Version classiqueVersion mobile

La Sûreté publique belge face aux Tsiganes étrangers

 | 
France Nézer

Première partie. Les Tsiganes sous l’Ancien Régime. Fondements de leur discrimination dans l’État moderne

Le vagabond d’Ancien Régime

De l’homme de Dieu au dangereux fainéant

Texte intégral

  • 17 José Cubero, Histoire du vagabondage, du Moyen-Âge à nos jours, Bruxelles, Imago, 1998, p. 15.

1Au cours de l’histoire, les vagabonds n’ont pas toujours été bannis de la société organisée. Si, dans l’Antiquité, la population se désintéresse le plus souvent d’eux, leur errance est approuvée voire gratifiée au bas Moyen Âge. Tantôt considéré comme « l’homme de Dieu », tantôt comme le pêcheur qui expie ses peines, le vagabond participe même à la recherche du salut des croyants plus aisés. En s’accommodant de l’obligation de l’aumône imposée par l’Église, ceux-ci peuvent en effet espérer « éteindre » leurs pêchés et obtenir ainsi un « gage » pour le Paradis17. Très vite cependant, une distinction est établie entre les pauvres véritables et les « fainéants » vagabonds. La dignité des premiers, derrière lesquels se cache l’image du Christ en souffrance, est indubitable. Malades, infirmes, estropiés ou vieillards, ils n’ont pas tenté de s’abstraire de leur espace social et demeurent enserrés dans les liens de la solidarité villageoise. Incapables de subvenir eux-mêmes à leurs besoins, ils méritent le soutien de la communauté chrétienne. À l’inverse, les « faux » pauvres, hommes valides et imposteurs, qui, par goût de l’oisiveté et de l’errance, se sont volontairement abstraits du monde du travail et ont fui leur communauté, n’imposent bientôt plus que le mépris et se voient rejetés du système de charité chrétienne.

  • 18 Ibid.

2L’instauration de matricules monastiques, qui connaissent leur véritable extension au VIe siècle, est à la base de l’introduction progressive de la distinction entre les « vrais » et les « faux » pauvres dans le système d’assistance. Désormais, l’obligation de secours des églises ne porte plus sur tous les indigents mais seulement sur un nombre fixe et limité de pauvres « officiels » (les matriculii). À l’époque carolingienne, ce nombre se réduit à peau de chagrin, de nombreuses églises limitant à douze le nombre de matriculii pour symboliser le collège apostolique. Le flot de malheureux exclus de l’assistance ecclésiastique échoue alors dans les hospices monastiques installés le long des routes les plus fréquentées. Les indigents n’y sont néanmoins pas tous logés à la même enseigne. Tandis que les « véritables » miséreux bénéficient d’un entretien prolongé, les vagabonds y sont renvoyés au bout de deux jours18.

  • 19 Alexandre Vexliard, Le clochard. Étude de psychologie sociale, [s.l], 1957, p. 256.

3 Dans la seconde moitié du XIVe siècle, suite à une hausse sans précédent du nombre de vagabonds, la différenciation entre « vrais » et « faux » pauvres paraît s’imposer dans le système d’assistance. À cette époque, de nombreux paysans, que la Grande Peste de 1347 a épargnés, quittent leurs terroirs ingrats pour des terres plus fertiles. Ils sont suivis par de nombreux serfs qui profitent du désordre généralisé pour échapper à leur dépendance. Les uns et les autres sont bientôt rejoints sur les routes par une foule de travailleurs qui, avec l’avènement du salariat, cherchent ailleurs un meilleur salaire. Parmi les migrants, de nombreux individus peinent à retrouver du travail. Dépourvus de salaire, ils n’ont dès lors plus comme seule ressource que la mendicité et le vagabondage. Craignant que la masse de vagabonds qui affluent vers les villes ne viennent perturber l’ordre public, les autorités politiques lèvent une série de lois répressives à leur encontre. Une véritable « police des pauvres » voit ainsi le jour, marquant le début de la chasse aux migrants. Elle a pour mission de surveiller et de punir les vagabonds et autres dangereux errants qui rôdent dans les forêts, les campagnes et les villes. Jusqu’au début du XVe siècle, les peines répressives qu’encourent les vagabonds sont relativement douces : ils s’exposent au bannissement ou écopent de trois jours de prison tout au plus19.

  • 20 Bronislaw Gemerek, Truands et misérables dans l’Europe moderne (1350-1600), Paris, Gallimard, 1980, (...)

4À l’époque, tous les migrants ne sont pas perçus comme des êtres en déviance, loin s’en faut. En réalité, la société médiévale se caractérise par une forte mobilité, qu’il s’agisse de la conquête de nouvelles terres, de migrations vers les villes ou de pèlerinages. Cependant, la migration est acceptée, voire encouragée, à deux conditions : elle doit être passagère et ne pas devenir une façon de vivre ; elle doit en outre être structurée, organisée et surveillée par les institutions de la société entière20. Seule la migration englobée dans une structure institutionnalisée, comme les pèlerinages, le compagnonnage ou le travail saisonnier, est admise. Les autres voyageurs, dépourvus d’un tel « alibi », sont considérés comme des vagabonds et des gens sans aveu. Bientôt, les Tsiganes sont répertoriés dans la catégorie des vagabonds nuisibles à l’ordre public et sont traités en conséquence.

  • 21 Françoise Cozannet, Mythes et coutumes religieuses des Tsiganes, Paris, Payot, 1973, p. 34.

5Quelques archives du XIVe siècle font sommairement état de l’arrivée des Tsiganes en Europe centrale et occidentale. Ce n’est toutefois qu’au début du XVe siècle qu’ils y pénètrent en nombre. D’abord aperçus en Hongrie, en Allemagne et en Suisse, ils gagnent rapidement le nord de la France, les anciens Pays-Bas et l’Italie. En 1422, ils arrivent à Rome. On ignore si les Tsiganes ont été conviés auprès du Pape Martin V. Quoiqu’il en soit, chaque groupe continue son périple muni d’une lettre de protection papale dont l’authenticité reste à ce jour une énigme21. En 1427, les Tsiganes apparaissent aux portes de Paris. Non autorisés à pénétrer dans la ville, ils se dirigent vers les régions s’étendant de la Lorraine à la Provence. Vers la fin du XVe siècle, ils arrivent en Aquitaine et franchissent la frontière espagnole. Des groupes tsiganes sont présents à Barcelone en 1447. Au début du siècle suivant, on les aperçoit au Portugal, en Angleterre et en Ecosse. Quelques groupes traversent ensuite les régions scandinaves, la Pologne et la Russie.

  • 22 Leo Lucassen, En men noemde hen Zigeuners. De geschiedenis van Kaldarasch, Ursurari, Lwara en Sdint (...)
  • 23 Reyniers, Gilain, Tsiganes de Belgique…, p. 5.
  • 24 Lucassen, En men noemde…, p. 22. Outre la missive papale délivrée en 1422, la plupart des bandes vo (...)

6Aux premiers temps de leur arrivée en Europe occidentale, les Tsiganes semblent accueillis avec bienveillance. Le spectacle qu’offrent ces hôtes mystérieux aux habitants friands de tout ce qui peut divertir leur quotidien contribue pour une large part à l’élan de générosité dont jouissent les Tsiganes. Mais la curiosité qu’ils suscitent ne suffit pas à expliquer l’hospitalité des autorités à leur égard. Sur ce point, deux autres critères paraissent s’imposer. Si les autorités des villes épiscopales, les princes, les évêques et autres dignitaires religieux remettent généralement sans méfiance la nourriture et l’argent que les Tsiganes réclament, c’est d’abord parce que ces derniers se dissimulent sous l’aspect de « bons » voyageurs22. Pour se concilier les faveurs des sédentaires, les Tsiganes s’attribuent en effet des origines mystérieuses mêlées à un fondement religieux. Certains groupes feignent d’être d’honorables pèlerins chassés d’Égypte à cause de leur foi chrétienne. D’autres prétendent être astreints à une errance sans fin en expiation du crime d’apostasie commis par leurs ancêtres23. Par ailleurs, les lettres de protection délivrées par divers princes et dont sont porteuses la plupart des bandes tsiganes suffisent souvent à convaincre les autorités d’offrir l’hospitalité à ses hôtes singuliers24. Cette hospitalité est toutefois de courte durée. L’accueil enthousiaste offert aux premières bandes cède la place au rejet de celles qui suivent.

  • 25 Id., « Eternal vagrants ? State formation, Migration, and travelling Groups in Western Europe, 1350 (...)
  • 26 Ibid., p. 232.

7Au début du XVe siècle, la bienfaisance publique et privée est réorganisée et centralisée. Elle a pour but d’offrir aux « véritables » pauvres le secours nécessaire à leur existence et d’empêcher qu’ils ne se retranchent dans le mode de vie errant. Si cette réorganisation rend la distribution de l’aumône plus rationnelle et mieux contrôlée, elle exclut les étrangers de l’œuvre d’assistance. Les villes, et bientôt les villages, s’efforcent progressivement de chasser les pauvres étrangers – qu’ils soient originaires de la ville ou du village voisin ou qu’ils proviennent d’un autre pays – et de les renvoyer, du moins quand c’est possible, dans les régions où ils peuvent prétendre aux secours (le plus souvent leur lieu de naissance). Bien que ces tentatives d’expulsion n’aient généralement pas abouti aux effets escomptés, elles suscitent l’apparition d’une « police des étrangers » avant la lettre, établie au plan local25. Parce qu’il est difficile, voire impossible de les renvoyer dans leur pays de naissance, les Tsiganes deviennent les étrangers indésirables par excellence26. La plupart des pays d’Europe occidentale leur interdisent l’accès au territoire. Les bandes qui osent encore s’y aventurer s’exposent à des peines répressives extrêmement sévères.

  • 27 Vexliard, Le clochard…, p. 256.
  • 28 Lucassen, « Eternal vagrants… », p. 227. Ces oeuvres populaires influencent fortement la population (...)
  • 29 Ibid., p. 232-233.
  • 30 Supplice qui consiste à hisser le coupable à une certaine hauteur puis à le laisser tomber.

8Parallèlement à l’exclusion des étrangers de l’œuvre d’assistance, de véritables mesures pénales levées contre les vagabonds font leur entrée dans toutes les législations d’Europe occidentale dès le XVe siècle (et plus précisément entre 1486 et 1507)27. L’image du vagabond prédisposé à des comportements criminels – véhiculée dans de nombreuses œuvres populaires – suscite les plus vives inquiétudes des populations et des autorités28. Bien que cette image s’éloigne de la réalité – si certaines bandes de vagabonds se sont engagées dans des crimes organisés, les bandits et criminels ne forment en réalité qu’une faible part des individus considérés comme vagabonds29 – les autorités décident de mener une lutte ouverte contre ces êtres vils et dangereux. Désormais, les vagabonds encourent de lourdes peines, tels le fouet, la marque au fer rouge, les travaux forcés, l’estrapade30, les galères, et même la peine de mort avec torture. Toutefois, les vagabonds échappent facilement à la répression car celle-ci est sporadique et cantonnée à une région limitée (essentiellement les grandes villes). Lorsque des rafles de vagabonds sont ordonnées par les autorités, la plupart des individus traqués se réfugient dans les lieux reculés (tels, par exemple, les villages et les forêts) où la présence policière est quasi nulle.

  • 31 Florike Egmond, Underworlds. Organized crime in the Netherlands 1650-1800, Cambridge, Polity Press, (...)
  • 32 Lucassen, En men noemde…, p. 22.
  • 33 Duché de Brabant, comté de Flandre, comté de Hainaut, comté de Namur, duché de Luxembourg, duché de (...)

9En tant que minorité ethnique, les Tsiganes, à l’instar des Juifs itinérants, font l’objet d’une législation particulière dans la plupart des pays d’Europe occidentale31. Les diètes allemandes de Lindau (1497) et de Fribourg (1498) provoquent l’amorce de cette vague répressive. Invalidant les lettres de protection de l’Empereur Sigismond et suspectant notamment les Tsiganes d’être espions à la solde des Turcs, elles intiment à ceux-ci l’ordre de quitter définitivement l’Empire32. En 1500, à la diète du Saint Empire romain à Augsbourg, l’Empereur Maximilien Ier confirme fermement cette injonction. Les décisions de l’Empereur se répercutent dans les anciens Pays-Bas dont la plupart des régions33 relèvent du Saint Empire romain germanique.

Notes

17 José Cubero, Histoire du vagabondage, du Moyen-Âge à nos jours, Bruxelles, Imago, 1998, p. 15.

18 Ibid.

19 Alexandre Vexliard, Le clochard. Étude de psychologie sociale, [s.l], 1957, p. 256.

20 Bronislaw Gemerek, Truands et misérables dans l’Europe moderne (1350-1600), Paris, Gallimard, 1980, p. 69.

21 Françoise Cozannet, Mythes et coutumes religieuses des Tsiganes, Paris, Payot, 1973, p. 34.

22 Leo Lucassen, En men noemde hen Zigeuners. De geschiedenis van Kaldarasch, Ursurari, Lwara en Sdinti in Nederland (1750-1944), La Haye, 1990, p. 22.

23 Reyniers, Gilain, Tsiganes de Belgique…, p. 5.

24 Lucassen, En men noemde…, p. 22. Outre la missive papale délivrée en 1422, la plupart des bandes voyagent avec des saufs-conduits délivrés par divers princes, tels le roi de Hongrie et Sigismond, Empereur germanique et roi de Bohême (saufs-conduits desquels est issue la dénomination courante de « bohémiens »).

25 Id., « Eternal vagrants ? State formation, Migration, and travelling Groups in Western Europe, 1350-1914 », in Jan Lucassen, Leo Lucassen, Migrations, Migration History : old paradigms and New Perspectives, Berlin-Berne-Paris, P. Lang, 1997, p. 231.

26 Ibid., p. 232.

27 Vexliard, Le clochard…, p. 256.

28 Lucassen, « Eternal vagrants… », p. 227. Ces oeuvres populaires influencent fortement la population, l’Église et les autorités. Parmi ces œuvres, dont les auteurs sont essentiellement des économistes non spécialisés dans le domaine du vagabondage, figurent le Das narrenschiff publié en 1494 et le Liber vagatorum publié aux environs de 1510.

29 Ibid., p. 232-233.

30 Supplice qui consiste à hisser le coupable à une certaine hauteur puis à le laisser tomber.

31 Florike Egmond, Underworlds. Organized crime in the Netherlands 1650-1800, Cambridge, Polity Press, 1993, p. 87.

32 Lucassen, En men noemde…, p. 22.

33 Duché de Brabant, comté de Flandre, comté de Hainaut, comté de Namur, duché de Luxembourg, duché de Limbourg, Tournai et Tournaisis.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search