Version classiqueVersion mobile

La Sûreté publique belge face aux Tsiganes étrangers

 | 
France Nézer

Préface

Xavier Rousseaux

Texte intégral

1Au XVIe siècle, époque où l’errance et le vagabondage devinrent suspects aux yeux des autorités, les « gens du voyage » vécurent un rapport ambigu avec les populations locales. Sous prétexte de leur nomadisme, les méfaits engendrés par la petite délinquance et le banditisme leur furent attribués. Lorsque dans la première moitié du XIXe siècle, les États nationaux se structurèrent, le contrôle des circulations devint une priorité de leurs agences de Sûreté publique. Dès 1830, la Belgique, État libéral se voulant accueillant aux migrants, se trouva confrontée à la gestion de ces groupes familiaux, sans identité étatique. La recherche de France Nézer examine le regard porté sur les Tsiganes par l’administration de la Sûreté publique de l’État belge dans la seconde moitié du XIXe siècle. L’observatoire s’avère central pour comprendre les politiques menées envers les groupes tsiganes étrangers. Sur base des dossiers conservés aux Archives générales du Royaume de l’administration de la police des étrangers, l’auteure montre comment l’État réagit à ce phénomène marginal en nombre, mais significatif en termes de rencontre culturelle entre populations nomades et sociétés sédentaires en voie d’industrialisation.

2Issue d’un mémoire de licence en histoire à l’Université catholique de Louvain, la recherche de France Nézer apporte une contribution à l’histoire du regard des autorités et des populations envers ce groupe particulier de migrants. Ce travail met en évidence les contradictions entre les discours sur la menace, les politiques revendiquées et les réalités pratiques du contrôle. Il rappelle combien le cadre juridique est flou et l’autonomie de l’Administration de la Sûreté réelle. Son administrateur général alterne autorisations de traverser le territoire, reconduites à la frontière et poursuites du chef de vagabondage et mendicité ; c’est lui qui négocie avec les États voisins aussi peu disposés à donner un statut permanent aux groupes nomades. C’est lui qui vitupère contre les insuffisances des polices locales. Parfois, l’administration utilise la répression, mais celle-ci s’avère plutôt symbolique et inefficace. Le regard porté par la presse sur la question tsigane porte peu sur les nomades eux-mêmes mais s’inscrit en général dans les conflits idéologiques entre catholiques et libéraux en stigmatisant pour l’essentiel la toute-puissance de l’administration ou l’inefficacité des forces de l’ordre. L’échec d’une politique rigoureuse à partir des années de crise (1882) et les « jeux de raquette » dans les zones frontalières rappellent les contradictions entre liberté de circulation des nomades et contrôle du territoire.

3 Quant à l’image des Tsiganes dans la population, elle oscille en fonction du contexte socio-économique. Tantôt l’image des Tsiganes est positive et les populations apprécient leurs compétences techniques en vannerie ou arts du métal. Tantôt, les périodes de crise conditionnent une vision pessimiste de ces groupes familiaux venus de l’Est, soupçonnés de menacer l’ordre social et de troubler la construction nationale des sociétés européennes. Cette ambivalence de l’image nourrit l’imaginaire belge de la perception des Tsiganes. Ambivalence entre fascination et méfiance que l’on trouve mise en scène dans l’album de Tintin « Les bijoux de la Castafiore » au début des années 1960.

4En contrepoint de cette obsession du contrôle, le nombre réduit des groupes surveillés par les forces de l’ordre démontre combien la circulation des Tsiganes perturbe davantage l’image que se donnent les partisans du maintien de l’ordre étatique que les populations locales. Une obsession qui sera dramatisée en période d’occupation allemande, lorsque les Tsiganes connaîtront à nouveau l’expulsion mais dans le cadre des politiques d’extermination nazies.

5L’élargissement des frontières de l’Europe a remis au premier plan de l’actualité la question des gens du voyage. À l’heure où la liberté de circulation des personnes à l’intérieur de l’espace européen s’applique tant aux sédentaires qu’aux populations nomades, sédentarisées ou pratiquant leur mode de vie ancestral, le dossier historique ouvert par France Nézer souligne les contradictions des politiques publiques de l’État belge et ses enjeux sous-jacents, contribuant de ce fait au débat contemporain sur la place des nomades dans des sociétés sédentarisées.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search