Version classiqueVersion mobile

La Sûreté publique belge face aux Tsiganes étrangers

 | 
France Nézer

Deuxième partie. La police des étrangers en Belgique. Quel statut pour les Tsiganes ?

La police des étrangers en Belgique

Quel statut pour les Tsiganes ?

Texte intégral

  • 81 Jean Stengers, Émigration et immigration en Belgique au XIXe et au XXe siècle, Bruxelles, Académie (...)
  • 82 Entretien avec Thierry Eggerickx dans « Partir un jour… », in Le Vif l’Express, 4 novembre 2005, (p (...)

1Tout au long du XIXe siècle, le territoire belge est essentiellement une terre d’émigration. Les pays voisins, et particulièrement la France, sont les destinations privilégiées par les Belges. De nombreux Flamands se rendent dans les environs de Lille et de Roubaix où les besoins de main-d’œuvre dans l’industrie et les charbonnages sont énormes. La plupart des émigrants sont des travailleurs saisonniers. Ils ne restent que quelques mois ou quelques années dans le pays d’accueil, puis regagnent la Belgique. Les pays d’Outre-mer, États-Unis en tête, attirent aussi les Belges. Ici, le voyage constitue une véritable émigration : les Belges qui s’y aventurent restent définitivement dans le pays hôte. Cette émigration est essentiellement dictée par la pauvreté qui touche le monde agricole belge : la maladie de la pomme de terre qui survient en 1845 est suivie de mauvaises récoltes de froment et de seigle. Mais les Belges qui choisissent de faire le « grand saut » de l’autre côté de l’Atlantique restent minoritaires. À titre d’exemple, le Grand-Duché du Luxembourg – dont la population n’atteint pas 5 % de la population belge – compte autant d’émigrants aux États-Unis que la Belgique81. Le faible nombre de candidats belges s’explique essentiellement par le prix élevé du voyage qui n’est accessible qu’aux mieux nantis82.

  • 83 Ibid.

2À côté de cette émigration temporaire ou définitive, la Belgique connaît son lot d’immigrés. Attirés par l’essor économique du jeune État et le régime hautement libéral du gouvernement, des étrangers s’installent définitivement dans le pays ou y séjournent un temps. Si, jusqu’en 1880, le nombre d’étrangers établis en Belgique reste stable, il croît considérablement et continuellement par la suite. Au tournant du XXe siècle, le nombre des immigrés dépasse même celui des émigrés. Cette immigration est surtout frontalière. Une importante main-d’œuvre française émigre dans le bassin industriel de Charleroi. Les Allemands choisissent la région de Verviers. Les Luxembourgeois s’installent du côté d’Arlon. Le Nord du pays attire quant à lui les Néerlandais (principalement autour d’Anvers) et les Anglais (dans la région de Bruges)83. Cette augmentation d’émigrés coïncide avec une croissance de la population belge. En conséquence, jusqu’en 1914, le pourcentage des étrangers par rapport à l’ensemble de la population oscille seulement entre 2 ou 3 %.

Figure 1 : Les étrangers établis en Belgique de 1846 à 1910

Figure 1 : Les étrangers établis en Belgique de 1846 à 1910
  • 84 Les – indiquent un excédent de l’émigration sur l’immigration, le + indique un excédent de l’immigr (...)

Source : données issues de Stengers, Émigration et immigration…, p. 23 et p. 69.
Note84

3Ce tableau, établi d’après les données fournies par les recensements décennaux de la population, ne révèle qu’une part de la réalité puisque seuls les étrangers qui résident ou sont domiciliés dans le royaume sont recensés. Au terme de la loi du 22 septembre 1835, ceux-là bénéficient d’une protection légale contre toute expulsion arbitraire. De nombreux autres étrangers n’obtiennent pas la résidence dans le pays. Ne bénéficiant d’aucune protection juridique, ils sont soumis aux mesures de police prescrites par l’administration de la Sûreté publique et peuvent à tout moment être renvoyés du pays. Parmi eux, figurent tous les mendiants, vagabonds et Tsiganes étrangers.

Notes

81 Jean Stengers, Émigration et immigration en Belgique au XIXe et au XXe siècle, Bruxelles, Académie royale des Sciences d’Outre-Mer, 1976, p. 96.

82 Entretien avec Thierry Eggerickx dans « Partir un jour… », in Le Vif l’Express, 4 novembre 2005, (propos recueillis par François Brabant).

83 Ibid.

84 Les – indiquent un excédent de l’émigration sur l’immigration, le + indique un excédent de l’immigration sur l’émigration.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les étrangers établis en Belgique de 1846 à 1910
Légende Source : données issues de Stengers, Émigration et immigration…, p. 23 et p. 69. Note84
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/4887/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search