Version classiqueVersion mobile

La Sûreté publique belge face aux Tsiganes étrangers

 | 
France Nézer

Troisième partie. Nouvelle vague migratoire des Tsiganes (1858-1914)

Nouvelle vague migratoire des Tsiganes (1858-1914)

Texte intégral

  • 151 François de Vaux de Foletier, « L’esclavage des Tsiganes dans les principautés roumaines », in Étud (...)

1La première vague migratoire tsigane en Europe occidentale débute au XVe siècle. Trois siècles plus tard, aux environs de 1730, les Tsiganes ont quasiment disparu des Pays-Bas, des Provinces-Unies et de la France. Leur départ est de courte durée : dans la seconde moitié du XIXe siècle en effet, ils y reparaissent en nombre. Cette nouvelle vague migratoire est essentiellement provoquée par la fin de l’asservissement des Tsiganes dans les principautés roumaines de Valachie et de Moldavie. Si cet esclavage, qui débute au XIVe siècle, touche progressivement à sa fin dès la première moitié du XIXe siècle, il faut toutefois attendre 1856 pour qu’il soit totalement abrogé151. Deux cent mille Tsiganes sont alors libérés. Leur émancipation déclenche leur migration massive vers l’Ouest. Dès 1858, des bandes tsiganes étrangères gagnent le royaume belge. Peu nombreuses, elles font toutefois l’objet d’instructions particulières émanant de la plume de l’administrateur de la Sûreté publique. En 1868, tandis que le nombre de Tsiganes parcourant le territoire belge croît à peine, l’administration décide d’ouvrir un fond spécial destiné à recueillir les dossiers relatifs aux bandes appréhendées par les forces de l’ordre sur le territoire.

2Si la politique menée à l’encontre des Tsiganes étrangers par l’administration de la Sûreté publique varie au cours des décennies et parfois même d’une bande tsigane à l’autre, une constante apparaît néanmoins : tous les Tsiganes étrangers, sans exception, sont finalement rejetés de force du territoire belge après avoir ou non bénéficié d’un droit de séjour temporaire. Les causes de ce rejet systématique semblent devoir être recherchées, en partie, dans leur mode de vie nomade. Toutefois, ce seul critère ne peut expliquer totalement l’inquiétude des autorités sédentaires à l’égard des Tsiganes. En effet, d’autres nomades, qu’ils soient forains, marchands ambulants ou colporteurs, sont généralement accueillis sur le territoire belge. Bien plus, comme en témoignent les circulaires dressées par les responsables de l’administration de la Sûreté publique, le rejet des Tsiganes relève avant tout des mœurs déloyales qui leur sont attribuées dans la société sédentaire. De tels clichés ne se limitent d’ailleurs pas à la seule société belge. Au XIXe siècle, le rejet des Tsiganes domine la politique de la plupart des pays d’Europe occidentale. Et parce qu’une telle politique est également la règle dans les pays limitrophes, le rejet des Tsiganes hors du territoire belge provoque régulièrement des difficultés diplomatiques. Autorités belges et autorités néerlandaises, allemandes, luxembourgeoises ou françaises s’attellent à faire supporter à l’autre le désagrément qu’occasionne le passage de Tsiganes sur leurs sols respectifs. Il en résulte de longs conflits frontaliers dont les dossiers individuels de l’administration de la Sûreté publique regorgent d’exemples.

Notes

151 François de Vaux de Foletier, « L’esclavage des Tsiganes dans les principautés roumaines », in Études tsiganes, n° 2-3, 1970, p. 28.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search