Version classiqueVersion mobile

Héritage, filiation, transmission

 | 
Christian Chelebourg
, 
David Martens
, 
Myriam Watthee-Delmotte

Les déchirures de la filiation dans l’œuvre de Juan Gelman

Geneviève Fabry

Texte intégral

  • 1 Convention : les références citées dans cet article sont réunies en fin de texte.

Les responsables d’un génocide tentent […] par [le] déni [du génocide lui-même] d’accomplir, au-delà du meurtre des sujets particuliers, celui de l’ordre symbolique lui-même, et cela pour que soient aussi détruits les survivants, puisque ceux-ci se trouvent ainsi expulsés de l’ordre humain. Il s’agit donc bien pour eux d’effectuer une destruction totale. Ce qui signifie qu’au-delà de la vie, c’est la Mort elle-même qu’ils essaient de détruire, comme structure symbolique permettant la transmission. L’horreur, c’est donc, au-delà de la vie, des vies enlevées, la perte de la Mort même comme structure d’avenir (Piralian, 136).1

  • 2 Cf l’analyse d’Izaguirre (37-44) selon laquelle la « derrota » constitue « una acumulación de ruptu (...)

1Ces mots d’Hélène Piralian, dénonçant ainsi le déni du génocide arménien, pourraient décrire aussi bien l’objectif poursuivi par la Junte argentine au pouvoir entre 1976 et 1983. À cette époque, une dictature militaire très répressive a sévi. Ses armes principales : l’exil, la torture et la disparition. Au-delà de l’élimination physique des opposants (les organisations révolutionnaires étaient en réalité déjà démantelées en 1976), le but était d’anéantir les réseaux sociaux et les tissus symbolique et langagiers qui rendaient possible l’expression d’un discours alternatif au projet politique réactionnaire et socio-économique néo-libéral. C’est cette expérience de démantèlement social qui constitue le noyau de ce sentiment de « défaite »2 et qui, par voie de conséquence, fonde l’impossibilité pour les victimes de formuler un récit alternatif à celui qui a émergé peu à peu de la transition et qui a abouti à la loi du silence, présentée comme seule garante d’une paix nationale durable.

  • 3 En décembre 1986, est promulguée la Ley del punto final, qui impose un délai maximal pour l’introdu (...)
  • 4 Je renvoie à ce sujet à la belle analyse de Gómez Mango.

2 Ces lois du silence (Loi du point final, de l’obéissance due, d’amnistie)3 redoublent le déni en quoi consistaient déjà les disparitions. La disparition attente en effet non seulement à la vie mais à l’inscription symbolique et sociale de l’être humain. Les familles, dans leur quête éperdue d’un corps, peut-être encore vivant mais sans doute mort, ne peuvent vivre un rite de deuil qui leur permettrait de reconnaître la mort et, ce faisant, de dessiner dans la « polis » l’espace séparé d’une affirmation de la vie et de la reconnaissance collective que la mort est passée, dans les deux sens du terme : elle a eu lieu, mais elle est reléguée dans un espace qui l’identifie comme telle4.

3Cette séparation, pour les familles des 30 000 disparus argentins, a été d’autant moins possible, que la disparition est venue cruellement frapper non seulement les « subversivos » mais aussi leurs enfants. On estime à environ 500 le nombre d’enfants nés en captivité et confiés, après l’exécution de leur mère, à un couple proche des cercles militaires. À la privation du rite de deuil des parents détenus-disparus, s’ajoute ici une privation encore plus intolérable s’il est possible : celle de l’identité de l’enfant, de son inscription dans son lignage légitime, à la fois biologique et social.

  • 5 C’est une des tâches que s’était données le Président Kirchner au début de son mandat en 2003.

4Après la fin de la dictature, diverses associations ont vu le jour pour réclamer l’établissement de la véritable identité de ces enfants adoptés par des parents, soit complices des exactions des militaires, soit parfois de bonne foi. La tâche de la société argentine postdictatoriale, longtemps postposée, mais depuis quelques années soutenue par le gouvernement5, consiste donc à affronter la tentation de l’oubli et à y résister au nom de la vérité et de la justice. On peut poser comme hypothèse que la réarticulation d’un langage de la mémoire au long de la seconde moitié des années 80 et durant les années 90, a été un facteur clé dans l’émergence d’une conscience collective du double trauma des disparitions et des dénis de filiation des enfants des détenus-disparus.

5L’œuvre de Juan Gelman (1930-) constitue l’une des tentatives les plus riches et les plus abouties, tant sur le plan esthétique qu’éthique, d’explorer le sens d’une expérience de deuil, à la fois personnelle et collective. Quelques mots à propos de celui dont l’œuvre vient d’être couronnée par le prix le plus important du monde hispanique : le prix Cervantes (2007). Fils de juifs ukrainiens installés à Buenos Aires en 1928, Gelman naît deux ans plus tard dans une famille où l’on parle le yiddish et le russe. C’est dans la rue et à l’école qu’il apprend le castillan. Militant communiste de la première heure, Gelman se sépare du PC dès les années 60 et s’engage bientôt, début des années 70, dans les forces révolutionnaires (FAR), qui deviendront ensuite, fusionnées avec d’autres organisations guerrilleras, les Montoneros. Menacé en Argentine, Gelman prend le chemin de l’exil en 1975. En mars 1976, c’est le coup d’état ; en août 76, son fils, sa fille et sa belle-fille enceinte sont détenus par la police. Sa fille sera relâchée, tandis que son fils ne reparaîtra jamais, pas plus que sa belle-fille. Gelman apprendra par un prêtre du Vatican que « the child was born » ; il mettra 24 ans à retrouver la trace de l’enfant, une fille, née en Uruguay. En 1989, on découvre les restes de son fils. À l’heure actuelle, le poète recherche toujours activement la dépouille de sa belle-fille.

6Ces années terribles auraient pu conduire Gelman à la folie ou au mutisme. Il n’en fut rien : les livres écrits entre 1975 et 1989 (date officielle de la fin de son exil), témoignent d’une extraordinaire constance de l’écriture qui s’attache à arracher à l’indicible le témoignage d’une douleur incandescendante qui, quand bien même elle prend fond sur une expérience personnelle, s’élabore dans un langage pétri de différentes traditions qui l’ouvre à d’étonnantes reconnections transhistoriques.

7Au-delà des péripéties biographiques aussi douloureuses soient-elles, je souhaiterais montrer de manière quelque peu schématique (je l’ai développé dans un ouvrage récent) comment évolue la façon dont l’expérience de perte et de fracture très profonde vécue par le poète est réfractée dans le poème. Dans un premier temps, il s’agit de « garder la mort », pour reprendre les mots de Piralian. Le poème se fait limbe, espace fantomatique où les morts reviennent sans cesse comme s’ils étaient vivants et où le père s’enfonce dans la mort, en quête de ces fantômes. Dans un second temps, qui se superpose en réalité en partie avec le premier, le JE lyrique, au sein même de cette expérience de « mort gardée », va reconnecter son chemin avec celui d’autres communautés historiques. L’allégorie de l’exil fonctionne à la fois comme résistance au deuil et comme lieu de rencontre anachronique. Dans un troisième temps, l’élaboration d’un espace séparé pour la mort, espace reconnu et affirmé comme tel, peut enfin avoir lieu. La transmission est restaurée dans la nomination et dans l’ouverture d’un présent habitable et d’un futur possible.

Première étape : garder la mort

8Que signifie cette étrange expression ? L’hypothèse de Piralian est que « ne peut être sinon sauvée du moins gardée que la Mort elle-même, par en quelque sorte un déni du déni de la mort, déni qui a cependant toutes les apparences d’un simple déni de la mort. Déni que je tenterai de décrire ainsi : faute de mortalité possible pour les morts, les garder en soi (ni morts, ni vivants), garder leur mortalité en suspendant leur mort […] et ainsi les empêcher de disparaître comme n’ayant jamais été » (Piralian, 137).

9Tâche dangereuse s’il en est, elle expose le deuilleur à une dévitalisation certaine. « ¿me estoy enmuerteando yo ? », se demande Gelman (nota IV, in Gelman, 1994, 98). Les recueils écrits par Gelman au plus fort de la répression dictatoriale, c’est-à-dire à la fin des années 70 (spécialement dans Hechos et Notas), sont particulièrement caractéristiques de ce geste de « garder la mort ». Dans ce poème de Hechos, « Sábanas », on peut lire une tendresse désespérée, mitigée par l’alcool.

  • 6 Comme pour les autres poèmes, c’est moi qui traduis.

duerme hijo mío duerme entre sábanas de grappa
aun te abrigaré con toda la botella
mientras la muerte ronda esta
y no necesita tocar el timbre golpear
la puerta para entrar/la muerte
es una novia fea con la que hay que vivir en estos días
con la que hay que morir en estos días
tu rostro hijo mío es un fulgor en la noche
un fulgor en la noche de los verdugos
es tu rostro hijo mío un fulgor
y por él vivo y muero en estos días
hijo mío en la noche de los verdugos y
[…]
(Gelman, 1994 : 86)6
dors mon fils dors entre des draps de grappa
je t’abriterai avec toute la bouteille
pendant que la mort rôde autour de cette maison
et n’a pas besoin de sonner frapper
à la porte pour entrer/la mort
est une fiancée laide avec laquelle il faut vivre ces jours-ci
avec laquelle il faut mourir ces jours-ci
ton visage mon fils est une lueur dans la nuit
une lueur dans la nuit des bourreaux
est ton visage mon fils une lueur
et pour lui je vis et meurs ces jours-ci
mon fils dans la nuit des bourreaux et
[…]

10Dans d’autres poèmes, au contraire, le ton élégiaque cède le pas à un JE lyrique furieux, qui voudrait peut-être transformer la violence subie en violence proférée et réparatrice. L’on a beaucoup parlé du trio mortifère de l’état dictatorial : exil, torture, disparition. Il faudrait ajouter que le soubassement et, tout à la fois, la conséquence la moins palpable mais la plus grave de la répression fut de pervertir la puissance du langage. Le régime s’appelait lui-même « processus de réorganisation nationale », dans un bel euphémisme. Dans un tel contexte, remarque Edmundo Gómez Mango, psychanalyste uruguayen, la langue est menacée en ses racines :

[L]a menace de tarissement [de la langue] l’atteint peut-être dans sa nature la plus profonde, celle d’être don et échange, symbole, et dans sa puissance essentielle et originelle d’être nomination. (47-48)

11Des trois dimensions essentielles de la langue, la communication, le don, la nomination, cette dernière est la plus malmenée. L’importance de la nomination, dans la poésie de Gelman, est sensible dans les nombreuses dédicaces et les jeux paratextuels où les noms des compagnons de lutte sont autant d’épitaphes sur des tombes impossibles à visiter. Elle donne lieu également à des jeux avec des hétéronymes où Gelman s’imagine tantôt le porte-voix d’un poète assassiné (José Galván dans Hacia el Sur, lui-même mis en scène comme éditeur d’un autre poète appelé Julio Grecco, également assassiné). La multiplication de pseudonymes limpides (ceux-ci partagent leurs initiales avec Gelman) semble faire du paratexte le lieu où est visé un rite funéraire que la disparition rend impossible, en même temps qu’il fait du JE lyrique une instance, J.G., déjà morte. Dans certains poèmes, la nomination des compagnons morts au combat apparaît comme une forme obsessionnelle d’exorcisation de l’anonymat de la répression. C’est le cas dans cet extraordinaire poème qui ouvre le recueil Notas :

Nota 1
te nombraré veces y veces.
me acostaré con vos noche y día.
noches y días con vos.
me ensuciaré cogiendo con tu sombra.
te mostraré mi rabioso corazón.
te pisaré loco de furia.
te mataré los pedacitos.
te mataré uno con paco.
otro lo mato con rodolfo.
con haroldo te mato un pedacito más.
te mataré con mi hijo en la mano.
y con el hijo de mi hijo/muertito.
(Gelman, 1994 : 95)
Note 1
je te nommerai encore et encore.
je coucherai avec toi nuit et jour.
des nuits et des jours avec toi.
je me salirai en couchant avec ton ombre.
je te montrerai mon cœur rageur.
je te foulerai aux pieds fou de furie.
je te tuerai en petits morceaux.
je te tuerai un avec paco.
un autre je le tue avec rodolfo.
avec haroldo je te tue un petit morceau en plus.
je te tuerai avec mon fils dans la main.
et avec le fils de mon fils/mort.

12C’est finalement l’assise même dans la réalité de l’être que la disparition vient ébranler. Ainsi revient le verbe des-ser : dés-être (« me des-fuiste », ibid., p. 132), qui évoque ce processus d’évanouissement de l’être :

[…]
tan me desfuiste que ya no veré
crepuscularte suave como hijo
(Gelman, 1994 : 132)
[…]
tant tu t’en es allé que je ne te verrai plus
crépusculer doucement comme fils

13L’intolérable violence faite au JE lyrique serait-elle capable de tuer en lui son être de père ? Son fils lui-même ne l’invite-t-il pas à une impossible distance affective ? C’est ce que semblent nous dire certains vers, tirés du recueil dolent qu’est Carta abierta, lettre ouverte dirigée à son fils détenu-disparu.

¿era escrita verdad que nos desfuéramos ? (Gelman, 1994 : 132)
était-ce vérité écrite que nous nous dessoyons ?
¿me despadrás para despadecerme ? (ibid., 134)
me dépaternises-tu pour me dessouffrir ?
deshijándote mucho/deshijandome/ (ibid., 136)
te désengendrant beaucoup/me désengendrant/

14Dans tous ces poèmes, alors que le nom des compagnons de lutte est souvent convoqué, celui du fils n’apparaît pas. Ici aussi, l’article de Piralian ébauche une interprétation possible.

Ce serait donc, au-delà de la mort refusée d’un père, d’une mère, d’un enfant, sinon la fonction symbolique tout entière, du moins quelque chose d’elle, une part d’elle qu’ils [les survivants] tenteraient ainsi de sauver, de retenir et qui leur permettrait de rester dans l’humain. […] il y a là comme une mort anonyme à conserver qui […] sera à séparer des morts réels de l’histoire propre du sujet. Ce mort est en quelque sorte un mort collectif, il serait conservé comme signifiant du meurtre collectif […]. (Piralian 138)

15« Hijo », « hijito », etc., autant d’appellatifs qui évitent la singularité du nom propre et font du fils ce signifiant d’un meurtre qui le dépasse.

16Le motif de l’alcool dans le premier poème (« Sábanas »), celui de la violence du verbe, dans le second (« Nota I »), ces balbutiements de l’être pris dans le mirage d’on ne sait quelle régression, disent assez que ce premier chemin mène à mourir avec ce que Meillassoux appelle les spectres essentiels. Qu’est-ce qu’un spectre essentiel ?

Un mort dont la mort fut telle que nous ne pouvons en faire le deuil. C’est-à-dire : un mort sur lequel le travail de deuil, le passage du temps, n’a pas suffisamment prise pour qu’un lien apaisé entre lui et les vivants puisse être envisagé. Un mort qui clame l’horreur de sa mort non seulement à ses proches, à ses intimes, mais à tous ceux qui croisent la route de son histoire. (105)
Le deuil essentiel suppose la possibilité de nouer un lien vigilant à ces défunts, qui ne nous plongerait pas dans l’effroi désespéré, lui-même mortifère, ressenti face à leur sort, mais qui, au contraire, insérerait activement leur souvenir dans la trame de notre existence. Accueillir le deuil essentiel signifierait : vivre avec les spectres essentiels, et non plus mourir avec eux. Faire vivre les spectres au lieu de devenir, à leur écoute, un fantôme de vivant. La question qui se pose à nous est donc la suivante : le deuil essentiel est-il possible – et si oui, à quelles conditions ? (105-106)

17À cette question, Gelman répond en réinscrivant le vertige solitaire du deuil impossible dans une communauté transhistorique où il se présente comme chaînon d’une transmission symbolique.

Deuxième étape : garder la mort avec d’autres morts, qui parlent encore

  • 7 Voir à ce propos la critique de Jean Allouch dans Érotique du deuil.

18Ce que le travail de symbolisation effectué dans des livres comme Notas ou Hechos permet c’est, d’une manière ou d’une autre, de communiquer et de résister ainsi à l’isolement réellement mortifère. Durant ces années de plomb, Gelman écrit et rencontre beaucoup de militants. Il lit également. Les années d’exil vont lui donner l’occasion de lire les sources de la tradition juive, spécialement la Bible, la Kabbale et les poètes hispano-hébreux, et de se les réapproprier. La démarche n’est pas vraiment religieuse, elle plutôt existentielle et poétique. Il s’agit de prendre conscience que l’exil vécu est une couche qui s’ajoute à un substrat séculaire ; les expériences accumulées d’exil et de discrimination sont palpables dans la langue de ceux qui lui ont confié leur trésor. Exil métaphysique des mystiques en quête d’un dieu que la première modernité a rejeté loin de toute évidence partagée, exil linguistique d’une langue non encore normalisée et qui fait résonner des accents depuis lors perdus mais encore latents, exil amoureux de l’amant abandonné dont le tango chante l’âpre nostalgie, exil socio-économique de tant d’immigrés argentins, comme les parents de Gelman lui-même. L’exil devient l’allégorie reine, la seule image apte à exprimer cette résistance à la substitution métaphorique qui serait celle du travail de deuil finalisé, tel que l’envisageait de manière simpliste Freud dans son fameux article.7 Le deuil des spectres essentiels, et sans doute tout deuil véritable, ne peut être scellé par une opération substitutive. L’allégorie, qui, selon Benjamin, « offre au regard de l’observateur la facies hippocratica de l’histoire en tant que paysage primordial pétrifié » (cité par Avelar 14, je traduis), est la marque la plus insistante de cette résistance au deuil.

19Le recueil le plus typique de cette époque est sans nul doute Citas y comentarios. Publié en 1982, ce double recueil, récemment traduit par Jacques Ancet sous le titre Opération d’amour, croise les séries intertextuelles du tango et de la mystique. Gelman trouve dans le tango et chez les mystiques castillans du XVIe siècle un même langage de la perte et de la quête, où résonnent un déracinement répété, de génération en génération, ainsi qu’un sentiment analogue d’abandon et d’expulsion. Plus encore, il y puise une véritable géographie intérieure de la douleur ainsi que l’assurance que le JE, pour dépouillé qu’il soit, est capable d’intérioriser ce qui est absent, ce qui est perdu.

20C’est le cas dans le « Comentario XXXI (San Juan de la Cruz) » :

con pies de amor que a vos me llevan
sin ver dónde te recostás
o descansás contra el dolor
que te duelo/deshacedora
de todo dolor/verte no
es verte o tenerte/no verte
no es perderte o estar sin
vos como seca o desamparo/
patria de gracias/llena sos […]
(Gelman, 1994 : 219)
avec des pieds d’amour qui me mènent à toi
sans voir où tu te couches
ou tu te reposes contre la douleur
que je t’inflige/toi qui défais
toute douleur/te voir n’est pas
te voir ou t’avoir/ne pas te voir
n’est pas te perdre ou être sans
toi comme sèche ou détresse/
patrie de grâce/pleine es-tu […]

21L’exil fonctionne ainsi comme matrice, réinscription de l’écrivain dans une communauté nouvelle que son ancrage dans la lettre protège de la violence de l’Histoire.

22Parallèlement, Gelman réexplore ses liens familiaux non seulement descendants (avec ses enfants) mais aussi avec ses parents, et tout spécialement avec sa mère, surtout dans le recueil Carta a mi madre (1989) qui fait écho, par son titre, à la Carta abierta, adressée au fils. Là aussi, c’est le motif de l’expulsion répétée, pogrom en Ukraine, émigration, naissance, qui tend le fil rouge d’un deuil que, ici aussi, seule l’écriture, partiellement, accomplira.

Troisième étape : la filiation blessée, restaurée dans la nomination

23Comme je l’ai déjà dit, 1989 est une date pivot pour Gelman. Son exil officiel prend fin (même s’il choisit de vivre au Mexique) et il peut enterrer son fils. Les livres du cycle exiliaire culminent avec Dibaxu, livre écrit en judéo-espagnol, publié en 1994 mais rédigé entre 1983 et 1985. Avec le recueil Incompletamente de 1997, Gelman abandonne toute référence autobiographique pour atteindre une nouvelle densité et une nouvelle profondeur dans l’exploration épouvantée d’une mémoire dévastée.

24Quelques années plus tard, cependant, Gelman revient une fois encore à son expérience personnelle d’une manière qui permet de mesurer une évolution sensible dans l’expression de la perte, comme par exemple, dans ce poème intitulé « M. A. » qui fait référence à la revenance du fils :

Estas visitas que nos hacemos
vos desde la muerte, yo
cerca de ahí, es la infancia que
pone un dedo sobre
el tiempo. […]
(Gelman, 2002 : 62)
Ces visites que nous nous faisons
toi depuis la mort, moi
près d’ici, c’est l’enfance qui
met un doigt sur
le temps. […]

25Comme on le voit dans ce dernier fragment, la langue subit moins de distorsions : peu ou pas de néologismes, réapparition de la ponctuation. Mais surtout, il y a nomination. « M. A. » fait référence au prénom du fils : Marcelo Ariel. Jusqu’ici, ce prénom n’était pas entré dans la chair du poème, tout au plus avait-il été mentionné dans le paratexte (cf la postface de Carta abierta). Le fils, cette fois prénommé, apparaît à plusieurs reprises dans le recueil. De manière plus générale, les êtres et les lieux (par exemple le lieu de détention et de torture du fils) apparaissent mentionnés explicitement et du même coup limités. Ils ne prolifèrent plus comme des fantômes sur une terre livrée à l’envahissement de la mort. Certes, ils reviennent, mais il est possible de leur dire que, oui, ils sont morts :

[...] Miro
navegar rostros en mi sangre y me digo
que no murieron aún.
Pero mueren aún.
¿Qué hago mirando cada rostro ?
¿Muero con ellos cada vez ?
En alguna telita del futuro habrán escrito
sus nombres. Pero
la verdad es que están muertos. [...]
(Gelman, 2002 : 22)
Je regarde
naviguer des visages dans mon sang et je me dis
qu’ils ne sont pas encore morts.
Mais ils meurent encore.
Que fais-je en regardant chaque visage ?
Dans une petite toile du futur ils auront écrit
leurs noms. Mais
la vérité c’est qu’ils sont morts.

26La frontière entre vivants et morts est restaurée et le JE lyrique sait, cette fois, qu’il est du côté des vivants. Finalement, ce sont moins les morts qui, désormais, reviennent. C’est la parole poétique elle-même qui est une revenante, ou plutôt, une sur-vivante, une vivante : ‘La palabra / que vuelve del horror, ¿lo nombra/ en el infierno de su inocencia ?’« La parole qui revient de l’horreur, la nomme dans l’enfer de son innocence ? » (Gelman, 2002 : 83). Dans ce livre de 2001, les épigraphes et les noms des dédicataires déploient un double arbre généalogique : celui des écrivains admirés par le poète et celui des membres de sa famille, cette fois des dédicataires vivants au moment de l’écriture. En contemplant sa petite-fille Andrea, le JE lyrique se prend à imaginer la mémoire de celle-ci comme une « casa nueva », alors que le temps qui coule pour le poète,

Todo lo que se hunde ahora, este tiempo que se disuelve,
serán para ella páginas amarillentas olvidables.
(Gelman, 2002 : 46)
Tout ce qui s’enfonce maintenant, ce temps qui se dissout,
seront pour elle des pages jaunies oubliables.

27Face à l’oubli imposé par la société néolibérale régie par la substitution instantanée de l’immédiatement obsolète, le poète apprivoise un oubli associé au passage des générations et à l’enfance qui transforme la mémoire blessée en archives, ces « pages jaunies oubliables », par la grâce fragile et irremplaçable du surgissement de l’enfant dans le cours du Temps.

Bibliographie

Bibliographie

– Nicolas y Maria Torok Abraham, L’Écorce et le noyau, Paris, Flammarion, 1996.

– Jean Allouch, Érotique du deuil au temps de la mort sèche. [1995], Paris, E.P.E.L., 1997.

– Idelber Avelar, Alegorías de la derrota : la ficción postdictatorial y el trabajo del duelo, Santiago de Chile, Editorial Cuarto Propio, 2000.

– Adriana J. Bergero, Fernando Reati (éds), Memoria colectiva y políticas de olvido. Argentina y Uruguay, 1970-1990, Rosario, Beatriz Viterbo, 1997.

– Geneviève Fabry, Las formas del vacío. La escritura del duelo en la poesía de Juan Gelman, Amsterdam-New York, Rodopi, 2008.

– Juan Gelman, De Palabra, Madrid, Visor, 1994.

– Juan Gelman, Valer la pena, Madrid, Visor, 2002.

– Edmundo Gómez Mango, La Place des Mères, Paris, Gallimard, 1999.

– Inés Izaguirre, Los Desaparecidos : recuperación de una identidad expropiada, Buenos Aires, UBA, 1992.

– Quentin Meillassoux, « Deuil à venir, dieu à venir », Critique, n° 704-705, 2006, pp. 105-115.

– Hélène Piralian, « Génocide et transmission : Sauver la Mort », pp. 133-145, in Le Père. Métaphore paternelle et fonctions du père : l’Interdit, la Filiation, la Transmission, Paris, Denoël, 1989.

Notes

1 Convention : les références citées dans cet article sont réunies en fin de texte.

2 Cf l’analyse d’Izaguirre (37-44) selon laquelle la « derrota » constitue « una acumulación de rupturas de relaciones sociales » (37).

3 En décembre 1986, est promulguée la Ley del punto final, qui impose un délai maximal pour l’introduction des plaintes, délai au-delà duquel aucune action ne pourra plus être intentée. Les tensions avec l’armée s’exacerbent : en 1987, Alfonsín doit faire face à un soulèvement (« los Carapintada ») qu’il résout au prix d’un compromis. C’est la promulgation de la Ley de obediencia debida, qui limite plus encore la responsabilité des militaires puisque ceux qui ont agi sur ordre de leurs supérieurs sont disculpés. Finalement, il ne reste qu’un groupe restreint d’une quarantaine d’officiers qui seront jugés. Mais dès son arrivée au pouvoir en 1989, Carlos Menem grâcie les officiers en cours de jugement et, en 1990, un second décret présidentiel prononce l’amnistie des derniers officiers qui accomplissaient leur peine.

4 Je renvoie à ce sujet à la belle analyse de Gómez Mango.

5 C’est une des tâches que s’était données le Président Kirchner au début de son mandat en 2003.

6 Comme pour les autres poèmes, c’est moi qui traduis.

7 Voir à ce propos la critique de Jean Allouch dans Érotique du deuil.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search