Version classiqueVersion mobile

Le leadership dans l’Union européenne

 | 
Jean De Ruyt

Première partie. Les leaders de l’Europe, de la CECA au Traité de Lisbonne

Chapitre 3. 1991 - 2001 : Une Union politique en quête de leadership

Texte intégral

1L’Union européenne mise en place à Maastricht fut dépassée par les événements avant même la ratification du nouveau traité. Elle n’avait pas été conçue, en effet, pour dominer la nouvelle architecture de sécurité de l’Europe après la guerre froide ; elle ne fut dès lors pas capable de générer le leadership nécessaire pour gérer la guerre de Yougoslavie.

2Ce n’est pas de la Commission que ce leadership pouvait venir ; celle-ci, à Maastricht, avait été confinée au premier pilier et les successeurs de Jacques Delors n’auraient pas été en mesure d’obtenir plus que ce dernier. Ils durent d’ailleurs consacrer toute leur énergie à résister à la « prise de pouvoir » du Parlement européen, qui s’exerça d’abord à leurs dépens.

3Un débat sur le leadership se développa dans le cadre de la préparation du Traité d’Amsterdam : il aboutit à la création d’une casquette de « haut représentant », donnée au secrétaire général du Conseil. Les efforts de certains pour le faire participer au Collège des Commissaires furent toutefois jugés prématurés.

4La bonne surprise, et le succès de la formule, vinrent du titulaire choisi : Javier Solana fit du haut représentant un véritable leader en matière de gestion des crises, ce qui était le plus urgent pour permettre à l’Union de reprendre pied en ex-Yougoslavie. La nouvelle fonction permit aussi de rendre opérationnelle la défense européenne née des accords de Saint-Malo et dont Solana devint d’emblée le leader.

5Pour le reste, on se préoccupait surtout de préparer le grand élargissement, ce qui était l’objectif premier du Traité d’Amsterdam et le seul du Traité de Nice de décembre 2000. Mais Nice ne répondit pas aux attentes que suscitait l’entrée dans le nouveau millénaire et la mise en place de l’euro.

6Celle-ci suscita une querelle de leadership quasi vaudevillesque à propos de la nomination du premier président de la Banque centrale européenne ; il est vrai qu’il s’agissait de la première fonction de leadership indépendante établie au niveau de l’Union elle-même.

1.3.1. La guerre de Yougoslavie et le « Haut Représentant »

7Les structures établies par le Traité de Maastricht et le petit secrétariat de la PESC ne suffisaient évidemment pas à donner à celle-ci un leadership visible et « permanent ».

8Les nouvelles responsabilités que l’Europe entendait prendre en charge au lendemain de la guerre froide s’accommodaient mal du système de la Présidence tournante : voir tous les six mois un nouveau ministre des affaires étrangères prétendre résoudre le problème du Moyen-Orient ou des Balkans d’ici la fin de son semestre enlevait beaucoup de crédibilité à l’action de l’Europe, à un moment ou les autres acteurs mondiaux souhaitaient voir se développer l’Union comme un interlocuteur unique.

  • 33 Voir à ce sujet notamment le livre de Henri Wynaendts, L’engrenage, chroniques yougoslaves, Denoël, (...)

9Il fallut pourtant l’expérience malheureuse de la guerre de Yougoslavie pour démontrer par l’absurde que, si l’Union européenne voulait s’occuper de la gestion des grandes crises internationales, ce que le Traité de Maastricht prescrivait, elle avait besoin de personnalités jouissant d’une plus grande continuité que les éphémères présidents du Conseil33.

10Plusieurs personnalités furent successivement choisies par la Communauté, puis par l’Union européenne, pour l’aider à rétablir la paix dans l’ex-Yougoslavie. Dès la mi-1991, Lord Carrington présida la conférence de paix qui aboutit aux accords de Brioni, mettant fin au conflit en ce qui concerne la Slovénie. Le diplomate portugais Jose Cutileiro fut l’auteur d’un premier plan de paix pour la Bosnie, presqu’aussitôt rejeté par les Serbes. Vint ensuite David Owen, ancien ministre des Affaires étrangères britannique, qui, dans le cadre de la Conférence internationale sur l’ex-Yougoslavie (ICFY), rédigea avec l’ancien secrétaire d’état américain Cyrus Vance le plan « Vance-Owen », qui fut, lui, rejeté par les Bosniaques musulmans.

  • 34 En 1994, une campagne fut menée contre lui l’accusant de faire le jeu des Serbes ; elle aboutit à u (...)
  • 35 S’y sont succédé après Karl Bildt : l’Espagnol Carlos Westendorp, l’Autrichien Wolfgang Petritsch, (...)

11David Owen resta le « représentant spécial de l’UE » jusqu’en 199534. Il fut remplacé par Karl Bildt, qui co-présida la conférence de Dayton de 1995. Après les accords de Dayton, Bildt devint « haut représentant de la Communauté internationale » pour la Bosnie, fonction qui existe toujours en 201435.

  • 36 Des représentants spéciaux furent également désignés en 1996 pour suivre le processus de paix du Mo (...)
  • 37 Voir l’article de Yves Buchet de Neuilly, « L’irrésistible ascension du haut représentant pour la P (...)

12L’expérience des « représentants spéciaux de l’UE pour l’ex-Yougoslavie » fut plutôt positive et démontra en tout cas les mérites d’une continuité dans l’action que la présidence tournante ne pouvait assurer36. C’est ce qui amena les gouvernements qui préparaient ce qui devait devenir le Traité d’Amsterdam à développer le concept d’un représentant spécial couvrant l’ensemble de la politique étrangère. La première initiative vint de Jacques Chirac, élu président en 1995, qui suggéra – déjà ! – la création d’un poste de président du Conseil européen pour trois ans dont la tâche principale serait de représenter l’Union à l’extérieur37.

13La proposition suscita peu d’enthousiasme et même une claire hostilité d’une majorité d’États-Membres qui voyaient revenir les vieux démons bien connus. Mais tout le monde acceptait qu’il fallait assurer une certaine permanence à la représentation extérieure et on délibéra donc longtemps sur le niveau de la fonction et la place qu’occuperait le titulaire dans le système institutionnel. La France suggérait que la fonction relève directement du Conseil européen et fit courir le nom de Valéry Giscard d’Estaing. Mais le débat du « groupe de réflexion » puis de la Conférence intergouvernementale devait réduire le profil à des dimensions susceptibles de rassurer tout le monde.

14Le « haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune » resterait un auxiliaire de la Présidence et, pour que ce soit bien clair, le Traité d’Amsterdam en fit en même temps le secrétaire général du Conseil. Sa marge d’action était définie avec prudence : il était supposé « assister le Conseil » dans les matières relevant de la PESC, « notamment en contribuant à la formulation, à l’élaboration et à la mise en œuvre des décisions politiques » et « au nom du Conseil et à la demande de la présidence », il pouvait aussi conduire le dialogue politique avec les tiers.

1.3.2. Les succès de Javier Solana

15Les chefs de gouvernement qui avaient imaginé cette fonction hybride et lui avaient imposé des limites que l’on juge aujourd’hui excessives, eurent au moins la bonne idée de choisir pour le poste un titulaire brillant, qui allait modeler la fonction sur son expérience et sa personnalité propre.

16Javier Solana avait été ministre des Affaires étrangères de l’Espagne de 1992 à 1995 puis secrétaire général de l’OTAN entre 1995 et 1999. À ce titre, il avait dirigé la première opération militaire de l’organisation de défense : le bombardement de la Serbie visant à mettre fin à la guerre du Kosovo. Quand il prit ses fonctions de haut représentant, il était donc déjà reconnu, dans les Balkans et ailleurs, comme un interlocuteur les plus valables et il s’imposa rapidement comme un des principaux acteurs dans les efforts de paix de la fin des années 1990. En 2001, son intervention personnelle permit d’éviter l’éclatement d’une guerre ethnique en Macédoine.

17Lors de la présidence française du deuxième semestre de l’an 2000, le ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine lui demanda de représenter l’Union dans une réunion à Sharm-El-Sheikh visant à mettre fin à la deuxième Intifada. Ce fut son entrée dans le deuxième dossier qu’il domina pendant les dix ans qu’il demeura haut représentant : celui du Moyen-Orient.

18L’Union disposait depuis 1996 d’un « représentant spécial » pour le Moyen-Orient, Miguel Angel Moratinos, chargé d’accompagner la mise en œuvre des accords d’Oslo, puis de tenter de limiter les dégâts après l’échec des accords de Camp David et de Taba. Celui-ci avait organisé sur place une concertation à quatre entre les États-Unis, les Nations-Unies, l’Union européenne et la Russie appelée le « Quartet ».

  • 38 Témoignage personnel de l’auteur, alors ambassadeur aux Nations-Unies à New York.

19Peu après le 11 septembre 2001, à l’occasion de la semaine ministérielle de l’ONU qui avait dû être reportée de deux mois du fait de la destruction du World Trade Center, Kofi Annan, secrétaire général des Nations-Unies réunit pour la première fois, dans son bureau, les membres du Quartet au niveau des principals et, logiquement de son point de vue, invita Solana à y représenter l’Union. Ce dernier en référa immédiatement à la présidence tournante, puisque la règle voulait que ce soit elle qui représente l’Union à ce niveau ; mais le ministre belge des Affaires étrangères Louis Michel, comprenant l’enjeu institutionnel, n’hésita pas à lui laisser la place38.

20Dès la présidence suivante toutefois - une présidence espagnole ! - la « troïka », c’est-à-dire, outre Solana, le président en exercice et le commissaire - s’imposa dans les réunions du Quartet au niveau des principals - laissant toutefois le nouveau représentant spécial, Marc Otte, mener le jeu dans les réunions à son niveau.

  • 39 Témoignage personnel de l’auteur.

21Javier Solana joua aussi un rôle-clé dans la mise en place de la défense européenne, développée à partir des accords de Saint-Malo de 1998 et inscrite dans le Traité de Nice. Ancien secrétaire général de l’OTAN, il bénéficiait d’un bon crédit personnel aux États-Unis, crédit qu’il parvint à maintenir sous l’administration de G. W. Bush qui le recevait même discrètement seul - sans la présidence tournante ni la Commission39.

22C’est grâce à lui que l’Union parvint très rapidement à mener des opérations militaires et de police propres, à reprendre des missions de l’OTAN en ex - Yougoslavie et à mener, dès 2003, une opération militaire au cœur de l’Afrique, l’opération Artémis en Ituri.

  • 40 Voir ci-dessous, 1.4.6.

23Pourtant, comme on le verra40, Javier Solana achèvera son second mandat de cinq ans, à la fin de 2009, en étant toujours le secrétaire général du Conseil, auxiliaire de la présidence. Le poste de ministre des Affaires étrangères à triple casquette, conçu « pour lui » par la Convention, dut attendre la fin de 1999 avant de se concrétiser. Solana en souffrit mais il peut se consoler en pensant que c’est son succès personnel dans la fonction hybride qu’on lui avait donnée qui a permis la création d’une des positions de leadership les plus avancées de l’Union européenne à ce jour.

1.3.3. Le sommet de Corfou et la nomination de Jacques Santer

24Jacques Delors quitta la présidence de la Commission en 1994, dix ans après y avoir accédé. Après ses deux mandats de quatre ans au titre de la Communauté économique européenne, il présida en effet pendant deux ans la première Commission de « l’Union européenne » créée par le Traité de Maastricht ; celle-ci dura seulement deux ans afin que le mandat de la Commission - désormais de cinq ans - soit synchronisé avec celui du Parlement européen.

  • 41 Voir ci-dessus, 1.2.3, et ci-dessous, 3.1.1 et 4.1.2.

25En 1995 avait lieu l’élection présidentielle française : Delors fut tenté de présenter sa candidature mais y renonça pour soutenir celle de Lionel Jospin. Pendant ses dix ans à la tête de l’exécutif européen, il avait considérablement renforcé le prestige de sa fonction. Le Traité de Maastricht, par ailleurs, avait aussi renforcé l’autorité du président, nommé dorénavant avant les autres commissaires et « consulté » sur le choix de ceux-ci, l’ensemble de la Commission devant ensuite être confirmée par le Parlement européen41.

26Après un socialiste d’un grand pays, les équilibres non écrits voulaient que l’on choisisse un chrétien démocrate d’un petit pays. Le premier ministre hollandais Ruud Lubbers était intéressé mais les deux nouveaux leaders du couple franco-allemand, Helmut Kohl et François Mitterrand, lui préféraient le premier ministre belge Jean-Luc Dehaene, un homme d’action, solide, doué d’une intelligence subtile, qui avait fait beaucoup pour résoudre les problèmes entre les « communautés » de son pays. Il s’était aussi fait remarquer, en 1993, par une excellente présidence de l’Union au cours de laquelle fut réglée notamment la question du siège des institutions.

27La nomination devait avoir lieu à l’occasion du Conseil européen de Corfou en juin 1994. Mais c’était compter sans les réflexes eurosceptiques britanniques que le départ de Margaret Thatcher avait à peine émoussés. Le premier ministre John Major, en effet, qui soutenait la candidature du commissaire britannique à la concurrence Sir Leon Brittan, déclara d’emblée qu’il était opposé à la nomination de Dehaene ; il le présenta comme un « interventionniste » dont le profil ne correspondait pas à la direction dans laquelle l’Europe devrait, selon lui, aller - celle du libéralisme et de la subsidiarité.

  • 42 L’UE comptait à ce moment douze États-Membres ; elle avait conclu un accord d’adhésion non encore e (...)

28Les autres États-Membres (surtout l’Italie de Silvio Berlusconi) n’avaient pas apprécié la manière un peu cavalière des Français et des Allemands, qui avaient avancé la candidature de Dehaene sans consultations préalables. Mais, après quelques tours de table, les onze42 décidèrent de faire bloc en faveur de Dehaene, forçant Major à s’isoler dans son veto. À ce moment, la nomination du président de la Commission se décidait encore « d’un commun accord » des États-Membres. Major tint bon et, arrivé pape, Dehaene quitta Corfou en cardinal.

29Dès le début de la présidence allemande qui suivit, un compromis fut trouvé sur la personne du premier ministre luxembourgeois Jacques Santer, aussi bon européen que son collègue belge mais moins dynamique. Le Parlement européen, consulté, manifesta sa mauvaise humeur en ne l’approuvant qu’à une très faible majorité en juillet 1994. En janvier 1995, toutefois, quand Santer présenta sa Commission complète, le Collège obtint une très large majorité. Il faut dire qu’il comptait parmi ses membres des personnalités telles que Leon Brittan, pour les relations extérieures et le commerce, Mario Monti pour le marché intérieur, Karel Van Miert à la concurrence, Hans Van Den Broeck pour les relations avec les candidats à l’adhésion et bien d’autres.

30Jacques Santer était un homme aimable et intelligent. Très bien entouré sur le plan technique, il avait malheureusement peu de charisme et son personnage de notable provincial en faisait une cible facile pour un Parlement européen pressé, comme à chaque étape institutionnelle, de faire jouer ses nouveaux pouvoirs.

31C’est par le biais de l’éthique que des chevaliers blancs se mirent à déstabiliser la Commission Santer. Le Parlement avait refusé la « décharge » du budget de la Commission pour des soupçons de malversations visant certains commissaires, particulièrement la Française Édith Cresson. Le 14 janvier 1999, il rejeta, à une faible majorité, une motion de censure de la Commission et nomma un comité d’experts indépendants pour investiguer. Édith Cresson, malgré les pressions, refusa de démissionner - et Jacques Chirac refusa de l’y obliger - si bien que, lorsque le comité d’experts remit son rapport, dévastateur, c’est la Commission tout entière qui fut contrainte de démissionner. Santer en effet ne souhaitait pas en arriver à l’humiliation de voir adoptée une motion de censure contre le Collège, ce qui risquait de se passer puisque le Parlement n’avait pas le droit (et ne l’a toujours pas) de démettre un commissaire isolément.

1.3.4. Romano Prodi, il Professore

32Le départ de Santer et de sa Commission survenait au plus mauvais moment possible : en pleine crise du Kosovo, quelques jours avant le bombardement de la Serbie par l’OTAN, au moment où s’achevait péniblement la négociation d’un nouveau cadre budgétaire pluriannuel et en pleine négociation de ce qui devait devenir l’« Agenda 2000 » (qui sera adopté à Lisbonne en mars 2000).

33L’excès d’égoïsme national qui marqua la conclusion du cadre budgétaire, la nomination de Javier Solana comme haut représentant sans lien avec la Commission, puis l’adoption de l’Agenda 2000 sur une base plus intergouvernementale que communautaire illustraient douloureusement la perte d’influence de la Commission européenne, au point d’inquiéter les partisans de la méthode communautaire. Aussi, pour succéder à Santer, les chefs de gouvernement à tendance « fédéraliste » se mirent à la recherche d’une personnalité hors du commun : intègre, bien sûr, mais aussi susceptible de redorer le blason terni de l’institution.

34Le choix se porta rapidement sur Romano Prodi, un professeur d’économie devenu premier ministre d’Italie après avoir accompli la performance de battre Silvio Berlusconi aux élections législatives en 1996. Prodi venait d’être victime d’un vote de méfiance orchestré par l’ancien parti communiste de Massimo d’Alema et se trouvait donc disponible.

35Soutenu à la fois par les chrétiens démocrates et les socialistes, il était le premier président de la Commission bénéficiant des pouvoirs accrus inscrits dans le Traité d’Amsterdam. Le nouveau traité, en effet, lui donnait le pouvoir de définir les orientations du Collège et de répartir, de commun accord avec les États-Membres, les portefeuilles des commissaires.

  • 43 Témoignage personnel de l’auteur.

36On s’attendait à ce qu’il en profite pour choisir deux vice-présidents, l’un pour les relations extérieures, l’autre pour les finances, qui seraient primi inter pares dans leur domaine ; c’est en tout cas ce que lui avaient suggéré ceux qui l’avaient introduit à la fonction ainsi que ses nouveaux collaborateurs43. Prodi nomma bien deux vice-présidents mais l’un, Neil Kinnock, pour la « réforme administrative », l’autre, Loyola di Palacio, pour les relations interinstitutionnelles et l’administration ! Il faut dire que les scandales bureaucratiques de l’ère Santer avaient déchaîné le Parlement européen et il fallait donc d’abord répondre aux préoccupations d’intendance.

37Le Traité d’Amsterdam avait échoué à régler le délicat problème de la composition de la Commission après le grand élargissement attendu pour le milieu de la décennie. La Commission Prodi fut donc la dernière à compter encore deux commissaires pour les grands pays et un pour les autres. Elle compta des personnalités remarquables comme Mario Monti à la concurrence, Chris Patten aux relations extérieures, Pascal Lamy au commerce, Pedro Solbes pour les questions économiques et monétaires, Antonio Vitorino à la justice, etc., mais, à la stupéfaction de ses sponsors, le président Prodi lui-même devint très rapidement l’objet de critiques virulentes.

38Dès mars 2000, la revue European Voice, bien branchée sur le milieu bruxellois, écrit à son sujet :

  • 44 Simon Taylor, in European Voice, 16/03/2000.

Within the Commission’s corridors of power, the chief accusation levelled at Prodi is that he relies too heavily on a small team of advisors, is out of touch with the real world and is therefore prone to shooting from the hip and leave his officials pick up the pieces44.

39Ces critiques devaient s’amplifier et handicaper sérieusement l’autorité du Professore qui devint un objet permanent de quolibets dans la presse et perdit ainsi beaucoup de la crédibilité dont il avait joui à son arrivée.

40C’est pourtant pendant sa présidence qu’eurent lieu trois événements majeurs dans l’histoire de la construction européenne : la mise en place de l’euro, la Convention sur l’avenir de l’Europe et le grand élargissement de 2004.

41Si, dans la Convention, il se marginalisa par la présentation de propositions provocatrices, il pesa, en bon économiste, sur les débats qui accompagnèrent la réalisation de la troisième phase de l’Union économique et monétaire et la mise en place de la monnaie unique.

42Mais on lui reprocha de ne pas avoir défendu, ce qui était pourtant son devoir, le Pacte de stabilité et de croissance, pilier de l’Union économique et monétaire, lorsque la France et l’Allemagne demandèrent, en 2002, de ne pas devoir en respecter une règle fondamentale, celle qui impose aux États de limiter leur déficit budgétaire à 3 % du PIB. Interrogé par un journaliste, Prodi réagit, comme à son habitude, en professeur plutôt qu’en leader de son institution et déclara que le pacte était « stupide » et les décisions prises en son nom trop « rigides » !

1.3.5. La mise en place de l’euro… et du premier président de la Banque centrale européenne

43Le rapport Delors pour la mise en place de l’Union économique et monétaire prévoyait un processus en trois phases :

  • → d’abord l’achèvement du marché intérieur ;
  • → ensuite la convergence des politiques économiques, la gouvernance - via le pacte de stabilité et de croissance - et la mise en place du Système européen des banques centrales ;
  • → enfin, la fixation des taux de change, l’établissement de la Banque centrale européenne et le lancement de la monnaie commune.

44Le Traité de Maastricht reprit l’essentiel du rapport et fixa les diverses étapes à franchir en définissant le contenu des engagements à prendre par les États-Membres pour participer à la monnaie commune - les fameux « critères de Maastricht ».

45Le processus se développa plus ou moins selon le timing envisagé. En 1994, on créa l’Institut monétaire européen, chargé de superviser la deuxième phase. Son premier président fut le Belge Alexandre Lamfalussy, directeur général de la Banque des règlements internationaux de Bâle. En 1996, lui succéda Wim Duisenberg, gouverneur de la Banque nationale des Pays-Bas, estimé pour avoir réussi à faire coller la monnaie néerlandaise au deutsche mark.

46Cette nomination laissait présager que Duisenberg deviendrait le premier président de la Banque centrale européenne (BCE) qui devait voir le jour à la mi-1998. Toutefois, au lieu d’être décidée de manière feutrée comme de coutume dans le monde de la finance et des banquiers centraux, la nomination du premier président de la BCE donna lieu à un vaudeville auquel personne ne s’attendait - mais qui donne une perspective intéressante sur la problématique du leadership européen.

47Duisenberg était soutenu fermement par l’Allemagne, pays qui avait eu beaucoup de mal à renoncer à sa monnaie nationale et qui était très attaché à limiter les pouvoirs de la BCE au strict domaine de la lutte contre l’inflation ; le chancelier Kohl savait qu’il pouvait à cet égard mettre toute sa confiance dans le gouverneur de la Banque des Pays-Bas. Conscients de l’importance de ce poste pour l’Allemagne, la plupart des États-Membres étaient prêts à adouber Duisenberg et on s’attendait à ce que sa nomination soit confirmée sans difficulté majeure à l’occasion d’un Conseil européen spécial le 1er mai 1998.

48C’était compter sans Jacques Chirac. Le président français, sans concertation avec le chancelier Kohl, s’était avancé à affirmer que l’acceptation par la France de Francfort comme siège de la BCE impliquait en contrepartie que le président de la banque soit français et il proposa Jean-Claude Trichet, le gouverneur de la Banque de France.

49Lorsque les chefs de gouvernement arrivèrent pour un déjeuner informel devant précéder la réunion du Conseil européen, ils se rendirent compte que Chirac n’était pas près de céder ; les autres, toutefois, n’entendaient pas non plus renoncer à Duisenberg. Il fallait donc trouver une formule qui sauve la face de tout le monde avant que la réunion formelle commence.

  • 45 Témoignage personnel de l’auteur.

50Le déjeuner se prolongea donc jusque tard dans la soirée, avant qu’enfin la réunion formelle puisse commencer et la nomination de Duisenberg être annoncée45. Chirac s’était fait promettre oralement que Trichet succéderait à Duisenberg à la moitié du mandat de celui-ci, qui était de huit ans. Les leaders s’en allèrent donc soulagés mais la polémique rebondit quand les supporters du Hollandais notèrent qu’un mandat limité n’était pas conforme au traité ; Duisenberg lui-même laissa entendre qu’il n’était tenu par aucune limite de temps, arguant de ce que les banquiers centraux devaient être et rester indépendants des pressions des gouvernements.

51In fine, Duisenberg annonça qu’il se retirait anticipativement en juillet 2003, mais il dut encore rester plusieurs mois à son poste, dans l’attente que les poursuites engagées contre Jean-Claude Trichet pour fraude dans le cadre de la faillite du Crédit lyonnais aient été arrêtées !

52Tout cela n’empêcha pas la mise en place, dans le bon ordre, entre 1998 et 2002, de la monnaie unique ; mais l’épisode du 1er mai 1998 fâcha beaucoup Helmut Kohl et il ne s’en cacha pas dans ses déclarations publiques. La leçon que l’on tira de l’épisode est que, lorsque l’Allemagne et la France sont en désaccord, la prise de décision, surtout pour ce qui concerne les nominations importantes, est particulièrement difficile…

Notes

33 Voir à ce sujet notamment le livre de Henri Wynaendts, L’engrenage, chroniques yougoslaves, Denoël, 1993 et l’article de Jacques Rupnik et autres, « The Western Balkans and the EU : the Hour of Europe », Chaillot Paper, 2011.

34 En 1994, une campagne fut menée contre lui l’accusant de faire le jeu des Serbes ; elle aboutit à une résolution du Parlement européen demandant sa destitution ! Celle-ci fut approuvée par 106 voix contre 95 avec 29 abstentions mais, le Parlement n’ayant pas de compétence en la matière, elle ne fut pas suivie d’effet et Owen fut confirmé dans son poste par le Conseil.

35 S’y sont succédé après Karl Bildt : l’Espagnol Carlos Westendorp, l’Autrichien Wolfgang Petritsch, le britannique Paddy Ashdown, l’Allemand Christian Schwartz Schilling, le Slovaque Miroslav Lacjak et l’Autrichien Valentin Inzko.

36 Des représentants spéciaux furent également désignés en 1996 pour suivre le processus de paix du Moyen-Orient (Miguel Moratinos) et la crise dans la région des grands lacs (Aldo Ajello) - sur les représentants spéciaux, voir aussi ci-dessous, 2.4.4.

37 Voir l’article de Yves Buchet de Neuilly, « L’irrésistible ascension du haut représentant pour la PESC » dans Politique européenne, 2002, 4/numéro 8, L’Harmattan.

38 Témoignage personnel de l’auteur, alors ambassadeur aux Nations-Unies à New York.

39 Témoignage personnel de l’auteur.

40 Voir ci-dessous, 1.4.6.

41 Voir ci-dessus, 1.2.3, et ci-dessous, 3.1.1 et 4.1.2.

42 L’UE comptait à ce moment douze États-Membres ; elle avait conclu un accord d’adhésion non encore en vigueur avec quatre autres États dont les chefs de gouvernement étaient présents à titre d’observateur : la Suède, la Finlande, l’Autriche et la Norvège.

43 Témoignage personnel de l’auteur.

44 Simon Taylor, in European Voice, 16/03/2000.

45 Témoignage personnel de l’auteur.

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search