Version classiqueVersion mobile

Héritage, filiation, transmission

 | 
Christian Chelebourg
, 
David Martens
, 
Myriam Watthee-Delmotte

L’héritage : lecture de l’illisibilité

La filiation dans le roman Corps mystique (1986) de Frans Kellendonk

Matthieu Sergier

Texte intégral

  • 1 Il s’agit ici de ma propre traduction, à l’exception de Corps mystique, traduit en français par Pat (...)

1Si, à de nombreux égards, cet article porte les traits d’un plaidoyer en faveur de la reconnaissance de l’altérité, celle-ci trouve son amorce dans la constatation d’une série de traits communs entre les quatre romans de l’auteur néerlandais Frans Kellendonk (1951-1990) : Ruine (1977), Le Bon à rien. Une narration (1979), L’Esprit et la lettre. Une histoire de fantômes (1982), et Corps mystique. Une histoire (1986)1. Chacun de ces romans relate la transmission d’un héritage, légué par une figure paternelle à son fils. Celui-ci est amené à se situer, soit par l’acceptation de l’héritage, soit par son évitement ou son refus.

  • 2 Convention : les références citées dans cet article sont réunies en fin de texte.
  • 3 Nous renvoyons par le sigle CM à Frans Kellendok, Corps mystique. Une histoire (1986), Patrick Gril (...)

2Selon Jacques Derrida, « [u]n héritage ne se rassemble jamais, il n’est jamais un avec lui-même. Son unité présumée, s’il en est, ne peut consister qu’en l’injonction de réaffirmer en choisissant » (Derrida 1993 : 40)2. Or, dans l’univers romanesque de Kellendonk, la filiation s’avère problématique à l’égard de ce choix. En effet, l’héritage porte irrémédiablement la trace du père, et le nœud du problème, pour le fils, ce n’est pas tant l’héritage en soi que la marque indélébile du père qui accompagne fatalement cet héritage. La trace patriarcale est caractérisée par le vide que le père occasionne par son inaction, un « ne rien-faire » perçu par le fils comme une forme de lâcheté à laquelle il refuse de s’identifier. Ainsi, dans Ruine, le grand-père du héros vend le patrimoine auquel le petit-fils aspirait pourtant depuis longtemps, en raison du fait que le père du héros n’a rien entrepris pour faire fructifier, ni même entretenir, le patrimoine. Dans Le Bon à rien, le fils hérite de la place de son père dans la société familiale – une place où le père était grassement payé à ne rien faire. On retrouve le même schéma dans L’Esprit et la lettre, où le héros « hérite » d’un emploi temporaire dans une bibliothèque, où on attend de lui qu’il remplace une figure proprement fantomatique. Enfin, dans Corps mystique, le patriarche Gijselhart, rentier oisif, vend de plus en plus de ses avoirs, générant ainsi un vide matériel compensé à ses yeux par l’avantage symbolique indispensable de demeurer millionnaire – avantage honoré par un chiffre qui compte six magnifiques zéros, qui sont autant de signes du vide. Même sa propre maison disparaît peu à peu, vendue part après part pour maintenir le cap du million (CM, 15)3.

3Nous examinerons ici quels mécanismes sont mis en œuvre par le fils pour se débarrasser de la trace patriarcale qui hante l’héritage et nous en mesurerons l’efficacité. Ensuite, nous verrons en quoi, dans les romans de Kellendonk, la filiation peut être comprise comme une allégorie de la lecture en tant que prise en compte d’une relative impuissance.

La re-présentation… et son échec

4Le fils kellendonkien, afin d’asseoir malgré tout sa liberté de choix en effaçant la trace patriarcale qui accompagne la transmission de l’héritage, accomplit une double démarche.

  • 4 Dans Caught by History. Holocaust Effects in Contemporary Art, Literature, & Theory (1997), Ernst v (...)

5En premier lieu, il tente de déchiffrer l’héritage au travers de la marque paternelle. Dans l’économie du récit, cette démarche se concrétise par des déplacements du héros, qui vient occuper l’espace personnel du patriarche. À cet égard, le fils re-narre l’existence de son père et l’imite physiquement. Dans l’énonciation, le fils fait donc de son ascendant un personnage, et par ses actes, il devient lui-même une trace qui renvoie à son géniteur. Mais tant la narration que l’imitation sont effectuées en vue d’une prise de distance vis-à-vis du père. Ainsi, cette entreprise de « re-présentation »4, par la répétition de ce qui est absent ou appartient au passé, évoque notamment le phénomène de la « conjuration ». Comme le rappelle Jacques Derrida sur base de la polysémie anglaise du terme, conjuration peut signifier d’une part « l’incantation magique destinée à évoquer, à faire venir par la voix, à convoquer un charme ou un esprit […], ce qui n’est pas là au moment présent de l’appel » (Derrida 1993 : 74). D’autre part, le terme peut signifier « l’exorcisme magique qui, au contraire, tend à expulser l’esprit maléfique qui aurait été appelé ou convoqué » (Derrida 1993 : 84). Paradoxalement, le patriarche est ici convoqué dans le présent, mais par un geste à vocation expulsive.

  • 5 « Ik ben hier niet, leek [mijn vader] te zeggen. Jij bent lucht. Zolang je niet kunt aantonen dat j (...)

6En filigrane de cette mise en mots et en gestes de l’identité paternelle, s’observe, dans la démarche filiale, la tentative de construction d’une identité autonome, “exorcisée” de la présence de l’ascendant. Le fils envisage de se mesurer à une représentation du patriarche afin de s’arracher à ce miroir néantisant, de s’affirmer en tant que différence. Ce phénomène se trouve clairement exprimé dans un passage du roman Le Bon à rien, où père et fils se trouvent face à face : « Je ne suis pas là, semblait dire [mon père]. Tu n’es que de l’air. Tant que tu ne parviens pas à montrer que tu n’es pas que de l’air, je resterai absent »5 (je traduis). Parvenu à une redéfinition tant de l’identité du père que de la sienne propre, le fils espère donc disposer de la liberté suffisante pour exécuter ses choix vis-à-vis de l’héritage.

7Dans le dernier roman de l’écrivain, Corps mystique, l’héritage ne consiste pas en legs matériel ni en l’attribution d’une place au sein d’une entreprise à caractère familial, comme dans les œuvres précédentes, mais en une sentence orale formulée par le patriarche Gijselhart à son fils Leendert, lors de « la seule conversation d’homme à homme qu’ils eussent jamais eue » (CM, 65). Le legs y est formulé dans les termes suivants : « Mon garçon, ne deviens jamais comme ton père ! » (CM, 65). Cette phrase-piège impose au fils de se situer à l’égard de l’identité paternelle, que ce soit dans le but d’accéder à l’héritage ou au contraire de l’éviter, et que ce soit pour se situer par rapport à elle dans la différence, ou pour s’y identifier en tant que reflet. Cette alternative est en réalité un leurre : quoi qu’il en soit, le fils est sommé de s’intéresser à l’identité du patriarche.

  • 6 C’est ce que constatent également Ton Anbeek (1987 : 15) et Gert Hekma (1990).

8Il apparaît que par l’acceptation de l’héritage, il s’agit pour le fils de succéder au patriarche sans donner l’impression d’évoluer en renvoyant à lui. Ce roman ne met pas en scène un fils qui narre et imite son père, mais qui vit par antithèse avec son géniteur pour essayer de s’éloigner de lui au maximum, et par là même, accepter son héritage. Face au père hétérosexuel, fertile, vivant aux Pays-Bas dans l’isolement et caractérisé par une grande volubilité, le fils s’affirme comme homosexuel, stérile, vivant aux États-Unis dans une communauté artistique, et son style d’écriture se fait volontiers synthétique. Cependant, le fils, par ses penchants capitalistes, et plus particulièrement la spéculation, affiche malgré tout de plus en plus de points communs avec son père6. L’échec de son entreprise de différenciation démontre donc que la voie de l’antinomie ne permet pas au fils de trouver son identité propre, et qu’il a interprété de manière superficielle les paroles de son père.

9Tous les romans de Kellendonk dévoilent l’échec de l’entreprise de re-présentation du père à laquelle s’attache le fils. Celui-ci réalise que l’essence de l’identité patriarcale ne se laisse saisir ni par la narration, ni par l’imitation. Ainsi, dans Le Bon à rien, arrivé au bout de sa recherche, le fils constate :

  • 7 « [M]ijn speurtocht had geen enkel nieuw gezichtspunt opgeleverd. […] Over wat mijn vader had bezie (...)

Mon enquête n’avait fourni aucune nouvelle perspective. […] A propos de ce qui s’était passé dans la tête de mon père, je n’avais pu que fantasmer, ou mieux : projeter. Je m’étais baladé un peu dans ses chaussures, avec comme unique conséquence qu’en ce qui me concerne, il était aussi irréel que le monstre du Loch Ness ou le yeti. Comme si je l’avais inventé. Et vraiment pas par manque de faits.7 (Je traduis)

10Il en va de même pour l’enquête mené par Mandaat, le héros de L’Esprit et la Lettre, sur son prédécesseur, le patriarche Brugman. Mandaat constate que ses collègues sont incapables de le décrire :

  • 8 « Zo’n tijdelijke afwezigheid is toch bij uitstek een gelegenheid om iemands voors en tegens eens b (...)

Une telle absence temporaire fournit tout de même l’occasion par excellence de s’étaler sur les qualités et défauts d’une personne, mais pas un mot à propos de Brugman. Lorsque Mandaat tente discrètement de s’intéresser à lui, on réagit évasivement. Oh, Brugman va bien s’en tirer. Non, on n’a jamais eu de problèmes avec Brugman. Un homme correct. Difficile à dire quel âge il a. Marié ? C’est dingue, mais personne ne s’est posé la question.8 (Je traduis)

La parole comme affirmation de l’altérité

11Il est possible de lire Corps mystique comme la démonstration de ce que l’identité autonome, et donc la liberté du choix devant l’héritage, s’acquiert par une responsabilisation de l’acte d’interprétation, ce qui nous amènera à considérer la filiation chez Kellendonk comme une allégorie de la lecture.

12L’échec de la re-présentation qui piège le fils implique que le patriarche kellendonkien peut être interprété comme une radicalisation de l’altérité, que le langage ne parvient jamais à atteindre. Dès lors, les constructions langagières, par l’impuissance qu’elles mettent en évidence, peuvent être appréhendées comme des ratifications de l’altérité en question. Comme le prétend Jean-François Hamel dans une perspective plus historienne :

[L]es actes de mémoire des narrateurs de la modernité doivent, pour ne pas trahir la dissociation des champs d’expérience et des horizons d’attente, chercher à produire par la rétrospection non seulement le retour du passé, mais la perception de la distance par rapport au présent. La narration de ce qui a été ne reviendra plus au passé comme à ce qui institue le présent dans son identité propre, mais comme ce qui fait voir la séparation du présent face à ce qui le précède. (Hamel 2006 : 22)

13La parole paternelle, en tant que legs et modèle d’identification trompeur, n’apparaît pas tant ici comme le motif de l’échec du fils que comme la preuve d’une indépendance identitaire toujours déjà acquise, puisqu’elle sert à mettre en évidence la radicalité de l’altérité du patriarche. La conscience de cette différence permet au fils de ne pas succomber à l’angoisse d’une identité où père et fils se mêleraient de façon indiscernable, étant donné que reconnaître l’autre équivaut à admettre son altérité.

14Cette logique s’illustre dans Corps mystique – au regard de l’héritage oral transmis par le père – par le retour du fils à la maison parentale après son départ des États-Unis. En effet, lorsque le patriarche ordonne à son fils de ne jamais devenir comme son père, il l’enjoint à ne pas avoir à reconnaître une image de soi dans son fils. Paradoxalement, le fils démontre son obéissance à cette injonction en retournant vivre chez son père, et en se montrant à lui en le reconnaissant comme tel. Les mots du texte sont explicites à cet égard. Le fils exprime sa perception du patriarche en lui disant : « U ziet er goed uit » (ML, 404). Le verbe zien exprimant la vue, nous pourrions traduire cette phrase, littéralement par : Visiblement, vous allez bien. À la vue de son fils, le père, quant à lui, exprime la négation de la perception de l’autre, en disant : « Lang niet gezien » (ML, 404), c’est-à-dire : Cela fait longtemps que je ne t’ai plus vu. En d’autres termes, dans l’usage qui est fait du terme zien (voir), le père exprime la non-reconnaissance là où le fils la reconnaît, et par là même se laisse percevoir comme « autre que son père ». Ceci sous-entend une disposition à reconnaître dans l’autre une image de soi dépourvue de l’angoisse de la porosité identitaire, puisque cette expérience en miroir s’accompagne de la conscience du fossé qui sépare le focalisateur de l’objet de sa perception.

La filiation comme allégorie de la lecture

15La figure du père, dans l’œuvre de Frans Kellendonk, peut ainsi être considérée comme une instance qui met radicalement en question la perception de l’altérité, ainsi que l’énonciation de cette perception. Le père est toujours autre que tel qu’il se laisse percevoir. Ceci induit une réflexion métatextuelle qui invite à considérer le rapport de filiation, dans les romans de Kellendonk, comme une allégorie de la lecture en tant que reconnaissance d’une relative impuissance. En effet, nous avons constaté, non seulement, que le père est décrit comme une figure de l’immobilité, du « ne rien-faire », du vide, mais encore que le fils reste frustré dans son entreprise de re-présentation du père. Tel que le père se laisse percevoir par le fils, il fait état d’illisibilité, et réciproquement le fils se retrouve dans l’impossibilité de se détacher de lui et donc d’opérer un véritable choix. C’est aussi ce que laisse apparaître une scène de lecture dans Le Bon à rien. Dans le récit qu’il fait de son père, le fils fait état d’un ouvrage de Spinoza que le père vient d’abandonner avant de partir au travail. À côté d’un passage souligné figure un commentaire écrit de sa main :

  • 9 Vandaag zal hij zijn boek opengeslagen op zijn bureau laten liggen en ik zal zien dat hij een zin h (...)

Aujourd’hui, il abandonnera son livre ouvert sur son bureau, et je verrai qu’il a souligné une phrase : « Le Contentement, lequel est issu de la représentation que quelque chose que nous haïssons est détruit ou frappé d’un mal quelconque, n’est pas sans quelque Tristesse. » Dans la marge, il écrit au crayon : aussi réversible ? Et je me demanderai ce qu’il a voulu dire par là. Que la Tristesse, laquelle est issue de la représentation que quelque chose que nous aimons est détruite ou frappée par un mal quelconque, n’est pas sans quelque Contentement ? Que la Tristesse, laquelle est issue de la représentation qu’il arrive du bien à quelque chose que nous haïssons, n’est pas sans quelque Contentement ? Ou que le Contentement, lequel est issu de la représentation qu’il arrive du bien à quelque chose que nous aimons, n’est pas sans quelque Tristesse ? Qu’il m’aimait quand même un peu ? Qu’il me haïssait quand même un peu ? (je traduis)9.

16Je propose de comprendre cette dynamique de filiation sur le plan d’une signification métatextuelle, comme une invite à l’adresse du lecteur à réfléchir à sa propre démarche de déchiffrement d’un texte.

17Selon Paul de Man, l’allégorie renvoie à quelque chose qui diffère d’un sens premier, littéral, et qui a pour fonction de thématiser cette différence (de Man 1983 : 209). Paul de Man considère en effet que l’allégorie raconte l’impossibilité de la lecture ultime, celle qui épuiserait le potentiel sémantique du texte. Selon lui, tout déchiffrement d’un texte serait à considérer comme une allégorie démontrant l’impossible lisibilité du texte :

The paradigm for all texts consists of a figure (or a system of figures) and its deconstruction. But since this model cannot be closed off by a final reading, it engenders, in its turn, a supplementary figural superposition which narrates the unreadability of the prior narration. […] [W]e can call such narratives to the second (or third) degree allegories. (de Man 1979 : 205).

  • 10 Si l’on admet l’existence d’une telle lecture.

18Très schématiquement, il suggère, en d’autres termes, que l’allégorie confronte une lecture « référentielle»10 à un deuxième niveau de lecture, appelé allégorique, qui supplante la première en démontrant l’impossibilité de celle-ci. Cette seconde lecture peut susciter des lectures additionnelles, chacune venant usurper le potentiel de véridicité de la précédente, voire l’obscurcir et l’effacer, comme le prétend Craig Owens (1992 : 64). De même, dans les romans de Kellendonk, le fils doit réaliser que son père sera toujours plus que ce qu’il pourra en percevoir et en re-présenter. « Allegory is extravagant, an expenditure of surplus value ; it is always in excess », nous rappelle encore Craig Owens (1992 : 64).

19Paul de Man attribue l’impossibilité d’atteindre une lecture achevée à ce qu’il appelle la force disjonctive de l’allégorie. Il s’agit d’une force qui empêche toute forme de rassemblement sémantique. Or c’est d’une force analogue que témoigne la figure du père chez Frans Kellendonk, lorsqu’il se fait percevoir par son fils comme paradigme de l’écart entre la parole et cet autre qu’est la réalité. Lors du processus d’attribution du sens, l’allégorie, tout autant que le rapport de filiation, invitent à considérer une radicalisation de l’altérité :

[A]llegory designates primarily a distance in relation to its own origin, and, renouncing the nostalgia and the desire to coincide, it establishes its language in the void of this temporal difference. In so doing, it prevents the self from an illusory identification with the non-self, which is now fully, though painfully, recognized as a non-self. (de Man 1983 : 207)

  • 11 Voir aussi Vervaeck (2007 : 16).

20Cet empêchement d’une identification illusoire avec ce qui est autre, « non-self », c’est précisément ce à quoi invite ironiquement le patriarche dans les romans de Kellendonk, lors de la transmission de son héritage : une requête de non-identification. Par analogie, la lecture s’accompagne d’un certain degré de projection narcissique, lié, notamment, aux attentes du lecteur, mais elle peut aussi se réorienter par la conscience de l’altérité que le texte présentera toujours et qui fait que ce texte, à un certain degré, demeurera toujours illisible11.

21Enfin, comme le prétend Jacques Derrida dans un commentaire des écrits de Paul de Man sur l’allégorie, « le concept d’allégorie […] dit autre chose que ce qu’il dit, par figure, du système » (Derrida 1988 : 84). Le philosophe français attribue à l’allégorie le comportement d’une métonymie (Derrida 1988 : 84) et renvoie à Paul de Man, pour qui l’allégorie est « the defective cornerstone of the whole system » (de Man, 1982 : 775). Cependant, il souligne que par son pouvoir disjonctif, par sa situation ex-centrée, « elle ne peut pourtant valoir pour le tout » (Derrida 1988 : 86). On peut considérer l’allégorie comme une menace potentielle, mais dont l’architecture de l’ensemble ne peut pas se passer ; l’allégorie appartient à la construction, la soutient, mais elle est aussi le lieu qui invite à la déconstruction (Derrida 1988 : 82). Elle est toujours déjà active à l’intérieur même du système ; il ne s’agit donc pas d’une figure imposée de l’extérieur. De même, dans les romans de Kellendonk, le père appartient à la famille ; il est toujours à la fois le géniteur qui se fait percevoir par son fils, et lui-même le fils d’un père, le maillon ambivalent d’une chaîne, invitant potentiellement à sa lecture allégorique. À ce propos, Derrida remarque :

[I]l suffit de savoir ou de pouvoir discerner [je souligne, MS] la bonne ou mauvaise pièce, la mauvaise ou la bonne pierre, la bonne se trouvant toujours être, justement, la mauvaise. La force dislocatrice se trouvant toujours déjà localisée dans l’architecture de l’œuvre, il n’y aurait en somme, devant ce toujours déjà, qu’à faire œuvre de mémoire pour savoir déconstruire. (Derrida 1988 : 83)

22Car l’allégorie reste soumise à une perception adéquate de son fonctionnement – perception appropriée des traces à laquelle le fils, dans les romans de Kellendonk, doit faire l’apprentissage.

*

23Je conclurai donc par une lecture allégorique – consciente de ses limites propres – des rapports de filiation dans les romans de Kellendonk. La mise en récit de la filiation permet à l’auteur de figurer le défi que constitue la perception de l’autre, qui repose sur une radicalisation de la différence, avant de mener à une construction identitaire où la reconnaissance d’une figure de soi dans l’autre ne représente plus une menace à l’autonomie personnelle. Ce rapport de filiation, en tant que « pierre d’angle défectueuse de tout le système », peut, sur le plan métatextuel, inviter le lecteur à mettre sa pratique lectoriale en question, afin de reconnaître l’impuissance relative qui marque immanquablement sa démarche interprétative, par l’impossibilité du parachèvement du processus sémantique engagé : aucune lecture n’est ultime, achevée, et ne peut prétendre au dernier mot. Dans cet univers romanesque, les rapports de filiation disent ainsi quelque chose de la lecture – non seulement de la lecture dans le roman, ou de la lecture du roman, mais de la lecture en soi. Kellendonk nous rappelle ainsi en définitive que la paternité littéraire est une gageure qui place le lecteur d’abord face à lui-même, et que nous sommes tous des héritiers, invités à inventer les formes d’une éthique de la lecture.

Bibliographie

Bibliographie

– Ton Anbeek, « De kwestie Kellendonk », in Literatuur, jg. 4, nr. 1, 1987.

– Paul de Man, Allegories of Reading. Figural Language in Rousseau, Nietzsche, Rilke and Proust, New Haven and London, Yale University Press, 1979.

– Paul de Man, « Sign and symbol in Hegel’s aesthetics », in Critical inquiry Chicago, III, nr. 4, 1982, pp. 761-775.

– Paul de Man, « The Rhetoric of Temporality », in Blindness and insight. Essays in the rhetoric of contemporary criticism, London, Routledge, 1983, pp. 187-228.

– Jacques Derrida, Mémoires. Pour Paul de Man, Paris, Galilée, 1988.

– Jacques Derrida, Spectres de Marx, Paris, Galilée, 1993.

– Jean-François Hamel, Revenances de l’histoire. Répétition, narrativité, modernité, Paris, Les Éditions de Minuit, 2006.

– Gert Hekma, 1990. « Het vege lijf van Frans Kellendonk. Het leven is aan de vrouwen, de dood aan de homo’s », in De Groene Amsterdammer, 16 mei.

– Frans Kellendok, Het complete werk, Amsterdam, Meulenhoff, 1992.

– Frans Kellendok, Corps mystique. Une histoire, Patrick Grilli (trad.), Paris, Gallimard, 1993.

– Craig Owens, « The Allegorical Impulse. Toward a Theory of Postmodernism », in Beyond Recognition. Representation, Power, and Culture, Berkeley [e.a.], University of California Press, 1992.

– Ernst Van Alphen, Caught by History. Holocaust Effects in Contemporary Art, Literature, and Theory, Stanford, Stanford University Press, 1997.

Notes

1 Il s’agit ici de ma propre traduction, à l’exception de Corps mystique, traduit en français par Patrick Grilli. Les titres originaux sont : Bouwval ; De nietsnut. Een vertelling ; Letter en geest. Een spookverhaal et Mystiek lichaam. Een geschiedenis.

2 Convention : les références citées dans cet article sont réunies en fin de texte.

3 Nous renvoyons par le sigle CM à Frans Kellendok, Corps mystique. Une histoire (1986), Patrick Grilli (trad.), Paris, Gallimard, 1993. Le sigle ML renvoie à l’édition originale.

4 Dans Caught by History. Holocaust Effects in Contemporary Art, Literature, & Theory (1997), Ernst van Alphen décrit une dynamique analogue appelée “reenactment”. Dans les deux cas, il s’agit de la représentation d’un événement historique. Cepedant, là où la représentation, dans l’œuvre littéraire, requiert la médiation d’un narrateur, le “reenactment” recherche le représentation directe de l’événement, sans l’intervention d’une instance narratrice : « Our access to this past [Nazism or the Holocaust] is no longer mediated by the account of a witness or a narrator, or by the eye of a photographer. We wil not respond to a re-presentation of the historical event, but to a presentation or performance of it. » (Van Alphen 1997 : 11).

5 « Ik ben hier niet, leek [mijn vader] te zeggen. Jij bent lucht. Zolang je niet kunt aantonen dat je geen lucht bent, blijf ik weg » (De nietsnut, 147).

6 C’est ce que constatent également Ton Anbeek (1987 : 15) et Gert Hekma (1990).

7 « [M]ijn speurtocht had geen enkel nieuw gezichtspunt opgeleverd. […] Over wat mijn vader had bezield had ik alleen wat kunnen fantaseren, of liever : projecteren. Ik had wat rondgestruind in zijn schoenen, met als enig gevolg dat hij, wat mij betrof, nu even onwerkelijk was als het monster van Loch Ness of de Verschrikkelijke Sneeuwman. Alsof ik hem zelf had uitgevonden. En heus niet bij gebrek aan feiten. » (De niestnut, 195)

8 « Zo’n tijdelijke afwezigheid is toch bij uitstek een gelegenheid om iemands voors en tegens eens breed uit te meten, maar over Brugman geen woord. Wanneer Mandaat zo tussen neus en lippen blijk geeft van zijn belangstelling wordt er ontwijkend gereageerd. Het komt wel goed met Brugman. Nee, met Brugman zijn er nooit problemen geweest. Keurige vent. Hoe oud hij is, valt moeilijk te zeggen. Gehuwd ? Gek, maar niemand heeft daar ooit bij stilgestaan. » (Letter en geest, 234)

9 Vandaag zal hij zijn boek opengeslagen op zijn bureau laten liggen en ik zal zien dat hij een zin heeft onderstreept : ‘De Blijheid welke voortspruit uit de voorstelling dat iets dat wij haten vernietigd of door enig kwaad getroffen wordt, is niet zonder enige Droefheid.’ In de kantlijn schrijft hij met potlood : ook omkeerbaar ? En ik zal me afvragen wat hij daarmee heeft bedoeld. Dat de Droefheid welke voortspruit uit de voorstelling dat iets dat wij liefhebben vernietigd of door enig kwaad getroffen wordt, ook niet zonder enige Blijheid is ? Dat de Droefheid welke voortspruit uit de voorstelling dat iets dat wij haten enig goed geschiedt, niet zonder enige blijheid is ? Of dat de Blijheid welke voortspruit uit de voorstelling dat iets dat wij liefhebben enig goed geschiedt, niet zonder enige Droefheid is ? Dat hij toch wel iets om me gaf ? Dat hij me toch wel een beetje haatte ?” (Bouwval, 113-114).

10 Si l’on admet l’existence d’une telle lecture.

11 Voir aussi Vervaeck (2007 : 16).

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search