Version classiqueVersion mobile

Héritage, filiation, transmission

 | 
Christian Chelebourg
, 
David Martens
, 
Myriam Watthee-Delmotte

Le sang et le nom

Entre hérédité et héritage dans Les Rougon-Macquart d’Émile Zola1

Véronique Cnockaert

Texte intégral

  • 1 Convention : Le sigle Pl. suivi de la tomaison renvoie à l’édition d’Émile Zola, Les Rougon-Macquar (...)
  • 2 Prosper Lucas, Traité philosophique et physiologique de l’hérédité naturelle, Paris, Baillière, 184 (...)

1À la fin de l’année 1868, alors qu’il projette d’écrire L’Histoire naturelle et sociale d’une famille au XIXe siècle (voir RM, V, 1747), Émile Zola lit attentivement l’ouvrage du docteur Prosper Lucas sur l’hérédité2. De cette lecture, il retient entre autres que :

De quelque point de vue qu’on veuille l’approfondir, sous l’une et l’autre face, l’hérédité se pose en un problème immense : dans l’ordre social, principe et succession de la propriété ; politique, principe et succession de la souveraineté ; civil, également principe et succession de la propriété. (RM, V, 1693)

2Mais un rapide coup d’œil sur le résumé que Zola fait de ses notes de lecture révèle que les questions physiologiques l’emportent largement sur les questions de legs patrimonial. Les Notes générales sur la marche de l’œuvre écrites ultérieurement et dans lesquelles le romancier pose les bases et les lignes directrices de la série, confirment que les lois de l’hérédité et « le jeu des milieux » (RM, V, 1740) subsument largement les problèmes de succession et de propriétés : « Mon roman doit être simple. Une seule famille, avec quelques membres. Tous les cas d’hérédité pourront être appliqués soit sur les membres de cette famille, soit sur les personnages secondaires. » (ibid.). Finalement l’ensemble des Rougon-Macquart ne dément pas cette préférence, puisque sur les vingt romans, un seul, La Terre, quinzième du cycle, s’articule essentiellement autour d’une question d’héritage, et plus précisément autour d’un partage entre vifs qui se clôt tragiquement sur un parricide. Quant à la fameuse agonie du père Vabre dans Pot-Bouille qui occupe tout un chapitre, elle se termine sur un véritable fiasco puisque l’héritage supputé ne quittera pas le domaine des conjectures, le mourant emportant avec lui, comme une revanche, tous les espoirs et les attentes des héritiers. Avec cette scène, Zola raille essentiellement la rapacité des vivants entre eux qui n’ont cure du moribond.

3Il serait faux cependant de dire que la question de la propriété n’intéresse pas le romancier, bien au contraire, cependant il semble que pour la plupart des personnages zoliens, le problème n’est pas tant de savoir à qui ils vont léguer leurs biens que de savoir comment ils pourront en demeurer propriétaires. En effet, même si les conquêtes sociales d’un Octave Mouret, d’un Aristide Saccard ou encore d’une Nana, ont marqué la mémoire de générations de lecteurs, dans l’ensemble des Rougon-Macquart, les récits de faillites, de dépossession, de spoliation ou de dilapidation du capital dépassent de beaucoup en nombre les histoires d’acquisition, de réussite financière et d’héritage. Pensons, pour ne citer que les plus représentatifs, aux petits commerçants dévorés par les appétits gargantuesques du grand magasin « Au Bonheur des Dames » dans le roman du même nom ; souvenons-nous du personnage de Renée dans La Curée qui, pour acheter le droit d’aimer son beau-fils Maxime, en signant un acte de fin de cession, abandonne à son mari Aristide Saccard un terrain longtemps convoité par ce dernier ; rappelons aussi la tante de la jeune Pauline dans le roman La Joie de vivre, qui gruge sans remords la totalité de l’héritage de sa nièce ; évoquons, pour finir cette brève énumération, le célèbre personnage de Gervaise dans L’Assommoir qui, emportée par l’ivresse, dissipe tout ce qu’elle a si durement acquis.

  • 3 1er plan remis à Lacroix., Pl., t. V, p. 1757.
  • 4 Émile Zola, Notes générales sur la marche de l’œuvre, Pl, t. V, p. 1741.
  • 5 Ibid.

4On pourrait s’étonner de ces ruines successives dans une œuvre qui se veut la représentation d’une époque, le second Empire, reconnue pour être celle de la reconstruction, du développement immobilier et de l’accès à la propriété. Il convient pour mieux comprendre cet attachement aux faillites de rappeler tout d’abord qu’une dialectique entre le particulier (une famille) et le général (le second Empire) ordonne le mouvement des Rougon-Macquart comme l’indique nettement le plan que Zola remet à son premier éditeur Lacroix : « […] je choisis le second empire pour cadre ; mes personnages s’y développent, selon la logique de leur caractère, liés les uns aux autres et ayant pourtant chacun leur personnalité. Ils deviennent des acteurs typiques qui résument l’époque. »3 La peinture du second Empire s’exprime ainsi à travers la combinatoire héréditaire d’une famille. À travers cette saga familiale, le romancier va dénoncer les abus des pouvoirs politiques et financiers, la « folie de l’agio »4 et la jouissance effrénée et outrancière des classes supérieures. Toujours dans Les Notes sur la marche de l’œuvre, il écrit : « L’empire a déchaîné les appétits et les ambitions. Orgies d’appétits et d’ambition. Soif de jouir, et de jouir par la pensée surmenée, et par le corps surmené. […] Fatigue et chute : la famille brûlera comme une matière se dévorant elle-même, elle s’épuisera presque dans une génération parce qu’elle vivra trop vite. »5

  • 6 Friedrich Schlegel, Idées, fragment 152, in L’Absolu littéraire. Théorie de la littérature du roman (...)
  • 7 Honoré de Balzac, « Avant-propos » à La Comédie humaine, dans La Comédie humaine, nouvelle édition (...)
  • 8 « [Zola] est en effet aujourd’hui l’un des plus remarquables chefs de l’école physiologique, la seu (...)
  • 9 Bonte-Izard, Dictionnaire de l’ethnologique et de l’anthropologie, Paris, PUF, « Quadrige », 2000 [ (...)
  • 10 Benedict-Auguste Morel, Traité des dégénérescences, intellectuelles et morales de l’espèce humaine, (...)
  • 11 Pierre Larousse, Grand dictionnaire Universel du XIXe siècle, (Paris, Redon & VUEF, 2002 [support C (...)

5 Cette vision de la famille comme microcosme de l’édifice social n’est pas propre à Zola. Dès 1798, Friedrich Schlegel écrit en visionnaire : « Si tu veux saisir l’humanité entière d’un coup d’œil, cherche une famille »6. Plus tard, en 1845, Balzac dans son « Avant-propos » à La Comédie humaine, alors qu’il se décrit comme le secrétaire de la société contemporaine, explique qu’il « regard[e] la Famille et non l’individu comme le véritable élément social »7. La différence entre Zola et ses prédécesseurs, et notamment entre lui et Balzac – à la fois modèle et repoussoir –, est que, pour le premier, l’analyse sociale, sans y être réduite, est principalement commandée par l’analyse physiologique, comme en témoigne le lexique, « appétits », « soif », « jouir », « fatigue », « surmenage », termes que l’on retrouve de manière intempestive dans l’œuvre. La famille n’est plus seulement considérée comme un groupe social, mais aussi comme un organisme vivant, avec ses lois et ses contraintes programmées. Profitons de cette remarque pour rappeler que l’appellation d’origine du mouvement naturaliste fut justement l’« École physiologique »8. Ce choix d’une famille comme charpente romanesque correspond à l’intérêt pour la famille que développent au XIXe siècle les institutions médicales, scientifiques et religieuses qui voient en elle une société en raccourci ou, dit autrement, « une transcription concrète bien qu’élémentaire de la société»9. Zola reprend donc à son compte un mode et un lieu déjà largement convoités par de nombreux ouvrages spécialisés, dont le plus connu est sûrement celui du docteur Benedict-Auguste Morel, intitulé Traité des dégénérescences, intellectuelles et morales de l’espèce humaine, paru en 1857, qui traite du pouvoir hautement transmissible de certaines dispositions héréditaires10 et dont il convient de ne pas minimiser l’impact sur la communauté médicale, comme invite à le faire l’historien Alain Corbin, tant le discours de celle-ci est mu par la crainte d’une dégénérescence des mœurs dans les familles et par ricochet d’un affaiblissement de la nation. Car si, comme l’indique Le Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle de Pierre Larousse, « L’État […] n’est que l’ensemble des familles»11, alors la dégénérescence des secondes signerait celle du premier. C’est donc le corps social, au sens propre du terme, qui retient l’attention de tous.

  • 12 François Jacob, La Logique du vivant. Une histoire de l’hérédité, Paris, Gallimard, « Tel », 1970, (...)
  • 13 Charles Darwin, L’Origine des espèces, cité par François Jacob, La Logique du vivant… (op. cit.), p (...)
  • 14 Notes de lecture, Pl., t. V., p. 1694.
  • 15 B.N., N.a.fr 10.290, f° 230.

6L’intérêt de Zola pour la généalogie coïncide également avec la théorie de l’évolution qui jeta, dès cette époque, un éclairage nouveau sur l’importance de la reproduction dans l’ordre du vivant. Pour Darwin, explique François Jacob dans son histoire de l’hérédité, la multiplication des êtres entre eux est le « processus par quoi se maintiennent et se diversifient les structures, les qualités, les attributs des êtres. Elle est le lieu de rencontre entre le déterminisme qui régit la formation du semblable et la contingence qui préside à l’apparition des nouveautés. »12 Et selon Darwin, pour décrire la « diversification d’un groupe », « la seule figure qui convienne […], c’est l’arbre généalogique », ainsi peut-on lire dans L’Origine des espèces : « De même que, pendant leur croissance, les bourgeons en produisent de nouveaux qui, à leur tour, lorsqu’ils sont vigoureux, poussent en tous sens des rameaux qui dépassent et étouffent les rameaux les plus faibles, je crois que la génération en a agi de même pour le grand arbre de la vie. »13 Il n’y a pas loin entre la théorie Darwinienne et celle du docteur Lucas sur l’hérédité que Zola résume en ces termes : « L’Hérédité est une loi, une force, et un fait : et ce fait est une des plus grandes merveilles de l’existence ; et cette force, la force de l’organisation ; et cette loi, la loi qui semble tout régir, tout produire, tout répandre et tout multiplier, la loi de création, de propagation et de vie. »14 Une citation tirée du dossier préparatoire du Docteur Pascal, dernier roman du cycle, confirme que, pour le romancier, l’hérédité est fondamentalement la raison du vivant : « En somme l’hérédité fait le monde, et si l’on pouvait intervenir, la connaître pour disposer d’elle, on ferait le monde »15.

  • 16 Silvère et Miette (La Fortune des Rougon) ; Florent, Quenu, Marjolin, Cadine (Le Ventre de Paris) ; (...)

7Suivant ces différents discours et théories scientifiques, Zola décide donc d’analyser le jeu des interactions entre les êtres d’une même famille et ce qui les entoure, afin de décrire ce qui soutient, structure et ordonne la continuité de la vie. Néanmoins, cette analyse du vivant se fait essentiellement à partir de ce qui la fait dévier et la ruine. C’est un fait que Les Rougon-Macquart ne cessent de mettre en scène des phénomènes limites ou marginaux : la folie dans La Fortune des Rougon et La Conquête de Plassans ; la mystique dans La Faute de l’abbé Mouret et Le Rêve ; l’adultère dans Pot-Bouille ; l’inceste dans La Curée et Le Docteur Pascal ; l’alcoolisme dans L’Assommoir ; la prostitution dans Nana ; le crime dans La Bête humaine ; la guerre dans La Débâcle ; etc. Nombre de contemporains reprocheront à Zola cet intérêt pour les errements du corps et de l’esprit, mais c’est oublier que l’atavisme morbide qui frappe la famille des Rougon-Macquart métaphorise la dégénérescence morale qu’il impute à l’Empire. Ajoutons que le romancier par ailleurs, n’en est pas à un paradoxe près, ainsi bien que l’œuvre repose sur une structure généalogique, la rareté des rapports entre les générations ne laisse pas de surprendre. En effet Zola s’attarde peu aux liens que parents et enfants tissent entre eux. À bien des égards, Les Rougon-Macquart ressemble plus à un roman d’orphelins, étant donné leur nombre, qu’à celui d’une famille16.

  • 17 Michelle Perrot, in Philippe Aries et Georges Duby (éds), Histoire de la vie privée, Paris, Seuil, (...)
  • 18 Michel Foucault, Histoire de la sexualité. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, « NRF », 1976, t (...)
  • 19 Ibid.
  • 20 « Plan » de Pot-Bouille, B.N., N.a.fr. 10.321, f° 1.
  • 21 Lettre d’Émile Zola à Louis Ulbach, Correspondance, t. II, p. 304, lettre n° 143, 6 novembre 1871 ; (...)

8 Il nous semble que ce manque d’intérêt pour les liens intergénérationnels, combiné à une attention marquée pour les écarts de tous ordres apparaît comme un premier élément de réponse pour expliquer la faible présence des récits de legs patrimoniaux dans l’œuvre. En effet, nous savons que ce qui définit principalement la famille, c’est « un nom, un sang, un patrimoine matériel et symbolique, hérité et transmis »17, et que cet ensemble de personnes et de biens est assujetti, afin de le solidifier, à la loi et à un cortège d’obligations et de contraintes. Ce système que Foucault a nommé « dispositif d’alliance »18 « défini[t] le permis et le défendu, le licite et l’illicite»19. Charpenter un programme romanesque autour d’une famille suppose de prendre en considération ces impératifs légaux et ces mécanismes de contraintes dans la formation des différents récits qui constituent la trame narrative de chacun des romans du cycle, ce que ne manquera pas de faire Zola. Cependant, plutôt que de promouvoir le modèle conjugal, le romancier l’utilise comme toile de fond nécessaire à la mise en relief des transgressions. On pourrait dire aussi que dans Les Rougon-Macquart, il n’y a de famille que lorsqu’on s’en écarte. Un des exemples les plus parlants et les plus vaudevillesques est sûrement celui des Campardon, dans Pot-Bouille. À première vue, la famille Campardon est un modèle de morale bourgeoise, mais qui en dépit des apparences s’est forgé une casuistique toute personnelle pour intégrer au sein du couple la présence de la cousine et maîtresse du maître de maison. De tous les romans zoliens, Pot-Bouille dont l’idée première consistait à montrer « 3 adultères : sans passion sexuelle : par éducation, par détraquement physiologique, et par bêtise »20, est d’ailleurs celui qui dénonce avec le plus d’ironie les contradictions et les paradoxes dont use la bourgeoisie pour concilier désir de haute moralité et moyens bas pour y parvenir. De manière moins cocasse, La Curée affiche un autre mariage à trois, puisque Aristide Saccard, que Zola décrit comme « le produit d’une société épuisée, [...] la chair inerte qui accepte les dernières infamies »21, laisse, voire encourage, sous son toit, l’inceste entre sa femme et son fils afin qu’elle lui cède, ainsi que nous l’avons souligné plus haut, les droits de propriété d’un terrain dont la valeur immobilière est montante. Avec ces romans et bien d’autres, Zola montre que la morale bourgeoise, toujours subjective et variable, ne cesse de transmuer l’immoralité en vertu et en légalité.

  • 22 La Tribune, 29 novembre 1868 ; Œuvres complètes, Paris, Cercle du livre précieux, 1969 t. X, p. 771 (...)
  • 23 « La Fin de l’orgie », La Cloche, 13 février 1870, O.C., t. XIII, 1969, pp. 262-266.
  • 24 N’écrit-il d’ailleurs pas dans ses notes programmatiques, « Le moment est trouble. C’est le trouble (...)
  • 25 Émile Zola, « Préface » au Roman d’un inverti, O.C., t. XII, p. 702.

9Le projet initial qui veut que la famille des Rougon-Macquart symbolise le second Empire explique en partie cette persistance à exhiber les défaillances, les détraquements, les incapacités de la « machine sociale »22. En effet, en décidant de décrire la destinée de cette époque à travers les fatalités d’une famille, le romancier n’a pas vraiment d’autre choix, suivant sa propre logique, que d’exposer la ruine morale et physique de ses personnages pour traduire ce qu’il considère être une époque d’« orgie », de « ripaille », de « carnaval permanent », de « fêtes excentriques », « d’épouses adultères » et de « filles galantes »23. Par ailleurs, toujours suivant cette logique et considérant que pour Zola le second Empire est un régime illégitime puisqu’il s’est bâti sur le viol de la France lors du coup d’état de 1851, il semble attendu que l’illégalité, la transgression, l’infraction, la violation des limites et des cadres l’emportent sur la légalité et la norme. Et si pour traduire ce « trouble »24, le romancier fait systématiquement appel aux défaillances du corps, c’est qu’en régime zolien, la chair désirante tisse des liens étroits entre la scène publique et la scène privée, elle est la jointure entre le corps social et l’individu. Et bien que rien ne soit biologiquement fondé dans l’institution, la chair s’affiche comme l’élément qui permet à la partie d’absorber le tout. Cette prise de conscience ou conception qui lui fait dire que « [t]out ce qui touche au sexe touche à la vie sociale elle-même »25, explique qu’il en a fait un des leviers romanesques de son œuvre.

  • 26 « La Sculpture », in Jean-Pierre Leduc-Adine (éd.), Émile Zola. Écrits sur l’art, Paris, Gallimard, (...)
  • 27 Le Roman expérimental, O.C, t. X, p. 1228.
  • 28 Jacques Noiray, « Zola, mémoire et vérité de la chair », in Véronique Cnockaert (éd.), Émile Zola. (...)
  • 29 La Terre, Pl., t. IV, p. 383.

10Il convient ici de rappeler que cet imaginaire qui privilégie les images corporelles est d’une part, lié à la pratique de l’anatomie que Zola érige en principe esthétique. En effet, dans la manière que l’anatomiste a de soulever les chairs, le romancier naturaliste voit là un geste heuristique, car pour lui les arcanes de la vie humaine se logent dans l’incarnat. En 1868, il écrivait déjà : « Notre civilisation a fait de nous des chirurgiens qui se plaisent à fouiller les vérités de l’homme26 », treize ans plus tard dans son célèbre texte Le Roman expérimental, il réaffirme : « Nous faisons l’anatomie des classes et des individus pour expliquer les détraquements qui se produisent dans la société et dans l’homme »27. La valorisation du corps se fonde donc sur une théorie du corps comme lieu privilégié de savoir et de la connaissance. D’autre part, cette permanence du corporel signifie une volonté chez l’écrivain de marquer l’autorité du vivant. Et comme le résume Jacques Noiray à propos du « matérialisme physiologique qui sert de substrat scientifique et idéologique à la psychologie zolienne […] : tout part du corps et tout revient à lui. »28 Même le lien à la propriété s’exprime essentiellement à travers une relation charnelle. D’une manière ou d’une autre, il semble impossible d’échapper au monde de la chair. Citons pour exemple le rapport qu’entretient le père Fouan, paysan de son état, avec la terre : « Il avait aimé la terre en femme qui tue et pour qui on assassine. Ni épouse, ni enfants, ni personne, rien d’humain ; la terre ! »29

  • 30 L’Œuvre, Pl., t. IV, p. 190.
  • 31 Là aussi, Zola est fortement de son temps, les nombreux travaux, articles et ouvrages, dès la secon (...)

11Dans ce processus d’incarnation des choses et des idées, la rencontre des corps possède une valeur essentielle et constitutive : éclosion de la vie, elle promet la permanence de l’hérédité. De ce point de vue, comment ne pas entendre derrière les revendications esthétiques du personnage de Sandoz, l’écrivain dans le roman L’Œuvre, celles du romancier : « Tout doit se dire […], il y a des mots abominables nécessaires comme des fers rouges […] surtout l’acte sexuel, l’origine et l’achèvement continu du monde, tiré de la honte où on le cache, remis dans sa gloire, sous le soleil. »30 ? Tout bien considéré, et quoique Zola s’engage à faire le portrait d’une famille, il semble qu’il s’intéresse moins au « dispositif d’alliance » qu’à l’économie sexuelle des individus entre eux, qu’au désir assaillant que nous avons de l’autre. L’abdication des uns et des autres, jusqu’aux prêtres – pensons à La Faute de l’abbé Mouret – devant la chose sexuelle, est l’indice d’une force qui fonctionne comme une secrète obsession et qui soustrait, du moins pour un temps, l’individu, aux lois et aux rites de la communauté. Dès lors, ne peut-on pas penser que si la question des héritages est peu présente dans l’œuvre, c’est parce qu’aux yeux de l’écrivain, ce n’est pas tant la « lignée » qui compte, qui est fortement déterminée, mais la multiplication des êtres entre eux, qui est infinie ? Autrement dit, ce sont moins les héritiers que les descendants que l’écrivain investit. Nous pourrions ajouter aussi qu’à la forme rigide du droit, du devoir et de la tradition qu’impose l’alliance, l’écrivain préfère l’inattendu et la flexibilité de la rencontre amoureuse, quelle qu’elle soit, car elle épouse les volutes du vivant. Plus schématiquement, on pourrait dire que Zola délaisse la ligne au profit de la courbe. Ceci ne veut en revanche pas dire que Zola est contre les traditions, il semble craindre plutôt qu’elles ne plongent les individus dans une forme d’engourdissement qui les empêche d’épouser le foisonnement de l’évolution qu’il associe fréquemment au mouvement de la vie ; ainsi en est-il des petits commerçant dans Au Bonheur des Dames, et notamment de Baudu, attaché maladivement à des pratiques commerciales obsolètes, et dont la famille s’étiole à mesure que son commerce sombre. À l’opposé, le grand magasin n’est que mouvement, c’est que la logique spéculative d’Octave Mouret émane d’une superposition des affaires économiques et passionnelles, d’une conception nouvelle du capital qui s’articule, doit-on s’en étonner, autour d’une connaissance intime du désir féminin. Haut lieu du désir féminin, « Le Bonheur des Dames » est aussi, il faut le rappeler, l’espace de rencontres adultérines. D’ailleurs à chaque fois qu’il en est question, même si l’issue en est souvent tragique, parfois fatale, l’adultère ou la liaison coupable se voit, en creux dans les romans zoliens, magnifiée par les émois du cœur et du corps des protagonistes, la transgression ravivant les élans des sensations perdues31. De ce point de vue, l’adultère appartient à une dynamique positive, même s’il met en péril l’unité familiale et patrimoniale, les enfants hors mariage étant désormais reconnus par la loi. C’est cette question de la relance du désir que nous voudrions souligner ici, parce qu’elle n’est pas étrangère, croyons-nous à la faible représentation des héritages (autres que biologique) au profit, dans l’œuvre, des récits de spéculation et de marchandisation des biens. En effet, le peu de place donnée à la première est inversement proportionnelle à celle donnée aux secondes, et sur lesquelles sont basés plusieurs grands romans de la série : La Curée, roman de la spéculation immobilière, L’Argent, roman de la spéculation boursière (les deux ayant Aristide Saccard comme protagoniste principal) et Au Bonheur des Dames, roman sur le haut commerce.

  • 32 L’Argent, Pl., t. V, p. 219.
  • 33 Au Bonheur des dames, Pl., t. III, p. 420
  • 34 Antonia Fonyi, « Zola : question d’argent. Ambivalences financières et modèles inconscients dans L’ (...)
  • 35 L’Argent, Pl., t. V, pp. 114-115.
  • 36 Antonia Fonyi, « Zola : question d’argent… » (loc. cit.), p. 70.
  • 37 Au Bonheur des Dames, Pl., t. III, p. 400.
  • 38 L’Argent, Pl., t. V, pp. 125-126.

12Dans chacun de ces récits, il est remarquable de voir à quel point les pratiques spéculatives illicites, retorses, voire odieuses d’un Saccard et d’un Mouret sont si peu condamnées, plus encore, elles sont souvent encouragées et parfois même exaltées. Que les deux hommes d’affaires soient tous deux comparés à des « poètes », révèle en effet l’admiration que l’écrivain leur voue : « il est vraiment le poète du million, tellement l’argent le rend fou et canaille, oh ! canaille dans le très grand ! »32 peut-on lire au sujet de Saccard ; quant à Mouret il « se jette en poète dans la spéculation, avec [..] faste »33. Si à la fin des trois romans, le dénouement plaide en la faveur de la spéculation et disculpe, malgré leurs procédés honteux, l’un et l’autre protagonistes, c’est très certainement parce que le mouvement spéculatif promet, d’une part, comme la relation coupable, une jouissance certaine. N’est-ce pas ce droit au plaisir que défend Saccard lorsqu’il s’écrie : « Pourquoi diable voulez-vous que je sorte mon argent, que je risque ma fortune, si vous ne me promettez pas une jouissance extraordinaire, un brusque bonheur qui m’ouvre le ciel ? » D’autre part, tout comme la transmission héréditaire, la spéculation s’appuie sur un fort principe de circulation qui est à l’origine de toute vie. Aussi faut-il suivre Saccard quand il clame : « [p]ensez-vous que […] sans la luxure on ferait beaucoup d’enfants ? […] Eh bien ! sans la spéculation, on ne ferait pas d’affaires », « Pourquoi donc faire porter à l’argent la peine des saletés et des crimes dont il est la cause ? L’amour est-il moins souillé, lui qui crée la vie ? ». Comme l’a finement analysé Antonia Fonyi, l’argent dans le roman du même nom, et cela vaut aussi pour Au Bonheur des Dames, « est [explicitement] l’agent de l’éclosion du vivant »34. À la métaphore sexuelle s’ajoute donc sans surprise la comparaison avec la circulation sanguine. En effet, pour Saccard la spéculation fonctionne comme un « cœur » qui « appelle le sang, […] le prend partout par petits ruisseaux, l’amasse, le renvoie en fleuve dans tous les sens, établit une énorme circulation d’argent qui est la vie même des grandes affaires. »35 Cette position en faveur d’un argent qui circule, qui fait vivre, qui fait jouir et qui « se laisse concevoir comme une condition nécessaire de l’existence de la vie »36 s’oppose en tous points à la thésaurisation, à l’épargne et au legs patrimonial. Souvent d’ailleurs, les épargnants dans Les Rougon-Macquart incarnent le conformisme moral, l’univers satisfait et repu d’une petite bourgeoisie économe de son argent, de ses plaisirs et de ses sentiments. Fréquemment otages de la tradition, ils craignent le changement, refusent la nouveauté et s’exténuent dans la répétition. C’est ce qu’expriment ironiquement les propos du drapier Baudu, au bord de la faillite : « C’[est] l’habitude patriarcale de la maison. Le fondateur, Aristide Finet, [a] donné sa fille Désirée à son premier commis Hauchecorne ; [moi], Baudu, débarqué rue de la Michodière avec sept francs dans [m]a poche, [j’ai] épousé la fille du père Hauchecorne, Élisabeth : et [j’]entend[s] à [m]on tour céder [m]a fille Geneviève et la maison à Colomban, dès que les affaires reprendr[o]nt. »37 Mariage avorté, puisque Colomban va préférer à la fille de la maison une vendeuse quelque peu libertine du « Bonheur des Dames ». Contre cette logique de rétention qui veut que le patrimoine ne quitte pas les frontières de la famille, Octave Mouret comprend que l’originalité ouvre la voie de la séduction et du capital, aussi se jette-t-il, en célibataire, avec hardiesse et désinvolture dans toutes sortes d’innovations commerciales, notamment l’instauration de primes proportionnelles aux ventes comptabilisées par le vendeur. À l’opposé également d’un Baudu ou d’un Quenu dans Le Ventre de Paris qui dissimule dans une commode le pécule auparavant caché dans un saloir par son oncle et dont il a hérité, Saccard soutient en prenant pour exemple la fortune domaniale qu’elle « est une forme caduque de la richesse, qui a cessé d’avoir sa raison d’être. Elle était la stagnation même de l’argent, dont nous avons décuplé la valeur, en le jetant dans la circulation, et par le papier-monnaie, et par les titres de toutes sortes, commerciaux et financiers. C’est ainsi que le monde va être renouvelé, car rien n’était possible sans l’argent, l’argent liquide qui coule, qui pénètre partout, ni les applications de la science, ni la paix finale, universelle… »38. À y regarder de plus près, il semble bien que la spéculation, soit dans l’économie romanesque de la série, le versant positif de l’hérédité morbide qui circule dans les corps des Rougon et des Macquart. La spéculation inverse de manière positive la problématique de la dégénérescence, l’agiotage au contraire de la tare gardant l’impulsion du mouvement ininterrompu et dynamique de la vie.

  • 39 La Curée, Pl., t. I, p. 364.

13Alors que la famille est la matrice structurelle de la série, au faîte de l’arbre généalogique trônent, d’un côté, un enfant exsangue et bâtard, produit des amours ancillaires de Maxime Saccard, et de l’autre, un enfant sans nom, fruit de l’inceste entre le docteur Pascal et sa nièce Clotilde : ni sang ni nom. Il est vrai que le seul patrimoine transmis est la tare héréditaire, incarnation physiologique de la décadence morale du second Empire. Et puisque la famille, comme nous l’avons mentionné au début de cet exposé, est « un nom, un sang », force est d’admettre que Zola pour figurer la fin de cette époque malade n’avait pas d’autre choix. Cependant, derrière cette fin se loge une morale toute particulière qui convie l’individu à être davantage le résultat d’un itinéraire personnel et d’un talent particulier que le produit d’une condition familiale et sociale pour mieux desceller le destin et hériter de l’avenir. On ne s’étonnera donc pas qu’Aristide Macquart se soit dépouillé de son nom se baptisant « Saccard », « Saccard !… avec deux c… [s’exclame t-il]… il y a de l’argent dans ce nom là »39, et qu’Octave Mouret soit si peu dominé par le fatum héréditaire. Ni nom ni sang.

14Entre les mœurs illicites des uns et les spéculations presque aussi légitimes qu’illégales des autres, l’œuvre de Zola rend compte d’une époque où ni le nom ni le sang ne constituent désormais une référence immuable et absolue. Par la libre circulation des corps de la moralité et de l’argent, le sujet zolien, délivré de son origine, rebaptisé, accède enfin au possible d’un temps incertain, mais dont la qualité la plus grande, parce qu’elle est fantasmatique, demeure d’être justement à venir.

Notes

1 Convention : Le sigle Pl. suivi de la tomaison renvoie à l’édition d’Émile Zola, Les Rougon-Macquart. Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire, Armand Lanoux et Henri Mitterand (éds), Paris, NRF Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1960-1967.

2 Prosper Lucas, Traité philosophique et physiologique de l’hérédité naturelle, Paris, Baillière, 1847- 1850 (2 vol.).

3 1er plan remis à Lacroix., Pl., t. V, p. 1757.

4 Émile Zola, Notes générales sur la marche de l’œuvre, Pl, t. V, p. 1741.

5 Ibid.

6 Friedrich Schlegel, Idées, fragment 152, in L’Absolu littéraire. Théorie de la littérature du romantisme allemand, par Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy, Seuil, « Poétique », 1978, p. 222.

7 Honoré de Balzac, « Avant-propos » à La Comédie humaine, dans La Comédie humaine, nouvelle édition publiée sous la direction de Pierre-Georges Castex, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1976-1981, t. I, p. 13.

8 « [Zola] est en effet aujourd’hui l’un des plus remarquables chefs de l’école physiologique, la seule école, selon nous, qui puisse tirer le roman de l’ornière où il croupit, la seule à qui Balzac ait laissé un champ vierge à fouiller » (Victor Enjolras, « Examen physiologique : Émile Zola (suite) », La Jeunesse. Journal littéraire, critique et politique, 24-31 janvier 1869, p. 88 col. 2-3).

9 Bonte-Izard, Dictionnaire de l’ethnologique et de l’anthropologie, Paris, PUF, « Quadrige », 2000 [1991], Article « Famille », p. 273.

10 Benedict-Auguste Morel, Traité des dégénérescences, intellectuelles et morales de l’espèce humaine, Paris, Baillière, 1857.

11 Pierre Larousse, Grand dictionnaire Universel du XIXe siècle, (Paris, Redon & VUEF, 2002 [support Cédérom]

12 François Jacob, La Logique du vivant. Une histoire de l’hérédité, Paris, Gallimard, « Tel », 1970, p. 194.

13 Charles Darwin, L’Origine des espèces, cité par François Jacob, La Logique du vivant… (op. cit.), p. 181.

14 Notes de lecture, Pl., t. V., p. 1694.

15 B.N., N.a.fr 10.290, f° 230.

16 Silvère et Miette (La Fortune des Rougon) ; Florent, Quenu, Marjolin, Cadine (Le Ventre de Paris) ; Serge, Désirée (La Faute de l’abbé Mouret) ; Denise, Jean, Pépé (Au Bonheur des dames) ; Pauline (La Joie de vivre) ; Lise, Françoise (La Terre) ; Angélique (Le Rêve) ; Séverine (La Bête humaine) ; Victor (L’Argent) ; Clotilde, Charles (Le Docteur Pascal).

17 Michelle Perrot, in Philippe Aries et Georges Duby (éds), Histoire de la vie privée, Paris, Seuil, « Points/Histoire », 1999 [1987], p. 93.

18 Michel Foucault, Histoire de la sexualité. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, « NRF », 1976, t. I, p. 140.

19 Ibid.

20 « Plan » de Pot-Bouille, B.N., N.a.fr. 10.321, f° 1.

21 Lettre d’Émile Zola à Louis Ulbach, Correspondance, t. II, p. 304, lettre n° 143, 6 novembre 1871 ; publiée dans La Cloche, le 8 novembre 1871.

22 La Tribune, 29 novembre 1868 ; Œuvres complètes, Paris, Cercle du livre précieux, 1969 t. X, p. 771. Référence donnée désormais sous la mention O.C., suivie du tome en chiffre romains puis du numéro de la page en chiffres arabes.

23 « La Fin de l’orgie », La Cloche, 13 février 1870, O.C., t. XIII, 1969, pp. 262-266.

24 N’écrit-il d’ailleurs pas dans ses notes programmatiques, « Le moment est trouble. C’est le trouble que je peins. », Notes générales sur la marche de l’œuvre, Pl., t. V, p. 1739.

25 Émile Zola, « Préface » au Roman d’un inverti, O.C., t. XII, p. 702.

26 « La Sculpture », in Jean-Pierre Leduc-Adine (éd.), Émile Zola. Écrits sur l’art, Paris, Gallimard, « Tel », p. 227.

27 Le Roman expérimental, O.C, t. X, p. 1228.

28 Jacques Noiray, « Zola, mémoire et vérité de la chair », in Véronique Cnockaert (éd.), Émile Zola. Mémoire et sensations, Montréal, XYZ, « Documents », 2008, p. 119.

29 La Terre, Pl., t. IV, p. 383.

30 L’Œuvre, Pl., t. IV, p. 190.

31 Là aussi, Zola est fortement de son temps, les nombreux travaux, articles et ouvrages, dès la seconde moitié du XIXe siècle, sur « l’amour expérimental » pour reprendre le titre d’un livre paru en 1878, prouvent, comme le remarque Alain Corbin, « l’essor d’une sexualité érotique orientée vers la volupté, aux dépens d’une sexualité génitale vouée à la procréation. » (« La Relation intime ou les plaisirs de l’échange », in Philippe Ariès et Georges Duby (éds), Histoire de la vie privée [op. cit.], t. 4, p. 506).

32 L’Argent, Pl., t. V, p. 219.

33 Au Bonheur des dames, Pl., t. III, p. 420

34 Antonia Fonyi, « Zola : question d’argent. Ambivalences financières et modèles inconscients dans L’Argent », in Romantisme, n˚ 119, 2003, p. 70.

35 L’Argent, Pl., t. V, pp. 114-115.

36 Antonia Fonyi, « Zola : question d’argent… » (loc. cit.), p. 70.

37 Au Bonheur des Dames, Pl., t. III, p. 400.

38 L’Argent, Pl., t. V, pp. 125-126.

39 La Curée, Pl., t. I, p. 364.

© Presses universitaires de Louvain, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search