Version classiqueVersion mobile

La vulnérabilité du monde

 | 
Leopoldo Múnera Ruiz
, 
Matthieu de Nanteuil

Partie II. Mémoire et résolution des conflits en Amérique latine

« Paix sociale »

Vérité, justice, réparation et mémoire au Chili

Elizabeth Lira Kornfeld

Texte intégral

1Les processus de vérité, de justice, de mémoire et de réparation ont fait partie de la politique menée depuis 1990 pour assumer la responsabilité de l’État chilien dans les violations des droits de l’homme commises entre 1973 et 1990 et la construction d’un vivre ensemble démocratique basé sur la reconnaissance des droits de tous. L’objectif politique proposé depuis 1990 par le premier gouvernement de transition a été d’établir la paix sociale comme fruit de la réconciliation politique.

2Les appels à la réconciliation politique étaient liés à un vieux modèle historique fondé sur l’oubli juridique. Mais l’identification et l’indemnisation des victimes, y compris la reconnaissance de leurs droits comme citoyens et citoyennes dans un État démocratique de droit, ont substantiellement modifié cette tradition historique. Ce changement ne s’est pas opéré sans faux pas, ce qui a engendré une demande croissante que soient jugés et punis les coupables des violations des droits de l’homme commises depuis 1973. Ce lent processus s’est d’abord concentré sur des cas « emblématiques », comme le jugement pour l’assassinat d’Orlando Letelier et de Ronnie Moffit commis à Washington en 1976, jugement qui a abouti à la condamnation des chefs de la Direction nationale du renseignement (DINA) en 1995. La demande de justice a été réactivée en 1998 lorsque des plaintes ont été déposées contre Augusto Pinochet, plaintes dont le nombre s’est élevé à 299, jusqu’à ce que soient désignés, en 2002, des juges à temps plein, spécialement délégués aux cas de disparition forcée. Toutefois, la plupart des jugements ne sont pas terminés. L’élucidation du sort final des détenus disparus non plus.

3Le présent travail cherche à rendre compte des politiques mises en œuvre et des dossiers encore ouverts à presque quarante ans du coup d’état militaire, en lien avec la vérité, la justice, la réparation et la mémoire.

1. Amnisties, impunité et paix sociale

4Au Chili comme dans beaucoup de pays d’Amérique latine, l’oubli juridique a été pendant presque deux siècles le principal instrument utilisé pour mettre fin aux conflits politiques. Les lois d’amnistie ont été promulguées pour clôturer le passé. Les arguments employés pour justifier cette voie politique soutiennent que seul l’oubli garantirait la paix. L’Édit de Nantes, il y a plus quatre cents ans, a sans doute été l’une des expressions les plus claires de ce fil de l’histoire. La fin du conflit et la liberté de conscience y furent garanties par le moyen d’une large amnistie :

Premièrement, que la mémoire de toutes choses passées d’une part et d’autre, depuis le commencement du mois de mars 1585, jusques à notre avènement à la couronne, et durant les autres troubles précédents, et à l’occasion d’iceux, demeurera éteinte et assoupie, comme de chose non avenue. Et ne sera loisible ni permis à nos procureurs généraux, ni autres personnes quelconques, publiques ni privées, en quelque temps, ni pour quelque occasion que ce soit, en faire mention, procès ou poursuite en aucunes cours ou juridictions que ce soit (Édit de Nantes, 1598).

5L’accord obtenu à cette époque impliquait l’idée que la paix, en tant que bien supérieur, devait se fonder sur l’oubli juridique et politique. À cette fin, il fallait que tous les événements qui s’étaient produits fussent assumés comme « chose non avenue » ; toute action judiciaire était ainsi expressément empêchée. En même temps, l’obligation de supprimer toute mention du passé revenait à éteindre la mémoire du conflit dans un sens culturel et psychologique.

6L’impunité comme fondement de la paix sociale est un principe sous-jacent aux traditions politiques du Chili depuis les débuts de la République, et fait aussi partie des traditions politiques d’Amérique latine (Loveman, Lira, 1999). Les textes des lois d’amnistie adoptées avant les transitions politiques ou au début de ce processus dans le continent latino-américain n’ont fait que reproduire l’une des plus anciennes convictions sur les conditions de la paix sociale, celle qui repose sur l’élimination des responsabilités politiques et juridiques et sur l’idée que cette mesure permettrait d’éliminer les ignominies engendrées par le conflit en supprimant toute possibilité d’action judiciaire. Toutefois, la résistance à l’impunité des crimes commis au nom de la patrie a été une lutte constante des victimes et de leurs proches ainsi que des organismes nationaux et internationaux de défense des droits de l’homme. Ces résistances d’ordre politique et juridique ont modifié les processus de transition et permis de s’opposer à l’impunité des crimes contre l’humanité dans de nombreux pays ; mais c’est là sans nul doute un processus qui, avec ses progrès et ses reculs, dépend beaucoup des conjonctures et des consensus politiques obtenus dans chaque pays.

7Au moment même où les lois d’amnistie étaient promulguées, il fut convenu de créer des Commissions de vérité chargées d’enquêter sur les violations passées des droits de l’homme. Chacune de ces commissions a élaboré un rapport sur le cadre politique et historique dans lequel se sont produites les violations des droits de l’homme, et presque toutes ont reconstitué ce qui est arrivé aux victimes. Elles ont généralement proposé des mesures de réparation administratives et symboliques et ont recommandé des mesures juridiques et politiques pour garantir la non-répétition de ces faits. Dans chaque pays, les politiques publiques ont évolué au cours du temps vers une reconnaissance croissante des victimes, incluant la notion d’irréparable comme une dimension essentielle et incontournable de leur statut, même si dans les faits ces politiques n’assument pas toujours les implications d’une telle reconnaissance.

2. Chili : 1973-1990

8Le 11 septembre 1973, les forces armées et les forces de l’ordre renversèrent le président constitutionnel Salvador Allende et occupèrent le pays. Dès le début, le régime fut dénoncé pour la violation massive des droits de l’homme qu’il pratiqua à l’égard de ceux qu’il qualifiait d’« ennemis » de la patrie et de la nation chilienne.

9De nombreuses personnes furent exécutées à l’issue de jugements sommaires et de conseils de guerre. La Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) questionna le gouvernement sur les dénonciations d’exécutions, de tortures et de disparitions de personnes. Son premier rapport (CIDH, 1974) rendit compte de mises à mort sans jugement préalable, de tortures et de violations du droit des détenus à être jugés par un tribunal établi par une loi antérieure au fait incriminé et, en général, du droit à un procès équitable. Ce n’est que bien des années plus tard qu’a pu être établi le nombre des personnes exécutées et des détenus disparus, à partir des données fournies par le rapport de la Commission de la vérité et de la réconciliation en 1991 (Rapport Rettig, 1991).

10Près de 18 000 personnes furent arrêtées au cours des premiers mois de la dictature (rapport de la Commission nationale sur l’emprisonnement politique et la torture, 2005). Le caractère massif de la répression poussa beaucoup de Chiliens à demander asile dans les ambassades. D’autres sortirent du pays par leurs propres moyens. En 1982, la Commission chilienne des droits de l’homme a estimé à 200 000 le nombre de ceux qui partirent en exil. Des dizaines de milliers de personnes furent renvoyées de leur travail pour des motifs politiques. Près de 5 000 paysans furent expulsés des terres où ils vivaient et exclus du processus de réforme agraire (Lira, Loveman, 2005). L’utilisation de la disparition comme modalité de répression a été identifiée à partir de 1974, lorsqu’un certain nombre de personnes qui avaient été détenues n’apparurent pas parmi celles qui furent libérées ou envoyées en prison, et que leur trace se perdit dans quelque lieu de détention, sans qu’on les revît jamais ni ne sût rien de l’endroit où elles se trouvaient. Les cas dénoncés de détenus disparus furent publiés par le Vicariat de la solidarité (1979).

11Ces situations préoccupèrent particulièrement quelques églises, auxquelles les poursuivis vinrent demander aide et protection. Le cardinal de l’Église catholique, Raúl Silva Henríquez, s’unit avec l’Église luthérienne, l’Église méthodiste et la communauté juive pour former le Comité de coopération pour la paix (1973-1975). Cette initiative œcuménique fournit une assistance légale et sociale aux personnes poursuivies par le régime et à leurs familles. À la fermeture du Comité, le Vicariat de la solidarité continua la défense (1976-1992). Tandis que ces institutions recevaient les dénonciations des personnes poursuivies, les autorités niaient pratiquer la détention, la disparition et la torture.

12En 1988, un plébiscite fut organisé pour décider de la continuation du régime. Le résultat surprit le général Augusto Pinochet qui espérait gouverner huit ans de plus : 54 % de l’électorat se prononça pour le « non », ce qui revenait à le rejeter du gouvernement. En juin 1989 fut organisé un autre plébiscite pour juger de certaines réformes constitutionnelles ; celles-ci furent approuvées, légitimant donc la constitution du régime. En décembre de la même année eut lieu l’élection démocratique du Président de la République et du Congrès. C’est ainsi que commença la « transition », à l’intérieur du cadre établi par la constitution de 1980.

3. Transition politique : vérité, justice et réparation

13Le programme de gouvernement de la Concertation des partis pour la démocratie déclara dans son chapitre sur les droits de l’homme que ceux-ci « constituent un des fondements de la constitution d’une société démocratique » (Programme de la Concertation des partis pour la démocratie, 1989). Toutefois, dès le début de ce gouvernement, il apparut que les violations passées des droits de l’homme étaient un thème extrêmement sensible et polémique. La société était polarisée et les discours officiels sur la réconciliation politique mettaient particulièrement sous tension les organisations des victimes et une partie de la société. Les secteurs partisans du régime militaire reprirent le vieil argument de l’oubli du passé au nom de la paix sociale ; cette argumentation était contredite par la sincérité et les convictions des victimes et de leurs proches, pour qui il était inacceptable de fonder le vivre ensemble et la réconciliation politique sur l’impunité des agressions et violences subies. Pour les proches des détenus disparus en particulier, le passé traumatique était toujours présent, dans la mesure où ils continuaient à ignorer le lieu et le sort final des êtres qui leur étaient chers.

14Le gouvernement de Patricio Aylwin définit comme dossiers prioritaires : a) la situation des détenus disparus, des personnes exécutées et torturées jusqu’à la mort, ainsi que les enlèvements et les attentats contre la vie des personnes commis pour des motifs politiques ; b) la situation des exilés ; et c) la situation desdits « prisonniers politiques ». La politique des droits de l’homme faisait désormais partie du processus nécessaire pour parvenir à la réconciliation nationale.

15Le programme du gouvernement avait prévu de créer une commission de vérité pour les cas de mort, dans le but d’identifier et de reconnaître les victimes et de proposer des mesures de réparation. Le président Patricio Aylwin fit connaître le rapport de la commission en mars 1991. Il demanda pardon aux familles des victimes au nom de l’État chilien.

16Il est important de souligner que, même si plusieurs années étaient passées depuis la mort ou la disparition de leur(s) fils, de leur père, de leur(s) frère(s), de leur époux ou épouse, pour beaucoup de familles le rapport présenté par la Commission, qui témoignait d’histoires déchirantes et de souffrances prolongées, eut une très grande valeur et signification émotionnelle et morale. Les histoires des familles furent écoutées comme une vérité qui concernait la société tout entière. Cette instance a ainsi contribué à la reconnaissance des victimes.

17Le rapport de la Commission Rettig a reconnu les graves conséquences de la disparition et de la mort sur la vie des proches, et particulièrement sur celle des enfants. Il recommanda des mesures monétaires et le droit à certains bénéfices, c’est-à-dire qu’il proposa des réparations administratives, mais il recommanda aussi de créer des programmes de santé et santé mentale spécialisés pour les familles. Le rapport se référa précisément aux conséquences sur la santé des personnes, affirmant qu’elles avaient vécu des « expériences traumatiques » qui, étant donné leur caractère et leur importance, ne pouvaient être psychiquement traitées et assimilées, à moins d’une aide spécialisée. Le rapport fit état des témoignages des proches des victimes, qui avaient décrit en détail leurs souffrances psychologiques ; les différentes formes de troubles du deuil ; l’incertitude prolongée et la recherche de l’absent ; les dommages causés à l’intégrité personnelle ; la perturbation des projets de vie et du processus d’évolution des enfants et de la famille ; les altérations de la santé mentale et physique ; la détérioration expérimentée sur les plans affectif et subjectif ; les altérations de la vie de famille ; la détérioration des liens ; la dispersion de la famille ; le changement des rôles ; la précarité socio-économique ; la perception d’une modification des repères habituels ; la perte de sécurité ; la stigmatisation et la marginalisation (des projets politiques en particulier) ; le dénigrement des victimes de la part des autorités et de la presse ; les mauvais traitements infligés aux proches des victimes ; la sensation d’être devenus des êtres marginalisés et marginaux. À partir de ces constats, la Commission recommanda la création d’un programme de soins de santé pour les victimes (Commission nationale de vérité et réconciliation, 1991 : chap. iv).

18Les forces armées, les forces de l’ordre et la Cour suprême rejetèrent le rapport de la Commission de vérité et de réconciliation. Pour ces secteurs, la vérité présentée dans le rapport constituait une interprétation politique qui ne tenait pas compte des contextes national et international dans lesquels s’était produite la subversion, contextes qui justifiaient à leurs yeux le fait d’avoir voulu préserver la nation de la destruction de ses valeurs, de son intégrité culturelle et de ses traditions historiques. Dans le contexte de la guerre froide, l’ennemi était le communisme international. Cet ennemi, devenu un ennemi interne, devait être exterminé.

19L’effet immédiat de la vérité fut limité. Trois semaines après que le rapport ait été rendu public, un sénateur du parti Union démocrate indépendante, qui avait été un homme clé durant le régime militaire, fut assassiné. Les fantômes de la violence et du terrorisme de petits groupes contribuèrent à diluer l’impact des grands crimes du terrorisme d’État. Par ailleurs, quelques mois plus tard, il apparut clairement qu’il y avait une grande disproportion entre la vérité recueillie dans le rapport et les réparations administratives offertes par l’État aux victimes à ce moment-là. La plupart des personnes disparues restaient disparues, sans que l’on ait aucune nouvelle du lieu où elles se trouvaient ni de leur sort. La plupart des procès judiciaires ouverts pour des cas de disparition avaient été amnistiés en 1989. C’est-à-dire que, si une partie des violations des droits de l’homme avait bien été reconnue, il ne semblait pas possible de rendre justice.

20En 1991 fut créé le Programme de réparation et de soins complets en matière de Santé pour les victimes de violation des droits de l’homme au ministère de la Santé (PRAIS) ; ce programme fut installé dans le système de santé publique dans le but de mettre en œuvre les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation. Ses objectifs, son installation et son fonctionnement ont été définis dans une résolution ministérielle. Celle-ci a établi que le but du programme était de fournir des soins gratuits de santé et de santé mentale à toutes les victimes de violations des droits de l’homme et leurs proches, et qu’il était destiné aux personnes et familles affectées par l’une des situations répressives reconnues par l’État.

  • 1 La Comisión Asesora para la Calificación de Detenidos Desaparecidos, Ejecutados Políticos y Víctima (...)

21Le Congrès approuva en 1992 la loi générale des réparations n. 19.123, qui devait établir des mesures de réparation pour les victimes reconnues par la Commission Rettig. La loi établit une pension viagère au bénéfice des familles directes (épouse et mère ; enfants jusqu’à vingt-quatre ans, à l’exception des handicapés qui reçurent une pension viagère), soins de santé spécialisés, éducation pour les enfants jusqu’à trente-cinq ans et exemption du service militaire obligatoire. La Corporation nationale de réparation et réconciliation étendit le statut de victime aux cas que la Commission Rettig n’avait pas résolus, et la Commission consultative pour la classification des détenus disparus, des exécutés politiques et des victimes d’emprisonnement politique et de torture1 (2010-2011), qui donna un nouveau délai pour présenter des demandes de reconnaissance, identifia et classifia trente nouveaux cas. L’Observatoire des droits de l’homme de l’Université Diego Portales a réalisé une évaluation de l’état actuel des mesures de réparation qui permet d’apprécier leur développement et leurs limitations (Observatoire des droits de l’homme, 2012).

22La manière dont chaque société construit la reconnaissance et la responsabilisation politique des événements qui ont eu lieu a elle aussi des effets moraux et psychologiques sur les victimes et sur le vivre ensemble au sein de la société. Au Chili, la vérité avait donné lieu à une politique de réparations, mais l’enquête sur les détenus disparus restait en suspens. Il a fallu attendre la fin de l’année 1999 pour que soit reconnue la responsabilité des agents de l’État dans la disparition des personnes. Le gouvernement de l’époque convoqua une Table de Dialogue sur les droits de l’homme, incluant les forces armées et la police. Ce groupe de travail a rassemblé des représentants des commandants en chef, des membres des forces morales et religieuses du pays, des avocats de droits de l’homme et des professeurs d’université, et s’est clos par un engagement des institutions armées à fournir toute information utile à la découverte des restes des détenus disparus. En janvier 2001, le rapport des forces armées a identifié des personnes disparues qui avaient été jetées à la mer, et d’autres qui avaient été enterrées dans des cimetières clandestins. Cette initiative permit la reconnaissance officielle de l’existence des victimes de disparition forcée sous la responsabilité des forces armées et des forces de l’ordre (Table de Dialogue, 2001). Le gouvernement demanda à la Cour suprême de désigner des juges spéciaux pour enquêter sur ces cas. Les procédures judiciaires ouvertes depuis lors sur les cas des disparus ont permis de retrouver les restes de quelques-uns d’entre eux mais, dans la majorité des cas, n’ont abouti qu’à élucider leur sort final, car leurs restes avaient été jetés à la mer.

4. Autres mesures de réparation

23Le gouvernement de Patricio Aylwin avait envoyé plusieurs projets de loi au Congrès durant le mois de mars 1990, pour aborder d’autres situations de violations des droits de l’homme commises pendant le régime militaire. Certains de ces projets visaient à favoriser le retour des exilés au Chili. L’Office national du retour (ONR) fut créé en août 1990 par la loi n° 18 994 et fermé à la fin de l’année 1994. Il a eu pour fonction principale de mettre en œuvre des programmes de réinsertion des Chiliens exilés qui rentraient au pays et de leurs enfants nés à l’étranger. L’ONR s’occupa du retour de 19 251 exilés (les retornados) ; en incluant les groupes familiaux, on estime que 52 577 personnes sont rentrées au pays. La loi n° 19.074 donna l’autorisation d’exercer leur profession aux personnes qui avaient obtenu des diplômes ou titres à l’étranger, lesquels furent ratifiés par l’ONR. La loi n° 19.128 permit d’accorder des franchises douanières. Ces bénéfices cessèrent d’opérer à la fermeture de l’Office. Cet Office a reçu le soutien d’organismes internationaux et a établi des conventions avec plusieurs pays pour autoriser, entre autres choses, le transfert des fonds de prévoyance depuis les pays d’exil. Les retornados (les personnes rentrées d’exil) furent considérés comme des bénéficiaires du programme de santé PRAIS (Lira, Loveman, 2005).

24Des milliers de personnes avaient été renvoyées de leur emploi pour des motifs politiques pendant le régime militaire. Par la loi n° 19.234 (1993) fut créé le Programme de reconnaissance de l’exonération politique (PREP) à l’intérieur du ministère de l’Intérieur, dont il dépendait pour mettre en œuvre les dispositions de cette loi. En 1998 fut approuvée la loi n° 19.582 qui étendit la catégorie de ceux qui pouvaient être considérés comme « exonérés politiques ». En 2003, la loi n° 19.881 prolongea le délai pour introduire une demande de reconnaissance de ce statut. Les bénéfices établis se basèrent sur les épargnes de prévoyance du bénéficiaire pour lui accorder une réduction du temps de cotisation et compléter de cette manière les années requises pour l’obtention d’une pension. Dans un grand nombre de cas, les économies de prévoyance étaient insuffisantes et on octroya une pension mensuelle viagère et non contributive (Lira, Loveman, 2005).

  • 2 N.d.T. : les paysans privés de la propriété de leurs terres ou de l’accès à celles-ci pour des moti (...)

25En 1995 fut initié un Programme de réparation pour les paysans « exonérés de la terre2 » dans le but de reconnaître ceux à qui avait été appliqué le décret législatif 208 de 1973, lequel avait exclu les dirigeants et les activistes paysans de la répartition de terres prévue par la réforme agraire. Le Programme leur octroya une pension équivalente à 150 USD mensuels (Lira, Loveman, 2005). En mars 2009, le nombre de paysans assimilés à la condition d’« exonérés politiques » s’élevait à 5 000 ; le programme se conclut avec la remise de 400 certificats de reconnaissance à Ñuble.

26Le 11 novembre 2003, le Décret suprême n° 1.040, du ministère de l’Intérieur, créa la Commission sur l’emprisonnement politique et la torture pour :

[…] déterminer […] quelles sont les personnes qui furent privées de liberté et subirent des tortures pour des motifs politiques, à cause d’actes commis par des agents de l’État ou des personnes à son service, dans la période comprise entre le 11 septembre 1973 et le 10 mars 1990.

2728 459 personnes furent reconnues comme victimes d’emprisonnement politique et de torture, ce qui correspond à 34 690 détentions. Du total de ces personnes, 1 244 étaient mineures de dix-huit ans et, parmi celles-ci, 176 étaient mineures de treize ans. 12,72 %, soit 3 621 personnes, étaient des femmes. 94 % des victimes déclarèrent avoir été torturées. Le rapport identifia plus de mille endroits de réclusion et établit que la torture avait été une pratique systématique durant le régime militaire. Le 24 décembre 2004, la loi n° 19.992 établit une pension à titre de réparation et accorda des avantages aux personnes reconnues par la Commission comme victimes de l’emprisonnement et de la torture pour des motifs politiques (Lira, 2011).

28Le programme de santé PRAIS a fourni des soins gratuits de santé et de santé mentale pour toutes les victimes de violations des droits de l’homme et leurs proches reconnues par l’État. Le programme existe toujours aujourd’hui ; en février 2011, il avait recensé 606 347 personnes bénéficiaires dans l’ensemble du pays (Observatoire des droits de l’homme, 2012).

5. La quête de justice

29Pinochet fut arrêté à Londres en 1998 à la requête du juge Baltazar Garzón, dans le cadre d’un procès ouvert à Valence en 1996 pour la disparition et la mort de citoyens espagnols en Argentine et au Chili. Après la Table de Dialogue sur les droits de l’homme (1999-2000), la décision de la Cour suprême de désigner, à la demande du pouvoir exécutif, neuf juges spéciaux à temps plein et cinquante et un autres juges ad hoc ou employés à titre prioritaire pour enquêter sur cent quatorze cas de détention-disparition, a eu pour but d’accélérer les procès et de les clore. Le fait d’avoir fait disparaître les corps avait transformé les homicides en enlèvements avec circonstances aggravantes, soit en crimes contre l’humanité, ce qui rendait toute amnistie inapplicable.

30Entre 2007 et 2012, la Cour suprême a rendu soixante-douze sentences liées à des cas de violation des droits de l’homme ; dans quarante-huit d’entre eux, elle a indiqué que, en dépit de leur imprescriptibilité due à leur caractère de lèse-humanité, les délits d’homicide ou d’enlèvement étaient progressivement prescrits. L’application de cette prescription graduelle a permis que les coupables soient condamnés à des peines très légères, si légères que la plupart d’entre eux sont restés en liberté, ce qui constitue une infraction à l’obligation internationale de sanctionner les délits de lèse-humanité. Cette obligation, établie pour la protection des droits fondamentaux, engageait l’État chilien dans son ensemble.

31Entre l’année 2000 et la fin du mois de février 2001, 777 ex-agents des services de sécurité ont été traduits en procès ou condamnés pour des violations de droits de l’homme (y compris des agents acquittés, qui sont actuellement en appel). De ces 777 personnes, 230 ont reçu des sentences définitives qui les condamnent à des peines diverses ; 162 d’entre elles ne sont pas en réclusion. À la fin du mois de mars 2011, soixante-huit des condamnés avaient été emprisonnés (Lira, 2011).

32Parallèlement, le gouvernement s’est chargé de garantir les conditions scientifiques et technologiques nécessaires à l’identification des restes des détenus disparus, étant donné les erreurs commises dans au moins quarante-huit cas qui, en 2006, furent reconnus par la justice comme mal identifiés. Cette initiative témoignait d’une tentative de répondre au besoin des familles de retrouver leurs proches et de leur donner une sépulture, conformément aux rituels religieux et culturels requis par eux (Bustamante, Ruderer, 2009).

6. Pertes et traumatismes : les dommages psychosociaux

33Les dommages causés par la torture atteignent la sphère relationnelle la plus intime des victimes et touchent tous les domaines et contextes où se déroulent leurs vies. La disparition forcée d’une personne place la famille de celle-ci dans l’incertitude constante quant à son lieu et son sort final. La souffrance se maintient durant des décennies et provoque une interruption de la vie personnelle et familiale, une expérience de séparation et d’absence qui devient intolérable à chaque fois que parvient une nouvelle qui pourrait être liée au fils, au père, à la mère ou à la sœur disparue, donnant l’espoir de renverser le terrible dénouement de la mort.

34La micropolitique de l’exil, du déplacement forcé et de l’expulsion du monde rural pour des raisons politiques permet de décrire et d’identifier clairement la dislocation de la vie des personnes et des familles et les effets des ruptures et des distances causés par le développement du conflit dans la société. Dans beaucoup de cas d’exil, de nouvelles langues, d’autres cultures ont favorisé les rencontres et les ruptures dans les familles, comme effets directs d’une situation politique dont les dimensions et la durée temporelles dépassent les possibilités de réparation efficace sur le plan personnel, bien que cette réparation puisse avoir des effets symboliques sur le plan social. On sait peu de chose des dures années d’exil de centaines de milliers de personnes dans chacun des pays qui les ont reçues. Avec le temps, l’installation et l’adaptation des nouvelles générations au pays d’exil ont effacé la perception de l’origine politique de la situation, qui a tendu à s’assimiler aux nombreuses migrations dues à des motifs économiques et à faire oublier aux jeunes ce fait essentiel : qu’a été violé le droit de leurs parents ou de leurs grands-parents de vivre dans leur propre patrie. On ne sait pas grand-chose non plus des milliers de familles qui ont perdu un des leurs membres, victime d’exécution ou d’assassinat. Seulement quelques lignes dans le Rapport Rettig ou dans le rapport de la Corporation nationale de réparation et de réconciliation (Rapport CNRR, 1996).

35Les témoignages de milliers de personnes à la Commission nationale de l’emprisonnement politique et de la torture ont permis de conclure que la torture a constitué une agression massive destinée à briser les résistances physiques, émotionnelles et morales des personnes plongées dans des conditions de détresse absolue. La Commission a en outre enregistré les conséquences spécifiques de la torture sexuelle et de la violation homosexuelle, ainsi que les conséquences de la torture de femmes enceintes sur les enfants qu’elles portaient, lesquels ont été reconnus comme victimes de torture.

36La dimension traumatique des expériences de torture, de disparition ou d’exécution d’un proche est principalement liée aux menaces vitales, au risque de mourir ou à la peur de la mort des personnes aimées ; mais elle tient aussi à l’altération du rapport à la réalité. Des rôles qui étaient légitimes sont brusquement devenus illégaux et objets de persécution. La perception d’une menace imprécise s’est installée dans les relations sociales. Dans ce cadre, les violations des droits de l’homme sont devenues une menace politique et ont engendré la peur dans la société. Des personnes adultes qui avaient exercé des fonctions de pouvoir se sont retrouvées dans la détresse et l’impuissance face au risque de mort installé par les autorités de fait. Les parents ne pouvaient pas protéger leurs enfants et ceux-ci éprouvaient la détresse de leurs parents fragilisés. Ces situations ont produit un impact d’une telle importance qu’elles ont rompu la relation des personnes menacées avec leur projet de vie et la continuité de ce projet dans le quotidien public et privé.

37Les notions de trauma politique, de trauma psychosocial et de trauma individuel permettent de comprendre l’impact de la violence politique sur les individus, les groupes et les communautés : cette violence transforme les adversaires politiques en ennemis et légitime leur extermination. Pour pouvoir engager un processus de réparation, il faut considérer tous les domaines dans lesquels cet impact s’est fait sentir, et assumer la nécessité d’une « thérapie sociale » complémentaire aux processus thérapeutiques des individus et des familles. Cette thérapie sociale repose sur la vérité, la justice et la mémoire, et suppose la mise en œuvre de discours et de politiques publiques qui contribuent à confirmer que l’expérience vécue par les victimes a réellement eu lieu, contre la négation des faits soutenue pendant des décennies par les autorités qui firent des violations des droits de l’homme une véritable politique. Le rôle des commissions de vérité en tant qu’instances d’écoute formelle de l’État confirme et valide l’expérience vécue à partir d’un lieu symbolique. La reconnaissance de la personne et de sa souffrance par les instances officielles a des effets thérapeutiques puisqu’elle modifie l’expérience d’impunité de l’injustice et de l’abus subis qui a accompagné la victime depuis les faits.

38La vérité a produit une reconstitution et une interprétation des faits, ainsi qu’une identification des victimes dans le but de les dédommager et de réparer les conséquences des violations des droits de l’homme. À la suite du rapport de la Commission nationale de vérité et de réconciliation se sont développées plusieurs formes de mémorialisation et de commémoration centrées sur la vie des victimes, visant à faire connaître ce qui s’est passé et à propager le rejet moral et politique des crimes commis. C’est ainsi que l’on a vu émerger une série d’expressions culturelles, politiques, sociales et éducatives dans des lieux de mémoire, dans l’enseignement scolaire et universitaire, au cinéma, au théâtre, dans le roman, dans les arts visuels, essayant toutes de construire un sens de la responsabilité collective par rapport au futur et au respect des droits de l’homme. Ces expressions montrent à quel point les processus de vérité et de mémoire sont simultanément politiques, culturels et subjectifs ; c’est pourquoi elles traduisent inévitablement les contradictions et les tensions qu’ont produites les faits auxquels elles se réfèrent dans la société contemporaine.

39Il est chaque fois moins possible d’oublier comme il y a cent ans, car il n’est pas possible d’effacer les données et les images, et l’histoire du passé est accessible comme jamais auparavant ; mais cela ne garantit pas qu’il y a un processus réflexif d’appropriation de cette mémoire avec une conscience active de ses conséquences éthiques et politiques. La mémoire de ce passé traumatique est dispersée dans plusieurs lieux et formes, mais elle a été réunie dans le Musée de la Mémoire et des droits de l’homme, qui a été inauguré le 11 janvier 2010 à Santiago.

7. Un regard rétrospectif

40De temps en temps ressurgit la controverse sur la nécessité de clore les procès et la demande de justice des victimes et de leurs proches, ou bien d’aller jusqu’au bout de l’enquête dans chaque cas jusqu’à ce que le procès ait accompli ses objectifs dans les règles. Dans ces controverses, on retrouve généralement l’argument selon lequel mettre un terme, voire un point final, aux procès apporterait d’énormes avantages au processus de réconciliation sociale et politique, comme cela a pu se produire dans le passé. Mais, comme jamais auparavant, les victimes se sont exprimées et se sont fait entendre aux niveaux national et international et, comme jamais auparavant, cette affaire a cessé d’être un thème de la vie privée des victimes pour se transformer en un axe essentiel du processus démocratique et de la paix sociale dans le pays.

41Le processus de vérité, de justice, de réparation et de mémoire s’est basé sur la reconnaissance des droits des victimes et non pas sur l’impunité des crimes commis au nom de la patrie, de l’ordre social et de la sécurité de l’État. Il faut toutefois prendre en compte que ces processus sont fragiles. Ils dépendent des critères politiques dominants dans la société en ce qui concerne la reconnaissance des droits des victimes. L’argumentation qui consiste à répéter que la paix sociale exige la fermeture des dossiers et le pardon réciproque est toujours en vigueur, comme si tous avaient été offensés de la même manière et avaient subi des pertes analogues.

42Comme nous l’avons signalé au début de cet article, depuis le xxe siècle, le rétablissement de la paix sociale et de la gouvernabilité dépendait de l’oubli juridique et politique. La récurrence de ces procédés d’oubli s’est inscrite dans les nombreuses lois d’amnistie qui ont été introduites pour refermer des conflits mineurs et majeurs au cours de l’histoire du pays. En 1978 fut décrétée une amnistie (décret 2191) au Chili. Elle n’a pas été abrogée ni annulée mais, depuis 2004, elle a cessé d’être appliquée par une partie des tribunaux de justice dans les cas de délits contre l’humanité. On a parlé d’« auto-amnistie » à propos de ce décret. Cependant, la tension entre justice et amnistie, entre mémoire et oubli est loin de s’être estompée. Dans une société qui a rejeté majoritairement les violations des droits de l’homme, la mémoire du passé est vécue sur un mode contradictoire, celui de l’expression de multiples mémoires qui reflètent les différences sous-jacentes aux projets politiques qui ont catalysé le conflit et la répression politique consécutive.

8. Réflexions finales

43La mémoire des victimes est dans beaucoup de cas une mémoire traumatique, c’est-à-dire que la souffrance et la peur restent vivement présentes sans que le passage du temps n’altère leur souvenir mais, en même temps, sans que ce souvenir puisse être intégré dans l’ensemble de la vie et des relations sociales du présent.

44La forte émotion attachée à ces souvenirs tient à l’intensité produite par une expérience, ou une série d’expériences, perçues comme menaçantes et mortelles, et auxquelles sont associées des pertes ou la peur de perdre des personnes, des affections, des relations de grande importance. Pour chaque personne, l’expérience de violence et de destruction, avec ses conséquences de pertes, de deuils et de rages, était et reste singulière. C’est sa vie, son projet de vie, sa propre identité qui a été menacée et mise en morceaux. Ces effets subjectifs sont la conséquence d’un processus politique qu’a vécu le pays, et on a pu les comprendre en les rapportant à la participation active de chaque personne dans ce processus. Mais beaucoup de personnes ont subi les conséquences d’un processus politique dans lequel elles n’étaient pas activement impliquées. Les séquelles furent plus graves pour les victimes qui n’avaient pas de cadre auquel se référer pour trouver ou donner un sens à ces situations, quel qu’ait été leur degré d’horreur.

45Les politiques de réparation ont constitué une expression de reconnaissance des dommages causés aux victimes et ont ouvert la possibilité d’un processus d’assimilation du passé, permettant aux victimes de pouvoir intégrer dans leurs vies les expériences douloureuses, traumatiques et d’abus causées par la répression politique subie dans leur propre passé. Mais dans beaucoup de cas, ce processus ne se connecte pas à l’expérience des personnes. Le manque de sens lié à l’expérience de peur et de répression maintient ses effets destructifs au long des années, car la personne ne parvient pas à comprendre pourquoi elle a été victime d’une violation de ses droits, et la souffrance devient indépendante des faits qui l’ont causée, ce qui engendre des maladies chroniques, principalement de type angoissant et dépressif. Ces cas requièrent des soins spécialisés de santé mentale.

46Pour pouvoir assimiler collectivement et subjectivement ce passé entretissé d’expériences personnelles et politiques douloureuses, il est nécessaire de le reconnaître comme une affaire qui ne concerne pas seulement les biographies individuelles et les histoires privées, mais qui implique aussi la sphère sociale et publique, et à laquelle on peut redonner du sens par des rituels de reconnaissance sociale, par des processus judiciaires et par des mesures de réparation.

47La réparation est un processus. Il se fonde principalement sur une attitude sociale et civique qui cherche à reconnaître les victimes par des gestes symboliques et des actions directes dont l’intention est de « réparer » la négation de ce qui a eu lieu et de tenter collectivement de réinsérer les victimes dans la société. Il s’agit de les aider à dépasser cette condition de victimes en assurant leur intégration complète en tant que citoyens et citoyennes de plein droit.

48Ce processus ne peut ignorer que la plupart des dommages et des pertes qui donnent droit à une reconnaissance et une réparation sont, paradoxalement, irréparables. Pour cette raison, une politique de réparation doit garantir des mesures de prévention vis-à-vis des institutions impliquées dans les faits qui ont nui aux victimes ; dans le domaine socioculturel, elle doit aussi prendre des mesures d’éducation et de mémoire civique qui assurent le plein respect des droits de l’homme pour tous et la non-répétition des infractions à ces droits dans un nouveau conflit. La formulation du désir et de l’engagement politique d’un « jamais plus » par rapport au passé ignominieux est une invitation à se souvenir pour tirer des leçons de cette expérience dans le domaine social et politique, convoquant une nouvelle manière de vivre ensemble. Cependant, cette proposition n’a pas d’autres d’effets ; elle est une étape dans le processus d’assimilation de ce qui a été vécu, souffert, renié et détruit, c’est-à-dire dans un nouveau mode intentionnel de construire la mémoire politique, un mode qui reconnaisse et indemnise les victimes, et qui fasse partie d’une culture démocratique fondée sur le respect intrinsèque des droits de l’homme de toutes et tous.

Notes

1 La Comisión Asesora para la Calificación de Detenidos Desaparecidos, Ejecutados Políticos y Víctimas de Prisión Política y Tortura.

2 N.d.T. : les paysans privés de la propriété de leurs terres ou de l’accès à celles-ci pour des motifs politiques.

Auteur

Professeure, directrice du Centre d’éthique de l’Université Alberto Hurtado (Santiago du Chili).
Mail : elira@uahurtado.cl

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search