Version classiqueVersion mobile

La vulnérabilité du monde

 | 
Leopoldo Múnera Ruiz
, 
Matthieu de Nanteuil

Partie II. Mémoire et résolution des conflits en Amérique latine

La société civile face à la violence et à l’impunité au Mexique

Geoffrey Pleyers et Pascale Naveau

Texte intégral

1Le Mexique fait face à une vague de violence dont les sources se localisent à un niveau local, national et international. Les conflits violents entre cartels de la drogue d’une part, et la guerre contre le narcotrafic entamée par le président Calderón d’autre part, ont donné lieu à une situation de violence sans pareil : depuis 2006, elle a causé la mort de plus de 70 000 personnes, la disparition de 35 000 individus et le déplacement de 200 000 autres. Face à cette violence – et sous l´impulsion de la société civile –, un mouvement social a vu le jour en 2011 : le Mouvement pour la paix dans la justice et la dignité (MPJD) regroupe des proches de victimes et activistes et tente depuis deux ans d´exercer une influence sur le gouvernement mexicain. Ayant dans un premier temps organisé des tables de dialogue avec le gouvernement, le MPJD a réussi à faire voter une loi des victimes. Au-delà des objectifs institutionnels, le MPJD présente également des aspects culturels et subjectifs qui influencent le passage de la condition de victime à la constitution d´acteur portant une critique politique et sociale. Face à la nécessité de combiner une prise en compte des racines objectives qui créent un « espace de la violence » (Wieviorka, 2004 ; 2008), d’une part, et une analyse des enjeux objectifs, mais aussi culturels et subjectifs des mouvements citoyens pour la paix, d’autre part, ce chapitre présente une description de la violence au Mexique et une analyse du MPJD permettant de mettre en valeur le rôle de la société civile dans un tel contexte de violence.

2La situation mexicaine paraît à bien des égards inextricable. Le gouvernement semble démuni et l’absence de stratégie sur le long terme ainsi que des violations des droits de l´homme (Carlsen, 2012) sont dénoncées par beaucoup d’analystes. Les citoyens de nombreux États du Mexique sont pris au piège entre la militarisation d’une partie du pays, les exactions qui y sont liées (Amnesty International), la corruption des forces de l’ordre et l’impunité, d’un côté, et les cartels qui dictent leurs lois dans une partie croissante du territoire national, de l’autre côté. Dans ce contexte, quel peut être le rôle de la société civile ? Ce chapitre abordera la question dans un premier temps à partir des perspectives théoriques de Mary Kaldor et Michel Wieviorka, tous deux apportant les bases conceptuelles permettant un questionnement des politiques de militarisation ainsi qu´une élaboration d´alternatives centrées sur la « sécurité humaine », cette dernière plaçant l´humain au centre des préoccupations sécuritaires. Dans la seconde partie du chapitre, nous analyserons les mobilisations citoyennes ayant pris forme ces deux dernières années et luttant pour la sécurité, mais aussi pour une paix juste et digne, à travers le pays. Pour ce faire, nous nous appuierons sur des observations de terrain menées lors de l´été 2012 au sein du Mouvement pour la paix dans la justice et la dignité (MPJD), mouvement social impulsé par le poète Javier Sicilia. L´étude de ce mouvement social se penchera sur les composantes plus subjectives de l´engagement citoyen. Cette analyse se basera sur les résultats obtenus lors de la collecte de données de terrain basée sur treize entretiens menés avec des membres du MPJD, des observations, des lectures de presse et divers communiqués du MPJD. Conjointement, nous présenterons la campagne menée par les pirates informatiques « Anonymous » dans l´État de Veracruz. Les deux cas d´études ont certes de nombreuses divergences, mais les deux mobilisations ont pour but de dénoncer, répondre et rendre visible la situation de violence présente au Mexique.

1. La sécurité humaine et l´espace de la violence

  • 1 [En ligne]
    http://www.pgr.gob.mx/temas%20relevantes/estadistica/HOMICIDIOS%20POR%20PRESUNTA%20RIV (...)
  • 2 [En ligne] http://fr.rsf.org/report-mexique, 184.html

3En janvier 2012, le Bureau du Procureur général de la République comptait 47 5151 homicides liés à la guerre entre l´armée et les narcotrafiquants depuis l’accession de Felipe Calderón à la présidence de la république mexicaine et sa « déclaration de guerre contre le narcotrafic » en décembre 2006. Les rapports des ONG font quant à eux état de plus de 70 000 morts et de 35 000 disparus au cours des six années de son mandat présidentiel. Selon Reporters sans frontières, en 2010, le Mexique était, derrière l´Irak, le deuxième pays le plus dangereux pour les journalistes2.

  • 3 Kaldor M. (2007) ; et Kaldor M., Beeb S. (2010).

4Pour comprendre la situation actuelle du Mexique, mais aussi pour penser des alternatives qui permettraient d’envisager une sortie à moyen terme, des approches alternatives de la sécurité sont nécessaires. Certains éléments de la théorie des « nouvelles guerres » développée par Mary Kaldor3 à partir d’études de cas dans les Balkans, en Afrique, en Afghanistan et en Iraq, nous permettent de jeter un autre regard sur la situation mexicaine. Alors que les guerres classiques opposent des États-Nations, les acteurs des « nouvelles guerres » sont davantage des réseaux que des ennemis clairement identifiables. La forte présence du crime organisé, du trafic de drogue, d’armes et d’êtres humains, génère une situation dans laquelle certains acteurs ont intérêt à ce que le conflit se prolonge, et avec lui les zones de non-droits, l’impunité et la faiblesse de l’État qui constituent un cadre favorable à des activités criminelles prospères. Utiliser les moyens pour faire face aux guerres classiques se révèle dès lors contre-productif puisqu’ils ajoutent la répression à la violence organisée et renforcent le climat d’impunité.

1.1. La sécurité en questions

  • 4 Source : Latinobarometro. [En ligne] http://www.latinobarometro.org/latino/LATAnalizeQuestion.jsp(c (...)

5Au Mexique, la déclaration de « guerre au narcotrafic » du président Felipe Calderón a été suivie par un recours massif à l’armée et à des moyens d´action analogues à ceux utilisés lors d’une guerre classique, ce qui a conduit à de nombreuses exactions et au non-respect des droits de l’homme par les forces de sécurité (Botello, 2012). La population et la société civile sont alors victimes à la fois du crime organisé, de la militarisation de certaines régions du territoire, de la corruption présente dans l´ensemble de la société et d’une impunité généralisée. En effet, une étude menée par l´organisation « México Evalua » montre qu’en 2010, 80,6 % des crimes sont restés impunis (Zepeda Lecuona, 2011 : 20). Le problème n’est pas neuf. L’historien Pablo Piccato (2008) estime que « tout au long du xxe siècle, l´homicide fut la manifestation la plus visible de l´impunité ». Il se pose cependant avec une nouvelle acuité depuis le début de la guerre contre le narcotrafic. En matière de corruption, que ce soit à cause du niveau de scolarité, des bas salaires ou encore des manques de perspectives, les policiers mexicains sont très vulnérables face à la corruption. Selon le Latinobarómetro, 70 % de la population mexicaine n´a confiance ni en la police ni en la justice de leur pays4. La corruption généralisée, mais aussi les menaces proférées par les cartels à l’encontre des forces de l’ordre et de leurs familles ont considérablement nui à l’efficacité de certaines institutions, facilitant grandement le développement du crime organisé. Or, comme le soulignent de nombreux travaux de recherche, « la conviction de l’immunité est un élément décisif pour le passage à la barbarie » (Wieviorka, 2008 : 272).

  • 5 Kaldor M. (2007) ; et Kaldor M., Beeb S. (2010).

6Face à cette situation, Kaldor5 estime que les solutions durables exigent une approche centrée sur le concept de « sécurité humaine » qui conduit à souligner que la sécurité ne peut être conçue uniquement comme l’absence de violence. Ce concept fut d’abord promu dans le rapport du PNUD sur le développement humain de 1994 pour souligner que « pendant trop longtemps, le concept de sécurité a été interprété de manière trop étroite : la sécurité du territoire face aux agressions extérieures ou la protection des intérêts nationaux dans les affaires étrangères. La sécurité a été davantage considérée comme un attribut des États-nations plutôt que des gens ». Mary Kaldor estime elle aussi que, lorsque l’on place les personnes plutôt que les États au centre des politiques sécuritaires, cela nous oblige à prendre en compte non seulement la violence physique, mais aussi toutes les autres dimensions qui rendent la vie insécure et qui sont les conditions de la violence. S’appuyant sur de nombreuses études de cas, elle considère que la seule approche efficace pour prévenir la violence est d’agir au niveau des conditions qui favorisent le développement de la violence. Pour cela, elle propose de placer au cœur des politiques de sécurité et de lutte contre la violence le respect des droits humains et la protection de la population civile ; une justice impartiale et la lutte contre l’impunité ; la légitimité démocratique claire des autorités politiques élues et des politiques de développement économique et social favorables aux populations des zones affectées par les conflits. Or, aucun de ces quatre éléments n’est actuellement assuré au Mexique.

7Différentes approches convergent ainsi sur la nécessité de réencastrer les problèmes de la sécurité, de la violence et de l’impunité dans les conditions politiques, sociales et juridiques de la société dans laquelle ils se développent. Dans cette perspective, Wieviorka (2004 : 50) souligne la nécessité de prendre en compte à la fois le contexte national et le contexte international. Il rappelle que :

[…]derrière ce qu’on appelle mondialisation, il y a aussi et surtout un vide, et un grand désordre, l’épuisement de l’ancien ordre social, d’une part, et d’autre part le déclin des formes d’organisation et d’intégration étatiques et des projets de développement qui leur étaient associés jusque dans les années 1970.

8Le déploiement de la violence trouve également des conditions propices dans :

[…] la régression et l’affaiblissement des institutions garantes du lien social, qu’elles soient en charge de l’ordre et de la sécurité, de la socialisation (l’école) ou qu’elles incarnent l’État-providence. […] Lorsqu’il n’y a plus d’autorité, et pas davantage de normes et de règles imposées à tous via les institutions, alors la violence trouve des conditions élargies pour s’exercer (Wieviorka, 2004 : 64-65).

  • 6 Source : www.internal-displacement.org (consulté le 5 avril 2012).

9Au Mexique plus encore qu’ailleurs, la mondialisation et la fin d’un modèle national ont considérablement agrandi l’« espace de la violence ». Le manque de « sécurité humaine » (Kaldor, 2007) s’y reflète notamment dans l´augmentation permanente du taux de réfugiés et déplacés lié au conflit. L’International Displacement Monitoring Center (IDMC) souligne une forte croissance du nombre de déplacés fuyant la violence au Mexique depuis 2007. En 2010, 120 000 Mexicains ont fui leur pays en quête de sécurité6. Une étude de l´Université autonome de Ciudad Juárez montre que le nombre de déplacés du seul État de Chihuahua, l´un des plus touché par la guerre contre le narcotrafic, s´élève à 230 000 entre 2006 et 2011 (Albuja, Rubio Diaz-Leal, 2011 : 24).

  • 7 Nom donné au leader d´un cartel.

10Les frontières des zones géographiques contrôlées par les capos7 des différents cartels sont moins nettes que par le passé, ce qui conduit à des conflits très violents entre cartels pour le contrôle des territoires. Si les mises en scène d’exécution ou les messages adressés à d’autres cartels ou aux autorités via des cadavres mutilés ont parfois donné l’image d’une cruauté excessive et peu rationnelle, les analystes ont au contraire mis en exergue la grande rationalité des stratégies mises en œuvre par les principaux cartels qui, à bien des égards, suivent des logiques comparables à celle des grandes entreprises (Gómora, Gomez, 2009). Ils sont par exemple soucieux de diversifier leurs sources de revenus et leurs placements en combinant le trafic de drogue avec des activités légales et illégales. Les cartels sont ainsi actifs dans la traite d´êtres humains (notamment des sans-papiers venus d´Amérique centrale), la prostitution, le kidnapping, le trafic d´armes, le racket, la contrebande, les services de protection ou le vol de voitures. Ils sont également de plus en plus présents dans le secteur légal de l’économie, notamment dans le secteur hôtelier, les bars ou les boîtes de nuit. Ils sont également propriétaires d´entreprises de sécurité privée.

1.2. L´économie

  • 8 Accord de libre-échange nord-américain.

11Le problème du narcotrafic au Mexique ne peut se résumer à un problème de sécurité publique, comme tendent à le faire les stratégies du gouvernement. Le narcotrafic est un problème « structurel » de longue date, où économie et politique sont interconnectés, tant à un niveau microsocial que macrosocial (Pineyro, 2012). Le secteur représente un enjeu économique considérable. Le Global Financial Integrity Report (2012) montre qu’entre 1970 et 2010, 872 milliards de dollars ont été blanchis au Mexique, ce chiffre ayant connu une forte croissance après 1994, année de l’entrée en vigueur de l’ALENA8 entre le Mexique, les États-Unis et le Canada.

12Dans un pays profondément affecté par la crise économique de 2008 (le PIB a chuté de 7,1 % en 2009) et dont une partie importante de la population peine à trouver sa place dans un modèle économique désormais centré sur les grandes entreprises exportatrices (Alba, 2006 ; Blanke, 2009), les cartels ont trouvé un terrain fertile et pris une ampleur économique et sociale considérable. La fortune des cartels leur offre un pouvoir et une influence dans un pays où la police et une partie des autorités locales et étatiques sont gangrenées par la corruption.

13Malgré les exactions et la violence de leurs pratiques, les cartels parviennent à bénéficier d’un soutien social dans certaines régions du Mexique. Et pour cause : ils offrent des emplois dans des régions où l’application de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) ne laisse que peu d’alternatives aux couches populaires et aux petits paysans (Bartra, 2009). Ils financent des clubs de sports, des fêtes populaires et d’autres activités délaissées par le gouvernement.

1.3. Une démocratie vide

  • 9 En particulier les chapitres 2 et 5.

14Cette évolution s’inscrit dans un contexte politique particulier : l’accession à la présidence de la république du candidat du Parti d’action nationale (PAN) en l’an 2000 a mis fin à sept décennies de pouvoir du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI). Les énormes espoirs suscités par la démocratie sont aujourd’hui massivement déçus, que ce soit par les allégations de fraudes électorales en 2006, l’absence d’écoute des revendications sociales, le poids des grands acteurs économiques ou la croissance des inégalités et de la pauvreté (Cortes, De Oliveira, 20109). Au point que bien des analystes parlent désormais d’une « démocratie vide » (Bizberg, 2010).

15Outre les profits immenses générés par ces activités illégales, les causes du développement rapide du narcotrafic et de la violence qui l´accompagne s´expliquent en partie à partir des dysfonctionnements institutionnels dans les domaines politique, économique et juridique. Par complicité ou par négligence, les institutions mexicaines font partie intégrante du problème.

16L´organisation du système politique mexicain et certains de ses disfonctionnements ont préparé un terreau fertile pour le développement du crime organisé et continuent d’orienter les stratégies opérationnelles des cartels. Depuis la révolution, le Mexique est à la fois une république fédérale et un régime présidentiel très centralisé, un « hyper présidentialisme » (Favela, 2010 : 105) où non seulement les trois pouvoirs se concentrent dans les mains du pouvoir exécutif, mais de plus, cet hyper présidentialisme rend inopérant le fédéralisme instauré au Mexique (Ward, Rodriguez, 1999). Le parti-État alliait répression des mouvements et cooptation de certaines causes et de certains leaders pour neutraliser le potentiel mobilisateur et démocratisant des principales mobilisations sociales (Favela, 2010 : 140). Le nouveau régime a largement abandonné les pratiques de cooptation d’acteurs sociaux contestataires.

17Par ailleurs, au Mexique plus encore qu’ailleurs, « l´action collective, la réponse gouvernementale et la structure institutionnelle interagissent et forment ainsi un système de relations qui définit mutuellement tant les formes d´expressions que les orientations que prennent les changements » (Favela, 2010 : 139). Comme le soulignent Jeffrey Goodwin et James Jasper (2011), l’approche longtemps dominante de la « structure d’opportunité politique » qui tend à figer ces opportunités doit ainsi être questionnée puisque ces opportunités résultent d’une interaction permanente entre les acteurs de la société civile et une multiplicité d’acteurs qui composent l’État. Cette approche permet de mieux comprendre l’évolution des stratégies des cartels et l’ampleur croissante de la violence.

  • 10 Le PRI, qui occupa la présidence de la république entre 1927 et 2000.

18À l’époque où le Parti révolutionnaire institutionnel10 concentrait les pouvoirs au niveau national, étatique et local, cette centralisation permettait une coordination efficace de la lutte contre le crime organisé par l’État fédéral (Benitez Manaut, 2009 ; Velasco, 2005). La décentralisation progressive et la démocratisation électorale ont conduit à répartir la responsabilité de la sécurité entre différents niveaux de pouvoir (national, états fédérés et municipalités) qui n’étaient plus intégrés par l’appartenance commune de leurs édiles au PRI. La décentralisation du pouvoir fut accompagnée par une décentralisation au niveau de l´organisation des corps de police, causant des problèmes de coordination ainsi que des querelles internes (Moloeznik, 2010) et facilitant amplement la pénétration du crime organisé dans les corps de police et les institutions politiques.

19Au niveau politique, le Mexique apparaît aujourd’hui à bien des analystes comme une « démocratie vide » (Bizberg, 2010). La légitimité du gouvernement repose davantage sur le soutien des grands groupes médiatiques que sur sa capacité à répondre aux demandes de la population. Entre une politique économique et commerciale encadrée par l’ALENA, l’influence déterminante d’une élite économique restreint les perspectives de développement économique sur le long terme. Le gouvernement mexicain emprunte la stratégie de ce que Shalini Randeria (2007) nomme les « États rusés » (Cunning States) : il invoque stratégiquement sa faiblesse et son incapacité à orienter sa politique en raison de traités ou de marchés internationaux pour justifier des décisions qui relèvent de choix politiques peu populaires et alors qu’il bénéficie de marges de manœuvre qui lui permettraient de contester les traités ou de privilégier d’autres choix politiques. Le gouvernement mexicain invoque ainsi volontiers l’ALENA pour justifier une politique économique et commerciale très favorable aux gros entrepreneurs et défavorable aux petits paysans et aux petits ou moyens entrepreneurs ; il invoque également les exigences de son puissant voisin américain pour justifier sa politique sécuritaire et sa lutte contre la drogue.

2. La société civile face à la violence

20Face à une situation qui semble à bien des égards inextricable et, alors que les politiques gouvernementales semblent non seulement impuissantes à enrayer la vague de violence et contribuent à un climat d’impunité et d’insécurité, la capacité d’action de la société civile paraît bien limitée. Ses dénonciations ne sont pas sans péril : de nombreux journalistes ou défenseurs des droits de l’homme ont payé de leur vie les dénonciations de la violence des cartels, d’exaction des forces de l’ordre ou de corruption des autorités locales ou étatiques. Pourtant, en hommage à ces morts que le gouvernement se contentait de classer dans les statistiques des homicides, contre l’impunité dont jouissent les criminels, mais aussi les forces de l’ordre, et parce que cette violence pèse chaque jour davantage sur leur vie quotidienne, des citoyens se sont mobilisés à travers le Mexique, d’abord de manière ponctuelle, puis, à partir d’avril 2011 au sein d´un vaste mouvement « Pour la paix dans la justice et la dignité ».

21Selon Laura Loeza et Mariana Pérez-Levesque (2010), la réponse de la société civile peut être de trois rangs. Dans un premier temps, elle peut ne pas dénoncer la situation ; ensuite, elle peut s´organiser afin de répondre à cette violence ; et pour finir, elle peut demander l´asile politique dans un autre pays. Dans ce présent chapitre, nous allons nous intéresser à la seconde option qui est l’« organisation citoyenne face à la violence au Mexique ». Au Mexique, il existe diverses organisations ou collectifs qui quotidiennement luttent contre l´impunité et pour le respect des droits de l´homme. Il existe également des initiatives plus ponctuelles qui agissent de manière forte, mais unique. Malgré une certaine désarticulation entre les mobilisations sociales ou citoyennes, des acteurs s´érigent contre la violence générée par les cartels et l´État. Pour analyser et illustrer ces différentes mobilisations, nous allons recourir au MPJD et à l´action d´Anonymous dans l´État de Veracruz.

2.1. 2000-2010 : plusieurs vagues de mobilisation

22Dans les années 2000, des manifestations contre l´insécurité ont surgi à travers le pays, réunissant parfois plusieurs milliers de participants (Bizberg, 2010 : 53) exprimant leurs craintes face à l´accroissement de la violence. Ces manifestations réunissaient des gens de toutes les classes sociales et orientations politiques. Les mouvements « México, Unido Contra la Delincuencia » ou encore « No más Sangre » ont par exemple fait la une des médias. Le sociologue Ilán Bizberg estime cependant que ces diverses mobilisations citoyennes étaient davantage une expression de l´opinion publique que des organisations capables de mobiliser leurs sympathisants et de peser sur les politiques du gouvernement mexicain.

  • 11 « Acuerdo Nacional por la Seguridad, la Justicia y la Legalidad », El Universal, 22 de Agosto de. 2 (...)

23Fondée en 1997 par des hommes d´affaires mexicains, l´ONG « México Unido Contra la Delincuencia » (MUCD) fut reconnue en 2004-2005 comme interlocuteur légitime de la société civile par les autorités politiques. En 2008, la relation entre les deux acteurs a d’ailleurs été institutionnalisée par l´Accord national pour la sécurité, la justice et la légalité11. Selon Laura Loeza Reyes et Mariana Pérez-Levesque (2010), la principale faiblesse du mouvement MUCD fut son identité, associée à des acteurs de la classe supérieure, qui a constitué un obstacle à l’inclusion de milieux socio-économique plus défavorisés. Le MUCD ne parvint par ailleurs jamais à acquérir suffisamment de légitimité dans le vaste secteur des organisations de défense des droits de l´homme. Les inégalités socio-économiques se sont ainsi fortement reflétées dans l’organisation des luttes contre la violence, longtemps restée dichotomique. Quelques personnages du milieu des affaires ou de la politique ont rapidement attiré l’attention des médias et des pouvoirs publics lorsqu’ils ont été victimes de la violence organisée ou lorsque leurs enfants ont été enlevés. Certains sont parvenus à organiser des mobilisations sociales importantes qui se situaient généralement sur la droite de l’échiquier politique, mais ils n’arrivaient à entraîner qu’une partie des classes populaires, qui sont pourtant les principales victimes de la généralisation de la violence. Ce n’est qu’à partir de 2010 et à partir d’initiatives d’acteurs issus du monde culturel et artistique que les mobilisations contre la violence ont réussi à dépasser cette dichotomie et à mobiliser plus durablement de vastes secteurs de la classe moyenne et des milieux populaires. Ces mobilisations sont parvenues à maintenir leurs distances face aux partis politiques. C’est cependant plutôt du côté du centre-gauche que se situe désormais le centre de gravité de la plupart de ces mobilisations.

  • 12 [Vidéo en ligne] http://www.youtube.com/watch?v=yKNATC-HMzo

24Initié en 2010, le mouvement « No más Sangre » – « Basta de Sangre » s’appuie sur des représentations artistiques et des caricatures pour dénoncer le ras-le-bol de la société face à la violence et à l´impunité. L´objectif du mouvement était de susciter une vaste mobilisation citoyenne dans un contexte où, selon Eduardo del Río, caricaturiste mexicain à l’initiative de cette campagne, « la majorité des personnes ne sont ni en position ni en conditions pour exprimer publiquement leur mécontentement »12. Grâce au logo « No+Sangre », affichable partout, chaque Mexicain peut exprimer son indignation face à la violence, à la politique sécuritaire du gouvernement et aux cartels. Cette campagne a connu un vaste succès au Mexique et à l’étranger, jusqu’au festival du film de Marrakech, dédié en 2011 au cinéma mexicain, où des cinéastes mexicains ont diffusé le logo durant la montée des marches (Olivarez, 2011). Cette campagne met cependant également en exergue les limites des modes d’action qui permettent une adhésion massive de la population, mais elle n’a guère eu d’impact sur l´agenda politique.

2.2. Le Mouvement pour la paix dans la justice et la dignité

25Le « Mouvement pour la paix dans la justice et la dignité » a vu le jour en avril 2011 suite au drame personnel vécu par le poète Javier Sicilia, dont le fils fut assassiné par des membres du cartel de Los Zetas à Cuernavaca, une petite ville proche de la capitale. La mort du fils du poète et collaborateur de plusieurs organes de presse a trouvé un large écho médiatique et a suscité la compassion. Les jours qui suivirent, des milliers d´étudiants, d’artistes, de jeunes mobilisés contre la militarisation du pays, de défenseurs des droits de l´homme, d’écologistes, de représentants de l´Église, de syndicalistes et de citoyens ordinaires (Estrello, 2011) sont descendus dans les rues pour manifester leur compassion, mais aussi pour exiger une autre politique face au narcotrafic. En mai 2011, Javier Sicilia organisa une marche vers la capitale (Ameglio, 2011) pour dénoncer l’ampleur des conséquences de la guerre menée par le gouvernement et exiger la fin de la militarisation, une justice propre et efficace et la fin de l´insécurité.

26Le 8 mai 2011, des manifestations « pour la restauration d’une paix et d’une justice » se sont déroulées dans quarante villes au Mexique et dans une vingtaine d’autres à l’étranger. Tout au long de ce processus, des acteurs se sont ajoutés au mouvement et ont offert aux victimes un soutien pour construire une identité du « nous », offrant ainsi une légitimité aux propositions et demandes du MPJD (Maihold, 2012). Grâce à ces mobilisations expressives, subjectives et pacifiques, entre 90 000 et 200 000 personnes se sont rassemblées au Zócalo (Maihold, 2012), la place centrale de Mexico, avec comme objectif d´ouvrir un débat public au sujet de la stratégie gouvernementale face à la violence. Ceci étant, selon Kaldor (2003), un élément essentiel et fondamental pour la société civile.

  • 13 Nommée par Jorge Linares « Le bain de douleur ».

27Cette marche a fait naître un mouvement citoyen qui donnera lieu à des marches de protestation régulières et à des « caravanes de la consolation » (Estrello, 2011) entre différentes villes mexicaines touchées par les effets meurtriers du narcotrafic et de la guerre contre les cartels. Pendant six jours, l’une de ces caravanes traversa douze États mexicains pour parvenir à la ville frontalière de Ciudad Juárez, considérée comme l’une des villes les plus dangereuses du monde. Un pacte national citoyen pour la paix juste et digne y fut signé par plusieurs dizaines d’organisations citoyennes. Cette caravane avait également pour objectif de « libérer la parole » et a permis à des centaines de victimes ou proches de victimes de témoigner de leur souffrance. L´expérience vécue entre le témoignage des victimes de la violence et la collectivité13 mène à la construction d´un sujet collectif tel que le MPJD (Linares, 2012). Selon Kaldor (2003 : 140-141), la création d´un savoir (indispensable à la compréhension d´un conflit et à sa résolution) trouve son origine dans le témoignage des personnes profondément touchées et engagées dans le conflit.

28Depuis le printemps 2011, le MPJD présente une plate-forme de dialogues réguliers avec le gouvernement et différents acteurs politiques. Le MPJD a comme objectif d´impulser « une mobilisation du capital politique des victimes » (Estrello, 2011) afin qu´elles convertissent leur position de victime en celle de battant pour une justice. L´exigence d´être reconnu comme acteur social et pas uniquement comme victime, permet la construction d´une identité positive et déterminée sur laquelle se base la construction d´un mouvement social (Wieviorka, 2008 ; Mathieu, 2004). Suite à ces marches, caravanes et dialogues avec les autorités publiques, les membres du MPJD se sont construits comme acteurs.

  • 14 [Vidéo en ligne] http://movimientoporlapaz.mx/

29Deux ans après l’émergence du mouvement, des actions presque quotidiennes continuent d’être organisées au Mexique et à l’étranger. La campagne « En los zapatos del otro » fut par exemple adoptée par des groupes de solidarité au MPJD dans différentes villes occidentales14. Elle consiste en la diffusion d’une série de témoignages de personnes relatant la vie des victimes de la violence au Mexique. D’autres initiatives s’ancrent résolument au niveau local et insistent sur la nécessité de « reconstruire le tissu social ». Dans de nombreuses villes, des groupes de médecins, d´étudiants, de parents, de femmes ou d´artistes se sont organisés pour encourager les Mexicains à sortir de leurs maisons, à réinvestir les espaces publics et à recréer du lien social. En effet, la violence et la peur qui l´accompagne découragent les habitants de certaines régions du pays à sortir dans la rue et à participer à des activités publiques.

30Grâce au recours aux émotions (Jasper, 2012) dont pouvait disposer le MPJD à ce moment, le mouvement a pu organiser diverses actions auxquelles participèrent plus de 90 000 personnes. Ces manifestations subjectives et émotives du MPJD ne se limitèrent pas aux revendications politiques. Ainsi, les actions artistiques et les témoignages publics des victimes n´ont pas uniquement attiré les médias ; ils ont également profondément imprégné l’« être » du manifestant ainsi que son esprit et sa volonté de changer les cadres dans lesquels agissent les narcotrafiquants et politiciens du pays. Les sentiments, la subjectivité, les émotions (Goodwin, Jasper, Poletta, 2001) et le corps (McDonald, 2006) se rassemblent dans un mouvement qui est à la fois impulsif, expressif et compatissant, et qui replace l´être humain au centre des préoccupations et revendications d´une autre politique de sécurité.

31Les actes et manifestations de ces mouvements ont allié des revendications d’une autre politique à un répertoire d’actions caractérisé par une grande créativité culturelle et une force expressive. Face à la guerre contre le narcotrafic, le MPJD propose de s´attaquer aux causes profondes de la montée des violences, à commencer par l’impunité, les politiques économiques accusées d’accroître la pauvreté et la corruption. Le mouvement en appelle à renforcer le tissu social et à mettre en œuvre des initiatives citoyennes et des politiques contre la misère, la pauvreté, le chômage et le manque d’opportunités (Sicilia, 2011), dans le cadre de politiques publiques, mais également d’initiatives citoyennes. En pointant du doigt les sources socio-économiques du mal-être mexicain, le MPJD exige des politiques socio-économiques sur le long terme, favorisant la création d´emplois, un accès à l’éducation et à un système de santé de qualité et accessibles à tous. Ainsi, le MPJD ne vise pas à s´attaquer à la dimension superficielle de la violence, mais veut, avec ses propositions et actions, fermer ce que Wieviorka (2004) appelle l’« espace de la violence ».

2.3. Un mouvement expressif et culturel

  • 15 Entretien avec Jorge González de León. Ciudad de México, le 20 juillet 2012.

32Adresser ses revendications aux responsables politiques est cependant loin d’être le seul objectif du mouvement. Les aspects expressifs et subjectifs (McDonald, 2006 ; Pleyers, 2010 : chap. 2 à 4) sont placés au cœur du mouvement. La compassion, la subjectivité et l’expérience vécue sont célébrées, et leur vulnérabilité (McDonald, 2007) mise en scène à travers des marionnettes et des performances artistiques qui parviennent à exprimer ce que ne peuvent plus dire les mots. La poésie oppose la vie à la guerre contre le narcotrafic, la compassion à l’oubli, les visages des disparus aux chiffres des statistiques. La créativité et la subjectivité des participants ont rendu visible l’expérience vécue et les souffrances que le gouvernement dissimulait sous cette « guerre contre le narcotrafic » et que les statistiques cachaient derrière les chiffres des morts et des disparus, qui ne représentent plus rien lorsque les victimes se comptent en dizaine de milliers. Les performances artistiques et les actions symboliques pour représenter ces victimes se sont multipliées, comme cette campagne de jeunes citoyens qui, en avril 2012, disposent 60 000 figurines de papier dans les rues et les places de la capitale pour représenter les victimes d´homicide au cours de la présidence de Felipe Calderón. Les aspects subjectifs et expressifs (McDonald, 2006 ; Pleyers, 2010 : chap. 2 à 4) constituent le cœur du MPJD. Selon Jorge González de León, poète et membre du MPJD, le mouvement a pu, grâce aux artistes, récupérer le ressenti : « les gens qui entrent en contact avec le mouvement et qui y restent, c´est parce qu’ils s´émeuvent. Bien plus que pour des raisons sociales, c´est pour un sentiment non pas de compassion, mais de solidarité »15.

33Par milliers, les manifestants ont brandi les portraits de leurs disparus, retracé la vie de leurs proches, récité des poèmes en hommage à la vie, pour défier la mort qui peut surgir à tout moment dans les rues du Mexique. Ces actions performatives, ces réunions, ces chants et ces témoignages ont rendu leur humanité à chacune des victimes. Dans les villes d’Europe et d’Amérique du Nord, les participants à une campagne ont été invités à choisir le nom d’une victime de cette guerre et d’envoyer une lettre en son nom au président de la République mexicaine. Dans cette longue liste figuraient au côté de chaque nom, l’âge, l’occupation et quelques bribes de la vie de la victime. Ceux qui ne sont plus que des unités dans la colonne des « narcotrafiquants abattus », « agents des forces de l’ordre tombés au combat » ou « victimes des narcotrafiquants » redeviennent alors des êtres humains victimes d’une guerre dont aucune issue ne semble se dessiner.

Fernando et Raúl, 15 et 9 ans, Ciudad Juarez. Deux frères qui se trouvaient au mauvais endroit et sont morts au milieu d’un échange de tirs.

Enrique, 32 ans, deux enfants, policier enlevé, torturé et tué à Tijuana.

34Qu’elle soit tombée du côté de la population civile, des forces de l’ordre ou des narcotrafiquants, chaque victime laisse derrière elle une famille éplorée. « J’ai choisi un policier parce qu’ils sont souvent oubliés. Ils sont pourtant aussi des victimes de cette guerre et la douleur est tout aussi grande pour leur famille », nous expliquait une participante à une mobilisation bruxelloise.

35Lors de ces performances activistes, le participant prête son corps, sa voix, sa plume aux victimes dans un élan de double incorporation (embodiement) où il parle à la fois en son nom et en celui des disparus. Ces manifestations subjectives du mouvement citoyen ne peuvent se résumer à une mise en scène de revendications politiques. Elles sont au cœur du mouvement. Les performances théâtrales, les représentations artistiques ou les déclamations ne sont pas que des happenings destinés à attirer l’attention des médias. Ils engagent profondément le manifestant dans son être tout entier et son esprit. Dans sa volonté de modifier les cadres dans lesquels le pouvoir et les narcotrafiquants agissent lors de cette guerre, le participant va également mettre en jeu ses sentiments, sa subjectivité, ses émotions (Goodwin, Jasper, Poletta, 2001) et son corps (McDonald, 2006) dans un élan qui est à la fois expressif et compassionnel, qui replace l’être humain au centre des préoccupations et des revendications pour une autre politique sécuritaire. Ainsi, l´artiste Gerardo Sánchez González nous explique :

  • 16 Entretien avec Gerardo Sánchez Gonzaléz, Ciudad de México, le 19 juillet 2012.

Je pense qu´au sein du MPJD, il est très clair que la majorité des participants ne s´intéressent ni à l´art ni à la culture. Ils sont concernés par leurs disparus. Mais quand ils se rendent compte que l´art leur offre l’opportunité d’apprendre à connaître et rencontrer, à partir de la dimension humaine, le chemin vers la justice, ils s’investissent dans ces performances16.

2.4. Dimension internationale du MPJD

  • 17 [Vidéo en ligne] http://www.redglobalpazmexico.org/

36Le MPJD est à la fois un mouvement profondément mexicain et une mobilisation internationale présente dans les villes globales du monde occidental (Los Angeles, New York, Paris, Barcelone, Londres, Berlin, etc.). Des dizaines de groupes Face book et des blogs du MPJD ont été créés et une page internet d´un « Réseau global pour la paix au Mexique » a vu le jour17. Ce soutien international renforce la légitimité du mouvement et l’aide à peser sur son gouvernement (Keck, Sikking, 1998). Kaldor (2003) souligne l’importance de cette opinion publique globale qui s’exprime à travers les médias, les réseaux militants internationaux et des groupes de citoyens. Elle apporte aux militants nationaux le sentiment de ne pas être isolés et constitue un moyen efficace de questionner la légitimité des autorités nationales ou des politiques menées par un gouvernement. Preuve de l’écho global du mouvement, la revue TIME désigna Javier Sicilia comme le « personnage de l´année parmi les milliers de manifestants à travers le monde ayant reçu le titre de personnalité de l´année ». Toutes ces différentes actions entreprises par ces acteurs internationaux forment une chaîne de solidarité globale en faveur des citoyens mexicains, et démontrent une contestation globale envers la politique sécuritaire mexicaine. Mais est-ce suffisant pour parvenir à imposer la paix au Mexique ?

3. Anonymous

37À côté du MPJD, le groupe de pirates informatiques « Anonymous » s’est lui aussi mobilisé contre les cartels et la violence qui règne au Mexique. Ce réseau composé de collectifs autonomes soutient les actions citoyennes pour la paix au Mexique. Alors que le gouvernement s´attaque aux cartels en militarisant le pays, Anonymous a eu recours à des modes d´actions moins conventionnels en piratant les sites internet du gouvernement mexicain, d´institutions financières ainsi que des bases de données des cartels.

  • 18 [Vidéo en ligne] http://www.youtube.com/watch?v=wjjv3I0b8Wo
  • 19 WikiLeaks est une association à but non lucratif dont le site Web lanceur d’alerte, publie des docu (...)
  • 20 [Vidéo en ligne] http://www.guardian.co.uk/technology/video/2011/oct/31/anonymous-hackers-mexican-d (...)

38Défiant ouvertement le cartel de Los Zetas dans l’État de Veracruz, Anonymous annonça le 6 octobre 2011 l’« Opération cartel » (Villamil, 2011). Dans une vidéo largement diffusée18, un activiste masqué annonce que, « fatigué de ne pas pouvoir compter sur les autorités pour faire diminuer le taux de violence et le nombre de morts », le groupe Anonymous de Veracruz menace de divulguer des informations sur les relations de corruption entretenues entre le cartel et différents hommes politiques, policiers, militaires et hommes d´affaires. Suite à cette annonce, le cartel de Los Zetas enleva l´un des membres du groupe Anonymous au cours d’une manifestation en faveur de Julian Assange, rédacteur en chef et porte-parole de WikiLeaks19 et menaça de tuer dix personnes pour chaque nom dévoilé. Une campagne internationale20 des Anonymous est parvenue à faire libérer l’otage. Face aux menaces de mort, ils décidèrent néanmoins d´abandonner l´opération Cartel le 31 octobre 2011. Ce face à face entre Los Zetas et Anonymous a montré le pouvoir et les ressources de nouveaux modes d’action basés sur l’information, mais aussi ses limites face aux menaces et à la violence des cartels.

  • 21 Vinculan a ex procurador de Tabasco con Los Zetas, Excelsior, 31 octobre 2011, http://www.excelsior (...)

39D’autres actions ont été entreprises par Anonymous dans le cadre de la lutte contre la violence au Mexique. En octobre 2011, suite à des informations obtenues en piratant le site internet du politicien Gustavo Rosario, ancien procureur général de l´État du Tabasco, les activistes ont dénoncé la relation qu’il entretenait avec Los Zetas (Tuckman, 2011) et affiché sur son site l’annonce « Gustavo Rosario est un Zeta », signée « Anonymous México ». Des doutes persistent cependant quant à l’identité des auteurs de cette attaque informatique21. Le caractère fortement hétérogène et réticulaire des pirates informatiques leur permet de garder un anonymat et de mener des attaques efficaces, mais cette structure particulière peut également être propice à des « campagnes de désinformation opérées par des usurpateurs ou les services de sécurité des États touchés » (Pinard, 2012).

4. Conclusion

  • 22 Voir par exemple Moloeznik, 2010.

40De nombreux analystes s’accordent pour considérer que la société civile mexicaine, qui s’est récemment mobilisée contre la violence au Mexique, n’a pas « fait preuve d’une force organisationnelle suffisante pour présenter un projet politique alternatif »22 au cours des débats qui ont précédé les élections nationales de juillet 2012. Force est de reconnaître que le gouvernement Caldéron n’a pas pris le chemin d’une réorientation structurelle de sa politique sécuritaire et que les mouvements citoyens ne sont pas parvenus à soulever l’enthousiasme des sénateurs pour avaliser la Loi générale du respect et de la protection des droits des victimes (Martínez, 2012), une loi contre laquelle le président a finalement posé son veto. Ces conclusions nous paraissent cependant fondamentalement insuffisantes pour au moins deux raisons : elles ignorent le fait que, depuis l’accession à la présidence du PAN (Parti d’action nationale) en 2000, les autorités mexicaines se sont caractérisées par une attitude particulièrement fermée (Kitschelt, 1986) à l’égard des mouvements sociaux ainsi que de la portée culturelle et subjective des mobilisations récentes contre la violence.

41Premièrement, depuis la transition électorale et malgré l’ampleur, la force et la créativité des mobilisations sociales des indigènes, paysans, petits entrepreneurs, électriciens ou de la classe moyenne, le gouvernement a ignoré les doléances des mobilisations successives qui lui ont été adressées (Bartra, 2009 ; Pleyers, 2011). Dans ce contexte, il est particulièrement difficile pour un mouvement de peser sur la politique gouvernementale. La force organisationnelle et la qualité du projet politique du MPDJ ne pourront probablement rien y changer.

  • 23 Pleyers (2010a : 90-100).
  • 24 C’est par exemple la position défendue par Gamson (1975). Cet argument a cependant été contesté par (...)

42Deuxièmement, cette analyse limite le mouvement à sa composante politique, ignorant l’ampleur de son impact culturel et subjectif. Or, d’une part, c’est précisément à ce niveau que pourrait se situer leur principal impact et, d’autre part, la nature même des mouvements culturels à l’âge global23 les rend souvent peu compatibles avec la construction d’une organisation forte et d’une institutionnalisation qui, selon certains politologues, permet de peser plus efficacement sur les acteurs politiques. Les jeunes alter-activistes et les acteurs les plus créatifs défendent l’autonomie de leur expérience et de leurs mouvements ; ils s’opposent activement à l’émergence de leaders et d’une institutionnalisation qui nuiraient à la créativité du mouvement, le rendrait moins horizontal et participatif, mais cependant plus efficace face aux acteurs de la sphère politique institutionnelle24.

43Mais les mobilisations de la société civile et la poésie peuvent-elles avoir un impact dans un contexte si profondément marqué par la violence ? Kaldor souligne à juste titre que la société civile peut avoir un rôle fondamental dans la résolution de conflit, en promouvant une manière différente de considérer le conflit, en ouvrant des débats et en proposant des alternatives. Cependant, cette perspective ne peut conduire à sous-estimer l’importance des enjeux qui se jouent dans la sphère politique institutionnelle. Les conséquences des discours et de la conception de la sécurité du président Felipe Calderón illustrent toute l’importance des positions des dirigeants politiques. L’ampleur et l’originalité des mobilisations de la société civile ne sont parvenues à modifier ni la stratégie de militarisation du gouvernement, qui reste de mise, ni les cadres d’analyse de la situation qui président les politiques en vigueur. La capacité du mouvement pour la paix de peser dans le débat de la campagne des élections présidentielles est demeurée limitée, et c’est là un échec du mouvement. Le récit dispensé dans les médias dominants est toujours celui d’une guerre contre le narcotrafic, dans lequel les victimes civiles sont soit des dommages collatéraux regrettables mais inévitables, soit portées au nombre des narcotrafiquants abattus. Les mouvements citoyens affirment aujourd’hui que le solde des homicides commis au cours des six années de mandat de Felipe Calderón approche les 70 000 morts et les espoirs que la « sécurité humaine » soit placée au centre des préoccupations du nouveau président de la république mexicaine sont ténus.

Notes

1 [En ligne]
http://www.pgr.gob.mx/temas%20relevantes/estadistica/HOMICIDIOS%20POR%20PRESUNTA%20RIV ALIDAD % 20DELINCUENCIAL % 202011 % 20 % 28Enero-Septiembre % 29.pdf

2 [En ligne] http://fr.rsf.org/report-mexique, 184.html

3 Kaldor M. (2007) ; et Kaldor M., Beeb S. (2010).

4 Source : Latinobarometro. [En ligne] http://www.latinobarometro.org/latino/LATAnalizeQuestion.jsp(consulté le 5 avril 2012).

5 Kaldor M. (2007) ; et Kaldor M., Beeb S. (2010).

6 Source : www.internal-displacement.org (consulté le 5 avril 2012).

7 Nom donné au leader d´un cartel.

8 Accord de libre-échange nord-américain.

9 En particulier les chapitres 2 et 5.

10 Le PRI, qui occupa la présidence de la république entre 1927 et 2000.

11 « Acuerdo Nacional por la Seguridad, la Justicia y la Legalidad », El Universal, 22 de Agosto de. 2008. [En ligne] http://www.eluniversal.com.mx/notas/532069.html

12 [Vidéo en ligne] http://www.youtube.com/watch?v=yKNATC-HMzo

13 Nommée par Jorge Linares « Le bain de douleur ».

14 [Vidéo en ligne] http://movimientoporlapaz.mx/

15 Entretien avec Jorge González de León. Ciudad de México, le 20 juillet 2012.

16 Entretien avec Gerardo Sánchez Gonzaléz, Ciudad de México, le 19 juillet 2012.

17 [Vidéo en ligne] http://www.redglobalpazmexico.org/

18 [Vidéo en ligne] http://www.youtube.com/watch?v=wjjv3I0b8Wo

19 WikiLeaks est une association à but non lucratif dont le site Web lanceur d’alerte, publie des documents ainsi que des analyses politiques et sociétales.

20 [Vidéo en ligne] http://www.guardian.co.uk/technology/video/2011/oct/31/anonymous-hackers-mexican-drug-cartel

21 Vinculan a ex procurador de Tabasco con Los Zetas, Excelsior, 31 octobre 2011, http://www.excelsior.com.mx/index.php?m=nota&id_nota=778579&rss=1

22 Voir par exemple Moloeznik, 2010.

23 Pleyers (2010a : 90-100).

24 C’est par exemple la position défendue par Gamson (1975). Cet argument a cependant été contesté par Piven Frances Fox et Richard Cloward (1979) qui estiment que lorsque les mouvements développent une organisation forte et structurée, ils sont moins susceptibles d’obtenir des résultats sur les enjeux qui avaient suscité leur émergence, notamment parce que les intérêts de l’organisation l’emportent souvent sur ceux du mouvement. C’est là l’un des principaux ressorts du « dilemme de l’organisation » dans les mouvements sociaux mis en évidence par James Jasper (2006). Ce dilemme se pose avec une acuité nouvelle dans certains mouvements contemporains, cf. Mathieu (2011) ; Pleyers (2010 : chap. 9).

Auteurs

Chercheur qualifié du FNRS au Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité (CriDIS) de l’Université catholique de Louvain, chercheur au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS) de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).
Mail : geoffrey.pleyers@uclouvain.be

Doctorante en sociologie à l’Université catholique de Louvain, membre du Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité (CriDIS) de l’Université catholique de Louvain.
Mail : pascalenaveau@yahoo.fr

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search