initiative, le chef du service, Gonne, accorde successivement le droit de séjourner dans le royaume à six tribus nomades qui, comme l’avaient fait les nomades de Molenbeek-Saint-Jean au mois de mai 1908 sans le moindre succès, lui offrent une caution de plusieurs milliers de francs. Ces dérogations exceptionnelles aux mesures générales existantes révèlent une nouvelle fois le pouvoir d’appréciation notable dont le directeur général de la Sûreté publique, sous l’approbation du Ministre de la Justice, est investi à l’égard des étrangers qui ne résident en Belgique. Pendant plusieurs mois, les six bandes circulent librement dans le pays.

  • 331 AGR, ASP, PE, dossier 545 (72C336), Circulaire du 23 novembre 1908, adressée par le directeur génér (...)

24Craignant que les nomades communiquent leur permis de séjour à d’autres Tsiganes non autorisés à voyager en Belgique, Gonne ne leur délivre nul document de ce genre. Pour y suppléer, il prend pour chaque nouvelle autorisation de séjour une circulaire générale. Adressées aux autorités de police des principales villes du pays et à la gendarmerie, ces circulaires mentionnent le nom, le lieu et la date de naissance de chacun des chefs de famille des bandes. « Jusqu’à nouvel ordre, y déclare le directeur général, les instructions générales relatives au transport à la frontière des étrangers nomades ne devront pas être appliquées à cette bande […] »331.

3.1. Identification et itinéraire

25Lorsqu’ils voyagent à travers un pays, les Tsiganes ont généralement l’habitude d’éviter les villes et de s’installer dans les villages où la présence policière est moindre. Ici au contraire, dûment autorisées à circuler dans le pays, les six tribus nomades installent leur campement au cœur des villes. Au cours de leurs pérégrinations, elles ne continuent pas à vivre et à circuler par bandes distinctes mais s’imbriquent les unes dans les autres au gré des circonstances.

  • 332 AGR, ASP, PE, dossier 545 (72C336), Note de service, 12 novembre 1908.

26La première bande, composée de cinquante et un nomades conduits sous la direction de Nicolas Ciorun, débarque le 11 novembre 1908 à la garde du Midi. Originaires de Galicie (partie de la Pologne appartenant à l’Empire austro-hongrois), les Tsiganes viennent de France où ils ont séjourné pendant deux années consécutives. Dès leur arrivée, les huit familles qui composent la tribu installent leurs tentes dans un terrain vague situé à l’angle formé par les rues Eenens et Simoens à Schaerbeek dont ils ont payé la location mensuelle. Le 12 novembre, Nicolas Ciorun, qui s’exprime aisément en français (comme d’ailleurs tous les chefs des tribus tsiganes autorisées par la suite à séjourner dans le pays) se rend aux bureaux de l’administration de la Sûreté publique. Accompagné de son fils et de son frère, il requiert l’autorisation d’exercer quelques temps sur le sol belge la chaudronnerie et le rétamage. « Si l’autorité belge le désire, déclare l’un d’entre eux, nous sommes disposés à verser une garantie de quinze mille francs »332. D’emblée, Gonne répond favorablement à la requête : les nomades peuvent séjourner en Belgique en échange de la caution que ces derniers ont spontanément proposé de déposer.

27Dans les jours qui suivent, les nomades cherchent à réduire la caution à cinq mille francs. Sollicité à cette fin par ces derniers, Sadi Kirschen, avocat du consulat d’Autriche-Hongrie près la Cour d’appel à Bruxelles, prie l’administration de consentir à cette diminution sans laquelle la tribu ne disposerait plus d’un fonds de roulement suffisant et indispensable pour exercer son commerce de métaux. Les nomades obtiennent finalement gain de cause. Le 16 novembre, formellement autorisés à séjourner et à circuler sur le sol belge, les autorités schaerbeekoises leur attribuent un autre terrain, plus vaste et plus salubre, rue de Waelhem. En février 1909, une partie de la tribu quitte la capitale et établit son campement à Gand. Le mois suivant, l’autre partie se rend dans la commune anversoise de Borgerhout. Au mois de mai, toute la tribu est à nouveau réunie à Bressoux (Province de Liège). En août 1909, ils quittent volontairement le pays.

28Un peu plus tôt, le 6 janvier 1909, Nicolas Ciorun annonce à l’administration de la Sûreté publique l’arrivée à Schaerbeek de son demi-frère, Michel Tanassoff, chef d’une tribu de vingt-sept nomades d’origine serbe et autrichienne. Après avoir versé cinq mille francs de caution, la nouvelle bande circule librement dans le royaume. Au mois de mars, les Tsiganes campent à Borgerhout puis gagnent Bruges deux mois plus tard. Au mois d’août, ils font escale à Ypres puis à Tournai. À la fin du mois de septembre l’administration invite la bande à quitter le pays. Après s’être rendus à Roubaix, ils traversent à nouveau le territoire belge et gagnent la Hollande. Le 27 septembre, refoulés par la maréchaussée, ils établissent leur camp à Westkapelle où ils demeurent près de deux semaines. Le 9 octobre, ils disparaissent à nouveau vers la Hollande puis reparaissent deux mois plus tard à Anvers. Le 6 janvier 1910, suite à l’injonction de quitter le pays, ils se rendent à Valenciennes.

29La troisième troupe débarque à la gare du Nord le 16 avril 1909, après avoir été refoulée par la maréchaussée hollandaise. Le même jour, son chef, Michel Ciorun, se présente à l’administration de la Sûreté publique. Après avoir déposé un cautionnement de cinq mille francs, sa troupe est autorisée à voyager dans le pays. Dix jours après leur arrivée, les nomades plantent leurs tentes à Laeken. Un mois plus tard, ils se dirigent sur Jette-Saint-Pierre et y demeurent jusqu’au 25 juillet 1909, date à laquelle ils quittent définitivement la Belgique pour se rendre en France.

30Le 17 mai 1909, une quatrième tribu, composée de quatre familles austro-hongroises et dont le chef se nomme Mathias Kwick rejoint la troupe de Michel Ciorun à Jette-Saint-Pierre. Après avoir déposé mille sept cents francs de caution à l’administration, les dix-sept Tsiganes voyagent dans le royaume. Le 31 juillet, ils plantent leurs tentes à Mouscron puis gagnent Malines un mois plus tard. Le 30 novembre, la troupe se rend à Nivelles et y demeure jusqu’en janvier 1910, date à laquelle elle se rend en France.

31Au début du mois de juillet 1909, Théodore Alexsejeff arrive à Jette-Saint-Pierre avec sa troupe. Le 25 juillet, ayant déposé une caution de mille cinq cents francs à l’administration, les quatre familles d’origine autrichienne et russe s’acheminent vers la province de Flandre orientale où ils campent successivement à Audenarde et à Saint-Nicolas. Dès le mois d’octobre, on retrouve leur trace dans le Brabant, à Kessel-lo, à Tirlemont puis à Hal. Le 23 décembre, ils quittent le territoire belge et se rendent à Lille.

32La dernière bande tsigane gagne le royaume le 27 juillet 1909. Dès leur arrivée, ils s’installent à Boussu. Adalbert Kwick et les seize individus que compte sa bande, se déplacent ensuite à La Louvière à la fin du mois d’août. En septembre, ils quittent la région hennuyère et se rendent à Grammont puis à Alost. À la fin du mois d’octobre, ils campent à Verviers puis gagnent le Brabant, à Braine-le-Comte. Le 7 janvier 1910, ils quittent définitivement le royaume et gagnent la France.

3.2. Motifs et limites du permis de séjour

33Divers motifs semblent avoir suscité la clémence du directeur général de l’administration de la Sûreté publique à l’égard du séjour en Belgique de chacune des six bandes tsiganes.

  • 333 AGR, ASP, PE, dossier 545 (72C336), Circulaire du 23 novembre 1908, adressée par le directeur génér (...)

34D’une part, certains traits propres à ces bandes les distinguent d’une grande majorité d’autres groupes nomades. D’abord, l’identité de chacune des familles est clairement établie puisque toutes disposent de passeports réguliers justifiant de leurs noms et de leurs nationalités respectives. Durant toute la durée de leur séjour en Belgique, ces passeports et autres papiers de légitimation – tels des livrets d’ouvriers et des extraits de registre d’immatriculation – sont conservés dans les bureaux de l’administration et ne leur sont rétrocédés qu’à leur départ définitif du pays. Ensuite, les bandes disposent d’importantes sommes d’argent qui leur permettent non seulement de verser un cautionnement à l’administration mais également de subvenir à leurs besoins lors de leur séjour dans le pays. De plus, les six tribus ne possèdent ni roulottes, ni animaux. Ils voyagent en train et s’abritent sous tentes. Cette circonstance semble constituer l’une des raisons essentielles de l’autorisation de séjour qui leur est concédée. En effet, depuis toujours, les responsables de l’administration de la Sûreté publique stigmatisent davantage les nomades qui circulent avec voitures et animaux et insistent pour que les instructions générales leur soient appliquées avec particulièrement de sévérité. Enfin, les tribus jouissent d’une bonne réputation. Tandis qu’à leur arrivée, chacun des groupes sollicite de l’administration l’autorisation de pouvoir demeurer dans le pays, aucune plainte relative à leur comportement n’est soulevée. Au demeurant, le directeur général spécifie aux gendarmes et policiers du royaume que la troupe de Nicolas Ciorun, la première à se présenter en Belgique et à y obtenir une autorisation de séjour, « constitue une tribu honorable d’après les renseignements officiels »333.

35D’autre part et surtout, l’indulgence du directeur général paraît résulter de l’assurance pécuniaire dont les six bandes se sont portées garantes.

  • 334 AGR, ASP, PE, dossier 545 (72C336), Note de service, 12 novembre 1908.

Notre circulaire du 15 mars 1900, concernant des troupes exotiques qui donnent des représentations en public prescrit d’exiger un cautionnement [afin d’assurer leur rapatriement éventuel]. Par voie d’analogie, nous prions d’exiger aussi un cautionnement d’une bande de nomades, et l’occasion de le faire est d’autant plus belle que la tribu Ciorun propose spontanément le dépôt de quinze mille francs334.

36Telle est la réflexion d’un commis de la Sûreté publique après la visite de Nicolas Ciorun en son bureau le 12 novembre 1908. D’abord délibérément suggéré par le chef de la tribu nomade, le versement d’un cautionnement à l’administration de la Sûreté publique devient une condition sine qua non de l’autorisation de séjour en Belgique pour les cinq autres bandes nomades qui gagnent le pays par la suite. Variant de cinq mille à mille cinq cents francs, l’argent mis en gage dans les bureaux de l’administration offre une garantie considérable puisqu’il pallie l’un des soucis majeurs motivant la fermeture des frontières aux tribus tsiganes étrangères : les coûts onéreux, indistinctement supportés par l’État belge, provoqués par le rapatriement à la frontière des bandes qui séjournent à l’intérieur du territoire. Grâce aux dépôts des cautions, les frais d’assistance et de rapatriement éventuels des six tribus seront supportés par les nomades eux-mêmes. Par conséquent, quoiqu’il advienne lors du séjour de ceux-ci en Belgique, aucun frais ne sera supporté par l’administration de la Sûreté publique.

  • 335 AGR, ASP, PE, dossier 545 (72C336), Circulaire du 23 novembre 1908, adressée par le directeur génér (...)

37Lorsqu’ils se présentent devant le chef de la Sûreté publique, les nomades motivent leur désir de voyager en Belgique par la volonté d’y exercer leur profession. Tous les hommes pratiquent des métiers ambulants liés à la petite industrie tels la chaudronnerie, le rétamage, le commerce de vieux métaux, l’orfèvrerie et la ferronnerie. D’ordinaire, les responsables qui se succèdent à la tête de l’administration de la Sûreté publique ne voient dans l’exercice de ces professions qu’un prétexte usé par les nomades pour camoufler l’objet réel de leur subsistance que constituent la mendicité, le maraudage et les rapines. Gonne, au contraire, accorde du crédit à l’intention des six tribus. Il signale aux gendarmes et aux policiers que les bandes sont admises à circuler dans le pays « pour l’exercice de leur industrie »335. Admis à circuler dans les villages et villes belges, les hommes des six tribus sont fortement sollicités par les populations autochtones pour divers travaux liés à la petite industrie.

  • 336 AGR, ASP, PE, dossier 545 (72C336), Circulaire du 23 novembre 1908, adressée par le directeur génér (...)

38L’autorisation exceptionnelle de séjour octroyée aux six tribus tsiganes n’est pas inconditionnelle, loin s’en faut. À tout moment, le directeur général peut leur enjoindre de quitter le royaume. Selon ses propres termes, « cette autorisation toute précaire est subordonnée à la condition que la conduite, les arts professionnels et les rapports commerciaux de ces étrangers ne soulèvent pas de plaintes. Si leur conduite et leurs agissements au cours du voyage qu’ils se proposent d’entreprendre en Belgique, donnait lieu à des difficultés sérieuses, il conviendrait de m’en informer sans retard par un rapport circonstancié »336.

3.3. Les nomades chez les sédentaires : de la curiosité à l’agacement

39Au cours de leur séjour, les tribus nomades campent plusieurs semaines consécutives dans diverses villes du royaume dont elles côtoient journellement la population. La présence de ces étrangers, aux mœurs et aux allures singulières, n’échappe ni à la plume des chroniqueurs de la presse locale, ni à celle des gendarmes et policiers, priés de rendre compte à l’administration de la Sûreté publique de l’attitude des nomades et des plaintes éventuelles soulevées à leur égard. Par ailleurs, quelques particuliers s’adressent personnellement à l’administration pour lui faire part de leur sentiment à l’égard du séjour des nomades. Les témoignages des uns et des autres diffèrent sensiblement. Si les articles de journaux rendent essentiellement compte de la curiosité dont font l’objet ces bandes nomades et insistent sur la probité de celles-ci, nombre de rapports de gendarmerie et de police et de lettres de particuliers adressent exclusivement des plaintes relatives à leurs habitudes.

40Quarante-deux articles de journaux relatifs au séjour des huit tribus nomades en Belgique sont conservés dans les dossiers de l’administration de la Sûreté publique. Que retiennent la plupart des auteurs de ces bandes dont beaucoup ont visité un des campements ? D’abord et surtout, les demeures pittoresques et les allures et mœurs singulières des nomades ; aussi, la curiosité de la population environnante dont ils condamnent quelquefois l’excès ; enfin, la politesse, l’honnêteté, la rigueur, et la conscience professionnelle des Tsiganes.

  • 337 AGR, ASP, PE, dossier 545 (72C336), Article du journal Le Petit bleu, 14 novembre 1908.
  • 338 Ibid., Article du journal Le Soir, 19 novembre 1908.
  • 339 Ibid., Article du journal La Chronique, 12 novembre 1908.
  • 340 Ibid.
  • 341 Ibid.

41La plupart des chroniqueurs invitent leurs lecteurs à une visite richement dépeinte de l’intérieur des campements nomades. Clôturés de planches dressées par les nomades eux-mêmes afin de se protéger contre les indiscrets, les campements sont un « régal de pittoresque, de couleur, de clair obscur ! Il faudrait la collaboration de Callot et de Rembrandt pour rendre un tel tableau dans toute sa magie »337. Les tentes, généralement au nombre d’une par famille, et « faites de vieilles toiles montées sur des pieux »338, sont décorées de tapis colorés, de gros matelas et d’ornements pieux voisinant avec « des réclames criardes de fabricants de cigarettes, femmes égyptiennes dansant la danse du ventre et provocantes Carmens aux seins nus et aux lèvres rouges »339. À l’intérieur de celles-ci, ou au-dehors, des feux de braises ou de bois, sur lesquels sont posés des samovars, flambent « à même le sol »340. Habitants ces campements, « les hommes sont beaux, les femmes sont belles, les enfants sont caressants… »341.

  • 342 Ibid., Article du journal Le Soir, 19 novembre 1908.
  • 343 Ibid., Article du journal La Gazette de Liège, 13 mai 1909.

42Les hommes « exhalent, telles des fleurs de sang, la vigueur des races de plein air. Leur accoutrement bizarre, costume bleu foncé à boutons d’or, culottes amples et guêtres hautes, encadre à merveille l’étrangeté de leur type. Leur chevelure abondante et bouclée, leur barbe qui se moire de ces reflets luisants particuliers aux Orientaux, leurs yeux de velours noir ont, avec des profondeurs d’abîme, le calme apparent des fauves au repos »342. Parmi eux, le chef de la tribu, s’appuyant sur une haute canne à pommeau d’or, signe de commandement, se démarque par sa prestance : « le vataf, comme ils disent, domine les autres de sa grande taille, ses ordres sont donnés d’une façon autoritaire, brutale même ; lui seul semble penser et discuter ; le reste de la tribu obéit passivement »343.

  • 344 Ibid., Article du journal La Flandre orientale, 23 février 1909.
  • 345 Ibid., Article du journal La Gazette, 7 mai 1909.
  • 346 Ibid., Article du journal Le Soir, 19 novembre 1908.
  • 347 Ibid., Article du journal La Meuse, 11 mai 1909.
  • 348 Ibid., Article du journal La Gazette de Charleroi, 12 mai 1909.
  • 349 Ibid., Article du journal La Gazette de Charleroi, 11 mai 1909.
  • 350 Ibid., Article du journal La Gazette de Charleroi, 12 mai 1909.

43« Les femmes, elles, ont la chevelure d’un noir ébène, subdivisée en deux longues tresses pendant sur la poitrine »344. « Coiffées de fichus voyants, vêtues presque toutes de robes rouges sur lesquelles brinquebalent de curieux colliers, chapelets de sequins et amulettes […] [elles] font la soupe en plein air ou bien, étendues sur des nattes, lissent inlassablement leurs longues tresses noires […] en fumant des cigarettes »345. « L’âge, en effaçant leur beauté, […] a imprimé [aux vieilles femmes de la tribu], ce masque de sorcière ou de fée Carabosse qui s’accommode à merveille du tréteau sordide sur lequel, en cartomanciennes inspirées, elles découvrent l’avenir ou indiquent aux amoureux toujours crédules des moyens et des philtres pour se faire aimer »346. « Et l’on n’est pas surpris [de les] apercevoir […] tirer d’épaisses bouffées de fumée de grosses pipes allemandes bourrées de tabac noir et fort »347. Autour des femmes, grouillent « des gosses et des gosses à marcher dessus. La plupart n’ont qu’une robe sur la peau, sans bas ni chemise »348. « [Les] gosses de dix ou douze ans, tout en s’amusant à divers jeux, fument avec conviction de grosses cigarettes roulées à la main »349. Tous sont bronzés, dépenaillés, extrêmement sales, « mais joufflus et resplendissants de santé. Quelques bambins sont jolis comme des chérubins de Michel-Ange »350.

  • 351 Ibid., Article du journal La Dernière Heure, s.d.
  • 352 Ibid., Article du journal La Dernière Heure, 15 novembre 1908.
  • 353 Ibid., Article du journal Journal de Liège, 18 juin 1909.
  • 354 Ibid., Article du journal La Dernière Heure, 15 novembre 1908.
  • 355 Ibid., Article du journal Journal de Liège, 18 juin 1909.

44Offrant à la population des environs un spectacle dont ils ont rarement vu « de plus animé, de plus étrange, de plus pittoresque »351, les campements nomades attirent les curieux : « [le long de la palissade], le public s’était massé, étonné, dévisageant ces étranges personnages […] »352. La présence de ces nomades fait l’effet d’une véritable attraction, faisant la fortune des marchands de glace qui se glissent au milieu de la foule des badauds353. La curiosité dont ils font l’objet n’étonne guère les nomades, « au surplus, ils doivent y être si bien habitués que c’est le contraire, sans doute, qui les étonnerait »354. Ils savent d’ailleurs en tirer profit : « [les nomades] au reste, ne se plaignent nullement d’une curiosité qui leur offre quelque rapport, leurs gosses tendent volontiers la main, les visiteurs du camp payent un droit d’entrée et les bons badauds prodiguent cigarettes et bonbons à la marmaille aussi gentille que pouilleuse »355.

  • 356 Ibid., Article du journal La Meuse, 17 juin 1909.

45Chaque jour, toutefois, la curiosité devient moins sympathique et la police veille constamment à ce qu’aucun incident n’éclate : « la curiosité de beaucoup [d’] habitants [de Bressoux] se manifeste de manière gênante et ne va pas sans lasser la patience des nomades, qui trouvent, à la longue, fort ennuyeuse cette insistance de flâneurs, dont les réflexions ne sont pas toujours exemptes de grossièreté ; parfois même, paraît-il, des pierres sont lancées dans la direction des tentes »356. Quelques jours après l’arrivée des nomades, toutefois, la curiosité des badauds se lasse et plus personne ne stationne aux alentours des campements.

46La plupart des chroniqueurs de la presse locale ne tarissent pas d’éloges sur les tribus nomades. S’exprimant

  • 357 Ibid., Article du journal Le Petit bleu, 14 novembre 1908.

[…] avec une politesse toute méridionale, laquelle est observée par tous les membres de la tribu, même par les plus petits enfants […] nous songions qu’il est bien des milieux où l’on devrait prendre exemple sur les bonnes manières du campement de la rue Camille-Simoens357.

  • 358 Qui vit dans le pays où il est né, auquel il appartient comme citoyen (par opposition à l’étranger)
  • 359 AGR, ASP, PE, dossier 545 (72C336), Article de La Presse, 16 mars 1909.

Bref, pour l’observateur la question est vite tranchée de savoir lesquels des deux, des régnicoles358 qu’on voit là parfois à l’œuvre [aux alentours du campement] ou des étrangers, sont des plus raisonnables ou des plus policés359.

  • 360 Ibid., Article du journal Le Matin, 6 avril 1909.

Ces gens ne font de mal à personne, vivent paisiblement dans leur enclos et montrent une ardeur à la tâche extraordinaire360.

  • 361 Ibid., Article du journal La Meuse, 11 mai 1909.

Ces nomades sont loin d’être sans ressources et l’on n’a pas affaire ici à des gens dont on peut craindre des instincts de rapine. Certes, vêtus de leurs accoutrements bizarres et plutôt malpropres, sans grand soin de leur personne, les membres de cette tribu ne “paient pas de mines”, mais cet extérieur peu engageant cache des natures honnêtes ; ce sont des gens qui ne désirent vivre que de leur travail361.

  • 362 Ibid., Article du journal Le Matin, 6 avril 1909.

Jamais en repos, ces femmes-là […] : des mères attentives, des ménagères “di primo cartello”. Quant aux hommes, ils continuent tout le jour à battre la ville, rentrant le soir chargés de chaudrons, de marmites, de cuves, d’objets de cuivre ou d’étain, qu’ils rétament et retapent consciencieusement362.

  • 363 Ibid., Article du journal La Gazette, 7 mai 1909.

Ils sont extraordinairement adroits comme rétameurs et tous nos grands hôtels profitent de leur présence pour faire remettre en état leur batterie de cuisine. Ces romanichels sont de la plus scrupuleuse honnêteté. Lorsque quelqu’un leur confie une pièce quelconque pour réparations, ils déposent entre ses mains, comme garantie, une somme égale à la valeur de cette pièce363.

  • 364 Ibid., Article du journal Le Matin, 6 avril 1909.

On leur a donné beaucoup à faire, paraît-il depuis qu’ils sont ici. Aussi les ferblantiers locaux ne sont-ils pas contents. C’est de la concurrence imprévue et sérieuse, car ces gens sont très adroits et très expéditifs364.

47Un chroniqueur de la Gazette de Charleroi, quotidien d’obédience libérale, s’étonne d’ailleurs des plaintes soulevées par certains habitants :

De quoi se plaignent-ils ? Les nomades ont leur hygiène spéciale, et ils ne paraissent pas s’en porter plus mal s’ils ne font pas grand usage de l’eau. Au surplus, ils sont “aérés” sous toutes les faces et leur camp ne dégage nulle odeur désagréable. Quant à se plaindre de la concurrence qu’ils viennent faire à nos artisans, l’argument est peu sérieux. On pourrait objecter que pour ce qu’ils gagneront ici ils le dépenseront en vivres, et cinquante-six personnes à nourrir représentent une dépense en somme agréable au commerce local.

48Fondées ou non, les plaintes des citoyens affluent dans les bureaux de l’administration de la Sûreté publique. Une partie d’entre elles portent sur les pratiques des femmes tsiganes. Spécialisées dans les arts divinatoires, celles-ci usent depuis toujours de la curiosité et de la crédulité des sédentaires pour leur soutirer quelques pièces de monnaies, s’engageant en échange à lire leur avenir dans les lignes de la main, les cartes, les boules de cristal, le marc de café ou à leur procurer des amulettes et philtres censés leur porter chance et amour. S’offusquant de telles pratiques auxquelles se consacrent les femmes de la troupe de Nicolas Ciorun, un Schaerbeekois s’insurge auprès du directeur général :

  • 365 Ibid., Lettre d’un habitant de Schaerbeek au directeur général de la Sûreté publique, 10 décembre 1 (...)

[…] des femmes […] pénètrent dans les maisons de commerce dont l’accès est facile et où il n’y a que des dames […], prennent de gré ou de force la main de l’une d’elle, prédisent l’avenir, font placer une certaine quantité de pièces de monnaie à l’effet de faire un pronostic plus précis et se retirent ensuite après quelques autres cérémonies en emportant naturellement l’argent que l’on a eu la naïveté de leur laisser manipuler365.

  • 366 Ibid., Rapport de la police de Schaerbeek, 13 janvier 1909 ; Ibid., rapport de la police de Bressou (...)

49Des rapports de la police de Schaerbeek et de Bressoux mentionnent également les actes de mendicité auxquels se livrent constamment les femmes et enfants, harcelant les foules de badauds qui s’accumulent devant leur campement366. Mais de toutes les récriminations, les plus récurrentes concernent la manière dont les hommes tsiganes exercent leur métier. Nombre de particuliers leur ayant confié des travaux se plaignent auprès des forces de l’ordre de l’irrégularité des réparations – qui durent parfois plus d’un mois –, du refus des nomades de rendre les ustensiles mis en gage chez eux, et des coûts exorbitants qu’ils exigent en échange des objets réparés et qui s’élèveraient au prix des mêmes objets neufs.

  • 367 Ibid., Rapport de la gendarmerie de Theux, 16 juillet 1909.
  • 368 Congrégation religieuse enseignante.
  • 369 AGR, ASP, PE, dossier 545 (72C336), Rapport de la police d’Arlon, 23 juillet 1909.

50En juillet 1909, un habitant de Theux, qui refuse de payer à Nicolas Ciorun les 3200 francs que celui-ci exige en échange d’un travail de chaudronnerie, fait appel à un expert. Après examen, ce dernier conclut que le chef nomade sera largement payé avec 630 francs, somme que remet l’habitant et à laquelle Nicolas Ciorun se soumet sans rechigner367. Le même mois, à Arlon, une affaire similaire est portée devant le juge de paix de la ville. L’hôpital militaire et les frères Maristes368 se plaignent du prix trop élevé qu’exige Tierpag Adam, membre de la tribu Ciorun, pour la réparation de chaudrons en cuivre. Le juge de paix conclut qu’une somme de 180 francs doit être déboursée par l’hôpital militaire et une autre de 260 francs par les frères Maristes. Ces sommes sont acceptées autant par les plaignants que par les nomades369.

  • 370 Ibid., Rapport du commissaire de police de Bressoux, 16 juin 1909.

51Nonobstant les plaintes qui affluent contre le comportement inconvenant des Tsiganes, la promiscuité des six tribus avec la population locale ne donne lieu à aucune escarmouche au cours des premiers mois. En juin 1909 cependant, l’ambiance s’échauffe à Bressoux. Dans la journée du 16 juin, une bagarre éclate entre les nomades établis sur la plaine des manœuvres et le public qui y est rassemblé en masse. Des badauds lancent des pierres en direction du campement. L’une d’elle blesse à sang le bras d’un enfant de la tribu. Dans la soirée, les adultes de la troupe ne peuvent fournir aucun renseignement sur l’auteur des sévices à l’agent de police Delvenne qui les interroge. Tandis que ce dernier leur explique qu’en conséquence, nulle intervention ne peut être entamée contre le badaud, Nicolas Ciorun et son père se mettent « dans une violente colère »370.

52Le commandant rapporte textuellement au directeur général les déclarations de l’agent de police Delvenne :

  • 371 Ibid.

Le sieur Ciorun m’a empoigné le bras, relate le policier, et a voulu me pousser hors du campement tandis que son père, Nicolas Ciorun également, m’outrageait en criant “vous n’avez pas assez de cela pour rester malgré nous dans notre campement ?” En causant de cette façon, il se frappait les bras pour les désigner. Devant cette attitude j’ai appréhendé cet homme pour l’amener au bureau de police, mais son père, Ciorun Nicolas, m’a saisi violemment par les bras pour me faire lâcher prise et m’a ensuite secoué avec violence. Le sieur Ciorun fils s’est alors emparé d’un marteau qu’il a ramassé à terre et m’a menacé de me frapper en brandissant cette arme dans ma direction, j’ai alors cru prudent de me retirer en attendant l’arrivée du renfort que j’avais réclamé371.

53Le commandant de police de Bressoux ajoute :

  • 372 Ibid.

Nous nous rendons sur les lieux avec les agents Parotte et Delvenne et nous arrêtons les sieurs Ciorun Nicolas, père et fils, que nous écrouons dans une salle d’arrêt de la maison communale pour y être retenus à la disposition de Monsieur le Procureur du roi. À notre arrivée sur les lieux plusieurs centaines de curieux hostiles vociféraient des menaces contre les Galiciens lesquels s’étaient armés de pieux et attendaient une attaque du public qui paraissait imminente. À la suite de pourparlers nous avons finalement réussi à amener Ciorun Nicolas au bureau de police, il était suivi par toute la bande de Galiciens que nous avons fait encadrer par la police et par de nombreuses personnes connues que nous avions requises en vue de protéger les nomades contre le public. Nous avons écroué Ciorun Nicolas père, Ciorun Nicolas fils et Livardof Serge et nous avons dû héberger le restant de la bande pendant plusieurs heures au commissariat de police en attendant que le public se disperse372.

54Dans un second rapport, le commissaire de police témoigne :

  • 373 Ibid., Rapport du commissaire de police de Bressoux, 21 juin 1909.

[…] l’affaire dont il est question a pris les proportions d’une émeute populaire. Il y a lieu, à mon avis, de considérer les faits comme une manifestation de l’animosité du public contre les Galiciens. En effet, lorsque ceux-ci ont molesté l’agent Delvenne, le public a unanimement pris parti pour le policier et cette circonstance est anormale car, s’il s’était agi de gens habitant le pays, le policier aurait dû réquisitionner légalement des personnes présentes ; dans ce cas on ne lui eût obéi qu’avec répugnance et juste dans la mesure nécessaire pour se mettre à l’abri des poursuites judiciaires373.

55Malgré la gravité des plaintes portées par les policiers à charge des trois nomades écroués, le parquet de Liège conclut le 3 juillet à un non-lieu. Une surveillance permanente est organisée par la police de Bressoux au campement des nomades afin d’éviter que de tels incidents se produisent à nouveau.

3.4. De la tolérance absolue à l’éloignement définitif

56Déjà, dans sa circulaire du 23 novembre 1908 relative à l’autorisation de séjour de Nicolas Ciorun, Gonne avait formellement mentionné que cette autorisation, toute précaire, était subordonnée à la condition que la conduite des nomades ne soulève aucune plainte. Pourtant, tandis qu’il est avisé de nombreuses accusations d’escroquerie, de mendicité et de malhonnêteté des Tsiganes dès le mois de décembre 1908, le directeur général décide de tolérer encore la présence des nomades sur le territoire et autorise d’autres tribus à les y rejoindre.

  • 374 Ibid., Note de service, 16 janvier 1909.

57Dans un rapport du 16 janvier 1909, alors que deux bandes circulent librement dans le pays, Gonne s’emploie à discréditer la gravité des plaintes qui lui sont rapportées374. Selon lui, la circonstance que les femmes et les enfants tendent la main aux individus qui visitent leur campement et que les femmes pratiquent la chiromancie ne peut être à proprement parler de la mendicité car « ce qu’ils recueillent ainsi constitue certes la rançon de la curiosité des gens qui les visitent. Le public a en échange de son argent le spectacle du peu qu’il voit ». Par surcroît, le retard des réparations de chaudrons est dû selon lui à la seule circonstance que les hommes sont accablés de commandes. Au surplus, il lui paraît difficile d’ordonner la sortie du royaume à ces tribus qui ont versé cinq mille francs de caution pour pouvoir y demeurer « à défaut de motifs pertinents que l’on puisse invoquer et produire si des démarches étaient faites en leur faveur [par le consul d’Autriche-Hongrie] ».

  • 375 Ibid., Note de service, 27 juillet 1909.
  • 376 Ibid., Note de service, 22 juin 1909.

58Dans les mois qui suivent, le directeur général campe sur la même position. En juillet 1909, avisé que Tierpag Adam et deux de ses comparses ont comparu devant le Juge de paix de la ville d’Arlon, le directeur estime que l’incident, réglé à l’amiable, est clos375. Après l’incident de Bressoux, lors duquel les nomades ont violemment outragé l’agent de police, Gonne fait preuve de la plus grande tolérance : « puisqu’il résulte du rapport du commissaire de police de Bressoux que la bagarre qui s’est produite est exceptionnelle et qu’il est à supposer que cela ne se reproduira plus, il n’y a pas lieu, pour le moment d’interdire le séjour de ces nomades à Bressoux même »376 indique-t-il.

  • 377 Ibid., dossier 591 (74C4/9), Note de service, 11 octobre 1910.

59La tolérance du directeur de l’administration de la Sûreté publique n’est toutefois pas infinie. Si, le 25 et 27 juillet 1909, la majeure partie des tribus de Michel et Nicolas Ciorun quitte le pays volontairement après restitution de l’intégralité de leur cautionnement, la tribu de Michel Tanasoff est bientôt invitée à précipiter, autant que possible, son départ. Cette requête fait suite aux nouvelles plaintes rapportées en septembre 1909 par les agents de police de Tournai à l’encontre de la malhonnêteté professionnelle de la troupe. Le 14 septembre, les individus se conforment à la demande de l’administration et embarquent en train vers Roubaix. Les trois autres tribus nomades demeurent dans le pays jusqu’au mois de janvier 1910 sans être inquiétées. Dès le mois d’octobre 1909 toutefois, la Sûreté publique s’interroge sur le bien-fondé de l’autorisation qui leur est concédée. De toutes les plaintes adressées aux autorités de police et à la gendarmerie au sujet des procédés déloyaux de ces étrangers, lit-on dans un rapport rédigé par l’administration le 11 octobre 1909, « il reste à retenir que leur présence en Belgique n’est nullement nécessitée par le désir d’effectuer des travaux de chaudronnerie […] mais bien par l’unique souci de tromper nos concitoyens et d’écumer d’une manière spéciale l’argent de ceux qui leur confient des travaux »377.

60Davantage peut-être que le souci de préserver l’ordre intérieur, l’administration s’inquiète également de préserver l’entente de l’État belge avec les pays limitrophes :

  • 378 Ibid.

[…] il est utile de faire remarquer que la présence de ces étrangers en Belgique constitue pour nous un danger ou tout au moins une menace pour le maintien de nos bonnes relations avec les puissances des pays limitrophes. Tous ou la plupart de ces nomades nous viennent de France. La France voulant imiter dans cela les autres pays et notamment la Suisse, l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas, a voulu également rendre difficile le séjour et la circulation sur son territoire des gens de tribus dont elle est infestée. […] la France […] se refusera à réadmettre dans la suite ceux qui auront quitté son sol. La situation pour nous qui aurons consenti à les recevoir deviendra dès lors pleine de difficultés. À notre tour, nous serons obligés de les conserver sans pouvoir les faire diriger sur un pays voisin ; ni l’Allemagne, ni les Pays-Bas, ni la Suisse ne veulent, d’aucune façon, l’introduction de cet élément sur leur territoire. Cette éventualité, à laquelle on peut s’attendre de la part du gouvernement français, nous mettrait dans une situation bien difficile. On pourrait objecter que nous possédons un cautionnement destiné au rapatriement éventuel et du paiement des frais éventuels d’assistance. En effet, mais le maintien de ces gens en état d’arrestation, leur embarquement, le transport de leurs bagages, le mauvais vouloir dont ils feront montre lorsqu’on voudra les faire diriger sur leur pays sont autant d’éléments qu’il est possible d’éviter en leur refusant l’accès de notre territoire. Et à ce propos, il y a lieu de noter en tout dernier ressort qu’il est à craindre que leur passage à travers l’Allemagne, en transit, vers leurs pays respectifs, ne soit interdit, malgré leurs ressources et malgré qu’ils seront nantis de coupons réguliers. […] Cette dernière perspective, c’est-à-dire le refus possible des autorités des pays limitrophes de laisser pénétrer sur leur territoire et en transit, dans la direction de leur pays d’origine, des nomades à quelque catégorie qu’ils appartiennent, les difficultés diplomatiques qui peuvent surgir à ce propos et les autres ennuis de toute nature qu’ils peuvent créer, doivent nous engager à nous montrer aussi sévères sur cette matière d’admission des nomades que nos voisins. Nous devons donc, je pense, refuser désormais toute demande d’autorisation de séjour faite par des étrangers de cette catégorie378.

61L’administration se désole par ailleurs que les Tsiganes aient admis au sein de leurs groupes respectifs de nouvelles familles séjournant dans le royaume sans son consentement. Le 11 octobre 1909, appréciant tous les faits imputables à l’encontre du séjour des tribus étrangères, Gonne écrit aux policiers et gendarmes :

Les cinq ou six tribus qui ont été admises successivement mais dans un délai relativement rapproché avaient jusqu’ici été considérées isolément par tribu. Quand, comme nous venons de le faire, on a examiné leur situation à un point de vue général d’ensemble, on arrive à une accumulation de faits qui doivent nous déterminer à les considérer comme des éléments nuisibles à tous les points de vue. Ils appartiennent bien à la catégorie des nomades qui ont de tous temps été repoussés du territoire. Ces tribus sont encore plus incommodes et offrent plus d’inconvénients que leurs congénères qui parcourent les pays avec des roulottes. L’hygiène, la sûreté publique et l’intérêt public, d’après l’expérience que nous venons de faire exigent, semble-t-il, que nous n’admettions plus ni à l’avenir ni maintenant aucune tribu ou bande de bohémiens ou de romanichels et que les nomades qui sont encore en Belgique soient invités à quitter le pays dès la première plainte, ainsi qu’il a été décidé en cause de la bande Tanasoff.

62Le 8 février 1910, tandis que les bandes ont successivement quitté librement le royaume et que leurs cautionnements respectifs leur ont été restitués, le chef de la Sûreté avise les commandants des brigades de gendarmerie du royaume : « l’autorisation qui avait été provisoirement accordée à ces étrangers de circuler en Belgique avec les personnes composant leur tribu est […] révoquée ».

63Pour le chef de l’administration de la Sûreté publique, le séjour des six tribus nomades en Belgique conforte les préjugés qui pèsent sur ce peuple. Les plaintes qui s’amoncèlent à leur égard révèleraient combien, quoique les apparences présagent, les Tsiganes sont intrinsèquement mendiants et malhonnêtes, combien la curiosité dont ces hôtes singuliers font l’objet dans les premiers temps laisse rapidement place à l’agacement et à l’animosité des citoyens belges à leur égard, et combien leur séjour dans le royaume peut entraver les bonnes relations diplomatiques avec les pays limitrophes. Jusqu’à la veille de la première guerre mondiale, plus aucune bande nomade étrangère n’est admise à séjourner et à circuler dans le pays. Les instructions générales de refoulement et de renvoi systématique de tous les Tsiganes, quels qu’ils soient, demeurent donc la règle. Comme auparavant, celle-ci se heurte à la volonté contraire des pays limitrophes.

Notes

308 Circulaire du 3 décembre 1886, adressée par l’administrateur de la Sûreté publique aux Gouverneurs de province. in Ministère de la justice, Recueil des circulaires…, p. 223-224.

309 Loi du 6 mars 1866 relative à la mendicité, au vagabondage, et aux dépôts de mendicité. Article 1er : « Tout individu valide, âgé de quatorze ans accomplis, trouvé en état de vagabondage, sera arrêté et traduit devant le tribunal de police. Tout individu valide, âgé de quatorze ans accomplis, trouvé mendiant, pourra également être arrêté et sera traduit devant le même tribunal. S’ils sont convaincus du fait, ils seront condamnés par ce tribunal à un emprisonnement d’un à sept jours pour la première contravention, et de huit à quinze jours en cas de récidive ; ils seront en outre mis à la disposition du gouvernement pendant le terme que le juge fixera, et qui sera de quinze jours au moins et de trois mois au plus pour la première contravention, et de trois mois au moins et de six mois au plus, en cas de récidive. Les condamnés seront enfermés dans un dépôt de mendicité, dans un école de réforme ou dans une maison pénitentiaire à désigner par le gouvernement ; ils pourront être soumis au régime de la séparation ».

310 Didier Taminiaux, Le régime progressif ou la progression dans l’amendement du détenu dans le système pénitentiaire belge, Louvain-la-Neuve, 1980 (UCL, Mémoire de licence en criminologie, inédit), p. 12.

311 AGR, ASP, PE, dossier 518 (72C18), Note verbale de l’administrateur de la Sûreté publique au capitaine commandant la gendarmerie à Mons, s.d. [septembre 1887].

312 L’article 1er de l’arrêté royal du 19 mars 1866 portant exécution de la loi du 6 mars 1866 prescrit : « Les mendiants et vagabonds, condamnés par application de l’art. 1er de la loi du 6 mars 1866, s’ils sont âgés de dix-huit ans accomplis, resteront, après avoir subi leur peine, dans le cas où ils sont mis à la disposition du gouvernement pendant un temps inférieur à un mois, dans la maison de sûreté ou d’arrêt des arrondissements où cette prison est appropriée au régime de séparations ».

313 AGR, ASP, PE, dossier 518 (72C18), Note de service, 3 mai 1887.

314 Une carte géographique retraçant l’itinéraire des Hongrois à travers le pays est disponible en annexe (Itinéraires de renvois à la frontière belge des nomades).

315 AGR, ASP, PE, dossier 518 (72C18), article du journal La Gazette, en date du 18 juin 1887.

316 Ibid., dossier 519, rapport de l’administration de la Sûreté publique, 5 mars 1887.

317 Ibid., dossier 524 (72C35/1), Lettre du directeur de la maison de sûreté des Petits Carmes à l’administrateur de la Sûreté publique, 14 février 1888.

318 Jusqu’à la fin de la première guerre mondiale, le Liban est sous domination turque.

319 Cette feuille de route ne se trouve pas dans le dossier d’archives.

320 AGR, ASP, PE, dossier 519 (72C19).

321 Séance ordinaire du sénat, 29 mars 1887, in Annales parlementaires de Belgique, Sénat, 1886-1887, p. 228. Intervention du baron Orban de Xivry.
Grégoire Orban de Xivry (baron) (1827-1898), sénateur catholique (1884-1898), représentant l’arrondissement de Bastogne-Marche. Secrétaire de la commission d la Justice (1864-1898). Ancien conseiller provincial du Luxembourg (1864-1868).

322 Séance ordinaire du sénat, 29 mars 1887, in Annales parlementaires de Belgique, Sénat, 1886-1887, p. 228. Intervention du baron Orban de Xivry.

323 Edmond Wetthnal (baron) (1843-1913), sénateur catholique représentant l’arrondissement de Hasselt de 1887 à 1900 puis de Hasselt-Tongres-Maaseik de 1900 à 1913. Bourgmestre de Nieuwerkerken de 1869 à 1899.

324 Séance ordinaire du sénat, 14 mai 1890, in Annales parlementaires de Belgique. Sénat, 1889-1890, p. 474. Intervention du baron Wetthnal.

325 Séance ordinaire du sénat, 14 mai 1890, in Annales parlementaires de Belgique, Sénat, 1889-1990. Intervention du baron Wetthnal.

326 Séance ordinaire du sénat, 29 mars 1887, in Annales parlementaires de Belgique, Sénat, 1886-1887, p. 228. Intervention du baron Orban de Xivry.

327 Circulaire du 4 mars 1890, adressée par le Ministre de la Justice aux Gouverneurs des neuf provinces, in Mémorial administratif de la province de Brabant, Bruxelles, 1890, t. I, n° 54, p. 297-298.
Jules Lejeune (1828-1911) est Ministre de la Justice de 1887 à 1894. Dès 1889, il cumule cette fonction avec celle d’administrateur de la Sûreté publique.

328 Circulaire du 4 avril 1893, adressée par l’administration de la Sûreté publique au général commandant la gendarmerie, in Gendarmerie nationale, Recueil des lois…, p. 759.

329 Dans un échantillon de soixante-sept individus pris au hasard parmi les trois cent nonante étrangers expulsés entre 1881 et 1891, seuls dix-huit ne regagnent pas le royaume dans les années suivantes. Les quarante-quatre étrangers récidivistes sont en moyenne condamnés quatre fois pour délit de rupture de ban. D’après Caestecker, Alien policy…, p. 33.

330 Circulaire du 17 mars 1892, adressée par le directeur général de l’administration de la Sûreté publique au Général commandant la gendarmerie, in Ministère de la justice, Recueil des circulaires…, p. 522-523.

331 AGR, ASP, PE, dossier 545 (72C336), Circulaire du 23 novembre 1908, adressée par le directeur général de l’administration de la Sûreté publique aux autorités de police des principales villes du royaume et à la gendarmerie ; AGR, ASP, PE, dossier 546 (72C337), Circulaire du 20 janvier 1909, adressée par le directeur général de l’administration de la Sûreté publique aux autorités de police des principales villes du royaume et à la gendarmerie ; AGR, ASP, PE, dossier 547 (72C341), Circulaire du 6 mai 1909, adressée par le directeur général de l’administration de la Sûreté publique aux autorités de police des principales villes du royaume et à la gendarmerie ; AGR, ASP, PE, Circulaire du 9 août 1909, adressée par le directeur général de l’administration de la Sûreté publique aux commandants des brigades de gendarmerie du royaume.

332 AGR, ASP, PE, dossier 545 (72C336), Note de service, 12 novembre 1908.

333 AGR, ASP, PE, dossier 545 (72C336), Circulaire du 23 novembre 1908, adressée par le directeur général de l’administration de la Sûreté publique aux autorités de police des principales villes du royaume et à la gendarmerie. Circulaire du 15 mars 1900, adressée par le Ministre de la Justice aux Gouverneurs de province, in Ministère de la Justice, Recueil des circulaires, 1900, p. 393-394.

334 AGR, ASP, PE, dossier 545 (72C336), Note de service, 12 novembre 1908.

335 AGR, ASP, PE, dossier 545 (72C336), Circulaire du 23 novembre 1908, adressée par le directeur général de l’administration de la Sûreté publique aux autorités de police des principales villes du royaume et à la gendarmerie.
AGR, ASP, PE, dossier 545 (72C337), Circulaire du 20 janvier 1909, adressée par le directeur général de l’administration de la Sûreté publique aux autorités de police des principales villes du royaume et à la gendarmerie.
AGR, ASP, PE, dossier 547 (72C341), Circulaire du 6 mai 1909, adressée par le directeur général de l’administration de la Sûreté publique aux autorités de police des principales villes du royaume et à la gendarmerie.

336 AGR, ASP, PE, dossier 545 (72C336), Circulaire du 23 novembre 1908, adressée par le directeur général de l’administration de la Sûreté publique aux autorités de police des principales villes du royaume et à la gendarmerie.

337 AGR, ASP, PE, dossier 545 (72C336), Article du journal Le Petit bleu, 14 novembre 1908.

338 Ibid., Article du journal Le Soir, 19 novembre 1908.

339 Ibid., Article du journal La Chronique, 12 novembre 1908.

340 Ibid.

341 Ibid.

342 Ibid., Article du journal Le Soir, 19 novembre 1908.

343 Ibid., Article du journal La Gazette de Liège, 13 mai 1909.

344 Ibid., Article du journal La Flandre orientale, 23 février 1909.

345 Ibid., Article du journal La Gazette, 7 mai 1909.

346 Ibid., Article du journal Le Soir, 19 novembre 1908.

347 Ibid., Article du journal La Meuse, 11 mai 1909.

348 Ibid., Article du journal La Gazette de Charleroi, 12 mai 1909.

349 Ibid., Article du journal La Gazette de Charleroi, 11 mai 1909.

350 Ibid., Article du journal La Gazette de Charleroi, 12 mai 1909.

351 Ibid., Article du journal La Dernière Heure, s.d.

352 Ibid., Article du journal La Dernière Heure, 15 novembre 1908.

353 Ibid., Article du journal Journal de Liège, 18 juin 1909.

354 Ibid., Article du journal La Dernière Heure, 15 novembre 1908.

355 Ibid., Article du journal Journal de Liège, 18 juin 1909.

356 Ibid., Article du journal La Meuse, 17 juin 1909.

357 Ibid., Article du journal Le Petit bleu, 14 novembre 1908.

358 Qui vit dans le pays où il est né, auquel il appartient comme citoyen (par opposition à l’étranger).

359 AGR, ASP, PE, dossier 545 (72C336), Article de La Presse, 16 mars 1909.

360 Ibid., Article du journal Le Matin, 6 avril 1909.

361 Ibid., Article du journal La Meuse, 11 mai 1909.

362 Ibid., Article du journal Le Matin, 6 avril 1909.

363 Ibid., Article du journal La Gazette, 7 mai 1909.

364 Ibid., Article du journal Le Matin, 6 avril 1909.

365 Ibid., Lettre d’un habitant de Schaerbeek au directeur général de la Sûreté publique, 10 décembre 1908.

366 Ibid., Rapport de la police de Schaerbeek, 13 janvier 1909 ; Ibid., rapport de la police de Bressoux, 19 mai 1909.

367 Ibid., Rapport de la gendarmerie de Theux, 16 juillet 1909.

368 Congrégation religieuse enseignante.

369 AGR, ASP, PE, dossier 545 (72C336), Rapport de la police d’Arlon, 23 juillet 1909.

370 Ibid., Rapport du commissaire de police de Bressoux, 16 juin 1909.

371 Ibid.

372 Ibid.

373 Ibid., Rapport du commissaire de police de Bressoux, 21 juin 1909.

374 Ibid., Note de service, 16 janvier 1909.

375 Ibid., Note de service, 27 juillet 1909.

376 Ibid., Note de service, 22 juin 1909.

377 Ibid., dossier 591 (74C4/9), Note de service, 11 octobre 1910.

378 Ibid.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search