Version classiqueVersion mobile

Le leadership dans l’Union européenne

 | 
Jean De Ruyt

Deuxième partie. Le Traité de Lisbonne et sa mise en œuvre

Chapitre 2. Le choix des nouveaux acteurs

Texte intégral

1C’est dans une certaine improvisation que furent choisis les titulaires des deux nouvelles fonctions créées par le Traité de Lisbonne. Les travaux préparatoires à sa mise en œuvre avaient en effet été interrompus dès l’annonce du référendum négatif en Irlande et ne reprirent qu’à la veille du dépôt du dernier instrument de ratification, moins d’un mois avant l’entrée en vigueur du traité.

2Pour la présidence du Conseil européen, les trois candidats restés en lice au moment où le traité se voyait enfin ratifié étaient, paradoxalement, les trois premiers ministres du Benelux, comme si les États-Membres avaient voulu se rassurer quant à la portée de la fonction en privilégiant les leaders des pays qui s’étaient battus pour qu’elle ait le profil le plus modeste possible.

3Peu connu en-dehors de la Belgique et premier ministre depuis moins d’un an, Herman Van Rompuy s’était fait apprécier pour sa capacité d’écoute et ses connaissances économiques mais il n’était pas homme à « arrêter le trafic à Pékin » : l’opinion publique européenne se montra d’abord déçue par le profil qu’il affichait mais se mit rapidement à apprécier le nouveau président quand, à peine nommé, il prit les initiatives qu’il fallait pour réagir à la crise de la zone euro.

4Le haut représentant devait être socialiste (puisque Van Rompuy était PPE), britannique (pour compenser le rejet de Tony Blair) et si possible une femme (puisque les principaux leaders de l’Europe étaient à ce moment tous des hommes). Aussi, quand, après le désistement de David Miliband, Gordon Brown suggéra, parmi d’autres, le nom de Catherine Ashton, depuis un an commissaire au commerce, elle fut choisie pratiquement sans discussion. Cette improvisation fut mal accueillie et la haute représentante eut beaucoup de mal à s’imposer, surtout pendant sa première année. Van Rompuy, quant à lui, prépara soigneusement son entrée en fonction en adaptant le mode de fonctionnement du Conseil européen à son nouveau statut.

2.2.1. La victoire des pays du Benelux

  • 69 Il s’agissait essentiellement de garanties que le traité ne serait pas utilisé par des Allemands de (...)

5La tâche de procéder aux consultations pour le choix des deux nouveaux leaders revenait au premier ministre suédois Frederik Reinfeldt, (dernier) président rotatif du Conseil européen. Heureusement, un certain déblayage avait été opéré à l’occasion du Conseil européen des 29 et 30 octobre : le président Klaus n’avait pas encore signé l’acte de ratification tchèque mais avait laissé entendre qu’il le ferait moyennant quelques assurances mentionnées dans les conclusions69. Fin octobre, on put donc déjà discuter plus ouvertement de candidats ; mais il s’agissait d’une discussion improvisée puisqu’aucune consultation formelle n’avait pu être organisée auparavant.

6Dans les coulisses de ce Conseil européen, on se rendit compte que la candidature de Tony Blair au poste de président du Conseil européen avait perdu toutes ses chances d’aboutir. L’année de réflexion imposée par les Irlandais avait fait regagner du terrain aux pays du Benelux et à tous ceux qui craignaient un « président de l’Europe » qui aurait éclipsé le président de la Commission.

7Pour que les choses soient bien claires, le 7 octobre, quelques jours après le deuxième référendum irlandais, les pays du Benelux avaient diffusé un mémorandum dans lequel ils présentaient leur vision quant au profil que devrait avoir le président du Conseil européen. Une phrase avait une signification politique claire :

The full time President should be someone who has demonstrated his commitment to the European project and has developed a global vision of the Union’s policies, who listens to Member States and the institutions, and who is sensitive to the institutional balance that corresponds to the Community method.

  • 70 Témoignage de l’auteur.

8Ce texte servit de référence à tous ceux qui, pour une raison ou une autre, ne souhaitaient pas voir choisi l’ancien premier ministre britannique. Cela n’empêcha toutefois pas Gordon Brown, qui avait plus ou moins officialisé la candidature de son prédécesseur, de continuer à la défendre avec une obstination du moins apparente. Merkel et Sarkozy avaient pourtant clairement laissé entendre, suite à un dîner bilatéral le 28 octobre, qu’ils marquaient plutôt leur préférence pour l’un des trois premiers ministres du Benelux. Ils avaient même pris la peine de vérifier si Van Rompuy était prêt à accepter le poste au cas où on le lui demanderait70.

  • 71 Voir à ce sujet l’excellent article de Tony Barber, correspondant du Financial Times : « The Appoin (...)

9Parallèlement, les leaders socialistes avaient fait un deal avec les chrétiens démocrates, leur laissant la présidence du Conseil européen pour obtenir la place de haut représentant et confièrent à quelques-uns d’entre eux le soin d’examiner les candidats potentiels71.

10On évoqua les ministres des Affaires étrangères allemand et espagnol - Franz-Walter Steinmeier et Miguel Angel Moratinos -, Élisabeth Guigou, l’ancienne ministre française des Affaires européennes, l’ancien chancelier autrichien Alfred Gusenbauer et Adrian Severin, ancien ministre des affaires étrangères roumain. Mais pour chacun d’eux un problème se posait et très vite donc le choix se concentra sur le ministre des Affaires étrangères britannique David Miliband qui non seulement avait le profil idéal mais dont la nomination aurait « compensé » le rejet de la candidature de Tony Blair comme président du Conseil européen.

11Telle était donc la situation après le Conseil européen des 29-30 octobre.

12Celui-ci approuva aussi des « guidelines pour le SEAE » qui avaient été préparés par le Coreper sous la présidence éclairée du Suédois Christian Danielsson. Celui-ci, avant de devenir représentant permanent de la Suède, avait longtemps travaillé à la Commission et il avait discrètement relancé, après le deuxième référendum irlandais, les travaux sur la mise en place du Service, qui avaient été brutalement interrompus le 13 juin 2008. Dès avant l’arrivée du nouveau haut représentant, dont on ignorait encore l’identité, le profil général du Service était donc établi.

2.2.2. Balkenende, Juncker et Van Rompuy

13Une fois la ratification tchèque acquise, on convint d’organiser un Conseil européen informel, le 19 novembre, pour désigner le président du Conseil européen et le haut représentant qui devaient entrer en fonction le 1er décembre.

  • 72 On parlait aussi de l’ancienne présidente lettone, Vaira Vike Freiberga, mais ceux qui avançaient l (...)

14Blair marginalisé, les trois chefs de gouvernement qui restaient en lice étaient, curieusement - mais ce n’était pas vraiment une coïncidence - les chefs de gouvernement des trois pays qui, au départ, avaient été les plus hostiles à la création de la fonction : les premiers ministres des Pays-Bas, Jan Pieter Balkenende, du Luxembourg, Jean-Claude Juncker et de la Belgique, Herman Van Rompuy72.

15Le premier ministre hollandais Jan Pieter Balkenende, président du parti de l’Appel démocrate-chrétien (CDA), était au pouvoir aux Pays-Bas depuis 2002 et en était à son quatrième gouvernement. Successeur de Jan de Hoop Scheffer, devenu secrétaire général de l’OTAN, il avait obtenu une victoire spectaculaire aux élections de 2002, en partie parce qu’il avait pris ses distances avec ceux qui démonisaient le leader d’extrême-droite Pim Fortuyn, assassiné pendant la campagne électorale. Fin 2009, il était en bout de course et il était donc le plus disponible pour « passer à l’Europe ». Il allait d’ailleurs perdre le pouvoir début 2010.

  • 73 Sur l’Eurogroupe, voir notamment ci-dessous, 2.3.4.

16Jean-Claude Juncker, contrairement aux premiers ministres hollandais et belge, était une figure bien connue à Bruxelles. Premier ministre du Luxembourg depuis 1995, il est (et demeure à ce jour) le chef de gouvernement européen à avoir servi le plus longtemps. Il cumula longtemps la fonction de premier ministre avec celle de ministre des finances et présidait depuis 2005 l’Eurogroupe, la réunion informelle des ministres des finances de la zone euro73. Jean-Claude Juncker fut réélu trois fois à cette fonction, que le Traité de Lisbonne institutionnalisait. La crise financière en avait fait l’un des premiers acteurs de la scène européenne, mais avait aussi exposé son talon d’Achille : un attachement obstiné à « l’exception luxembourgeoise » en matière de transparence fiscale.

17Herman Van Rompuy, premier ministre de Belgique depuis janvier 2009 seulement, n’était pas candidat à la fonction de président du Conseil européen. Il avait dû remplacer au pied levé le premier ministre Yves Leterme, qui avait dû démissionner dans le contexte de la crise provoquée par la chute de la banque Fortis, victime de la crise financière européenne. On attendait donc surtout de lui qu’il calme le jeu politique belge avant les élections législatives de juin 2010, qui devaient immanquablement ramener les problèmes communautaires à l’avant-plan des préoccupations.

  • 74 Témoignage de l’auteur.

18Chrétien-démocrate flamand, Van Rompuy était une figure modérée, discrète, qui ne s’était pas encore « brûlé » sur le devant de la scène politique belge. Au niveau européen, il était assez peu connu mais sa première apparition au Conseil européen de mars 2009 n’était pas passée inaperçue : le secrétaire général du Conseil, Pierre de Boissieu, fit part dès ce moment à son entourage de son sentiment qu’Herman Van Rompuy avait le « profil idéal » pour occuper le premier poste de président permanent. Il en parla directement au premier intéressé et, en marge du Conseil européen de juin, alors que le sort du traité était encore incertain, Herman Van Rompuy commença à devoir répondre à des questions sur son intérêt pour la fonction74.

19Troublé mais tenté par l’offre, il réalisa assez vite que l’opinion belge ne se scandaliserait pas vraiment de le voir partir mais serait plutôt fière de voir un des siens prendre une position de leadership à la tête de l’Europe, après les échecs successifs de ses prédécesseurs Jean-Luc Dehaene et Guy Verhofstadt à obtenir la présidence de la Commission européenne. Ainsi, après avoir commencé par dire que sa candidature n’était pas d’actualité, il réagit peu à peu de manière plus nuancée, faisant savoir que, si on le lui demandait, il lui serait difficile de refuser.

2.2.3. Le choix de Herman Van Rompuy

20Jean-Claude Juncker n’avait pas besoin de faire campagne car tout le monde le connaissait - ce qui était à la fois un avantage et un inconvénient puisque, inconsciemment, les leaders européens cherchaient plutôt du sang neuf pour relancer la machine après la longue stagnation de la première décennie du siècle. Il essaya de réunir une coalition de petits pays mais celle-ci pesait peu par rapport à l’Allemagne, où son franc-parler, exprimé dans la presse locale, lui avait fait des ennemis. Il n’avait pas non plus de très bonnes relations avec Nicolas Sarkozy avec lequel il avait plusieurs fois croisé le fer sur les questions de gouvernance économique et de fiscalité, notamment pendant la présidence française.

21Les Néerlandais firent une campagne active, mobilisant leurs ambassades au sein de l’Union, pour défendre la candidature de Jan Pieter Balkenende dont on savait qu’il allait bientôt quitter la scène nationale. Mais, bien qu’il eût participé à tous les Conseils européens depuis 2002, il apparaissait comme quelqu’un de trop effacé, pas vraiment quelqu’un qui aurait « développé une vision globale des politiques européennes » pour reprendre les termes du document Benelux du 7 octobre décrivant le candidat idéal. Le président en exercice du Conseil européen, Fredrik Reinfeldt, avait pour lui une sympathie certaine mais ce n’était pas le cas de ses collègues des grands pays et il était déjà largement hors-jeu avant le sommet du 19 novembre ; il annonça, en y arrivant, qu’il n’était plus candidat.

  • 75 Témoignage de l’auteur.

22Restait Herman Van Rompuy. Le premier ministre belge ne pouvait pas faire ouvertement campagne mais chargea discrètement son entourage de suivre de près les efforts du premier ministre suédois. Il mena donc activement une « non-campagne », ce qui avait l’avantage de le dispenser de devoir négocier quelque monnaie d’échange que ce soit. Le plus délicat, compte tenu de l’histoire récente, était d’éviter un veto britannique. Heureusement Van Rompuy et Gordon Brown s’appréciaient : tous deux économistes et pragmatiques, ils avaient sympathisé lors d’une rencontre bilatérale en écartant d’emblée et spontanément toute langue de bois pour évoquer la crise économique et ses effets sur les budgets nationaux75.

  • 76 Témoignage de l’auteur.

23Lorsqu’il arriva au bâtiment du Juste Lipse, le 19 novembre, pour participer au Conseil européen, Herman Van Rompuy reçut une invitation urgente du président Sarkozy à venir le voir dans le bureau de la délégation française. Le soutien français était officialisé. En sortant, il rencontra Jean-Claude Juncker qui, à sa manière, l’embrassa, reconnaissant sa défaite. Il rencontra également dans les couloirs le premier ministre espagnol et futur président en exercice, Jose Luis Zapatero, qui lui expliqua ce qui s’était passé, peu avant, dans une réunion des leaders socialistes à propos de la désignation du haut représentant76.

2.2.4. L’entrée en scène de Catherine Ashton

24Les leaders socialistes de l’Union s’étaient réunis à la représentation permanente de l’Autriche, sous la présidence de Werner Faymann, chancelier autrichien.

25Comme on l’a vu, le candidat qui semblait s’imposer à l’issue du Conseil européen, le 30 octobre, était le ministre britannique des affaires étrangères David Miliband. Mais celui-ci, dans l’intervalle, avait décidé de privilégier la politique nationale en se lançant dans la course à la présidence du Labour. Cette décision, comme on le sait, se révéla funeste pour lui puisque la poste alla à son frère Edward. Il finit par renoncer prématurément à la vie politique.

  • 77 La presse rapporta que d’Alema aurait été rejeté suite à des pressions occultes d’Israël qui auraie (...)

26Aucun parmi les autres candidats ne se révélait idéal. L’Italie avait tardivement présenté la candidature de Massimo d’Alema, ancien premier ministre et ministre des Affaires étrangères, mais elle ne fut pas prise sérieusement en considération77.

27En réalité, malgré le désistement de Miliband, tout le monde attendait les propositions de Gordon Brown. Celui-ci avait en effet habilement maintenu ouverte la candidature de Tony Blair au poste de président du Conseil européen jusqu’au dernier moment, et ceux que cette nomination n’enchantait pas (y compris parmi les socialistes) étaient tout prêts à offrir, en compensation, le poste de haut représentant au Royaume-Uni. Brown arriva en retard à la réunion socialiste ; il confirma qu’il renonçait à la candidature de Blair et présenta trois noms pour le poste de haut représentant : Geoff Hoon, ancien ministre de la défense, Peter Mandelson, secrétaire au commerce, qui jusqu’à l’année précédente avait été commissaire européen au commerce, et celle qui lui avait succédé à ce poste, Cathy Ashton. Le choix se porta rapidement sur cette dernière.

  • 78 Voir ci-dessus 2.2.2.

28Le fait qu’elle était une femme a joué un rôle important dans la sélection de Cathy Ashton : en effet, depuis le Conseil européen des 29 et 30 octobre, un mouvement s’était développé, notamment au Parlement européen, pour que l’un des grands postes soit confié à une femme78. Il était donc tentant de choisir comme haut représentant la seule femme en lice, même si elle ne faisait pas partie du « club » des ministres ou ex-ministres des Affaires étrangères ou de la défense.

29Née en 1956, Catherine Ashton étudia l’économie et la sociologie à l’université de Londres ; elle commença par militer dans le « mouvement pour le désarmement nucléaire » dont elle fut la trésorière, puis occupa diverses fonctions dans des organisations caritatives avant d’être envoyée en 1999, au titre du parti travailliste, à la Chambre des Lords, dans le cadre de la réforme imposée par Tony Blair. Sans avoir été élue, elle devint ainsi pair à vie et Baroness Ashton of Upholland, son lieu de naissance.

30Elle « monta » ensuite dans le parti travailliste en occupant successivement des postes de secrétaire d’État à l’éducation, aux affaires constitutionnelles et à la justice. C’est Gordon Brown, à son arrivée en 2007, qui la nomma leader of the Lords. À ce titre, elle joua un rôle important et apprécié dans la ratification du Traité de Lisbonne. C’est, semble-t-il, pour la récompenser de cette performance que Gordon Brown l’envoya à Bruxelles en 2008 remplacer Peter Mandelson comme commissaire au commerce.

31Au Royaume-Uni, elle était toutefois moins connue que son mari, le journaliste Peter Kellner, président du célèbre institut de sondages YouGov et très respecté de l’establishment travailliste.

32Bien que depuis un an seulement à Bruxelles, Cathy Ashton était appréciée par les membres de la Commission et les experts en affaires commerciales, notamment pour avoir négocié avec succès un accord de libre-échange historique avec la Corée du Sud. José Manuel Barroso avait fait des démarches discrètes en faveur de sa commissaire, dont il pensait qu’elle privilégierait sa casquette de vice-présidente de la Commission dans la bataille qui s’annonçait pour mettre en place le Service d’action extérieure, bête noire des fonctionnaires de la Commission.

33Avant même que la décision soit formellement prise, Barroso téléphona à Cathy Ashton pour la prévenir car il savait que celle-ci, comme souvent le vendredi soir, s’apprêtait à prendre le train de Londres pour y rejoindre sa famille. Elle arriva rapidement au Juste Lipse, remercia les chefs de gouvernement, s’excusa de ne pas avoir eu le temps de préparer un discours et participa avec Herman Van Rompuy à une conférence de presse improvisée - et plus euphorique que ne le furent, le lendemain, les commentaires de la presse européenne et mondiale.

2.2.5. Les débuts des deux nouveaux leaders

34La presse en effet réagit assez négativement aux deux nominations, reprochant aux chefs de gouvernement d’avoir manqué d’ambition en nommant deux inconnus au profil trop modeste.

  • 79 The Guardian, 25 octobre 2009.

35Il était clair pourtant que Herman Van Rompuy n’avait pas été choisi pour « arrêter le trafic à Pékin, Moscou ou Washington », selon l’expression de David Miliband dans les derniers jours de la campagne pour la candidature de Tony Blair79. Comme on l’a vu, une majorité d’États-Membres ne voulaient pas d’une personnalité du type de Tony Blair et c’est ce qui explique qu’in fine le choix se soit porté sur les chefs de gouvernement des pays du Benelux, c’est-à-dire des pays qui souhaitaient le profil le plus bas possible pour la fonction.

36Pourtant, c’est un sentiment de déception qui domina les commentaires des médias. La réaction est bien synthétisée par Stephen Castle, alors correspondant du New York Times à Bruxelles :

  • 80 The New York Times, 20 novembre 2009.

After the European Union’s eight year battle to rewrite its internal rules and to pass the Lisbon Treaty that created these two new jobs, the selection of such low profile figures seemed to highlight Europe’s problems instead of its readiness to take a more united and forceful place in world affairs80.

37Le correspondant du Financial Times Tony Barber commenta comme suit la nomination de Cathy Ashton :

[She] was nominated to the consternation of those onlookers who doubted both her Foreign Policy skills and her ability to emerge from the shadow of Barroso, her superior in the future Commission hierarchy.

38Le président du Conseil européen ne devait pas être confirmé par le Parlement européen et aurait pu prendre ses fonctions dès le premier décembre, date d’entrée en vigueur du traité. Mais Van Rompuy choisit de se donner un peu de temps et de laisser Frederik Reinfeldt présider la dernière réunion de la présidence suédoise. Il se contenta d’apparaître au dîner de ce Conseil pour annoncer qu’il avait décidé de convoquer, sans attendre la réunion ordinaire de mars, une réunion spéciale du Conseil européen le 11 février 2010.

  • 81 Van Daele, atteint par la limite d’âge, fut remplacé, à la fin 2012, par son compatriote Didier See (...)

39Il choisit rapidement son chef de cabinet, l’Ambassadeur Frans Van Daele, ancien représentant permanent, qui avait étudié avec lui à l’Université de Louvain et était reconnu comme un des meilleurs diplomates non seulement belges mais européens. Van Daele avait été ambassadeur à Washington durant la présidence de George W. Bush et avait eu le mérite de restaurer la relation bilatérale avec la Belgique, mise à mal par la guerre en Irak. Le fait qu’il ait été représentant permanent en même temps que Pierre de Boissieu, devenu secrétaire général du Conseil, facilitait d’emblée le contact entre le président du Conseil européen et le Secrétariat général du Conseil avec lequel il allait devoir travailler étroitement81.

40Il faut noter à ce propos que, si le Conseil européen devenait une institution, il n’était pas prévu qu’il dispose d’une administration propre. Pierre de Boissieu, ancien représentant permanent français, avait été nommé secrétaire général adjoint du Conseil lorsque Solana était devenu secrétaire général - en même temps que haut représentant pour la PESC - en 1999 ; lui et Solana furent reconduits dans ces fonctions pour cinq ans en juin 2004 ; la fonction de secrétaire général devenait donc vacante en 2009 et on décida, pour assurer une certaine continuité administrative, que Pierre de Boissieu l’occuperait pendant deux ans.

41Cathy Ashton, elle, puisqu’une de ses casquettes était celle de vice-présidente de la Commission, devait se soumettre à une audition au Parlement européen. Elle se présenta dès le 2 décembre devant la Commission des Affaires étrangères où elle dut subir un flot de questions dont certaines dépassaient sa capacité technique du moment - de nombreux parlementaires voulant mettre en valeur son incompétence. Elle dut ensuite, en janvier 2010, comme tous les nouveaux membres de la Commission Barroso II, passer un hearing avant que le Collège dans son ensemble soit approuvé.

42Dans l’intervalle, elle assuma, dès le premier décembre, sa première casquette, la fonction de haut représentant. On le lui reprocha, non seulement parce que cela ne correspondait pas à l’esprit du traité, mais aussi parce que certains auraient préféré voir Javier Solana assurer une certaine transition.

2.2.6. Le « nouveau » Conseil européen

43Herman Van Rompuy prit formellement ses fonctions le 1er janvier 2010 et, comme il l’avait annoncé, commença à préparer son premier Conseil européen. Il ne voulait pas attendre la date de la première réunion ordinaire de l’année, qui a lieu traditionnellement à la fin du mois de mars, car il se rendait compte qu’il ne commencerait à « exister » dans sa nouvelle fonction que lors de la première réunion qu’il présiderait.

44Le nouveau président entendait innover aussi en respectant à la lettre la nouvelle composition du Conseil européen prévue par le traité, à savoir « les chefs d’État et de gouvernement des États-Membres, son président et celui de la Commission » ; les traités antérieurs ajoutaient que les chefs de gouvernement étaient « assistés » par les ministres des Affaires étrangères tandis que dorénavant ceux-ci sont supposés être représentés par le seul haut représentant qui « participe (aux) travaux ».

  • 82 Selon l’art. 16, par. 6 du Traité de l’Union européenne, le CAG est chargé « d’assurer la cohérence (...)

45Van Rompuy tenait beaucoup à faire respecter cette nouvelle règle : il est déjà difficile, en effet, de créer une certaine intimité dans une réunion regroupant une trentaine de personnes autour de la table mais, avec les ministres des Affaires étrangères, le Conseil européen était devenu un mini-parlement et les vraies négociations ne pouvaient avoir lieu qu’au dîner, où les chefs se retrouvaient seuls. Les ministres prirent très mal la chose mais Van Rompuy resta ferme. Pour maintenir le contact, il promit de venir déjeuner ou dîner avec les membres du « Conseil Affaires générales », le fameux « CAG », le jour où il se réunit pour préparer les réunions du Conseil européen et d’organiser une fois par an avec eux une réunion élargie, ce que permettait le nouveau règlement intérieur82.

46En réalité, le rôle de coordination du CAG s’est révélé difficile à intégrer dans le système post Lisbonne : au niveau technique, en effet, la « coordination » est assurée par le Coreper, que la permanence à Bruxelles rend plus à même d’assurer ce rôle ; même pour la préparation du Conseil européen, c’est le Coreper qui procède aux premières lectures du texte des conclusions et le président du Conseil européen lui-même, en contact permanent avec les chefs de gouvernement, ne laisse pas beaucoup d’espace politique aux membres du CAG en la matière. La marginalisation du CAG devint encore plus flagrante quand la crise de l’euro amena les chefs de gouvernement à confier à des sherpas - en général leur conseiller diplomatique - la préparation des dossiers sensibles et « non communautaires ».

47En-dehors de la préparation des réunions du Conseil européen, la formation du CAG reste toutefois importante pour certains dossiers politiques horizontaux, comme les négociations d’élargissement ou le cadre budgétaire pluriannuel - bien que ce dernier, en 2013, a fini par être négocié et conclu par le Conseil européen lui-même !

48Pour créer une atmosphère plus intime lors de la première réunion du Conseil européen qu’il devait présider, Herman Van Rompuy ne se contenta pas de tenir à l’écart les ministres des Affaires étrangères : il décida de tenir la réunion, non pas dans le bâtiment du Conseil, l’austère Juste Lipse, mais dans la bibliothèque Solvay, au milieu d’un parc tout proche. Ce changement de lieu devait toutefois provoquer beaucoup de difficultés techniques et de sécurité et l’expérience ne fut pas renouvelée. Par la suite, toutes les réunions se tinrent au Juste Lipse, en attendant l’achèvement d’un bâtiment voisin dont la construction avait été décidée peu après le Conseil européen de Nice pour abriter le Conseil européen « sédentarisé » à Bruxelles.

Notes

69 Il s’agissait essentiellement de garanties que le traité ne serait pas utilisé par des Allemands des Sudètes expulsés de Tchécoslovaquie en 1945 ou par leurs descendants pour récupérer leurs propriétés.

70 Témoignage de l’auteur.

71 Voir à ce sujet l’excellent article de Tony Barber, correspondant du Financial Times : « The Appointments of Herman Van Rompuy and Catherine Ashton » dans le Journal of Common Market Studies, 2010, volume 48 - Annual Review, pp. 55-67.

72 On parlait aussi de l’ancienne présidente lettone, Vaira Vike Freiberga, mais ceux qui avançaient la candidature de la « dame de fer baltique » avaient comme principal argument le fait qu’elle était une femme, ce qui n’aurait pas été suffisant pour que les chefs de gouvernement renoncent à nommer l’un des leurs.

73 Sur l’Eurogroupe, voir notamment ci-dessous, 2.3.4.

74 Témoignage de l’auteur.

75 Témoignage de l’auteur.

76 Témoignage de l’auteur.

77 La presse rapporta que d’Alema aurait été rejeté suite à des pressions occultes d’Israël qui auraient impressionné la chancelière allemande Angela Merkel - voir notamment Le Monde et The Guardian du 19 novembre 2009 ; mon impression est plutôt que Berlusconi n’a soutenu que très mollement la candidature du leader occulte des « pouvoirs forts » ex-communistes de l’Italie.

78 Voir ci-dessus 2.2.2.

79 The Guardian, 25 octobre 2009.

80 The New York Times, 20 novembre 2009.

81 Van Daele, atteint par la limite d’âge, fut remplacé, à la fin 2012, par son compatriote Didier Seeuws, ancien porte-parole du premier ministre Guy Verhofstadt, qui s’était distingué pour son efficacité en tant que représentant permanent adjoint pendant la Présidence belge de 2010.

82 Selon l’art. 16, par. 6 du Traité de l’Union européenne, le CAG est chargé « d’assurer la cohérence des travaux des différentes formations du Conseil, de préparer les réunions du Conseil européen et d’en assurer le suivi en liaison avec le président du Conseil européen et la Commission » ; il était jusque-là traditionnellement convoqué dos à dos avec le Conseil Affaires étrangères, les participants étant dans beaucoup de pays la même personne, à savoir le ministre des Affaires étrangères.

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search