Version classiqueVersion mobile

Le leadership dans l’Union européenne

 | 
Jean De Ruyt

Préface

Herman Van Rompuy

Texte intégral

1Jean de Ruyt, ancien représentant permanent de la Belgique auprès de l’Union européenne, est un fin connaisseur de la mécanique européenne. Il eut à gérer la présidence belge du Conseil de l’Union au second semestre de 2010 avec une Belgique plongée dans la crise politique la plus profonde de ces cinquante dernières années. Il parle donc en orfèvre.

2Le « leadership de l’Union européenne » est un sujet délicat et difficile. En effet, un certain équilibre entre les méthodes « communautaire » et « intergouvernementale » restera nécessaire ; et les « leaders » des institutions s’insèrent dans cette architecture. Le handicap qui en résulte relève à la fois d’une moindre « lisibilité » des prises de décision et d’un manque de « visibilité » des dirigeants pour le grand public et l’électorat. Cette architecture permet par ailleurs d’éviter une trop grande concentration des pouvoirs dans la main de quelques-uns ou d’une seule personne ; cela est voulu par les États-Membres, et pas uniquement par les « grands » pays.

3À titre d’exemple, il est tout à fait classique que le Traité de Lisbonne ait limité la durée du mandat du Président « permanent » du Conseil à deux ans et demi, une fois renouvelable. Un président certes, mais sans infrastructure administrative, sans budget, sans impact direct sur les présidences tournantes ; des restrictions souhaitées notamment par un certain nombre de « petits » pays préférant la méthode dite « communautaire ». J’ai néanmoins essayé de donner un contenu à la fonction.

4La pratique européenne consistant à créer de nouvelles fonctions afin de répondre à des besoins nouveaux doit être utilisée avec précaution. Cela peut parfois aider, mais uniquement si d’une part il existe véritablement une volonté politique d’aller de l’avant vers une Union ou une zone euro « toujours plus étroite », et si d’autre part les dirigeants concernés bénéficient de l’entière confiance de ceux qui les ont choisis. Sans cette volonté commune des États-Membres rien n’est possible : les personnes ne peuvent combler ce vide à elles seules.

5 Une seconde remarque est que notre architecture institutionnelle, complexe, n’est pas comparable à nombre d’États fédérés ou régionalisés. Elle respecte toutefois le principe de Trias Politica : un « couple exécutif », constitué d’un chef d’État (le Conseil européen) et d’un gouvernement (la Commission), d’un parlement et d’une cour de justice – schéma évidemment trop simpliste et caricatural mais néanmoins utile.

6Bien sûr, comme toute mécanique politico-institutionnelle, celle de notre Union est perfectible. En y réfléchissant, en y œuvrant, il est important toutefois de garder deux considérations à l’esprit. D’une part, même une architecture plus simple telle que celle des États-Unis n’a pu prévenir un vrai blocage entre l’exécutif et le législatif durant des mois, voire plus d’un an, sur un sujet aussi essentiel que le budget. D’autre part – considération plus importante –, la « crise » de la légitimité européenne fait partie d’une crise plus vaste de nos démocraties nationales et a été affectée ces six dernières années par la crise économique. Le manque de résultats tangibles en termes d’emploi et de niveau de vie n’est pas la seule explication mais il joue un rôle important.

7Le rôle des personnes est important dans la vie des institutions mais l’Union restera toujours un ensemble très diversifié, difficile à incarner en une personne ou une institution. Bien entendu, les institutions et leurs leaders doivent coopérer et se mettre au service d’un objectif commun, l’intérêt général européen. Même s’il y a plusieurs « voix », on a besoin d’un seul « message ». Une rivalité entre institutions serait un grand danger et mettrait en péril le but ultime de tous nos efforts. D’après ma propre expérience, tous les dirigeants du cycle qui se clôt en ce moment en étaient parfaitement conscients, et je suis confiant qu’il en ira de même pour la nouvelle équipe.

Auteur

Président du Conseil européen

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search