Version classiqueVersion mobile

La Sûreté publique belge face aux Tsiganes étrangers

 | 
France Nézer

Quatrième partie. Une politique à deux vitesses (1858-1882)

Une politique à deux vitesses (1858-1882)

Texte intégral

1Jusqu’en 1882, la politique menée à l’encontre des Tsiganes étrangers est relativement confuse. En vertu des instructions générales, les Tsiganes dépourvus de papiers réguliers et/ou de moyens d’existence sont logés à la même enseigne que les autres indigents étrangers : ils ne sont pas admis à séjourner dans le royaume et ceux qui sont aperçus sur le territoire belge doivent immédiatement être reconduits à la frontière de leur choix. À l’inverse, aucune sanction n’est officiellement portée à l’encontre du séjour des Tsiganes disposant de papiers de légitimation en règle et de ressources suffisantes. Dans les faits cependant, la politique poursuivie à l’égard de ces derniers – et qui dépend de la seule appréciation du chef de la Sûreté – est à double vitesse : tandis que sous le « règne » de Napoléon-Joseph Verheyen, nulle bande tsigane n’est admise à circuler dans le pays, son successeur Berden octroie successivement, de 1876 à 1880, des autorisations de séjour à quatre tribus nomades.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search