Version classiqueVersion mobile

La Sûreté publique belge face aux Tsiganes étrangers

 | 
France Nézer

Cinquième partie. Les insuccès d’une politique rigoureuse (1882-1914)

Les insuccès d’une politique rigoureuse (1882-1914)

Texte intégral

1Dans le dernier quart du XIXe siècle, alors que la crise économique gronde en Belgique, un sentiment d’insécurité, porté à son paroxysme par les parlementaires, le monde judiciaire et la presse, règne en maître. Dans ce contexte, les Tsiganes étrangers ne sont pas les mieux-venus. Soucieux de protéger le citoyen belge contre ces hôtes jugés incommodes, foncièrement voleurs, mendiants et imposteurs, Gautier de Rasse décide de barrer l’accès à tous les Tsiganes étrangers, quels que soient les papiers et les ressources dont ils disposent. En vertu de la circulaire du 16 juin 1882, les gendarmes et policiers du royaume, mieux armés pour mener la traque aux indigents, doivent barrer l’accès à tous les Tsiganes étrangers qui tenteraient de pénétrer dans le pays et renvoyer à la frontière ceux qui parviendraient à s’avancer vers l’intérieur.

2Cette directive générale n’empêche nullement certains chefs de la Sûreté de mener une politique parallèle personnelle. Si Gautier de Rasse entreprend une politique hautement répressive – quatre bandes tsiganes sont internées pour chef de vagabondage et de mendicité entre 1886 et 1888 –, et que Jules Lejeune exclut au contraire toute mesure répressive malgré les récriminations des sénateurs à cet égard, Gonne, administrateur de 1901 à 1914, met en sourdine la politique de rejet des Tsiganes étrangers. Entre 1908 et 1910, il autorise six tribus tsiganes à circuler librement dans le pays et à y exercer leur art. Certaines d’entre elles demeureront plus d’une année en Belgique. Mais au-delà de ces politiques distinctes, les responsables de la Sûreté publique doivent chacun faire face à un obstacle de taille : le refus des autorités limitrophes d’accepter sur leur sol les nomades exclus du territoire belge. Il en résulte de longs conflits aux frontières dont sont victimes les Tsiganes, contraints de camper des jours voire des semaines durant à l’extrême frontière, les gendarmes, astreints à la surveillance des nomades et détournés en conséquence de leurs occupations ordinaires, mais aussi les habitants des communes frontalières qui doivent s’accommoder de ce voisinage peu commode.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search