Version classiqueVersion mobile

La Sûreté publique belge face aux Tsiganes étrangers

 | 
France Nézer

Première partie. Les Tsiganes sous l’Ancien Régime. Fondements de leur discrimination dans l’État moderne

Les Tsiganes sous l’Ancien Régime

Fondements de leur discrimination dans l’État moderne

Texte intégral

1Originaires du nord-est de l’Inde qu’ils quittent par vagues successives du XVe siècle avant notre ère jusqu’au VIIIe siècle après Jésus-Christ, les Tsiganes apparaissent en Europe orientale au XIIe siècle. Trois siècles plus tard, les premières bandes gagnent l’Europe occidentale. Au cours des premières décennies, ces étranges pèlerins bénéficient de l’accueil bienveillant des autorités locales et des villageois pour lesquels les mœurs singulières des nouveaux venus divertissent un quotidien souvent morne. Dès le XVIe siècle toutefois, l’émergence de l’image du vagabond voleur et dangereux, si prégnante dans les esprits, incite les autorités à mettre en œuvre les moyens nécessaires pour bannir les indigents de cette espèce et protéger ainsi l’ordre public. Les mesures prises à l’encontre des Tsiganes dans les anciens Pays-Bas (qui comprennent la Hollande et l’actuelle Belgique) comme dans l’ensemble des régions d’Europe occidentale révèlent combien la crainte qu’ils suscitent mène à l’émergence d’une police des étrangers « avant la lettre », établie au plan local. Au fil des siècles, cette police particulière se centralise et se renforce. Avec l’émergence de l’État-nation, la nécessité d’un contrôle serré des migrants étrangers donne naissance à une véritable institution policière spécialisée en la matière. En Belgique, l’administration de la Sûreté publique est chargée de ce contrôle auquel les Tsiganes, à l’instar des autres vagabonds et mendiants, sont soumis plus que tous autres étrangers.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search