Version classiqueVersion mobile

Le leadership dans l’Union européenne

 | 
Jean De Ruyt

Troisième partie. Élections et nominations en 2014

Chapitre 3. Le choix des autres leaders

Texte intégral

1Une fois Juncker élu, le choix du haut représentant et du président du Conseil européen n’eut rien de la quête du candidat idéal. Il fut essentiellement abordé à partir d’équilibres politiques, géographiques et de « genre ».

2Le plus urgent était de choisir le haut représentant, puisqu’il est membre de la Commission et que Juncker voulait organiser la répartition des portefeuilles au sein de celle-ci dès le mois d’août.

3Il était clair que le haut représentant devait être socialiste, puisque Juncker était PPE et que les socialistes avaient voté pour lui. Mais qui ? Le choix fut laissé au nouveau premier ministre italien Matteo Renzi, qui avait gagné brillamment les élections européennes en Italie et chatouillait les chrétiens-démocrates en réclamant la fin des politiques d’austérité.

4Au Conseil européen spécial convoqué le lendemain de l’élection de Jean-Claude Juncker, Renzi proposa donc sa ministre des Affaires étrangères Federica Mogherini et insista lourdement pour l’imposer. On tenta dans la foulée de faire nommer, pour le poste de président du Conseil européen, la première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt, dont le nom circulait depuis longtemps. Même François Hollande avait fini par l’accepter, bien que son pays ne fût pas dans l’euro.

5Deux femmes, toutes les deux socialistes : l’accord aurait pu se faire si les pays du « Groupe de Visegrad » ne s’étaient pas réveillés pour constater qu’ils avaient été oubliés dans le deal en train de se faire.

6Les Pays Baltes, de surcroît, émirent des objections à la nomination de Mogherini, du fait que, dans la gestion de la crise ukrainienne, son pays était trop accommodant vis-à-vis de la Russie. Tout fut dès lors suspendu jusqu’après les vacances d’été.

7L’imbroglio se dénoua le 30 août : Federica Mogherini fut confirmée comme haute représentante et le premier ministre polonais Donald Tusk choisi, par consensus de l’ensemble des chefs de gouvernement, comme président du Conseil européen.

8Le choix de la ministre des Affaires étrangères italienne fit l’objet de critiques, du fait de son « inexpérience », mais les critiques visaient surtout le fait que les États-Membres avaient écarté des personnalités fortes comme Karl Bildt ou Radek Sikorski, signifiant ainsi qu’ils entendaient bien garder eux-mêmes la maîtrise de la politique étrangère. Mais la nouvelle haute représentante se révéla vite plus expérimentée - et douée - qu’on ne l’avait dit.

9Donald Tusk était depuis longtemps considéré comme un candidat potentiel mais il hésitait à quitter son poste de premier ministre, sa « Plateforme civique » ayant été affaiblie par le recul de la croissance en Pologne et les progrès du PIS dans l’opposition. Les pressions furent heureusement assez fortes et, avec lui, le Conseil européen se dote d’un leader de poids.

10Sa nomination fait taire les appréhensions de ceux qui craignaient une dérive pro-russe avec la nomination de la ministre italienne comme haute représentante. Tusk se vit aussi confier la présidence des sommets de l’Eurogroupe, ce qu’il était important de préciser d’emblée.

3.3.1. Le sommet manqué du 16 juillet 2014

11Une fois Juncker élu, le Conseil européen se réunit comme prévu le lendemain, 16 juillet, pour procéder au choix du nouveau haut représentant.

12Allait-on en même temps choisir le successeur de Herman Van Rompuy - voire un président permanent pour l’Eurogroupe ?

  • 148 Voir ci-dessus, 3.2.3.

13Si on s’y attendait encore à l’extérieur, dans la salle l’enthousiasme pour le concept du « paquet » avait été refroidi car, à ce stade du processus de nominations, il donnait, comme on l’a vu ci-dessus148, des appétits démesurés aux socialistes. Comme prix de leur accord pour soutenir le chrétien démocrate Jean-Claude Juncker comme président de la Commission, ils entendaient obtenir à la fois la succession de Van Rompuy et celle d’Ashton.

14Il semble toutefois que l’opération aurait pu réussir avec, en tandem, la ministre des Affaires étrangères italienne Federica Mogherini pour le poste de haute représentante et la première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt comme présidente du Conseil européen : deux femmes, l’une du Nord, l’autre du Sud, toutes les deux socialistes…

15François Hollande, qui avait longtemps défendu le principe selon lequel le président du Conseil européen devrait venir de la zone euro, avait fini par accepter la Danoise mais ce qui enraya la machine fut une réaction des pays membres du « Groupe de Visegrad »- Pologne, Hongrie, Tchéquie, Slovaquie - qui ont l’habitude de se réunir en marge des Conseils européens.

16Le tandem Mogherini-Thorning-Schmidt signifiait en effet qu’aucune des grandes fonctions en balance n’irait à un représentant des nouveaux États-Membres. Ils tentèrent donc de rentrer dans le jeu mais se heurtèrent à la détermination inattendue de Matteo Renzi à soutenir sa candidate.

17La candidature de Federica Mogherini avait été acceptée sans presque aucune discussion par les chefs de gouvernement socialistes du fait du soutien farouche que lui apportait le nouveau premier ministre italien.

18L’ardeur avec laquelle les Italiens ont coutume de soutenir un candidat national lorsqu’ils en ont l’occasion est bien connue de tous ceux qui ont pratiqué la diplomatie multilatérale. Mais Renzi en l’occurrence battit tous les records. Fort de la victoire de son parti aux élections européennes, utilisant la présidence italienne qui venait de commencer, il arriva à Bruxelles (en retard) convaincu d’obtenir l’accord du Conseil européen sur sa candidate.

  • 149 Témoignage de l’auteur.

19Pourquoi voulait-il absolument que ce soit elle ? Frederica Mogherini était, six mois plus tôt encore, totalement inconnue de la plupart des ministres des Affaires étrangères et sans autre expérience que celle acquise dans les services de l’Unione puis du Partito Democratico. On dit qu’il voulait surtout, ce faisant, empêcher que le Conseil européen choisisse son prédécesseur Enrico Letta pour succéder à Van Rompuy (un choix que ce dernier avait soutenu) ; on dit aussi qu’il aurait promis à son partenaire de coalition Angelo Alfano de profiter du départ de Mogherini pour opérer un remaniement du gouvernement italien ; on dit enfin qu’il ne voulait surtout pas laisser le champ libre à Massimo d’Alema, le leader ex-communiste qui avait déjà été candidat pour le poste cinq ans auparavant149.

20En réalité, Renzi, qui est un homme pressé, voulait surtout exploiter pleinement sa victoire aux élections européennes pour restaurer au sein de l’Union le prestige de son pays - plutôt malmené pendant l’ère berlusconienne et encore plus ces dernières années avec la crise de l’euro. Puisque le poste de haut représentant revenait aux socialistes, c’est celui-là qu’il visa. Puisqu’il fallait absolument une femme pour une des trois fonctions, pourquoi pas sa ministre des Affaires étrangères ? Elle était jeune et inexpérimentée ? Pas plus que moi, pouvait dire le premier ministre italien, deux ans plus jeune qu’elle, et n’ayant jamais été ministre avant de devenir chef du gouvernement au début de 2014 !

21Malheureusement pour lui, en-dehors des considérations sur l’« inexpérience » de sa candidate, un paramètre nouveau joua dans la discussion : la position trop molle de l’Italie envers la Russie vint servir d’argument aux nouveaux États-Membres pour rejeter le paquet proposé. Le premier ministre de Lituanie, Algirdas Butkevicius alla jusqu’à faire état publiquement de son veto contre Mogherini avant le début de la réunion ; mais plusieurs de ses collègues de l’Est partageaient sa mauvaise humeur, notamment le premier ministre polonais Donald Tusk, dont le ministre des affaires étrangères, Radoslaw Sikorski, n’était plus compté parmi les front runners pour le poste de haut représentant, précisément pour la raison opposée…

22On se rendit compte, dès lors, que la décision serait impossible à prendre ce jour-là - surtout que derrière les réticences des uns et des autres, il y avait aussi le souci, partagé par tous, d’obtenir un poste important dans la nouvelle Commission que Juncker avait promis de constituer pendant le mois d’août.

23Renzi, toutefois, encore peu au fait de la culture des Conseils européens, insista pour qu’on se prononce sur sa candidate ; mais peu de mains se levèrent quand Van Rompuy posa la question et la réunion se termina au petit matin sans que rien n’ait été décidé. Bravement, le Conseil européen conclut qu’il n’avait eu qu’un « premier débat » sur les nominations et qu’il se réunirait de nouveau le 30 août pour prendre « une décision finale ».

3.3.2. Le choix de Donald Tusk et de Federica Mogherini

24Malgré son échec relatif du 16 juillet, Matteo Renzi continua pendant tout le mois d’août à lobbyer pour sa candidate. Il la présenta à Jean-Claude Juncker pour le poste de commissaire italien, en insistant clairement et publiquement sur le fait qu’elle était candidate au seul poste de haute représentante. Renzi s’appuya aussi fortement sur ses collègues socialistes - jouant sur le leadership qu’il assumait, en tant que président en exercice de l’Union, mais aussi de vainqueur des élections européennes et de leader de l’offensive menée contre la politique d’austérité.

25À la veille du Conseil européen du 30 août, les sept leaders socialistes de l’UE se réunirent à Paris à l’invitation de François Hollande et confirmèrent leur choix de Mogherini - dont la candidature, depuis le retour des vacances, ne rencontrait plus d’objection.

26Pour le poste de président du Conseil européen, par contre, le choix resta ouvert jusqu’à l’avant-veille du Conseil. Il y avait en effet de plus en plus de candidats : les socialistes, satisfaits d’avoir obtenu la haute représentante, étaient moins gourmands qu’au lendemain de l’élection de Juncker et les trois grands groupes politiques pouvaient donc concourir, la seule contrainte étant que le nouveau président ne pouvait pas venir de l’Europe du Sud.

  • 150 Le poste en réalité ne fut pas mis en discussion : le ministre des finances néerlandais Dijsselbloe (...)

27En effet, l’Italie avait obtenu le poste de haut représentant (en plus de celui de président de la BCE !) et on s’attendait à ce que l’Espagne se voit attribuer la présidence à temps plein de l’Eurogroupe, le ministre espagnol des finances Luis de Guindos ayant été adoubé quelques jours avant par Angela Merkel150.

28Restaient donc les nouveaux États-Membres de l’Est mais aussi le Nord de l’Europe, lui aussi peu gâté jusqu’à présent dans la distribution des positions de leadership au sein de l’Union.

29Trois noms étaient mentionnés pour l’Est : Donald Tusk, le premier ministre polonais dont on parlait depuis longtemps mais qui avait toujours affirmé jusque-là qu’il n’était pas candidat ; Valdis Dombrovskis, l’ancien premier ministre letton, qui s’était fait apprécier pour son succès dans le redressement de l’économie de son pays, sérieusement mise à mal par la crise financière de 2008, et Andrus Ansip, ancien premier ministre estonien, libéral et champion de la révolution « digitale ».

30Pour le Nord, on parlait toujours, bien sûr, de la première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt, mais aussi de l’ancien premier ministre finlandais Jyrki Katainen, qui avait abandonné son poste pour se faire désigner par son pays comme membre de la Commission, et, pour autant qu’il puisse être considéré comme nordique, le premier ministre irlandais Enda Kenny, loué, comme son ex-collègue letton, pour sa maîtrise de la crise financière dans son pays.

31Le suspense, en réalité, ne dura que jusqu’au moment où Donald Tusk fit savoir, le 28 août, à Herman Van Rompuy que, « s’il y avait consensus sur son nom », il accepterait le poste. Van Rompuy comprit tout de suite que Tusk serait le meilleur candidat de compromis : au pouvoir depuis sept ans, venant d’un (grand) nouvel État-Membre, homme de compromis, nuancé dans son approche de la Russie, il avait acquis, malgré sa faible connaissance de l’anglais et son ignorance totale du français, la considération de tous ses collègues. Son choix, par ailleurs, avait l’avantage de balayer les objections des « antirusses » à la nomination de Federica Mogherini.

32Dès l’annonce de sa candidature, il obtint même le soutien explicite de David Cameron, avec lequel il avait pourtant polémiqué récemment à propos du statut des « immigrants » venant de l’intérieur de l’UE. Quant à ses rivaux, trois d’entre eux devaient se retrouver dix jours plus tard « vice-présidents » dans la Commission Juncker…

  • 151 Voir sur cette question 2.3.4., 4.2.2. et 4.2.3.

33Le fait que la Pologne ne fasse pas partie de la zone euro n’a pas été considéré comme un obstacle - alors que la France avait un moment invoqué cet argument pour écarter la danoise Helle Thorning-Schmidt. En réalité, à la différence du Danemark, la Pologne est supposée rejoindre la zone euro dès qu’elle aura satisfait aux critères de Maastricht. Les chefs de gouvernement ont d’ailleurs pris soin, pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté, de nommer Donald Tusk non seulement président du Conseil européen pour deux ans et demi, comme le prévoit le traité, mais également président des sommets de la zone euro pour la même période, ce qui évite les effets pervers qu’aurait l’attribution de cette présidence à une autre personne. Le problème était moins aigu d’ailleurs du fait que les États qui comme la Pologne, ont ratifié le Fiscal Compact sont de ce fait invités à ces sommets151.

34Il ne fallut dès lors que quelques minutes, après le début de la réunion du Conseil européen, pour que les deux nominations soient approuvées formellement et annoncées. Les chefs de gouvernement purent ensuite consacrer tout leur dîner à la crise ukrainienne, après avoir entendu le président Petro Poroshenko faire état d’incursions flagrantes de l’armée russe sur le territoire de son pays.

3.3.3. Le profil de Federica Mogherini

35Federica Mogherini ne serait sans doute pas devenue la haute représentante si elle n’avait pas bénéficié d’un intense effort de lobbying du premier ministre italien Matteo Renzi.

36Au sein du Partito Democratico, elle n’était pourtant pas particulièrement proche de lui. Elle commença sa carrière politique sous l’égide de Massimo d’Alema, Piero Fassino, puis Walter Veltroni, figures brillantes de la gauche italienne, mais venant de l’ex-parti communiste - tandis que ses ascendances à lui étaient plutôt démocrates-chrétiennes.

37Mais Federica s’était fait apprécier pour son activité dans l’« appareil » du Parti au point de se faire élire à 35 ans à la Chambre des députés, où elle fit preuve d’une activité débordante, centrée sur la politique étrangère. Réélue en 2013, elle fut choisie pour présider la délégation italienne à l’Assemblée parlementaire de l’OTAN.

38Dès sa prise de pouvoir en décembre 2013, Renzi, qu’elle avait soutenu, l’avait nommée responsable pour l’Europe et les affaires internationales dans le Secrétariat national du parti. Il était logique dès lors qu’elle occupe le poste de ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement - jeune et à parité hommes-femmes - qu’il constitua en février 2014. Le président de la république, Giorgio Napolitano, aurait, dit-on, tenté un baroud d’honneur en faveur de la ministre sortante Emma Bonnino, mais l’histoire paraît un peu fabriquée, comme beaucoup de ce qui entoure le curriculum de la leader radicale.

39Bien qu’elle se soit fait élire à Vérone (la ville d’origine de son mari) puis en Émilie-Romagne, Federica Mogherini est une Romaine : née à Rome, fille du réalisateur de cinéma Flavio Mogherini, elle a étudié les sciences politiques à l’université romaine de la Sapienza.

40Elle a fait un séjour Erasmus à Aix-en-Provence et représente ainsi une nouvelle génération d’Italiens qui parlent les langues - dans son cas l’anglais, le français et l’espagnol - ce qui lui fit gagner des points dès son acceptance speech à l’issue du Conseil européen du 30 août ; Les journaux italiens, admiratifs, l’ont appelée la ragazza Erasmus.

41Membre des Jeunesses communistes - section Ponte Milvio, celle de Enrico Berlinguer - dès l’âge de quinze ans, elle « entra en politique » au temps où Massimo d’Alema représentait la mutation des communistes en « démocrates de gauche ». De 2001 à 2007, elle travailla dans la cellule de politique étrangère des « DS » sous la direction de Piero Fassino et participa à la direction du Partito Democratico dès sa création en 2007.

42Elle épousa un proche collaborateur de Walter Veltroni, Matteo Rebesani, qui avait été l’assistant de celui-ci au Parlement européen avant de le suivre à la mairie de Rome de 2001 à 2008. Issu du monde des ONG, Rebesani devait ensuite - et jusqu’à récemment - s’occuper de droit humanitaire et de l’organisation « Save The Children ». Le couple a deux jeunes enfants : Caterina et Marta.

43Federica Mogherini est une politicienne de gauche. Son blog Blogmog en témoigne, comme d’ailleurs toute sa carrière depuis son engagement politique précoce. Les journaux ont abondamment diffusé une photo d’elle à coté de Yasser Arafat, au temps où, comme toute la gauche italienne, elle croyait aux accords d’Oslo et militait pour la cause palestinienne.

44On lui en a voulu d’avoir, pendant la crise ukrainienne, représenté un des pays membres de l’Union les plus accommodants avec la Russie. C’est même en invoquant cette raison, comme on l’a vu plus haut, que les pays d’Europe centrale et orientale avaient monté un front contre sa candidature en juillet. Il s’agissait évidemment surtout de critiques de circonstances et la nouvelle haute représentante a déjà rectifié le tir. La question prend d’ailleurs une autre tournure depuis que, en même temps qu’elle, le Conseil européen a désigné comme son futur président le premier ministre polonais Donald Tusk.

45Mais la principale critique faite à la nouvelle haute représentante ne visait pas ses convictions de gauche ou pro palestiniennes ni les positions qu’elle exprimait en tant que ministre des Affaires étrangères de l’Italie. Ce que les observateurs lui reprochèrent surtout, dès que son nom commença à circuler, est son manque d’expérience - et l’on en déduisit qu’elle avait été choisie parce que les grands États-Membres ne voulaient pas d’un véritable leader européen pour la politique étrangère.

  • 152 Article de Sohrab Ahmari intitulé « Have Passport, will appease », WSJ, 15/07/2014.

46Compensant le mutisme des hommes politiques, les grands quotidiens internationaux se jetèrent, dès avant la réunion de juillet, sur la pauvre candidate italienne. L’article qui donna le ton fut celui du Wall Street Journal du 15 juillet152 qui la présenta comme une pasionaria d’extrême gauche conduisant une politique étrangère au service des intérêts économiques de l’Italie en Russie !

47La tempête s’apaisa pendant l’été puisque la candidature semblait perdue mais elle reprit peu avant le sommet du 30 août. L’éditorial du Financial Times du 28 août mérite à cet égard d’être cité :

If the job does indeed go to Ms Mogherini, this would be disappointing. At a time of significant international tension, the EU could have opted for an established big hitter such as Swedish foreign minister Karl Bildt or his Dutch counterpart Frans Timmermans… if (she is) chosen, it would be for the same reasons that Britain’s Catherine Ashton got the job five years ago. It would be the result of an elaborate bargain among member states in which every box is ticked - except the one marked « experience » .

48Même ton dans Le Monde du même jour sous le titre « Diplomatie européenne, le mauvais choix » :

Nul n’est capable d’identifier les idées maîtresses qui guident sa pensée diplomatique ; c’est précisément ce qui convient aux États-Membres qui revendiquent une diplomatie nationale active comme la France et la Grande-Bretagne ou à ceux qui comme l’Allemagne et l’Italie privilégient une diplomatie profil bas guidée par leurs intérêts économiques. Ces pays ne veulent surtout pas d’un poids lourd politique ni de diplomates chevronnés comme le Suédois Carl Bildt, le Polonais Radek Sikorski ou même la Bulgare Kristalina Georgieva… De tels profils risqueraient d’entraver leurs ambitions nationales.

49Ces critiques, comme on le voit, expriment surtout la frustration de ceux qui, depuis la nomination de Solana, et à travers la Convention pour l’avenir de l’Europe, ont aidé au développement de la fonction de haut représentant, dans l’espoir qu’elle permettrait la mise en place de la fameuse politique étrangère européenne inscrite dans le Traité de Maastricht.

50Le défi de Federica Mogherini sera de leur démontrer que, contrairement aux apparences, elle est à la hauteur de la tâche. Son CV révèle en réalité qu’elle s’occupe de politique étrangère depuis plus de vingt ans. Ceux qui l’ont vue à l’œuvre comme ministre des Affaires étrangères ou dans des réunions de think tanks ont pu remarquer sa bonne connaissance des dossiers et son aisance à les présenter. Mais il lui faudra évidemment s’imposer dans un environnement difficile qui mettra surtout au défi ses qualités de management et sa capacité au leadership.

3.3.4. Donald Tusk, un leader de poids

51Depuis l’automne 2013, on parlait beaucoup de la nomination du président de la Commission mais très peu de celle du président du Conseil européen. Le processus des spitzenkandidaten eut comme effet induit de découpler la discussion sur les deux fonctions et Herman Van Rompuy d’ailleurs n’encourageait pas les spéculations sur son successeur car il voulait continuer à « exister » jusqu’à la fin de son terme ; pendant longtemps il ne donna pas l’impression de favoriser un candidat plus que l’autre, mais, à l’approche du Conseil européen du 30 août, on comprit qu’il avait au fond de sa poche un candidat qui non seulement avait le profil requis, mais qui ferait facilement l’unanimité.

52Donald Tusk est un vétéran du Conseil européen : il y entra en 2007 - un an et demi avant Van Rompuy lui-même. Son arrivée au pouvoir fut accueillie avec soulagement par la plupart des États-Membres de l’Union européenne : il succédait en effet à Jaroslaw Kaczynski, leader, avec son frère jumeau Lech, alors président de la République, d’un parti farouchement eurosceptique, Prawo i Sprawiedliwosc, « Liberté et Justice », le PIS.

53Le nouveau président du Conseil européen est un ancien de Solidarnosc : il participa au mouvement dès ses débuts en 1980, comme l’un des leaders du mouvement étudiant qui soutenait les ouvriers.

54Né le 22 avril 1957 à Gdansk d’un père charpentier et d’une mère infirmière, Donald Tusk étudia l’histoire à la Faculté des sciences humaines de Gdansk et fut l’un des fondateurs de l’association indépendante des étudiants de la ville. Il contribua au journal Samorzadnosc, tout en travaillant dans une coopérative.

55Apres la chute du communisme, il participa à la création du « Congrès Libéral Démocratique » (KLD) dont il fut président en 2001 mais qui fusionna ensuite avec Unia Wolnosci (UW), l’« Union pour la Liberté », le parti de Geremek et de Mazowiecki. Il fut élu sénateur en 1997 et réélu régulièrement ensuite.

56Bien qu’il regroupait les leaders historiques de la Pologne post communiste, Unia Wolnosci n’en finissait pas de perdre les élections et, en 2001, trois leaders, « les trois ténors », parmi lesquels Donald Tusk, créèrent un nouveau parti, Platforma Obywatelska (PO), la plateforme civique, plutôt conservateur et démocrate-chrétien. Tusk en deviendra rapidement le seul président - ce qui est à l’origine de sa réputation d’être « celui qui fait le vide autour de lui ».

57La plateforme ne s’imposa que progressivement. Tusk se fit battre en 2005 à l’élection présidentielle qui fut remportée par Lech Kaczynski. Il perdit aussi les élections législatives de 2006 qui permirent au frère jumeau de Lech, Jaroslaw Kaczynski, de devenir premier ministre. Mais le gouvernement constitué par celui-ci avec l’extrême-droite et les populistes ne tint qu’un an et, suite à des élections anticipées, Tusk devint premier ministre en novembre 2007.

58La « cohabitation » avec le président Lech Kaczynski ne fut pas facile. Celui-ci ne se gênait pas pour saboter les réformes annoncées par Tusk, qui en fut réduit à les mettre en œuvre très prudemment. L’accident d’avion de Smolensk, en 2010, dans lequel périt le président Kaczynski, vint tout bouleverser.

59On s’attendait à ce que Tusk se (re)présente comme candidat à la présidence mais il préféra laisser la place au président de la Chambre, Bronislaw Komorowski, et rester premier ministre. Il dut alors subir une campagne hargneuse du PIS tendant à laisser croire que l’accident de Smolensk était un attentat organisé par la Russie, dont le gouvernement Tusk aurait camouflé les preuves ! Malgré cela, et bien qu’affaibli, il remporta les élections de 2011, étant ainsi le premier chef de gouvernement polonais, depuis le rétablissement de la démocratie, à exercer deux mandats successifs.

60Une des raisons pour lesquelles il hésita longtemps à céder aux pressions de ceux qui, depuis plus d’un an, le poussaient à se présenter comme candidat - d’abord à la Commission, puis au Conseil européen - est que son départ va laisser un grand vide dans la difficile vie politique polonaise et que ce vide, le PIS est aux aguets pour le combler.

61On a reproché à Tusk sa mauvaise connaissance des langues. Il parle plus ou moins bien l’allemand - ce qui lui permet de dialoguer avec Angela Merkel et Vladimir Poutine à propos de l’Ukraine. Il a promis d’améliorer son anglais : « I will polish my English », dit-il non sans humour après sa nomination, ce qui est évidemment une nécessité, s’il veut pouvoir dialoguer en permanence avec les chefs de gouvernement comme le faisait son prédécesseur. Quant à la connaissance du français, il y a longtemps qu’elle n’est plus indispensable à Bruxelles, même si elle reste un moyen de communication privilégié des « Bruxellois » de l’Union.

62Sous des dehors affables et souriants, Tusk est un redoutable politicien et son succès en Pologne, où la vie politique est particulièrement sans pitié, démontre qu’il a des qualités manœuvrières qui lui seront utiles dans sa nouvelle fonction. Défendra-t-il exagérément les intérêts polonais ? On peut évidemment le supposer. Sera-t-il proche d’Angela Merkel et de l’Allemagne ? Peut-être. Il devra en tout cas apprendre les subtilités de la dynamique franco-allemande ainsi que d’autres jeux traditionnels qui ne lui sont pas aussi familiers qu’ils ne l’étaient à son prédécesseur, issu du cœur même de l’Union.

63En tout cas, nul ne peut nier que Donald Tusk soit un leader - ce qui, après tout, dans la logique que poursuit cet ouvrage, est une bonne nouvelle pour l’Union.

Notes

148 Voir ci-dessus, 3.2.3.

149 Témoignage de l’auteur.

150 Le poste en réalité ne fut pas mis en discussion : le ministre des finances néerlandais Dijsselbloem, titulaire actuel, ayant dû renoncer à devenir le commissaire néerlandais, insista lourdement pour achever son mandat - qui ne prend fin qu’en juin 2015 - voir aussi ci-dessous, 4.2.2.

151 Voir sur cette question 2.3.4., 4.2.2. et 4.2.3.

152 Article de Sohrab Ahmari intitulé « Have Passport, will appease », WSJ, 15/07/2014.

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search