Version classiqueVersion mobile

La vulnérabilité du monde

 | 
Leopoldo Múnera Ruiz
, 
Matthieu de Nanteuil

Partie III. Globalisation des violences, globalisation de la démocratie ? Regards croisés sur le monde au début du xxie siècle

Démocratie, violences et place de l’État dans la modernisation en Asie de l’Est et du Sud-Est

Jean-Philippe Peemans

Texte intégral

1Depuis les années 1990, la question de la démocratie occupe une place non négligeable dans l’approche occidentale de l’Asie orientale et Sud orientale. Cela concerne tant les médias que les analyses politiques conventionnelles. Au moment de la crise de 1997-1998, on a vu la quasi-unanimité des faiseurs d’opinion occidentaux imputer cette dernière à l’absence de « bonne gouvernance », aux carences de l’État de droit, à la corruption et au népotisme généralisés, à la nature quasi-mafieuse des réseaux de pouvoir, ou au caractère véreux de nombre de pratiques financières des grands groupes industriels et financiers (Backman, 1999). Ces discours ont appuyé des tentatives d’imposer les thérapies les plus extrêmes de l’ajustement structurel : dévaluations massives, privatisations, mise en faillite des grands groupes industriels, ouverture obligée aux investissements directs étrangers et à leur participation directe majoritaire dans le capital des firmes asiatiques (Bullard, Bello, Malhotra, 1998). On a pu croire à ce moment que les pays du « miracle asiatique » allaient s’enfoncer dans une crise structurelle post-ajustement comme celle subie par l’Amérique latine dans les années 1980.

2Une quinzaine d’années plus tard, on peut s’interroger sur l’impact réel que cette poussée discursive et normative à la démocratisation, d’origine surtout occidentale, a eu sur les systèmes politiques de la région (Boisseau du Rocher, 2009). Bien au-delà des changements institutionnels visibles ou latents, le fait le plus évident est que tous les États ont pu surmonter non seulement le choc de la crise économique de 1997-1998, mais aussi s’adapter à celle de 2008-2010, provoquée cette fois par les errements des marchés gouvernés selon les normes imposées par les démocraties occidentales dans leurs propres pays et au reste du monde. Cette évolution a suscité une littérature abondante s’interrogeant sur le caractère démocratique réel ou cosmétique des changements institutionnels en cours (Slater, 2009 ; Schedler, 2006 ; Weiss, 2009).

3D’une certaine manière, la tentative de ranimer le thème de la démocratie en Asie depuis les années 1990, à travers le discours de la « bonne gouvernance », n’a été qu’un retour aux idées fondatrices du paradigme de la modernisation, élaboré dans les années 1950-1960 dans les grandes universités nord-américaines, et qui a marqué, dans ses variantes successives, la doctrine dominante dans le champ du développement. Par ailleurs, une certaine idéologie de la modernisation a été la référence continue et explicite des élites asiatiques depuis un demi-siècle, y compris dans des pays se réclamant encore du socialisme (Chine, Vietnam, Laos) depuis les années 1980.

4Dans le cadre de cette contribution limitée, on se placera donc du point de vue des études du développement (development studies), et non pas de l’analyse strictement politique, pour approcher les rapports entre démocratie et violence à travers la place de l’État dans le processus global de développement. Au-delà des postures opportunistes et normatives occidentales tentant de légitimer des impératifs géostratégiques bien réels, notamment face à l’affirmation de la Chine comme puissance régionale, la référence au rôle de la modernisation permet d’éclairer certaines tensions et contradictions entre discours et réalités chez les protagonistes en cause.

5Le rôle de l’État est ambivalent dans la doctrine de la modernisation. L’État démocratique est l’aboutissement du processus de modernisation de l’ensemble de la société, porté par les lois universelles de l’évolution vers le progrès, et dont les pays occidentaux montrent le chemin au reste du monde (Eisenstadt, 1966). Mais l’État est aussi responsable du démarrage de la modernisation qui repose sur la capacité de mobiliser les ressources matérielles et humaines d’une société traditionnelle, identifiée à un monde agraire arriéré, pour la faire servir à la transition accélérée vers une société moderne portée par l’industrialisation et l’urbanisation. Cette transition était vue comme l’histoire à faire, sous la responsabilité d’un État éclairé ; dans les premières versions de la théorie, elle était supposée se réaliser aisément vu le désir des élites et des masses de sortir du sous-développement (Peemans, 2010).

6En fait, il y a une violence non dite, mais fondatrice, dans la pensée de la modernisation : la petite paysannerie, identifiée à un monde de misère et d’arriération, doit disparaître à terme dans le processus de modernisation, mais en même temps, dans la phase de transition, elle est un objet et un instrument de la modernisation, en fournissant un surplus agricole et une offre de main-d’œuvre pour l’industrialisation et l’accumulation en général (Fei, Ranis, 1964). Et l’État doit jouer un rôle central dans cette transition, c’est la tâche du Nation-Building.

7Dans le cadre limité de cette contribution, on se bornera à esquisser quelques points qui peuvent illustrer l’importance de la place des rapports entre États et paysanneries dans les processus de modernisation et les diverses formes de violence qui les ont caractérisés dans la période 1950-2000. On essaiera aussi de montrer que si les changements induits par ces processus de modernisation ont complexifié fortement les structures économiques et sociales, ces dernières ne se résument pas à celles qui comptent dans les statistiques de la croissance. La violence fondatrice a pris des formes nouvelles, « modernisées », à travers la diversité des évolutions nationales, mais elle est restée une caractéristique structurelle du développement des pays considérés. Cela a un impact sur l’évolution des systèmes politiques et la nature des processus de démocratisation qui, lorsqu’ils ont lieu, paraissent relever plutôt de l’épiphénomène que de changements de fond.

8Dans les lignes qui suivent, vu l’ampleur de la problématique et l’hétérogénéité de la région envisagée, l’analyse se centrera surtout sur l’évolution des pays de l’Asie du Sud Est (en fait les pays regroupés dans l’ASEAN [Association des nations de l’Asie du Sud-Est]). Les pays de l’Asie du Nord-Est (Taïwan et Corée du Sud) seront évoqués à titre de comparaison dans la mesure où leur expérience de développement a souvent été évoquée comme précurseur du « modèle asiatique » de modernisation. La Chine ne pourra, elle aussi, être évoquée qu’en contrepoint, bien qu’elle ait été au centre de l’évolution régionale, tantôt comme exemple à imiter (tant avant 1980 qu’après), tantôt comme repoussoir ou menace.

1. La violence des rapports entre États et paysanneries dans la phase de démarrage de la modernisation nationale 1950- 1980

9Les paysanneries de l’Asie de l’Est et du Sud-Est ont construit au cours des siècles des systèmes agraires extraordinairement complexes et diversifiés (Henley, 2008). La colonisation a pesé lourdement sur la paysannerie, soumise à un régime de contraintes multiples, depuis le travail forcé jusqu’aux cultures obligatoires, sans oublier les prélèvements fiscaux et parafiscaux, la manipulation des termes d’échanges, et surtout la dépossession massive du patrimoine foncier des collectivités rurales. Cependant, la brutalité de ces régimes n’a malgré tout pas pu détruire les paysanneries de la région. Les résistances locales ont pris des formes multiples pour tenter de contrer l’impact de l’intrusion du pouvoir colonial et des exactions de ses séides indigènes. On ne peut oublier que ces résistances ont convergé au cours du xxe siècle vers de nouvelles formes de lutte qui, dans plusieurs pays, ont joué un rôle décisif dans la reconquête de l’indépendance nationale.

10Dans les années 1950-1960, une partie importante des élites asiatiques postcoloniales était attirée par la perspective de la modernisation, comme dans les autres pays du Sud. Certaines élites partageaient la vision de la modernisation attribuant le retard de développement à l’archaïsme des masses rurales, tandis que d’autres considéraient plutôt que ce retard devait être imputé aux séquelles laissées par le colonialisme et l’impérialisme. Avec l’arrivée au pouvoir du Parti communiste en Chine en 1949, après une guerre révolutionnaire à base largement paysanne de plus de vingt ans, la question des rapports entre État et paysannerie dans la modernisation était devenue une question géostratégique majeure pour les USA, et les choix de développement en Asie ont été étroitement inscrits dans le conflit Est-Ouest jusque dans les années 1980. La guerre de Corée puis les guerres du Vietnam ont évidemment encore renforcé cette évolution.

11Le contrôle autoritaire de la paysannerie dans la première phase d’industrialisation a été une caractéristique commune des pays dits du « miracle asiatique » tant au Nord-Est qu’au Sud-Est. Il ne s’est agi en rien d’une accumulation vertueuse reposant sur le respect des règles du marché, mais bien d’une accumulation primitive brutale reposant sur les méthodes les plus coercitives.

12On ne peut oublier qu’à Taïwan et en Corée du Sud, l’État postcolonial a été un acteur très interventionniste. Au début de l’industrialisation dans les années 1950, la paysannerie représentait, dans les deux pays, les trois quarts de la population. Derrière une apparence de réforme agraire, la mobilisation du surplus agricole a joué un rôle très important dans la stratégie d’industrialisation, avec des stratégies d’encadrement et de contrôle ultra-autoritaires de la paysannerie, manifestement héritées des méthodes que l’État colonial japonais avait mis en place dans les deux pays entre 1900 et 1945 (Kohli, 1994 ; Haggard, Kang, Moon, 1997 ; Gi-Wook Shin, 1998). Cette période a été marquée, dans ces deux pays pionniers dudit « miracle », par la permanence de dictatures militaires très répressives jusqu’à la fin des années 1980 (Hakwoon Sunoo, 1988).

13Dans les pays du Sud-Est asiatique, où la paysannerie représentait de 80 à 90 % de la population, la construction ou au moins les tentatives de construire des États-nations ont été marquées aussi par les politiques de mobilisation, de contrôle, voire de répression, des paysanneries dans des contextes différents. En fait, dans la question des rapports entre États, démocratie et violence, c’est cette dernière qui a pris le dessus dès les années 1950, ayant un lien évident avec la question paysanne. Les élites modernisatrices de tous bords ont été confrontées à des paysanneries qui n’avaient rien d’une masse passive, et essayer de les capturer pour en faire des instruments dociles des politiques de modernisation s’est avéré très problématique.

14Le lourd héritage colonial en matière de structures agraires a contribué à faire de la réforme agraire une question centrale après la reconquête des indépendances dans les années 1940-1950. Dans plusieurs pays, la question de la terre a donné lieu à des revendications paysannes fortes. Cela a entraîné dans certains pays des mouvements de révoltes paysannes, parfois limités à certaines sous-régions, parfois au contraire se transformant en véritables guérillas à vocation révolutionnaire, sous l’égide des partis communistes locaux.

15Dans ce contexte, les velléités démocratiques d’une partie des élites postcoloniales (Indonésie sous Sukarno) sont entrées très rapidement en contradiction avec leur projet modernisateur. La militarisation de plusieurs régimes d’Asie du Sud-Est dans les années 1960 a été stimulée par le souci d’éradiquer les mouvements sociaux à base paysanne. Cela a été à l’évidence le cas de l’Indonésie, avec le massacre de plus de 800 000 paysans pauvres, étiquetés procommunistes, en 1965-1966, suite à la prise de pouvoir du général Suharto (Cribb, 1990). Ces chiffres ont été réévalués récemment à deux/trois millions (Al Jazeera, 2012).

16Les Philippines, la Thaïlande et la Malaisie ont connu les mêmes problèmes, et les campagnes militaires se sont poursuivies jusque dans les années 1970, voire au-delà dans certaines régions reculées (Riedinger, 1995). Seul le Vietnam a réalisé une réforme agraire radicale, au Nord dès 1955, au Sud après la réunification en 1975 (Bergeret, 2002).

17Ailleurs les redistributions de terres ont été très modestes, en tout cas bien inférieures aux attentes et aux besoins de la petite paysannerie (Thaïlande, Indonésie, Philippines, Malaisie). Partout les lobbys organisés des diverses catégories de propriétaires fonciers ont pu s’opposer aux intentions de réforme, voire les détourner (Dufumier, 2004).

18Dans les années 1970, beaucoup de gouvernements ont choisi la voie de la « révolution verte » en espérant augmenter les revenus paysans par l’intensification, sans devoir passer par la redistribution des terres, et c’est dans les deux décennies qui ont connu la diffusion la plus dynamique des éléments de la « révolution verte », que les États indonésien et thaïlandais ont été contrôlés par des régimes autoritaires d’origine militaire.

19En contrepoint de ces politiques anti-paysannes, on se doit d’évoquer ici l’exception provisoire du modèle de développement chinois pendant les années 1960-1980, où il y a eu une tentative de mettre en place un modèle d’industrialisation intégrant la petite paysannerie, à travers une politique d’autosuffisance alimentaire locale et nationale, l’unité organique entre productions végétale et animale sur base des ressources locales, et la création de petites unités de production industrielle en milieu rural. Au-delà des polémiques d’usage sur la nature du pouvoir politique à l’époque, dominé par le leader historique de la révolution, Mao Tse Tung, il faut souligner que c’est l’unique expérience de développement de grande envergure dans laquelle il a été affirmé que la paysannerie ne devait pas disparaître avec l’industrialisation, mais au contraire rester la base de la société et de l’État. (Marchisio, 1982 ; McFarlane, 1983). Cette politique a été l’objet de controverses violentes en Chine même, notamment à cause de son coût pour l’État, et finalement abandonnée à la fin des années 1970, avec la prise du pouvoir, à l’intérieur du parti unique, par une faction donnant la priorité à la modernisation accélérée basée sur l’industrie pour l’exportation (Blecher, 1997).

2. Les années 1980-2000 : les nouvelles formes de violence dans la néomodernisation extravertie

20On peut dire que dans toute l’Asie orientale et sud orientale, à la fin des années 1970, y compris en Chine populaire, les élites dirigeantes, quelles que soient la nature politique et l’orientation idéologique du régime, ont pu reprendre le contrôle du monde paysan, briser ses attentes d’un développement accordant une place importante à un « mode paysan de développement », et imposer un modèle de néomodernisation centré sur les normes de l’économie globale, tant au secteur industriel qu’au secteur agricole. L’idée dominante était que la question paysanne allait se résoudre d’elle-même à travers la prolétarisation de la force de travail rurale, au rythme des besoins de l’industrie en main-d’œuvre bon marché. Walden Bello, Shea Cunningham et Poh Li Kheng (1998) ont mis en évidence le rôle de la défaite des luttes paysannes en Thaïlande dans les années 1970, dans le choix politique de subordonner totalement l’agriculture à l’industrialisation rapide, ce qui selon eux a abouti à la déstructuration profonde du monde rural dans les années 1990.

21Les pressions exercées sur l’économie paysanne ont contribué à fournir ainsi les millions de travailleurs requis par l’expansion des secteurs tournés vers une demande extérieure insatiable. En outre, les coalitions et régimes au pouvoir ont, au cours de la même période, suivi, et continuent à suivre une politique volontariste de « déagrarisation », soutenue par la conviction que l’agriculture paysanne n’a pas d’avenir.

22La décennie 2000-2010 a permis de mieux cerner la complexité des phénomènes socio-économiques dont l’approche est démesurément simplifiée par les approches dominantes sur la pauvreté. Malgré trente ans de « miracle », les problèmes structurels n’ont pas disparu, ou se sont même aggravés. Ce sont eux qui sont la racine d’une violence visible ou latente, endogène au modèle de développement suivi.

23La croissance thaïlandaise est représentative d’un processus que l’on peut qualifier de « modernisation de la pauvreté ». Selon les statistiques officielles, nationales et internationales, la Thaïlande a été un cas spectaculaire de réduction de la pauvreté grâce à la croissance tirée par le commerce international. La Thaïlande est censée montrer aux autres pays de la région l’exemple réussi de la modernisation. Mais entre 1975-76 et 2005-2006, la part des 20 % les plus pauvres de la population dans le revenu global est passée de 8 à 5 %, tandis que la part des 20 % les plus riches est passée de 50 à 58 %. Derrière les performances de la croissance se profile en fait un processus brutal d’accumulation du capital basé sur une concentration du revenu qui a bénéficié à la minorité privilégiée de 20 % (Warr, 2008). Entre 2004 et 2009, la part des 10 % les plus riches est passée de 34 à 43 % du revenu global (World Bank, 2010).

24Dans pratiquement tous les pays de la région, la dynamique de croissance du secteur capitaliste est indissociable d’une dynamique d’inégalités toujours plus fortes entre nouveaux riches et nouveaux pauvres. Pour ces derniers, la sortie de la « pauvreté » est associée à l’entrée dans la « paupérisation », dupliquant le passage du « traditionnel » au « moderne ». Les effets bénéfiques du marché ont accru de manière spectaculaire les revenus d’une minorité et établi ou consolidé son statut dominant dans les rapports sociaux, en liaison étroite avec les projets et les intérêts des intervenants extérieurs.

25En Thaïlande, au Vietnam, au Cambodge, au Laos, en Indonésie, tout comme en Chine d’ailleurs, depuis les années 1990, la petite paysannerie a souvent été la victime d’expropriations massives pour étendre les zonings industriels en zone périurbaine, ou les grands projets immobiliers destinés aux classes moyennes urbaines, voire encore les projets de complexes touristiques ou de divertissement. La concentration de la terre est manifeste dans tous les pays, indépendamment du type de régime politique (Haroon Akram-Lodhi, 2005).

26Derrière la différenciation sociale apparaissent non seulement les bouleversements de modes de vie collectifs construits à travers les générations, mais surtout la question du maintien de la cohésion sociale à travers des tensions de plus en plus visibles entre divers groupes d’acteurs du développement rural (Tran, 2010).

27Une approche historique et contextualisée est nécessaire pour rendre compte des multiples dimensions de ces problèmes qui concernent tous les pays du Sud-Est asiatique. Parmi ces dimensions on ne peut négliger la question des tensions ethniques. Dans de nombreuses régions, la différenciation sociale s’est inscrite dans un contexte de différenciation interethnique croissante. Depuis un demi-siècle, la question ethnique occupe une place centrale dans les tentatives de construire des États centralisés en Asie du Sud-Est. Bien antérieure à la période coloniale, elle a été ravivée sous des formes nouvelles après celle-ci. Les « minorités ethniques » des régions montagneuses notamment, ont été souvent discriminées par rapport aux populations des plaines. Au Laos, comme en Thaïlande et au Vietnam, les minorités ethniques ont dû faire face à l’impact successif des politiques de sécurisation accrue des régions frontalières, puis de celles visant à réduire, voire supprimer, les systèmes d’agriculture itinérante, d’abord au nom de la modernisation agricole, puis de la conservation de la forêt. (Trebuil, Ekasingh G., Ekasingh M., 2006). Les arguments avancés pour dénoncer leurs pratiques arriérées et destructrices sont remis en cause par de nombreuses études récentes (Thrupp, 1997 ; Reid, 1995 ; Decourtieux, 2009).

28De multiples situations, pratiquement dans tous les pays de l’Asie du Sud-Est, illustrent l’extraordinaire continuité entre les politiques coloniales, étatiques et néolibérales, en ce qui concerne la négation des droits des collectivités locales sur les terres dont elles avaient l’usage coutumier depuis de longues générations, et qu’elles considéraient comme leur patrimoine inaliénable (Alatas, 1977 ; Duncan, 2004)

29Il est important de souligner que les réalités de la destruction de l’environnement et de la destruction de la paysannerie sont interdépendantes, en Asie du Sud-Est comme ailleurs (Rist, Feintrenie, Levang, 2010). Les phases successives des politiques du tout à la croissance à travers la « révolution verte », la priorité à l’agriculture d’exportation, les concessions forestières pour l’exploitation massive des bois tropicaux menées par de grandes compagnies étrangères ou locales, liées dans certains pays à l’appareil étatique, notamment militaire (Ross, 2001), et, récemment, les expropriations massives de terre pour l’« énergie verte », ont créé les conditions d’une crise agraire généralisée.

30Après une trentaine d’années d’expansion continue, le modèle actuel de croissance tend manifestement vers ses limites. Une des causes les plus profondes de cet épuisement est l’externalisation délibérée et accélérée de tous les coûts sociaux et environnementaux. En fait, les politiques des États de la région ont reposé sur les mêmes fondements que celles de leurs prédécesseurs coloniaux : une vision instrumentale de la paysannerie par rapport aux objectifs dits – improprement – de développement. La question est donc de savoir repérer dans les évolutions récentes comment les paysanneries, encore composantes majoritaires de la population dans la plupart des pays, se sont adaptées et continuent à s’adapter aux pressions extérieures qui visent leur exploitation et éventuellement leur destruction.

3. Vers une recomposition des acteurs populaires et de leurs rapports avec les acteurs dominants

31Depuis le début des années 2000 de nombreux éléments factuels permettent de prendre en compte de nouvelles dynamiques paysannes, à la fois au niveau des changements dans les réalités villageoises et dans l’évolution des relations campagnes-villes

32Dans de nombreuses régions, le processus de prolétarisation a été freiné par l’augmentation des revenus d’origine non agricole. Les petits paysans ont su garder leur terre, même si elle ne leur assurait plus une subsistance décente, et atteindre cette dernière grâce aux revenus d’autres activités. Le maintien des droits à la terre est une exigence fondamentale des paysans, même quand ils ont d’autres opportunités d’emploi et de revenus (Potter, Lee, 1998). Les conflits autour de la terre ont donc maintenant des dimensions nouvelles (Aguilar, 2005). C’est le cas notamment en Indonésie et aux Philippines où de nombreuses mobilisations locales ont eu pour but l’occupation et l’invasion de terres (Franco, 2008).

33Mais en même temps, dans tous les pays de la région, une grande partie des paysans sont devenus des travailleurs salariés, à temps partiel ou à temps plein, dans les régions rurales ou dans les centres urbains. Une autre partie s’est transformée en micro-entrepreneurs du secteur informel, rural ou urbain. Cette paysannerie hybride prend sa place à côté de ce que d’aucuns ont appelé les « paysans-commerçants », notamment dans les régions montagneuses (Sikor, Pham, 2005).

34Ces paysanneries hybrides font désormais partie des réseaux de l’économie populaire entre les campagnes et les villes, dont les composantes économiques, sociales et culturelles sont indissociables de leurs dimensions territoriales. On peut dire que le cœur de ces réseaux est constitué des groupes de travailleurs ou de micro-entrepreneurs qui circulent régulièrement entre un village donné et un quartier donné d’une ville donnée où ils séjournent plus ou moins longuement selon les cas. Dans une même région, on peut trouver plusieurs dizaines ou centaines de ces microréseaux, composés de membres d’une même famille étendue, ou de gens reliés par des liens de voisinage ou de proximité locale plus ou moins étroits selon les cas.

35La prise en considération des réseaux-territoires permet aussi de mieux comprendre le maintien d’une certaine stabilité sociale, malgré l’augmentation des inégalités de revenus, révélées dans la plupart des pays à travers la hausse du coefficient de Gini. La redistribution ne se fait donc pas entre les couches privilégiées et les couches populaires, mais elle se fait au sein, d’une part, des réseaux sociaux intra-urbains de l’économie populaire et, d’autre part, des réseaux sociaux urbains-ruraux plus ou moins bien lotis de l’économie populaire. Les réseaux de l’économie populaire, notamment en Asie du Sud-Est visent avant tout à maintenir une certaine cohésion sociale dans le cadre d’une adaptation permanente au changement dominé, c’est vrai, par la logique économique impulsée par les acteurs dominants (Chatterjee, 2008).

36La grande majorité du monde paysan est désormais une composante d’une nouvelle économie populaire à la fois urbaine et rurale qui est la base matérielle d’une nébuleuse dynamique constituée par diverses catégories d’acteurs populaires. Même si cela n’ajoute rien à l’analyse de les étiqueter « classes populaires », en tout cas ils sont bien distincts des « classes moyennes », et surtout des franges urbaines de ces dernières, liées aux performances de la croissance économique gouvernée par les normes des acteurs globaux.

37La démarcation est de plus en plus nette entre ces deux types d’acteurs en Asie du Sud-Est, et une dynamique de conflits est une réalité de plus en plus visible, soit déjà au niveau national comme en Thaïlande, soit le plus souvent au travers de multiples réalités locales, entre autres en Indonésie et aux Philippines, mais aussi au Vietnam, au Laos et au Cambodge. L’aspect « territoire » est très important dans ces conflits, tant en région urbaine qu’en région rurale. Les « classes moyennes » urbaines veulent marquer leur territoire urbain et soutiennent les politiques de « nettoyage » des espaces d’économie populaire, pour les remplacer souvent par des projets qui manifestent la volonté de « modernisation » et de « globalisation » des classes moyennes (Peters, 2009).

38En outre, l’agressivité de ces classes moyennes se traduit aussi par leur volonté de conquérir des « territoires » ruraux qu’elles veulent redessiner en fonction de leurs intérêts économiques, résidentiels, voire récréatifs, comme les parcours de golf. Ils viennent s’ajouter aux accaparements liés aux expropriations massives de millions d’hectares de terres et de forêts pour mettre en œuvre des mégas projets de cultures industrielles ou de cultures vivrières industrialisées.

4. L’impact des rapports de force entre élites dirigeantes et acteurs populaires sur l’évolution des systèmes politiques

39La rhétorique occidentale de la gouvernance et de la démocratisation insiste souvent sur l’intérêt de mettre en place des processus de décentralisation supposés pouvoir alléger l’interventionnisme étatique et aider à l’enracinement local d’une participation citoyenne.

40Des études récentes ont montré en Asie du Sud-Est l’existence d’une « gouvernance historique » locale, à travers laquelle des milliers de collectivités locales ont tenté, depuis des siècles, de définir les règles du « vivre en commun », pour assurer leur sécurité et leur viabilité (Nartsupha, 1999) Elles peuvent être un outil important pour rendre aux collectivités locales confiance en elle-même, et consolider le lien historique entre valorisation des ressources locales et identité culturelle (Parnwell, 2007).

41La tentation de certains États « démocratisés » est de redéfinir les institutions locales dites participatives en utilisant abondamment la rhétorique des vertus de la participation. La rapidité de la mise en place de ces institutions locales peut faire douter de leur véritable nature. Dans le cas des Philippines et de l’Indonésie, le langage de participation recouvre en fait souvent une volonté des États d’étendre leur contrôle sur des collectivités ayant gardé jusque-là une certaine autonomie de fait (Murray Li, 2002).

42Divers programmes inspirés par une vision importée de la gouvernance, et souvent appuyés par des ONG spécialisées dans le marché de la conservation des ressources naturelles, ont rencontré et rencontrent de plus en plus d’opposition de la part de collectivités locales embrigadées malgré elles dans des actions qui ne correspondent ni à leurs besoins ni à leurs pratiques ancestrales de gestion des écosystèmes locaux.

43Au-delà de ce domaine particulier, en Asie du Sud-Est, comme dans d’autres pays du Sud, les années 1990 ont vu une efflorescence des organisations dites de la société civile, relayant souvent dans le contexte régional les discours internationaux sur les droits de l’homme, les problèmes de genre, la lutte contre la pauvreté, etc. Au Cambodge, le nombre d’ONG est passé de cinquante vers 1990, à près de trois mille en 2010, la plupart largement financées de l’extérieur. Ces « sociétés civiles » sont souvent apparues sur le devant de la scène au cours de la crise de 1997-1998, en se positionnant comme des agents des réformes des États et des systèmes de gouvernance. Elles sont cependant apparues souvent comme des relais conscients ou involontaires des ingérences extérieures ; les régimes en place ont ainsi pu les décrédibiliser et leur influence est restée limitée, quelle que soit la promotion de leur image dans la plupart des médias occidentaux. En dépit de leur faculté à monopoliser la parole publique et l’espace médiatique, elles pèsent rarement de manière décisive sur les changements en cours, sauf quand elles parviennent à se positionner ou à être récupérées dans la formation ou la recomposition des organisations sociopolitiques (partis, syndicats, mouvements paysans) qui embraient réellement sur les conflits entre fractions dirigeantes, ou entre celles-ci et les acteurs populaires. Paradoxalement, dans les régimes à parti unique (Vietnam, Laos), elles peuvent avoir une certaine influence, à condition de se distancier clairement des ingérences extérieures, et à collaborer avec les organisations de masse propres à ces pays (associations nationales des paysans, des femmes, des jeunes, comités villageois, etc.) dans le cadre de leur rôle spécifique au niveau national et local (Rebhein, 2011).

44Alors que souvent les analyses conventionnelles voient dans les nouveaux médias un facteur nouveau bouleversant le jeu politique, dans de nombreux pays de la région, les organisations sociopolitiques « traditionnelles » ont souvent pu canaliser à leur profit les potentialités de mobilisation offertes par les nouvelles technologies de la communication et les « réseaux sociaux » virtuels, tant en période électorale qu’à d’autres moments.

45Dans les années 2000, surtout en Thaïlande, mais aussi en Malaisie, en Indonésie et aux Philippines, les recompositions évoquées ci-dessus ont traversé les relations de pouvoir entre les réseaux verticaux de clientélisme politique et les réseaux horizontaux de sociabilité populaire évoqués plus haut. Elles ont souvent des dimensions indéchiffrables pour les observateurs occidentaux essayant d’y déceler une éventuelle émergence « démocratique ».

46L’évolution de la Thaïlande dans les années 2000 est particulièrement intéressante de ce point de vue, parce qu’elle montre un paysage politique marqué non plus seulement par les conflits intra-élites à l’intérieur du projet modernisateur, mais aussi par l’impact de l’émergence d’acteurs populaires relativement autonomes sur les conflits entre élites.

47Le processus politique a été bouleversé par l’arrivée au pouvoir, en 2001, du parti Thai Rak Thai (TRT) et de son leader, le tycoon milliardaire, Thaksin Shinawatra, décidé à mobiliser les votes des masses rurales à travers une politique d’amélioration des infrastructures, de la santé, de l’éducation, des fournitures des services de base en région rurale. D’une certaine manière, c’était la mise en œuvre d’une politique tardive de besoins fondamentaux (basic needs) et de lutte contre la pauvreté, telle que recommandée par tous les discours sur les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et les organisations internationales porteuses de ces derniers (Menkhoff, Rungruxsirivorn, 2011).

48Cette politique a reçu un accueil positif d’une grande partie du monde rural. Elle a entraîné une inclusion de ce dernier dans la scène politique monopolisée jusque-là par les luttes de faction intra-élites. Les élites ont réagi très négativement à cette évolution, accusant le gouvernement Thaksin, non seulement de populisme, mais de dilapidation des fonds publics pour des objectifs contraires aux exigences de la croissance et de la compétitivité de l’économie thaïe. Cela a abouti au coup d’État de 2006, renversant Thaksin, et à la crise politique permanente qui s’en est suivie. Les élites urbaines se sont mobilisées de manière de plus en plus radicale et violente pour exiger la fin des réformes entreprises par Thaksin. Les élites thaïlandaises ont développé une véritable haine de la démocratie parlementaire si celle-ci aboutit à renforcer la place des classes populaires dans la société. Elles se considèrent comme les seules à pouvoir représenter la société civile, tout en n’hésitant pas à descendre dans la rue (occupations des aéroports par les « chemises jaunes » du People’s Alliance for Democracy [PAD]) (Charoensin-olarn, 2010).

49À l’inverse, le monde rural s’est lui mobilisé pour défendre les réformes et exiger le retour du Premier ministre déposé. Cela a mené à l’occupation, en 2010, du centre de Bangkok par leur mouvement des « chemises rouges » du National United Front for Democracy against Dictatorship (UDD). Sa répression par la force armée n’a pas mis fin durablement aux mouvements de protestation qui ont continué à se manifester. La Thaïlande se trouve ainsi dans un état d’instabilité permanente, qui a même eu des répercussions sur ses relations avec ses voisins (le conflit frontalier avec le Cambodge a été envenimé par des éléments liés directement à la nature de la crise politique en Thaïlande [Ferrara, 2011]).

50Ces événements ne relèvent pas que de l’anecdote politique. Ils montrent quels sont les enjeux réels derrière une apparence d’institutions démocratiques formelles, particulièrement développées en Thaïlande avec le multipartisme, une participation électorale forte, et une prolifération d’associations de la société civile. En réalité, ces institutions sont en surimpression de réseaux de pouvoirs qui les utilisent ou les contournent en fonction de leurs intérêts. Ces réseaux peuvent par exemple mobiliser l’institution judiciaire pour annuler les avancées de leurs adversaires dans les institutions politiques (annulation des élections, dissolution de partis politiques, poursuites et condamnations de leurs leaders) (Dressel, 2010). Quand la manipulation de la loi n’est plus suffisante pour atteindre ces objectifs, c’est le cadre légal lui-même qui est modifié par un coup d’État avec recours à l’armée, acteur central et bouclier de ces réseaux composés des conseillers du palais, des officiers supérieurs, des hauts fonctionnaires, des juges des hautes cours et de l’élite du monde financier et des affaires qui gravitent autour du pouvoir royal intouchable, ce qui a été appelé The Network Monarchy (McCargo, 2005).

51L’expérience thaïlandaise des années 2000 montre clairement que la stratégie de ces réseaux de pouvoir informels est bien de défendre par n’importe quel moyen les intérêts et la dominance des couches dirigeantes anciennes et nouvelles. Elle met en évidence la nature des conflits très violents entre les élites dirigeantes et un mouvement populaire, désormais conscientisé et organisé qui exige sa place et la reconnaissance de ses intérêts dans le système politique. Le fer de lance de ce mouvement populaire n’est rien d’autre que ceux que l’on a appelé ci-dessus les nouveaux acteurs populaires hybrides, composés en grande partie des paysans ouvriers circulant entre les villes et les campagnes. Certains analystes n’hésitent pas à qualifier ce conflit structurel de slow-burn civil war (Montesano, 2011), et rien n’indique que le retour des successeurs du TRT (sous l’étiquette PPP [People’s Power Party]), au pouvoir après 2011, puisse changer durablement les rapports de force.

52La situation de la Thaïlande préfigure sans doute l’évolution future de la plupart des pays de l’Asie du Sud-Est. L’enjeu central se trouve du côté de la recomposition des rapports de force entre acteurs de l’économie politique du développement. D’un côté, on a un bloc d’élites de plus en plus radicales et agressives dans la défense de leurs privilèges et d’une voie unique de développement centrée sur la seule logique d’accumulation. Pour elles, clairement, le respect de la « démocratie formelle » ne s’accommode pas de règles plus contraignantes pour le partage des résultats de la croissance. De l’autre côté, on a l’émergence d’acteurs populaires recomposés dont font partie diverses catégories de la paysannerie. Ces acteurs exigent la prise en considération de leurs demandes et, souvent, de leur sécurisation future dans le rapport à la terre et à l’accès aux ressources naturelles qui peuvent assurer non seulement leur survie, mais surtout l’amélioration de leurs conditions de vie (Peemans, 2013).

53Dans la mesure où ni les élites politiques ni les élites économiques actuelles ne sont prêtes à reconnaître les intérêts et les demandes des acteurs populaires recomposés, on peut penser que les conflits qui opposeront ces deux groupes seront une composante de plus en plus importante de l’évolution de la région dans les décennies à venir.

54Les pouvoirs d’État sont évidemment impliqués dans cette évolution vers une modernisation à la fois débridée, violemment conflictuelle et de plus en plus chaotique qu’ils essaient de gérer tant bien que mal. La tâche de réinventer un État capable de promouvoir un développement équilibré dans des sociétés profondément déstructurées par le type de modernisation en cours s’avère être un défi improbable. Face à la complexité de ces évolutions, les pressions occidentales récurrentes pour avancer à tout prix vers le modèle de modernité politique de type anglo-saxon paraissent à la fois décalées et assez futiles, surtout depuis qu’elles se sont cantonnées elles-mêmes dans des critères définis d’abord par les « exigences des marchés ».

55Un problème majeur pour une réflexion en termes de démocratie et de développement rural durable est le refus ancien et persistant des acteurs politiques et économiques dominants de prendre en considération une diversité de chemins de développement possibles, et pas seulement la voie unique d’une modernisation désormais axée sur les seules exigences de la globalisation. (Potter, Badcock, 2007). Un développement durable suppose notamment de donner la priorité à la recherche de stratégies de développement urbain et rural centrées sur la qualité du milieu de vie et les besoins de la majorité de la population. Ce point n’est manifestement pas à l’ordre du jour des élites modernisatrices dont l’imaginaire semble fasciné avant tout par des images futuristes de science-fiction, avec des paysages urbains définis par des forêts de gratte-ciel et des circuits d’autoroutes à plusieurs niveaux, et des paysages ruraux marqués par des fermes ressemblant à des complexes agro-industriels basés sur la chimie, la mécanisation et la bio-ingénierie la plus sophistiquée. Cela concerne en fait tant l’Asie de l’Est que l’Asie du Sud-Est.

56Pour sortir des cycles d’une violence fondatrice sans cesse réinventée, un autre chemin de développement supposerait une évolution vers un mode de « démocratie substantive » (Gathii, 2000). Celle-ci n’est pas à l’ordre du jour des élites dirigeantes de la région, mais elle sera certainement au cœur des conflits et des luttes à venir. C’est de l’issue de ces dernières que dépendra l’émergence, ou non, d’un espace pour un mode de développement rural et urbain durable.

Auteur

Professeur ordinaire émérite de l’Université catholique de Louvain, où il a été président de l’Institut d’études du développement. Co-fondateur du Groupe de recherche sur l’Asie de l’Est et du Sud-Est (GRAESE), membre associé au Centre d’études du développement (CED) de l’UCL.
Mail : jean-philippe.peemans@uclouvain.be

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search