Version classiqueVersion mobile

La vulnérabilité du monde

 | 
Leopoldo Múnera Ruiz
, 
Matthieu de Nanteuil

Partie I. Démocratie, violences et droit dans la Colombie d’aujourd’hui

Ordre, nomos, exception

La violence nue comme point zéro de l’ordre étatique et économique

Raul Zelik

Texte intégral

  • 1 Les leaders paramilitaires étaient détenus aux États-Unis où ils ont été accusés et condamnés pour (...)

1Au milieu de l’année 2011, le film colombien Salue le diable de ma part [Saluda al diablo de mi parte] a débarqué dans les cinémas internationaux. Au début, le thriller tourné par les frères Orozco interroge la loi de réinsertion en Colombie. Cette loi, accordée par le gouvernement de droite d’Alvaro Uribe et les Autodéfenses unies de Colombie (AUC) durant un processus de négociation, a permis à 30 000 paramilitaires de se réinsérer dans la vie civile durant la décennie des années 2000. Cependant, leurs crimes – des milliers de massacres, des dizaines de milliers d’assassinats, le déplacement de deux à trois millions de paysans – sont restés impunis1.

  • 2 En principe, la proposition de loi du gouvernement Uribe concernait des condamnations mineures et l (...)

2Ces arrière-boutiques sont masquées par les frères Orozco. Les directeurs colombiens se limitent à un commentaire général sur les limites du pardon. Ils insinuent que la loi de la démobilisation visait tous les groupes illégaux de la même manière, la guérilla autant que les paramilitaires. Il est vrai que, pour ce qui est du texte législatif, cela n’est pas totalement incorrect car, à l’origine, la loi a été conçue pour permettre la réinsertion et la légalisation des paramilitaires2. En raison de cette première imprécision, une thèse d’envergure a fini par être soutenue selon laquelle, en fin de compte, les acteurs illégaux en Colombie sont tous les mêmes.

3 Lorsque le film commence, une voix off postule la thèse qui, ensuite, sert de point de départ à l’histoire : un processus de pardon ne peut jamais découler de décisions gouvernementales. Seules les victimes – et non les gouvernants – peuvent définir un point final. Le film prétend raconter ce qui se produit si les victimes ne sont pas disposées à pardonner. À première vue, Salue le diable de ma part se déclare partisan de la perspective des organisations des victimes. Comme on le sait, les comités internationaux d’Auschwitz, des Mères de la Place de Mai argentines du Mouvement national des victimes des crimes d’État (MOVICE) défendent la consigne « Ni pardon ni oubli ». Ce faisant, ils postulent que l’on ne peut parler de justice (comprise aussi dans le sens d’une justice transitionnelle) que s’il y a un éclaircissement et une punition des crimes des droits humains.

4Cependant, dans le film, on interroge cette revendication dans un contexte totalement changé. Salue le diable de ma part raconte l’histoire du millionnaire Lehder qui est devenu paralytique des suites d’une séquestration par la guérilla. Puisque ses bourreaux, grâce à la loi Justice et paix, ont été rendus à la vie civile, Lehder conçoit un plan de vengeance. Il fait séquestrer l’ex guérillero Angel et sa fille. Le millionnaire libérera la fille à condition qu’Angel tue tous les membres de l’ancien commando guérillero.

5De cette manière, l’histoire de la guerre sale en Colombie est insérée et resignifiée dans le film. Le millionnaire Lehder ne finance pas l’assassinat de syndicalistes ou de paysans, tel que cela s’est passé dans des milliers de cas. Non, il représente la victime qui résiste. Il amène Angel, l’ex guérillero et victimaire, à faire partie d’un escadron de la mort visant ses anciens complices. Pour sauver sa fille, Angel doit exécuter ses anciens compagnons et, parmi ceux-ci, son meilleur ami, Serge, un professeur d’université français.

6Parmi les kidnappeurs, on trouve également le policier Moris qui, alors qu’il était guérillero, s’était infiltré dans les forces de sécurité. Le policier Moris, homme clef de la séquestration de Lehder, se distingue par son attitude sadique et violente. Lorsqu’Angel essaie de le tuer, Moris passe à l’attaque avec l’aide de ses collègues de la police. Il fait séquestrer Angel pour l’assassiner et le faire disparaître. Seulement, lorsque Moris se décide à réaliser le massacre bien planifié, ses collègues s’enquièrent de l’appartenance passée de Moris à la guérilla. S’ensuit une fusillade parmi les fonctionnaires ; tous meurent, sauf Angel.

7Il est certain que les films n’ont pas pour fonction de décrire la réalité sociale. Seulement, il est de voir à quel point Salue le diable de ma part resignifie la réalité colombienne. Le thriller insinue que la loi Justice et paix a servi les organisations de guérillas. La victime principale de l’histoire appartient aux élites économiques. La violence illimitée de l’État, représentée par le policier Moris, est due à son infiltration par les insurgés.

8 Sur un plan esthétique, le film, à l’instar de beaucoup de thrillers, met l’accent sur la mise en scène de la violence. La représentation des assassins, des massacres et des scènes de torture dans le film est assez fidèle à la réalité. Les images du massacre organisé par Moris semblent être connues. Cependant, en ce qui concerne la réalité des événements, l’intérêt du film reste superficiel. Les frères Orozco reprennent les imaginaires de l’horreur en cachant les contextes et les explications. De cette manière, la violence se transforme en une force mystique, inexplicable. Cette violence semble provenir d’une obscurité chaotique qui dévore ses protagonistes parce qu’il n’y a pas de normes ni de pouvoir étatique qui puissent mettre des limites à leurs impulsions archaïques – vengeance, soif sanguinaire, sadisme. Enfin, reste cette impression que le film célèbre quasiment cette anomie qu’elle prétend critiquer. L’horreur n’est en fin de compte qu’un moyen pour générer un frisson divertissant parmi les spectateurs.

9Déguisé de manière critique, par le biais des images narratives de l’industrie du divertissement, voilà réaffirmé ainsi le message de l’uribisme : les victimes doivent apprendre à pardonner. Cependant, ce message ne peut convenir aux déplacés, torturés et autres survivants des massacres (lesquels proviennent quasi exclusivement des classes populaires, ce qui est peu mentionné dans les médias et dans les débats académiques) ; il s’applique davantage aux classes élevée et moyenne élevée qui souffrent de manière plutôt périphérique des conséquences du conflit colombien.

1. Nomos comme paix ?

10Le film colombien est à la mode. Depuis la fin des années 1990, les discours néo-hobbesiens et néo-schmittiens – qui, pour appuyer la « désétatisation » néolibérale proposée, revendiquent une intervention dure de l’exécutif afin de pallier l’absence d’ordre et la violence que cela entraîne – occupent une place importante. En sciences politiques, cette tendance s’est manifestée dans le discours des « nouvelles guerres » qui interroge une supposée expansion du désordre par le recours aux puissances mondiales.

11Pour Mary Kaldor (2000) qui a co-inventé le terme de « nouvelles guerres », ce concept inclut les conflits « post-politiques » des Balkans et de l’Afrique, ethniquement ou religieusement mobilisés dans les discussions critiques des sciences sociales. Dans le contexte des nouveaux discours de sécurité, en revanche, la notion de « nouvelles guerres » est devenue un paradigme incontournable. Les écrits de van Creveld, (1997 ; 1998 ; 2003) ou de Münkler (2002) montrent qu’on a tendance à instrumentaliser le slogan des « nouvelles guerres » pour promouvoir un changement paradigmatique dans les polices internationales.

12De quel type est ce changement paradigmatique ? Les études traditionnelles sur les conflits et la paix menées durant les années 1970 à 1980 (desquelles est issue Kaldor) discutaient au premier plan la question de savoir comment délimiter et limiter, par le biais de la mobilisation sociale, les énormes potentiels de destruction des grands États. Par conséquent, les études de conflits impliquaient une perspective critique envers le nomos, l’ordre étatique et interétatique. Avec les « nouvelles guerres », cette perspective s’est déplacée. Maintenant, ce sont les acteurs non-étatiques, comme les terroristes et les délinquants, qui représentent la menace principale pour l’humanité. On peut en déduire la nécessité de défendre la gouvernabilité globale (des pays industrialisés) contre les tendances anomiques de la périphérie. L’« autre » non-étatique et prémoderne devient l’ennemi.

13Le déplacement de la perspective – en substituant la critique du nomos à son affirmation offensive – ne se limite pas aux publications académiques. Dans les interventions militaires en Somalie, en Colombie, au Congo et en Afghanistan, la notion d’État « en déroute » (failing state) a permis à l’Occident de légitimer ses actions en invoquant le supposé effondrement du nomos interétatique. Le discours s’est également inséré dans les créations artistiques des pays occidentaux. Des films comme Black Hawk Down ou Proof of life ont utilisé comme matériau ce scénario d’anomie violente et expansive inspiré des périphéries globales incapables de s’intégrer dans un processus de modernisation.

2. Le paramilitarisme : la déformalisation du pouvoir exécutif

14Pour bien comprendre la situation, il faut regarder vers le passé. Bien que la Colombie souffre d’un conflit armé depuis la moitié du xxe siècle, à la fin des années 1970, la situation s’est aggravée à nouveau après une période un peu plus tranquille. Devant le renforcement des mouvements populaires et le surgissement d’une guérilla urbaine, le pouvoir étatique a réagi par un recours sporadique à la répression. Ensuite, les services de renseignement militaire, qui se basaient sur la supposition que la lutte contre insurrectionnelle avait besoin de s’appuyer sur des méthodes non-conventionnelles, ont créé des escadrons de la mort pour poursuivre l’opposition sociale et armée. On pourrait affirmer que les forces de sécurité, pour pouvoir combattre le guérillero anonyme, ont généré leur propre arme illégale et secrète.

15Les escadrons de la mort, nés en 1978 en Colombie, se sont inspirés des méthodes de l’Association anticommuniste argentine (Triple A). En allant jusqu’à cloner leur nom, le Triple A colombien s’est mis à commettre des attentats contre les installations du Parti communiste, à envoyer des lettres menaçantes aux politiques et aux juges de gauche et à faire disparaître de supposés militants des organisations de guérillas (Giraldo, 1996 : 82 ; Noche, Niebla, 2004 : 46). Cependant, cette contre-insurrection informelle a très rapidement fait surgir un problème. Malgré le fait que les opérations secrètes, en créant un climat d’angoisse généralisé, affaiblissaient les groupes révolutionnaires, il n’en reste pas moins que les coûts pour l’État étaient élevés. Les relations avec les organes de sécurité étaient trop manifestes et, puisque les conflits se décident obligatoirement dans le champ politique, qui invoque une bataille en faveur des « cœurs et des esprits », les escadrons de la mort façonnés par les services secrets eux-mêmes ne pouvaient pas constituer une stratégie à long terme.

  • 3 Après une supposition de fraude électorale en 1974, qui, une fois de plus, a mis hors-jeu les polit (...)

16Pour tenter d’endiguer les critiques, la contre-insurrection a alors été présentée, au début des années 1980, comme un processus de tertiarisation et d’externalisation. Pour justifier leurs actes, les services secrets colombiens ont profité du fait que quelques narcotrafiquants étaient en train de livrer une guerre contre le M-193. Pour se défendre de possibles séquestrations et extorsions, les narcos avaient créé leur propre armée privée, les groupes Morts aux kidnapppeurs [Muerte a Secuestradores] (MAS). Les organes de sécurité ont commencé à collaborer avec ces groupes. En fait, les structures de coaction de la délinquance organisée étaient parfaitement aptes à une telle coopération : premièrement, étant donné que l’exécution de contrats dans l’économie illicite est toujours subordonnée à des manœuvres d’intimidation, les armées privées étaient très familiarisées avec l’emploi de la violence extrême ; deuxièmement, comme elles étaient un acteur illégal, elles n’ont pas dû prendre en considération les possibles conséquences politiques de leur manière d’agir.

  • 4 Peu avant sa mort, l’ex-militaire et commandant des AUC, Carlos Marucio García, alias « Doblecero » (...)

17De nombreux auteurs colombiens (par exemple : Romero, 2005) interprètent cette alliance entre la délinquance organisée et les fractions de l’État comme une « mafiatisation » de l’État colombien. Il est vrai que ce type de coopération est aussi un élément de corruption puisque de hauts responsables militaires et policiers ont reçu, et continuent à recevoir, des paiements provenant des cartels du narcotrafic pour garantir l’impunité de ceux-ci4. Seulement, comme cette alliance a aussi joué un rôle politique, elle a, par conséquent, été désirée. Par le biais de la coopération avec la délinquance organisée, l’exécutif a pu exercer (ou faire exercer) une répression extrême contre des foyers rebelles dans le pays sans avoir à décréter ni à répondre de l’état d’exception. Exprimé d’une autre manière, on peut dire que l’instrumentalisation du crime organisé a permis une lutte antisubversive plus efficace qu’au Chili sans que le système politique n’ait eu à assumer les coûts politiques de leurs pratiques répressives.

  • 5 Le livre a été présenté comme un manuel contre-insurrectionnel parmi les publications de l’Armée co (...)
  • 6 Dans ce sens, on pourrait parler d’une bio-politisation de la guerre.
  • 7 Déjà au temps de l’occupation napoléonienne en Espagne, les militaires français en étaient arrivés (...)
  • 8 En Algérie, la France avait opté pour le transfert et l’internement forcé de la population civile a (...)

18Cette « voie informelle » ne constitue pas un phénomène spécifiquement colombien. Dans d’autres pays victimes de crises internes et de dynamiques insurrectionnelles, on a pu observer aussi une sous-traitance de la contre-insurrection étatique. Durant la décennie des années 1950, dans leurs efforts de freiner l’avancée partisane dans le Sud-Est asiatique, les puissances coloniales de l’Angleterre et de la France, par exemple, ont eu recours aux unités paramilitaires. L’officier français Roger Trinquier – dont l’écrit La guerre moderne (1963) a jeté les fondements théoriques des politiques contre-insurrectionnelles et a été exporté vers l’Amérique latine comme manuel de combat des armées nationales5 – constate que les militaires ne sont pas capables de faire face, avec des méthodes conventionnelles, à une guérilla qui œuvre en sous-main. À la différence de la guerre régulière, la lutte contre les guérillas ne se livre pas pour le contrôle des territoires, mais bien pour celui de la population6. Ainsi, l’État serait obligé de copier partiellement la manière d’agir des guérillas7. Par conséquent, Trinquier prévoit la nécessité de développer des systèmes de contrôle de la population civile8, le recours à la torture pour obtenir des informations sur les structures cachées de l’adversaire et la délégation partielle de la guerre à des unités alliées. En résumé, Trinquier a proposé de rendre irrégulière la guerre étatique, de la libérer de ses contraintes et d’en proposer la sous-traitance.

  • 9 L’historien allemand Bernd Greiner (2007 : 215) décrit la position des militaires américains au Vie (...)

19L’externalisation de la contre-insurrection s’est avérée particulièrement efficace. En premier lieu, l’acteur non-étatique, mais proche de l’État, peut agir, comme nous l’avons mentionné plus haut, en faisant fi des limites juridiques ; en second lieu, l’extrême violence terroriste génère un état de choc dans la population civile, ce qui permet d’isoler les insurgés de leur base sociale9 ; et, troisièmement, une stratégie de violence dérégulée peut aider à préparer le terrain pour des solutions autoritaires, en positionnant l’État comme instance représentant l’ordre face à l’anomie généralisée – cependant, cela n’est possible que si l’on arrive à convaincre l’opinion publique de l’innocence de l’État et à médiatiser l’acteur para-étatique comme force indépendante et autonome.

20Il y a chaque fois plus d’indices qui montrent que les services d’intelligence et les élites politiques colombiennes n’ont jamais cessé de jouer un rôle de premier plan dans le paramilitarisme. Cependant, on a également pu montrer que les paramilitaires représentaient davantage qu’une structure typique du « terrorisme d’État ». Avec la démobilisation des AUC, le profil politique du paramilitarisme s’est effondré de manière accélérée. Le discours anticommuniste et antisubversif avec lequel les AUC cherchaient à légitimer leur mode d’action « militaire » s’est avéré une simple stratégie de marketing, conçue par des consultants publics et des publicistes. En même temps, les dirigeants politiques des AUC se sont trouvés dépassés par le processus de fractionnement mis en place, caractéristique des groupes mafieux qui luttent pour le contrôle des parts de marché. Dans ce contexte, Duncan (2006) a proposé de considérer les paramilitaires comme des impresarios de guerre ou de violence. Pour ces impresarios, la guerre représenterait une stratégie d’accumulation : le contrôle des territoires leur permet d’exploiter les sources de l’économie illicite, telles que l’extorsion ou le narcotrafic. En outre, les commandants paramilitaires, dans un type d’« accumulation originaire », peuvent s’emparer de terres par le déplacement des paysans et des communautés natives.

21Cependant, cette description de Duncan n’explique pas pourquoi la contre-insurrection faisait partie du calcul d’entreprise paramilitaire. L’argumentation de Duncan s’attache à expliquer pourquoi les paramilitaires avaient un intérêt dans le contrôle des territoires périphériques, auparavant dans les mains de la guérilla. Cependant, elle n’élucide pas pourquoi les impresarios de la violence ont développé toutes les formes de crimes contre les mouvements sociaux, en évitant en même temps la confrontation avec l’État qui, théoriquement, était un obstacle bien plus sérieux au contrôle territorial.

  • 10 Ces relations d’affaires « liquides » ont aussi prédominé à l’intérieur du paramilitarisme. Dans sa (...)

22Pour comprendre cet aspect contre insurrectionnel, il est nécessaire de prendre en considération les relations des paramilitaires avec l’État, la droite autoritaire et les élites politico-économiques. S’il est vrai que les paramilitaires ne poursuivaient pas (ou à peine) de fins politiques propres, il n’en reste pas moins évident qu’ils accomplissaient une fonction politique. Ils prêtaient des services de sécurité de grande valeur à des officiers militaires supérieurs, à la classe politique et aux investisseurs nationaux et internationaux. Ils commettaient des homicides contre les leaders de l’opposition politique, dépeuplaient des régions propices à l’investissement économique, intimidaient les populations rebelles et éliminaient des mouvements populaires entiers comme l’organisation paysanne Asociación Nacional de Usuarios Campesinos (ANUC) qui, avec ses occupations de terres, avaient représenté une force sociale très dynamique et étroitement liée aux organisations de guérillas armées. Comme contre-prestation, le pouvoir étatique a concédé aux impresarios de la violence le droit factice à réaliser des négociations illicites dans des régions contrôlées par eux. Cette relation entre la délinquance organisée et le pouvoir étatique/groupes dominants ressemblait à une franchise. Les paramilitaires ont pu établir des ordres locaux (avec l’appui ou, pour le moins, la connivence des forces militaires) et ont assumé, en revanche, les tâches répressives que les forces de sécurité étatiques ne devaient pas ou ne pouvaient pas exercer10.

23Cependant, cette relation d’affaires possédait un potentiel de conflit, car les AUC poursuivaient des intérêts économiques propres. En outre, l’économie narcotique représentait un secteur si dynamique qu’à moyen ou à long terme, elle devait déboucher sur un déplacement des pouvoirs économiques traditionnels. Bien que les AUC aient joué un rôle important pour l’État et les élites, ces derniers ont souhaité stopper l’ascension des classes émergentes liées au narcotrafic.

  • 11 La Ndrangheta est une organisation mafieuse originaire de la région de Calabre (dans le Sud de l’It (...)
  • 12 Diego Murillo et les frères Fidel et Carlos Castaño ont rompu avec le cartel de Medellín durant l’a (...)

24Cette relation étroite, mais tout à la fois problématique entre le paramilitarisme d’un côté, et le pouvoir exécutif et l’établissement politique de l’autre, est apparue de manière évidente. Les commandants des AUC n’agissaient pas par inimitié politique – ainsi qu’ils l’avaient eux-mêmes affirmé, au même titre que les médias, et ce, durant des années – mais en raison d’intérêts économiques. Et cela se manifestait déjà par le fait que la grande majorité d’entre eux provenait du crime organisé. Ainsi, les frères Fidel et Vicente Castaño appartenaient au monde du narcotrafic proche de Pablo Escobar avant de mettre en place les autodéfenses. Le numéro deux des AUC, l’éleveur Salvatore Mancuso, entretenait – on l’a su durant le processus de démobilisation – d’étroites relations avec la « Ndrangheta11 » calabraise et l’inspecteur général des AUC Diego Murillo, alias « Don Berna », qui, à la fin des années 1980, travaillait comme tueur à gages pour le cartel de Medellín. Même la tête visible des AUC, Carlos Castaño, exécutait encore en 1989 des meurtres pour le compte du cartel de Medellín, d’après ce qu’a déclaré son complice d’autrefois, Diego Murillo, devant les autorités judiciaires colombiennes (El Tiempo, 15 février 2012 : 6)12.

25En même temps, des leaders paramilitaires ont affirmé que leur manière d’agir avait été orientée par des personnalités politiques, militaires et du monde de l’entreprise. En ce sens, Carlos Castaño a signalé (Aranguren, 2001 : 115-120) l’existence d’un possible « Groupe des Six » lequel, selon les termes de Castaño, recrutait ses membres dans les « hautes sphères du pouvoir », revendiquait la défense de la « nation contre le communisme » et décidait de la ligne stratégique des AUC (ibid. : 116). Ces dernières années, on en a su davantage sur ces arrière-boutiques du paramilitarisme. Avec le scandale de la « parapolitique », on a pu vérifier que de nombreux politiques, impresarios et intellectuels colombiens avaient signé un pacte pour la « Refondation de l’État » (López, 2010). Le but de ce pacte consistait en la mise en place d’un État autoritaire qui ne cherchait pas uniquement à éliminer la gauche, mais également à neutraliser une partie des élites traditionnelles de Bogota. Il semble que les promoteurs de ce pacte considéraient l’économie illicite comme un moteur financier pour la configuration de ce nouveau bloc de pouvoir.

  • 13 Il est difficile de distinguer si l’extrême-droite colombienne a promu, avec tous les moyens à sa p (...)
  • 14 [En ligne] http://www.semana.com/nacion/jorge-noguera-condenado-25-anos-carcel/164098-3.aspx, page  (...)
  • 15 Déclarations devant les autorités judiciaires. [En ligne]
    http://www.elespectador.com/noticias/inv (...)
  • 16 Déclarations devant les autorités judiciaires. [En ligne]http://verdadabierta.com/component/content (...)

26De nombreux témoins ont également déclaré que, pour cette reconfiguration du pouvoir, le parti d’extrême droite de l’État13 avait autant utilisé le paramilitarisme que les services secrets. En 2011, l’ex-directeur du DAS – la police d’investigation colombienne – et confident du président Uribe, Jorge Noguera, a été condamné à vingt-cinq ans de prison pour avoir ordonné plusieurs homicides contre des syndicalistes (Semana, 14 sept. 2011)14. En novembre de la même année, le paramilitaire Juan Carlos Sierra, alias « El Tuso », détenu aux États-Unis, a expliqué devant les autorités judiciaires colombiennes que la famille d’Alvaro Uribe, avec l’aide du DAS et des leaders paramilitaires, avait monté un complot contre la Cour suprême de Justice (El Espectador, 5 fév. 2012)15. Quelques semaines plus tard, l’ancien numéro trois des AUC, Diego Murillo, alias « Don Berna », a affirmé que l’ex-secrétaire du gouvernement d’Uribe dans le Gouvernement d’Antioquia, Pedro Moreno, et le vice-directeur du DAS, José Miguel Narváez, avaient commandité des assassinats et des massacres aux AUC (Verdad Abierta, 14 fév. 2012)16.

27Selon Murillo, la direction stratégique externe des AUC aurait commandité, entre autres, les assassinats de l’humoriste Jaime Garzón et du militant pour les droits de l’homme, Jésus María Valle Jaramillo, en 1998.

28En résumé, nous pouvons constater que, si le paramilitarisme est un phénomène multiforme, il est également évident que l’anomie violente ne procède pas exclusivement des menaces externes. La crise de la légitimité de l’État et l’existence de la délinquance organisée ont été à la base de l’expansion et de la dérégulation de la violence. Cependant, ce processus ne se serait pas produit si les militaires et les élites politico-économiques n’avaient pas promu délibérément une inclusion du crime organisé dans les pratiques de sécurité. Par conséquent, nous devons considérer l’anomie à la fois comme un obstacle à l’ordre social colombien, et comme son produit et son exigence.

29Comme on l’a déjà mentionné, cette relation apparemment paradoxale n’est pas un phénomène exclusivement colombien. En examinant l’histoire récente des conflits irréguliers, on se rendra compte que des pratiques semblables ont été assez courantes. Dans les années 1950, en Indochine, des troupes françaises ont utilisé des groupes paramilitaires pour lutter contre les partisans du Vietminh. Étant donné qu’ils ne disposaient pas de ressources suffisantes pour le financement formel de ces alliés, la puissance coloniale a commencé à coopérer avec le narcotrafic, en cachant la culture et la commercialisation de l’opium par les paramilitaires. (McCoy, 1991 : 135-145). De la même manière, les États-Unis – malgré leur War on Drugs – ont formé des alliances ponctuelles avec la délinquance organisée dans le cadre de conflits géopolitiques. L’appui logistique des services secrets nord-américains aux contras nicaraguayennes, par exemple, a été rendu possible, dans une large mesure, grâce aux structures du narcotrafic centre et nord-américains. Une commission parlementaire d’investigation, dirigée par le sénateur démocrate John Kerry (Subcomittee on Terrorism, Narcotics and International Operations, 1988) n’a pas osé conclure que les services nord-américains avaient participé directement au narcotrafic. Cependant, la commission a soutenu que, pour des raisons géopolitiques, les structures associées à la délinquance avaient été protégées de poursuites judiciaires. Dans l’Afghanistan occupé par l’Union soviétique, le mode d’action des services secrets américains semble avoir suivi une logique similaire. Avec les Moudjahidines, les États-Unis appuyaient des milices fondamentalistes ou ethniques financées par le narcotrafic. L’ascension accélérée du Pakistan et de l’Afghanistan comme producteurs d’opium et d’héroïne durant les années 1980 se doit, en grande partie, à cette constellation. Et même dans les guerres toutes récentes en Irak et en Afghanistan, les États-Unis semblent revenir à des stratégies qui augmentent l’anomie par le biais de la sous-traitance du pouvoir exécutif. C’est ainsi que les troupes nord-américaines ont délégué les guerres d’occupation à des groupes alliés, bien des fois liés à des affaires illicites [Fourth Generation Seminar (2007) plaide pour cette stratégie d’externalisation comme, quelque peu plus discrètement, le général David Kilcullen (2006) ; pour un point de vue plus critique, on peut consulter Maass, 2005]. Dans une recherche récente (2011), l’organisation Human Rights Watch a souligné que ces groupes avaient généré en Afghanistan une dynamique de violence marquée par l’arbitraire.

  • 17 Le Léviathan, ou Traité de la matière, de la forme et du pouvoir d’une république ecclésiastique et (...)

30Si le monopole de coaction est rendu informel, on peut effectivement parler d’un État anomique. Cependant, il s’agit d’une anomie généralisée organisée par l’État pour renforcer l’exécutif. En ce sens, Le Léviathan17 cesse de mettre des limites à la violence. Au contraire, il approfondit et rend irrégulière l’anomie violente pour défendre le statu quo contre les mouvements révolutionnaires, populaires ou simplement démocratiques.

3. L’ordre qui précède le droit

31Il s’agit d’un argument circulaire étrange : ordre et nomos sont si importants qu’il faut les défendre par tous les moyens, mêmes les plus cruels. Les moyens cruels, à leur tour, servent à légitimer la reconstitution de l’ordre par la violence.

32Dans les années 1920, Carl Schmitt a fourni le squelette discursif à ce type de logique. Selon Schmitt, l’ordre – les techniques de gouvernabilité contemporaine parleraient plutôt de « sécurité » – est le critère fondamental de n’importe quel statut d’État. Cela implique que le droit lui-même découle de l’ordre.

Il n’existe pas de norme qui puisse s’appliquer au chaos. L’ordre doit s’établir pour que l’ordre juridique ait un sens. Il faut créer une situation normale ; est souverain celui qui décide de manière définitive si cet état normal est réellement donné (1979 : 20).

33Avec cet argument, Schmitt cherchait non seulement à inclure la violence illimitée de l’État d’exception dans l’ordre juridique – en légitimant les mesures dictatoriales –, mais il voulait franchir un pas supplémentaire : faire de la violence fructueuse le centre de n’importe quel système politique. Par conséquent, il décrivait l’ordre juridique comme le produit d’une imposition réussie, dépourvue de critères normatifs, la « décision » (Dezision). De cette manière, il faisait découler la souveraineté politique de la capacité à décréter la suspension des droits.

  • 18 Dans Pour une critique de la violence, Walter Benjamin (2001 [1921]) discute la relation entre l’or (...)

34L’enthousiasme de Schmitt pour la violence, et les succès qu’elle permet de remporter, l’a même conduit à affirmer qu’un État ne pouvait pas commettre de crimes. Selon Schmitt, « une prescription quelconque peut seulement devenir une vertu d’État si celui-ci la transforme en contenu d’un mandat étatique. » (Schmitt, 1989 : 21 et suivantes). Si l’État suspend le droit, son acte cesserait d’être une infraction à la loi. Enthousiasmé, Schmitt cite Thomas Hobbes : « Auctoritas, non Veritas facit legem »18.

35Cependant, ce serait surestimer Schmitt que d’assumer le fait que n’importe quel ordre doit obligatoirement naître de la violence. La voie de l’accord parlé est toujours pensable, au même titre que celle du contrat social, mais ces accords ne s’effectuent pas non plus dans un environnement exempt de violences et peuvent prendre la forme de la « décision » arbitraire schmittienne. Néanmoins, il faut constater que, dans les crises de domination et d’hégémonie (comme le montre la situation colombienne), on rend patent le lien secret entre le pouvoir de l’État et le recours à la violence. Et ce lien jette une ombre obscure et durable sur l’ordre juridique.

36En ce qui concerne la Colombie, il est vrai que, dans le débat politique relativement ouvert de 1991, le pays a construit une nouvelle constitution basée sur des principes normatifs. Cependant, l’État a utilisé tous les moyens pour construire l’espace factice d’application de cette constitution, en ce compris, le terrorisme et le paramilitarisme. En quelque sorte, on pourrait affirmer que le statut d’État octroyé à la Colombie pourrait à la fois être octroyé et refusé.

37De cette manière, la notion d’État en Colombie reste liée à l’anomie violente. Non seulement l’exécutif a gouverné avec des décrets d’exception depuis des décennies, mais, en outre, certaines branches de l’État ont promu l’expansion et la radicalisation d’un État anomique, en déléguant la contre-insurrection à des structures du crime organisé. En ce sens, l’État a créé des structures parallèles et para-exécutives de violence pour compenser son déficit d’hégémonie.

38Ce n’est pas la seule ombre qui plane sur l’État d’ordre et de droit colombien. En Colombie, contrairement à la plupart des pays, la propriété privée n’est pas non plus une institution juridique neutre. De toute évidence et plus que dans d’autres parties du monde, les grandes fortunes de ce pays sud-américain sont dues au vol, à la guerre et à la violence. Cela se vérifie, entre autres choses, par la spoliation des paysans proposée par les paramilitaires et leurs alliés. La Commission nationale de réparation et de réconciliation (2009 : 21) parle d’un à dix millions d’hectares volés. Sánchez et Uprimny (2010 : 197) considèrent que cinq millions et demi d’hectares constituent un chiffre fiable. Au moins deux millions de paysans ont été expropriés de cette manière depuis le début des années 1980.

  • 19 On doit souligner le terme « contingence ». Le marxisme a toujours essayé d’expliquer des processus (...)

39Si l’on lit les réflexions de Marx sur l’accumulation primitive (1973 : 741-791), on pourrait penser que ce texte a été écrit en référence à l’actualité colombienne. Au chapitre xxiv du Capital, Marx s’interroge sur l’origine des grands patrimoines et montre que la création normale de la plus-value (dans le processus industriel) a été uniquement rendue possible par des processus violents d’expropriation. Les terres communales des paysans avaient été volées pour passer aux mains des propriétaires privés. À cause de l’esclavage et du travail forcé, de grandes quantités de métaux de valeur sont arrivées en Europe ; par ailleurs, la « libération » des paysans déplacés a généré une réserve de main-d’œuvre industrielle. Par conséquent, toujours selon Marx, le déplacement et l’expropriation doivent être considérés comme des conditions contingentes19 à l’expansion du capitalisme.

  • 20 Le Magdalena est le fleuve le plus important de Colombie. C’est au niveau de sa partie moyenne (Mag (...)

40Le cas colombien démontre qu’il ne s’agit pas là d’un processus historique terminé. L’expropriation violente de terres communautaires, le déplacement des paysans vers les grandes villes, la concentration de terres aux mains d’une poignée de « nobles » et la création de nouvelles relations agraires caractérisent également l’actualité colombienne. Examinons la saisie de terres paysannes et communales : Marx (1973 : 747) affirme que l’agriculture productive de la petite paysannerie européenne a été anéantie par un « régime qui dépeuplait les pâtures (depopulating pasture) », ce qui impliquait la « libération » du paysan comme main-d’œuvre pour l’industrie. Il est vrai que, dans l’actualité colombienne, la migration de la population campagnarde ne représente pas un facteur de production puisqu’ici, à la différence de la situation historique de l’Angleterre, la réserve de main-d’œuvre bon marché abonde. Mais, mis à part cela, les similitudes prévalent. La notion de « régime qui dépeuple les pâtures » aurait pu être appliquée au Magdalena Medio20 où le paramilitarisme, le narcotrafic et la spéculation de terres ont quasiment complètement éliminé l’économie paysanne. De la même manière, les passages de Marx sur le caractère ethnique de ces processus d’expropriation sont éloquents : Marx décrit comment le latifundio anglais, en déplaçant quinze mille paysans natifs celtes par le biais des forces armées britanniques, a transformé les terres communales écossaises en pâtures pour brebis. Cette pratique ne se différencie pas de celle de la xviie Brigade de l’Armée colombienne qui, avec ses alliés paramilitaires, a imposé l’ensemencement de cultures de palmiers à huile dans des terrains communaux afro-colombiens du Chocó ou le déplacement des communautés indigènes et paysannes par le latifundio de l’élevage en Urabá.

41Il ne faut pas s’en remettre nécessairement au phénomène peu engageant du latifundio prémoderne pour reconnaître l’efficacité de la violence extrême. Les secteurs les plus formels et respectables de l’économie globalisée ont également bénéficié de la terreur paramilitaire en Colombie. Dans les dernières années, le pays est à nouveau devenu très hautement apprécié par les investisseurs étrangers dont les investissements directs se sont élevés de 1,7 milliard de dollars en 2003 à 10,6 milliards de dollars en 2008 (Bonilla, 2011 : 60) ; ceci s’explique surtout par la plus grande sécurité procurée aux investisseurs en raison de l’affaiblissement des syndicats, des mouvements populaires et des guérillas. Le fait que quelques escadrons de la mort aient éliminé des syndicalistes indisciplinés et menacé des groupes écologiques critiques par rapport à de grands projets miniers et énergétiques a évidemment eu des effets positifs sur la rentabilité des investissements. Aujourd’hui, les entreprises nationales et internationales en Colombie doivent répondre, bien moins qu’il y a trente ans, à des revendications sociales et populaires. Si autant d’entreprises ont financé le paramilitarisme ou ont au moins pu profiter de son existence, ce n’était pas simplement par méchanceté, mais parce qu’elles tenaient compte du calcul des coûts et des bénéfices. L’on peut citer plusieurs cas. La multinationale alimentaire Chiquita a admis avoir payé des millions de dollars aux AUC ; dans le cas de l’entreprise minière Drummond, de nombreux indices permettent de supposer une relation semblable ; enfin, pour ce qui touche à Coca-cola et à Nestlé, on peut vérifier que la gérance locale a au moins profité de l’existence du paramilitarisme pour détruire les syndicats les plus rebelles. La violence extrême peut s’avérer très productrice même pour l’économie formelle.

4. Justice transitionnelle en Colombie ?

42Par voie de conséquence, le problème du processus de pacification en Colombie ne consiste pas dans le fait que les victimes auraient été mises sous pression pour pardonner, ainsi que l’insinue le film Salue le Diable de ma part. S’il faut critiquer le processus de Justice et de Paix, c’est parce qu’il n’a pas osé toucher (ni même aborder) aux relations politiques et socio-économiques établies par le paramilitarisme.

43La justice transitionnelle, comme concept, souffre d’un dilemme. La notion part de la nécessité d’un engagement. À l’aspect juridique (la punition des crimes) s’oppose la nécessité politique d’inclure les coupables pour mettre fin au conflit armé. D’un côté, on revendique donc la « vérité, la justice et la réparation », tandis que de l’autre, on met des limites à ces revendications pour éviter que les coupables n’aient à nouveau recours aux armes.

44Dans un certain sens, il est évident que la justice transitionnelle représente une avancée. Dans de nombreux processus de démocratisation de ces dernières décennies, l’aspect « justice » a été complètement ignoré. Dans l’Espagne postfranquiste des années 1970, par exemple, on a renoncé à la vérité, à la justice et à la réparation pour ne pas « ouvrir à nouveau les vieilles blessures ». Le pacte de modernisation, convenu entre les socialistes et la droite franquiste, a fait que les victimes de la dictature n’ont pas été réhabilitées intégralement jusqu’à ce jour et que de nombreux crimes – parmi ceux-ci, des exécutions massives et des adoptions forcées d’enfants – sont restés irrésolus. En outre, l’Espagne souffre d’une forte continuité de la droite franquiste dans l’appareil de l’État.

45De la même manière, le processus de transition au Chili s’est limité à une réhabilitation symbolique des victimes. C’est seulement durant les dernières années, quasiment deux décennies après la fin de la dictature, que les organisations de défense des droits de l’homme ont obtenu l’ouverture de quelques procès judiciaires pour éclaircir les crimes et parvenir à ce que plusieurs coupables soient punis.

46Par conséquent, il est positif que dans des procès plus récents (comme ceux du Guatemala, du Pérou ou de l’Afrique du Sud) on ait formé des commissions de vérité et de mémoire historique pour éclaircir les violations des droits de l’homme par l’État (et les force d’insurrection). Le problème, cependant, existe toujours : la justice transitionnelle se limite à une reconnaissance symbolique des victimes de la violence. Les victimes sont réhabilitées comme des sujets de droit, mais non comme des acteurs politiques. Il semble qu’il s’agisse d’ignorer l’ampleur des actes de violence. Le principal problème de la répression extrême, telle que l’exercent les dictatures militaires ou les groupes paramilitaires, ne réside pas dans le principe de la suspension des droits, mais plutôt dans la transformation radicale (et la consolidation) des relations sociales, politiques, économiques, et psychologiques au niveau de la population.

47C’est pour cela que la justice transitionnelle se trouve face à un problème : elle veut rétablir un ordre juridique sans toucher aux fondements sociopolitiques imposés par la violence d’exception ; elle veut un éclaircissement des crimes, mais évite le débat sur les projets politiques et sociaux préconisés par les victimes. De cette manière, elle cimente – sans s’en rendre compte – la victimisation de ceux qui ont souffert la répression. Ceux-ci cessent d’être des protagonistes d’une transformation politique ou des résistants à la dictature, et restent des victimes tout au long de leur vie. En ce sens, il s’agit d’une réhabilitation envenimée. La justice transitionnelle génère des sujets qui doivent parler de leur rôle de victime, mais pas de leurs projets politiques.

  • 21 Déclaration du président Juan Manuel Santos (en date du 1er fév. 2012). [En ligne] http://wsp.presi (...)

48Pour cette même raison, on peut se montrer sceptique par rapport au processus de transition colombien. Il est vrai que, lors des procès, l’opposition des parties en présence et de la Commission de Mémoire historique a apporté des éléments importants pour l’éclaircissement des crimes paramilitaires non-étatiques. De plus, le gouvernement de Juan Manuel Santos a soulevé la question de la restitution des terres volées. Cependant, compte tenu des corrélations réelles entre les forces en présence, tout laisse à croire que cette transition aboutira seulement à une reconfiguration du pouvoir établi. La politique de Santos met des limites aux élites régionales émergentes représentées par l’ex-président Uribe ; les processus juridiques et la menace d’expropriation exercent une pression sur ce secteur politique lié au latifundio mafieux. Cependant, l’ordre politique et socio-économique imposé par le paramilitarisme et la droite autoritaire ne se met en place que superficiellement. Les relations de pouvoir et de violence dans les régions (et dans l’État central lui-même) font que le processus de vérité, de justice et de réparation ne peut pas dépasser les limites d’un cadre défini. Le président Santos lui-même a pointé ces limites lorsque, au début de l’année 2012, il a refusé de cautionner une décision de la Cour suprême qui obligeait l’Armée à demander pardon pour les disparitions des juges et des guérilleros durant la prise du palais de justice en 198521. Il semble aussi que, malgré la loi de restitution, seule une fraction des terres volées retournera aux mains de leurs anciens propriétaires. À cause des pressions et des craintes, beaucoup de paysans n’essaieront même pas de revendiquer leurs terres ou les vendront à nouveau immédiatement. Il est donc très probable que, comme le critique le Mouvement des victimes, la restitution des terres débouchera sur une légalisation factice de leur dépouillement.

49On peut constater qu’une fois encore, l’ordre juridique, à la différence de ce que postule la théorie normative de l’État, ne peut pas se dissocier des intérêts économiques dominants dans une société. Malgré les discours qui visent à défendre des déplacés, il est évident que le gouvernement Santos ne peut pas être intéressé par une restitution intégrale des terres à la petite paysannerie. Pour un président qui considère le gros secteur minier et l’agro-industrie comme les « locomotives du développement », les structures rurales traditionnelles doivent nécessairement représenter un obstacle à la modernisation.

50De la même manière que l’offensive militaire du paramilitarisme a contribué à rétablir le statut d’État en préparant le terrain pour la configuration d’une hégémonie plus civile à la Santos, il y a fort à parier que l’occupation paramilitaire des terres ne fera pas l’objet d’une redistribution. Ici, le cercle se referme : dans son essai Terre et Mer (2007), Schmitt fait découler le nomos du mot grec « nemein », lequel implique trois sens : prendre/conquérir, diviser et exploiter. Il s’agit là du concept auquel renvoient les discours néo-hobbesiens et néo-schmittiens lorsqu’ils parlent du nomos comme ordre. Il est vrai que le désordre ne peut pas non plus être un projet politique. Cependant, les faits décrits montrent que le nomos entretient une relation si intense et compliquée avec l’anomie violente que nous ne pouvons pas nous contenter d’une simple restitution aux victimes de leur statut de citoyen et de leurs droits civiques.

Notes

1 Les leaders paramilitaires étaient détenus aux États-Unis où ils ont été accusés et condamnés pour narcotrafic et non pas pour leurs crimes de lèse-humanité.

2 En principe, la proposition de loi du gouvernement Uribe concernait des condamnations mineures et la possibilité d’une réinsertion politique des AUC. La dynamique du processus de démobilisation, cependant, a fait obstacle à cette légalisation factice. Suite aux pressions internationales et à des interventions des ONG de défense des droits de l’homme, la Cour suprême a commencé par modifier la loi. Quelques-uns des paramilitaires, qui encouraient alors des condamnations bien plus sérieuses que ce qui avait été convenu avec le gouvernement Uribe, ont ensuite commencé à faire des déclarations sur les structures paramilitaires et leurs relations avec les pouvoirs politiques et économiques. En outre, d’après ce qu’ont affirmé des organisations de défense des droits de l’homme, ils ont entamé des conversations directes avec des organisations populaires au sujet d’une réparation envers les victimes. La droite uribiste, qui avait maintenu une alliance politique, économique et opérative avec le paramilitarisme, a fini par se montrer préoccupée par ce développement. Par conséquent, le président Uribe – craignant de possibles témoignages à charge et une répartition des terres – a peu à peu affiché plus de distance vis-à-vis de ses anciens alliés. En 2008, finalement, il a fait extrader par surprise les leaders paramilitaires aux États-Unis où ils ont été jugés et condamnés pour narcotrafic.

3 Après une supposition de fraude électorale en 1974, qui, une fois de plus, a mis hors-jeu les politiciens de gauche, certains candidats socialistes ont décidé de former le groupe du M-19. Dès le début de son existence ce groupe s’est montré très actif et a réalisé des actions très médiatiques.

4 Peu avant sa mort, l’ex-militaire et commandant des AUC, Carlos Marucio García, alias « Doblecero », a rendu publiques les relations entre le narcotrafic et les corps de sécurité à Medellín (Bloque Metro, 2003). García a affirmé, entre autres choses, que l’ancien directeur de la police anti-narcotique et ex-commandant de la Police de Medellín, José Leonardo Gallego, aurait reçu mensuellement vingt-cinq millions de pesos du narco-paramilitaire Diego Murillo. Il faut souligner que José Leonardo Gallego faisait l’objet d’une enquête pour sa participation dans le massacre de Maripipán en 1997 et avait reçu la reconnaissance de l’Ambassade américaine pour ses mérites dans la lutte narcotique en 1999.

5 Le livre a été présenté comme un manuel contre-insurrectionnel parmi les publications de l’Armée colombienne en 1963. Son contenu a également été diffusé par la représentation de ses plus importantes thèses dans le film La bataille d’Alger de Gilles Pontecorvo (1966).

6 Dans ce sens, on pourrait parler d’une bio-politisation de la guerre.

7 Déjà au temps de l’occupation napoléonienne en Espagne, les militaires français en étaient arrivés à la conclusion que, pour combattre efficacement la guérilla, il était nécessaire d’avoir recours à des méthodes partisanes.

8 En Algérie, la France avait opté pour le transfert et l’internement forcé de la population civile algérienne. Pierre Bourdieu a documenté ces camps d’internement dans ses célèbres photos d’Algérie (Pierre Bourdieu en Argelia. Imágenes del Desarraigo, Madrid, Círculo de Bellas Artes).

9 L’historien allemand Bernd Greiner (2007 : 215) décrit la position des militaires américains au Vietnam de la manière suivante : « S’il n’était pas possible de convaincre les paysans d’appuyer la faction américaine, ils devaient au moins comprendre que la solidarité avec le Vietcong avait un prix plus élevé ».

10 Ces relations d’affaires « liquides » ont aussi prédominé à l’intérieur du paramilitarisme. Dans sa biographie autorisée, l’ex-commandant paramilitaire Carlos Castaño a affirmé (Aranguren, 2001 : 293-298) que les AUC ne disposaient jamais d’unités propres à Medellín, raison pour laquelle ils se voyaient obligés de coopter des bandes de jeunes. Dans ce cadre-là, c’est la bande La Terraza qui a exécuté la plupart des homicides perpétrés par les AUC. Selon Castaño, cependant, La Terraza n’a jamais directement perçu d’argent pour les assassinats. En réalité, la situation était plutôt celle-ci : les AUC donnaient des informations et appuyaient la bande pour que celle-ci puisse prendre d’assaut des transports de valeurs et de bijouterie. Le documentaire La Sierra (2005), de Scott Dalton et Margarita Martínez, montre également (sans sembler comprendre vraiment la relation entre paramilitarisme et bandes de jeunes) comment les AUC ont instrumentalisé les bandes pour exercer un contrôle territorial sur les quartiers populaires de Medellín.

11 La Ndrangheta est une organisation mafieuse originaire de la région de Calabre (dans le Sud de l’Italie).

12 Diego Murillo et les frères Fidel et Carlos Castaño ont rompu avec le cartel de Medellín durant l’année 1989-1990, après que Pablo Escobar eut déclaré une guerre frontale à l’État colombien afin de changer les politiques anti-narcotiques de celui-ci. Murillo et les Castaño ont fondé l’escadron de la mort Los PEPEs (Perseguidos de Pablo Escobar), appuyé économiquement et logistiquement par différents groupes, parmi lesquels le gouvernement colombien, les corps de police, le cartel de Cali et plusieurs agences et forces spéciales américaines (cf. El Nuevo Herald, 20 oct. 2000 ; Philadelphia Inquirer, 11 nov. 2000 ; Aranguren, 2001 : 143-155 ; Bowden, 2001 ; El Espectador, 4 juin 2006 ; Semana, 17 fév. 2008). Grâce aux PEPEs, Pablo Escobar est tombé en décembre 1993. À la suite de cela, l’escadron anti-Escobar Los PEPEs est devenu le germe de l’organisation nationale paramilitaire AUC.

13 Il est difficile de distinguer si l’extrême-droite colombienne a promu, avec tous les moyens à sa portée, une transformation autoritaire de l’État ou si le pouvoir exécutif a établi un type d’état d’exception informel pour défendre l’État contre ses ennemis et critiques, tel que le programme de la Sécurité démocratique le postule. Cependant, il n’est pas surprenant que différents processus se superposent et s’entremêlent. La Colombie n’est pas le premier pays ou le renforcement de l’État aille de pair avec une mainmise de l’exécutif (devant d’autres instances étatiques) et une ascension de l’extrême-droite.

14 [En ligne] http://www.semana.com/nacion/jorge-noguera-condenado-25-anos-carcel/164098-3.aspx, page consultée le 17 février 2012.

15 Déclarations devant les autorités judiciaires. [En ligne]
http://www.elespectador.com/noticias/investigacion/articulo-324759-confesiones-de-el-tuso, page consultée le 15 février 2012.

16 Déclarations devant les autorités judiciaires. [En ligne]http://verdadabierta.com/component/content/article/80-versiones/3858-paramilitares-don-berna-colombiapedro-juan-moreno/, page consultée le 15 février 2012.

17 Le Léviathan, ou Traité de la matière, de la forme et du pouvoir d’une république ecclésiastique et civile, est une œuvre écrite par Thomas Hobbes, publiée en 1651, qui constitue un des livres de philosophie politique les plus célèbres. Dans le livre, Hobbes discute la thèse d’un contrat social (au profit de celui de « pacte social ») et de règles venant d’un souverain. Influencé par la première révolution anglaise, Hobbes développa l’idée selon laquelle, les hommes à l’« état de nature » cherchent uniquement à survivre, à assurer leur propre préservation, par tous les moyens nécessaires, n’obéissant qu’à ce qu’Hobbes appelle leur droit naturel : le fait que chacun ait la liberté totale d’utiliser sa puissance par n’importe quel moyen afin de se préserver lui-même et de préserver sa propre vie. Ainsi, Hobbes explique que dans un tel cas, la société est en situation de chaos et de guerre civile, selon la formule bellum omnium contra omnes (« guerre de tous contre tous » en latin), ceci ne pouvant être évité que par un solide gouvernement central. Hobbes développe alors le Léviathan, une théorie du gouvernement qui est capable selon lui de contrer cet état de nature et de garantir à tous ses membres la préservation de leurs vies et de leurs biens contre tout ennemi, qu’il soit étranger ou interne au système. Le gouvernement selon Hobbes doit découler d’un pacte de chacun envers chacun où tous cèdent au souverain leur droit de se gouverner eux-mêmes et leur liberté afin que la volonté du souverain ramène les volontés de tous les individus à une seule et unique volonté.

18 Dans Pour une critique de la violence, Walter Benjamin (2001 [1921]) discute la relation entre l’ordre juridique et la violence. Il défend l’idée que la violence révolutionnaire implique aussi une imposition décisionnaire et que, par conséquent, elle entretient un lien obscur avec l’arbitraire. Pour un projet social-révolutionnaire, on préconise, par voie de conséquence, le défi de trouver un chemin alternatif pour fonder ou créer le droit. Benjamin souligne l’importance d’une violence objectrice (comme la grève générale) et du langage. L’accord par le biais du langage peut être un pouvoir constituant.

19 On doit souligner le terme « contingence ». Le marxisme a toujours essayé d’expliquer des processus semblables avec l’expression magique « nécessités historiques objectives ». Selon cette interprétation, les paysans auraient été libérés parce que le capital industriel avait besoin de main-d’œuvre bon marché. Cependant, cela ressortit à de l’ésotérisme de gauche : une relation sociale naissante ne peut pas créer rétroactivement les conditions de son existence. Le surgissement du capitalisme en Europe est plutôt un processus contingent, dans lequel diverses composantes se sont superposées et mutuellement renforcées.

20 Le Magdalena est le fleuve le plus important de Colombie. C’est au niveau de sa partie moyenne (Magdaleina Medio) qu’est située la grande réserve d’hydrocarbures du pays.

21 Déclaration du président Juan Manuel Santos (en date du 1er fév. 2012). [En ligne] http://wsp.presidencia.gov.co/Prensa/2012/Febrero/Paginas/20120201_01.aspx, page consultée le 27 février 2012.

Auteur

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search